Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146SECONDE PARTIELectures en ligneBOWEN SAVANT Sarah, The New Muslims (…)

Lectures en ligne

BOWEN SAVANT Sarah, The New Muslims of Post-Conquest Iran. Tradition, Memory, and Conversion, New York, Cambridge University Press, (2013) 2015, xx-277 p., ISBN 978-1-107-52985-4

Camille Rhoné-Quer

Texte intégral

1Sarah Bowen Savant, Associate Professor à l’Aga Khan University, a été étudiante de Roy Mottahedeh à Harvard, et poursuit ici en un sens les recherches que ce dernier avait menées à propos de la loyauté en contexte bouyide (Mottahedeh, 1980). Le présent ouvrage inclut 6 cartes, 11 illustrations, une bibliographie (p. 237-267) ainsi qu’un index incluant noms propres (personnes, lieux) et termes ou notions (p. 269-277). Le corps du texte est constitué d’une introduction (p. 1-28), de six chapitres répartis en deux grandes parties et d’une conclusion (p. 230-235).

2L’objectif de cet ouvrage est d’étudier la manière dont « a été façonnée la mémoire à propos de et parmi (sic) les premiers musulmans d’Iran » (p. 25), l’auteur soulignant que les sources écrites avant le milieu du ixe siècle ne s’adressent pas aux Iraniens mais évoquent les Iraniens (p. 72). Près de 40 ans après l’étude de Richard Bulliet (1979), Sarah Bowen Savant réinterroge les modalités de la conversion à l’islam et son impact en analysant la façon dont les convertis en viennent à s’attacher à leur religion et à éprouver un sentiment d’appartenance à la communauté des musulmans (p. 3). Il s’agit donc d’une étude de la mémoire et de ses recompositions dans l’Iran des ixe-xie siècles. Le choix de ce cadre spatio-temporel est justifié, notamment, parce que les Iraniens sont le « premier groupe important de non-Arabes à se convertir à l’islam » (p. 3). L’auteur se demande comment les populations iraniennes, héritières de riches traditions impériales, religieuses et historiographiques, ont réinvesti leur histoire, en produisant très tôt à propos de leur passé des textes en arabe, islamisés, tout en supprimant de larges pans de leur histoire préislamique. L’un de ses objectifs est de montrer que la réécriture a permis une appropriation « iranienne » de la religion musulmane.

3Pour cela, S. B. Savant s’appuie sur des sources arabes puis, à partir du xe siècle, sur des textes persans, qu’il s’agisse d’histoires (locales, régionales, universelles), de dictionnaires biographiques, de textes de géographes, d’œuvres d’adab ou de textes religieux. Les rappels terminologiques faits en introduction à propos de termes comme « Iran », « Perse » sont l’occasion de revenir sur la définition de l’identité (p. 8-12). L’auteur revient également sur les notions de tradition, de mémoire (mémoire collective, lieux de mémoire, etc) et d’oubli (p. 12-25). Elle entend montrer que, dans le contexte de l’Iran des débuts de l’époque islamique, les traditions sont réinventées voire surimposées, en particulier afin de donner du sens aux périodes de changements (p. 24).

4La première partie est intitulée « Traditions for remembering » et porte sur les processus de création d’identités musulmanes iraniennes, et plus précisément persanes. L’auteur analyse la manière dont ont été développés des idées, des personnes et des événements en tant que « nostalgic sites of memory depicting a natural and easy transition to Islam », dans laquelle les Iraniens jouaient un rôle significatif (p. 25). Le chapitre 1 traite des « Prior Connections to Islam » : dans un contexte où aucune source historique préislamique n’a été conservée de manière intacte (p. 35), les auteurs musulmans, ignorants de larges pans de cette histoire préislamique, ont produit des généalogies destinées à montrer que les Persans descendaient des prophètes, donc des ancêtres spirituels de Muḥammad, ce qui les associait ainsi au monothéisme. Certains auteurs, aux ixe-xe siècles, évoquent ainsi une pratique du pèlerinage à La Mekke à l’époque préislamique par les Iraniens, ce qui les lie ainsi aux Arabes (p. 47). En outre, l’affirmation selon laquelle Abraham serait l’ancêtre commun aux Arabes et aux Iraniens permet d’intégrer ces derniers dans la communauté des musulmans. S. B. Savant donne quelques éléments de réflexion intéressants sur le rapport de Ṭabarī à l’historiographie iranienne et musulmane (p. 39-47). Quant aux histoires locales, nombreuses sont celles qui incluent des informations sur la période ayant précédé l’islam, tout en insérant les localités antiques (telles Persépolis) à titre individuel dans l’histoire prophétique, par exemple à travers les figures de Noé ou de Salomon (p. 54 sqq.).

5Dans le chapitre 2 sont évoquées les évolutions qui aboutissent à ériger Salmān al-Fārisī, le compagnon du prophète, en parangon de l’histoire iranienne, mais aussi en « médiateur entre le passé préislamique de l’Iran et le présent islamique, et entre les Persans et les Arabes » (p. 88). Le tombeau de ce personnage se trouve à Ctésiphon, dont il fut gouverneur après la conquête. Salmān al-Fārisī est très populaire en Iran et y a fait l’objet de récentes productions biographiques. Dans les récits des musulmans des premiers siècles de l’Islam, il incarne l’acceptation de la religion musulmane par des populations diverses, non-Arabes, mais aussi la confiance de Muḥammad dans la foi musulmane des Iraniens (p. 69-70). Salmān est parfois qualifié de « membre de la famille du prophète (ahl al-bayt) ». De fait, les chiites semblent affectionner cette figure dès les premiers siècles de l’islam. Dans ce chapitre, l’auteur souligne aussi le rôle croissant de la ville d’Ispahan, dont est originaire Salmān, dans les récits (p. 72 et sqq), ce qui permet – via l’invocation de documents légaux, walā’ et testament (p. 82-88) – de mettre en avant le rôle primordial des Iraniens en Islam.

6Dans le chapitre 3 est étudié le rôle décisif attribué dans les récits aux Iraniens dans les conquêtes arabes des viie-viiie siècles et dans la mise en œuvre de l’administration de l’empire islamique naissant. Après le passage sur Salmān, S. B. Savant analyse les figures d’autres personnages islamisés et exemplaires, notamment en contexte militaire : les Persans apparaissent comme les acteurs centraux de la victoire des conquérants arabes (p. 95), ou encore de la mise en place du système administratif impérial. Plusieurs pages sont consacrées ici à la question des origines du chiisme en Iran (p. 102-108) ou encore à la violence à travers les histoires locales (Jurjān, Sistan).

7La deuxième partie a pour titre « Traditions for forgetting » : l’auteur montre comment les traditionnistes ont supprimé de leurs récits les éléments du passé iranien qui leur paraissaient incompatibles avec l’Islam. Il s’agissait alors d’éviter la transmission de modèles alternatifs de comportement, qui auraient pu constituer un obstacle à « l’assimilation de nouveaux traits culturels » (p. 26). Pourtant, l’on sait les efforts bien connus de préservation, sous les Abbassides, de la mémoire de l’héritage royal sassanide, par le biais des traductions de traditions préislamiques du moyen-persan vers l’arabe. L’auteur rappelle que l’oubli est le produit aussi bien de l’omission que de la surimposition des récits du passé. Ainsi, dans le chapitre 4, S. B. Savant identifie trois moyens de favoriser l’oubli du passé préislamique : la réécriture du passé iranien d’un simple point de vue local, le remplacement du passé iranien par un passé musulman, la mise en avant des traditions négatives à propos du passé iranien. Dans le chapitre 5 (« The Unhappy Prophet »), elle développe la question de cet aspect négatif, notamment en étudiant l’emploi des homologies dans ce processus de réécriture simplificatrice, voire réductrice, du passé (ex. : les Persans étaient polythéistes, comme les Mekkois, p. 177-183). Les icônes telles que Muḥammad et le roi sassanide Khusraw Parvīz permettent quant à elles la construction d’oppositions entre des figures d’identification majeures.

8Dans le chapitre 6, l’auteur souligne que les histoires écrites aux ixe-xe siècles effacent les identités des membres du camp vaincu, à savoir des soldats sassanides, des communautés religieuses et des élites (ex : Bahrām Chūbīn, p. 218-222), afin de mieux glorifier les conquêtes arabes et d’éradiquer les ambitions potentielles des descendants des opposants iraniens à la conquête. S. B. Savant cerne aussi les expressions de protestation vis-à-vis de la violence des conquêtes, notamment à travers l’étude de l’histoire de Qūm, un texte peut-être rédigé au xe siècle au sujet duquel elle interroge l’idée de « mémoire subversive » (p. 222).

9Le texte de Sarah B. Savant est à la fois très clair et très pédagogique, en particulier dans l’introduction – au risque parfois d’inclure quelques platitudes, notamment en termes de précautions méthodologiques (ex. : un historien des conquêtes n’a pas la même perspective qu’un commentateur du Coran, p. 14 ; la mémoire est refaçonnée en permanence en fonction du contexte, p. 129). Cette étude repose sur la lecture de très nombreuses sources primaires, pour lesquelles elle indique systématiquement, ce qui est appréciable, la date de mort de leurs auteurs dans la bibliographie ; on relèvera toutefois quelques lacunes surprenantes dans la bibliographie (al-Muqaddasī et les Ḥudūd al-‘ālam sont absents alors qu’al-Iṣṭakhrī et Ibn Ḥawqal sont mentionnés ; les histoires de Bayhaqī et de Gardīzī ou encore al-Qand d’al-Nasafī sont également omis). Par ailleurs, les adresses URL des ressources électroniques ne sont pas indiquées (p. 237). Quoi qu’il en soit, l’ouvrage appréhende de manière très riche les historiographies médiévale et moderne sur cette vaste question de l’écriture de l’histoire et de la production mémorielle dans les premiers siècles de l’empire islamique médiéval ; il constitue un outil précieux pour les étudiants et spécialistes des débuts de l’histoire de l’Iran islamique et de l’Islam.

Haut de page

Bibliographie

Bulliet Richard, Conversion to Islam in the Medieval Period: An Essay in Quantitative History, Cambridge, 1979.

Mottahedeh Roy, Loyalty and Leadership in an Early Islamic Society, 1980.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Rhoné-Quer, « BOWEN SAVANT Sarah, The New Muslims of Post-Conquest Iran. Tradition, Memory, and Conversion, New York, Cambridge University Press, (2013) 2015, xx-277 p., ISBN 978-1-107-52985-4 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 146 | décembre 2019, mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11752

Haut de page

Auteur

Camille Rhoné-Quer

Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search