Navigation – Plan du site
II Situations d'absence au prisme des politiques d'État

État, Politique et absence : le « statut » des Marocains Résidant à l’Étranger (MRE)

State, Politics and Absence: The status of Moroccans Living Abroad (MLAs)
Malika Gouirir
p. 81-98

Résumés

Les immigrés sont les sujets de politiques publiques des pays d’immigration et d’émigration. Par l’appellation MRE, Marocains Résidant à l’Étranger, le Maroc entend bien rappeler à tous ses ressortissants un lien originel d’affiliation qui ne pourrait en aucun cas être rompu, ou être oublié. La mise en place de droits et dispositifs distinctifs s’est substituée au contrôle direct des populations migrantes. Les MRE, ne sont pas tous conscients de bénéficier de mesures spécifiques. La méconnaissance des lois marocaines ne permet aux MRE  silencieux de revendiquer ce statut. L’exercice simultané de citoyennetés entraine des contradictions. Ces interrogations (liées au statut personnel) éclairent les dilemmes persistants lors des héritages et du droit de vote. Les MRE numériques deviennent, eux, ambassadeurs du pays. La modernité des réseaux sociaux supplée en partie à leur absence physique. Le  migrant est délivré du sentiment de n’être jamais chez lui. Mais les difficultés concrètes d’exercice des droits posent la question de l’existence politique et symbolique de cette communauté aux attaches territoriales virtuellement multiples. Pour tous, se pose la question de l’héritage des biens mais aussi des histoires familiales et du devoir de mémoire vis-à-vis des ascendants enterrés au Maroc

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sont appelés migrants sociologiques, les migrants effectifs, et également les personnes dont l’un d (...)
  • 2 Ainsi, en 2017 de nombreux MRE ont visité la 14ème édition du salon de l’immobilier marocain à Pari (...)
  • 3 Cette appellation est utilisée par les autorités marocaines, les média et reprise par certain(e)s d (...)
  • 4 Voir encadré méthodologique ci-après.

1Au cours des quinze dernières années, on a assisté à un véritable tournant dans les relations entretenues par les  migrants sociologiques1 et le pays de naissance de leurs parents ou grands-parents. Les émigrés-immigrés sont devenus les sujets de politiques publiques des pays d’émigration et pas seulement des pays d’immigration. L’espace national marocain n’est plus uniquement investi comme lieu de villégiature2 mais devient, pour certains, le terrain d’aventures professionnelles dont la première caractéristique est une prudence affichée envers l’avenir. Des dispositifs institutionnels, associatifs rendent envisageable, voire possible, ce type particulier de stratégies de  mobilités inversées c’est-à-dire celles des migrants effectifs qui (re)viennent travailler, et/ou s’installer de manière transitoire ou non dans le pays d’origine de leurs ascendants, dans ce cas précis, le Maroc. Cette circulation entre deux espaces nationaux peut être encouragée de manière parallèle et non concertée par les autorités des pays concernés. Il s’agit, à travers le cas des MRE, Marocains Résidant à l’Étranger3 de voir comment le Maroc rappelle à tous ses ressortissants une sorte de lien originel qui ne pourrait en aucun cas être rompu, ni être oublié ou nié et d’esquisser un portrait des MRE4. Il n’est pas seulement question de reconnaissance ou d’appropriation d’une éventuelle double affiliation nationale. Tous les MRE ne se reconnaissent pas dans cette appellation, mais certains en jouent. Il est nécessaire de se demander dans quelle mesure ces personnes peuvent jouer de (et avec) leur position de fils/fille d’immigré jusqu’à en faire une ressource et en tirer une forme de capital symbolique alors qu’elles peuvent être perçues et désignées comme étrangères (ou mieux allogènes) sur les deux espaces nationaux.

2Comment repenser de manière sociologique ces formes de présence discontinue (ou virtuelle) sur les terres d’un État quand une partie de l’entourage familial et relationnel réside dans un autre État ? L’expression MRE, reprise ou refusée par les uns ou les autres, permet aux membres d’une même lignée l’accès à un seul et même statut d’émigré-immigré. Ces quelques mots redonnent vie et consistance (et sous une nouvelle forme symbolique) à une fusion/indivision familiale. En effet, les liens avec le Maroc peuvent s’établir de plusieurs manières. Le plus souvent, il s’agit d’y aller pour le visiter ou pour passer les vacances dans la famille, d’y acheter éventuellement un appartement, de s’y marier. Certains développent des liens professionnels, associatifs, sportifs, culturels et/ou cultuels. D’autres n’y vont presque jamais. Mais pour toutes et tous se pose la question de l’héritage, pas seulement de biens (mobiliers ou immobiliers) mais de l’héritage des histoires familiales et du « devoir de mémoire » vis-à-vis des ascendants enterrés au Maroc.

Encadré méthodologique.

Afin de mener cette recherche, j’ai sollicité dans mes réseaux locaux, associatifs et professionnels, une cinquantaine de personnes MRE nées entre 1955 et 1980, et résidant, pour la plupart, en région parisienne et en région Provence Alpes Côte d’Azur. Les rencontres ont été répétées selon les disponibilités respectives. Puis, dans un deuxième temps, j’ai demandé à chacune d’entre elles de me mettre en contact avec deux autres personnes MRE résidant en France (si possible une femme et un homme), pour mieux appréhender la question des réseaux d’interconnaissance. Parmi les facteurs permettant de comprendre les positionnements (et leur variation) des MRE sont prises en compte les caractéristiques sociologiques classiques (genre, résidence, diplômes détenus, profession exercée, les trajectoires sociales, les situations matrimoniale et familiale) mais également les lieux de naissance, de socialisation, et de scolarisation. Les ascendances marocaines, l’ancienneté du séjour, la légalité (et la stabilité) du séjour en France, la possession ou non de la nationalité française entrent également en compte pour affiner les différences entre les MRE. Le corpus, toujours en cours de constitution, comporte une dizaine de MRE née au Maroc entre 1955 et 1960, puis venue très jeune en France. Une trentaine a vu le jour en France entre 1960 et 1970, et une dizaine entre 1970 et 1980. Un tiers des personnes font partie de la catégorie « employés », un autre tiers des « cadres supérieurs », et le dernier tiers des « professions intermédiaires ». Toutes ou presque ont une activité professionnelle. Une dizaine de personnes possède un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat. Le nombre de personnes ayant accédé à un diplôme entre le bac et le master est équivalent à celui de celles qui l’ont dépassé (soit 20 personnes pour chaque catégorie). Plus de la moitié (30 personnes sur 50) est mariée ou divorcée ou séparée (avec enfants). La quasi-totalité a une double nationalité.

Les mots : une question d’État

3Les mots utilisés pour catégoriser et décrire les émigrés-immigrés et les institutions créées pour gérer leur absence-présence témoignent du rôle que l’État marocain tient à leur faire jouer (Brand, 2010). Les changements linguistiques sont tout sauf anodins et témoignent d’importantes évolutions historiques, voire de revirements de la politique gouvernementale, qui est passée de l’intérêt pour l’argent (salaire et épargne) des Travailleurs Marocains à l’Etranger (appellation initiale) aux tentatives de préserver et de renforcer les liens avec leurs descendants, également ressortissants marocains.

  • 5 L’État chérifien affirme l'appartenance au Maroc des terres du Sahara occidental laissées (tout au (...)

4Après l’Indépendance (1956), l’État chérifien a signé des conventions avec les pays d’accueil des émigrés marocains. L’exode croissant a objectivement permis de réguler en partie le chômage interne. Les termes utilisés alors TME, Travailleurs Marocains à l’Étranger, induisent une vision quasi instrumentale de cette population en très grande majorité masculine, l’accent est mis sur l’activité salariée et sur le lieu de résidence considéré comme temporaire. Il n’est, alors, pas du tout question de droits sociaux ou civiques spécifiques. Dès son accession au trône, le roi Hassan II met l’accent sur leur statut de marocains, c’est-à-dire soumis à l’autorité royale quel que soit le lieu de résidence, le travail effectué ou la position sociale occupée. L’expression TME est le prolongement à l’extérieur de sujet du Roi et du Royaume. La question des flux migratoires (évaluation et régulation) est d’ailleurs un des axes du plan économique du Maroc pour les années 1968-1972. Elle est synonyme de l’arrivée de devises étrangères, source d’investissement intérieur et de réduction du chômage. À cette époque, le départ des Marocains est toujours associé à leur retour futur comme travailleurs plus qualifiés et compétents, contributeurs certains du développement économique du pays. La France (principal pays d’immigration marocaine) en 1973-74 restreint drastiquement l’arrivée de migrants. Les conséquences non anticipées par les États s’enchaînent : l’augmentation du nombre de familles venues rejoindre le chef de famille, entraîne par là même une diminution du montant des transferts de fonds destinés à la parenté restée au Maroc. À la même période, le pays connaît parallèlement une augmentation sensible des dépenses militaires (lancement de la Marche Verte)5 et a encore plus besoin des devises des immigrés.

  • 6 Il ne faut pas oublier que, parmi les émigrés, figurent des opposants politiques dont il fallait co (...)

5En 1981, le nouveau président de la République Française, F. Mitterrand, a pour projet (non réalisé) d’octroyer le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidents réguliers. Le Roi Hassan II s’oppose d’emblée à cette éventualité, mettant en lumière la concurrence entre les deux ordres nationaux. Le rôle des émigrés est rendu plus visible et leur participation à la vie politique du pays devient indispensable : cinq sièges de députés sont accordés pour les représenter6. Durant cette décennie, émergent des expressions nouvelles (et concurrentes) pour désigner ces Marocains travaillant dans d’autres pays : les RME Ressortissants Marocains à l’Etranger, les MRE pour Marocains Résidant à l’Étranger. La première met l’accent sur les liens indéfectibles et primordiaux avec le Pays et la Patrie, la deuxième semble plus neutre puisqu’elle objective une nationalité (qui peut coexister avec celle du pays de résidence).

6Le Maroc adopte un nouveau positionnement en 1990, repérable par les changements institutionnels : auparavant, les questions relatives aux émigrés marocains étaient gérées soit par le Ministère du Travail, soit par celui des Affaires étrangères. Au cours de l’année 1990, deux institutions spécifiques voient le jour. D’une part, un ministère entièrement dédié aux communautés marocaines à l’étranger a pour mission de gérer toutes les questions sociales et économiques (du suivi migratoire aux programmes de réintégration lors des retours). Ce ministère existera pendant sept ans, puis ses prérogatives seront transférées au Ministère des affaires étrangères. Et de l’autre, la fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger qui a pour objectif l’accompagnement sur le plan culturel et religieux des ressortissants.

7Dix ans plus tard, un ministre délégué est chargé de la Communauté Marocaine Résidant à l’Etranger, laquelle a désormais un Conseil consultatif pour toutes les mesures prises en direction des émigrés-immigrés marocains (Nuno et Souiah, 2013 ; El Abib, 2015). Certes, le Maroc a toujours été vigilant vis-à-vis des émigrés, et jusque dans les années 1990, cette vigilance était perçue comme une sorte de « surveillance », de contrôle des actes et paroles de ceux qui « sont sortis du pays ». Les instances nouvelles témoignent de ces politiques d’attention qui perdurent. Depuis le début des années 2000, elles se doublent désormais par une entreprise de maintien (voire de restauration) du lien d’allégeance perpétuelle (Dufoix, 2010, p. 24), expression pertinente à nos yeux dans le cas du Maroc qui règle ainsi la délicate question des rapports entre l’appartenance à un territoire, la nationalité (ici indépendante de la volonté du sujet marocain) et la distance [géographique et sociale] que l’émigration instaure. Cette politique du lien donne consistance aussi à la notion de migrants sociologiques des descendants d’émigrés marocains, qui, pour la plupart, sont nés dans le pays d’immigration dont ils ont souvent la nationalité. La nationalité française (dans le cas qui nous intéresse ici) vient de fait s’ajouter à celle dont ils ne pourront jamais être dépossédés ou qu’ils ne peuvent refuser d’endosser. La nationalité marocaine est une nationalité assignée par la naissance, elle rend irrévocable l’appartenance au Royaume chérifien. Depuis une dizaine d’années, en France, les débats sans fin sur « l’identité nationale », les violents déchirements politiques sur la possibilité d’une déchéance de la nationalité française (même abandonnée actuellement, l’idée a germé dans les discours/enjeux politiques) ont insécurisé la situation des migrants sociologiques. Et même si la déchéance de nationalité française ne devait concerner que de rares individus présumés dangereux, les discours ont fait naître, d’une part, des soupçons de  trahison possible, de duplicité nationale (voire d’instrumentalisation perverse des dispositions légales) et d’autre part un sentiment nouveau de remise en doute de la solidité de la qualité « d’être français », d’incompréhension et d’incertitude quant aux avenirs possibles. Dans ce cadre particulier, le statut de marocain devient une ressource à (re)découvrir, et pour certain(e)s, presque un soulagement.

8Durant la même période, nous avons assisté à un développement, objectivement sans précédent, des réseaux sociaux à moindre coût. Pratiquement toute famille (lignée) marocaine a un proche à l’étranger avec lequel elle entretient des liens épistolaires dont la forme s’est transformée : des messages oraux transmis par des personnes de confiance, des messages enregistrés sur cassette (Sayad, 1985), des lettres, des conversations téléphoniques longue distance, des télégrammes. La généralisation des téléphones portables (le plus souvent prépayés au Maroc) a profondément changé les choses, et pas seulement du point de vue de l’immédiateté des contacts. Les liens familiaux se sont en quelque sorte individualisés voire libéralisés avec le choix du correspondant. Les relations sont entretenues désormais par le recours à des messageries instantanées. Cette technologie permet de plus de se dégager des contraintes et des querelles de famille, de contacter telle personne plutôt que telle autre et de prouver l’existence et la force des liens avec le pays. Des affinités nouvelles voient le jour, incitant à des voyages au Maroc. Pour les migrants sociologiques, le monde est plus abordable grâce à Internet. La diversité des chaînes de télévision disponibles rend aussi le Maroc et ses habitants bien plus proches et familiarise avec les mœurs marocaines. La mondialisation des échanges a concrétisé l’affiliation marocaine.

Des mots aux nouveaux droits

9Les ressortissants marocains sont donc reconnus depuis longtemps comme des partenaires indispensables pour le développement du pays d’émigration. Ainsi, le plan quadriennal marocain (2000-2004) organise déjà des réseaux de coopération entre les Marocains habitant et vivant au pays et leurs compatriotes résidant dans le monde. Les droits civils sont renforcés notamment par la transmission de la nationalité marocaine de la mère à ses enfants devenue possible en 2007. Les droits civiques connaissent des changements radicaux : entre 1984 et 1993, les Marocains de l’extérieur ont un droit de vote aux élections législatives et une représentation spécifique au parlement. Comme le souligne Ghislaine El Abid (2015) la question de participation citoyenne des expatriés marocains devient un enjeu d’importance croissante et un travail politique et institutionnel s’intensifie entre 1993 et 2011. La nouvelle Constitution marocaine, adoptée en 2011, reconnaît de manière explicite la double nationalité, elle consacre le Conseil de la Communauté Marocaine à l’Étranger, garantit les droits de vote à toutes les élections marocaines (sans représentation spécifique et en privilégiant le vote par procuration), et l’intégration des Marocains du Monde dans l’ensemble des institutions du royaume. Désormais, tout Marocain (quel que soit son lieu de résidence) peut voter par procuration, en cas d’absence, d’éloignement, d’empêchement. Les formalités pratiques pour voter posent de sérieux problèmes logistiques aux émigrés, même s’ils peuvent exercer ce droit auprès des consulats (peu nombreux). Ainsi, tous n’ont pas de résidence officielle (fixe/personnelle) au Maroc et viennent séjourner chez des membres de leur famille ou dans une résidence hôtelière. Ce droit de vote reste peu effectif. Par cette prise en compte des populations résidant à l’extérieur dans la Constitution de 2011, les autorités marocaines mènent là une véritable politique d’attention (Dufoix, 2010) visant à mobiliser des acteurs reconnus comme indispensables au développement socio-économique et politique du Royaume.

Les MRE une communauté d’absents

  • 7 Les naissances hors mariage ne sont pas portées à la connaissance de l’administration marocaine ain (...)
  • 8 Cette invisibilité, signe d’un éloignement avec certaines composantes familiales, n’est pas toujour (...)
  • 9 Chiffres de DACS, Direction des affaires consulaires et sociales du Ministère des Affaires Sociales (...)
  • 10 Il n’est pas possible de lister ici tous ces documents consultables sur les sites des organisations (...)

10Tout État a besoin de recenser tous ses ressortissants (Bourdieu, 2012), même ceux qui sont objectivement absents du territoire. Le Maroc s’efforce de comptabiliser la communauté des MRE. Ce recensement est basé sur deux critères : d’une part, la détention de la nationalité marocaine qui s’acquière par la filiation paternelle en règle générale ou par la filiation maternelle (sur demande depuis 2007) et par la résidence hors du sol marocain. Plusieurs dispositifs permettent à l’État marocain de connaître ses sujets. Les autorités consulaires, avant toute demande d’acte d’état civil, délivrent des cartes consulaires individuelles. Cependant, de nombreuses personnes estiment ne pas avoir à communiquer certains éléments biographiques aux autorités marocaines ou ne pas pouvoir le faire7. Du point de vue démographique, il est difficile de connaître avec précision le nombre de Marocains expatriés (Alaoui, 2013). Les autorités consulaires recensent à l’étranger ceux qui ont recours à leurs services notamment pour l’état civil (mariage, décès, filiation) mais certains se rendent invisibles8. En 2013, le Maroc a compté dans le monde près de 3,4 millions de MRE (juifs d’origine marocaine non compris). Un tiers (soit 1 146 000 personnes) vit en France selon la DACS9. Mais il existe des imprécisions ou erreurs à cause des déménagements, départs non signalés et des doubles inscriptions non repérées et, ce, même en exigeant la possession d’une carte consulaire pour chaque usager marocain. Selon l’OCDE, les MRE ont le taux le plus important de naturalisation : 42 % sont binationaux (OCDE, 2012). Du point de vue économique, ils procèdent à des transferts de fonds très importants vers le Maroc (Hamdouch, 2005). Plus de 5,5 milliards d’euros ont été transférés par les voies formelles (Alaoui, 2013), c’est donc la deuxième source de devises après le tourisme (secteur auquel ils contribuent fortement). Sur le plan démographique, économique et également politique, ils concourent en quelque sorte à l’amélioration du climat socio-économique, comme le souligne R. Alaoui. Ainsi, le Maroc est partenaire de l’Organisation pour les Migrations internationales. Depuis le début des années 2000, il réalise régulièrement une série d’enquêtes socio-économiques sur ses ressortissants. Des institutions ont été créées pour traiter la question des communautés marocaines vivant hors des frontières (Fondation Hassan II pour les MRE, Association Hassan II pour les MRE, Observatoire de la Communauté Marocaine résidant à l’Étranger). Les pouvoirs publics marocains se donnent pour objectif d’informer les MRE sur leur « statut » privilégié lorsqu’ils (re)viennent en vacances. L’opération estivale marhaba (bienvenue) met à l’honneur, non seulement leur rôle économique, mais valorise leur retour (et leur place) dans la communauté du Royaume. Il s’agit d’une véritable politique de contact (Dufoix, 2010). Un réel effort de communication est fait avec la publication en accès libre (sur les sites officiels des organismes dédiés) et en langue française des codes de la famille, de la nationalité ainsi que des guides d’informations pratiques pour les MRE10.

Les MRE : des interrogations permanentes

  • 11 Si toute personne peut se convertir à l’Islam, il faut saisir que toute personne de confession musu (...)
  • 12 Il est quasiment impossible de se défaire de la nationalité marocaine acquise par filiation patrili (...)
  • 13 Nous pensons plus particulièrement aux personnes dont l’homosexualité est connue publiquement. Les (...)

11Les descriptions et constats précédents peuvent donner l’image d’une population d’émigrés, enfin reconnue à l’extérieur comme à l’intérieur, satisfaite de son sort. Cette désignation serait positive, fondement d’un véritable statut pour les expatriés et leurs descendants, réconciliés et reconnectés avec la mère Patrie. Il est possible que cette appellation MRE sonne aux oreilles de certains comme une revanche après bien des années de dénigrement, de soupçons de trahison et d’une certaine culpabilité d’avoir laissé voire délaissé le pays après l’Indépendance. Les termes de cette appellation officielle ne sont pas seulement des mots objectivant une situation de sujet marocain hors du Royaume. Les principaux intéressés peuvent ou non (à des périodes de leur vie) s’identifier à ces termes, leur donner une réalité tangible et mesurable. Certains préfèrent se détourner totalement du pays de leurs ascendants, ne rien revendiquer, ne rien reconnaître et ne pas chercher à s’identifier à ces mots. Dans cette expression MRE, le M ne désigne pas seulement une nationalité mais l’impose comme la première nationalité et par là même primordiale voire prioritaire sur toute autre. C’est aussi l’affiliation à la religion d’État qu’est l’islam sunnite de rite malékite (sans possibilité de renier, de changer de religion, ou d’affirmer un athéisme)11. Tous n’ont pas la nationalité du pays de la résidence principale (et ce, pour de raisons multiples : certains n’ont jamais envisagé cette option ou rencontrent des difficultés administratives, ou des impossibilités morales, pour d’autres c’est un véritable refus politique). De fait, cette expression MRE uniformise des situations très diversifiées. De manière spontanée, on pense trouver d’un côté, le migrant parti dans les années 1960, qui, retraité, retourne au moins une fois par an au Maroc et prévoit de s’y faire enterrer. Généralement, il ne prend pas la nationalité du pays de résidence contrairement à ses descendants. De l’autre, nous pouvons retrouver des descendants de migrants (enfants ou petits-enfants), n’ayant pas ou peu fréquenté le Maroc, se considérant avant tout comme membres à part entière (et/ou exclusive) du pays où ils résident et dont ils ont la nationalité et tout en conservant des liens avec une partie seulement de la parentèle demeurant au Maroc, sont désireux d’éviter de créer des liens formels avec les autorités marocaines. Mais cette description est trop sommaire pour comprendre les stratégies (au sens bourdieusien) des unes et des autres pour faire jouer ou non les liens avec cet autre espace national dont elles et ils ont la nationalité12 et ce, au gré des circonstances et de la conjoncture économique et politique. La sociologie des migrations s’interroge sur la pertinence des termes à utiliser pour décrire les populations émigrées-immigrées. Il est, maintenant, courant de parler de  diasporas (Alaoui, 2013, Dufoix, 2003), notamment pour établir les liens entre les membres de même famille ou lignée disséminés dans plusieurs pays alors que ce terme a longtemps été réservé aux exilé(e)s politiques et/ou victimes de persécutions. L’expression « communauté transnationale », désigne « divers groupes de personnes agissant à partir d’intérêts et de références communes » (Kastoryano, 2000). Stéphane Dufoix utilise, lui, les termes de « nations transétatiques » (Dufoix et all, 2010), cela permet de tenir compte non seulement des comportements, références de populations émigrées-immigrées mais également de donner de l’importance aux politiques réfléchies et mises en œuvre par les États concernés pour conserver des liens (notamment d’allégeance) avec des groupes de migrants. Mais pour certaines personnes, l’exil au sens de Edward Saïd (2008) correspond mieux à leurs situations, leur positionnement politique, cultuel (voire personnel)13 et rend incertain, difficile ou même impossible tout rapprochement (officiel ou public) avec le pays de départ ou le pays de naissance des ascendants.

Constances et inconstances

12Être citoyen implique une allégeance à un pays, un État et dans le cas du Maroc une allégeance au Roi. Comment gérer parallèlement des subordinations à plusieurs ordres nationaux ? Comment gérer les possibles contradictions entre des législations édictées, l’une par une république parlementaire, et l’autre par une monarchie constitutionnelle ?

  • 14 Nous renvoyons aux travaux incontournables (Bourdieu, 2012, Gellner, 1999, Hobsbawan, 1990, Schnapp (...)

13Nombreux sont les travaux qui analysent la nature et consistance des liens entre un individu et son/ses groupes d’affiliation/d’appartenance14. Ils donnent une idée des formes et de la constance du lien entre un individu et une autorité étatique. Contrairement à la Constitution française, la Constitution du Maroc de 2011 reconnaît la possibilité d’une double nationalité. Si les MRE peuvent se considérer citoyens marocains car détenteurs de cette nationalité, ils sont nombreux à questionner leur statut de sujet du Roi. Objectivement ils connaissent bien plus et mieux la législation française qu’ils vivent au quotidien. Les changements législatifs au Maroc depuis une dizaine d’années ont connu une certaine publicité notamment grâce aux campagnes d’information, à la multiplication des médias et des réseaux sociaux. Les différences et rapprochements législatifs relatifs au statut personnel sont les plus scrutés et questionnés : les changements du code de la famille, la recherche d’égalité des droits des femmes et des hommes marocains sont largement commentés. Les questions d’héritage, souvent au cœur des tensions intra et interfamiliales restent la pierre d’achoppement et sont amplifiées par la non-maîtrise ou la maîtrise incomplète de la langue arabe par de très nombreuses personnes. Et justement, la législation sur l’héritage n’a pas fondamentalement changé au Maroc (Berherkate, 2014).

  • 15 Il s’agit de l’avis quasi unanime des binationaux interrogés lors de cette étude.

14Les mesures considérables sur le plan des moyens prises par le Maroc pour informer ses ressortissants de leurs droits et devoirs, ne peuvent pas faire disparaître les écarts entre les deux législations de deux pays souverains. La France, qui ne reconnait sur son sol aucune autre nationalité que la sienne, n’accomplit aucune action pour informer les binationaux installés sur son territoire. C’est une indifférence républicaine : la qualité de français ne peut varier d’une situation personnelle à l’autre. Sur le plan général des communautés émigrées, il existe une différence certaine entre les uns (les binationaux) et les autres (mononationaux). Il n’en demeure pas moins une certaine ambiguïté vis-à-vis des devoirs et des droits exercés sur l’un ou l’autre des territoires. La question des avantages présumés et des inégalités de traitement dont les binationaux15 pourraient faire l’objet lors de leur séjour au Maroc est régulièrement soulevée par certains Marocains résidant au Maroc. Avoir la nationalité d’un autre pays leur procurerait une sorte de protection (voire d’immunité) s’ils ne respectent pas les lois marocaines (notamment celles relatives au respect des pratiques religieuses). Souvent, les binationaux entrent sur le territoire marocain avec une carte d’identité marocaine accompagnée d’un passeport de leur autre nationalité, persuadés qu’ils seront secourus par l’ambassade (de France) en cas de souci avec les autorités marocaines. Pourtant, les traités internationaux entre le Maroc et les pays d’accueil (et de résidence régulière) prennent soin d’indiquer que, sur le territoire marocain, tout citoyen (binational ou non) répond strictement aux lois, injonctions et coutumes marocaines.

MRE silencieux versus MRE numériques

  • 16 Il est nécessaire de préciser nos choix sémantiques : le terme « pôle » indique simplement des modè (...)
  • 17 Parmi mes enquêtés, je n’ai rencontré aucune personne déclarant voter dans les deux pays.

15J’ai distingué deux « pôles »16 dans ces communautés : ceux que j’ai désignés sous l’expression MRE silencieux, les plus nombreux, et ceux que j’ai appelés les MRE numériques. Les premiers ne tiennent pas de discours particulier, et ne pensent pas devoir le faire. Et certains ne se reconnaissent pas du tout dans ces termes soit parce qu’ils se considèrent Marocains ou Français avant tout, soit parce qu’ils jonglent avec l’ambivalence (voire l’ambiguïté) de leur situation de migrants sociologiques. Pour les autres, le statut MRE est une chance à saisir, une opportunité, l’occasion rêvée d’améliorer leur position socio-économique, voire la meilleure façon de faire avancer leurs idées, leurs valeurs, leurs points de vue politique, culturel, et/ou religieux. Dans l’une et l’autre de ces catégories, l’importance de la maîtrise de la langue arabe parlée et écrite différencie fortement les individus, leurs stratégies et leur positionnement en tant que MRE. Chez les silencieux, la loyauté envers la famille et la parenté suppose le maintien des liens directs. La plupart respectent les législations en cours sur le territoire visité ou habité avec un principe : ne pas « faire de vagues », ne pas se faire remarquer. Pourtant certains ressentent de manière parfois cruciale la double soumission à des législations parallèles voire contradictoires : ce qui est permis sur un territoire ne l’est pas dans l’autre. Cela concerne les choix matrimoniaux, politiques, culturels et religieux. Si l’islam est la religion d’État, les pratiques respectent un cadre : celui de l’islam sunnite de rite malékite. Le rigorisme religieux a ses limites au Maroc. Or en France, l’indifférence républicaine permet l’expression de toute sorte de manifestations religieuses sur l’espace privé ou public même si la visibilité des appartenances et des pratiques cultuelles est devenue un enjeu majeur dans les débats sociaux et politiques. Ces MRE silencieux ressentent donc les injonctions contradictoires notamment en cas de pratiques contraires aux « bonnes» mœurs marocaines : vie maritale, absence ostensible de pratiques religieuses et surtout avoir une descendance hors mariage. Le Maroc reconnaît dans le traité qui le lie avec la France depuis 1982, les mariages civils : ainsi avoir une conjointe non musulmane n’est pas un obstacle, mais cela perdure parfois (et de manière non officielle) pour les femmes qui ont épousé un non musulman. La situation des femmes mères célibataires est bien plus compliquée. Paradoxalement, dans leur cas précis, venir au Maroc seule avec ses enfants (et avec un livret de famille) est plus simple que de s’y rendre avec leur compagnon. En effet, au Maroc, les relations sexuelles hors mariage sont un délit (quelles que soient la religion et la nationalité de ce partenaire). De plus, le poids du « qu’en-dira-t-on » reste important. Le compagnon est présenté à la parenté comme le mari en titre. Les MRE silencieux mentionnent plusieurs inquiétudes vis-à-vis de l’administration marocaine : la première est de se retrouver en porte-à-faux avec les législations par méconnaissance ou culpabilité présumée (fiscalité, mœurs, civilités etc.). Ils ont parfois la crainte de ne pas anticiper les conséquences de leurs paroles, de l’expression de leurs opinions politiques ou religieuses. Ils jonglent avec leurs nationalités et citoyennetés parallèles : par exemple, s’ils possèdent la carte d’identité marocaine, ils auront toujours en poche leur passeport européen. S’ils votent pour les élections en France, ils n’exerceront pas leur droit de vote aux scrutins marocains17. La non-maîtrise de la langue arabe (et berbère) est un obstacle certain lors des séjours au Maroc (même si le pays est largement francophone). Elle est aussi vécue sur le mode de la culpabilité voire de la honte car le MRE se retrouve clairement en situation dominée dans les échanges avec les représentants de la loi et des administrations marocaines. J’ai observé, de la part des MRE silencieux, des stratégies d’invisibilité des nationalités détenues : ils peuvent rendre invisible leur nationalité marocaine (en France) en mettant l’accent sur l’absence de séjours au Maroc. D’autres peuvent rendre invisible, ou plutôt non perceptible (au Maroc) la possession de la nationalité française par l’usage de la langue arabe, par la fréquentation d’un milieu arabophone, par une pratique plus ou moins affirmée (et affichée) de la religion musulmane. Ils font enregistrer auprès de leur consulat les actes de la vie civile (mariage, naissance des enfants).

  • 18 La sociologie s’intéresse de plus en plus aux liens numériques, E. Dagiral et O. Martin présentent (...)
  • 19 Il fait la distinction entre la société civile en soi [… groupes d’individus à mi-distance entre la (...)
  • 20 D’ailleurs le plus connu des MRE numériques est certainement Djamel Debbouze, qui organise des mani (...)

16S’agissant de ceux que j’appelle MRE numériques, le choix de l’expression est basé sur les formes de communication de ces personnes qui présentent des profils sociologiques très divers. J’ai déjà mentionné le poids important des outils numériques dans le fonctionnement des populations émigrées avec leurs parentés et avec le pays. Les MRE numériques sont des personnes actives sur les réseaux sociaux globaux18. Ils peuvent agir à titre personnel (devenir l’ambassadeur de l’un des pays) ou au titre d’un engagement associatif. Ils se distinguent des autres par le fait d’occuper différentes positions dans chaque espace national et dans les secteurs socio-économiques fréquentés. La visibilité numérique n’est pas forcément corrélée à la présence physique sur les deux territoires, elle peut brouiller les pistes. Leur communication se fait le plus souvent uniquement en français et certains utilisent l’arabe. D’autre part, on peut presque déceler une sorte de concurrence numérique entre les instances officielles marocaines qui sont très présentes sur Internet et les MRE numériques souvent plus réactifs sur certains sujets. Il peut s’agir de militants, se mettant individuellement en avant et désirant rallier à leur cause (politique, culturelle, religieuse) le plus d’internautes possible, les statistiques de fréquentation de leurs sites et profils confèrent une légitimité à leurs propos. Leur but est souvent tourné vers une reconnaissance de leur spécificité et leurs qualités par les Marocains de l’intérieur. Il existe un nombre impressionnant d’associations actives au Maroc et elles sont nombreuses à disposer des relais à l’extérieur. Mohamed Tozy met en avant la société civile marocaine19 et sa capacité à s’organiser pour gérer les problèmes quotidiens non (ou peu) pris en charge par les autorités. Ces associations poursuivent des buts très variés : les associations d’entraide souvent à vocation politico-religieuse. Il existe également des associations œuvrant pour les droits de l’Homme qui ont des liens avec l’Europe mais également le reste du monde. Les Organisations Non Gouvernementales pour le développement sont de plus en plus implantées au Maroc et semblent garantes d’une démocratisation pour les principaux bailleurs de fonds internationaux. Il existe également des sociétés à but strictement économique pour lesquelles le Maroc et la France sont les seuls marchés visés, et leurs dirigeants utilisent les ressources de l’Internet et leur qualité de MRE pour gagner une audience et clientèle élargies. Ainsi si on se réfère aux travaux d’Amine Dafir (2015), les MRE numériques sont des éléments essentiels à la stratégie d’influence des pouvoirs publics marocains. Très peu critiquent directement et à titre personnel les autorités marocaines ou le Roi, il est plus efficace pour eux de passer par le biais des journaux et de relayer les manifestations et revendications « populaires » marocaines (Beurdeley, 2014 ; Vairel, 2014). Dans l’ensemble, les membres de cette diaspora marocaine numérique permettent de valoriser l’image du Maroc20. Leur émergence devient un indicateur fort d’une participation démocratique (qui se veut le plus souvent citoyenne).

Voyage au Maroc pour enterrer ses morts

17Le décès en terre d’immigration (Chaib, 2000) d’un MRE est une circonstance inévitable pour l’accompagner pour son dernier voyage et pour l’enterrer au pays. La mort d’un immigré (ascendant ou proche) rendra visibles les liens avec le Maroc et peut mettre en lumière les conflits de loyauté, raviver des tensions avec la famille élargie résidant au Maroc. Si toute personne marocaine est présumée musulmane par ascendance et en sa qualité de sujet marocain, tout musulman doit être enterré en terre d’Islam, dans des délais très courts. Pour ses descendants, la terre d’Islam Dar el Islam, (Etienne, 1987, 1989), la plus  évidente n’est pas le lieu de résidence ordinaire mais bien le Maroc même si en France, il existe des cimetières et des carrés musulmans. Les migrants sociologiques et plus particulièrement ceux qui ont le moins de relations avec le pays de leurs ascendants se retrouvent au pied du mur : enterrer dignement et dans les formes (c’est-à-dire suivant les rites musulmans) leurs morts sur l’autre territoire, qu’ils le fréquentent ou non. Ils ne sont pas complètement démunis, les banques marocaines proposent à leurs clients et leur famille des assurances rapatriement. Elles sont systématiquement mises en œuvre lors de décès en France des migrants venus au cours du vingtième siècle. Les descendants sont alors accompagnés dans leurs démarches administratives par les agents de ces assurances et par les fonctionnaires consulaires marocains. Mais cela ne suffit pas pour organiser concrètement un enterrement, il faut l’aide de la famille et des proches habitant au Maroc et avoir recours aux autorités marocaines et aux instances religieuses locales.

  • 21 La psychanalyste Hakima Lebbar a publié en 2014, un premier livre « Femmes et religions, points de (...)
  • 22 Eux ou leurs ascendants.

18C’est l’occasion de resserrer des liens, et/ou de voir au grand jour les dissensions familiales. Et le décès d’un proche (MRE ou non) est souvent le moment d’exercer un des droits civils fondamentaux : celui de l’héritage. Les lois marocaines sur l’héritage (Belherkate, 2014) ont pour base le Coran. Ainsi, le fils a une part double à celle de sa sœur. Dans certaines familles, le père procède à une donation de son vivant au profit de ses filles pour compenser cette inégalité d’héritage. Un non musulman ne peut pas hériter d’un musulman. Au Maroc, on assiste à l’émergence d’un débat, dans les milieux intellectuels à partir de 2015, celui de l’égalité hommes/femmes en matière d’héritage21. Les émigrés-immigrés sont souvent réticents à parler des questions foncières, d’héritage, ils sont partagés entre l’amertume, le sentiment d’avoir été spoliés par la famille22 et par l’incompréhension des logiques non égalitaires des législations marocaines. L’émergence, la tenue et la teneur des débats sur les questions du statut personnel sont au cœur des interrogations des MRE (comment obtenir les mêmes droits sur tous les espaces nationaux ?). Les MRE silencieux les plus éloignés du Maroc tiennent ces questions pour essentielles et explicatives de leur détachement vis-à-vis du Royaume. Les MRE numériques relaient les informations et certains tentent d’influer le cours des choses.

Les droits des MRE face au Droit des États

19De façon synthétique, l’appellation MRE a atténué (ou a fait disparaître) pour une partie des migrants une longue culpabilité, celle d’avoir (de)laissé le pays et les siens. Grâce à elle, certains envisagent de (re)venir au Maroc puisque rien ne sera définitif. La plupart envisagent les diverses possibilités d’exercer leurs droits individuels : travailler, vivre, choisir leur conjoint(e), avoir une descendance, enterrer leurs morts, hériter et laisser un héritage à ses descendants. L’émigration a souvent mis un point final à l’indivision familiale, même si le départ à l’étranger avait, souvent, pour motif la conservation, la récupération (et revalorisation) des capitaux familiaux (Gouirir, 1998, 2011). Les plus jeunes ne connaissent pas tous le nom de la lignée de leur père ou de leur mère. Et pourtant ces noms ont une importance dans les histoires familiales, ils permettent de comprendre à la fois les alliances matrimoniales, de déplacements géographiques et de décisions cruciales. Ces noms de lignées témoignent de l’ancienne indivision familiale et solidarité indéfectible, c’est le signe du capital symbolique détenu. Qui va s’occuper de la terre, des biens acquis par les générations précédentes au prix de sacrifices immenses ? Au niveau personnel, ce quasi-statut réinscrit les migrants dans l’ordre de succession des générations. Le statut de MRE permet aux migrants de prendre voire de reprendre une place symbolique et marquer son affiliation à une terre ancestrale.

  • 23 Certains enquêtés relatent, à ce propos, les discussions très vives avec certains membres de leur f (...)

20Mais l’absence n’est pas sans conséquence pour l’immigré. Défendre ses intérêts, s’opposer à d’autres membres de sa famille reste difficile. S’il peut intervenir dans les débats généraux, glaner des informations pertinentes, son éloignement l’empêche de concrétiser ses actes. Pour se préserver et s’acquitter de ses obligations, l’immigré ne mise plus seulement sur une loyauté familiale, il a d’autres relais grâce notamment aux technologies de l’information. Cependant, l’absence physique n’est plus un argument pour s’offusquer et s’opposer à ce qui met en péril sa position, ses investissements. Nul n’a le don de l’ubiquité et les questions du statut personnel et du foncier posent le cadre de l’exercice des citoyennetés simultanées. Au niveau des relations entre États, les interrogations que (se) pose cette appellation portent sur l’inégale qualité des citoyens. Les migrants (marocains ou non, de France ou d’ailleurs) se retrouvent au cœur des polémiques sans cesse renouvelées. Les efforts du Maroc envers ses ressortissants deviennent un enjeu politique et soulèvent des critiques de la part des Marocains de l’intérieur 23. Les débats à propos de la déchéance de la nationalité (pour les binationaux) ont révélé les réticences françaises vis-à-vis des multiappartenances nationales perçues comme des menaces possibles de l’ordre sociopolitique établi. Le statut MRE, au niveau individuel, met en lumière parfois des conflits de loyautés, (loyauté familiale versus loyautés nationales), mais il révèle la concurrence des États pour imposer leurs logiques et leurs législations. La légitimité des ordres nationaux repose sur la reconnaissance des autres États et celle de leurs citoyens et sujets. Toute concurrence de souveraineté dans et hors du territoire devient une menace pour l’équilibre toujours fragile entre les nations. Cela rend d’autant plus précaires l’existence politique de « leurs » migrants et la continuité de leurs droits de citoyens de plusieurs espaces nationaux. Et comme le dit Sayad (1985/2006), il s’agit :

…du droit d’exister en soi, d’exister légitimement sans que cette existence soit l’objet d’une nécessaire justification fournie, cela va de soi, par le travail et par la suite de suspicion. 

Haut de page

Bibliographie

ALAOUI Rachid, 2013, « Une politique en faveur de la participation culturelle et citoyenne des Marocains du monde ». Entretien avec Driss El Yazami, président du Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger (CCME) in Hommes et Migrations, 1303, Diasporas marocaines.

—, 2013, « Peut-on parler de diaspora marocaine ? » in Hommes et Migrations, 1303, Diasporas marocaines.

BELHERKATE Kamal, 2014, « La spécificité du régime successoral en droit marocain » Jurismat, Portimao n° spécial, p. 79-88.

BEURDELEY Laurent, 2014, Le Maroc, un royaume en ébullition, Paris, Éditions Non Lieu.

BOURDIEU Pierre, 2012, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Raisons d’Agir Seuil.

BRAND Laurie A., 2010, Chapitre 4, Émigré, MUGHTARIB, AMIL F-IL-KHARIJ. La langue et les institutions des relations états-expatriés, in DUFOIX Stéphane et al, Loin des yeux, près du cœur, Presses de Sciences PO (P.F.N.S.P.) p. 129-146.

CHAIB Yassine, 2000, L’émigré et la mort, Aix en Provence, éditions Edisud.

DAFIR Amine, 2015, « La diplomatie d’influence au service des intérêts économiques : le cas du Maroc » Géo économie 2015/3 (75), p. 159-168.

DAGIRAL Éric, MARTIN Olivier, 2017, « Liens sociaux numériques. Pour une sociologie plus soucieuse des techniques ». Sociologie 1, vol 8, pp. 3-22.

DUFOIX Stéphane, 2003, Les diasporas, Paris, PUF Que sais-je ?

DUFOIX Stéphane et al, 2010, Loin des yeux, près du cœur, Presses de Sciences PO.

EL ABID Ghislaine, « La diaspora marocaine. De l’engagement citoyen à la citoyenneté » Afrique contemporaine, 4, 256, p. 110-113.

ETIENNE Bruno, 1987, L’islamisme radical, Paris, Hachette.

—, 1989, La France et l’Islam, Paris, Hachette.

GELLNER Ernest, 1999, [1983], Nations et nationalisme, Paris, Payot.

GOUIRIR Malika, 2011 [1998] «  L’avenir d’une illusion : reproduction de groupes familiaux et trajectoires de filles et fils d’un douar immigré ». Diversité VEI, hors-série, 13, p. 151-162 (1ère parution dans Ville-École-Intégration, 113).

HAMDOUCH Bachir et al., 2000, Les Marocains résidant à l’étranger, une enquête socio-économique. Rabat, INSEA avec le soutien du FNUAP.

HAMDOUCH Bachir, 2005, « Les transferts de fonds des migrants au Maroc et leur utilisation », in Migration transferts de fonds et développement, édition OCDE.

HIRSCHMAN Albert O., 1995, [1970], Défection et prise de parole, Paris, Fayard.

HOBSBAWM Eric, 1992, [1990], Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard.

KASTORYANO Riva, 2000, « Immigration, communautés transnationales et citoyenneté », in Revue internationale des Sciences sociales, 165, p. 353-359

—, 2010, « Minorités et politique étrangère : espace transnational et diplomatie globale », Politique étrangère 3 (automne), p. 579-591.

LEBBAR Hakima, 2014, Femmes et religions. Points de vue des femmes du Maroc, Casablanca/Rabat Éditions Galerie Fan Dok et La Croisée des Chemins.

NUNO Macarena et SOUIAH Farida, 2013, « Les politiques mises en place par le Maroc envers ses ressortissants », in Hommes et Migrations, 1303, Diasporas marocaines.

OCDE, 2012, Rapport de l’OCDE, Perspectives des migrations internationales.

SAID Edward, 2008, Réflexions sur l’exil et autres essais, Paris, Actes Sud.

SAYAD Abdelmalek, 1985, « Du message oral au message sur cassette. La communication avec l’absent ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 59, p. 61-73.

—, 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck. (Édition remaniée par A. SPIRE, et disponible en 3 tomes : t. I L’illusion du provisoire, 2006 ; t. II Les enfants illégitimes, 2006 ; t. III La fabrication des identités culturelles, 2014 ; Paris, Éditions Raisons d’Agir).

—, 1994, Le mode de génération des générations « immigrées », Revue L’homme et la Société, 111-112, p. 155-174.

—, 1999, La double absence des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil.

SCHNAPPER Dominique, 1991, La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990, Paris, Gallimard.

THIESSE Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales, Europe XVIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil

TÖNNIES Ferdinand, 2010 [1887]. Communauté et Société. Catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, PUF, Le Lien Social,

TOZY Mohamed, 2011, « La société civile entre transition démocratique et consolidation autoritaire : le cas du Maroc », in BOZO Anna et al, Les sociétés civiles dans le monde musulman. La Découverte, p. 249-270.

VAIREL Frédéric, 2014, Politique et mouvements sociaux au Maroc. La révolution désamorcée, Paris, Les Presses de La Fondation Nationale de Sciences Politiques.

WEBER Max, 2013, La domination, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Sont appelés migrants sociologiques, les migrants effectifs, et également les personnes dont l’un des ascendants directs est né à l’étranger puis est venu travailler ou rejoindre son conjoint en France.

2 Ainsi, en 2017 de nombreux MRE ont visité la 14ème édition du salon de l’immobilier marocain à Paris (destiné aux candidats propriétaires qu’ils soient MRE, ou touristes français retraités désignés sous le vocable seniors ).

3 Cette appellation est utilisée par les autorités marocaines, les média et reprise par certain(e)s des enquêté(e)s.

4 Voir encadré méthodologique ci-après.

5 L’État chérifien affirme l'appartenance au Maroc des terres du Sahara occidental laissées (tout au début des années 1970) par l’Espagne et revendiquées par Le Front Polisario. Une opération militaire d’envergure appelée La Marche verte a été lancée par le Roi Hassan II en novembre 1975 pour affirmer et proclamer la souveraineté du Maroc sur ce territoire. De très nombreux travailleurs émigrés marocains ont participé à cette campagne militaire.

6 Il ne faut pas oublier que, parmi les émigrés, figurent des opposants politiques dont il fallait contenir les influences possibles.

7 Les naissances hors mariage ne sont pas portées à la connaissance de l’administration marocaine ainsi que les PACS, les vies maritales. Objectivement, ces informations ne correspondent pas aux rubriques de la bureaucratie marocaine.

8 Cette invisibilité, signe d’un éloignement avec certaines composantes familiales, n’est pas toujours durable. Ainsi lors du décès d’un ascendant direct, les héritiers doivent obligatoirement passer par les autorités consulaires pour établir l’acte de décès et procéder aux formalités de transfert du corps du défunt au Maroc.

9 Chiffres de DACS, Direction des affaires consulaires et sociales du Ministère des Affaires Sociales tirés de l’article R. Alaoui, 2013.

10 Il n’est pas possible de lister ici tous ces documents consultables sur les sites des organisations citées dans cet article.

11 Si toute personne peut se convertir à l’Islam, il faut saisir que toute personne de confession musulmane (par ascendance) qui récuse volontairement cette religion, devient apostat et peut faire l’objet d’une condamnation sans appel. De nombreux MRE se décrivent comme des non-croyants et en même temps des pratiquants occasionnels » ou comme croyants mais non pratiquants, or ces termes ne sont tout simplement pas acceptables pour l’entourage élargi. Il est quasi impossible de parler publiquement d’athéisme même s’il existe désormais une tolérance envers les pratiques.

12 Il est quasiment impossible de se défaire de la nationalité marocaine acquise par filiation patrilinéaire le plus souvent.

13 Nous pensons plus particulièrement aux personnes dont l’homosexualité est connue publiquement. Les opposants politiques peuvent également vivre leur présence à l’étranger comme un exil qui se prolonge.

14 Nous renvoyons aux travaux incontournables (Bourdieu, 2012, Gellner, 1999, Hobsbawan, 1990, Schnapper, 1991 et 1994, Thiesse, 1999, Tönnies, 2010 et Weber, 2013).

15 Il s’agit de l’avis quasi unanime des binationaux interrogés lors de cette étude.

16 Il est nécessaire de préciser nos choix sémantiques : le terme « pôle » indique simplement des modèles idéaux typiques selon la logique wébérienne, les enquêtés se répartissent dans l’intervalle des deux pôles indiqués selon leurs propriétés et leurs trajectoires. Les travaux d’Albert O. Hirschman nous ont inspiré les qualificatifs de MRE silencieux et de numériques (Défection et prise de parole, 1995/1970). A quelles conditions peut-on agir pour rester, sortir d’une situation, en profiter ? (Dans le cas présenté, que faire d’un statut imposé ?).

17 Parmi mes enquêtés, je n’ai rencontré aucune personne déclarant voter dans les deux pays.

18 La sociologie s’intéresse de plus en plus aux liens numériques, E. Dagiral et O. Martin présentent un numéro uniquement consacré à cette thématique (Dagiral, Martin, 2017).

19 Il fait la distinction entre la société civile en soi [… groupes d’individus à mi-distance entre la famille et l’Etat…] et la société pour soi [une sorte de machine de guerre contre un Etat souvent autoritaire…] (Tozy M. 2011 p.251).

20 D’ailleurs le plus connu des MRE numériques est certainement Djamel Debbouze, qui organise des manifestations très médiatisées (le Festival du Rire de Marrakech) et joue un rôle important dans la production de films tournés au Maroc en partie.

21 La psychanalyste Hakima Lebbar a publié en 2014, un premier livre « Femmes et religions, points de vue des femmes du Maroc ».

22 Eux ou leurs ascendants.

23 Certains enquêtés relatent, à ce propos, les discussions très vives avec certains membres de leur famille résidant au Maroc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malika Gouirir, « État, Politique et absence : le « statut » des Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11829

Haut de page

Auteur

Malika Gouirir

Maître de conférences, Université de Paris Descartes, Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page