Navigation – Plan du site
II Situations d'absence au prisme des politiques d'État

Mort et migration

Négocier l’absence à l’épreuve de la mort
Valérie Cuzol
p. 115-130

Résumés

L’article s’intéresse aux trajectoires familiales migratoires rompues par l’émigration et propose d’interroger le coût de l’absence à travers les pratiques funéraires dans des familles immigrées d’origine maghrébine. Chargé d’intentionnalité, révélateur des attaches et des appartenances de l’individu, le choix du lieu de sépulture dit quelque chose de qui l’on est, ici, là-bas, et maintenant. Entre rupture et continuité, il tente de réparer les dommages de la migration à l’intérieur des collectifs d’appartenance, mais quel que soit le lieu d’inhumation choisi, il n’est jamais tout à fait satisfaisant. Absents aux uns, présents aux autres, où enterrer les morts ? Comment se négocie l’absence à l’épreuve d’un décès ?

Haut de page

Texte intégral

1Malgré un silence trop souvent convenu, la question de la mort est incontournable, inévitable, même si, en tant qu’expérience de la perte et de l’absence, elle est par essence non familière et difficile à accepter (Déchaux, 1997). Comme le rappelle Gaëlle Clavandier dans son introduction à la Sociologie de la mort, un décès n’est pas un évènement clos ; le défunt ne disparait pas complètement puisque le groupe lui survit et la mort devient l’affaire des vivants (Clavandier, 2009). Elle relève à la fois de l’intime et d’une conscience du collectif, en cela elle constitue un fait social, étudiépar de nombreux chercheurs en sciences sociales comme Philippe Ariès, Jean-Hugues Déchaux ou encore Louis-Vincent Thomas pour ne citer que quelques-uns parmi les plus connus.

2En contexte d’immigration, la mort pose la double question de l’inscription sociale du groupe minoritaire sur le territoire d’installation, et celle de la trace de son histoire migratoire pour les générations à venir. Chargé d’intentionnalité, pour le groupe et pour soi, le choix du lieu de sépulture devient un enjeu complexe, si bien que lorsqu’un décès survient, il constitue la première décision à prendre pour la famille parmi toutes les étapes de l’organisation des funérailles, et soulève a priori la question des appartenances territoriales. Dans une trajectoire migratoire rompue par l’émigration où enterrer le défunt ? Comment s’arbitrent les choix ?

  • 1 Cette contribution s’appuie sur une recherche en cours qui constitue l’objet de ma thèse de doctora (...)

3La contribution propose d’interroger le coût de l’absence dans des familles immigrées d’origine maghrébine au prisme des pratiques funéraires et des discours à travers un travail de recherche à Chalon-sur-Saône, une ville française d’environ 45000 habitants, située en Bourgogne-Franche-Comté. Elle s’appuie sur une étude en cours1 qui met en lumière les dommages de la migration dans les trajectoires familiales et le poids des « prérogatives » mortuaires des différents collectifs d’appartenance sur les choix funéraires. Ainsi, grâce à la problématique de la mort en immigration, c’est non seulement le rapport à l’espace et aux territoires absents qui sera questionné mais également le rapport au temps car les choix funéraires se construisent dans un temps long, celui de l’individu et de sa propre histoire, à l’intérieur d’un temps social.

4Dans un premier temps, quelques éléments de cadrage permettront de mettre en contexte les pratiques et les discours. Dans cette perspective, les premiers résultats de l’enquête documenteront les usages des immigrés chalonnais d’origine maghrébine face à un décès, tout en dressant un portrait du réseau d’intervenants locaux et transnationaux qui structurent les pratiques funéraires. Il convient de constater d’emblée qu’une grande majorité de personnes interrogées possède la double nationalité, une condition importante pour la mobilité des corps.

5Dans un second temps, nous tenterons de mettre en évidence que la mort en migration, et celle de l’immigré de confession musulmane en particulier, est un fait social qui charrie des enjeux sociopolitiques et identitaires importants. Le manque d’espaces confessionnels et la nécessité de garantir le respect des prescriptions religieuses sont souvent avancés pour justifier les choix d’inhumation au pays d’origine de la famille du défunt. Dès lors, entre réparations symboliques et résistances, la persistance des rapatriements post-mortem produit de l’impermanence dont il s’agira d’éclairer les enjeux mémoriels.

Les pratiques funéraires des immigrés d’origine maghrébine en question

Le contexte de l’immigration chalonnaise

6En Bourgogne, tout comme dans le reste de la France, le contexte économique favorable des « Trente Glorieuses » a conduit les entreprises à faire appel à l’immigration. Du fait du mouvement de déconcentration industrielle dans les années 1960 de nombreuses entreprises nouvelles s’y sont installées. De 1968 à 1974, 157 grands établissements de plus de 50 salariés se créent dans la région, principalement à Dijon et à Chalon-sur-Saône, où plusieurs entreprises de la région parisienne s’établissent. De 1968 aux années 1980, l’essor de l’immigration profite essentiellement à la ville, dont la population immigrée dépasse celles des villes du Creusot et de Montceau-les-Mines, plus anciennement industrialisées et où elle s’était auparavant concentrée.

  • 2 Etude réalisée par Pierre-Jacques Derainne « Histoire et mémoire des immigrations en Bourgogne au X (...)

7Le BTP et les secteurs industriels sont les principaux pourvoyeurs de main-d’œuvre étrangère, les Algériens se concentrent à Chalon-sur-Saône et travaillent pour beaucoup dans les Verreries Mécaniques de Bourgogne, les Tunisiens sont également très nombreux et dans une moindre mesure les Marocains2.

8À la fin des années 1950, la ville connait une crise du logement très importante qui débouche sur la construction de deux grands ensembles au nord de la ville : les Aubépins en 1954 et le Stade en 1964.

9L’histoire de la Cité du Stade est assimilée à l’histoire de l’immigration chalonnaise, incarnée par plus de trois générations d’immigrés et leurs descendants. Aujourd’hui rebaptisée Bernanos-Claudel-Pagnol dans le cadre d’une opération de réhabilitation, sur le papier uniquement car son ancienne dénomination perdure, cette cité HLM a permis de reloger les familles immigrées résidant dans l’habitat insalubre du centre-ville et le long du canal. Tout comme La Fontaine aux Loups et Clair Logis, ces cités témoignent des premières grandes transformations urbaines qui ont accompagné la construction politique et économique de la ville. L’ancrage des immigrés maghrébins au Stade est un marqueur important des parcours migratoires et l’identification au quartier est forte malgré le développement d’un processus de ségrégation sociale et la dégradation de la qualité de vie depuis les années 1980.

10Pourquoi insister sur la force de ce lieu si ce n’est pour mettre en avant les attaches et l’appartenance territoriale des familles immigrées chalonnaises. Plus qu’un mouvement dans l’espace, l’immigration est aussi une lente construction d’appartenances au territoire d’installation. Mais dans cet espace investi, il y a aussi un temps biographique et le choix du lieu de sépulture dit quelque chose de la personne interrogée, ici et maintenant. Ce n’est pas une décision anodine car elle engage les générations qui suivent en inscrivant l’individu dans la permanence à un lieu et à une filiation. Pour comprendre comment ce choix advient et comment il s’arbitre, il convient de s’intéresser aux parcours de vie des acteurs concernés et au coût de l’absence dans une trajectoire migratoire. C’est pourquoi, l’article s’appuie particulièrement sur l’enquête biographique menée auprès d’immigrés chalonnais maghrébins et d’enfants d’immigrés, et se réfère dans son approche aux travaux d’Emmanuelle Santelli. La sociologue s’est beaucoup intéressée aux parcours des descendants et à ce qu’elle nomme la temporalité intergénérationnelle qui permet de relier le passé des individus à leur présent et les effets de la dimension migratoire d’une génération à l’autre.

11Les récits de vie et les photographies dites « de famille » qui constituent le matériau font signe du côté des racines, des lignes de fractures personnelles et la difficulté à être au présent, enracinés et déracinés à la fois, pour les plus âgés. Les discours des plus jeunes insistent davantage sur l’ambivalence et la richesse de la double culture. Globalement, les propos mettent en lumière le sentiment d’être sans cesse disqualifié et de plus en plus stigmatisé en tant que musulman. Il ressort également que la question de la mort est discutée dans les espaces familiaux, que le rapatriement demeure la norme même pour les descendants malgré l’installation ancienne des familles et l’existence d’un carré confessionnel islamique dans le cimetière Nord de la ville.

Le rapatriement post-mortem : une pratique instituée et encadrée

12Dans ses travaux, Louis-Vincent Thomas a insisté sur l’opposition entre la « bonne mort » et la « mauvaise mort ». Celui qui meurt entouré par les siens sera assuré d’une survie sociale et spirituelle. Aussi, la mort en migration serait « une mauvaise mort » car elle rend impossible le retour de celui qui est parti et son introduction au rang d’ancêtre (Thomas, 1982).

  • 3 Selon Gaudart et Taussig, cité par Françoise Lestage (2012), 85 % des corps de musulmans de France (...)
  • 4 D’après La traduction des Significations du Résumé de Sahih Al-Boukhâri, Edition Essalam et Pratiqu (...)

13De fait le rapatriement des défunts constitue une constante en migration (Lestage, 2012). Dans le cas de l’immigration maghrébine, le « retour » post-mortem s’inscrit dans le projet migratoire, suppléant alors le retour illusoire, jamais réalisé du vivant (Chaïb, 2000). Ainsi, on serait tenté de penser que c’est la raison pour laquelle les transports de corps en direction des pays du Maghreb restent très élevé3, de plus en plus organisés par des assurances privées et tout un réseau d’acteurs consulaires. Pourtant déconseillé par les textes religieux4, le rapatriement demeure la règle, même pour les plus jeunes, comme on peut le constater à travers l’extrait d’entretien suivant :

Moi, personnellement j’aimerais bien être enterrée ici, ne serait-ce que pour que ma famille puisse me visiter, mes enfants… À la fois, c’est compliqué, parce qu’on dit : « Bon, on est d’origine marocaine, il faut être enterré au Maroc. La question ne se pose pas » (Rabia, 32 ans, mariée, mère de 2 enfants, secrétaire comptable, binationale, Franco-Marocaine)

14Concrètement, lorsqu’un décès survient, les familles sont confrontées à de nombreux choix dans un délai très court. En plus de faire face à la douleur, les endeuillés doivent convenir du lieu d’enterrement et de la tenue d’obsèques conforme aux référents culturels et religieux des collectifs auxquels appartient le défunt. Il leur faut composer avec le droit funéraire du pays d’accueil et/ou se confronter aux démarches administratives imposées par la législation internationale lorsque le transfert de la dépouille mortelle vers le pays d’origine est décidé.

  • 5 À Chalon-sur-Saône, on dénombre trois lieux de

15À Chalon-sur-Saône, deux sociétés de pompes funèbres non musulmanes, reconnues pour leur expérience des rapatriements, s’occupent des funérailles selon le rite islamique. Pour faire rapatrier les corps, les démarches administratives sont nombreuses et nécessitent une coordination efficace des différentes étapes afin de respecter des délais acceptables pour les familles endeuillées. Afin de faciliter la médiation dans l’exercice du culte funéraire musulman, les prestataires funéraires sont aidés dans leur travail d’accompagnement par des « référents », un pour chaque communauté nationale, rattaché à un lieu de culte5. Il devient l’interlocuteur incontournable des professionnels, des familles mais aussi des autorités municipales, préfectorales et consulaires. À ce titre, les imams sont régulièrement consultés pour l’organisation des rituels funéraires et la perte d’un proche devient aussi l’occasion de renouer avec la tradition confessionnelle pour des familles peu ou pas pratiquantes.

16D’après les professionnels et les personnes interrogées, lors d’un décès, on retrouve « une solidarité sans faille chez les Musulmans maghrébins que l’on ne voit pas ailleurs ». (Romane, responsable d’une agence funéraire). Une collecte est en principe lancée même lorsque les personnes décédées sont assurées par un contrat obsèques qui prévoit la prise en charge du rapatriement du corps, les frais de la toilette rituelle ainsi que le billet d’un ou plusieurs accompagnants.

  • 6 Marocains Résidents à l’Etranger. Cf. l’article de Malika Gouirir dans ce numéro.

17On peut constater à travers les entretiens que de nombreuses personnes souscrivent une assurance rapatriement familiale ou individuelle auprès des banques. Dans ce domaine, les banques marocaines sont particulièrement dynamiques, du fait de la politique volontariste du Royaume du Maroc vis-à-vis des Marocains vivant à l’étranger et le statut particulier qui leur est accordé, le MRE6. Elles proposent des contrats de prévoyance funéraire familiaux englobant les enfants, même majeurs. Ils sont souscrits par le chef de famille alors même que les descendants n’en sont pas forcément informés. Il convient de préciser que le code de la nationalité au Maroc permet aux enfants d’émigrés de prétendre à la nationalité, transmise par filiation par le père ou par la mère et accepte également la double nationalité.

  • 7 Avec l’article 92 de la Loi de finance 2017, le Fonds de solidarité pour la communauté algérienne d (...)

18En Algérie, le sujet des transferts des dépouilles mortelles des ressortissants établis à l’étranger est très sensible et récurrent. La récente mesure adoptée par les pouvoirs publics algériens, inscrite au titre de la loi de finance 2017, y répond en partie, sous certaines conditions7. Cela étant, les Algériens établis en France continuent de cotiser à une assurance personnelle auprès de l’Amicale des Algériens. Il existe également des caisses villageoises mises en place depuis le début de l’immigration auxquelles d’autres personnes adhèrent par solidarité, même si elles n’ont pas l’intention de se faire rapatrier.

19L’État tunisien, quant à lui, prend en charge le rapatriement de ses ressortissants depuis de nombreuses années, une façon d’encadrer les mouvements migratoires (Chaib, 2000). En favorisant les retours post-mortem, les États transforment les émigrés défunts en citoyens nationaux, en récupérant sur leur territoire des citoyens absents qui l’avaient quitté (Lestage, 2015). Pour l’État-nation, les migrants cessent d’être des « absents » pour devenir des acteurs du pays, ce qui les autorise à posséder des droits et des privilèges tels que la double nationalité et l’aide au retour des défunts. L’État d’origine rétablit les frontières symboliques de la nation avec le pays d’immigration et cette réappropriation est encore plus effective lorsqu’il intervient dans le pays d’accueil, via ses services consulaires pour imposer des opérateurs funéraires lors du décès de l’un de ses ressortissants établis à l’étranger. Sur le territoire d'enquête, le nombre d'interventions de pompes funèbres musulmanes extérieures est en augmentation d'après les témoignages.

20La dimension politique de l’encadrement des transferts de corps et la marchandisation croissante des assurances rapatriement fabriquent un ancrage au pays d’origine. Sur un territoire comme celui de Chalon-sur-Saône, le nombre restreint d’acteurs locaux en charge d’accompagner la mort des immigrés maghrébins (deux sociétés de pompes funèbres, trois référents chacun en lien étroit avec son consulat) semble structurer fortement les pratiques et conditionner en partie les choix funéraires.

Absents au cimetière

  • 8 L’insuffisance de carrés confessionnels n’est pas le seul obstacle à l’inhumation des musulmans sur (...)

21L’extrait d’entretien suivant montre que bien qu’il y ait un espace islamique dans la ville, le rapatriement est préférable pour beaucoup. Les personnes interrogées expriment certaines réticences vis-à-vis de l’inhumation au carré confessionnel en raison des conditions pour obtenir une concession8et leur coût car au Maghreb elles sont gratuites et à perpétuité.

C’est un problème qui me torture. On a un carré à Crissey, c’est le seul et en plus, il paraît que maintenant, si on n’habite pas à Crissey, on n’a pas le droit d’y aller. On a le cimetière chrétien d’un côté et le carré de l’autre, on a juste l’allée qui sépare. Là, par contre c’est vrai que c’est difficile. Mais bon, qui sait où il va mourir. Si ça se trouve, on va mourir au milieu de la mer. Moi, j’ai pris une assurance, ça veut dire, j’ai pris une assurance pour le transfert du corps. En principe, c’est contraire à l’Islam, parce que quand on meurt, normalement, on doit être enterré là où on meurt, parce que parfois le transfert du corps peut durer des jours et des jours. Là, ça va pas. A un moment donné, j’avais pas le choix. Depuis qu’ils ont ouvert ce carré, ça va quand-même mieux mais c’est pas suffisant quoi. C’est pas sûr. (Mansour, 68 ans, retraité, marié, 5 enfants, Algérien, aîné de fratrie)

22Dans certains propos, le choix du rapatriement se justifie par le sentiment de ne pas être accepté en France. Dans l’extrait qui suit, la jeune femme dénonce le mépris social dont elle se sent victime. L’expérience douloureuse de différentes formes de discrimination nourrit une crainte d’être rejetée, voire déniée jusque dans l’intégrité de sa sépulture.

Au final, quand on vit ici, on s’rend compte très vite qu’on n’est pas aimé, on n’est pas apprécié. On ne nous a jamais donné, enfin rarement donné la possibilité de montrer ce qu’on pouvait faire, ce qu’on était capable de faire, et puis j’me suis dit si on me traite comme ça vivante, on va me traiter pareil une fois morte. On va me mettre dans un petit carré musulman mal entretenu, peut-être avec des dégradations, ou alors y’aura pas d’entretien, enfin y’aura personne pour s’occuper de, enfin pour me respecter. (Jawida, 41 ans, remariée, 1 enfant, conceptrice de sites web en recherche d’emploi, binationale, Franco-Tunisienne)

23Lorsque l’inhumation à Chalon-sur-Saône est privilégiée, la décision s’arbitre par rapport à la norme religieuse en faisant le choix de l’espace islamique du cimetière Nord pour les personnes croyantes, ou très minoritairement, en dehors de cet espace pour marquer une distance vis-à-vis de la religion.

24Dans le cas des unions avec des Français ou bien des Français d’origine maghrébine différente, l’inhumation au carré musulman représente le meilleur compromis pour les familles respectives. Les deux cultes funéraires, chrétien et musulman, peuvent cohabiter durant les funérailles en « bricolant » une double cérémonie, selon le bon vouloir des interlocuteurs religieux auxquels les endeuillés font appel.

25La ville possède quatre cimetières : le cimetière Ouest, Le cimetière Est, le cimetière de Saint-Jean-des-Vignes et le cimetière Nord à Crissey. C’est dans ce dernier que la commune a aménagé le carré confessionnel islamique en 1995, le premier en Bourgogne. Au 31 mars 2017, 141 places sont déjà concédées sur une surface pouvant contenir 250 places au total.

26L’extrait suivant avec un retraité marocain, souvent sollicité pour les toilettes rituelles fait apparaître en filigrane que peu connaissent les rituels de la toilette mortuaire en contexte migratoire.

Je ne sais pas si vous savez mais il y a un carré musulman. Ceux qu’on enterre ici ce sont les petits enfants. Il y a beaucoup de vieux Algériens, des Harkis et des fils de Harkis. Il y a des Français convertis ou bien des époux de couples mixtes. Ceux qui dépassent 12 ans, on les envoie au Maroc. Au carré, il n’y a presque pas de Marocains. Quand on enterre ici, c’est que ce sont des morts qui sont interdits de sortie de territoire. Ce sont des morts qui ont une maladie contagieuse. Faut les enterrer vite fait et là, il y a même pas de toilette. On ne les touche pas.

Je m’occupe des toilettes depuis 2002. Avant, il y avait des gens pour le faire, malheureusement maintenant ils sont partis. Il fallait quelqu’un pour le faire. Il y a une façon de le faire, d’habiller, de mettre un tissu spécial. Il faut savoir couper le tissu... J’ai appris sur le tas. Celui qui m’a appris est mort, il y a un mois. (Abdallah, 67, retraité, père de 6 enfants, binational, Franco-Marocain, aîné de fratrie)

  • 9 Il est actuellement impossible d’établir un différentiel entre le nombre des inhumations dans l’esp (...)

27Les sépultures les plus anciennes datent de l’année de sa création. Plus on évolue entre les tombes selon les années d’inhumation, plus on note la diversité des origines des personnes, correspondant à l’évolution de l’origine des immigrés chalonnais, et parmi les sépultures récentes plusieurs tombes de personnes converties à l’islam. On note une augmentation du nombre des inhumations à Crissey, certainement corrélée au nombre croissant de décès dans la population concernée. Sans les chiffres des transports de corps vers le Maghreb9, il est difficile d’identifier une évolution dans un sens ou dans un autre, mais la prévalence des rapatriements est supposée à travers les différents témoignages.

28On retient principalement que près de la moitié des défunts inhumés au carré sont des enfants, soit environ 50 % des tombes du carré confessionnel musulman, une pratique encouragée par l’un des imams rencontrés : « Avant l’âge de raison, il est innocent, c’est un ange. Lorsque les parents perdent un enfant, c’est ici. » (Boukhari, imam, aumônier auprès des armées et des prisons).

29En dépit de l’existence ancienne de l’espace islamique de Crissey, l’endroit semble encore peu investi. Son tracé marque une frontière nette entre les deux mondes d’un même cimetière et dans le dédale des tombes, l’absence des morts de l’immigration fait écho au silence des « anges ».

  • 10 Sur les pratiques funéraires et le cimetière de Crissey, voir aussi Valérie Cuzol, (2017).

30On est saisi par une impression de vide, peut-être liée au dépouillement de certaines tombes, un dépouillement plus proche des prescriptions religieuses, également observé sur les sépultures les plus récentes par les professionnels, depuis l’année 201510.

Présents à la Terre d’Islam

  • 11 D’après « La traduction des Significations du Résumé » de Sahih Al-Boukhâri, Edition Essalam et Pra (...)

31La mort est un évènement majeur dans la foi islamique. La vie sur terre n’est qu’une étape durant laquelle le croyant se prépare à être présenté à Dieu. Chacun est rendu responsable de ses actes et la mort marque le retour à l’origine, la Terre-Mère étant la seule destination possible pour le défunt. On enterre le corps à même la terre, enroulé dans un linceul afin d’assurer une dégradation rapide du cadavre qui doit ensuite se mélanger à la terre originelle et « redevenir poussière11 ». L’Islam prescrit une attention particulière à la terre d’une sépulture, sans l’imposer, et accorde une valeur sacrée à tout élément contigu à la tombe et au corps. C’est la notion de « bon voisinage » essentielle pour les vivants comme pour les morts (Fortier, 2006).

32Les prescriptions religieuses pèsent fortement sur les conduites à tenir en cas de décès et le discours religieux est largement mobilisé dans les entretiens. Les personnes interrogées, indépendamment de leur âge, ont majoritairement l’intention de se faire rapatrier en terre musulmane, en adaptant leur choix à leur représentation d’une mort digne. La personne interrogée dans l’entretien suivant précise qu’en Algérie, on salue les morts à chaque fois que l’on pénètre dans un cimetière. À longueur de journée, « On écoute des récompenses. », si bien que le mort appartient à l’ensemble de la communauté et non seulement à la parentèle comme c’est le cas en France.

Où je serai enterré ? Alors là, j’ai tout prévu. Je suis assuré, tout, le transport. Je me ferai manger, par les insectes de là-bas, parce-que là-bas, on entend « Salam alikoum ». La raison valable pour un musulman, croyant pratiquant, c’est le Coran, qui dit qu’il vaut mieux être enterré chez soi, comme ça on entend les gens quand ils rentrent en visite au cimetière. Ils nous disent « Bonjour, Salam alikoum ». Ils nous saluent quoi. On écoute des récompenses. Ecoutez, il y a un verset coranique qui explique que l’on ne peut pas savoir d’avance. À la fin, il dit « On ne sait pas sur quelle terre on meurt ». Jusqu’à maintenant, on paie notre assurance qui transfert le corps. Par contre, quand on meurt à la Mecque, là, il n’y a pas de transfert. À la Mecque, il n’en est pas question. (Abdenour, 74 ans, retraité, marié, 10 enfants, Algérien, aîné de fratrie)

33La pratique instituée du rapatriement et l’univers de référence des rites funéraires musulmans semblent aller de soi. La jeune femme dont on peut lire le propos ci-dessous cotise à une assurance rapatriement comme d’autres de son âge.

Enquêtrice ‑ Est-ce que vous connaissez beaucoup de gens parmi vos amis, hommes ou femmes, issus de l’immigration maghrébine qui ont en projet de se faire inhumer ici ?

Naïma ‑ Non, il n’y en a aucun. J’en connais aucun.

Enquêtrice ‑ Il y a quand-même un « carré ». Les « anciens » se sont beaucoup investis pour qu’il y en ait un.

Naïma ‑ Je pense qu’il y a tout ça aussi, le fait qu’ici, ça soit, qu’il faille payer. En Algérie, ça se fait pas comme ça je crois. On ne paie pas, non.

Enquêtrice ‑ Vous croyez que le fait que cela soit payant joue un rôle dans le choix ?

Naïma  ‑ Je crois, ça joue un petit peu mais heu, non, ce qui joue beaucoup c’est, ah tu peux pas te faire enterrer en France quoi. Dans un pays judéo-chrétien quoi. Tu trahis, voilà quoi.

Enquêtrice ‑ Parce-ce que ce n’est pas une terre sacrée ?

Naïma ‑ Oui. Tu peux pas rester là, t’as tes ancêtres, t’as ta famille, voilà. Tu peux pas. Moi je le perçois comme ça quoi. Voilà. Tu vis ici, même si tu te maries avec les Français, tu meurs pas avec les Français, ta vraie vie c’est pas ça. Et il y a aussi cet aspect de la mort, c’est super important chez nous, enfin l’après-mort et c’est tout un rituel aussi les funérailles chez nous. Les femmes, elles peuvent pas assister aux funérailles. C’est super important pour l’Au-delà quoi, pour nous les musulmans. L’Au-delà c’est plus important que la vie là ici-bas. Et donc, il faut préparer ça comme il faut. Tu peux pas partir comme ça. (Silence) » (Naïma, 30 ans, célibataire, agent de sécurité ferroviaire, binationale, Franco-Algérienne, benjamine de la fratrie)

34Même si le registre religieux est fortement mobilisé pour justifier les choix funéraires, la vitalité de la pratique du rapatriement est contraire aux prescriptions des rites funéraires islamiques qui préconisent l’inhumation du corps dans les délais les plus brefs. Selon Atmane Aggoun (2006), la mort du musulman en France serait une mort interdite, bannie par l’inconscient collectif. D’après lui, quel que soit le choix fait par le musulman, il y a une double négociation du rite funéraire en situation d’immigration : il négocie avec l’Islam et la culture d’origine dans le cas du rapatriement et il négocie avec les lois françaises dans le cas d’une inhumation dans un carré confessionnel.

Négocier l’absence à l’épreuve de la mort

Un hiatus 

35Les rites funéraires et les modes de sépulture sont des composantes essentielles de la liberté religieuse. Ils sont protégés par l’article 9 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Afin de garantir l’égalité républicaine face à la mort des résidents musulmans, les politiques publiques tendent à respecter les conditions spécifiques qu’exige l’Islam pour ses sépultures, tout en conservant la neutralité des lieux inscrite dans le droit français. La loi française interdit la création de cimetières confessionnels, or, dans la pratique, il existe des regroupements de sépultures de différentes confessions dans de nombreux cimetières. De ce fait, la reconnaissance des morts musulmans devient un enjeu pour les territoires et pour les musulmans eux-mêmes. Les tombes islamiques montrent symboliquement aux visiteurs que d’autres partagent le même ancrage. Ces sépultures font présence au monde.

  • 12 Matériau statistique difficile à trouver. Compte-rendu de la mission parlementaire d’information su (...)
  • 13 Vade-mecum sur la Laïcité de l’Association des Maires de France, 2015, p. 19 (http://www.amf.asso.f (...)

36L’aménagement de ces « carrés confessionnels » est négocié avec les communes dont c’est la compétence. Néanmoins le nombre de regroupements musulmans est insuffisant et ils sont inégalement répartis sur le territoire12. En juin 2015, le groupe de travail sur la laïcité de l’Association des Maires de France a impulsé la rédaction d’un vade-mecum à l’usage des maires et des présidents d’intercommunalités, concernant les grands dossiers de gestion municipale concernés par la question de la laïcité. Le vade-mecum ne décline pourtant aucune orientation sur la question des lieux de prière et de sépulture, et reporte toute recommandation ou modification des textes13.

37La revendication de carrés confessionnels dans les cimetières communaux serait devenue un enjeu de l’intégration des musulmans en France. Revendiquée par ceux qui y sont nés l’inhumation dans le pays d’accueil signerait une intégration réussie, « une intégration par la mort » selon Aggoun. L’inhumation en France renforcerait l’enracinement en permettant de construire une mémoire de l’immigration (Aggoun, 2006).

  • 14 Observatoire régional de l’Intégration de la ville, les Cahiers de l’observatoire, 37, « Carrés Mus (...)

38Le carré matérialise également le rapprochement de l’espace des morts et celui des vivants. Il crée une sorte « de pays d’attachement » en assurant la rupture de la filiation avec le pays d’origine. La revendication citoyenne de pouvoir se faire inhumer dans sa commune, selon le rite funéraire musulman, exige de fait une réponse citoyenne (Chaïb, 2003)14.

  • 15 Rapport d’information fait au nom de la Commission des lois constitutionnelles, de législation, du (...)

39Le rapport de la mission d’information sur le bilan et les perspectives de la législation funéraire de 2006, relevait que l’absence de carrés confessionnels constituait la cause majeure de l’expatriation des corps des musulmans décédés dans notre pays15. Pour autant, l’insuffisance de carrés confessionnels suffit-elle seule à expliquer la vitalité des transferts des dépouilles mortelles dans le pays d’origine de la famille du défunt ?

40Les pratiques observées et les discours mettent au jour un hiatus dans la ville de Chalon-sur-Saône, dotée d’un espace islamique dans son cimetière communal depuis 1995. En dehors des enjeux sociopolitiques qui influencent les logiques d’action, il existe également des enjeux identitaires qu’il convient de saisir.

La mémoire, du côté des morts ou des vivants ?

41Savoir où inhumer la dépouille de l’être cher ou bien choisir le lieu de sa propre inhumation ? Dans un contexte migratoire, quel que soit le choix fait, il n’est jamais tout à fait satisfaisant. Le défunt est présent aux uns et absent aux autres.

42Les enjeux générationnels et mémoriels sont nombreux dans une trajectoire migratoire et l’on peut postuler que les choix funéraires cherchent à réconcilier, réparer et construire des ponts entre deux mondes, deux temps aussi. L’approche biographique utilisée dans ce travail permet de relier les parcours dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil. L’histoire de chacun a démarré ailleurs avant de se construire en France et la mémoire des origines rend compte de l’expérience singulière et collective de la rupture des liens de filiation et de la transmission mémorielle. Ces récits de filiation mettent en lumière le rapport problématique au passé qui n’est plus porteur de continuité dans le présent et dans l’avenir. Ils témoignent de l’attachement à la terre d’origine et à la famille, l’appartenance à un groupe de parenté large, à une filiation et la peur d’être oublié. Même si les racines se prolongent dans le pays d’immigration, la décision d’émigrer a rompu un continuum, une antériorité. Le lieu d’inhumation semble représenter un repère migratoire lié à un besoin d’ancrage et son choix s’avère souvent douloureux car il s’agit de ne gommer aucune de ses appartenances.

43Face à la difficulté du choix, certains trouvent des compromis. Dans l’exemple suivant, la personne interrogée recrée symboliquement le lien avec le pays d’origine en faisant réaliser la pierre tombale de sa mère en Algérie.

Moi j’ai trouvé mieux que d’aller enterrer ma mère en Algérie – parce qu’elle aurait aimé être enterrée en Algérie – mais j’ai trouvé mieux. C’est plus subtil. Comme nous sommes des êtres vivants sur une même terre, si on est musulman peu importe le lieu où on va décéder, on va retourner poussière. Si ma mère nous avait dit « Je veux être en Algérie, pas de problème, je l’aurais emmenée ou mon frère. Personne n’en a parlé, ils sont enterrés ici. Comment faire pour […émotion…] excusez-moi, ça m’est venu comme ça....

Pour que ma mère et mon frère retrouvent un peu de cette terre, de cette Algérie, j’ai fait faire une pierre tombale en Algérie. C’est du marbre que j’ai ramené, que j’ai posé sur la tombe de ma mère et de mon frère avec la date de naissance et la date de décès. En espérant que ce geste, symbolique, je vous le concède, mais c’était ma façon de dire : » Vous avez connu l’Algérie, je vous ramène sur votre tempe du marbre, c’est de la terre venue d’Algérie » (Kamel. 69 ans, retraité, marié, 4 enfants, binational, Franco-Algérien, aîné de fratrie).

44Dans le cas des couples mixtes, l’inhumation en France est le meilleur compromis comme on le découvre avec cet extrait :

Moi, je ne souhaite pas mettre dans la difficulté ma femme plus tard, ni mes enfants, et ma famille en Algérie. J’ai la chance que mes frères et sœurs ne sont pas chauvins. Mais je ne souhaite pas partir avec une difficulté que je laisse pour les deux. Je souhaite que je sois le plus fédérateur possible même après le départ. C’est ce que j’ai toujours défendu. Alors est-ce qu’il faut aller en Algérie ou ici ? Non, ça, moi je préfère rester ici auprès de mes enfants. Et puis ma mémoire, elle sera ce qu’elle sera, elle sera ce que les gens en feront. C’est ça qui compte. (Réda, 50 ans, remarié, 2 enfants, formateur, binational, Franco-Algérien, aîné de la fratrie)

45Dans les deux derniers témoignages, la référence aux grands-parents et aux parents « sous terre là-bas » traduit un besoin d’ancrage personnel au lieu où sont inhumés les ascendants. Le lieu de sépulture est avant tout porteur d’une symbolique fédérative (Déchaux, 1997). Le culte des morts resserre les liens familiaux, donne à voir une permanence et une appartenance à une communauté familiale qui se perpétue dans l’attachement des descendants pour « le pays de leur grand-père ».

Ma famille, mes grands-parents, mes parents sont sous terre là-bas. On n’oublie jamais les racines. Moi, je n’oublie pas. Je sais que quand je parle avec mes enfants, ils tiennent aussi au Maroc. C’est bizarre. Pourtant les gamins sont nés ici. C’est le pays de leur grand-père. On a quand-même quelque chose, on a deux pays. On est marocain et français. (Abdallah, 67 ans, père de 6 enfants, retraité, binational, Franco-Marocain, aîné de fratrie)

46De même, ce jeune homme s’exprime à propos du rapatriement et de l’inhumation de son grand-père en Algérie durant l’été 2016.

Voilà, il a été enterré là-bas. Ça a donné l’occasion, l’opportunité à mes oncles de retourner là-bas, notamment Djelloul. Ça faisait peut-être plus de trente ans qu’il n’était pas parti. Mon oncle Wali, pareil, trente ans, facile. Mon oncle Abdel, il a fait l’effort, il y a quelques années, d’y retourner. Une année après, y a mon oncle Yassine qui est retourné. Lui aussi, ça faisait plus de trente ans. Ils sont tous repartis, mine de rien parce qu’il est enterré là-bas. Ça n’aurait pas été pareil si ça avait été à Crissey. Et tout le monde a été unanime pour dire « ben ouais, on retrouve son identité, on retrouve les étés passés là-bas. On retrouve les cousins ». Et heu, je pense qu’il y a, comment dire, quand on repart en Algérie on retrouve un espace affectif qui nous ressemble, qui nous correspond, et qu’on ne trouve pas forcément ici. Et parfois on se protège de cet espace alors que moi je pense que c’est une profonde constituante de notre personnalité. Et du coup, ben la mort dans toute sa tristesse, ça a donné l’occasion à mes oncles d’y retourner quoi. […] J’ai envie de dire que c’est un bon rappel de savoir d’où on vient. Je pense que ça peut être intéressant pour moi, si j’ai des descendants, de me faire enterrer là-bas parce-que au moins, ça pourra, à un moment donné, les contraindre d’y aller quoi, tout simplement. (Majid, 29 ans, professeur de musique, binational, Franco-Algérien, benjamin de la fratrie)

47La migration endommage la mémoire familiale même si elle permet d’enrichir les parcours par des appartenances plurielles aux territoires vécus. Malgré le maintien de liens avec le pays d’origine et des circulations, le choix du lieu de sépulture impose le choix d’un ancrage c’est-à-dire la permanence à un lieu et à une lignée ascendante ou descendante. Cela revient-il pour autant à privilégier le choix de l’origine ? Les individus ne veulent ni ne peuvent gommer une partie de leur identité ni négliger l’existence d’une filiation descendante. C’est davantage en direction de ceux qui suivent que les choix semblent s’arbitrer même lorsqu’ils traduisent la volonté d’inscrire l’histoire familiale du côté des morts et des ancêtres. Il s’agit sans doute de préserver une composante de l’identité du groupe, souvent maintenue discrète en contexte migratoire, réactivée lors d’évènements fondateurs et fédérateurs comme les décès et les funérailles.

Conclusion

48Dans une trajectoire familiale migratoire, où enterrer les morts ? Manifestement le lieu de sépulture porte en lui une étonnante contradiction.Il est à la fois un lieu d’ancrage dans le désordre de la migration mais également un lieu pour dire qui l’on est, être ici avec un ailleurs possible pour l’éternité. La mort de l’immigré pose une double question, celle du rapport à l’espace, aux territoires vécus et aux territoires absents, et celle du rapport au temps et à la mémoire. Dans le processus de décision du lieu d’inhumation l’intime côtoie le collectif car au-delà des réparations symboliques à l’intérieur des espaces familiaux, le lieu d’enterrement semble s’arbitrer au prisme de l’expérience sociale de l’immigré, ou de l’enfant d’immigré, de ses liens réels avec le pays d’origine et de sa religiosité. Entre ruptures et continuités, les choix cherchent à effacer les dommages de la migration, à rassembler les appartenances multiples, à panser des identités blessées.

49Dès lors, en tentant de maintenir des filiations, la vitalité des rapatriements post-mortem produit des ruptures, de l’impermanence. Elle soulève des enjeux mémoriels et identitaires considérables et constitue un vide pour le présent. Comment les jeunes générations vont-elles prendre leur part de l’héritage d’une mémoire locale, tantôt empêchée par l’invisibilité des générations précédentes, tantôt oubliée par l’absence de trace de leurs parcours migratoires ? À moins que cet héritage ne se manifeste par une autre façon d’être présent au monde qui dépasserait les tensions entre l’ici et l’ailleurs. Dans un contexte de mobilité transnationale, la réactivation de l’inscription du groupe aux territoires absents signifie-t-elle qu’une (re)territorialisation des identités est à l’œuvre ? Ou bien, plus simplement, est-elle le signe d’une actualisation des références identitaires dans le temps long de l’histoire migratoire.

Haut de page

Bibliographie

AGGOUN Atmane, 2006, Les musulmans face à la mort en France, Paris, Vuibert. CLAVANDIER Gaëlle, 2009, Sociologie de la mort. Vivre et mourir dans la société contemporaine, Armand Colin.

CHAIB Yassine, 2000, L’émigré et la mort, Aix-en-Provence, Edisud.

CUZOL Valérie, 2017 « Les pratiques funéraires dans les familles immigrées d’origine maghrébine en question », Diasporas, 30, p. 109-123.

DECHAUX Jean-Hugues, 1997, Le souvenir des morts. Essai sur le lien de filiation, Paris, Presses Universitaires de France.

FORTIER Corinne, 2006 « La mort vivante ou le corps intercesseur (société maure-islam malékite) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 113-114, p. 229-245.

FRIGOLI Gilles, GRUSSEN Estelle, 2008 « Les cadres de l’action municipale face aux lieux de culte musulman », Revista Universitaria de Sociologia, 2, p. 68-80.

LESTAGE Françoise, 2015, « Des frontières démultipliées ou consolidées ? Transferts des migrants défunts et réappropriations post-mortem au Mexique », Carine Chavarochette, Magali Demanget et Olivier Givre. Faire Frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques, Karthala.

LESTAGE Françoise, 2012, « Éditorial : La mort en migration », Revue européenne des migrations internationales, 2012/3 vol. 28.

PETIT Agathe, 2006, « Culte musulman, modalités et espaces d’inhumation : les difficultés posées par la mort et l’inhumation en terre d’immigration », in Franck Frégosi, L’exercice du culte musulman en France. Lieux de prière et d’inhumation, La Documentation française.

SANTELLI Emmanuelle, 2014, Prendre place, entre ressources inégales et mobilités. Réflexions méthodologiques sur les parcours des descendants d’immigrés, Habilitation à diriger les recherches, sous la responsabilité de Claire Bidart, 7 février 2014, Aix-Marseille Université.

THOMAS Louis-Vincent, 1982, La mort africaine. Idéologie funéraire en Afrique noire, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur une recherche en cours qui constitue l’objet de ma thèse de doctorat en Sociologie démarrée en 2015. Sur le plan méthodologique, elle poursuit une première étude réalisée en 2013 sur la mémoire immigrée à Chalon-sur-Saône et combine enquête documentaire, observations, entretiens avec des acteurs institutionnels, professionnels et religieux et des entretiens biographiques avec 30 personnes. La démarche privilégie plusieurs rencontres avec les acteurs dans des contextes différents et l’approfondissement des trajectoires familiales auprès de plusieurs membres d’une même famille.

2 Etude réalisée par Pierre-Jacques Derainne « Histoire et mémoire des immigrations en Bourgogne au XIXe et XXe » commanditée par l’ACSE Bourgogne, Dijon 2008.

3 Selon Gaudart et Taussig, cité par Françoise Lestage (2012), 85 % des corps de musulmans de France ont été rapatriés en 2007, alors que 95 % l’étaient en 1997. L’étude s’appuie aussi sur le chiffre affiché par le site Elamen, Institut Funéraire Omniculte et Pompes Funèbres Musulmanes. Sur l'arrondissement de Chalon-sur-Saône on dénombre en moyenne 80 % de transports de corps en direction du Maghreb sur les dix dernières années.

4 D’après La traduction des Significations du Résumé de Sahih Al-Boukhâri, Edition Essalam et Pratiques Funéraires par le Shaykh Al-Albani, Edition Almadina.

5 À Chalon-sur-Saône, on dénombre trois lieux de

6 Marocains Résidents à l’Etranger. Cf. l’article de Malika Gouirir dans ce numéro.

7 Avec l’article 92 de la Loi de finance 2017, le Fonds de solidarité pour la communauté algérienne devient le Fonds de solidarité pour les ressortissants algériens nécessiteux décédés à l’étranger. Ce Fonds est désormais alimenté par une partie des recettes issues de la délivrance d’actes consulaires et de visa. Pour les membres qui n’entrent pas dans la catégorie des nécessiteux, il est possible de souscrire à une assurance obsèques auprès de la Société Algérienne des Assurances (SAA) ou de la Société Française d’Assurance (SAP de Niort).

8 L’insuffisance de carrés confessionnels n’est pas le seul obstacle à l’inhumation des musulmans sur le territoire français. L’article L.2223-3 du Code Général des Collectivités Territoriales énonce les trois catégories de personnes ayant droit à une sépulture dans le cimetière communal : en l’occurrence les personnes décédées sur la commune, ou bien domiciliées sur la commune, ou encore non domiciliées mais ayant une concession familiale sur la commune. Le maire peut légitimement refuser une demande si l’attache avec la commune n’est pas prouvée.

9 Il est actuellement impossible d’établir un différentiel entre le nombre des inhumations dans l’espace islamique depuis sa création et le nombre de transport de corps au Maghreb. Cette dernière information est difficile à obtenir malgré plusieurs courriers à l'état-civil funéraire de la ville. Mais les documents préfectoraux sur l'arrondissement valide le nombre important des rapatriements.

10 Sur les pratiques funéraires et le cimetière de Crissey, voir aussi Valérie Cuzol, (2017).

11 D’après « La traduction des Significations du Résumé » de Sahih Al-Boukhâri, Edition Essalam et Pratiques Funéraires par le Shaykh Al-Albani, Edition Almadina

12 Matériau statistique difficile à trouver. Compte-rendu de la mission parlementaire d’information sur les immigrés âgés, 28 mars 2013. Louis-Xavier Thérode, chef du bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur avait fait procéder à un recensement des « carrés musulmans » auprès des préfectures en 2010. On dénombrait 200 carrés confessionnels musulmans dans l’ensemble des cimetières français. Actualisé en 2015, les statistiques font état de 449 regroupements musulmans.

13 Vade-mecum sur la Laïcité de l’Association des Maires de France, 2015, p. 19 (http://www.amf.asso.fr/upload/fichiers/documents/AMF_14082_VADE_MECUM.pdf).

14 Observatoire régional de l’Intégration de la ville, les Cahiers de l’observatoire, 37, « Carrés Musulmans : l’ultime geste d’intégration ». Actes de la matinée d’échanges du 18 janvier 2003, Mulhouse.

15 Rapport d’information fait au nom de la Commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d’administration générale, 2006, 372.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Cuzol, « Mort et migration », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/11949

Haut de page

Auteur

Valérie Cuzol

Université Louis Lumière, Centre Max Weber, Lyon, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page