Navigation – Plan du site
Nécrologie

Gérard D. Khoury (1938–2017)

Un historien en quête de sens
Nadine Méouchy
p. vol. 143

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Mémoire de l’Aube – Chroniques libanaises 1918 – 1920, Publisud, Paris, 1987. Et (...)

1Rien ne prédestinait Gérard D. Khoury à devenir celui qu’il fut pour nous tous, ses amis et collègues : l’historien de la naissance du Liban contemporain, l’enquêteur minutieux sur les hommes qui firent l’histoire du Proche-Orient moderne, le découvreur d’archives et le romancier des coulisses de l’histoire1 de ce pays qu’il aima avec passion.

  • 2 Gérard D. Khoury a traduit en français l’ouvrage d’E. Fromm The Revolution of Hope, sous le titre E (...)
  • 3 Gérard signait tous ses textes « Gérard D. Khoury », le « D » se rapportant à son nom de l’état-civ (...)

2Gérard, fils unique d’une famille de grands commerçants du centre-ville de Beyrouth, est né dans un milieu ami de la France et de sa culture. Son père le destinait à prendre sa suite dans la société d’import-export et imaginait pour lui une vie de gentilhomme beyrouthin. Grâce à des études en sciences économiques en France, Gérard cherche à échapper à ce destin traditionnel. Par ailleurs, une rencontre décisive, faite à l’âge de 23 ans, avec le psychanalyste Erich Fromm2 permet que s’ouvre à lui un monde de sens nouveaux, bien éloigné de celui, tout en conventions, de son père… Pris entre deux univers également aimés, celui, paternel, de l’Orient levantin qu’il fuit et celui de la France où il s’installe en quête d’un chemin qui lui soit propre, Gérard conserve malgré tout dans son nom la trace de son patronyme3.

3Alors qu’il dirige l’Office du tourisme du Liban à Paris entre 1966 et 1971, il épouse Marie Guilguet, jeune avocate au barreau de Paris et désormais compagne fidèle d’une vie consacrée à la quête du sens de toutes choses, à commencer par celui de sa propre existence. Marie deviendra ensuite magistrate à Aix sans cesser d’accompagner Gérard dans le mouvement de son incessante quête.

  • 4 Éditions Noël Blandin, Paris, 1991.

4Lorsque, le 13 avril 1975, éclate la guerre civile libanaise, Gérard D. Khoury, frappé par le monde en crise qui est le sien et protégé par la sérénité distante de la France, ne peut cacher ses interrogations : lui le chrétien libanais, un temps tenté par le nationalisme arabe et pourfendeur du confessionnalisme, veut comprendre d’où vient ce déferlement de souffrances sur son pays. Dans La maison absente4, roman qui résonne comme des confessions, Gérard écrira en effet :

En contrepartie de la sécurité qui m’est offerte, de la possibilité de me ressaisir, de prendre un nouveau départ, j’aurais voulu ces dernières années – je le souligne pour calmer ma mauvaise conscience – alerter, expliquer, défendre la cause de mon pays, réclamer pour lui le « droit à la paix et à la vie » (p. 40).

  • 5 Éditions A. Colin, Paris. Cet ouvrage est la publication de sa thèse soutenue à l’INALCO en novembr (...)

5Il décide donc de reprendre des études mais, cette fois-ci, en histoire. Il choisit la période de la création de l’État du Liban, mû par ce souci constant de comprendre comment son pays en est arrivé à la guerre civile. Dès 1976, il écume les archives diplomatiques de Paris et de Nantes, ainsi que celles d’autres centres, à la recherche de cette histoire qui fut d’abord la sienne. Il y rencontre des figures emblématiques de la période charnière qui se situe entre, d’une part, la fin de l’Empire ottoman et le partage des provinces syriennes de l’Empire et, d’autre part, la mise en place des États nationaux par la France et la Grande-Bretagne : Louis Massignon, le « cheikh admirable », Clemenceau, Robert de Caix, les colonels Cousse et Toulat, officiers de liaison auprès du gouvernement arabe de Damas, Gabriel Bounoure, le haut fonctionnaire, ami de Massignon, mais aussi Sélim Takla et tous ceux qui furent au Liban les artisans du Pacte National (1943). En 1993, dans La France et l’Orient arabe – Naissance du Liban moderne 1914–19205, Gérard D. Khoury trouve et publie le texte signé et inédit du célèbre accord Faysal-Clémenceau (6 janvier 1920) dont l’existence se voyait enfin confirmée.

  • 6 Belin, Paris. Voir la recension que j’en ai fait dans la REMMM : http://journals.openedition.org/re (...)

6Il met en lumière la longue note du 17 juillet 1920, adressée par Robert de Caix au général Gouraud, laquelle contient les termes de la politique française en Syrie et au Liban : division des territoires, instrumentalisation des minorités. C’est parce que Gérard D. Khoury comprend le rôle central de Robert de Caix dans la mise en place de la politique mandataire, pour laquelle faire barrage à la perfide Albion est devenu une obsession, qu’il finira par lui consacrer en 2006 un ouvrage lumineux, une somme documentaire remarquable : Une tutelle coloniale – Le mandat français en Syrie et au Liban – Écrits politiques de Robert de Caix6.

7La voie royale des archives, qui fut la sienne, le conduit à prendre acte de la complexité des acteurs de tous bords. Il s’intéresse alors aux hommes du Pacte national de 1943, encore une fois pour comprendre où se logea la faille qui empêcha les élites politiques libanaises de construire l’unité nationale à l’indépendance. Finalement, comme dans la guerre civile de 1975-1990, il admet la responsabilité des deux camps :

Combien de temps ai-je mis à admettre que ce qui se dit et s’écrit sur cette guerre l’alimente, que pour chaque camp il y a un ennemi certain qui n’est pas, à l’évidence, le seul coupable ; que jouer des mentalités religieuses – mais qui a échappé à cela avant d’accéder à la conscience ? – pour mieux manipuler les peuples et les pays, c’est provoquer une chose en retour d’une nature aussi extrême que le mépris avec lequel s’est opérée la manipulation. (La maison absente, p. 74)

  • 7 Vergers d’Exil – Gabriel Bounoure, G. D. Khoury (dir.), Geuthner, Paris, 2004.
  • 8 Le texte, daté du 5 juin 2015, est intitulé : La politique occidentale à l’égard des Sunnites du Mo (...)

8De son amitié avec le lettré égyptien Lutfallah Sleiman, rescapé des geôles de Nasser, à son admiration pour le haut-fonctionnaire français, Gabriel Bounoure, démis de ses fonctions au Liban en 1952 pour avoir critiqué la politique arabe de la France et auquel notre historien consacra un ouvrage d’hommages7, Gérard D. Khoury a tissé des liens qui montrent qu’il reconnaissait la valeur des hommes. Il fut aussi un historien sans concession de la relation asymétrique entre la France, l’Occident et le Liban, le Proche-Orient… Il en appelle aux faits historiques pour expliquer les conséquences actuelles des politiques des tutelles coloniales et des trahisons passées et présentes. Il pointe du doigt tous les acteurs, locaux et étrangers. Dans un texte destiné à la publication8, il écrit par exemple :

(…) aussi bien les Français que les Anglais se sont appuyés sur les minorités. Les Anglais ont marginalisé la communauté chiite majoritaire (plus de 50 %) en Irak et ont mis au pouvoir la minorité sunnite (près de 20 %) et cette situation a duré jusqu’en 2003. (…) Les Français ont joué la carte chrétienne au Liban, où les maronites formaient une nette majorité au Mont-Liban (…). En Syrie, la France a fragmenté le pays en plusieurs États : un État de Damas, un Gouvernorat d’Alep, un État alaouite, affaiblissant les sunnites et valorisant les alaouites, minorité schismatique de l’islam chiite, puis ils ont crée un État druze en 1922. (…) Ils ont ainsi « minorisé » les sunnites, brisé le nationalisme arabe et « valorisé » artificiellement les minorités. (…) Parallèlement à ces politiques occidentales du « diviser pour régner », l’État d’Israël (…) n’a pas cessé de favoriser la fragmentation des pays du Proche-Orient sur une ligne de fracture confessionnelle et communautaire, en commençant par le Liban (…). En Irak, les Américains ont désintégré l’État baʿathiste et permis aux chiites de prendre leur revanche sur les sunnites, et aux Kurdes de s’autonomiser. Ils ont considérablement favorisé l’influence de l’Iran et des chiites perses, qui donnent leur appui aux chiites arabes irakiens. Ils ont grandement leur part dans l’axe chiite au Moyen-Orient et dans l’opposition entre sunnisme et chiisme.

9Gérard aurait voulu jouer un rôle de « lanceur d’alerte », comme on dit désormais, ce qu’il fit en envoyant maints articles dans la presse, mais les rédactions sont réticentes à accepter les articles de ceux qui avancent hors des rails… La double appartenance, culturelle et identitaire, ainsi que le rejet des cadres d’analyse dominants, suscite la méfiance des deux côtés.

10Et, pour celui qui est parti, être ici et venir de là n’empêche pas de ressentir la douleur de la perte de la maison, à la fois petite patrie et métonymie de la grande patrie de l’exilé…

Perdre la maison de ses parents, le lieu de ses origines, mais se taire : on tourne d’autres drames, humains ceux-là, et de grande envergure. Interdit de parler de ce qui n’atteint pas un sommet sur l’échelle de la douleur. Seuls les phénomènes massifs sont à signaler. (La maison absente, p. 64).

Ce que je sais aujourd’hui, c’est que le jour où j’ai revu la maison violée, la chambre de ma mère profanée, celle de mon père saccagée, ma vie s’est interrompue. (La maison absente, p. 121).

  • 9 Voir Gérard D. Khoury et Nadine Méouchy (dir.), États et sociétés de l’Orient arabe en quête d’aven (...)

11Le questionnement inquiet que nous partagions, Gérard et moi, sur l’avenir des sociétés du Proche-Orient et que notre double appartenance nous contraignait à poser sans concession et dans le refus des chapes idéologiques, devenait de plus en plus pressant. Il ne suffisait plus d’analyser l’échec de l’État moderne à l’occidentale, y compris après les indépendances, il fallait désormais chercher à comprendre par quels chemins les hommes de l’Orient arabe pourraient vivre dans la paix et la dignité. C’est ce cheminement, qui nous fut commun, qui généra notre États et sociétés9.

  • 10 Du titre d’un ouvrage de Ghassan Tuéni, Jean-Claude Lattès édit., 1985.

12Avec la tragédie palestinienne qui s’éternise, après la guerre du Liban (guerre civile même si elle fut aussi comme toutes les guerres du Proche-Orient, « Une guerre pour les Autres »10), et lorsque le printemps arabe se transforme en carnage en Syrie, que les faux-prophètes islamistes venus d’Irak et libérés des prisons syriennes, ravagent les territoires de l’antique Mésopotamie, abattent les utopies réformistes et révolutionnaires, c’est alors, pour Gérard, tout un monde, le sien, qui disparaît dans l’humiliation. C’est sans doute là une vérité incomprise par les Occidentaux : les Orientaux préfèrent la mort à l’humiliation, ils l’ont crié dans les rues syriennes pendant des semaines sous les balles d’un régime ennemi.

13Le grand seigneur, ami des hommes et de la culture, l’historien, le romancier, prenant acte de l’absence de la maison et de l’humiliation continue des peuples du Proche-Orient, a finalement baissé la garde pour chercher le sens dans un au-delà du territoire des hommes.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Mémoire de l’Aube – Chroniques libanaises 1918 – 1920, Publisud, Paris, 1987. Et aussi : Les carnets d’Urbain de Valsère, coédition Geuthner/Dar An Nahar, 2001.

2 Gérard D. Khoury a traduit en français l’ouvrage d’E. Fromm The Revolution of Hope, sous le titre Espoir et Révolution, Stock, Paris, 1970. Cette traduction contribua largement à faire connaître Fromm en France.

3 Gérard signait tous ses textes « Gérard D. Khoury », le « D » se rapportant à son nom de l’état-civil : Doumit el-Khoury.

4 Éditions Noël Blandin, Paris, 1991.

5 Éditions A. Colin, Paris. Cet ouvrage est la publication de sa thèse soutenue à l’INALCO en novembre 1993, sous la direction d’Henry Laurens avec un jury composé de Georges Duby, André Raymond et André Bourgey.

6 Belin, Paris. Voir la recension que j’en ai fait dans la REMMM : http://journals.openedition.org/remmm/5153

7 Vergers d’Exil – Gabriel Bounoure, G. D. Khoury (dir.), Geuthner, Paris, 2004.

8 Le texte, daté du 5 juin 2015, est intitulé : La politique occidentale à l’égard des Sunnites du Moyen-Orient au XXe siècle. J’ignore si ce texte a été publié et dans quel cadre.

9 Voir Gérard D. Khoury et Nadine Méouchy (dir.), États et sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir, 1945 – 2005, 2 tomes, Geuthner, 2006 et 2007.

10 Du titre d’un ouvrage de Ghassan Tuéni, Jean-Claude Lattès édit., 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Gérard D. Khoury (1938–2017) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 143 | octobre 2018, mis en ligne le 12 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11467

Haut de page

Auteur

Nadine Méouchy

IFPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page