Navigation – Plan du site
Introduction

L’institution de l’absence en Méditerranée

Constance De Gourcy
p. vol 144

Texte intégral

Introduction*

  • * Je tiens à remercier tout particulièrement Cédric Parizot, François Siino pour leurs conseils et su (...)
  • 1 Précisons sur le plan juridique qu’une telle approche privilégie les mobiles qui disposent d’un tit (...)

1Depuis près de trois décennies, en Amérique puis en Europe, le transnationalisme a profondément et durablement transformé le champ des migrations internationales. En mettant en lumière la capacité des personnes qui se déplacent à organiser leurs circulations et à entretenir des liens entre les pays d’où elles viennent et ceux où elles vivent et travaillent, ses apports ont affranchi les recherches des présupposés politique et normatif de l’intégration et/ou de l’insertion dans les sociétés d’installation (Basch, Glick-Schiller, Szanton Blanc, 1994 ; De Tapia, 1994 ; Tarrius, 2002 ; Peraldi, 2002 ; Urry, 2005 ; Levitt, 2007 ; Glick-Schiller, 2010). En effet, ce n’est plus tant à partir du seul prisme des sociétés d’installation que sont désormais perçus et analysés les phénomènes migratoires, mais, à partir des mouvements parcourant les espaces de circulation, des mouvements qui charpentent de plus en plus les expériences individuelles et collectives1. De cette prise en compte des investissements multisitués par des profils migratoires qui se sont diversifiés a découlé une attention nouvelle aux liens transnationaux favorables à l’émergence d’une orientation conceptuelle, à la fois descriptive et interprétative, autour de ce que l’on a pu appeler la « double présence » (Diminescu, 2005 ; Fekkar-Lambiotte, 2007 ; Wihtol de Wenden, 2009, 2014) ; celle-ci étant appelée à se substituer durablement à la « double absence » (Sayad, 1999) caractéristique des migrations fordistes, liées au contexte colonial et postcolonial dans lesquelles le retour au pays d’origine consacrait le point d’aboutissement des parcours.

  • 2 Cette recherche, fédérant une dizaine de chercheurs issus de différents pays du pourtour euro-médit (...)
  • 3 Dictionnaire de Trévoux (Édition lorraine, Nancy 1738-1742).
  • 4 Nous nous référons ici à Marcel Mauss (1999) qui, dans ses travaux sur le don dans les sociétés mél (...)

2S’inscrivant dans une dynamique de recherche pluridisciplinaire2, l’objectif de ce dossier est de problématiser les perspectives ouvertes par le transnationalisme afin de réintroduire l’expérience de l’absence au centre de la mise en mouvement. Cette approche propose de considérer que l’absence n’est pas seulement le contraire de la présence comme pourrait le laisser penser le dépassement – qui est aussi un remplacement – de la « double absence » par la « double présence », mais une institution de sens qui définit un système de places et de modalités relationnelles entre les membres géographiquement éloignés d’un collectif donné. C’est cette position médiane qu’occupe la figure de l’absent, entre celle du disparu et celle de l’étranger, que les auteurs ont documentée en faisant varier les contextes d’études et les échelles d’analyse, en s’efforçant également de penser les mobilités géographiques avec et à partir des sociétés d’émigration. Être absent signifie en effet maintenir des liens avec les membres du groupe d’appartenance afin de ne pas devenir « étranger » au groupe ou être considéré comme « disparu ». L’entretien des liens comme manifestation d’une continuité de présence apparaît en filigrane dès la fin du Xviiie siècle dans la définition que donne le dictionnaire de Trevoux3 : « Celui qui est absent avec intention de ne plus y retourner est réputé étranger ; mais il n’est pas pour cela réputé mort. » Le statut qu’occupe l’absent est donc un statut provisoire, labile, qui peut s’interrompre si les échanges se raréfient ou s’espacent au point de disparaitre. Cette obligation morale4 d’entretien du lien, inscrite dans une réciprocité des perspectives, invite à considérer l’absence comme une institution sociale fondatrice de la relation à distance.

3Dans cette perspective, les recompositions du lien social qui s’accomplissent face au risque de déliaison introduit par la distance deviennent un poste d’observation privilégié pour revisiter quelques-uns des apports du transnationalisme.

L’absence dans la relation à distance

4Dans l’histoire des migrations, l’absence est entrée sous la forme du double, elle a émergé comme un jalon significatif des migrations économiques, dans le contexte des années 1970 si bien que l’on a pu parler de « double absence » (Sayad, 1999). Ainsi s’est affirmé un mode paradoxal de reconnaissance de la figure masculine de l’émigré comme étant ni d’ici, ni de là-bas dans le cadre des migrations fordiste et post-fordiste. Cette historicisation des usages de la notion fait apparaitre une période correspondant à sa reconnaissance maximale – l’acmé de la « double absence » – avant qu’elle ne devienne une notion défaite, remplacée par son pendant symétrique, la « double présence ». Celle-ci repose sur le constat selon lequel les personnes en mobilité se déploient à présent au moins autant dans un territoire numérique que dans un territoire géographique. Cette continuité dans le maintien de la présence est perçue comme étant favorable au développement de projets à distance dans un espace-temps qui s’est considérablement contracté. Avec ces nouvelles formes de présence, ici et là-bas, le sens et l’expérience de l’absence semblent relever d’une période dépassée, elle-même associée à des formes migratoires révolues.

5Ce dépassement de la « double absence » par la « double présence » est à resituer également dans le contexte du développement des technologies du numérique. La possibilité d’échanger à tout moment et en tous lieux favorise l’entretien de temps forts et crée un courant d’attention focalisé au sein d’un collectif constitué de membres séparés. Ce rythme des échanges fait exister une temporalité nouvelle, dense, qui succède à la temporalité étirée des précédents modes de communication. S’immisçant dans les interstices de la vie quotidienne, ces contacts sont certes propices au développement d’une socia(bi)lité à distance, mais posent plus largement la question de l’articulation entre des temporalités sociales et collectives et les modes d’individuations parallèles des partenaires engagés dans une relation à distance.

6C’est pourquoi, il devient possible d’affirmer que, loin de disparaitre avec les technologies du numérique, l’expérience de l’absence est renouvelée en tant qu’institution fondatrice de la socialité entre partenaires éloignés d’un collectif donné. Mieux, elle est au cœur du problème de l’ajustement temporel nécessaire à une coordination fluide dans les communications. Être absent suppose en effet trouver la bonne distance dans les échanges au sein du groupe car de cette distance dépend la possibilité d’entretenir ce statut : trop de contacts et de sollicitations, c’est-à-dire une cadence trop rapide dans les échanges, ne permettrait plus de ménager des temps faibles nécessaires à l’individuation des membres. Dans son étude menée sur les étrangers en situation irrégulière, Stefan Le Courant (2014) évoque ainsi le regret du « temps des lettres » par comparaison avec les appels téléphoniques plus directs et plus fréquents, mais par lesquels transitent sans filtre des demandes parfois incessantes que l’on ne peut toujours satisfaire. À l’inverse, des contacts en nombre insuffisant à l’ère du numérique comportent le risque d’être interprétés comme un délitement du lien, une offense voire une trahison pour le groupe. Si le numérique ne met pas fin à l’absence, il la renouvelle comme expérience fondatrice d’une socialité à distance que seule une analyse superficielle pourrait concevoir comme un substitut des échanges en présentiel. La diversité des supports technologiques – chat, courriel, téléphonie, sms…– permet certes d’entretenir des lignes d’attention entre le proche et le lointain, mais elle favorise parallèlement un type de socialité qui cultive un sens du caché (De Gourcy, 2018).

  • 5 Comme en témoigne la référence à Dibutade qui illustre la couverture du numéro. Cette jeune fille c (...)
  • 6 L’intérêt porté à la coordination entre partenaires éloignés peut se décliner en différents registr (...)

7Ce nouvel état de la question rend possible une histoire de cette institution au long court qui consiste à documenter les formes sociales prises depuis ses premières manifestations5. Ces formes sont elles-mêmes insérées dans une histoire de la mobilité – comme le montre l’acmé de la « double absence » – laquelle est inséparable de « données morales, intellectuelles et culturelles qui permettent l’acceptation du risque, qui autorisent les coûts réels et les investissements psychologiques, le prix à payer et le bénéfice reçu, qu’ils soient matériels ou moraux » (Roche, 2003 : 248). Aussi, en tenant compte de ce nouvel angle d’analyse, les auteurs réunis ici ont relevé le défi de mettre l’absence au cœur de leurs terrains de recherche respectifs, ouvrant ainsi des pistes de recherches inédites et fécondes dont certaines sont mises à l’épreuve des nouveaux contextes sociaux apparus depuis les révoltes dans le monde arabe. Leurs contributions, issues de différents horizons disciplinaires, soulignent avec force combien il s’agit à la fois d’une expérience de plus en plus partagée en raison de la transformation des périmètres de la vie sociale (Agier, 2013), mais aussi que les formes sociales de l’absence se sont diversifiées au point de s’inscrire dans une dynamique de changement. C’est ce mouvement d’ensemble dans les formes prises par l’absence que tente de restituer le dossier en montrant le passage d’une absence vécue comme « compassionnelle », caractéristique des migrations fordistes, à une absence qui, parce qu’elle est devenue une ressource dans l’action à distance, peut être perçue comme « glorieuse », attribut constitutif du capital social et symbolique d’une élite détentrice des titres qui lui permettent d'accéder à l'espace de la mobilité. Loin, d’être reléguée au rang de « rebut primitif du savoir » (Murard, 2016) dans un espace-temps compressé, l’institution de l’absence révèle plus largement les différentes modalités de coordination6 entre partenaires engagés dans une relation à distance, la dynamique des attentes qui les sous-tendent ainsi que les manières inventives et diversifiées d’y répondre.

Absence et séparation : des liens ambivalents

  • 7 Ces tactiques permettent ainsi de rappeler à l’absent ses engagements à l’égard du groupe et de le (...)

8S’il est un angle d’analyse des mobilités et migrations souvent peu traité, c’est celui qui porte sur la question de la séparation, qu’elle soit provisoire ou durable, entre des partenaires en relation. Alors qu’il semble désormais possible d’« annuler les impacts de la distance » grâce à des mobilités accrues, souvent présentées comme réversibles (Kaufmann, 2005), il n’en est pas de même pour la séparation qui « résiste » comme expérience fondatrice de la mise en mouvement. Aussi, l’absence renvoie-t-elle à un type spécifique de relation, chargé du sentiment de l’autre et marqué par la force des attaches par-delà la séparation. Ce sentiment d’absence et ses modes d’inscription dans la relation à distance traversent les contributions proposées dans ce dossier. Il se présente en effet comme un indicateur pertinent de la façon dont évolue le lien social à distance entre les différents partenaires en relation. Ce faisant, il donne à voir l’introduction, dans la relation à distance, de marges d’autonomie et d’individuation là où s’affirmait, dans l’historiographie des migrations, la cohésion du lien social. Ainsi, la contribution d’Emmanuel Blanchard qui porte sur les requêtes adressées par les familles aux administrations coloniales françaises s’attache à faire valoir l’importance des trajectoires dites « marginales » dans la connaissance de l’histoire des migrations entre la France et l’Algérie. À partir d’un vaste corpus constitué de courriers couvrant la période de 1928 à 1944, il montre dans quelle mesure le « premier âge de l’immigration » (Sayad, 1999) fut aussi marqué par la figure du amjah, cet absent qui ne donne plus signe de vie parce qu’il s’est progressivement coupé de sa famille et converti à des modes de vie et de pensée incompatibles avec ceux que l’émigration était supposée reproduire. On mesure ainsi à travers ces requêtes familiales le décalage qui s’instaure entre des attentes qui se désajustent, se désynchronisent en raison de vécus dans des espaces-temps différents ; on comprend mieux la fragilité du statut de l’absent qui peut progressivement basculer vers celui de disparu dès lors que les relations s’estompent ou deviennent unilatérales. C’est sans doute pour contrer ce risque de déliaison que les sociétés de départ se sont montrées si inventives dans la place donnée à l’absent au sein de leur organisation sociale et dans la mise en œuvre de tactiques diverses en direction des partenaires séparés du groupe7. Ce sentiment d’absence qui ne s’inscrit plus dans une réciprocité des perspectives est le fil d’Ariane que déploie Kamel Chachoua pour souligner les transformations du sens de cette institution dans des contextes temporels différents. Il décrit et analyse la production culturelle, langagière et rituelle des sociétés de départ en Kabylie pour contrer le risque d’égarement de l’émigré lors de la période de travail passée en France. Cette dimension rituelle de la vie sociale que suscitent la séparation et la crainte du non-retour toujours possible s’accomplit dans un rite essentiellement familial et féminin qui consiste à « appeler » l’émigré égaré (amjah) depuis un promontoire rocheux, le haut d’un arbre ou la lucarne d’un mausolée pour tenter de le faire revenir. La force cohésive du groupe est ici mobilisée, déployée dans des formes ritualisées, lorsqu’il s’agit de faire face aux tentatives d’individualisation des membres partis, probablement « égarés ». L’absent l’est tant que la société de départ peut et veut croire en son retour, il cesse de l’être quand la promesse du retour ne peut plus être tenue. Le vocabulaire mobilisé pour attester de ce passage du statut d’absent à celui de disparu, perdu, car désormais non productif pour le groupe se réfère, dans ces sociétés rurales, au modèle de production agricole. L’investissement sémantique de ce type d’absence cessera quand l’émigration ne sera plus perçue comme un tort, comme le souligne Kamel Chachoua, mais un sort souhaité, désiré et recherché par nombre de jeunes et particulièrement de jeunes femmes diplômées.

9Dans ce relevé des formes de l’absence, la contribution d’Eckehard Pistrick, centrée sur le champ migratoire Albanie-Allemagne, privilégie un angle d’observation inédit qui passe par la prise en compte de la sonorité de l’absence. Le regret, la nostalgie pénètrent le domaine musical et mobilisent la sonorité d’un rural pastoral mythifié pour évoquer les lieux d’origine et dire le manque. En devenant un repère du lieu d’où l’on vient dans les camps d’exil où l’auteur a enquêté, cette musique ne fait pas que relier les absents à leurs collectifs d’appartenance, elle objective l’absence comme une production symbolique qui a des effets sur les formes sociales et culturelles des sociétés.

  • 8 Comme le montrent les travaux d’Abdelmalek Sayad (1999) dans le cas algérien. La justification du p (...)

10Un premier cadrage sémantique de l’absence se révèle ainsi dans le fait de la considérer comme devant être provisoire, insérée dans un procès migratoire où les séquences de départ et de retour étaient perçues comme indissociablement liées, où « la nostalgie n’est pas seulement une réaction affective a un passé vécu, mais aussi une pratique active du regret » comme le souligne Eckehard Pistrick. Pour autant, ces contributions montrent aussi que l’absence ne se laisse pas seulement saisir comme une conséquence géographique de la migration, elle témoigne d’une forme active d’émancipation de ce lien de dépendance qui s’accomplit dans un contexte où le lien social et l’action à distance faisaient l’objet d’un fort contrôle communautaire8. Les requêtes adressées par les familles des disparus aux autorités coloniales, les appels des mères et épouses orientés en direction des lumières d’Alger attestent ainsi d’une dépendance de l’entourage resté au pays à l’égard de ceux dont la mobilité n’était pas seulement géographique, mais aussi individuelle et sociale. Le risque de basculement de la position d’absent à celle d’étranger se donne ainsi à voir dans la façon de penser la distance : la première renvoie au fait d'être éloigné du groupe tandis que la seconde signifie s’en être affranchi.

Situations d’absence au prisme des politiques d’État

  • 9 Une des illustrations les plus contemporaines de ce mouvement d’objectivation de l’absence comme ca (...)

11En proposant de décloisonner les espaces nationaux afin de prendre en compte les activités multisituées des individus et des groupes sociaux, le transnationalisme ne cherche pas seulement à documenter un nouveau champ de pratiques, il offre également un cadre inédit pour étudier les mutations de l’État. Les travaux qui s’y réfèrent développent, rappelons-le, un angle d’analyse qui mobilise le phénomène de la double présence pour penser les deux scènes sociales, celle du pays de départ et celle d’installation, ensemble et non plus séparément. Or, si l’on considère que l’absence n’est pas seulement l’antonyme de la présence, mais bien ce qui institue la relation à distance et lui confère son sens pour les partenaires en relation, il devient possible d’analyser le travail de formalisation de cette notion par le biais des politiques d’État9 comme nous y invite le juriste Ahmed Mahiou dans son entretien. Ces politiques de prise en charge du lien à distance ont été instaurées lorsque les ressortissants de pays donné ont commencé à s’établir durablement à l’étranger. Stéphane Dufoix situe ainsi dans les années 1960-1970 le passage de « pratiques d’indifférence ou d’abstention à l’égard des expatriés » aux « politiques d’attention » (Dufoix, 2010 : 27) qui se déploient en leur direction, particulièrement dans le domaine de la mort en migration et dans celui du mariage dit mixte. Aussi, la pluri nationalité – cette pratique reflétant l’existence d’une société civile transméditerranéenne (Henry, 2016 : 17) – est-elle devenue un terrain fécond pour mettre à l’épreuve, dans le cadre de la pluriappartenance, l’idée même d’absence.

12Parce qu’il s’efforce de concilier la normativité du droit avec la réalité de la double présence à l’égard des ressortissants établis à l’étranger, le Maroc apparaît comme l’observatoire privilégié d’une politique active qui officialise l’absent en lui accordant un statut. Pourtant, celle-ci n’est pas sans effets ambivalents comme le souligne Malika Gouirir dans sa contribution. Elle montre que les absents du territoire national, ceux qui bénéficient du statut de Marocain Résidant à l’Etranger (MRE), ne constituent pas un groupe homogène et la diversité des situations, rassemblées dans une typologie distinguant les MRE « silencieux » des MRE « numériques », lui permet de pointer les effets contrastés de l’absence dans le rapport au pays d’« origine ». La discrétion des premiers, la mobilisation active des seconds via les réseaux sociaux, attestent d’une double appartenance qui « sonne parfois comme une revanche après des années de soupçon », même si celle-ci ne va pas de soi et suscite des réactions différentes à la fois dans la temporalité du quotidien et dans celle des temps forts de la vie publique, particulièrement quand l’intervention politique des Marocains binationaux se manifeste dans les choix nationaux (Perrin, 2017).

Mourir en migration

  • 10 Sur ces questions, on peut se référer au numéro que la revue Diaspora consacre à la mort en migrati (...)

13S’il est un domaine où l’ordre juridique rejoint l’ordre social, c’est indubitablement celui produit par les implications sociale, politique, religieuse liées au mourir en migration. Plusieurs auteurs ont fait de ce champ d’études leur terrain d’analyse pour tenter de situer les effets du curseur de l’absence jusque dans les pratiques d’inhumation. Deux articles en particulier offrent un espace de comparaison possible en privilégiant une unité de lieu – le champ migratoire France-Maghreb – et de temps – les cinq dernières décennies de l’histoire migratoire – pour investir l’absence de significations. Sans préjuger d’une lecture qui verrait dans les pratiques d’inhumation un indicateur d’intégration dans les pays d’installation10, les retours post-mortem témoignent de fait d’un sens de l’appartenance révélateur d’un projet migratoire porteur d’attentes.

14Les rapatriements aériens des défunts et les rituels d’inhumation des corps de personnes décédées en exil observés par Azzedine Kinzi dans un village kabyle peuvent ainsi s’analyser comme une forme de réparation de l’absence. Ils introduisent également une nouvelle distance venant doubler les effets de la séparation liée à la mort par ceux induits par la distance géographique pour l’entourage de proches vivants loin du pays. Aussi, la question se pose et se posera de plus en plus de savoir où être avec les siens. Si le choix du pays de l’origine qui n’est pas forcément le pays de naissance semble l’emporter, le critère de binationalité qu’introduit ainsi Valérie Cuzol vient complexifier la question de l’appartenance et la mettre à l’épreuve d’enjeux nouveaux au regard d’une histoire familiale qui doit désormais composer avec la discontinuité. Devenu une question sensible des politiques d’État qui tentent ainsi de renationaliser les morts en encadrant leur déplacement (Chaïb, 2000), le choix du lieu d’inhumation met en tension, à travers ces arbitrages complexes, la question de savoir où se « place » l’absence : dans le pays investi comme étant celui de l’origine ou dans le pays d’installation ? Par rapport à quel entourage de proches doit-on se considérer comme absent : les contemporains et les descendants avec qui des souvenirs sont partagés (Margalit, 2002), ou bien les « prédécesseurs » (Schutz, 1987) dont les tombes sont dans les villages d’origine ? Car la mort en migration en séparant deux fois, par le décès et par la distance qui in(tro)duit l’absence, met en lumière la dissociation entre proximité affective et distance géographique. Aussi, il devient particulièrement intéressant de se pencher sur la façon dont les politiques de gestion des corps en exil fabriquent des situations d’absence d’un genre nouveau qui dépossèdent les familles et les communautés d’appartenance de leurs morts en exil. Tel est le sens de la contribution de Lisa Anteby-Yemini qui analyse les effets des politiques publiques mises en œuvre par les autorités israéliennes depuis 2005 pour faire face au décès des demandeurs d’asile sur son territoire. La perspective comparative adoptée place dans une relation triangulaire Israël, État qui a activement contribué à l’élaboration de la Convention de Genève de 1951, avec l’Érythrée et le Soudan, deux pays qui connaissent l’exil de leurs ressortissants. Les corps défunts de ces exilés érythréens et soudanais ayant fui leur pays connaissent une inégale capacité à traverser les espaces transnationaux que l’auteure met en évidence. Elle explore également les différentes manières d’être absent en se penchant sur ce qu’elle nomme les « véritables absents », c’est-à-dire les disparus, ceux sans sépulture et ceux anonymes, soit les défunts pour qui les rituels de la mort ne peuvent s’accomplir, si bien qu’ils ne peuvent être séparés du monde des vivants en raison de cette impossibilité à les mettre en œuvre.

  • 11 Pour la seule l’année 2017, l’Organisation Mondiale des Migrations estime à plus de trois milles le (...)

15À l’heure où des milliers d’exilés, parmi lesquels nombre de familles, perdent la vie dans la traversée de la Méditerranée11 pour tenter de rejoindre l’Europe avec comme seul viatique le projet d’y travailler et d’y vivre, la vulnérabilité juridique de ces exilés fait ressortir ces situations d’extrême absence comme une condition nouvelle combinant la dimension de l’anonymat avec le caractère collectif de ces disparitions. Cette économie morale de la mort en migration, où la condition du décès est invérifiable tout en relevant d’un régime de certitude, produit des situations d’invisibilité d’un genre nouveau venant figer l’absence comme un état, une absence perpétuelle en quelque sorte, qui désaffilie doublement sur le plan institutionnel et sur le plan social, familial, les personnes qui en sont victimes.

S’unir en migration

  • 12 Mentionnons ainsi parmi les activités qui ont précédé la publication de ce numéro, les recherches m (...)

16Considérer l’absence comme un état ou comme un processus induit des perspectives analytiques différentes dont se sont saisis les auteurs. Ce point mérite d’être souligné car il offre une prise nouvelle dans les débats regroupés sous la bannière du « transnationalisme ». Même si ces constats doivent être discutés, sinon historicisés (Salzbrunn, 2016 ; Green, Waldinger, 2016), les auteurs qui s’y réfèrent s’accordent pour souligner la perte d’importance de l’espace physique et des territoires géographiques dans l’action située au profit de la montée en puissance des territoires virtuels, nouveaux terrains où se déploie la mise en relation. Intégrer l’absence dans ces débats12 présente en premier lieu l’avantage de souligner combien celle-ci apparaît comme un indicateur pertinent pour mesurer l’attachement au pays, ainsi que les différentes manifestations d’engagement à l’égard de celui-ci parmi lesquelles on notera les pratiques de retour, qu’elles soient réalisées ou projetées. En second lieu, et c’est le parti-pris adopté par un certain nombre de contributeurs réunis ici, leurs apports au débat sur le transnationalisme s’effectuent en tenant compte de la nature processuelle de l’absence. Cette approche prend en considération la durée de l’absence ainsi que ses effets consolidant ou dissolvant sur les liens sociaux à distance et sur les rapports aux espaces vécus et traversés. C’est ce que soulignent notamment les articles de Kamel Chachoua et d’Emmanuel Blanchard à partir de la perspective franco-algérienne marquée par près de deux siècles de migrations (Blanchard, 2018). Tel est aussi l’angle d’analyse que développe Laura Odasso dans sa contribution qui montre comment s’immiscent dans le cadre concret de la mixité conjugale les politiques d’État et leurs effets en termes de transmission intergénérationnelle. Elle pointe à partir de l’analyse de deux parcours féminins, marocain et libanais, en situation de couple avec des conjoints possédant la nationalité française, le dynamisme de la notion qui s’éprouve en termes d’absence « existentielle » et d’absence « institutionnelle ». Ce que nous pourrions alors appeler le « sentiment d’absence » est ainsi ressenti différemment selon la durée vécue et les étapes du cycle de vie si bien que l’absence institutionnelle vient progressivement se substituer à une absence existentielle laquelle avait marqué le retrait provisoire, mais nécessaire du pays d’origine par rapport au pays investi comme (mi)lieu de vie. Dans cette matière comme dans d’autres, les politiques d’État soulignent combien l’absence, comme la présence, ne sont pas seulement des réalités physiques observables, mais plus largement le résultat complexe d’arbitrages révélateurs d’une doxa de sexe qui privilégie le masculin sur le féminin dans la définition des critères d’appartenance et de transmission de la nationalité aux descendants, c’est-à-dire dans les modalités différenciées de penser la présence et l’absence.

L’absence comme ressource dans l’action à distance

  • 13 Mentionnons à ce titre l’article d’Abdelmalek Sayad (1985) qui montre combien la diversité des form (...)

17Il est un paradoxe qui devient de plus en plus saillant dans nos sociétés contemporaines : jamais les individus n’ont autant été pris dans une relation d’absence et jamais cette absence n’a si peu été prise en compte. Considérée comme un allant de soi dans un monde où la mobilité est devenue une caractéristique première (Urry, 2005), l’absence n’est plus subie, vécue comme une parenthèse temporelle destinée à être refermée après le retour de l’émigré comme dans le cadre des migrations fordistes. Elle peut être voulue, recherchée, aménagée. Ainsi, les investissements sémantiques de cette institution permettent de dessiner un vaste mouvement décrivant les tactiques mises en œuvre pour rappeler aux absents les obligations dont ils étaient redevables à l’égard du groupe13 jusqu’aux stratégies que ces derniers cherchent eux-mêmes à déployer du fait justement de leur position d’absent.

18Maintenir la distance quand elle est consentie avec les proches, ceux qui comptent, telle est la perspective adoptée par Eftychia Mylona qui cherche à comprendre pourquoi des membres de la communauté grecque installée en Égypte – les Aigyptiotes – y sont restés après 1960 au moment de la formation du nouvel État égyptien postcolonial alors qu’ils étaient invités à partir ? Leur présence ne vient pas contredire leur absence et c’est à partir de ce double registre qu’est revisité le sentiment d’appartenance tel qu’il se joue entre pays de l’origine et pays d’installation et tel qu’il décide des articulations complexes entre nationalité et citoyenneté. Les cas singuliers étudiés ici mettent au jour les ressorts cachés de cette présence, notamment à travers les diverses stratégies économiques et commerciales qui étayent le choix de rester et propulsent ces exilés volontaires dans des logiques de mobilités sociales ascendantes.

19Le contexte récent des révoltes arabes constitue également le cadre propice pour dépasser les formes classiques du lien à distance qui s’accomplissent principalement dans le registre économique – comprenant l’envoi d’argent, le tourisme et l’exotisme – et le registre familial (Beaugrand et Geisser, 2016). Les modalités nouvelles d’actualisation de l’absence se révèlent par le fait de mettre à l’épreuve les catégories usuelles de représentation de l’action. S’ouvre ainsi un champ fécond d’analyses donnant la possibilité de documenter les effets de l’action à distance, in absentia. Précisons-le, il ne s’agit pas tant de réduire l’absence à une autre forme de présence fut-elle éloignée, mais bien davantage de déployer la gamme des possibles que contient l’action distanciée. C’est donc à une analyse de l’introduction de la distance comme ressource pour déployer un agir individuel ou collectif qu’œuvrent les deux contributions finales. La première décrit l’organisation de la diaspora tunisienne dans les trois principaux pays européens d’installation, France, Allemagne et Italie. Les auteures, Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold, examinent la façon dont les révoltes de 2011 ont entrainé ou renouvelé un sentiment d’absence parmi les membres de la diaspora. Elles soulignent en particulier l’émergence d’une communauté émotionnelle postrévolutionnaire propice à l’activation ou à la réorganisation de formes de représentation et d’action des Tunisiens de l’étranger. La contribution que propose Leo Fourn analyse le processus « d’absentement » d’activistes exilés en tenant compte de la temporalité d’installation dans le pays d’accueil, la France. Il montre combien la prise de distance peut être propice à l’émergence de nouveaux répertoires d’engagement militant en faveur de la révolution syrienne. Cet engagement s’amoindrit au fur et à mesure qu’augmente la durée d’absence et s’éloigne la perspective du retour. Aussi, lorsque l’exilé ne traverse plus une « situation de passage » (Agier, 2013), la question se pose de savoir s’il peut encore se considérer et être considéré comme absent ?

20En se donnant comme objectif d’introduire cette temporalité effacée et ignorée par la science de l’immigration, ce dossier ne vise donc pas seulement à réhabiliter l’absence comme ce qui institue la relation à distance et la fonde, il montre aussi le caractère relationnel de cette notion face aux glissements toujours possibles de la position d’absent à celle d’étranger au groupe. Que ce soit dans le domaine des migrations économiques, de la mort en migration, des révoltes et, plus largement dans le cadre des politiques d’État, les auteurs ont ouvert des chantiers de recherche inédits pour documenter les manières inventives et diversifiées de « tenir la société » face aux risques de déliaison qui pèsent sur les relations à distance. Ce faisant, leurs apports contribuent à la dynamique de dénationalisation du regard porté sur les objets de recherche en Méditerranée et invitent plus largement à saisir les questions migratoires sur les deux scènes sociales, ce qui suppose une ubiquité que seule une opération mentale et intellectuelle du savant et du chercheur peut synchroniser et totaliser. Il s’agit là d’une expérience semblable, point par point, à celle que décrivait et analysait Pierre Bourdieu à l’endroit de l’analyse des généalogies, des calendriers, de l’honneur et du don (Bourdieu : 2017). Les contributions ici rassemblées réunissent les conditions de cette ubiquité. Gageons que les pistes ainsi proposées contribueront durablement à réinventer l’absence comme étant l’institution fondatrice de la relation à distance.

Haut de page

Bibliographie

AGIER Michel, 2009, « Quel temps aujourd’hui en ces lieux incertains ? », Dureau, Françoise, Hily Marina (dir), Les mondes de la mobilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 161-174.

AGIER Michel, 2013, La condition cosmopolite. L'anthropologie à l'épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte.

BASCH Linda, GLICK SCHILLER Nina, SZANTON BLANC Cristina, 1994, Nation Unbound: Transnational Projects, Postcolonial predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Langhorne, Pa., Gordon and Breach.

BEAUGRAND Claire et GEISSER Vincent (dir.), 2018, Diasporic Social Mobilization and Political Participation during the Arab Uprisings, Routledge.

BLANCHARD Emmanuel, 2018, Histoire de l'immigration algérienne en France (1900-1990), Paris, La Découverte, coll. « Repères histoire ».

BOURDIEU Pierre, 2017, Anthropologie économique - Cours au Collège de France 1992-1993, Paris, Seuil.

CHAIB Yassine, 2000, L'émigré et la mort, Editions Edisud.

CERTEAU Michel de, 1990, L’invention du quotidien, T1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

DALIPAJ Gerda, 2016, The houses of transition: post-communist transformations, migration and uncertainty in Albania, Thèse de doctorat en Anthropologie, Sous la direction de Dionigi, Albera et de Rapper de, Gilles, IDEMEC, Aix-Marseille Université.

DE GOURCY Constance, 2018, « Si proche, si loin. La “condition d’absent” à l’épreuve de l’éloignement géographique », Salzbrunn, Monika, Stock, Mathis, Ortar, Nathalie (dir), Migrations, circulations, mobilités, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence.

DE TAPIA Stéphane, 1994, « L'émigration turque : circulation migratoire et diasporas », Espace géographique, tome 23, 1, p. 19-28.

DIMINESCU Dana, 2005, « Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique », Migrations Société, 102, p. 275-293.

DUFOIX Stéphane, 2010, « Un pont par de-dessus la porte. Extraterritorialisation et transétatisation des identifications nationales », Dufoix, Stéphane, Guerassimoff, Carine, TINGUY de, Anne (dir), Loin des Yeux, près du cœur. Les État et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po, p. 15-38.

FEKKAR-LAMBIOTTE Betoule, 2007, La Double Présence. Histoire d’un engagement, Paris, Le Seuil.

FRONTISI-DUCROUX Françoise, 2007, « “La fille de Dibutade”, ou l'inventrice inventée », Cahiers du Genre, n° 2, 43, p. 133-151. DOI : 10.3917/cdge.043.0133. URL : http://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2007-2-page-133.htm

GLICK-SCHILLER Nina, 2010, “A Global Perspective on Transnational Migration”, Faist, Thomas and Baubock Rainer (eds), Transnationalism and Diaspora, Amsterdam UP/IMISCOE, ed. Amsterdam.

GREEN Nancy et WALDINGER Roger (dir.), 2016, A Century of Transnationalism. Immigrants and Their Homeland Connections, Urbana, University of Illinois Press, coll. “Studies of World Migrations”.

GRENET Mathieu et FOA Jérémie (dir), 2017, « Mourir ailleurs  (Xvie-Xxie siècle) », Diasporas, n°30.

HENRY Jean-Robert, 2016, « L’utopie d’une citoyenneté méditerranéenne », Perrin, Delphine (dir.), La plurinationalité en Méditerranée occidentale : Politiques, pratiques et vécus. Nouvelle édition [en ligne]. Aix-en-Provence : Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2016 (généré le 14 avril 2017).

KAUFMANN Vincent, 2005, « Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? » Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXVIII, p. 119-135.

LEVITT Peggy et al., 2007, “Conceptualizing Simultaneity, A Transnational Social Field Perspective on Society”, in Portes, Alejandro et Dewind, Josh (eds) Rethinking migration, New Theoretical and Empirical Perspectives, Center for Migration Studies of New York, Berghahn Books.

MARGALIT Avishai, 2002, Ethics of Memory, Harvard University Press, Cambridge, Londres.

MAUSS Marcel, 1999, Sociologie et anthropologie, 8ème éd., Paris, PUF.

MEKKI Ali, 2012, « Les maisons des migrants kabyles au cours des “trois âges l’émigration” », Hommes et migrations, 1298, p. 42-53.

MURARD Numa, 2016, « Présentation : déplacer les points de vue / Presentation : Changing the points of view », Sociologie et sociétés, vol. 48, 2, p. 5-19.

PERALDI Michel, (dir.), 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose.

PERRIN Delphine (dir.), La plurinationalité en Méditerranée occidentale : Politiques, pratiques et vécus. Nouvelle édition [en ligne]. Aix-en-Provence : Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2016 (généré le 14 avril 2017). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/iremam/3540>.

ROCHE Daniel, 2003, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard.

ROSENTAL Paul-André, 1999, Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales.

SALZBRUNN Monika, 2016, "Shifting Theories, Methods and Topics. Monika Salzbrunn Talks with Ludger Pries about Thirty Years of Migration Studies", Revue Européenne des Migrations internationales, vol 32, 3&4, p. 231-247.

SAYAD Abdelmalek, 1985, « Du message oral au message sur cassette, la communication avec l'absent », Actes de la recherche en sciences sociales, 59, p. 61-72.

SAYAD Abdelmalek, 1999, La double absence, Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil.

SCHUTZ Alfred, 1987, Le chercheur et le quotidien, Paris, Librairie des Méridiens Klincksieck, Collection Société.

TARRIUS Alain, 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, préface de M. Wieviorka, Paris, Balland.

URRY John, 2005, Sociologie des mobilités, Paris, Armand Colin.

WIHTOL de WENDEN Catherine, 2009, « l’espace migratoire et ses enjeux », Bensaâd, Ali (dir.), Le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala.

WIHTOL de WENDEN Catherine, 2014, Faut-il ouvrir les frontières ?, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « La Bibliothèque du citoyen ».

Haut de page

Notes

* Je tiens à remercier tout particulièrement Cédric Parizot, François Siino pour leurs conseils et suggestions tout au long de l’élaboration du dossier ainsi que Kamel Chachoua pour son amitié collaborative depuis de nombreuses années.

1 Précisons sur le plan juridique qu’une telle approche privilégie les mobiles qui disposent d’un titre de séjour à longue portée et peuvent se déplacer en toute liberté, ce qui laisse de côté une partie importante des personnes en mobilité (Simon, 2008).

2 Cette recherche, fédérant une dizaine de chercheurs issus de différents pays du pourtour euro-méditerranéen, a été menée entre 2014 et 2016 sous la direction de Constance De Gourcy dans le cadre d’un programme de recherche ATRI : « Un fil d'Ariane dans l'espace euro-méditerranéen : l'absence comme modalité d'appartenance ». Un carnet de recherche CRISALIDE (Collectif de Recherche Interdisciplinaire Sur l'Absence et les LIens Diasporiques dans l'espace Euro-méditerranéen. ISSN 2496-9451) permet de documenter les formes culturelles, sociales et politiques de l’absence en Méditerranée. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02.

3 Dictionnaire de Trévoux (Édition lorraine, Nancy 1738-1742).

4 Nous nous référons ici à Marcel Mauss (1999) qui, dans ses travaux sur le don dans les sociétés mélanésiennes, différencie l’obligation de la contrainte. L’obligation est celle que l’individu se créée par rapport à lui-même et à son entourage, elle renvoie à l’autonomie de l’action ; la contrainte renvoie à l’hétéronomie de l’action.

5 Comme en témoigne la référence à Dibutade qui illustre la couverture du numéro. Cette jeune fille corinthienne dessine sur un mur l’ombre projetée du visage de son amant en partance. Si ce mouvement a pu apparaître comme l’acte inaugural de la peinture par la tradition picturale néoclassique (Frontisi-Ducroux, 2007), nous y voyons plutôt une préfiguration de l’absence qui mobilise le geste créateur pour manifester le ressenti lié à l’absence à venir.

6 L’intérêt porté à la coordination entre partenaires éloignés peut se décliner en différents registres d’analyse : celui du langage, de l’émotion et de l’action.

7 Ces tactiques permettent ainsi de rappeler à l’absent ses engagements à l’égard du groupe et de le maintenir dans un foyer d’attention orienté vers le collectif d’appartenance. Rappelons que pour Michel de Certeau (1990 : XLVI) « la tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Elle s’y insinue, fragmentairement, sans le saisir en son entier, sans pouvoir le tenir à distance ».

8 Comme le montrent les travaux d’Abdelmalek Sayad (1999) dans le cas algérien. La justification du procès migratoire tient notamment à cette contrepartie financière au salaire reçu dans le pays d’immigration.

9 Une des illustrations les plus contemporaines de ce mouvement d’objectivation de l’absence comme catégorie administrative est l’exemple des « visa leave for absence » qui dans certains pays anglo-saxons réglementent la durée de l’absence (environ 5 mois) dans le cadre de la migration estudiantine. Au-delà de ce critère temporel, l’absence n’est plus considérée comme telle.

10 Sur ces questions, on peut se référer au numéro que la revue Diaspora consacre à la mort en migration (Grenet, Foa, 2017).

11 Pour la seule l’année 2017, l’Organisation Mondiale des Migrations estime à plus de trois milles le nombre de décès en mer Méditerranée.

12 Mentionnons ainsi parmi les activités qui ont précédé la publication de ce numéro, les recherches menées sur les maisons de l’absent en Algérie (Mekki, 2012) ou les chambres de l’absent (ou de transition) en Albanie (Dalipaj, 2016). Pour de plus amples informations se référer au lien suivant : https://crisalide.hypotheses.org/

13 Mentionnons à ce titre l’article d’Abdelmalek Sayad (1985) qui montre combien la diversité des formats de communication révèle autant de façons différentes de rappeler l’absent à ses devoirs familiaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance De Gourcy, « L’institution de l’absence en Méditerranée », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11649

Haut de page

Auteur

Constance De Gourcy

Aix-Marseille Univ, Cnrs, Lames, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page