Navigation – Plan du site

ELBOUDRARI Hassan et NORDMAN Daniel (dir.), Les savoirs de l’administration : histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècle, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015

Augustin Jomier

Texte intégral

1Aboutissement d’un programme de recherche collectif ayant réuni entre 2006 et 2009 des équipes algérienne, française, marocaine et tunisienne, ce volume collectif explore la construction, la diffusion et l’utilisation des savoirs dans l’administration des pays du Maghreb, des temps modernes à la période postcoloniale. Les dix-neuf contributions ont été réparties en quatre parties : la première (« Terrains, expériences et savoirs techniques ») porte sur des lieux et des acteurs précis ; la deuxième (« Espaces, administration et gouvernement ») est consacrée à la connaissance et la construction de l’espace par l’administration ; la troisième partie (Manières de faire, manières de voir) traite des instruments de travail ; enfin, la quatrième (« Savoirs techniques et savoirs administratifs ») explore la diffusion, la circulation, et le réemploi des savoirs administratifs.

2Les savoirs et les objets abordés sont multiples : fiches de tribu et monographies, machines à écrire, règlements architecturaux ou d’hygiène… Les auteurs, venus de disciplines diverses (historiens, architectes, anthropologues, ornithologue) approchent la construction des États maghrébins par le haut comme par le bas. Aïcha Ghettas, Fatima Zohra Guechi et Khedidja Boufenara montrent ainsi, à partir d’études de cas locales, l’évolution très lente des techniques notariales à Alger après le rattachement du Maghreb central à l’Empire ottoman en 1519 pour la première ; la difficile mécanisation de l’administration de la recette des douanes de Casablanca entre deux guerres pour la deuxième ; l’impact sur le tissu urbain d’Annaba de la construction par le génie militaire français d’un hôpital, pour la troisième. D’autres articles optent pour une approche plus surplombante, comme celui de Jamaâ Baida, sur la formation des officiers des Affaires indigènes et des contrôleurs civils au Maroc. L’article consacré par Mahmoud Ettayeb au domaine d’Enfida à la fin du XIXe siècle en Tunisie montre que ces deux approches peuvent être combinées : les logiques colonialiste et capitaliste conduisirent les administrateurs du Protectorat et ceux de la Société Marseillaise de Crédit à avoir recours aux savoirs propres de la région dont ils entendaient s’approprier et exploiter le foncier.

  • 1 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux de (...)

3Malgré une large prépondérance de la période coloniale, la perspective de longue durée choisie ici mérite d’être saluée, pour sa rareté dans les études sur le Maghreb1, et parce qu’elle se révèle fructueuse dans l’étude de nombreux dispositifs sociaux. Des temps modernes aux indépendances, bien des institutions locales, des savoirs et des techniques ont perduré, au prix de transformations et de réinterprétations multiples. Mohammed Fatha explore le devenir de la ḥisba, institution centrale pour les sociétés et les politiques urbaines du Maroc. Abdelhamid Hénia consacre un article à l’histoire matérielle et culturelle des techniques mobilisées par les scribes (kātib), agents de l’administration de la province ottomane de Tunis, chargés notamment d’opérations de recensement, de comptage et d’arpentage en 1726-1727, puis dans le cadre des réformes fiscales du milieu du XIXe siècle. Il montre comment l’État tunisien s’est construit par le bas, changeant les interactions entre communautés locales et pouvoir central.

  • 2 Mary D. Lewis, Divided Rule. Sovereignty and Empire in French Tunisia (1881-1938), Berkeley, Univer (...)

4Le développement des appareils bureaucratiques et des techniques administratives a impliqué des savoirs venus d’horizons géographiques et épistémiques divers, remployés selon les nécessités du moment : savoirs européen ou nord-africain, issus des sciences islamiques (fiqh et plus largement ‘ilm), de la médecine européenne, de l’ethnographie et des sciences sociales naissantes… Dans ce processus, l’hygiène et la médecine apparaissent comme des domaines particulièrement conflictuels, que ce soit à travers les complexes rapports de genre et de race entre les médecins de colonisation, leurs subordonnés et auxiliaires dans l’Algérie coloniale (Claire Fredj), mais surtout dans les affrontements et négociations auxquels les mesures prophylactiques prises par le pouvoir tunisien, face aux épidémies et dans la transformation des soins funéraires, donnèrent lieu. Deux articles de Mabrouk Jebahi et Hussein Boujarra se font écho à ce sujet, donnant à voir les résistances de certains oulémas de Tunis aux mesures prophylactiques prises face à la peste par le bey Hammuda Basha (r. 1782-1816), mais aussi le soutien que d’autres lui apportèrent, une fracture se dessinant entre l’attitude des savants hanéfites et celle des malékites (Hussein Boujarra). Dans ce processus d’affirmation de l’État et des savoirs médicaux d’origine européenne, c’est toutefois l’administration du Protectorat qui marque la rupture principale, lisible dans la gestion de la mort et des soins funéraires. Mabrouk Jebahi met en évidence le processus de médicalisation et de prise en charge administrative de la mort, qui dissocie relativement les coutumes funéraires du religieux. Grâce aux sources de langue arabe ici mobilisée, il apporte un complément bienvenu à la relecture par l’historienne américaine Mary Lewis des conflits survenus autour des cimetières dans le premier XXe siècle en Tunisie2.

  • 3 Enrico de Agostini, Le popolazioni della Tripolitania, Notizie Etniche e Storiche, Tripoli, Tipogra (...)
  • 4 Mū‘jam sūkkān Libya, [s.n.], Dār al-rūbbān, 1991.

5Ce collectif poursuit un travail mené de longue date, notamment par l’un des co-directeurs du volume, Daniel Nordman, autour de l’histoire des savoirs coloniaux, de leur institutionnalisation, de leur diffusion, et de leur mise au service de projets politiques variés. Plusieurs articles offrent une lecture stimulante de l’impact social et politique des expertises administratives. Hassan Elboudrari, autre co-directeur de l’ouvrage, esquisse une réflexion passionnante sur l’élaboration des confréries soufies, que Louis Rinn objectiva dans les années 1880, alors qu’il les avait initialement perçues comme opaques, mystérieuses, et insaisissables. L’enquête mériterait d’être poursuivie, afin de mettre en évidence l’impact des conceptions de l’administrateur dans la structuration par la suite des confréries soufies et leur gestion par les États, coloniaux comme postcoloniaux. D’autres objets sont refaçonnés par des mesures administratives : Lamia Chakroun montre comment les règlementations contemporaines, essentiellement esthétiques, inventent un minaret pensé comme typiquement tunisien et malékite à partir de l’image du minaret carré de la Zaytūna de Tunis. Les articles de Corinne Cauvin Verner et Michèle Sellès Lefranc portent sur l’expertise des administrateurs coloniaux, au Maroc et en Kabylie. La première retrace la construction d’un savoir monographique sur la tribu des ‘Arīb, par des savants de cabinet et des militaires qui en édifièrent une imagerie romantique. M. Sellès Lefranc interroge deux genres parents de l’expertise administrative et savante : d’une part, les fiches de tribu, produites par les officiers des Bureaux arabes de Kabylie dans les années 1860 et, d’autre part, le genre de la monographie territoriale. Producteurs et cautions des représentations ethnographiques et des catégories administratives, ces outils administratifs furent le lieu de rencontres entre disciplines, mais aussi d’un développement de terrains anthropologiques. Un autre cas passionnant, le seul à porter sur la Libye, envisage la vie post-coloniale d’une expertise parente, des notices publiées en 2 volumes à Tripoli en 1917 et 1923 par le géographe italien Enrico de Agostini3. Mouldi Lahmar s’intéresse à la façon elles ont été traduites en arabe et publiées dans les années 1970 et 1990 par Mohammed Khalifa Tillissi, qui en a fait un dictionnaire des noms de famille libyens4.

6Si l’insuffisance du travail d’édition de ce volume collectif est à déplorer (nombreuses coquilles et aucun effort d’harmonisation des translittérations en arabe), son ambition globale et l’accès qu’il donne aux travaux de collègues maghrébins parfois difficiles à trouver sont très louables. Intégralement en français, il se fonde en partie sur des sources primaires de langue arabe, généralement rares dans les études sur la période coloniale, et de nombreuses références y sont faites à la littérature secondaire en langue arabe, trop méconnue au nord de la Méditerranée. Par-delà les questions rebattues de l’inextricable relation entre pouvoirs et savoirs en contexte colonial, ce volume fournit à la fois de nombreuses pistes pour étudier l’administration, ses agents, et ses instruments, et, de façon plus générale, pour développer une lecture critique des sources produites durant la période coloniale.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, « Tout est-il colonial dans le Maghreb ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter », L’Année du Maghreb, 2014, no 10, p. 233‑254.

2 Mary D. Lewis, Divided Rule. Sovereignty and Empire in French Tunisia (1881-1938), Berkeley, University of California Press, 2014.

3 Enrico de Agostini, Le popolazioni della Tripolitania, Notizie Etniche e Storiche, Tripoli, Tipografia Pirotta et Bresciano, 1917 ; id., Le popolazioni della Cirenaica, Tripolica, Bengasi, 1922-1923.

4 Mū‘jam sūkkān Libya, [s.n.], Dār al-rūbbān, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Augustin Jomier, « ELBOUDRARI Hassan et NORDMAN Daniel (dir.), Les savoirs de l’administration : histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècle, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11746

Haut de page

Auteur

Augustin Jomier

INaLCO (CERMOM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page