Navigation – Plan du site

I. Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux XVIIe-XIXe siècles, Leyde, Brill, 2017

Athina Pfeiffer

Texte intégral

  • 1 I. Warscheid, Traduire le social en normatif : la justice islamique dans le grand Touat (Sahara alg (...)

1L’ouvrage Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux XVIIe-XIXe siècles constitue la publication de la thèse d’Ismail Warscheid (IRHT-CNRS) soutenue en 2014 à l’EHESS sous la direction de Houari Touati1. Par ce travail qui se veut exploratoire, I. Warscheid entreprend de repenser le rôle du droit musulman dans l’histoire des sociétés sahélo-sahariennes à travers l’exemple du Grand Touat (extrême Sud de l’Algérie). L’auteur y allie une approche socio-anthropologique à l’étude technique du fonctionnement de la justice au sein des oasis du Grand Touat aux XVIIe-XIXe siècles. Il s’appuie pour cela sur des sources de première main, souvent inédites, abritées dans des bibliothèques privées (ḫizāna, pl. ḫazāʾin) de la région. Ainsi, cinq recueils de jurisprudence colligés au Grand Touat entre 1750 et 1850 sont au cœur du travail d’I. Warscheid. Le plus emblématique est la Ġunya qui fut essentiellement compilée par deux éminents cadis issus de la famille al-Balbālī au début du XIXe siècle (p. 23-25). Afin de contextualiser ces compilations juridiques et d’en éclairer le contenu, I. Warscheid use également d’autres ouvrages manuscrits – récits de voyage, dictionnaires biographiques légués par les lettrés ksouriens des XVIIe-XIXe siècles – procurés lors d’enquêtes de terrain effectués entre 2009 et 2012.

2L’objectif était de se détacher des sources en langues occidentales et des topoï véhiculés par l’ethnographie coloniale, pour mettre en évidence une acculturation progressive des sociétés sahariennes à l’érudition islamique. De la sorte, I. Warscheid rompt notamment avec l’idée, qui imprégnait l’historiographie de l’Afrique du Nord, selon laquelle la vie normative des espaces ruraux maghrébins serait soumise au règne de la coutume, par opposition aux espaces citadins incarnant une culture juridique islamique (p. 187-188). L’auteur démontre au contraire que l’espace normatif oasien devrait être appréhendé comme une entité façonnée par l'interaction entre normes du fiqh, normes coutumières et habitudes sociales (chapitre 6). Par conséquent, la pratique du droit musulman ne serait de loin pas un phénomène strictement urbain. De la même manière, la présence de cadis, de muftis et d’un conseil consultatif (šūrā) composé de jurisconsultes locaux n’incarnerait pas une pâle reproduction d’institutions juridiques et judiciaires urbaines, mais relèverait de leur appropriation par la société lignagère oasienne. À la lecture des recueils de jurisprudence et des dictionnaires biographiques, l’auteur distingue par ailleurs quatre catégories au sein de la population locale : (1) les šurafāʾ détenant le pouvoir militaire (2) les marabouts qui revendiquent un statut approchant celui d’une aristocratie religieuse au sein de laquelle se recrutent notamment les cadis et les muftis (3) les haratins – assimilables à une main d’œuvre prolétaire – (4) les esclaves.

3La région oasienne du Sahara et la société qui la compose connurent le développement significatif d’une littérature vernaculaire à partir du XVIe siècle ; les écrits juridiques y prédominent, en particulier les recueils de consultations juridiques (fatwā, pl. fatāwā) auxquels s’attache I. Warscheid. Ces recueils regroupent également des transcriptions d’échanges épistolaires entre jurisconsultes ainsi que des actes notariés. Droit musulman et société au Sahara prémoderne propose de disséquer les conflits microsociaux dont les recueils de jurisprudence témoignent, afin de mettre en évidence la judiciarisation des rapports interpersonnels et la scripturalisation des modes de communication au sein de la société du Grand Touat (p. 13). Parallèlement aux possibilités qu’offrent ces compilations jurisprudentielles pour écrire l’histoire sociale, I. Warscheid souligne – à juste titre – que ces œuvres restent des textes normatifs traduisant la vision que portèrent les juristes oasiens sur leur société. Le prisme du regard des juristes pèse ainsi nécessairement sur notre compréhension des cas d’espèce. Conscient des limites que posent au chercheur cette riche littérature jurisprudentielle, I. Warscheid considère que celle-ci n’en constitue pas moins une « sorte d’archive littéraire de la judicature locale » (p. 78). De ces recueils de nawāzil (cas d’espèce), l’auteur établit l’existence d'institutions judiciaires islamiques locales qui auraient entrainé une reconfiguration des stratégies de recours au normatif (p. 13).

4L’ouvrage adopte successivement trois grands axes d’étude (p. 27), mêlant invariablement anthropologie historique et histoire du droit local. Tout d’abord, I. Warscheid consacre les deux premiers chapitres de son livre au développement de l’érudition musulmane dans la région du Grand Touat entre les XVe et XVIIIe siècles. Le chapitre 1 expose ainsi les dynamiques familiales qui travaillèrent les rapports des élites religieuses de la région. Il présente aussi l’essor de cercles savants comme un facteur central de l’acculturation de la société saharienne à la normativité musulmane. De cette acculturation participa la mise en place d’institutions judiciaires islamiques (cadi et mufti), dont les représentants appartenaient aux cercles des oulémas locaux. L’attention portée par I. Warscheid au rôle de ces institutions dans la diffusion d’un islam vernaculaire renouvelle en outre les discussions sur l’appropriation de marqueurs culturels musulmans par les populations locales (p. 10). Les compilations jurisprudentielles – qui apparaissent remarquablement tardivement au Grand Touat (XVIIIe siècle) – montrent quant à elle une conception à la fois lignagère et « corporatiste » du milieu lettré mentionné (p. 64). C’est en effet à partir des modalités de composition des recueils de nawāzil que I. Warscheid examine, dans un second chapitre, ce qu’elles traduisent du milieu savant régional et la manière dont ce milieu s’appropria les ressources du fiqh.

5Vient ensuite l’étude du fonctionnement de la justice dans le cadre de la société lignagère oasienne. L’auteur expose trois fondements institutionnels sur lesquels reposait le système judiciaire au Grand Touat : le cadi, le mufti et le conseil des notables locaux (ǧamāʿa) – duquel sont par ailleurs issus les notaires et les témoins instrumentaires. Alors que le pouvoir central du Makhzen assura le monopole de certaines grandes familles d’oulémas sur le cadicat, confirmant de fait la hiérarchie sociale oasienne, l’éloignement du Grand Touat de ce même pouvoir expliquerait, selon l’auteur, la constitution de ǧamāʿa-s communales pour réguler les affaires locales (pp. 100 ; 106). Il souligne à ce titre le rôle central qu’occupait la ǧamāʿa dans le processus de résolution des conflits (p. 110), que les oulémas justifièrent par la doctrine juridique malikite. I. Warscheid se garde cependant d’adopter une conception fonctionnaliste de la mise en place d’un système judiciaire local. En effet, des tensions résultèrent régulièrement d’un tel système où l’individu était en permanence confronté aux intérêts du collectif. L’analyse fonctionnaliste est en outre écartée en ce qui concerne le rôle des jurisconsultes comme solveurs de conflits (p. 126-127). Somme toute, le prétoire du juge et l’auditoire du mufti restent présentés par l’auteur comme de nouveaux espaces privilégiés où pouvaient résonner les conflictualités sociales et les intérêts individuels à l’aune du fiqh. Le chapitre 4 aborde plus avant les ressorts performatifs du discours engendré par l'expertise juridico-religieuse du mufti dans le cadre de la diffusion de l'islam normatif à l'échelle locale (p. 129). Les consultations mutuelles entre juristes, le recours à l’autorité des oulémas par les plaignants (qui montrent par ailleurs une maîtrise conséquente des ressources intellectuelles de l’école juridique malikite), ainsi que l’encadrement normatif établi par les jurisconsultes furent autant de moyens pour diffuser l’islam normatif.

  • 2 S. F. Moore, Law as Process : An Anthropological Approach, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978.

6Enfin, l’auteur explore en quatre chapitres les enjeux sociaux et culturels de l'appropriation de la justice islamique par les différents acteurs de la société ksourienne. Pour cela, il s’intéresse dans un premier temps aux modalités d'interactions entre institutions communautaires et magistrature musulmane au XVIIIe siècle (chapitre 5). Nous relèverons en particulier que, si l’assemblée des notables concourait à la force contraignante des jugements rendus par le cadi tout en étant susceptible d’exercer sa médiation lorsqu’un litige menaçait de porter sérieusement atteinte aux intérêts de la collectivité (p. 165), la ǧamāʿa pouvait également adopter la position de justiciable au prétoire. Notons néanmoins sur ce dernier point que le premier exemple mobilisé par I. Warscheid présente moins la ǧamāʿa en qualité de justiciable que comme le premier recours d’une procédure judiciaire portée in fine devant la magistrature (p. 163-164). Le sixième chapitre s’attarde ensuite sur la notion de coutume. Il apporte des éléments supplémentaires à l’important débat historiographique que ce concept a suscité dans les études sur le droit musulman en Afrique du Nord (p. 186). I. Warscheid entend en effet évaluer la pertinence des remarques sur le droit coutumier formulées par Sally Falk Moore2 pour penser les rapports entre fiqh et formations coutumières à partir de l'exemple du Grand Touat. L’auteur écarte expressément toute fracture supposée entre coutume et fiqh. L’espace normatif oasien devrait au contraire être conçu comme une seule entité normative façonnée par l'interaction entre normes du fiqh, normes coutumières et habitudes sociales. Les normes communautaires, une fois validées par le discours juridique comme ʿurf ou ʿāda, étaient alors susceptibles de jouer un rôle clé dans les procès (p. 203).

7Droit musulman et société au Sahara prémoderne poursuit, dans le chapitre 7, la réflexion sur les enjeux sociaux et culturels de l'appropriation de la justice islamique en initiant un renversement de perspective. En outre, l’intérêt d’I. Warscheid est moins de vérifier l’application par les jurisconsultes de normes du fiqh à l’échelle locale que de sonder les usages que font les populations oasiennes du prétoire islamique et la réaction des juges face à une telle appropriation de l’institution judiciaire (p. 213). Son analyse du rôle de l’écrit (les actes notariés) dans le cadre de la procédure judiciaire est édifiante en la matière (p. 226). Cette dynamique participerait une fois de plus à l’acculturation des populations locales au droit musulman. L’ultime chapitre de l’ouvrage nourrit cette réflexion en traitant le cas d’une population autrement invisible en dehors de la littérature jurisprudentielle, c’est-à-dire les femmes. Au moyen d’une analyse sociologique des nawāzil, I. Warscheid insiste sur le pouvoir de conservation de l’organisation sociale que les tribunaux auraient exercé (par exemple p. 257). L’exercice d’un cadrage normatif réaffirmant régulièrement le caractère paternaliste de la société oasienne n’empêchait cependant pas la souplesse des juges à l’égard des doléances qui leur étaient portées par les populations féminines (p. 239). Au milieu de cette oscillation ininterrompue, l’auteur met en avant la capacité des femmes à s’approprier activement leurs cadres de vie par les recours en justice (p. 265).

8En guise de conclusion, l’ouvrage d’I. Warscheid est remarquable par l’étendu des éclairages nouveaux qu’il apporte sur les institutions juridiques au Grand Touat, sur les caractéristiques de la société qui compose cet espace, mais aussi sur les rapports que les ksouriens entretinrent avec le droit musulman. Il ouvre ainsi de nombreuses pistes de recherche. L’auteur nous présente la richesse des recueils de jurisprudence oasiens pour renouveler notre connaissance du droit et des sociétés prémodernes au Sahara dès lors que l’on a conscience des défis méthodologiques que posent ces œuvres. En définitive, on ne peut qu’espérer une future édition critique de cette documentation. Une telle entreprise, qui exigerait de rassembler d’autres manuscrits de ces compilations, permettrait d’apprécier davantage l’étendue de la circulation et de l’influence de ces recueils au Grand Touat et dans les espaces voisins.

Haut de page

Notes

1 I. Warscheid, Traduire le social en normatif : la justice islamique dans le grand Touat (Sahara algérien) au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat sous la direction de Houari Touati, Paris, EHESS, 20

2 S. F. Moore, Law as Process : An Anthropological Approach, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Athina Pfeiffer, « I. Warscheid, Droit musulman et société au Sahara prémoderne : la justice islamique dans les oasis du Grand Touat (Algérie) aux XVIIe-XIXe siècles, Leyde, Brill, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 02 octobre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10534

Haut de page

Auteur

Athina Pfeiffer

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page