Navigation – Plan du site

GALLENGA Guislaine et VERDON Laure (dir.) Penser le service public en Méditerranée. Le prisme des sciences sociale, Karthala et Mmsh, 2017

Sarah Botton

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, sous la direction de Ghislaine Gallenga, anthropologue, et de Laure Verdon, historienne médiéviste, interroge la notion de service public à travers sa genèse théorique et sa déclinaison pratique en Méditerranée. L’ouvrage a été pensé comme un espace de dialogue entre disciplines, entre époques, entre échelles et entre approches. Assumant explicitement une perspective à la fois diachronique et comparative, mobilisant conjointement des analyses « par le haut » (prisme des institutions) et « par le bas » (prisme des pratiques), approchant l’objet dans la multiplicité de ses acceptions (principe, statut, secteur, mission), il propose une lecture riche et foisonnante du service public, et s’attache à le resituer dans un faisceau de notions connexes notamment les services publics, l’intérêt général, le bien public, le bien commun, etc.

2Après une introduction générale qui présente clairement — malgré quelques maladresses formelles — la double ambition portée par le titre : « Penser le service public (I) en Méditerranée (II) » autrement dit analyser « la manière dont les sociétés [méditerranéennes] se représentent leurs besoins collectifs », l’ouvrage se divise en trois parties, de trois à quatre chapitres, offrant chacune une focale particulière : partant d’une analyse conceptuelle du service public, le développement s’oriente ensuite vers une analyse empirique des services publics territorialisés puis, à l’échelle nationale, des services publics analysés dans leur rapport à l’État.

3L’apport méthodologique de cet ouvrage, inscrit dans le sous-titre, repose sur l’idée de décentrer le regard par rapport aux analyses juridiques du service public, aux analyses économiques comparées, aux travaux en analyse des politiques publiques, ou encore aux travaux sociologiques sur les évolutions du travail et des institutions dans le cadre des réformes des services publics. Il offre en effet une lecture empirique à travers « le prisme des sciences sociales » de la façon dont les sociétés et les individus en Méditerranée « s’approprient ou revendiquent les biens et services collectifs ». On retient du projet de développer ce questionnement sur la zone méditerranéenne, outre l’intérêt directement lié à l’expression de nouvelles aspirations sociétales depuis les printemps arabes de 2011, la richesse liée à la profondeur historique de chaque territoire, aux circulations et influences croisées, enfin la présence des deux traditions de modèles de service public : d’inspiration française (rôle de l’État) ou anglo-saxonne (recherche de l’intérêt général), traditions qui tendent à s’enchâsser dans un jeu complexe au gré des projets dits de « modernisation » des services publics.

4La première partie aborde ainsi, tout au long des quatre chapitres qui la composent, la question de la construction progressive de la notion, comme par sédimentation, à travers une relecture de l’historiographie française. Partant d’une nécessité de « déconstruire l’idée reçue selon laquelle le service public est une spécificité française et remonte à la Révolution », elle propose d’explorer, dès la période médiévale, les origines des principes (Laure Verdon) et du modèle local (Pierre Bauby) du service public — qui existait alors davantage à travers la notion de bien commun ou de bien public. Le « moment » médiéval pose déjà la question de l’intérêt général mais dans une acception morale, d’une part, et dans le cadre d’un ordre social établi, d’autre part. Ce que la période révolutionnaire et postrévolutionnaire produit sera donc la bascule d’une recherche d’équité vers une aspiration à l’égalité, pilier des lois de Rolland du début du XXe siècle, au cœur de la conception juridique communément analysée du service public (Pierre Bauby). Pour autant, le service public peut aussi être réinterrogé dans sa dimension structurante de catégorie juridique notamment par un détour très éclairant vers la philosophie morale, et vers les sciences sociales en général (Charles Bosvieux-Onyekwelu). Enfin, un décentrement du regard est également proposé dans la période actuelle pour offrir une nouvelle lecture de la crise, non pas de l’État-providence, mais des conceptions de l’État-providence (Mustapha El Miri). Selon l’auteur, les relations entre État et services publics, sous l’effet combiné des processus de contractualisation État-territoires et des phénomènes de territorialisation et de complexification de l’action publique (multiacteurs), se seraient renversées dans leurs modalités de légitimation mutuelle, vers un État plus ou moins légitime en fonction de l’efficacité économique et sociale des services publics. Il s’agit donc moins d’un rétrécissement de l’État que d’un changement d’ordre.

5La deuxième partie se situe résolument du côté des territoires et, de par l’échelle d’analyse, du côté du terrain d’enquête socioanthropologique. Les contributions donnent toutes à voir des évolutions, des pratiques et des perceptions « par le bas » des services publics dans le secteur des transports. La place des acteurs — usagers et agents des services publics y est centrale. La déréglementation du secteur des transports en grande Kabylie, concomitante avec la crise sécuritaire que traverse l’Algérie dans les années 1990 et 2000, a permis le déploiement des services de « fourgons », reconfigurant profondément le territoire vécu par les habitants. La libéralisation des transports a donc été un puissant moteur de transformation sociale pour des citoyens devenus clients dans un contexte de retrait de l’État (Nassim Amrouche). La lecture par les actes de violence mais aussi par le « sentiment d’insécurité » extrêmement féconde pour comprendre les coulisses de la modernisation des transports urbains à Marseille, offre une toute autre vision du glissement de la figure de l’usager du service public vers celle du client, glissement qui s’opère parallèlement pour les agents, contrôleurs, conducteurs etc. désormais engagés dans une relation de service caractérisée par la régression des interactions (Ghislaine Gallenga). Enfin, l’analyse du service des transports urbains de Casablanca, par un repérage des épisodes de crise, révélateurs d’une conception essentiellement techniciste du service au détriment d’une prise en compte des enjeux politiques et sociaux, nous informe, par ricochet, sur les attentes de la société et sur les enjeux politiques plus généraux tels que la répartition financière (et donc, de pouvoir) entre catégories d’usagers, entre collectivités locales, entre élus et collectivités, etc. (Nadia Hachimi Alaoui)

6Enfin la troisième partie s’apparente à un recueil de contributions très disparates qui viennent, certes, illustrer chacune à leur manière la complexité du lien entre État et services publics, qui peinent globalement à s’articuler entre elles. Cette impression s’explique certainement par un comparatisme et même une cohérence fortement mis à l’épreuve par des analyses portant à la fois sur des périodes et des régions très différentes (XVII-XVIIIe siècles en Italie, Albanie communiste, Liban et Maroc contemporains) et sur des objets aussi variés que les services publics « traditionnels » (eau, électricité, etc.) ou des services jugés » publics » selon les circonstances de l’époque tels les services funéraires ou la photographie. Cette impression d’éparpillement est renforcée par l’absence de conclusion générale de l’ouvrage. La cohérence de cette troisième partie apparaît donc de manière moins évidente. Elle s’ouvre par un retour — à travers l’exemple des pratiques d’ensevelissement des défunts à Naples — sur la complexe trajectoire historique d’une activité morale et religieuse devenant progressivement un service essentiel de l’hygiène publique (Diego Carnevale). Ensuite, elle se poursuit par une analyse — à travers l’exemple des services publics au Sud-Liban — du balancier entre un État opérateur et un État régulateur de services publics (confiés au secteur privé) ouvrant la voie à un jeu politico-institutionnel complexe où l’État, apparemment en retrait, se réintroduit « par le bas » et permet ainsi à la société de sanctionner le pouvoir local si les services publics ne répondent pas aux aspirations collectives (Julie Chapuis). La contribution portant sur l’expérience de la photographie de service public pendant près de quarante ans dans l’Albanie de l’après-guerre (Gilles de Rapper, Anouck Durand) est une illustration (par excellence) du caractère éminemment politique, plus que technique, de la définition de l’intérêt général et du projet de service public qui l’incarne. Enfin, l’analyse par les évolutions des modes de gestion des services publics locaux au Maroc, pris entre logiques de service public et logiques privées, dans le cadre des réformes de décentralisation (Khadija Ennaciri) nous rappelle la fonction de miroir qu’opèrent les services publics dans les nouvelles répartitions de pouvoir entre échelles centrale et locale.

7Malgré une impression de dilution du propos, on retrouve cependant tout au long des quatre chapitres de cette dernière partie ce qui fait la marque de l’approche de cet ouvrage : la place de l’histoire, la complexité et la richesse des échelles d’analyse et le poids considérable des contextes spatio-temporels et des projets sociopolitiques dont ils sont porteurs dans la définition, sans cesse renouvelée, du service public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Botton, « GALLENGA Guislaine et VERDON Laure (dir.) Penser le service public en Méditerranée. Le prisme des sciences sociale, Karthala et Mmsh, 2017  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10509

Haut de page

Auteur

Sarah Botton

Agence française de développement, bottons@afd.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page