Navigation – Plan du site

EYCHENNE Mathieu, MEIER Astrid, VIGOUROUX Élodie, Le waqf de la mosquée des Omeyyades de Damas. Le manuscrit ottoman d’un inventaire mamelouk établi en 816/1413, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2018.

Brigitte Marino

Texte intégral

1 La publication de cet ouvrage monumental a une longue histoire. À la fin des années 1970, une copie du manuscrit sur lequel il se fonde fut communiquée par la direction de la mosquée des Omeyyades de Damas au grand érudit Bassām al-Ǧābī. Celui-ci envisagea alors de l’éditer, en collaboration avec deux chercheurs de l’Institut français de Damas, Sarab Atassi et Jean-Paul Pascual qui, à la fin des années 1990, le montrèrent à Astrid Meier, venue de l’université de Zurich pour effectuer des recherches sur les waqf-s de Damas à l’époque ottomane. En 2010, deux médiévistes de l’Institut français, Mathieu Eychenne (M. E.) et Élodie Vigouroux (É. V.), entreprirent, avec Astrid Meier (A. M.), et en accord avec les détenteurs de cette copie, d’éditer ce manuscrit qui se présente sous la forme d’un registre composite de 174 folios en format A3 dont l’original a disparu. Historiens partageant un intérêt commun pour la codicologie et la diplomatique, ils se proposèrent d’en étudier la forme et le contenu en fonction de leurs compétences respectives (histoire urbaine, histoire rurale, histoire des pratiques et des procédures juridiques).

  • 1 Aux quelques références citées par les auteurs sur l’occurrence de ce terme dans diverses sources ( (...)

2 Ce registre comprend l’inventaire (arīḥ)1 des biens de la mosquée des Omeyyades qui fut rédigé en 816/1413 sous le règne du sultan mamelouk al-Mu’ayyad Šayẖ (r. 1412-1421), copié en 924/1518, peu de temps après la conquête ottomane des provinces syriennes, et confirmé en 930/1524. Il ne s’agit pas d’un acte de fondation de waqf (waqfiyya) mais d’un document destiné à authentifier la liste des biens affectés au waqf de la mosquée des Omeyyades, suite à une plainte. Au début d’un long processus d’authentification figure en effet une demande de jugement sur la valeur légale de l’inventaire des biens de la mosquée des Omeyyades. Outre l’inventaire, qui constitue une source de toute première importance sur l’histoire de Damas et de son environnement rural à l’époque mamelouke, le registre comprend une riche documentation sur les procédures juridiques destinées à authentifier l’inventaire à l’époque mamelouke, ainsi que sa copie établie à l’époque ottomane. Cette documentation « détaille ainsi le processus grâce auquel le système judiciaire pouvait affirmer qu’un document légal n’avait pas perdu sa validité avec le temps » (p. 22).

3 Comme cela est indiqué dans l’introduction de l’ouvrage, le registre débute par une liste de sept pages comprenant plus de trois cents entrées réparties en biens construits, biens soumis à l’impôt foncier, ruines, et waqf indépendants. Dans l’inventaire qui suit cette liste, et qui débute par les authentifications établies à l’époque mamelouke, les biens situés à Damas et dans ses faubourgs sont précisément décrits et localisés selon une distinction entre les biens construits en activité, les biens construits restaurés et les biens construits en ruine. La description des biens situés en milieu rural (174 entrées) ne comprend, quant à elle, aucune indication sur leur état ; cela conduit les auteurs à présumer que ces propriétés procuraient alors des revenus à la mosquée (p. 239).

4 L’ouvrage dont il est question ici comprend quatre parties :

5 I. Édition et traduction du registre (p. 19-234)

6 II. Neuf études articulées autour de trois axes (la description des biens waqf de la mosquée des Omeyyades d’après l’inventaire, le waqf de la mosquée des Omeyyades, l’établissement du registre, p. 235-365)

7 III. Dictionnaires et glossaires (p. 369-518)

8 IV. Fac-Similé du manuscrit (p. 519-692)

9 Un important corpus cartographique (p. 693-712) ainsi que deux dépliants où sont localisés les biens mentionnés dans l’inventaire ont, par ailleurs, été réalisés par M. Eychenne et É. Vigouroux. Cette documentation cartographique est directement liée à l’imposant dictionnaire toponymique et topographique établi par ces deux auteurs (p. 375-486) et à leurs deux études sur les biens urbains et ruraux (p. 241-257 et p. 259-291). En relation avec les activités mentionnées dans l’inventaire, É. Vigouroux a, quant à elle, conçu un beau dictionnaire des noms de métiers et des activités commerciales et artisanales (p. 487-503).

10 La date à laquelle fut dressé l’inventaire justifie le fait que la plupart des études concernent l’époque mamelouke. Cela est notamment le cas pour les études consacrées à la description des biens waqf de la mosquée des Omeyyades d’après l’inventaire :

11. L’inventaire et son contexte historique (M. E. et É. V., p. 235-240)

12. Les biens urbains de la mosquée des Omeyyades (É. V., p. 241-257)

13. Éléments pour une étude de la Ghouta médiévale (M. E., p. 259-291)

14. L’accès à la terre et à l’eau. Pratiques mameloukes et ottomanes (A. M., p. 293-301)

15 De violents conflits survenus en 791-793/1389-1391, puis l’invasion mongole dirigée par Tamerlan en 803/1400-1401 avaient provoqué d’importants dommages dans la ville, notamment dans la mosquée des Omeyyades. Pour ces raisons, les biens affectés au waqf de cette institution, eux-mêmes détériorés, n’étaient plus vraiment en mesure de procurer des revenus permettant de procéder à sa restauration. Ainsi, « afin d’éclairer l’état des comptes du waqf, il était indispensable de disposer d’un document présentant un état des lieux des biens de la mosquée, indiquant s’ils étaient alors en état de fournir des revenus ou non » (p. 237).

16Les auteurs s’efforcent de reconstituer les pérégrinations des enquêteurs dans les divers espaces urbains et ruraux pour tenter de comprendre l’organisation de l’inventaire et ils se livrent à une analyse approfondie de ce document, apportant une contribution de grande valeur sur l’histoire de Damas et de son environnement rural à l’époque mamelouke.

17 Les termes techniques relatifs aux questions hydrauliques et aux divers types de contrats sur les terres agricoles font l’objet d’une petite étude réalisée par A. Meier (p. 293-301), véritable experte dans ces domaines. À travers treize actes établis en 1130/1718, elle retrace notamment l’itinéraire d’une délégation chargée par le grand cadi de déterminer les loyers des terrains affectés au waqf de la mosquée des Omeyyades. La reconstitution de cet itinéraire à l’époque ottomane rappelle les pérégrinations des enquêteurs chargés de procéder à l’inventaire des biens de cette mosquée au ixe/xve siècle.

18 Le waqf de la mosquée des Omeyyades est ensuite analysé autour de quatre études :

19. Le financement de la mosquée des Omeyyades (M. E., A. M. et É. V., p 305-309)

20. La gestion de la mosquée des Omeyyades et de son waqf (M. E., p. 311-326)

21. La constitution du mawqūf urbain de la mosquée des Omeyyades (É. V., p. 327-344)

22. Le devenir de quelques biens urbains de la mosquée des Omeyyades sous les Ottomans (A. M., p. 345-347)

23 Les auteurs évoquent le rôle initial du Trésor (bayt al-māl) dans le financement des mosquées et retracent clairement l’histoire de l’institution du waqf « qui n’existait pas au temps de la fondation de la mosquée des Omeyyades au premier siècle de l’hégire » (p. 305). Ils présentent ensuite trois importantes sources historiques sur le financement de la mosquée des Omeyyades et le statut de ses biens aux xiie, xiiie et xive siècles : une enquête réalisée en 554/1159 sur les propriétés assignées à la mosquée des Omeyyades, relatée par Abū Šāma (m. 1268), l’établissement de copies de documents liés au waqf de cette mosquée en 668/1270 selon Ibn Šaddād (m. 1285) et les propos d’un juge damascène, al-Ṭarsūsī (m. 1357), sur son administration.

24 Illustrée par deux tableaux comprenant la liste chronologique des inspecteurs (nāẓir) aux xiiie, xive et xve siècles, la remarquable étude de M. Eychenne sur la gestion de la mosquée des Omeyyades et de son waqf fait apparaître qu’« au milieu des années 1360, un changement majeur intervient dans l’administration de la mosquée des Omeyyades : l’attribution de la charge de nāẓir à des émirs mamlouks » (p. 322).

25 La minutieuse enquête menée par É. Vigouroux sur la constitution du mawqūf urbain de la mosquée des Omeyyades à partir des sources narratives se propose, pour les divers secteurs de la ville intra-muros et des faubourgs, d’identifier l’origine de certaines propriétés et dater leur intégration dans le waqf, tout en montrant le rôle des inspecteurs civils et des personnages politiques dans le développement de cette institution.

26 Plus modeste est l’étude d’A. Meier sur le devenir de quelques biens urbains de la mosquée des Omeyyades sous les Ottomans « qui mériterait une étude à part entière » et qui a « seulement pour but d’attirer l’attention des chercheurs » (p. 345).

  • 2 Notons que le nom du cadi qui a procédé à la confirmation de 930/1524 n’est pas Šams al-Dīn Aḥmad b (...)

27 La contribution majeure d’A. Meier dans cet ouvrage concerne l’établissement du registre. Sur une période de quatre siècles (816-1276/1413-1860), elle analyse l’évolution de la pratique notariale à travers une succession d’authentifications (p. 351-368) qui sont répertoriées dans deux tableaux figurant déjà dans l’introduction consacrée à la structure du registre, à la présentation de l’inventaire et à la transmission de celui-ci des Mamelouks aux Ottomans (p. 24-25 et 30) : le premier (tableau 1, p. 361) est consacré aux douze authentifications de l’inventaire établies à l’époque mamelouke, sur une période d’un siècle, par des juges affiliés aux quatre écoles juridiques (919-816/1513-1413) (fol. 8b-27a/p. 49-55) ; le second (tableau 2, p. 362-363) est consacré aux vingt et un actes d’authentification de la copie de l’inventaire établis à l’époque ottomane, sur une période de trois siècles, en général sous le contrôle du juge hanafite (930-1276/1524-1860) (fol. 149a-169a)2.

  • 3 Comme le remarque A. Meier, elle-même germanophone, « toutefois, du fait qu’il soit écrit en allema (...)

28 Comme l’indique A. Meier, les pratiques d’authentification des actes juridiques par les cadis et les témoins, qui peuvent se réaliser soit par un appel à témoigner (išhād), soit par une attestation de conformité (isǧāl), ont été examinées dans les travaux pionniers de R. Vesely dans les années 1970 et, plus récemment, par Ch. Müller dans l’ouvrage qu’il a consacré au fonctionnement de la justice mamelouke à Jérusalem (Müller, 2013)3 puis, dans un article consacré plus particulièrement à l’authentification des actes juridiques (Müller, 2018). C’est dans le prolongement de ces études qu’elle se livre à une reconstitution de ces authentifications établies ici sur une longue période par les Mamlouks puis les Ottomans.

29 À propos de ce corpus juridique, A. Meier indique que « le but de cette étude préliminaire était d’attirer l’attention des historiens des pratiques notariales dans le monde islamique sur ce qui pourra contribuer à une étude approfondie du registre édité ici » (p. 360). Il est regrettable que cette étude approfondie n’ait pas été réalisée dans cet ouvrage.

30 Le lecteur ne peut être qu’admiratif devant l’immense étude topographique et toponymique qui a été accomplie sur Damas et la Ghouta grâce à ce registre qui rend compte de pratiques administratives et juridiques mises en œuvre aux époques mamelouke et ottomane. Face à ce travail qui constituera une référence incontournable, il s’interroge toutefois sur la présence de la ruine dans l’espace urbain qui, bien que mentionnée dans l’inventaire, n’a pas été cartographiée ici. Pour satisfaire sa curiosité sur la ruine, il est invité (p. 14, 241) à consulter la thèse d’É. Vigouroux qui est malheureusement encore inédite.

31 Par ailleurs, le lecteur regrettera sans doute que ce manuscrit, qui sommeille depuis tant d’années, n’ait pas été édité dans sa totalité. À l’image du registre, l’ouvrage revêt en effet un caractère composite : certaines parties ont été éditées, traduites et analysées, d’autres ont été éditées et analysées, d’autres ont seulement été analysées. Pour le plus grand bonheur des chercheurs concernés, les authentifications établies à l’époque mamelouke ont été éditées et peuvent être replacées dans un contexte déjà connu grâce à plusieurs études antérieures. Si l’on peut consulter le fac-similé des vingt et un actes juridiques qui ont été établis à l’époque ottomane et qui figurent en annexe de l’inventaire, les spécialistes de l’histoire ottomane ou des pratiques juridiques déploreront, quant à eux, le fait qu’ils n’aient pas été édités dans cet ouvrage. Il est vrai que leur édition aurait été beaucoup moins aisée que celle de l’inventaire. Bien que les auteurs aient « choisi de rendre accessible aux spécialistes le fac-similé du registre » afin de « conserver une image du manuscrit et susciter de futures études » (p. 15), force est de constater que, en raison de la diminution du format du manuscrit qui a dû être opérée pour l’impression de l’ouvrage, cette édition sera encore moins aisée pour les générations futures qui souhaiteraient s’y atteler.

32 Les historiens qui se livreront à une recherche sur le waqf de la mosquée des Omeyyades à l’époque ottomane pourront prolonger les études réalisées ici par les médiévistes sur la gestion de cette fondation et l’évolution de son parc immobilier. Les quelques éclairages apportés dans cet ouvrage sur le waqf de cette mosquée à l’époque ottomane tracent en effet des pistes prometteuses dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Müller Christian, Der Kadi und seine Zeugen : Studie der mamlukischen aram-Dokumente aus Jerusalem, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2013.

Müller Christian, « The Power of the Pen: Cadis and their Archives. From Writings to Registering Proof of a previous Action taken », in Bausi Alessandro, Brockman Christian, Friedrich Michael et Kienitz Sabine (éd.), Manuscripts and Archives. Comparative Views on Record-Keeping, Berlin, De Gruyter, 2018, p. 361-385.

Salati Marco, « Un documento di epoca mamelucca sul waqf di ‘Izz al Dīn Abū l-Makārim, amza b. Zuhra al-usaynī al-Isḥāqī al-alabī (ca. 707/1307) », Annali di Ca’Foscari, 1994, XXXIII/3, p. 97-137.

Haut de page

Notes

1 Aux quelques références citées par les auteurs sur l’occurrence de ce terme dans diverses sources (p. 20-21), on pourrait ajouter Salati, 1994, p. 127, 128.

2 Notons que le nom du cadi qui a procédé à la confirmation de 930/1524 n’est pas Šams al-Dīn Aḥmad b. Ǧamāl al-Dīn b. Yūsuf comme cela est indiqué dans le tableau 2 (p. 30 et p. 362), mais Šams al-Dīn Aḥmad b. Ǧamāl al-Dīn Yūsuf, comme cela est indiqué dans le fac-similé (fol. 146b/p. 670), l’édition (p. 205) et le texte (p. 22).

3 Comme le remarque A. Meier, elle-même germanophone, « toutefois, du fait qu’il soit écrit en allemand, ce livre n’est pas facilement accessible à la plupart des chercheurs intéressés » (p. 351).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « EYCHENNE Mathieu, MEIER Astrid, VIGOUROUX Élodie, Le waqf de la mosquée des Omeyyades de Damas. Le manuscrit ottoman d’un inventaire mamelouk établi en 816/1413, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2018.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11434

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Iremam, Aix-en-provence, France, marino@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page