Navigation – Plan du site

LAURENS Henry, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV, CNRS éditions, 2017, 752 p.

Leyla Dakhli

Texte intégral

1Le dernier volume en date des « orientales » du professeur Henry Laurens porte la marque, comme les précédents, des années pendant lesquelles il a rédigé ces conférences, articles et interventions, celles-ci coïncidant avec son entrée au Collège de France comme titulaire de la Chaire d’histoire contemporaine du monde arabe, en 2004.

2Plus encore peut-être que les précédents volumes, cette livraison apparaît comme une biographie intellectuelle, en résonnance avec les événements qui secouent le Moyen-Orient. On pourrait penser alors que, répondant à la demande sociale pressante sur ses sujets d’expertise, l’essentiel de ces orientales-là se soit tourné vers l’aujourd’hui. Pourtant, ce qu’on peut y lire est aussi, comme l’énonce l’auteur, « une défense et illustration d’une histoire contemporaine au sens très large du terme, allant du xviiie siècle, voire avant, à nos jours ».

3Le volume s’ouvre, naturellement, sur la Leçon inaugurale, défense forte d’un orientalisme français, érudit et empathique, qu’Henry Laurens choisit de porter, voire d’incarner. On est là d’emblée dans ce qui a fait l’originalité de la parole de cet historien : assumer son héritage et le porter, avec son temps, vers d’autres chemins. Alors que nombre de chercheurs spécialistes du Moyen-Orient se défendent d’être des orientalistes ou cherchent à camoufler ce qui fait d’eux des orientalistes, Henry Laurens l’affirme, à la fois par jeu et par sérieux. Entrer au Collège de France, c’est prendre au sérieux ceux que l’on suit en ces lieux. Mais y entrer au xixe siècle, c’est cheminer à la fois avec Edward Saïd et Louis Massignon, Jacques Berque (et les autres) pour tracer un chemin orientaliste qui soit aussi une « vraie science du contemporain » (p. 10).

4À partir de là, on comprend comment l’orient d’Henry Laurens se déplace avec le monde et ses enjeux contemporains. Ses contributions se déclinent autour de notions qu’il travaille à plusieurs échelles et selon des angles divers. L’Orient (p. 27-202) rassemble des articles sur l’orientalisme et les orientalistes, constituant une véritable histoire de cette notion savante autour de personnages clés comme Ernest Renan ou Sylvestre de Sacy. Rappelons qu’Henry Laurens a dirigé en 2013 un ensemble de travaux sur E. Renan (rassemblés sous le titre : Ernest Renan ; la science, la religion, la République, Éditions Odile Jacob, 2013, coll. « Travaux du Collège de France », 300 p.). Dans les deux parties suivantes, la Méditerranée et sa géopolitique sont au centre (p. 207-338). On y lit en particulier des investigations sur les liens entre l’Europe et les mondes méditerranéens du sud et de l’est (que ce soit le monde arabe, l’Empire ottoman, le monde musulman, la « Méditerranée » comme projection, le Moyen-Orient). Là aussi, on peut remarquer comme la variété des prises de parole et interventions permet de varier la focale et de faire dialoguer des situations historiques, des dénominations et leurs évolutions. Ainsi en est-il de la « chose franco-arabe » par exemple, que Laurens reprend à la leçon inaugurale de Jacques Berque et qu’il définit – à la place de Berque –, alors dans l’incapacité de le faire parce que trop pris dans l’événement de Suez (1956) comme « une rencontre dans les circonstances multiformes de l’histoire » (p. 272). Cet ensemble d’articles, on l’aura compris, déplace les questions mais retrouve les mêmes objets et les mêmes acteurs, ceux qui font la politique arabe/musulmane/ méditerranéenne de la France et de l’Europe.

5La partie intitulée « Empire » marque comme une transition dans l’ouvrage. On y quitte l’Europe et ses orients pour une présentation de la notion d’Empire, notamment par un article général sur l’histoire de la notion d’Empire et ses évolutions (des empires anciens aux empires coloniaux) qui explore en conclusion les « besoins d’empire ».

6C’est avec la partie « Moyen-Orient » que l’on quitte l’Europe (et la France) pour aller vers le monde arabe, un monde arabe pris entre le 11 septembre 2001 et les printemps arabes. Dans cette deuxième grande phase de l’ouvrage, on entre de manière apparemment plus directe dans le contemporain, puisqu’elle s’ouvre avec l’après 11 septembre 2001, qui voit Henry Laurens déplacer ses questionnements géopolitiques vers l’Amérique de Bush, remettre en question la vision « pétrole-oriented » des liens entre les administrations américaine et de la péninsule arabique (notamment en redonnant un peu de profondeur historique à leurs interrelations). C’est en ce lieu là aussi que l’on trouve l’ensemble de ses contributions sur la Palestine, qui accompagnent l’écriture et la parution de sa magistrale Question de Palestine. Restent, dans ce bloc, deux parties énigmatiques : l’une, « Culture Politique », n’est constituée que d’un seul texte (sur Akram al-Hawrani, une lecture de ses mémoires) et l’autre, réunissant sous le titre « Terrorisme » les réflexions de l’auteur sur le terme « terrorisme » et ses usages historiques et un texte inédit (sous cette forme) sur les printemps arabes.

7La première énigme est celle-ci : la saisie de la culture politique arabe, considérée comme un moyen de « saisir le monde arabe dans sa globalité pour la période considérée » (p. 21) et annoncée dans la leçon inaugurale comme l’un des chantiers pour la chaire, notamment pour le séminaire de recherche, est ici entreprise par les communications issues du séminaire du Collège de France consacré à la lecture des Mémoires d’Akram al-Hawrani. Il est difficile de savoir si cette maigre trace (7 pages) est le résultat d’un déplacement des centres d’intérêt, ou si elle rend compte de la difficulté à accéder à ce corpus massif, qui nécessiterait certainement d’engager un programme collectif de collecte et de lecture. Le choix d’en laisser la trace ici est certainement une manière de prolonger et d’indiquer une voie.

8La seconde énigme concerne les printemps arabes. S’il est aisé de comprendre la lecture que fait l’historien de ces événements, à la lumière du présent, conduisant Henry Laurens à parler d’un « cycle de transformations profondes qui a débuté à la fin 2010 en Tunisie » sans adhérer ni à la mythologie révolutionnaire, ni à celle de la contre-révolution, il est plus compliqué d’expliquer pourquoi ce texte se situe entre deux essais sur le terrorisme. Ce choix éditorial produit comme une ombre portée sur ce texte qui se présente comme une mise en contexte des événements de 2010-2016, nourrie de comparaisons avec les cycles révolutionnaires européens et de généalogies des mouvements révolutionnaires dans le monde arabe. Il en résulte une saisie du moment contemporain, de l’histoire immédiate de la région, sous le signe du terrorisme.

9Si l’on accepte la clé de lecture de cet ouvrage proposée par son auteur (sous la forme d’une « autobiographie intellectuelle ») et que l’on met de côté la somme de savoir et le foisonnement qui le caractérise, on ne peut qu’être frappé par le retour aux sources opéré par Henry Laurens dans ces « années Collège de France » : retour à l’examen des productions orientalistes, compréhension savante du monde arabe et réflexion sur le contemporain appréhendé par le politique et la géopolitique. L’Orient dont il s’agit, « dans tous ses états », est alors bien celui qui est perçu au sein du jeu international, gouverné et saisi par une série de perceptions diplomatiques et d’expertises. Après l’avoir compris comme un espace impérial, puis comme un élément du jeu de la Guerre froide, il est aujourd’hui perçu à travers la catégorie du terrorisme, magnifiquement caractérisée par Henry Laurens comme un « personnage historique », « un symptôme qu’il faut traiter en prenant en compte ce qu’il révèle » (p.  709). Il y a alors, dans le volume, de quoi penser ces situations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leyla Dakhli, « LAURENS Henry, L’Orient dans tous ses états. Orientales IV, CNRS éditions, 2017, 752 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 04 octobre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/10545

Haut de page

Auteur

Leyla Dakhli

CNRS, Centre Marc Bloch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page