Navigation – Plan du site
I Emigrer et s'absenter : des liens ambivalents

Des Kabyles « perdus » en région parisienne

Les « recherches dans l’intérêt des familles » du Service des affaires indigènes nord-africaines (années 1930)
Kabyles “lost” in the Paris region: “Family searches in the public interest” by the bureau of North African Indigenous Affairs (1930s)
Emmanuel Blanchard
p. vol 144

Résumés

Dans l’entre-deux-guerres, l’émigration depuis l’Algérie colonisée fut caractérisée par un phénomène de noria organisé afin de perpétuer une paysannerie rurale alors en voie de déstructuration, mais aussi par des départs individuels d’hommes rompant pour de longues années voire définitivement avec leur communauté d’origine. À partir de sources inédites, c’est une relecture de la figure de l’émigré amjah, notamment mise au jour par Abdelmalek Sayad, que propose cet article. Les requêtes adressées par des familles abandonnées ou inquiètes aux administrations coloniales permettent en effet de réévaluer la place de ces immigrés qui, loin d’être toujours « perdus » en région parisienne, y étaient aussi fondus dans les quartiers ouvriers. Nombre d’entre eux y vivaient avec des femmes françaises ou immigrées.

Haut de page

Texte intégral

Il s’agit d’un message précis à faire parvenir à l’absent (…) jusqu’à ce que tout le monde tombe d’accord sur la seule solution imaginable : que l’émigré envoie de l’argent ou le plus d’argent possible, car il n’est souvent question que de cela (Sayad, 1985 : 62).

  • 1 Dans l’ensemble de cet article, l’orthographe originelle des documents cités a été respectée.

H. Aïssa habitant le même douar et le même village que moi a quitté le pays pour chercher de l'ouvrage en France il y a environ 12 ans, et depuis il n’a plus reparu ni même donner1 de ses nouvelles.

Beaucoup des gens du pays se rendaient en France comme lui pour travailler, je les chargeai pour me donner son adresse s'il est encore vivant, mais malheureusement aucun d’eux n’a pu le rencontrer ni me renseigner.

Je suis orpheline de père et de mère, il est le seule parent le plus proche que je puisse trouver dans des cas propices, aussi je suis fort inquiète de sa disparition longtemps prolongée.

Ses parents veulent l’hériter sans être certain qu’il est mort puisqu’aucune nouvelle ne nous est parvenue (…)

Je m’adresse à vous Mr le Préfet car on me l’a conseillé. je pose toute ma confiance sur vous et j’espère que satisfaction me sera accordée en poussant l'activité dans les recherches.

Votre dévouée serviteuse.

  • 2 Les personnes citées ont été anonymisées : leur nom n’est pas indiqué et leur prénom est repris de (...)
  • 3 Service des interventions du SAINA, dossier 281, 3194W2, Archives de Paris. Dans la suite de l’arti (...)
  • 4 Plusieurs dossiers consultés suggèrent que des Algériens étaient alors enterrés en région parisienn (...)
  • 5 Dans l’exemple cité, on ne sait pas même si l’administrateur des Biban a transmis la réponse du SAI (...)
  • 6 Pour le lecteur contemporain des documents archivés, il est difficile de déterminer avec certitude (...)
  • 7 En Algérie, des écrivains publics avaient pignon sur rue et exerçaient, nantis d’une autorisation a (...)
  • 8 Une partie de l’historiographie contemporaine tend à relativiser les allégations d’une administrati (...)
  • 9 Les archives des tribunaux d’Algérie à la période coloniale sont restées en Algérie, le plus souven (...)
  • 10 Sans même parler des modes de résolution orale des conflits, hormis le cas très spécifique de courr (...)

1Ainsi s’exprimait H. Ouahchia2, du douar Sidi Brahim (commune mixte des Biban), dans un courrier adressé au préfet de police de Paris, le 4 février 19343. Un mois plus tard, l’administrateur colonial des Biban se voyait demander, suite à une enquête d’un inspecteur de la Brigade nord-africaine (BNA) de Paris, de « vouloir bien aviser la pétitionnaire que les recherches effectuées n’avaient donné aucun résultat ». Les « recherches vaines » étaient alors coutumières quand les requérant·e·s n’étaient pas en mesure de donner une adresse à même d’orienter les investigations, généralement peu poussées, des policiers parisiens. Cette enquête « dans l’intérêt des familles » n’ayant pas connu de suite, il est impossible de savoir ce qu’il était advenu de Aïssa H., ni même s’il était en France, vivant ou enterré dans un des cimetières qui accueillaient alors les indigents et les personnes décédées dont le corps n’avait pas été réclamé par leurs proches4. Par ses silences et ses « mutilations5 », ce « dossier » est cependant emblématique des milliers de ceux qui furent constitués, au cours des années 1930, par le bureau des interventions du Service des affaires indigènes nord-africaines (SAINA) de la préfecture de police de Paris (voir encadré, infra) : près de 20 % des « interventions » concernaient des « recherches dans l’intérêt des familles » ou des « abandons de famille ». Autant de requêtes généralement initiées par les proches (pères, mères, femmes, beaux-pères, frères, cousins…) d’un « absent » ne donnant plus de nouvelles ou les familiers d’un « disparu », du moins dans la version présentée aux autorités. Les demandes d’intervention étaient généralement liées à des intérêts matériels ou à des flux financiers, parfois explicitement invoqués – ici, un partage d’héritage – mais qui pouvaient également être tus. Ces circulations monétaires et scripturaires étaient insérées dans des circuits plus larges, très mal connus d’une administration coloniale qui n’était qu’une des voies de recours des requérants : la lettre de Ouahchia H. porte ainsi la marque d’échanges (oraux voire écrits) avec d’autres membres de sa famille et des émigrés. Échanges qui étaient toujours collectifs et médiatisés, ainsi que l’a notamment analysé Abdelmalek Sayad : H. Ouachia a écrit par le truchement d’un scripteur qui nous reste inconnu6, dans un contexte où il est probable qu’elle n’ait pas été seule avec lui7 (Sayad, 1985). Cette lettre pourrait même avoir été écrite en son nom, sans même que la supposée requérante soit présente ni consultée8. Surtout, ces courriers étaient généralement accompagnés d’autres formes d’actions familiales (messages personnels, visites ou enquêtes de membres de famille, pressions sur des proches…), de démarches auprès des « notables » (les amins nommés par l’administration française, des membres des djemâas, des personnalités confrériques…), d’autres saisines administratives (un même courrier pouvait être envoyé à plusieurs administrations, en France et en Algérie), voire, dès lors que les enjeux matériels ou juridiques étaient importants, d’actions en justice. Ces dernières, qui apparaissaient trop nombreuses à une administration coloniale invoquant les « manies » contentieuses des Algériens musulmans, étaient favorisées par une situation de pluralisme juridique – avec notamment la cohabitation d’une « justice musulmane », certes largement dominée et appauvrie, et des tribunaux civils de différents ordres (Ageron, 1968 ; Christelow, 1985) – qui multipliaient les voies de recours possibles pour celles et ceux en capacité d’en payer les coûts, notamment financiers (Charnay, 1965 ; Ghabrial, 2014). Au travers de telles sources et dans ces situations, l’« absence » ne se résume donc pas à celle du disparu : il s’agit surtout de celle de traces qui ont pu être laissées dans d’autres contextes d’énonciation des attentes présentées aux autorités. La plupart des sources alternatives ou complémentaires sont en effet particulièrement délicates à recouper9, quand elles n’échappent pas complètement aux investigations des historiens actuels10.

  • 11 Sur les 437 immigrés pris en compte pour cet article – en raison de leur « mise en cause » dans une (...)

2Les sources placées au centre de cette enquête historique n’en sont pas moins riches et permettent notamment d’étoffer une histoire de l’émigration-immigration laissant toute sa place aux « échecs », aux trajectoires dites « marginales », aux attentes de celles et de ceux restés sur place, ainsi qu’aux ruptures et aux négociations multiples des liens entre les émigrés de Kabylie et leur localité d’origine11. Il s’agira ici de cerner dans quelle mesure le « premier âge de l’immigration » fut aussi marqué par la figure du amjah, ce migrant « perdu » dans l’exil, i.e à la fois coupé de sa famille et converti à des modes de vie et de pensée incompatibles avec ceux que l’émigration était supposée reproduire (Sayad, 1979).

  • 12 L’auteur tient tout particulièrement à remercier Agnès Séguin, qui fut chargée du classement de ce (...)

3Un reliquat d’archives : le fonds du service des interventions du SAINA12

  • 13 Au sujet de la création, du fonctionnement et de la dissolution de ce service : Blanchard (2004, 20 (...)
  • 14 Des SAINA fonctionnèrent pendant quelques années à Marseille, Lyon et Saint-Étienne mais avec une p (...)

4Les archives du SAINA (1925-1945) n’ont, semble-t-il, jamais été versées par la préfecture de la Seine, ni la préfecture de police de Paris, ses deux administrations de tutelle13. Certains des documents produits par ce service sont certes disponibles dans les fonds des archives de la préfecture de police de Paris, ou dans ceux versés par des administrations destinataires de correspondances du service situé rue Lecomte dans le 17e arrondissement de Paris (par exemple le SAINA de Marseille, dont quelques dossiers sont disponibles aux archives départementales des Bouches-du-Rhône14) (Lewis, 2010). Ces archives étaient réputées disparues, sans doute après avoir été délibérément détruites, a priori après la défaite de 1940, dans un moment de mise en œuvre des dispositions prises dans les années 1930 en prévision d’une éventuelle invasion étrangère (Blanchard, 2008 ; Cœuré, 2007 ; Désiré dit Gosset et Landgraf, 2017). Quelques années avant les grandes destructions ou « mises au secret » d’archives organisées lors des processus de retrait des puissances coloniales en Afrique et en Asie (Anderson, 2011 ; Sato, 2017), ces archives coloniales produites au cœur de la capitale française auraient donc été réduites à quelques « débris d’empires » (Stoler, 2013) ensevelis sous une chape de secrets.

  • 15 Ces milliers de fiches n’ont pas encore fait l’objet d’une analyse systématique : elles servaient a (...)

5Or, au tournant des années 2010, au cours d’une collecte de la documentation conservée dans les écoles primaires parisiennes, les archives de Paris se virent signaler quelques sacs, pollués par les déjections de pigeons, entreposés dans les caves d’un groupe scolaire qui occupe des locaux auparavant attribués au SAINA. Outre une partie du fichier du SAINA15, ces sacs contenaient environ 850 dossiers ouverts par le bureau des interventions entre février 1934 et mars 1937. La numérotation continue suggère qu’environ 4 600 dossiers furent ouverts au cours de cette période et alimentés par des pièces produites entre les années 1928 et 1944. En moyenne, entre 100 et 150 nouveaux dossiers étaient ouverts chaque mois : certains contennaient plusieurs « affaires » ou « requêtes », à partir du moment où un émigré d’Afrique du Nord (« mis en cause » aussi bien que « requérant ») était concerné à de multiples reprises.

  • 16 L’hypothèse de sacs oubliés lors du déménagement précipité des archives de la rue Lecomte est la pl (...)

6L’ensemble des requêtes a été consulté et, à ce stade, 525 ont fait l’objet d’un traitement systématique à partir d’une base de données permettant des analyses de contenus et des traitements statistiques. L’échantillon ainsi construit intègre plus de 40 % de l’ensemble des requêtes conservées et vise à surreprésenter les années pour lesquelles les dossiers archivés sont les moins nombreux. Alors qu’environ 85 % des dossiers conservés ont été ouverts au cours de l’année 1934, c’est le cas d’un peu plus de 50 % des requêtes de notre corpus qui couvre les années 1928 à 1944. Malgré la richesse de cette source, qui contient des courriers adressés à diverses administrations et tribunaux avant d’être in fine transmis au SAINA, il convient de rappeler que ces deux mètres linéaires de dossiers ne sont qu’un « reliquat », au sens archivistique du terme, d’un vaste massif documentaire dont toute autre trace a été perdue16.

Des émigrés « disparus » ?

7L’émigration algérienne de l’entre-deux-guerres est traditionnellement présentée comme un ensemble de départs ordonnés en fonction des logiques de la communauté d’origine (la famille, le village…) : les émigrés auraient alors été des hommes choisis pour leurs capacités à vivre temporairement loin de leur groupe d’affiliation tout en mettant leur force de travail, leur épargne et leurs projections au service de la perpétuation des logiques internes et anciennes de la société de départ (Sayad, 1979). Cette dernière se serait protégée des effets potentiellement déstabilisateurs de l’émigration en l’organisant dans un cadre collectif caractérisé notamment par des départs groupés, des regroupements géographiques en métropole, la mise en place d’une noria ou l’abondance des messages transmis par de multiples mandataires (Sayad, 1991, 1999). Même s’il n’a pas été immuable, ce schéma a relativement bien fonctionné, du moins pendant quelques décennies, dans les cas où l’émigration d’un même village était dirigée vers un unique employeur, notamment dans les régions minières (Mekki, 2012). Tous les observateurs avaient cependant noté la présence « d’isolés » partis selon une logique plus individualiste mais dont la faible proportion – avec des estimations variant de 5 % à 20 % du total des émigrés – ne mettait pas en péril la logique générale de ce « premier âge de l’immigration » (Sayad, 1979 ; Demondion, 1951 ; Montagne, 1954).

  • 17 Rappelons cependant que les « recherches dans l’intérêt des familles » ne représentent que 20 % de (...)
  • 18 Le métier ou l’employeur des immigrés de notre corpus sont connus dans moins de 20 % des cas. Ces i (...)

8Dans le cas de la région parisienne, cette analyse ne rend pas pleinement compte de la pluralité des situations et mériterait d’être nuancée. Abdelmalek Sayad avait d’ailleurs bien noté que, dès l’entre-deux-guerres, Paris avait la réputation d’être « une ville de perdition », une « ville-piège » ou « tout au moins une ville qui n’est pas spécialement indiquée pour les travailleurs “honnêtes” » soucieux de se conformer à la morale et à l’habitus du paysan kabyle (Sayad, 1993 : 429). Même s’il est difficile de mesurer la représentativité de notre échantillon – par construction, les émigrés recherchés par leurs familles sont surreprésentés17 – celui-ci permet d’objectiver les possibilités qu’avaient nombre d’émigrés d’échapper au contrôle communautaire. La dispersion géographique des émigrés de Kabylie est ainsi patente : on en retrouve dans l’ensemble des arrondissements parisiens et dans plus d’une quarantaine de villes du département de la Seine. Il y a bien sûr des zones où leur présence est prononcée (particulièrement les 19e et 15e arrondissements, avec 38 et 32 cas) mais là aussi avec une assez grande dispersion au niveau des rues (21 rues dans le 15e arrondissement ; 17 rues dans le 19e arrondissement) et une pluralité d’adresses au niveau de chaque rue. Par ailleurs, une toute petite minorité de ces Algériens était employée de façon stable dans de grandes entreprises et beaucoup allaient de chantier en chantier, les changements d’employeurs étant entrecoupés de longues périodes de chômage18 : autrement dit, il n’y avait pas plus de concentration sur les lieux de travail que du point de vue du logement.

  • 19 La commune mixte et le douar étaient des circonscriptions administratives qui renvoyaient peu aux a (...)
  • 20 Dans les années 1930, on comptait environ 100 000 Algériens en métropole, dont plus du tiers en rég (...)
  • 21 Il convient cependant de nuancer la description de ces regroupements : dans le quartier des Grésill (...)

9Si l’on s’intéresse aux lieux d’implantation des Algériens en fonction de leur lieu de départ, on retrouve une relative hétérogénéité résidentielle : ainsi, les originaires de la commune mixte d’Akbou (N = 54) étaient installés dans huit arrondissements et huit villes de banlieue ; ceux de la commune-mixte du Guergour (N = 61) logeaient dans neuf arrondissements et neuf villes du département de la Seine. Bien sûr, des formes de regroupement à une échelle inférieure à celle de la commune-mixte de départ sont observables19 : des hommes originaires du même douar ou du même village habitaient dans le même hôtel ; des frères ou des cousins partageaient un même logement ; des jeunes hommes arrivaient accompagnés d’un père ou d’un oncle ; des originaires du même village traversaient la Méditerranée ensemble. Il n’en reste pas moins que la région parisienne offrait de véritables échappatoires, notamment à ceux des immigrés qui n’avaient pas besoin de compter sur la solidarité communautaire pour se loger et se nourrir. Surtout, cette dispersion de l’immigration algérienne, favorisée par son importance quantitative20, ne se retrouvait pas dans toutes les immigrations coloniales. Ainsi, les Marocains – des « étrangers protégés » sur le plan juridique – relevaient aussi du SAINA dont ils saisissaient régulièrement le service des interventions, notamment pour des créances à recouvrir auprès de compatriotes présents en région parisienne ou repartis au pays. Près de 60 % d’entre eux (N = 45) vivaient dans la seule ville de Gennevilliers, sans compter ceux qui habitaient à proximité, à Asnières ou à Argenteuil notamment. Les immigrés marocains étaient regroupés près des lieux de travail dans des formes d’entre soi qui apparaissent plus prononcées que dans le cas des Algériens21. Ces derniers bénéficiaient de conditions démographiques (l’importance des départs), géographiques (leur dispersion dans l’agglomération parisienne) et juridiques (la nationalité française) qui leur permettaient d’échapper au « quartier où se regroupaient les émigrés » et où « il suffisait d’écouter les gens pour savoir tout du village comme si tu y étais » (Sayad, 1985 : 61).

Les « morts » de l’émigration

  • 22 Son fils était parti en 1926 et elle n’aurait plus eu aucune nouvelle depuis quatre ans (1930). Il (...)
  • 23 Environ 15 % des requêtes ont été formulées par des femmes (N = 73), dont près de la moitié par des (...)

10Au-delà du cas présenté en exergue, il n’était pas rare que le SAINA soit saisi de demandes de renseignements ou de « recherches dans l’intérêt des familles » par des personnes disant ne pas même savoir si un proche était toujours en vie : en mai 1934, une mère du douar Sidi Aïch (commune de la Soummam) pressait ainsi « le chef du service nord-africain » de « faire des recherches qui m’apprendra si mon fils est vivant ou mort22 ». Il apparaît cependant que, bien souvent, ces requêtes étaient des demandes de confirmation administrative d’informations parvenues par d’autres canaux. Sans que cela soit toujours explicitement exprimé, c’étaient alors des formes d’attestation et d’officialisation de nouvelles arrivées par les circuits de l’émigration-immigration qui étaient sollicitées. Les ressorts de telles correspondances sont difficile à cerner : il est ainsi complexe de mesurer la charge émotionnelle de l’absence et le poids d’une incertitude aussi vive que celle liée à la survie d’un parent. L’exercice est rendu d’autant plus délicat que le registre de la supplique était l’un de ceux dont disposaient les « pétitionnaires » les moins dotées pour s’adresser à l’administration dans les formes bureaucratiques alors en voie de diffusion au sein des classes moyennes françaises. On peut cependant imaginer les affres de mères – plus nombreuses que les pères et autres parents pour ce type de suppliques23 – qui pouvaient objectivement craindre que leur fils émigré soit enterré loin du dar al islam sans qu’elles ne soient jamais prévenues. Mouloud Feraoun a d’ailleurs donné une postérité littéraire à ces cas de figure : dans Les chemins qui montent (1957), l’enterrement en France de l’ami du narrateur est délibérément caché à la famille du défunt afin de ménager l’espoir que, comme de nombreux « égarés », il finisse par revenir parmi les siens. La situation décrite résonne avec les archives consultées qui montrent que des émigrés étaient parfois inhumés sans qu’aucun membre de famille ne soit prévenu. Surtout, il apparaît que dans le cas des recherches dans l’intérêt des familles, les agents du SAINA ne consultaient jamais les registres d’inhumation des cimetières, laissant ainsi les proches dans une douloureuse expectative.

11Au-delà de leur dimension affective et émotionnelle, ces courriers s’inscrivaient dans un ensemble de nécessités et d’enjeux matériels. L’absence de l’émigré rendait délicates certaines transactions (foncières, maritales, successorales…) qu’une disparition avérée pouvait faciliter ou au contraire complexifier, avec des effets différentiels selon les acteurs impliqués. Faire passer un émigré pour mort pouvait être une stratégie permettant d’arriver à des fins pécuniaires, notamment dans les cas, très courants, de conflits familiaux autour de propriétés foncières ou immobilières indivises. En avril 1936, un émigré à Courbevoie dénonçait ainsi :

  • 24 Courrier à l’attention du directeur-adjoint du SAINA, remis rue Lecomte le 26 avril 1936, dossier 7 (...)

Mon frère c'est un homme joueur a la carte et a domino ses pour sa qua vendu se materiel ses pour voir de l argent et nous on at chacun a sa maison il devrai pas vendre se qui se trouve a ma maison et me crois mort et moi je ne suis pas24.

  • 25 Voir, par exemple, dossier 1691.

12Afin d’attester fallacieusement d’une mort, ou de lever artificiellement une incertitude que personne ne savait éclaircir, des simulacres de télégrammes de décès étaient même parfois envoyés de France afin de faire croire qu’un émigré longtemps silencieux était définitivement disparu25.

13Dans ces dossiers relatifs à une disparition, présumée ou crainte, le terme de « mort » ne désigne pas forcément un décès mais trace les contours d’une rupture sociale telle qu’elle justifie les manquements les plus graves aux obligations familiales et migratoires. Des émigrés alléguaient ainsi ne plus rien savoir de parents restés au pays et qu’ils pensaient « disparus ». Cette justification permettait à des fils émigrés d’expliciter l’absence d’envoi d’argent à leur mère, mais également de légitimer leur refus d’y remédier, face à des autorités qui cherchaient à les convaincre de leurs devoirs filiaux. Ainsi, en décembre 1941, Tahar B., qualifié de « faignant de fils » dans une dénonciation maternelle, déclarait au siège du SAINA, rue Lecomte :

  • 26 Tahar B. (49 ans) affirme également être sans nouvelles de sa mère depuis près de 30 ans. Une parti (...)

qu’il ne se soucierait pas davantage du sort de sa mère qu’elle n’a eu à se préoccuper de lui à l’âge où il avait le plus besoin de ses soins. Livré à lui-même depuis l’âge de 15 ans et sans nouvelles après cet abandon, il a ajouté qu’il ne la croyait pas en vie actuellement26.

14Ce cas est singulier en raison de l’explicitation d’un refus de porter secours à une mère sinon physiquement « disparue », du moins socialement effacée des réseaux de solidarité familiale de son fils. En revanche, les allégations d’émigrés arguant avoir « pensé mort » un proche parent les recherchant ou n’en avoir plus « aucune nouvelle depuis des années » étaient, elles, relativement courantes. Elles mettent au jour le fait que les ruptures – quelles qu’en soient la netteté et l’étendue – relevaient d’un double processus : les émigrés ne s’éloignaient pas simplement en raison des transformations induites par le séjour en France ; une partie d’entre eux étaient justement partis parce qu’ils étaient, en Algérie déjà, « en rupture avec l’ordre social qui alimentait l’émigration et avec la morale commune à cet ordre » (Sayad, 1993 : 426).

15Dans les déclarations, écrites ou orales, faites à l’administration coloniale, il est bien sûr très difficile de démêler ce qui relève de la stratégie rhétorique de ce qui est la marque d’un délitement véritable des relations familiales. Devant cette impasse, l’analyse matérialiste se révèle une voie fructueuse : le manque de « nouvelles » était en général allégué pour dénoncer l’absence de mandats. La saisine du SAINA intervenait parfois quelques mois seulement après l’interruption des flux financiers, particulièrement quand la famille restée au pays avait été informée du fait que l’émigré avait retrouvé du travail. Dans ce cas, il était généralement localisé : les mêmes canaux qui avaient permis de savoir que l’émigré avait à nouveau des revenus permettaient en effet d’obtenir une adresse. Celle-ci était alors transmise à l’administration coloniale – directement au SAINA ou par l’intermédiaire des administrateurs de communes mixtes très intéressés à ce que les « indigènes » qu’ils avaient autorisés à aller travailler en France soutiennent financièrement des familles qui, sans ces secours, pouvaient sombrer dans « l’indigence la plus complète ». Les fonctionnaires saisis étaient généralement impuissants quand ils ne pouvaient pas compter sur les informations et les contributions fournies par les requérant(e)s.

  • 27 Dossier 1649. Le jeune homme que sa mère « présumait à Paris » n’a pas été retrouvé.
  • 28 Dossier 4775.

16Les cas les plus difficiles à interpréter pour l’historien contemporain sont ceux pour lesquels le « disparu » n’a pas été retrouvé, notamment quand les premières démarches officielles des parents sont entreprises des années – une quinzaine parfois – après le départ de l’émigré. Certaines familles semblent avoir véritablement été sans nouvelles – et pas seulement privées de mandats – dans des contextes où l’arrivée en France a marqué une césure avec les régions d’origine. Comme l’avaient déjà analysé Gilbert Meynier ou Larbi Talha, le service militaire semble bien, dans un certain nombre de cas, avoir joué un rôle de sas vers une émigration de rupture : la mobilité géographique s’est accompagnée de l’incorporation de nouvelles manières de vivre et de penser qui amenèrent certains conscrits à rompre tout lien avec leur milieu d’origine et à s’inscrire durablement dans le salariat urbain (Meynier, 2015 ; Talha, 1983). En octobre 1934, une mère de famille, « vieille et malade » écrit ainsi au directeur du SAINA : « avant de mourir je serais si heureuse d’avoir des nouvelles » d’un fils parti au service militaire huit ans auparavant27. Dans un autre cas, un caïd confirme qu’un habitant de son douar s’inquiète de son fils qui « depuis son départ au régiment, (…) n’a jamais donné de ses nouvelles et qu’aujourd'hui sa famille ne sait pas où il se trouve ». Quatorze ans après cette rupture, il semble bien que même le frère à l’origine de la requête, lui-même ancien spahi et émigré à Paris, demeurait dans l’expectative la plus totale sur le sort de son cadet28.

Des imjahen sans « idée de retour » ?

  • 29 Cf. l’article de Kamel Chachoua dans ce même numéro.
  • 30 De Mouloud Feraoun à Kamel Daoud, les « doubles-ménages » et le sort des épouses abandonnées en Alg (...)
  • 31 Courrier transmis au SAINA par le procureur de Bougie (mai 1935). Le mari incriminé était connu de (...)

17La crainte que les émigrés aient oublié leur pays était si partagée dans les régions de départ que, dès les années 1930, elle est devenue un motif récurrent de la poésie et de la chanson en langue kabyle (Mokhtari, 2005 : 118-120). Les « oublieux » qui « ont fatigué les scribes, d’écriture et de lettres, adressées à “ceux de Paris” » prenaient souvent les traits des émigrés tombés sous le charme d’une « amie » et « des belles filles, [aux] chevelures au ton de maïs » (Ouary, 1974 : 156-157). Ils étaient la hantise de mères et d’épouses kabyles cherchant à exorciser ce risque29. Dès les années 1950, les unes et les autres devinrent des personnages emblématiques des romans algériens en langue française30. Ces craintes et ces dénonciations des « oublieux » se retrouvent également dans certaines plaintes adressées à l’administration et à la magistrature coloniale. On peut ainsi lire dans un courrier adressé au procureur de la République de Bougie, le 3 mai 193531 :

Nous sommes tous et surtout mes petits dans une grande misère malgré que je travaille pour nourrir mes petits, je viens recourir à votre haute protection pour que ce mari rentre a son pays, vers sa famille malheureuse car il n’enverra jamais rien il a abandonné son pays pour vivre en France !

  • 32 Ces installations de métropolitaines en Kabylie, certes rarissimes, avaient déjà attiré l’attention (...)
  • 33 La question de savoir si des émigrés étaient mariés ou non « au pays » transparaît dans de nombreux (...)
  • 34 Il est vrai que juristes et hauts fonctionnaires multipliaient les notes et propositions de réforme (...)
  • 35 Courrier de Mademoiselle M. adressé au préfet de la Seine, 11 mars 1937. Le caïd de Beni Khellili ( (...)
  • 36 Louis Massignon avait d’ailleurs largement fondé son étude sur des données puisées dans les dossier (...)
  • 37 Une partie d’entre eux furent ensuite envoyés en Algérie dans la famille paternelle, notamment suit (...)
  • 38 Voir notamment le cas de cette mère qui, après le décès de son compagnon, demande à récupérer la ga (...)
  • 39 « Je suis marié en France depuis de longues années et a quité le pays depuis 1912. Je suis père de (...)

18La distinction entre « son pays » et « la France » n’avait rien de séditieux, même pour des fonctionnaires coloniaux qui comprenaient très bien les ressorts de tels griefs. Nombre d’entre eux s’inquiétaient en effet de ce que l’immigration, « soupape de sécurité » permettant d’éviter la famine à des familles ainsi assurées de flux réguliers de revenus monétaires, ne se transforme en immigration « sans idée de retour », selon l’expression alors couramment employée. Au tournant des années 1950, Pierre Demondion, docteur en droit employé au Gouvernement général de l’Algérie, recensait pour la seule commune de Fort National, « environ 1 000 femmes musulmanes qui ont été abandonnées du fait de l’émigration. Pourtant, 500 émigrés seulement ont épousé une métropolitaine et 19 d’entre eux sont venus se réinstaller dans leur commune avec leur épouse métropolitaine. D’autre part, 800 ressortissants de Fort National sont considérés comme s’étant fixés dans la métropole sans idée de retour32 » (Demondion, 1951 : 46). En l’absence de précisions sur les modalités de construction de ces données, de telles « statistiques » ne sont guère mobilisables, sauf comme indicateur d’une préoccupation administrative voire comme révélateur de la construction d’un problème public. Pour le reste, les hommes dits « mariés33 » – il est vraisemblable que soient ici mêlés les concubins et les époux de Françaises et d’immigrées – étaient-ils les mêmes que ceux supposés « sans espoir de retour » ? Il apparaît en effet que les deux catégories étaient loin de se recouvrir en raison notamment du nombre de « doubles-ménages » pudiquement passé sous silence par Demondion (Mahé, 2001 : 346). En ce domaine plus qu’en aucun autre, il est impossible de prétendre proposer une objectivation quantitative, tant cette concurrence matrimoniale pouvait être difficile à exprimer dans un courrier à l’administration coloniale qui, concrètement, ne se préoccupait guère de cette question34. Il apparaît cependant que des « doubles-ménages », allégués ou constatés, affleurent dans une vingtaine de dossiers et sont présents dans plus de 10 % des « recherches dans l’intérêt des familles ». C’était une réalité sociale si connue qu’elle cristallisait non seulement les appréhensions des femmes algériennes restées au pays mais aussi celles de familles françaises dont les jeunes filles « fréquentaient » un Algérien. Les principales intéressées pouvaient également se renseigner par elles-mêmes et faire savoir, à une administration prête à diligenter une enquête, que « voulant me mariée avec un Algérien je voudrais savoir si il et marier chez lui35 ». Il est probable qu’une à deux requêtes de ce type étaient adressées chaque mois au SAINA, dans un contexte où les couples dits « mixtes » étaient une réalité connue apportant son lot d’« affaires » habituellement traitées par les commissariats de quartier (violences conjugales, abandons de domicile conjugal, adultères…). L’importance du nombre des unions entre Algériens et Françaises ou immigrées avait aussi été notée, dès l’époque, par les observateurs les plus attentifs qui recensèrent alors plusieurs milliers de couples pour la seule région parisienne (Massignon, 193036). Les travaux des historiens soucieux des conditions d’existence des immigrés algériens ont également mis en évidence le caractère à la fois précoce et massif de ces unions dont naquirent des milliers d’enfants qui furent, pour la plupart, élevés et scolarisés en France37 (Massard-Guilbaud, 1995 ; McMaster, 1997, 2011). Ces dernières sont souvent interprétées comme des formes précoces d’« intégration » à la société française et comme des indicateurs de rupture radicale avec les normes familiales en vigueur en Kabylie. La documentation disponible incite à apporter quelques nuances à ces constats : ainsi, des enfants nés d’un père algérien et d’une mère française pouvaient être mis en nourrice en Kabylie ou y passer des vacances38. Surtout, la plupart de ces unions et de ces naissances avaient lieu dans les milieux les plus populaires de la capitale, marqués par une relative précarité conjugale (du fait notamment de l’importance des concubinages), fragilité encore accentuée par certaines caractéristiques de nombre de ces couples (différence d’âge entre conjoints, mise en couple suite à un divorce ou un veuvage…). De ce point de vue, « l’instabilité » conjugale observée en Algérie (divorces, remariages, unions successives ou polygames…), et source de tant d’inquiétudes pour les réformateurs coloniaux, était loin d’être totalement étrangère au parcours des femmes avec qui les émigrés se mettaient en ménage pour quelques mois, quelques années, voire une vie entière pour quelques-uns d’entre eux39. Pour d’autres, ces concubinages, voire ces situations de « double-ménage », n’étaient pas synonymes d’absence d’anticipation du retour en Algérie, pas plus que d’une rupture des liens avec leur famille d’origine. Nombre de requêtes pour « abandon de famille » suggèrent ainsi qu’un « rapatriement » plus ou moins rapide pouvait résoudre la situation. Du moins le retour en Algérie était-il un préalable pour que les préjudices subis puissent trouver une solution dans un cadre intrafamilial, éventuellement sans divorce ni répudiation. Mouloud Feraoun a d’ailleurs parfaitement résumé comment les épouses kabyles pouvaient s’accommoder, sous certaines conditions, d’une concubine provisoire en métropole :

Tout le monde sait que les “dames roumis” sont “collantes”. Il n’est pas facile de s’en défaire. Ah ! cette signature, c’est la bête noire des femmes kabyles. Celui qui a signé est irrémédiablement perdu. Et Amer, chaque fois, trouve le moyen de ne pas répondre à la question précise : a-t-il signé, oui ou non ? (Feraoun, 1953).

  • 40 « Je n’étais pas du tout au courant des lois pour nous autres indigènes [Mohamed G. demande sa natu (...)
  • 41 Lettre au procureur de Bougie d’un émigré se présentant comme « très embarrassé de subvenir aux bes (...)
  • 42 Homme décédé à l’hôpital Lariboisière en avril 1934 et dont la compagne et mère de leur enfant, Mar (...)

19Même si ces trajectoires conjugales complexes doivent être prises en compte pour comprendre ce que furent les rencontres entre hommes algériens et femmes françaises dans les quartiers ouvriers de l’entre-deux-guerres, il convient de garder à l’esprit que les sources mobilisées mettent surtout en lumière des situations de ruptures ou de conflits, conjugaux notamment. Or, au détour d’un certain nombre de requêtes, on observe que des émigrés s’inscrivaient durablement dans une vie domestique en France marquée par des pratiques et des valeurs a priori inconciliables avec un retour en Kabylie. Il est des « égarés » dont l’exil peut sembler définitif : ainsi, de ceux mariés de longue date avec une Française, père de plusieurs enfants et qui avaient commencé à se constituer un patrimoine immobilier en France, investissement consolidé par une « naturalisation » synonyme de rupture avec le statut personnel musulman mais permettant d’accéder à une pleine citoyenneté40 ; ou de ceux qui, dans la même situation conjugale, mais avec plus de difficultés économiques, décidaient de vendre leurs biens en Kabylie afin d’entretenir leur famille à Paris41. Impossible cependant de savoir ce qu’il est advenu de ces hommes, dont certains sont peut-être revenus au pays malgré des trajectoires emblématiques d’un « égarement » possiblement définitif. Ces ruptures apparaissent en effet plus radicales encore que celles généralement associées à la figure du amjah (chômeur, joueur, militant politique…). Nul retour, en revanche, pas même pour une inhumation, pour des hommes morts et enterrés à Paris et dont les effets pouvaient être remis à leurs conjointes et enfants français, seuls à s’être fait connaître auprès des autorités42. Ces cas, certes marginaux à l’échelle de l’émigration de masse déclenchée par la Première Guerre mondiale, permettent cependant de comprendre que l’amjah ne fut pas seulement une construction culturelle destinée à souder un groupe social ébranlé par des départs massifs difficiles à ordonner selon les seules logiques de la reproduction et de la tradition. Derrière ce contre-modèle, se cachent nombre de trajectoires individuelles qui renvoient autant à la participation de l’immigration algérienne à la pluralisation des classes populaires françaises qu’à une contribution de l’émigration aux dynamiques de transformations sociales de la paysannerie kabyle.

Haut de page

Bibliographie

AGERON Charles-Robert, 1968, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), Paris, PUF.

ANDERSON David M., 2011, « Mau Mau in the High Court and the ‘Lost’ British Empire Archives : Colonial Conspiracy or Bureaucratic Bungle ? », The Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 39, 5, p. 699-716.

BLANCHARD Emmanuel, 2004, « La dissolution des Brigades nord-africaines de la Préfecture de police : la fin d’une police d’exception pour les Algériens de Paris », Bulletin de l’IHTP, 83, p. 70-82.

—, 2008, Encadrer des « citoyens diminués ». La police des Algériens en région parisienne, 1944-1962, thèse d’histoire, Université de Dijon.

—, 2011, La police parisienne et les Algériens, 1944-1962, Paris, Nouveau monde éd.

—, 2018, Histoire de l’immigration algérienne, Paris, La Découverte.

CHARNAY Jean-Paul, 1965, La vie musulmane en Algérie d’après la jurisprudence de la première moitié du XXe siècle, Paris, PUF.

CHARPY Manuel et HASSANE Souley, 2004, Lettres d’émigrés : Africains d’ici et d’ailleurs, 1960-1995, Paris, Nicolas Philippe.

CHRISTELOW Allan, 1985, Muslim law courts and the French colonial state in Algeria, Princeton, Princeton University Press.

COEURÉ Sophie, 2007, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Paris, Payot.

DEMONDION Pierre, 1951, L’émigration kabyle vers la métropole. Fort-National, expérience témoin, Paris, Bureau universitaire de statistiques et de documentation scolaires et professionnelles.

DÉSIRÉ dit GOSSET Gilles et LANDGRAF Eric (éd.), 2017, Une expérience du chaos. Destructions, spoliations et sauvetages d’archives, 1789-1945, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DONZELOT Jacques, 1977, La police des familles, Paris, éditions de Minuit.

El Alaoui Soraya, 2013, « L’espace funéraire de Bobigny : du cimetière aux carrés musulmans (1934-2006) », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, 3, p. 27-49.

FERAOUN Mouloud, 1953, La terre et le sang, Le Seuil.

GHABRIAL Sarah, 2014, Le ‘fiqh francisé’ ? Muslim personal status law reform and women’s litigation in colonial Algeria (1870-1930), Ph.D. Thesis, Montreal, McGill University.

GOEBEL Michael, 2017, Paris, capitale du Tiers-monde : comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte (Anti-imperial metropolis : interwar Paris and the seeds of Third-World nationalism, Cambridge University Press, 2015).

LEWIS Mary, 2010, Les frontières de la République. Immigration et limites de l’universalisme en France (1918-1940), Marseille, Agone (The Boundaries of the Republic. Migrants Rights and the Limits of Universalism in France, 1918-1940, Stanford University Press, 2007).

MACMASTER Neil, 1997, Colonial Migrants and Racism. Algerians in France, 1900-1962, London, MacMillan Press.

MAHÉ Alain, 2001, Histoire de la Grande Kabylie XIXe-XXe siècles. Anthropologie historique du lien social dans les communautés villageoises, Saint-Denis, Bouchène.

MASSARD-GUILBAUD Geneviève, 1995, Des Algériens à Lyon. De la Grande Guerre au Front Populaire, Paris, L’Harmattan.

MASSIGNON Louis, 1930, « Répartition géographique des Kabyles dans la région parisienne », Revue des études islamiques, 2, p. 161-170.

MEKKI Ali, 2012, « Les maisons des migrants kabyles au cours des “trois âges de l’émigration” », Hommes et Migrations, 1298, p. 42-53.

MEYNIER Gilbert, 2015, L’Algérie révélée. La guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Saint-Denis, Bouchène (1ère éd. : Genève, Droz, 1981).

MOKHTARI Rachid, 2005, Slimane Azem, Alloua Zerrouki chantent Si Mohand U Mohand, Alger, éd. APIC.

MONTAGNE Robert, 1954, Étude sociologique de la migration des travailleurs musulmans d’Algérie en métropole, Paris, Ministère de l’Intérieur.

OUARY Malek, 1972, Poèmes et chants de Kabylie, Paris, Librairie Saint-Germain-des-Prés.

ROSENBERG Clifford, 2006, Policing Paris. The Origins of Modern Immigration Control between the Wars, Ithaca, Cornell university press.

SATO Shohei, 2017, « ‘Operation Legacy’ : Britain’s Destruction and Concealment of Colonial Records Worldwide », The Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 45, 4, p. 697-719.

SAYAD Abdelmalek, 1979, « Les trois âges de l’immigration algérienne », Actes de la recherche en sciences sociales, 15, p. 59-79.

—, 1985, « Du message oral au message sur cassette, la communication avec l’absent », Actes de la recherche en sciences sociales, 59, p. 61-72.

—, 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck.

—, 1993, « Émigration et nationalisme : le cas algérien », Publications de l’École française de Rome, vol. 168, 1, p. 407-436.

—, 1999, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

STOLER Ann Laura (ed.), 2013, Imperial Debris : On Ruins and Ruination, Durham, Duke University Press.

TALHA Larbi, 1983, « De l’immigration coloniale à l’émigration des coloniaux   : colonisation, migrations internationales et mobilisation primitive des forces de travail », in Maghrébins en France : émigrés ou immigrés  ?, Paris, Cnrs édition, p. 11-30.

VEYNE Paul, 1971, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Dans l’ensemble de cet article, l’orthographe originelle des documents cités a été respectée.

2 Les personnes citées ont été anonymisées : leur nom n’est pas indiqué et leur prénom est repris de l’orthographe utilisée par les requérant·e·s. Les questions d’état-civil et de présentation de soi sont un sujet à part entière de cette recherche en cours mais ne seront pas développées dans cet article.

3 Service des interventions du SAINA, dossier 281, 3194W2, Archives de Paris. Dans la suite de l’article, seul le numéro des dossiers, regroupés dans les cartons 3194W2 à 3194W7, sera indiqué.

4 Plusieurs dossiers consultés suggèrent que des Algériens étaient alors enterrés en région parisienne sans que leur corps ne soit réclamé par leur famille. C’était notamment le cas au cimetière franco-musulman de Bobigny inauguré en 1937 et étudié par Soraya El Alaoui (2013).

5 Dans l’exemple cité, on ne sait pas même si l’administrateur des Biban a transmis la réponse du SAINA : généralement, l’administration parisienne était avisée des suites données à son enquête. Cette réponse peut cependant n’avoir jamais été rédigée, n’avoir pas été classée, ou avoir été égarée en raison des mauvaises conditions de conservation des dossiers. Ces incertitudes conduisent forcément à une connaissance « mutilée », selon l’expression de Paul Veyne (1971).

6 Pour le lecteur contemporain des documents archivés, il est difficile de déterminer avec certitude si un(e) requérant(e) a saisi l’administration par l’intermédiaire d’un scripteur : un certain nombre d’indices (écriture, signature ou absence de signature, etc.) sont cependant parlants et, dans le cas des femmes, il était alors rarissime qu’elles puissent écrire en français à une époque où leur scolarisation était marginale et n’atteignait pas 10 % pour les hommes algériens.

7 En Algérie, des écrivains publics avaient pignon sur rue et exerçaient, nantis d’une autorisation administrative, notamment dans les marchés ou aux abords des bureaux de poste ; voir par exemple, « demande d’autorisation d’exercice » et « attestation d’exercice de la profession d’écrivain public » dans les archives de la commune-mixte du Haut-Sébaou (mars 1954), Archives nationales d’outre-mer (ANOM), 91505/19. La plupart des courriers de femmes ont cependant dû être écrits par des scripteurs non professionnels œuvrant à l’intérieur même des domiciles des intéressées.

8 Une partie de l’historiographie contemporaine tend à relativiser les allégations d’une administration coloniale arguant que derrière la « voix des femmes » se cachaient des intérêts masculins. Dans le cas algérien, voir notamment Ghabrial (2014). La mise au jour de l’agency féminine occulte cependant que nombre de requêtes laissent transparaître des présences et des intérêts masculins rendus invisibles par les choix d’écriture du scripteur.

9 Les archives des tribunaux d’Algérie à la période coloniale sont restées en Algérie, le plus souvent dans les anciens palais de justice, parfois dans des dépôts d’archives – notamment au siège des actuelles wilaya-s – où elles n’ont généralement pas été inventoriées et sont très difficilement accessibles. Il est ainsi peu probable de pouvoir retrouver des dossiers d’affaires spécifiques recoupant ceux du SAINA (voir encadré). Les archives de communes mixtes, notamment celles conservées aux ANOM, permettent d’accéder à des requêtes dont beaucoup sont semblables, sur le fond et la forme, à celles classées par le service des interventions du SAINA.

10 Sans même parler des modes de résolution orale des conflits, hormis le cas très spécifique de courriers de conscrits ou d’engagés saisis par les autorités militaires pendant la Première Guerre mondiale – cf. l’usage qui en est fait par Gilbert Meynier (2015) –, aucun corpus de correspondance privée d’Algériens musulmans n’est, à notre connaissance, actuellement inventorié et accessible dans des dépôts publics d’archives. Une enquête orale pourrait faire émerger certaines de ces lettres (Charpy, Hassane, 2004), que l’on retrouve aussi au détour de quelques dossiers, versées par l’un·e ou l’autre des protagonistes.

11 Sur les 437 immigrés pris en compte pour cet article – en raison de leur « mise en cause » dans une requête et en fonction des renseignements socio-démographiques disponibles dans les dossiers –, moins de 50 sont originaires du Maroc et deux sont nés en Tunisie. Parmi les Algériens, près de 90 % sont originaires de Kabylie, principalement des communes-mixtes d’Akbou, des Biban, du Djurdjura, de Fort-National, du Guergour et du Haut-Sébaou.

12 L’auteur tient tout particulièrement à remercier Agnès Séguin, qui fut chargée du classement de ce fonds, ainsi que tous les personnels des archives de Paris qui ont contribué à ce qu’il soit rapidement mis à disposition de l’ensemble des personnes intéressées.

13 Au sujet de la création, du fonctionnement et de la dissolution de ce service : Blanchard (2004, 2011) ; Rosenberg (2006).

14 Des SAINA fonctionnèrent pendant quelques années à Marseille, Lyon et Saint-Étienne mais avec une pauvreté de moyens qui les rend incomparables à celui de Paris, qui comptait plusieurs dizaines d’agents permanents dont une vingtaine pour la seule BNA.

15 Ces milliers de fiches n’ont pas encore fait l’objet d’une analyse systématique : elles servaient avant tout à associer à un nom les numéros des dossiers ouverts par les différents services du SAINA (interventions, placement, chômage et indigence, BNA, cartes d’identité…). Seuls des dossiers du service des interventions ont pour l’instant été retrouvés et archivés.

16 L’hypothèse de sacs oubliés lors du déménagement précipité des archives de la rue Lecomte est la plus plausible mais demande à être étayée.

17 Rappelons cependant que les « recherches dans l’intérêt des familles » ne représentent que 20 % de l’échantillon de près de 450 immigrés. Apparaître dans les dossiers du service des interventions du SAINA est vraisemblablement corrélé à des caractéristiques sociales spécifiques liées aux capacités à faire appel à l’administration. Il est impossible de les mesurer mais il est probable que ce biais soit moins prononcé que celui induit par la reconstruction du monde social des immigrés algériens à partir de celui des militants politiques connus de la police : il s’agit pourtant de la principale méthode jusqu’alors utilisée pour tenter d’écrire une histoire sociale de l’immigration algérienne dans les années 1930 (Goebel, 2017).

18 Le métier ou l’employeur des immigrés de notre corpus sont connus dans moins de 20 % des cas. Ces informations lacunaires interdisent tout traitement statistique.

19 La commune mixte et le douar étaient des circonscriptions administratives qui renvoyaient peu aux appartenances locales des Algériens qui, dans le cas de la Kabylie, recoupaient surtout le cadre du village.

20 Dans les années 1930, on comptait environ 100 000 Algériens en métropole, dont plus du tiers en région parisienne.

21 Il convient cependant de nuancer la description de ces regroupements : dans le quartier des Grésillons à Gennevilliers, les Marocains étaient mêlés à de nombreux Français et à d’autres immigrés dont des Algériens. Un certain nombre d’entre eux vivaient même en concubinage, voire étaient mariés, avec des Françaises.

22 Son fils était parti en 1926 et elle n’aurait plus eu aucune nouvelle depuis quatre ans (1930). Il n’est pas retrouvé par le SAINA, qui s’est contenté d’envoyer une convocation à la dernière adresse connue. Dossier 1277.

23 Environ 15 % des requêtes ont été formulées par des femmes (N = 73), dont près de la moitié par des femmes françaises.

24 Courrier à l’attention du directeur-adjoint du SAINA, remis rue Lecomte le 26 avril 1936, dossier 755.

25 Voir, par exemple, dossier 1691.

26 Tahar B. (49 ans) affirme également être sans nouvelles de sa mère depuis près de 30 ans. Une partie de ses déclarations sont transmises à l’administrateur de la commune mixte des Biban (décembre 1941). Dossier 1037.

27 Dossier 1649. Le jeune homme que sa mère « présumait à Paris » n’a pas été retrouvé.

28 Dossier 4775.

29 Cf. l’article de Kamel Chachoua dans ce même numéro.

30 De Mouloud Feraoun à Kamel Daoud, les « doubles-ménages » et le sort des épouses abandonnées en Algérie sont des figures littéraires récurrentes des récits de l’émigration.

31 Courrier transmis au SAINA par le procureur de Bougie (mai 1935). Le mari incriminé était connu de la rue Lecomte où il a été entendu à plusieurs reprises. Il fit savoir « qu’il n'était pas dans ses intentions de quitter la France » et qu’il demandait le divorce afin de « se marier avec une Française ». Dossier 1048.

32 Ces installations de métropolitaines en Kabylie, certes rarissimes, avaient déjà attiré l’attention avant la Seconde Guerre mondiale. L’administration coloniale essayait de les décourager, en raison de la dureté des conditions de vie et de l’atteinte à la « dignité » des femmes françaises que représentaient ces épouses vivant selon les coutumes locales en « pays kabyle ». Mouloud Feraoun a fait de ces figures marginales des personnages centraux de deux de ses romans (La terre et le sang, Le Seuil, 1953 ; Les chemins qui montent, Le Seuil, 1957).

33 La question de savoir si des émigrés étaient mariés ou non « au pays » transparaît dans de nombreux dossiers. Elle nécessitait une enquête des caïds et n’obtenait pas de réponse simple, en raison de l’importance des mariages dits « traditionnels » et des nombreuses « répudiations » et « divorces » dont la légalité était sujette à caution.

34 Il est vrai que juristes et hauts fonctionnaires multipliaient les notes et propositions de réformes législatives sur la « famille musulmane », dont la fragilité et l’instabilité étaient régulièrement pointées (Ghabrial, 2014). En revanche, le SAINA et les administrateurs avaient d’autres sujets de préoccupation que la « police des familles » (Donzelot, 1977).

35 Courrier de Mademoiselle M. adressé au préfet de la Seine, 11 mars 1937. Le caïd de Beni Khellili (commune de Fort National) atteste que Slimane H. est bien célibataire. Dossier 4795.

36 Louis Massignon avait d’ailleurs largement fondé son étude sur des données puisées dans les dossiers et fichiers du SAINA.

37 Une partie d’entre eux furent ensuite envoyés en Algérie dans la famille paternelle, notamment suite à des divorces ou séparations. Ceux restés dans l’Hexagone côtoyèrent sur les bancs des écoles des enfants et adolescents algériens venus rejoindre leur père pendant quelques années afin d’être scolarisés (Sayad, 1999 : 226).

38 Voir notamment le cas de cette mère qui, après le décès de son compagnon, demande à récupérer la garde de son fils envoyé « en pension » chez sa grand-mère à Mekla. Dossier 271 (novembre 1933).

39 « Je suis marié en France depuis de longues années et a quité le pays depuis 1912. Je suis père de famille avec trois enfants en France » écrit ainsi au juge de paix d’El Kseur, Mokrane D., né en 1897 et habitant du 5e arrondissement de Paris. Dossier 250 (février 1934).

40 « Je n’étais pas du tout au courant des lois pour nous autres indigènes [Mohamed G. demande sa naturalisation quelques mois plus tard]. Je suis en France depuis près de 26 ans, marié à la mairie du 8e avec une Française depuis 14 ans. A Paris, j'ai deux enfants de 12 ans et demi, nés en Bretagne, enregistrés à la mairie de Lamballe (Côte du Nord). En plus de cela, j’ai une petite propriété depuis 13 ans. Je paye 200 francs de contribution tous les ans à la perception de Lamballe ». Lettre à l’administrateur de la commune mixte de Fort National, 2 février 1934, dossier 212.

41 Lettre au procureur de Bougie d’un émigré se présentant comme « très embarrassé de subvenir aux besoins de ma famille [marié depuis 1925, père de deux enfants] » et souhaitant « que ma part [d’un terrain accaparé par un frère endetté] me soit restituée et que je puisse la vendre dans les plus brefs délais ». Dossier 1515 (octobre 1934).

42 Homme décédé à l’hôpital Lariboisière en avril 1934 et dont la compagne et mère de leur enfant, Marcel, 14 ans, sollicite le SAINA afin de pouvoir récupérer ses papiers et ses effets. Dossier 772.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Blanchard, « Des Kabyles « perdus » en région parisienne », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11699

Haut de page

Auteur

Emmanuel Blanchard

Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Sc Po St-Germain-en-Laye, Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, UMR 8183 Cnrs, Min.de la Justice, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page