Navigation – Plan du site
II Situations d'absence au prisme des politiques d'État

Le dernier voyage

Le rapatriement funéraire des immigrés kabyles de Saint-Étienne à Tounef en Kabylie
The last travel: The funeral repatriation of the Kabyles immigrants from Saint-Étienne to Tounef in Kabylia
Azzedine Kinzi
p. 99-114

Résumés

Notre proposition s’interroge, à travers une réflexion socioanthropologique et empirique, sur la gestion publique de « la mort de l’émigré » dans ses deux communautés d’appartenance : la ville d’immigration (Saint-Étienne) et le village d’origine (Tounef en Kabylie). L’intérêt de notre réflexion sur la mort de l’émigré est de saisir la complexité du traitement réservé socialement et rituellement à la mort de l’émigré en insistant sur les conditions de son rapatriement, l’organisation et le rituel de son enterrement et, enfin, la construction de sa tombe dans le cimetière familial ou villageois. L’histoire de rapatriement des émigrés de Saint-Étienne, depuis 1968 à 2012, nous mènera aussi à « faire » entre autres, l’histoire du « carré d’émigrés » qui s’est formé involontairement au cimetière du village de Tounef et qui révèle une trace physique de « ce retour éternel de l’absent ». On verra que la mort de l’absent et son rapatriement ont bousculé pour ne pas dire bouleversé et mis à l’épreuve tout le dispositif rituel lié à la mort et à l’enterrement en Kabylie.

Haut de page

Texte intégral

« C’est face à la mort et à travers la mort ou après la mort que devient possible à la vraie mesure de l’isolement de l’émigré et de l’exilé » 

Abdelmalek Sayad, « introduction » in

(Chaib Yassine : L’Émigré et la mort, 2000)

Introduction

  • 1 Il s’agit ici de la mine de Timezrit (1902-1976) et la mine de Beni Himmel (190l-1928). À propos de (...)

1Le village de Tounef, à l’instar de plusieurs autres villages de Kabylie (Algérie), a connu durant tout le xxe siècle un mouvement migratoire massif vers la ville de Saint-Étienne (France). Cette émigration-immigration, individuelle d’abord, familiale ensuite (Sayad, 1994), a entrainé la formation sur place d’une importante communauté villageoise originaire de Tounef. Durant la période coloniale et la première décennie de l’indépendance de l’Algérie, le bassin minier stéphanois a structuré la vie quotidienne de ces émigrés-immigrés sur les deux scènes sociales du village de Tounef en Kabylie et de la ville de Saint-Étienne en France. Ce sont surtout les mines de fer de Timezrit et de Beni Himmel1 en Kabylie où travaillaient de jeunes villageois kabyles de Tounef (Kinzi, 2012 ; Gauthier, 2014) qui sont à l’origine de l'émigration d’une localité montagneuse kabyle vers un bassin minier provincial en France. Ces deux mines situées dans un même site de montagne et dans la même tribu en Kabylie avaient forgé une main-d’œuvre abondante pour les travaux d’exploitation minière (Kinzi, 2010).

2Ce texte interroge les modèles de gestion publique de « la mort de l’émigré » et veut montrer l’attachement des émigrés morts en immigration à être inhumés dans le village qui les a vus naître, malgré l’enracinement social et familial en France. Pour beaucoup de familles immigrées, le rapatriement du père et/ou de la mère décédé-e(s) en immigration est une évidence, et l’idée de faire autrement, c’est-à-dire d’être enterré en France est impensable au sein de la famille. Plus que la réalisation d’une volonté ultime du défunt, les enfants et la grande famille d’ici et de là-bas tiennent tous à ce rapatriement qui est aussi une sorte d’accomplissement en hommage à leurs parents émigré-immigré-es.

  • 2 La tradition islamique veut que le mort, au moment de son enterrement, soit juste enveloppé d’un li (...)

3Nous allons aborder ici le processus funéraire lui-même et montrer comment le rituel de la mort, pourtant sacré, immuable et, pourrait-on dire et croire, définitif, se trouve « ajusté » à cette réalité nouvelle. En effet, tout le rituel de la mort tel que connu et pratiqué usuellement se trouve soudainement perturbé par le fait du rapatriement aérien du défunt, du décalage horaire, du voyage et enfin des formalités administratives et douanières qu’il faut connaitre et accomplir, en France d’abord, puis en Algérie. Du fait de ce rapatriement, le village entre dans le rituel funèbre et l’ambiance du deuil avant même de voir et de posséder le mort. Une mort sans mort qui se matérialise dans le fait que l’émigré-e rapatrié-e est enterré-e avec/dans son cercueil2, et par là, échappe à la partie la plus vive et la plus émouvante du processus funéraire. Au lieu d’une sortie du village vers le cimetière, c’est l’entrée dans le village de l’émigré mort que l’on attend. Souvent, c’est une autre maison, celle de ses proches parents, qui accueille le cercueil et organise les obsèques et la veillée mortuaire.

La communauté d’immigration « tounifienne » à Saint-Étienne

  • 3 Saint-Etienne mon village https://www.dailymotion.com/video/xgoke3 [consulté le 12/11/2018]
  • 4 Un autre café à Saint-Étienne est appelé (par dérision) ldjamâa n Sidi Aich (mosquée de Sidi Aich). (...)
  • 5 Cela renvoie aux formes d’organisation publique du village d’origine. Chaque village en Kabylie est (...)

4Plus d’un siècle d’émigration villageoise en France a engendré la structuration d’une communauté d’immigration kabyle en exil (Sayad, 1975, 1977, 1985 ; Khellil, 1980). L’ancrage sociologique des immigrés de Tounef dans la ville de Saint-Étienne peut se résumer dans cette expression significative » Saint-Étienne mon village » formulée par M. K., l’un des témoins, dans un film d’animation3 réalisé par l’association Ciné-plus de Timezrit en collaboration avec le cinéma Le France Cinéville de Saint-Étienne (Gauthier, 2014 : 41-51). À titre d’exemple, on peut signaler l’existence du « café de Sidi Aich » dans la ville de Saint-Étienne4. Celui-ci constitue un espace public masculin de rencontre des immigrés kabyles de Saint-Étienne. Il est une sorte de projection sur le sol français de la djemâa (l’assemblée) du village kabyle. C’est dans ce cadre que s’est mise en place une petite structure informelle créée par les premiers émigrés kabyles à Saint-Étienne appelée tajmâat n yeghriben (l’assemblée de la communauté d’immigration kabyle)5. Elle a pour tâche essentielle de gérer les rapatriements des corps des migrants vers leurs villages d’origine tout en prenant en charge les frais et les dépenses liés à ce rapatriement. Le décès est aussi dans ces petites sociétés d’«  originaires » l’occasion de vivre et de mesurer la force de la solidarité villageoise dans les deux espaces et les deux groupes d’émigration et d’immigration. Considérons cet exemple que nous rapporte Andrée Michel dans son livre pionnier sur les travailleurs algériens en France :

Y. ayant perdu son frère, mort d’accident du travail sur un chantier parisien, avertit aussitôt le chef de village qui détient en France la liste de tous les émigrés de ce village. En trois jours, les 110 originaires avertis oralement ou par télégramme, soit dans la région parisienne, soit dans les départements les plus reculés (Moselle, Gard, Loire, Seine-Maritime, etc.) envoyèrent 216 700 francs nécessaires à Y. pour rapatrier le cercueil de son frère en Algérie (chaque compatriote avait cotisé exactement la somme de 1 970 francs). (Michel, 1956 : 205).

5Cette structure qui a beaucoup évolué est aujourd’hui organisée en association agréée et compte souvent parmi ses membres plusieurs femmes, chose impensable il y a une trentaine d’années. Elle ne se limite plus seulement à la collecte des cotisations et à la gestion du rapatriement des corps des migrants de Saint-Étienne, elle a élargi son champ d’action à des activités culturelles comme la promotion de la culture et de l’identité kabyle dans la ville. Beaucoup d’organisations similaires ont vu le jour dans d’autres communautés immigrées, musulmanes et non musulmanes, en pays d’immigration. Bien qu’elles soient différentes sur le plan organisationnel et historique, elles convergent sur le principe de rapatriement et la gestion de la mort de l’immigré (El Alaoui, 2012 ; Saraiva et Mapril, 2012 ; Chaïb, 2006 ; Aggoun, 2006).

La mort dans la tradition kabyle

6La mort au sein des villages kabyles constitue un fait social total. Cette mort qui touche tous les âges et sexes des membres de la société villageoise met cette dernière à l’épreuve du sentiment de deuil et de recueillement (Virolle, 1980). Un événement tel que la mort, écrit Gilles Seraphin,

n’est pas banal, ce n’est pas simplement la fin de la vie d’un individu : il s’agit avant tout d’un événement social qui perturbe l’ensemble de l’équilibre économique, social, statutaire et symbolique d’une famille, voire d’un quartier ou d’un village. Il faut dès lors y faire face en organisant des cérémonies appropriées. (Seraphin, 2003 : 93).

7Le deuil, écrit Jean Servier, « n’est pas une manifestation de tristesse subjective, mais une attitude rituelle prescrite pour entrer en communication avec ceux que les paysans appellent les gens de l’Autre Vie (At lakhart) » (Servier, 1985 : 8). À cet effet, la société villageoise s’engage dans une forme d’organisation ritualisée pour la gestion de ce qui constitue un événement social pour les villageois.

8Le rituel de gestion de la mort consiste socialement dans la division du temps et des tâches en deux moments importants : un moment intime (privé) et un moment public. Pour ce qui est du premier, il se traduit essentiellement dans le traitement du corps du mort, c’est-à-dire tout ce qui concerne sa toilette, sa mise dans le linceul et son arrangement dans une civière traditionnelle placée généralement au milieu d’une pièce de la maison centrale permettant aux gens de le visiter et de lui rendre le dernier hommage. La toilette du défunt se fait dans la discrétion la plus totale et dans des formes rituelles bien ordonnées (Virolle, 1980 ; Genevois, 1962). Cette tâche incombe à des personnes particulières, hommes ou femmes, qu’on appelle communément les laveurs ou les laveuses des morts dont chaque village dispose. La division sexuelle des tâches de ces derniers est nettement arrêtée : les hommes s’occupent de la toilette des morts masculins, les femmes de celle des morts féminins. Les procédures du rituel accompagnant la toilette du défunt peuvent être différentes, tant dans la pratique que dans la représentation, selon les sexes et les générations. Elles peuvent également revêtir quelques particularités et/ou variations insignifiantes d’une région à une autre. Par exemple, le rituel observé pour l’homme n’est pas le même que celui observé pour la femme. De même, des différences sont aussi notables entre les personnes majeures et les personnes mineures. Henri Genevois, un père blanc installé dans un village de Haute Kabylie, nous décrit ce rituel au début des années 1960. En voici un extrait :

Dès que le mort est lavé, on le revêt du linceul. Alors seulement il commence à dégager l’odeur caractéristique du cadavre. Puis, on le place sur la civière. Sur son front, on met du henné de la Mecque afin que le Prophète le prenne sous sa protection, le reconnaisse pour sien et que les anges l’entourent. On le dépose alors dans un endroit propre, spacieux, où les gens peuvent se tenir. (Genevois, 1962 : 12).

9Dans certains villages, c’est la grande famille du défunt, en l’occurrence la tajmâat familiale (l’assemblée du lignage) qui organise les cotisations collectives qu’on appelle aussi la « caisse des morts » (la caisse n lmeytin,) (Kinzi, 1998) en s’occupant de l’annonce publique du jour et de l’heure de l’enterrement, de l’accueil des visiteurs, du repas de deuil, de l’organisation de la veillée funèbre et des obsèques. À cet effet, la tajmâat du village procède à des travaux collectifs consistant à creuser la tombe du défunt (tôt le matin le jour de l’enterrement) et parfois aux nettoyages des ruelles et des sentiers du village, notamment ceux qui conduisent vers le cimetière (ou au lieu d’enterrement). La veillée funèbre pendant laquelle les tolbas (répétiteurs du Coran) psalmodient le texte sacré et les khouans (agents des chants religieux) récitent des chants religieux (Nacib, 1988) représente en effet un moment fort de recueillement et de mobilisation permettant aux villageois et aux proches de s’y rendre pour partager ce moment compassionnel de la veillée.

10Le jour de l’enterrement (timdelt) du défunt constitue également un moment fort du rituel de la mort. Au milieu du jour le plus souvent, la dépouille est acheminée vers le cimetière par une procession composée exclusivement d’hommes et accompagnée de chants religieux produits par les tolbas, les imams ou les khouans. Une fois la procession arrivée au cimetière, une prière de la mort est immédiatement observée, puis, s’il s’agit d’un défunt masculin, fut-il un enfant, le visage de la dépouille est dévoilé et exposé aux visiteurs pour un dernier hommage. Pour les femmes, le dévoilement du visage est strictement interdit. Une fois ce rituel accompli, la dépouille est déplacée vers sa tombe où elle sera inhumée. Cette opération est également soumise à tout un rituel de redressement et de placement du corps dans la tombe, souvent accomplie par des personnes dédiées et affectées à cette tâche. Dès le premier contact entre la dépouille et le fond de la tombe, les tolbas font une lecture intensive et en chœur de l’ensemble des chapitres (hizbs) du Coran, tandis que quelques hommes se chargent de fermer la tombe à coups de pelles rapides et continus sous le regard et la voix grave et magistrale des récitants. À ce moment précis, les présents et le village tout entier se figent en silence. Il faut dire que ce moment de récitation urgente et saccadée des hizbs en chœur est, pour les clercs en particulier, une démonstration symbolique et physique de leur savoir et de leur pouvoir. À la fin, l’imam du village entame la fatiha (verset d’ouverture/clôture de tous les événements en Islam) en hommage au défunt. Puis la masse des hommes présents à l’enterrement commence à se disperser silencieusement et précipitamment en direction du village.

11Le rituel de la mort ne s’arrête pas uniquement au jour de l’inhumation du défunt, mais se prolonge par d’autres pratiques rituelles, celles notamment du troisième et quarantième jour. Le rituel du troisième jour consiste en une visite de la tombe du défunt accomplie essentiellement par les femmes, à l’aube avant le lever du soleil, c’est ce qu’on appelle dans certaines régions de Kabylie tusda n wakal (tassement de la terre) (Servier, 1985 : 83). Lors de cette visite, les femmes distribuent des offrandes aux passants ou aux nécessiteux. Quant au rituel du quarantième jour, appelé souvent « tarbuyt n rebâin » (repas du quarantième jour), il consiste essentiellement en la construction de la tombe du défunt et la préparation d’un repas collectif où tous les proches sont conviés. Car comme le dit bien Edio Soares, « si les rites funéraires s’adressent au mort comme un hommage qui lui est dû, c’est essentiellement, pour rassurer le monde des vivants. » (Soares, 2003 : 138). Cet ordre rituel de la mort que l’on vient de décrire s’est trouvé depuis quelques petites décennies « bousculé » par une autre mort (nouvelle !) : celle d’ailleurs, ou lointaine, la mort de l’absent, celle de l’émigré mort dans le pays d’immigration (la France).

La mort de l’absent et son rapatriement

12La mort en exil représente pour les villageois une mort particulière. Elle est particulière parce qu’elle se produit ailleurs, loin du pays et loin d’une mort « ordinaire ». C’est une mort à la fois absente et présente, une mort « expatriée » comme la qualifie Abdelmalek Sayad (Chaib, 2000 : 13). Cette mort est vécue doublement par les deux communautés d’appartenance des défunts : celle de la société d’émigration comme du groupe et de la communauté vivant en immigration. Les deux « familles » ou les deux groupes d’émigration-immigration partagent non seulement le sentiment de deuil, mais aussi la gestion et la prise en charge du défunt depuis le rapatriement jusqu’à l’enterrement. Sur ce point, une division des tâches entre les deux communautés semble être remarquablement fonctionnelle. Elle se fait d’une manière assez spontanée et complémentaire car la mort en immigration « est collective en ce qu’elle concerne le groupe dans son ensemble (la famille, la communauté des immigrés, celle du pays d’origine, celle de la ville ou du village natal, etc.) » (Chaib, 2000 : 22). Le rapatriement doit se définir comme un déplacement de la dépouille du défunt, rangée dans un cercueil, depuis l’exil jusqu’au village. Par ailleurs, le rapatriement de la dépouille de l’émigré est aussi une affaire d’État, dans la mesure où son transfert légal ne peut se faire qu’en fonction des procédures judiciaires et protocolaires engagées par l’Algérie et la France. Selon nos témoignages, les coûts et les frais de rapatriement de la dépouille de l’émigré sont tellement élevés qu’ils sont souvent pris en charge communautairement dans le cadre d’une forme d’organisation sociale propre à la communauté d’immigration en exil, souvent appelée la tajmâat de l’exil, tajmâat n leghrba (Kinzi, 1998 : 600-601).

13Ce qui caractérise habituellement ce rituel de la mort en immigration est l’organisation d’une procession accompagnant le cercueil jusqu’à l’aéroport le plus proche (Lyon, dans le cas de Saint-Étienne). Un moment de recueillement est observé dans la maison du défunt en pays d’immigration (en France) avant « le dernier voyage » vers son village. En effet, le rapatriement du cercueil ne s’effectue jamais seul, il est rituellement accompagné par les membres proches de la famille. Le cercueil est envoyé au même titre que les bagages, dans la soute de l’avion. Il atterrit à l’aéroport d’Alger ou, plus récemment, à l’aéroport de Bougie. Cet ultime voyage est souvent accueilli par les villageois dans une ambiance funèbre particulière à l’aéroport. Généralement, c’est toute la famille, voire des villageois et des proches, qui l’accueillent dans une procession funèbre exceptionnelle érigée avec le temps en véritable rituel. La dépouille est accueillie soit dans la maison du défunt ou dans la maison des proches, lorsque ce dernier n’en dispose pas. Quelques témoignages, extraits de nos entretiens avec les villageois, rendent compte de cette façon d’accueillir la dépouille du défunt dans son village et particulièrement chez sa famille. H. sexagénaire, cousin proche du défunt Lounis rapatrié en juillet 2003, dit :

J’ai reçu le télégramme en mon nom, remis par mon cousin (M.) annonçant la mort et le rapatriement au village de mon cousin Lounis. Nous étions à l’aéroport de Bejaia pour récupérer sa dépouille, il y a eu beaucoup de personnes parmi la famille et du village qui y sont venus ; il y a eu Rabah, Youcef et tant d’autres. C’était moi-même qui me suis présenté au service de débarquement de l’aéroport pour récupérer le cercueil, j’ai présenté ma carte d’identité et le télégramme, ils m’ont demandé de le vérifier s’il s’agit de la dépouille de mon cousin ; je l’ai fait à travers une petite ouverture du cercueil montrant son visage. Le cercueil je l’ai accueilli chez moi, dans la maison de mon père décédé.

14Dans le même ordre d’idées, M. 55 ans, ancien membre du comité du village de Tounef et ancien représentant du lignage des At Zayed auprès de la tajmâat du village, dit à propos de l’accueil réservé au rapatriement du défunt Cherif en 2006 :

Cherif est décédé le 20 juillet 2006 à l’hôpital de Saint-Étienne. Il a été rapatrié le 27 juillet et l’enterrement a eu lieu le 28 juillet dans le village. Afin de préparer les obsèques, son fils ainé H. est venu quelques jours avant. Nous, les membres de la famille des At Zayed, nous avons tenu une assemblée, le lundi 24 juillet à 19h dans la maison de défunt sise à El Had. Le but de cette réunion est de mettre en place une organisation pour accueillir la dépouille de défunt à l’aéroport de Bougie, voir aussi quelle maison qui pourra l’accueillir, organiser la veillée funèbre et faire le nécessaire pour son enterrement dans le village de Tounef… Nous l’avons accueilli à l’aéroport de Bougie en présence de nombreux membres de notre famille. La dépouille a été accompagnée de la femme du défunt et de l’un de ses fils… Le cercueil du défunt a été accueilli dans la maison de la sœur de ce dernier. Le fils ainé du défunt a remis quatre millions de centimes à la caisse de la famille des At Zayed…

  • 6 C’est le cas de Madjid K., immigré à Saint-Étienne au milieu des années 1950, en pleine guerre d’Al (...)

15Le village de Tounef a connu son premier rapatriement de dépouille mortelle de l’émigré en 1968. Rappelons que l’émigration du village de Tounef vers Saint-Étienne remonte à la Première Guerre mondiale environ (Kinzi, 2012). Toutefois, cette émigration n’a jamais jusque là connu de mort en exil. Cela peut s’expliquer par le fait que les émigrés rentraient chez eux dans leur village soit après leur retraite, soit suite à des maladies qui pouvaient causer la mort6. Le défunt dont il est question, Lakhder des At Zayed, est un homme ne dépassant pas la soixantaine, lui-même fils d’un ancien émigré à Saint-Étienne. Il s’est installé lui aussi à Saint-Étienne avant de rejoindre Marseille où il travaillait dans le commerce. Sa femme l’a rejoint au lendemain de l’indépendance avant un retour quelques années plus tard, suite à leur divorce en exil. La mort de Lakhder constituait pour les deux communautés la première expérience de la mort de l’émigré en exil et, par conséquent, du phénomène de rapatriement. Sur les circonstances de la mort et du rapatriement de cet émigré, son demi-frère, H. 77 ans, témoigne :

Lakhder est décédé à Rouen en 1968 suite à une maladie. Il a été enterré là-bas. 22 jours après son enterrement, son fils R. qui vivait à Saint-Étienne a dû lire une annonce dans la presse rapportant la mort et le lieu d’enterrement de son père Lakhder. Ensuite, les émigrés vivant là-bas, de la famille et du village, avaient fait tout le nécessaire pour déterrer le corps et le rapatrier dans un cercueil dans le village de Tounef. Le cercueil est totalement fermé, il ne dispose même pas d’une petite glace permettant de voir son visage.

16Depuis le rapatriement de Lakhder jusqu’en 2013, le village de Tounef a rapatrié en tout 11 dépouilles d’émigrés, dont 4 femmes, à partir de Saint-Étienne. La majorité, pour ne pas dire la totalité des émigrés rapatriés au village de Tounef en Kabylie, était installée en famille à Saint-Étienne. Tous ou presque sont morts de vieillesse, quelques années après leur retraite.

Enterrer l’absence

17L’enterrement de l’émigré rapatrié représente dans la vie publique villageoise un événement social particulier. Au-delà de la compassion que cela peut susciter sur le plan des sentiments collectifs du groupe, on peut surtout souligner une forte mobilisation. Ainsi les faits s’enchainent selon l’événement et le calendrier de la vie sociale du rituel public de mise en terre de l’émigré accueilli définitivement parmi les siens. Après le jour de l’accueil, en terre natale pour la plupart, les rituels funéraires se succèdent et obéissent aux pratiques liées à une mort ordinaire, dont fait partie la veillée funèbre. Celle-ci a toujours été vécue dans le recueillement et l’émotion, cependant quelques exceptions méritent d’être soulignées. Ainsi la veillée funèbre réservée au défunt Lounis rapatrié en 2003, qui avait mobilisé un nombre important de villageois, ne donnait aucune impression de deuil, et ce, bien que les gens soient venus, comme d’ordinaire pour présenter leurs condoléances aux proches de la famille du défunt. Au sujet de cette caractéristique de la mort de l’émigré rapatrié, N. femme sexagénaire de la famille des At Zayed, raconte :

Lorsque je me suis rendue dans la maison de ton cousin Ahcen, qui a accueilli le cercueil du défunt Lounis, il y a eu beaucoup de femmes. Le cercueil était posé au coin de la pièce. Á son chevet sa fille, qui l’avait accompagné, elle était assise sur une chaise ainsi que la femme de Ahcen. Dans cette maison, il y a eu une atmosphère de fête, les femmes ne pleuraient pas, elles discutaient et certaines racontaient même des blagues pour distraire les autres. Je ne sais pas pourquoi, est-ce que c’est le fait que les gens ne connaissaient pas le défunt de son vivant ? En tout cas, on ne dirait pas qu’on était dans une maison abritant un décès.

  • 7 Cette organisation peut être observée également tant dans les villages des At Yemmel (ou les villag (...)

18Le jour de « l’enterrement de l’émigré » ou « timdelt n weghrib », c’est souvent la tajmâat familiale qui se charge de la gestion de l’inhumation7. Sa tâche consiste à assurer une bonne organisation, comme par exemple l’accueil des invités, l’achat du nécessaire pour le repas de deuil, la mobilisation des villageois pour creuser la tombe. Car cette forme d’organisation de l’événement des funérailles représente souvent pour eux une question d’honneur, d’où le souci de la réussir et de se donner la meilleure image possible. Ainsi, le président du comité de village et en même temps représentant du lignage des At Zayed, M. ancien émigré, témoigne de la manière avec laquelle son lignage avait assuré la veillée funèbre et l’enterrement de l’un de leurs rapatriés de Saint-Étienne en 2003 :

À l’été 2003, à l’occasion de la mort de Lounis., décédé à l’hôpital de Saint-Étienne, nous lui avons organisé la veillée funèbre d’une manière ordinaire. Il y a eu une forte présence des villageois et d’autres venus des villages différents. Cette veillée a eu l’air d’une fête, il y a eu ses deux fils et sa fille qui ont accompagné le cercueil du défunt. La famille des At Zayed avait assuré une bonne organisation pour son enterrement au cimetière du village. Ses fils, qui ne sont jamais venus au village de leur père, ont remis une somme d’argent, en guise de cotisations, pour la caisse familiale.

19Généralement, les émigrés ayant été enterrés au village de Tounef sont majoritairement des hommes de la première génération d’émigration en France. Ainsi, 7 sur 11 émigrés décédés et rapatriés, dans leur majorité de Saint-Étienne à Tounef, sont des hommes et 6 d’entre eux sont morts à l’âge de la retraite. Ces derniers sont partis en France à l’âge d’aptitude au travail ; ce qui explique en effet que beaucoup parmi leur génération les connaissaient. La même logique est valable lorsqu’il s’agit des femmes d’émigrés rapatriées. Le « retour éternel » de l’absent ne symbolise pas seulement un deuil réservé au mort provenant du pays de l’immigration, de Saint-Étienne notamment, mais il signifie aussi la reconnaissance et l’assurance sociale d’avoir accueilli l’un des siens sur son sol natal pour le rendre à la terre des aïeux. Le moment du recueillement et le dernier regard représentent un rituel que chaque villageois observe, au cimetière pour les hommes et à la maison pour les hommes et les femmes. En effet, porter le dernier regard tant à la maison qu’au cimetière sur le corps – ou plutôt le visage – du mort représente une façon de s’assurer de son retour éternel.

20« Envoyée », telle une lettre ou « chargée » tel un bagage (ceyâant-id ou defânt-id) selon l’expression kabyle, la dépouille de l’émigré fait l’objet d’une mort à part ; une mort entre deux demeures, une mort en voyage, en avion d’abord, puis en cortège de voitures dans un cercueil luxueux qui contraste avec la civière en planche et la procession piétonnière du village. Le cercueil représente en quelque sorte un fait « dramatique » de l’émigration, car il « rappelle » l’exil, voire même un sort, une fatalité et, d’une manière plus extrême, une « malédiction ». En un mot, une mort maléfique qui, bien qu’elle soit différente de toutes les autres, reste admise socialement et religieusement. En effet, le défunt est enterré tel qu’il est « envoyé », la dépouille de l’émigré ne quitte jamais son cercueil. Ce dernier offre un caractère particulier pour la procession funèbre car il s’avère plus lourd que la civière traditionnelle et usuelle sur laquelle la dépouille est seulement recouverte d’un linceul fin qui laisse transparaitre la silhouette du défunt. Ce transport en cercueil enlève aussi toute la partie et tout le moment rituel qui induit un contact physique avec le mort, notamment lors du rituel de la toilette. La dépouille de l’émigré mort en exil échappe complètement à ce rituel ainsi qu’à celui de la dernière visite. En effet, le mort, de même que l’enfant qui vient de naître ou la mariée, est soumis au rituel de « droit de vue » physique et biologique où l’on vient pour vraiment « voir » de ses propres yeux. Or, le cercueil moderne n’offre pas la possibilité de ce moment et de ce contact. De fait, le mort reste en quelque sorte absent et/ou virtuel. Lors du décès du premier émigré rapatrié, l’enterrement a été, selon la mémoire villageoise, marqué par une douleur et un émoi extrêmes. Car il fallait, pour la première fois, intégrer quelques modifications ou ajouts mineurs au rituel ordinaire de la mort. En effet, l’attente du cercueil qui va venir par air et/ou par route, le fait que la mort est là, sans le mort lui-même qui est encore en train d’arriver et enfin la procession funèbre qui rappelle davantage le cortège des mariages plutôt que celui d’un deuil, ont modifié sinon bousculé les représentations locales et traditionnelles à l’égard de la mort. Cette douleur exprimée socialement et sentimentalement, ne renvoie pas seulement aux circonstances de la mort de cet émigré, mais elle traduit surtout la difficulté à admettre un fait : celui de mourir ailleurs, en exil surtout.

Le cimetière (ou les cimetières) villageois et le » carré des émigrés »

  • 8 Certains villageois sont enterrés dans leur terre. Se constituent ainsi de petits cimetières famili (...)
  • 9 On cite pour exemples, une personne âgée de la famille Ilaâliwen enterrée dans sa terre ; Hadj Mhan (...)

21Au fil des années, le nombre de tombes d’émigrés dans les cimetières du village de Tounef n’a cessé d’augmenter. Il n’y a pas, à proprement parler, un endroit particulier pour l’enterrement de l’émigré décédé en exil ou au village. L’enterrement est une norme égalitaire régissant l’ensemble des villageois. En effet, à l’exception de deux émigré-e-s rapatrié-e-s, enterré-e-s dans les cimetières familiaux8 (celui de Lakhder des At Zayed rapatrié en 1968 et celle de Fatima des At Biâkoub rapatriée en 1973), les autres émigrés sont tous inhumés dans le cimetière du village, que cela soit dans l’ancien cimetière pour certains ou dans le nouveau pour d’autres. La répartition des tombes des émigrés rapatriés dans les cimetières à Tounef s’effectue généralement selon un critère chronologique. Ce village possède aujourd’hui trois cimetières publics et au moins trois cimetières familiaux. Ces derniers ont un caractère isolé et très réduit. Il s’agit parfois de quelques personnes, notamment âgées, souhaitant être enterrées sur leur propre terre9.

22Le plus ancien cimetière du village de Tounef, qui semble être le premier aussi, est plein depuis environ un siècle. Les tombes sont toutes anonymes, on n’y compte, de mémoire d’homme, aucune tombe d’émigré rapatrié. Le deuxième cimetière, situé à proximité du premier, est aujourd’hui presque rempli à son tour. Il compte quant à lui deux tombes d’émigrés rapatriés. Il s’agit, pour la première, de la tombe de la femme de Lounis de la famille des At Zayed, enterrée à l’été 1990 et, pour la deuxième, de la tombe de Saïd de la famille Illaâliwen enterré en 1993.

23Le troisième cimetière, appelé communément timeqbert tajdit (le nouveau cimetière), inauguré, il y a près de vingt ans, est celui qui abrite le plus de tombes d’émigrés rapatriés. Toutes ces tombes ont été creusées entre 2003 et 2012. Depuis près de 10 ans, 7 sépultures d’émigrés rapatriés ont été construites dans ce nouveau cimetière. Comme elles appartiennent toutes à des groupements de familles proches, elles ont formé « spontanément » un carré à part que les villageois appellent le « carré des émigrés ». Au total, l’ensemble des cimetières du village Tounef, tant publics que familiaux, comptent 11 tombes d’émigrés rapatriés. La répartition territoriale, familiale et par sexe de ces sépultures des émigrés rapatriés, peut être représentée comme indiqué dans les tableaux suivants :

24Répartition selon les cimetières

Lieux des tombes

Nombre

Cimetière villageois

9

Cimetières familiaux

2

Total

11

25Répartition selon les familles (lignages)

Familles

Nombre

At Zayed

8

At Biâkoub

1

At Waârab

1

Ilaâliwen

1

Total

11

26Répartition selon les sexes (hommes/femmes)

Sexes : Homme/Femmes

Nombre

Hommes

7

Femmes

4

Total

11

27Les chiffres ci-dessus sont représentatifs de la situation réelle quant au nombre de tombes d’émigrés qui se trouvent sur les terres du village. Ces tombes, qui sont construites tantôt différemment, tantôt d’une manière homogène, renvoient à l’identité de chacun de ces émigrés morts en exil et rapatriés dans leur village. Nous avons observé que la majorité de ces tombes qui se trouvent dans le cimetière public du village (9/11) appartiennent toutes ou presque au lignage des At Zayed (8/11).

Y a-t-il un caractère spécifique pour les sépultures d’émigrés rapatriés ?

28La dépouille de l’émigré rapatrié est enterrée dans son cercueil, celui dans lequel il a été rapatrié. Ce qui implique que la dimension de la tombe doit être, de toute évidence, plus grande que celle qui devait accueillir la dépouille d’un mort ordinaire. M., sexagénaire du village de Tounef explique cette différence en nous montrant au cimetière les dalles funéraires construites par les villageois :

Dans notre village, nous construisons deux types de dalles pour les tombes. Les dalles moyennes sont destinées aux morts ordinaires, ou des personnes décédées au village. Quant aux grandes dalles, c’est pour nos émigrés rapatriés ; car leurs tombes sont un peu plus grandes que les autres du fait qu’on les enterre avec le cercueil venant de France. Et la dimension du cercueil prend beaucoup d’espace dans la terre.

29La spécificité des sépultures d’émigrés rapatriés dans les cimetières du village de Tounef nous ramène à l’exemple de la première sépulture qu’ont connue les villageois : celle de Lakhder des At Zayed enterré dans la terre familiale. Cette première sépulture fut érigée avant toutes les autres venues progressivement se placer aux côtés de celle-ci. La tombe de Lakhder porte non seulement des particularités propres, mais témoigne également d’un renouveau par rapport à celles existantes en son temps, cela, pour en moins deux raisons principales.

30La première raison relève de ce que son enterrement a eu lieu dans la terre familiale. De ce fait, sa tombe augure de ce qui peut advenir avec le temps du cimetière de la famille. Celui-ci compte aujourd’hui quatre tombes (outre celle de Lakhder, se trouvent celles de son père, de la femme de son père et, plus récemment, celle de sa femme). La deuxième raison tient en effet à l’architecture de la sépulture, construite d’une manière ostentatoire, qui est unique dans le village aujourd’hui. Elle est faite en faïence et en marbre de couleur et surtout chargée d’ornements et de sculptures. Une « décoration » qui contraste aussi avec les autres tombes juste dotées de deux pierres aux extrémités. Sur celle de Lakhder, il y a même sa photo en couleur et en dessous, tout son état civil transcrit en français. Le caractère ostentatoire de cette tombe n’est pas seulement dû au fait migratoire de Lakhder, mais surtout à son origine sociale, car il appartient à l’une des familles les plus riches du village. Le père de Lakhder était le premier migrant de la famille et donc du village à s’être installé à Saint-Étienne. De ce fait, la sépulture de Lakhder s’articule autour des deux référents qui sont la terre et l’émigration. Par ailleurs, cette tombe est située à proximité d’un chemin principal menant au village. Elle est donc visible et bien exposée aux regards des passants. Cette tombe a connu au début des années 1970 une profanation ; les stèles ont été brisées et la tête sculptée en marbre arrachée. Récemment aussi, la photo d’une défunte émigrée décédée en août 2009 durant son séjour de vacances avec sa famille a été enlevée deux années après son enterrement (2010-2011). Bien qu’on ne puisse pas parler de ségrégation funéraire, il existe au sein du cimetière de Tounef un « carré des émigrés » qui s’est progressivement constitué au sein du cimetière. Toutes ces tombes d’émigrés rapatriés sont construites en marbres, toutes portent les états civils complets des défunt-e-s. Ce « carré d’émigrés » est davantage le fait de la tradition de regroupement des sépultures selon les lignages plutôt que d’une « acculturation » funéraire et tombale, comme peut le suggérer une observation rapide et non avertie. Une « ségrégation », on l’a dit, « involontaire » certes, mais qui n’empêche pas l’inconscient collectif villageois d’y voir une trahison du ciel ; une sorte d’hommage post mortem de l’absence à la mort.

Conclusion

31La mort de l’émigré a toujours suscité un événement social d’envergure chez les deux communautés familiales et villageoises de Tounef. Le rapatriement de la dépouille et son inhumation dans le cimetière public ou familial du village représentent un deuil particulier car la mort de l’émigré est souvent comparée, bien qu’il s’agisse de sexagénaires, à une mort précoce, l’émigré ayant moins vécu de la vie collective villageoise que les autres hommes de sa génération. Aussi, on médite et on exprime une certaine pitié envers l’homme qui meurt à l’étranger, loin des siens, une mort que l’on imagine nécessairement solitaire et inévitablement violente. Ainsi le dernier voyage de l’émigré, celui de sa dépouille, s’inscrit dans le paradigme d’Abdelmalek Sayad, concernant non seulement la question du provisoire, mais également celle de l’absence (Sayad, 1999, 2006). Le rapatriement de l’émigré marque en effet la fin de l’émigration, mais on peut également remarquer que la mémoire funéraire locale garde toujours le souvenir de cette mort rapatriée et exprime à travers elle le double échec de l’émigré. D’une part, il est celui qui a « raté » sa vie sociale en la menant loin de son groupe natal ; il est aussi, d’autre part, celui qui a « raté » sa mort en mourant loin de sa terre et de son village d’origine. La tombe de l’émigré demeure ainsi, peut-on dire, un lieu où se conserve et se perpétue le « stigmate » de l’émigré et de l’immigration.

Haut de page

Bibliographie

AGGOUN Atmane, 2006, Les musulmans face à la mort en France, Paris, Espace Éthique- Éditions Vuibert.

CHAIB Yassine, 2000, L’émigré et la mort, (Coll. Mémoire et culture), Aix-en-Provence, Edisud.

CHAIB Yassine, 2006, « Le rapatriement de la dépouille mortelle chez les immigrés maghrébins en France, » L’Autre, 7 (3), p. 399-411

EL ALAOUI Soraya, 2012, « L’espace funéraire de Bobigny : du cimetière aux carrés musulmans (1934-2006), Revue Européenne des Migrations Internationales, 28 (3), p. 27-49

GAUTHIER Catherine, 2013, D’ici et de là-bas : Timezrit/Saint-Étienne, mémoires de mineurs, Patrimoine du Bassin de La Loire/Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Éditeur.

GENEVOIS Henri, 1962, La Mort : Deuil, rites funèbres, F. D. B., n° 14, Fort- National,

KHELLIL Mohand, 1980, L’Exil kabyle : essai d’analyse du vécu des migrants, Paris, L’Harmattan.

KINZI Azzedine, 1998, tajmâat du village El Kelâa des At Yemmel : études des structures et des fonctions, Mémoire de Magister, Université de Tizi-Ouzou.

KINZI Azzedine, 2010, « La Mine de Timezrit 1902-1976 ; un siècle de l’histoire sociale de At Yemmel en Kabylie », Traces : désir de savoir et volonté d’être : l’après colonie au Maghreb, textes réunis par Fanny Colonna et Loïc Le Pape, Paris, Sindbad, p. 157-178

KINZI Azzedine, 2012, « Un lignage miné : un siècle d’émigration de Tounef (Kabylie) à Saint-Étienne (1902-2009) », L’Emigration algérienne en France : un cas exemplaire, Actes du colloque en hommage à Abdelmalek Sayad (1935-1998), Sous la direction de Kamel Chachoua, Travaux de CNRPAH, Nouvelle série n° 14, CNRPAH, p. 51-74

MICHEL Andrée, 1956, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS

NACIB Youcef, 1988, Chants religieux du Djurdjura, Paris, Sindbad

SARAIVA Clara et MAPRIL José, 2012, « Le lieu de la « bonne mort » pour les migrants guinéens et bangladais au Portugal », Revue Européenne des Migrations Internationales, 28 (3), p. 51-70 

SAYAD Abdelmalek, 1975, « » El Ghourba » : Le mécanisme de reproduction de l’émigration », Acte de la Recherche en Sciences Sociales n° 2, p. 50-60

SAYAD Abdelmalek, 1977, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », Acte de la Recherche en Sciences Sociales n° 30, p. 59-79

SAYAD Abdelmalek, 1985, « L’immigration algérienne en France ; une immigration « exemplaire » », Les Algériens en France : genèse et devenir d’une migration, sous-direction de Jacqueline Costa-Lascoux et Emile Temime, Préface Armand Fremont, Paris, Publisud, p 19-49

SAYAD Abdelmalek, 1994, « Aux origines de l’émigration kabyle ou montagnarde », Les Kabyles, de l’Algérie à la France, Hommes et Migrations, 1179, p. 6-11

SAYAD Abdelmalek, 1999, La Double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, préface de Pierre Bourdieu, Paris, Seuil.

SAYAD Abdelmalek, 2006, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité : 1- illusion du provisoire, Paris, Raisons d’agir éditions.

SERAPHIN Gilles, 2003 « Mourir à Douala », La violence et la mort : éclairage anthropologique sur les rites funéraires, Droz Yvan (dir.) Georg éditeur –M&H département livre, Genève-Paris, p. 82-99

SERVIER Jean, 1985, Traditions et civilisation berbère : les portes de l’année civilisation et tradition, Paris, Du Rocher.

SOARES Edio, 2003, « Mourir à Joinville », La violence et la mort : éclairage anthropologique sur les rites funéraires, Droz Yvan (dir.) Georg éditeur –M&H département livre, Genève-Paris, p. 136-152

VIROLLE Marie-France, 1980, Attitudes et pratiques face à la mort en Grande Kabylie, Thèse de 3ème cycle en sociologie du Maghreb et du Moyen-Orient contemporains, EHESS, Paris.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici de la mine de Timezrit (1902-1976) et la mine de Beni Himmel (190l-1928). À propos de ces deux mines voir Kinzi, 2010 : 157-178.

2 La tradition islamique veut que le mort, au moment de son enterrement, soit juste enveloppé d’un linceul blanc. Ainsi le mort « retourne » vers son créateur nu, comme à sa naissance et lors de sa venue au monde.

3 Saint-Etienne mon village https://www.dailymotion.com/video/xgoke3 [consulté le 12/11/2018]

4 Un autre café à Saint-Étienne est appelé (par dérision) ldjamâa n Sidi Aich (mosquée de Sidi Aich). La mosquée est envisagée ici non pas comme un lieu de culte, mais un espace public de rencontre et de réunion pour les hommes, comme dans plusieurs villages de Kabylie où la mosquée prend la fonction de la tajmâat en tant qu’espace public de rencontres, d’échanges et de socialisation. Toutefois, la modernisation de ces villages a engendré des transformations profondes dans l’organisation des espaces publics où le café a souvent remplacé la fonction de la tajmâat et de la mosquée.

5 Cela renvoie aux formes d’organisation publique du village d’origine. Chaque village en Kabylie est géré par une autorité morale, appelée communément la tajmâat (assemblée du village). Voir à ce sujet : Kinzi, 1998.

6 C’est le cas de Madjid K., immigré à Saint-Étienne au milieu des années 1950, en pleine guerre d’Algérie. Il est décédé en 1967 au village Tounef suite à une longue maladie (la tuberculose). Son médecin traitant à Saint-Étienne lui avait recommandé de rentrer au pays (au village) pour se reposer. Par ailleurs, de nombreux anciens émigrés du village Tounef sont décédés dans leur village durant les années 1950 et 1960, et ce, après leur retour de l’exil. Le village de Tounef n’avait enregistré aucune victime parmi ses hommes qui avaient été mobilisés par l’armée française pour combattre le nazisme pendant la Deuxième Guerre mondiale.

7 Cette organisation peut être observée également tant dans les villages des At Yemmel (ou les villages de la commune de Timezrit) que dans de nombreux villages de Kabylie. Par ailleurs, dans de nombreux villages de Kabylie qu’on a pu observer, la tajmâat du lignage (ou de la famille) est très active dans l’organisation des enterrements.

8 Certains villageois sont enterrés dans leur terre. Se constituent ainsi de petits cimetières familiaux, à l’exemple d’une famille du lignage des At Biâkoub et des At Zayed. Ces familles qui réservent une petite parcelle de leur terre pour enterrer leurs morts, qu’ils soient émigrés ou non, sont généralement celles disposant de plus de terres que d’autres villageois. Sociologiquement, c’est un indice de richesse et de prestige. Ainsi, Lakhder des At Zayed, qui avait inauguré le cimetière de sa famille fut rejoint plus tard par son père (1983), sa belle-mère (1989) et sa femme (2012). On compte ainsi quatre tombes dans ce petit cimetière familial. La tombe de Lakhder est par ailleurs distincte des autres, elle est centrale, majestueuse et surtout plus décorée.

9 On cite pour exemples, une personne âgée de la famille Ilaâliwen enterrée dans sa terre ; Hadj Mhand et sa fille (morte à un certain âge) ; Arezki des At Zayed ; Akli des At Biâkoub et Lâarbi des At Zayed et sa femme enterrés dans leur terre au village d’El Had. Parmi ces tombes, aucune ne concerne bien entendu celles des émigrés rapatriés. Cependant, la majorité d’entre eux étaient des anciens émigrés, décédés après leur retour au village.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azzedine Kinzi, « Le dernier voyage », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11870

Haut de page

Auteur

Azzedine Kinzi

Université de Tizi-Ouzou, Algérie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page