Navigation – Plan du site

VERMEREN Hugo, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie, Rome, École française de Rome, 2017, 628 p.

Annalaura Turiano

Texte intégral

1L’ouvrage d’Hugo Vermeren propose une histoire sociale de l’implantation italienne à Bône et de sa contribution au peuplement français de l’Algérie entre 1860 et 1940. Ville où se concentre la plus forte colonie italienne jusqu’au début du xxe siècle, Bône est choisie comme un observatoire privilégié pour interroger l’intégration des Italiens dans la société coloniale. Par cette approche monographique, qui permet d’observer de près les modalités d’insertion des migrants dans l’espace urbain, l’ouvrage apporte une contribution originale à l’histoire sociale de l’Algérie coloniale. En poussant l’analyse au-delà du binôme métropole-colonie, l’auteur inscrit en outre le récit des Italiens à Bône dans une histoire plus large des circulations en Méditerranée et des rapports franco-italiens.

2H. Vermeren mobilise un corpus impressionnant de sources en langue française et italienne (dossiers de naturalisation, registres d’état civil et listes électorales de la municipalité de Bône entre autres) qu’il a en partie collectées sur le terrain algérien (Archives de l’Assemblée populaire et communale d’Annaba). Le recours aux méthodes de l’histoire quantitative s’accompagne de la reconstitution de passionnantes trajectoires individuelles.

3Dans une première partie, l’auteur montre comment les débuts de la colonisation française reconfigurent un espace de mobilités qui, depuis le xvie siècle, relie littoraux italiens et algériens autour de la pêche et du commerce du corail, ce que H. Vermeren appelle « la Méditerranée du corail » (p. 24). Le premier chapitre analyse le rôle central des pêcheurs et armateurs du golfe de Naples et plus précisément de Torre del Greco dans la constitution des premiers noyaux de peuplement italien à Bône. L’auteur met ainsi en avant un aspect méconnu de l’entreprise coloniale française, la colonisation maritime, dont les corailleurs italiens sont vus comme des pionniers.

4Dans les chapitres 2 et 3 les circulations entre une rive et l’autre de la Méditerranée sont appréhendées au prisme des politiques migratoires italiennes et françaises. Alors que l’historiographie a fait de la Régence de Tunis l’enjeu principal des rivalités franco-italiennes au xixe siècle, l’auteur met en avant l’importance de l’Algérie pour les visées expansionnistes italiennes au Maghreb. H. Vermeren passe ensuite au crible la politique française à l’égard des étrangers européens installés en Algérie. Loin d’être linéaire, elle révèle les contradictions et les tâtonnements du législateur à l’égard d’une immigration considérée tout à la fois comme « indispensable et problématique » (p. 108). Inaugurant la politique de naturalisation des étrangers, le sénatus-consulte de 1865 constitue un tournant dans la mesure où il introduit le principe de nationalité en Algérie. Après l’instauration de la Troisième République, les étrangers sont progressivement exclus de la politique de colonisation agricole et de l’exploitation des ressources halieutiques, réservées aux seuls détenteurs de la nationalité française. Cela entraîne un mouvement de naturalisation sans précédent, notamment parmi la population des pêcheurs italiens. La loi du 26 juin 1889 est l’aboutissement de ce processus de francisation forcée qui introduit en même temps une hiérarchisation entre nationaux français.

5Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur interroge la manière dont la naturalisation a pu fonctionner comme un vecteur d’intégration à la société coloniale. Le chapitre 4 est une analyse des procédures de naturalisation et des profils socioprofessionnels des Italiens naturalisés. Vue de Bône, la naturalisation apparaît le plus souvent comme une procédure arbitraire et une « monnaie électorale » (p. 211) pour les administrateurs locaux. Pour les demandeurs, elle constitue un permis de travail ainsi qu’un passage obligé vers une ascension professionnelle et l’intégration au groupe français dominant. Cette intégration reste néanmoins incomplète, malgré la fréquence des « mariages croisés » (entre Français et Européens). Dans le chapitre 5, consacré aux pratiques résidentielles, l’auteur montre que celles-ci dépendent moins de facteurs ethniques que de facteurs socio-professionnels et des temporalités migratoires. Jusqu’à la veille de la Grande Guerre, les conditions de vie de la majorité des naturalisés demeurent toutefois inférieures à celles des « Français de souche », n’ayant pas d’ascendance étrangère (p. 301). Du fait de la cherté des loyers, ces derniers sont quasiment les seuls à bénéficier du parc de logement de la ville nouvelle construite à partir de 1860.

6La crise qui éclate au milieu des années 1890 est révélatrice de la laborieuse intégration des individus d’origine étrangère dans la population française d’Algérie (chapitre 6). La découverte du système clientéliste mis en place par certains élus d’ascendance italienne, dont le maire de Bône, Jérôme Bertagna, contribue à une stigmatisation sans précédent des naturalisés. Durant le mandat du gouverneur général Edouard Laferrière (1898-1900), l’adoption de mesures d’exception à leur égard, dont l’exclusion de l’Assemblée des Délégations financières, révèle le scepticisme qui entoure leur assimilation. Il faudra attendre les premières décennies du XXe siècle pour qu’on assiste, d’après l’auteur, à la formation d’une « identité commune » entre toutes les composantes de la population française (p. 347).

7La dernière partie analyse la période qui s’ouvre au lendemain de la Grande Guerre, caractérisée entre autres par la remise en cause du modèle colonial et la montée des tensions sociales et politiques. Le Chapitre 7 met en évidence les derniers sursauts d’une migration séculière et le déclin démographique de la population européenne et italienne. Si l’entre-deux-guerres apparaît comme la période d’une intégration réussie, H. Vermeren montre que les pêcheurs italiens naturalisés continuent à alimenter le débat sur l’assimilation des étrangers européens.

8Le Chapitre 8 interroge la place du peuplement italien et d’origine italienne dans la société bônoise de l’entre-deux-guerres. Face à l’enjeu que constitue désormais l’assimilation des Algériens musulmans, la question de l’intégration des populations d’origine européenne passe au second plan. La spécificité italienne tend à s’estomper, tandis que les clivages sociaux et politiques apparaissent au grand jour. H. Vermeren utilise la catégorie de « petits blancs » pour définir la majorité des Italiens naturalisés, comprenant une diversité de catégories socio-professionnelles intermédiaires. Cet ensemble composite trouve dans l’activisme politique et syndical un point de convergence. À l’autre bout de l’échelle sociale, les entrepreneurs édiles et les commerçants constituent une classe à part. Cette « élite coloniale » (p. 444) exerce une véritable mainmise sur la vie politique et le monde des affaires.

9Le neuvième et dernier chapitre interroge la place de Bône dans l’activisme fasciste. H. Vermeren montre d’abord à quel point l’Algérie, notamment le Constantinois, est centrale dans la lutte que le régime fasciste mène contre la prééminence française au Maghreb. Épousée par une partie de la notabilité bônoise, la propagande fasciste rencontre toutefois un succès limité et se heurte au front antifasciste algérien, qui rassemble avant tout des communistes français et algériens, attestant de la convergence de certaines luttes politiques et sociales.

10Dans cet ouvrage très dense, H. Vermeren parvient à croiser habilement et de façon inédite dans le cadre algérien l’histoire de la colonisation et celle de l’immigration. Les analyses sociologiques et spatiales, enrichies d’une cartographie de grande qualité, révèlent une connaissance très fine des concepts et des méthodes de l’histoire de l’immigration en France. L’un des principaux apports est la mise en évidence du volet maritime de l’entreprise coloniale française, jusqu’ici plutôt étudiée sous l’angle de la conquête militaire et de la dépossession foncière. Bien documenté et richement illustré, l’ouvrage aboutit aussi à quelques importantes révisions historiographiques. À partir du cas italien, l’auteur remet en question le mythe colonial d’une assimilation réussie des étrangers européens, repris par bon nombre d’historiens. La suspicion qui pèse sur les naturalisés et les remises en question périodiques de leur statut juridique révèlent une intégration sans cesse renégociée et toujours imparfaite.

11Dans la lignée des travaux d’Ann Laura Stoler sur les Indes néerlandaises et de Julia Clancy-Smith sur les migrations de travail en Méditerranée au xixe siècle, l’auteur montre que, loin de constituer un bloc homogène, les Européens en Algérie forment un ensemble composite tant du point de vue socioprofessionnel que des pratiques résidentielles. Toutefois, la stratification de la population européenne ne saurait faire oublier, souligne l’auteur, les profonds clivages entre Européens et colonisés qui se traduisent sur le plan spatial par une forte ségrégation résidentielle. Peu présents dans la ville tout au long du xixe siècle, les Algériens le sont aussi dans l’ouvrage de H. Vermeren. Pourtant, leur poids démographique augmente dans l’entre-deux-guerres et l’activisme syndical et politique évoqué dans le dernier chapitre laisse entrevoir de formes d’interactions et de solidarité qu’il aurait été intéressant d’approfondir.

12Nous aurions aimé en savoir davantage sur la vie culturelle à Bône et le rôle de l’école dans « l’émergence d’une culture locale » (p. 350) que l’auteur mentionne trop rapidement dans le chapitre 6, sans doute faute de sources. La notion de cosmopolitisme et le qualificatif « cosmopolite » reviennent à plusieurs reprises dans le texte (p. 412 ; 418 ; 523), sans que l’auteur prenne le temps de les définir ou de les interroger. Le terme « cosmopolitisme » est utilisé comme synonyme tantôt de « voisinage », tantôt de « multiculturalisme » (p. 522). Or ces notions ne sont ni neutres, ni interchangeables, comme l’ont montré les travaux sur les sociétés « cosmopolites » en Méditerranée orientale (Hanley, 2008 ; Gekas, 2009 ; Chiti, 2016).

13D’un point de vue formel, nous avons relevé quelques éléments qui rendent la lecture un peu moins fluide. La numérotation des tableaux et des figures ne correspond pas toujours à celle indiquée dans le texte (p. 253 ; 270 ; 278 ; 389 entre autres). L’annonce de la structure de l’ouvrage dans l’introduction aurait permis de mieux s’orienter dans sa lecture. Enfin, la qualité de certaines illustrations laisse à désirer (p. 361 ; 445 ; 497). Ces remarques ne sauraient ternir les apports importants de cet ouvrage pour l’histoire de l’Algérie coloniale, des migrations en Méditerranée et des rapports franco-italiens aux xixe et xxe siècles.

Haut de page

Bibliographie

CHITI Elena, 2016, « Quelles marges pour quels centres ? Perceptions arabes et européennes d’Alexandrie après 1882 » in Dakhli Leyla et Lemire Vincent (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 491-501.

GEKAS Athanasios, 2009, « Class and Cosmopolitanism: The Historiographical Fortunes of Merchants in Eastern Mediterranean Ports », Mediterranean Historical Review, 24, no 2, p. 95-114.

HANLEY Will, 2008, « Grieving Cosmopolitanism in Middle East Studies », History Compass, 6/5, p. 1346-1367.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annalaura Turiano, « VERMEREN Hugo, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie, Rome, École française de Rome, 2017, 628 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10521

Haut de page

Auteur

Annalaura Turiano

Berlin Graduate School of Muslim Cultures and Societies – Freie Universität

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page