Navigation – Plan du site
III L'absence comme ressources dans l'actions à distance

Retour de l’absent

Les Tunisiens d’Europe face à la transition politique
Return of the absent. Tunisians in Europe facing political transition
Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold
p. 191-210

Résumés

Cette contribution étudie l’impact des mouvements de révolte populaires en Afrique du Nord, en 2011, sur les diasporas arabes. Il se concentre sur le cas de la diaspora tunisienne en France, Allemagne et Italie – les trois États européens dans lesquels elle est la plus fortement représentée en Europe. Est étudiée la manière dont les absents tunisiens de ces trois pays ont perçu les soulèvements populaires et le changement de régime dans leur pays d’origine. Elle vise également à explorer la façon dont ils y ont réagi et ont communiqué à ce sujet, et à étudier l’impact de cette communication au sein des réseaux et associations de Tunisiens de l’étranger. Cette contribution s’appuie sur des travaux de recherche antérieurs sur les diasporas, mais a aussi une dimension empirique, constituée d’entretiens semi-directifs avec des représentants de la diaspora tunisienne des trois pays étudiés, menés au printemps et en été 2014, au moment de l’adoption de la nouvelle Constitution et peu avant l’élection du nouveau parlement tunisien en octobre.

Haut de page

Texte intégral

  • Article traduit de l’anglais par Aline Wieders-Lohéac.
  • 1 Entretien semi-directif avec Mohamed Bhar, président de la Fédération des Tunisiens Citoyens des de (...)

« On est concernés par tout ce qui se passe là-bas. »1

  • 2 Entretien semi-directif avec Youness Rhouma, coordinateur du Comitato Immigrati Tunisini in Italia, (...)

« Avec 2011, j’ai changé. »2

Introduction

1Les mouvements de révolte populaires en Afrique du Nord, que l’on a qualifiés avec optimisme de « Printemps arabe », ont estompé la frontière habituelle entre présents et absents : grâce aux nouvelles technologies de communication, les émigrés, vivant parfois de longues dates à l’étranger, ont non seulement pu suivre en temps réel les événements qui se déroulaient dans leur pays d’origine, mais aussi y participer, de manière virtuelle ou en choisissant d’y retourner, ne serait-ce que pour un temps. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les gouvernements et les communautés d’expatriés d’Égypte et de Tunisie commencèrent à passer « d’une position de suspicion mutuelle à une position de coopération mutuelle à travers un processus politique inclusif » (OIM, 2013). Si cette hypothèse se confirmait, cela impliquerait un changement de paradigme du rôle politique et social des migrants : plutôt que d’être prisonnier d’une situation de double absence (Sayad, 1999), le citoyen absent deviendrait un agent (de développement) à distance. Dans ce contexte, l’aspect économique du rôle des diasporas est largement discuté depuis une dizaine d’années, du moins dans les débats internationaux sur la migration et le développement. Or, à ce point de l’histoire, il est également nécessaire d’étudier les transferts sociaux et politiques des expatriés, ainsi que leur potentiel. Dans l’article qui suit, nous nous limitons à explorer l’impact des événements de 2011 sur les diasporas arabes. Comment et pour quelles raisons les absents ont-ils choisi de manifester leur présence dans le contexte de transition ? Quels critères ont été déterminants (pays d’accueil, temps passé à l’étranger, raisons du départ) ? Et comment s’est articulée la relation entre absence géographique et présence participative ?

2Notre contribution aborde ces questions à travers le cas de la diaspora tunisienne d’Europe. Celle-ci a été choisie à la fois pour son haut degré d’intégration nationale (absence de divisions tribales), le bon niveau d’éducation de sa population, l’organisation de sa société civile ainsi que l’existence d’une politique d’émigration et de diaspora que le régime évincé de Ben Ali avait institutionnalisée (Jaulin, 2012). Dans une logique comparative, l’étude porte sur trois pays d’accueil aux traditions d’immigration et d’intégration différentes : la France, l’Allemagne et l’Italie, soit les trois États européens dans lesquels la diaspora tunisienne est la plus fortement représentée. Notre contribution se donne pour objectif d’étudier la manière dont les absents tunisiens de ces trois pays ont perçu les soulèvements populaires et le changement de régime dans leur pays d’origine. Elle vise également à explorer la façon dont ils y ont réagi et ont communiqué à ce sujet, et à étudier l’impact de cette communication au sein des réseaux et associations de Tunisiens de l’étranger. D’un point de vue méthodologique, cette contribution s’appuie à la fois sur des travaux de recherche antérieurs sur les diasporas, sur des données statistiques, notamment de l’OIM, et sur une analyse de la presse. Elle dispose également d’une dimension empirique, constituée d’entretiens semi-directifs avec des représentants de la diaspora tunisienne des trois pays étudiés, menés au printemps et en été 2014, au moment de l’adoption de la nouvelle Constitution et peu avant l’élection du nouveau parlement tunisien en octobre.

Des Tunisiens de l’étranger aux profils très divers

  • 3 La migration du et vers le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord n’est pas un phénomène moderne.

3Depuis la deuxième moitié du xxe siècle, la région MENA (Middle East and North Africa) a connu une émigration massive3. À l’exception notable des pays producteurs de pétrole comme la Libye et les membres du Conseil de coopération du Golfe persique, entre 5 % et 20 % des nationaux des pays arabes vivent à l’étranger. En général, les flux de migrants du Machrek sont majoritairement à destination des États du Golfe, et dans une moindre mesure des Amériques, tandis que les flux du Maghreb se concentrent sur l’Europe. Dresser un panorama fiable de la diaspora arabe n’est pas une tâche aisée, car les différents pays d’origine et d’accueil utilisent dans leurs statistiques officielles différentes définitions et catégories de groupes – si toutefois ils en ont. La difficulté la plus évidente est liée au fait que seuls les migrants en règle sont enregistrés, tandis que les illégaux ne peuvent qu’être estimés.

4Non seulement les informations à ce sujet sont insuffisantes, mais elles manquent aussi de consistance pour des raisons d’ordre conceptuel. En témoigne le concept de diaspora, au cœur de cette étude, contesté sur le plan scientifique (Vertovec, 2005). Celui-ci est couramment utilisé dans les milieux politiques pour décrire les communautés expatriées et les groupes d’immigrants, ainsi que leurs descendants vivant hors de leur pays d’origine. La critique selon laquelle ce terme se réfère à « différents types de groupes d’immigrants aux propriétés très différentes » (Ragab, 2013 : 5) est tout à fait légitime. Les immigrants peuvent certes être originaires d’une même région, nation ou avoir la même origine ethnique, et dans ce sens appartenir à la diaspora africaine, algérienne ou arabe, mais ils ne forment pas une communauté homogène. Selon l’histoire migratoire du pays d’accueil et les opportunités qu’il offre à ses immigrés, les caractéristiques politiques et sociodémographiques de ces derniers peuvent varier considérablement. Afin de mieux rendre compte de cette diversité, il nous semble donc préférable de parler des « diasporas tunisiennes » au pluriel.

  • 4 Voir la loi n° 63-6 de 1956, article 30 du Code de la nationalité tunisienne.
  • 5 La catégorie « Tunisien vivant à l’étranger » est définie de la façon suivante : tout Tunisien ayan (...)

5Le statut légal des membres des diasporas est très varié. En tant qu’immigrants, ils peuvent garder leur nationalité d’origine, être naturalisés dans leur pays d’accueil ou être citoyens de l’un et de l’autre pays. Dans le cas de la Tunisie, toute personne née de parents tunisiens acquiert automatiquement le droit inaliénable à la citoyenneté tunisienne. Par conséquent, un membre de la deuxième ou troisième génération ayant la nationalité d’un autre État est toujours officiellement considéré comme « tunisien »4. Ainsi, les migrants d’origine tunisienne disposent souvent d’une double nationalité. Les statistiques de l’Office des Tunisiens à l’Étranger (OTE) indiquent un nombre plus élevé de Tunisiens à l’étranger5 que les statistiques publiées par les pays d’accueil, car celles-ci n’incluent pas les immigrants naturalisés (Katterbach, 2010 : 8). D’après les données les plus récentes du recensement tunisien, qui date de 2014 et sert de référence au rapport sur la Tunisie de 2016 du Centre de politique migratoire (MPC 2016), le nombre de Tunisiens vivant à l’étranger s’élève à 1,2 million de personnes. Quant à la répartition géographique des 543 000 migrants d’origine tunisienne, elle suit la tendance des générations précédentes : 81 % d’entre eux (442 000) résident en Europe, la France étant leur destination principale (48 %), suivie de l’Italie (19 %) et de l’Allemagne (5 %).

6Pour mieux saisir les motifs des diasporas tunisiennes contemporaines ainsi que leur diversité, il n’est pas inutile de rappeler la manière dont s’est déroulée la migration tunisienne. Son histoire se divise en cinq phases (ICMPD-IOM, 2010 : Tunisia 3) :

71956-1962 Départ spontané de migrants peu qualifiés, avec la France pour destination principale.

81963-1974 Régulation de la migration vers l’Europe de travailleurs peu qualifiés dans le cadre d’accords bilatéraux sur la migration temporaire en France (1963), Allemagne (1965), Belgique (1969), aux Pays-Bas et en Hongrie.

91974-1983 Regroupement familial dans les pays de destination européens, en particulier en France et en Allemagne.

  • 6 Le taux de chômage des travailleurs hautement qualifiés est passé de 8,6 % en 1999 à 22,9 % en 2010 (...)

101983-2011 Redirection géographique des flux migratoires tunisiens. Dans la région arabe, ils se déplacent de Libye, leur destination antérieure, vers les États du Golfe. En Europe, ils se dirigent vers de nouveaux pays d’accueil, notamment l’Italie, l’Espagne et la Grèce. En termes sociodémographiques, le nombre de migrants qualifiés ou hautement qualifiés augmente, surtout dans les années 1990, alors que l’expansion du système éducatif tunisien n’était pas en phase avec les besoins du marché du travail6.

11depuis 2011 Augmentation dramatique de l’immigration clandestine venue de Tunisie. Certaines études relativisent cependant ce constat, signalant qu’il s’agit moins d’une augmentation que d’un changement de trajectoire des flux migratoires antérieurs (Fargues and Fandrich, 2012 : 4). Le nombre de migrants autorisés a presque doublé par rapport à la moyenne annuelle entre 2005 et 2010 et augmenté de 26 085 à 50 391 en 2011-2012.

12Dans la mesure où il n’existe pas de données sociodémographiques comparables ou accessibles sur le sujet, il n’est pas aisé de définir le profil des diasporas tunisiennes issues de ces cinq vagues d’immigration. Selon une étude conduite en 2011 par l’OIM en Tunisie à partir de données collectées en France, Allemagne et Italie, les emplois les plus courants seraient artisan (26 %), vendeur et personnel de service (18 %). Une large majorité des Tunisiens en Europe travaillerait dans le secteur tertiaire (62,3 %), un peu moins d’un tiers dans le secteur industriel (32,1 %) et seulement 5,1 % dans le secteur agricole (Ragab, 2013 : 10). Selon les données concernant les expatriés tunisiens dans les pays de l’OCDE datant de 2009, 50,5 % d’entre eux auraient un faible niveau d’éducation et travailleraient comme opérateurs de machine (22 %) ou seraient employés dans le domaine artisanal ou commercial (17,5 %), ainsi que dans les services (12,7 %). Avec l’arrivée en Europe de travailleurs hautement qualifiés dans les années 1990, l’image est aujourd’hui plus différenciée. De plus, les migrants qui arrivent à un moment précis n’ont pas le même profil que les migrants installés. Ainsi, durant l’année exceptionnelle 2011/2012, les hommes représentaient 83 % des nouveaux venus (Ragab 2013 : 9), tandis que depuis les années 1980, les femmes forment un peu plus d’un tiers des diasporas tunisiennes en Europe. Le niveau d’éducation étant, en lien avec le travail, un motif d’émigration de plus en plus important, la répartition des genres devrait être plus équilibrée à l’avenir. Désormais, les étudiants représentent pratiquement 10 % des migrants tunisiens vers l’Europe.

13Pour terminer, le profil sociodémographique des diasporas tunisiennes varie d’un pays de destination à l’autre. L’histoire migratoire de chacun d’entre eux a en effet un impact déterminant sur les schémas d’engagement politique et social des migrants. Alors que la France a une longue tradition de migration familiale vis-à-vis des migrants tunisiens et a accueilli plus d’un millier de réfugiés politiques fuyant la Tunisie, l’Italie est surtout un pays de destination pour les travailleurs, très fortement représentés dans la diaspora tunisienne du pays.

Un contexte politique et institutionnel favorable aux citoyens absents

14Comme bien des pays arabes ayant de nombreux ressortissants à l’étranger, la Tunisie mit très tôt en place des politiques visant à maintenir les liens avec ses citoyens absents du territoire national. Dès les années 1960, elle établit un réseau consulaire particulièrement extensif et soutient la création en France d’Amicales des travailleurs tunisiens – des associations que le Parti socialiste destourien (PSD), le parti au pouvoir, utilise pour surveiller les activités politiques des travailleurs tunisiens (Brand, 2006 : 92-132). L’arrivée au pouvoir de Zine al-Abidine Ben Ali en 1987 s’accompagne d’une institutionnalisation totale des politiques de diaspora, dont est chargé le ministère des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger (MASSTE). En 1988 est créé en son sein l’Office des Tunisiens à l’étranger, avec pour fonction de coordonner les différents programmes destinés aux diasporas (Schmelz, 2010 : 23), notamment les activités des attachés sociaux dans les ambassades et consulats tunisiens.

  • 7 Selon les données de l’OCDE, les envois de fonds s’élevaient en 2008 à 5 % du PIB tunisien. Étant d (...)

15Dans le dernier programme présidentiel de Ben Ali (2009-2014), les diasporas sont définies comme des pôles de développement (ICMPD-IOM 2010 : Tunisia 9), dont l’objectif principal est d’assurer des transferts financiers7. Au cours des vingt-trois années de pouvoir de Ben Ali, les Tunisiens de l’étranger avaient officiellement le droit de vote aux élections présidentielles. Cependant, tout engagement politique devant passer par le parti central, la diaspora n’avait pas voix au chapitre, tel que l’implique un processus d’inclusion politique. L’ensemble des associations tunisiennes en France devaient être membres d’un conseil lui-même sous contrôle du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti de Ben Ali. Dans ce contexte, les mouvements syndicaux et les protestations sociales, ainsi que les organisations de l’islam politique, étaient particulièrement surveillés (Geisser, 2012 : 8).

16Avec la révolution de 2011, la Tunisie rouvre sa porte aux opposants politiques alors en exil. Parmi eux, Moncef Marzouki, un médecin qui avait dirigé la Ligue tunisienne des droits de l’homme et vivait en exil en France, qui est élu président intérimaire ; ou encore Rached Ghannoushi, forcé de vivre vingt-deux ans en exil à Londres, fondateur du parti islamiste modéré Ennahda, aujourd’hui l’un des partis politiques les plus populaires en Tunisie. Les opposants exilés ne sont pas les seuls à avoir intégré ou réintégré la politique tunisienne. D’autres membres de la diaspora ont rejoint le premier gouvernement intérimaire, tels Jalloul Ayed (finances), Medhi Houas (commerce et tourisme), Yassin Brahim (transport et équipement) et Elyès Jouini (économie et réformes sociales) (Jaulin, 2012 : 97). Houas et Jouini sont tous les deux membres de l’Association des Tunisiens des grandes écoles (ATUGE) qui a des ramifications à Tunis, Paris et Londres.

17Le gouvernement intérimaire tunisien souhaitait officiellement renforcer les liens avec les absents. À cette fin, il nomme en octobre 2011 un secrétaire d’État aux expatriés tunisiens et ouvre la voie à la participation politique, autorisant la diaspora tunisienne à être représentée à l’Assemblée nationale constituante tunisienne avec 18 sièges sur 217. Qu’ils vivent à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, les Tunisiens peuvent, en octobre 2011, participer pour la première fois à des élections libres. Le taux de participation est de 39 à 64 % à l’intérieur du pays et de 29,7 % en moyenne pour les diasporas. Comparé à d’autres expériences internationales du vote à longue distance, ce taux de participation doit être considéré comme un succès, d’autant qu’il comporte un coût élevé pour les électeurs (Jaulin, 2014). Quant aux résultats électoraux, il y a peu de différences entre les Tunisiens de l’étranger et ceux de l’intérieur. Dans les deux cas, Ennahda arrive en tête du scrutin avec respectivement 36,6 % et 37 % des voix. Cela étant, les résultats varient fortement d’un pays d’accueil à l’autre, avec un vote particulièrement dispersé en Allemagne.

18Pour comprendre ce que signifie un tel droit de vote pour un expatrié, on peut se référer au commentaire de Dali Chammari, le candidat du Parti démocrate progressiste (PDP) pour le nord de la France : « Jusqu’à aujourd’hui, les Tunisiens en France étaient uniquement vus comme des gens qui rapportent de l’argent à la maison. Maintenant, nous avons enfin l’occasion extraordinaire de nous faire entendre. » (Aharamonline, 2011). De fait, les élections de 2011 entraînent une représentation de Tunisiens depuis longtemps absents en politique, sept des dix-huit sièges réservés aux expatriés ayant été occupés par d’anciens exilés, et deux autres par leurs enfants (Pouessel, 2017). De plus, presque tous les partis politiques en Tunisie s’engagent à améliorer les droits politiques des Tunisiens de l’étranger. La Constitution de 2014 leur accorde le droit de vote et celui d’être représentés à l’Assemblée (article 55). Les binationaux ont aussi le droit de devenir président, à condition cependant qu’ils renoncent à leur seconde nationalité en cas de victoire (article 74).

19Les premières élections parlementaires sous la Constitution de 2014 ont lieu en octobre 2014, suivies des élections présidentielles de novembre. Dans cette période, les principaux partis politiques tunisiens intensifient leurs activités à l’étranger, à l’image d’Ennahda et de son principal rival, l’alliance Nidaa Tounes, la force politique réputée liée aux régimes de Bourguiba et Ben Ali. Au final, Ennahda recueille la majorité des voix en 2014, fortement soutenue par les expatriés (sept sièges sur dix-huit). Quant au profil professionnel des élus des Tunisiens à l’étranger, il est plus technocratique et moins politique qu’il ne l’était dans l’Assemblée précédente. La plus grande nouveauté est l’arrivée d’une nouvelle génération en effet :

il y a un nombre croissant d’enfants d’exilés dans l’Assemblée qui sont députés des Tunisiens à l’étranger pour la circonscription de France et d’Italie où ils ont grandi, dû à l’exil forcé de leurs parents. (…) Ils ont entre 28 et 31 ans et représentent une génération qui est intrinsèquement liée à un autre pays : ils ont la double nationalité et parlent au moins deux langues. Plus important encore, ils approchent les questions nationales, que ce soit en Europe ou en Tunisie, du point de vue spécifique de quelqu’un appartenant à deux pays. Ils sont dans deux mondes en même temps. (Pouessel, 2017).

20Ainsi, les descendants des anciennes générations de travailleurs migrants, qui étaient dans une situation de « double absence » dans les années 1960 (Sayad, 1999), sont en train de devenir les pionniers d’une citoyenneté double et transnationale (Brand, 2014).

Cartographie des absents tunisiens

21La diaspora tunisienne en Europe peut être cartographiée selon différents critères : moment de la migration, raison de la migration, niveau de qualification et caractéristiques socio-économiques, niveau d’intégration dans le pays d’accueil ou structure organisationnelle de la diaspora. Retenant le dernier critère, ce chapitre fournit un bref aperçu du paysage institutionnel de la diaspora tunisienne en France, Allemagne et Italie, mettant l’accent sur sa transformation depuis la révolution de 2011.

Changement qualitatif et quantitatif

  • 8 Entretien de fond avec Johanne Kübler, chercheur au Migration Policy Center de l’Institut universit (...)
  • 9 Entretien semi-directif avec Hamza Chourabi, président du Verein zur Förderung der Demokratie in Tu (...)

22En 2011, l’Office des Tunisiens à l’Étranger comptait 154 associations de diasporas tunisiennes, la majorité d’entre elles (65) étant enregistrées en France, suivie de l’Italie (25) et de l’Allemagne (8). Des chiffres qui, si l’on en croit les représentants des organisations des diasporas tunisiennes et des experts8, pourraient être bien plus élevés. La chute du régime a mis fin au contrôle administratif et idéologique des diasporas par le gouvernement, et ainsi aux barrières psychologiques et formelles de l’engagement civique. En conséquence, le paysage institutionnel des diasporas tunisiennes en Europe a connu un changement radical. Tandis que certaines associations, surtout celles proches du régime de Ben Ali, ont cessé leurs activités, de nombreuses nouvelles associations ont été créées. Cet intérêt croissant pour les coopérations et les échanges au sein des diasporas tunisiennes s’explique avant tout par le « sentiment d’appartenance renouvelé »9 que de nombreux Tunisiens ont développé lors de la transition de 2011. La plupart des organisations nouvellement établies en Europe ont un profil politique marqué. Un grand nombre d’entre elles se donne pour mission principale de promouvoir et de soutenir le processus de transformation politique en Tunisie. La plupart d’entre elles informent et sensibilisent le public des pays d’accueil sur la transition. En parallèle, les ramifications européennes des partis politiques tunisiens ont bénéficié durant cette période d’un regain de popularité.

Les catégories d’organisation de la diaspora tunisienne

23Malgré la politisation d’une grande partie des diasporas tunisiennes ces dernières années, le paysage organisationnel reste fragmenté et diversifié. Les résultats des entretiens qualitatifs conduits auprès de représentants de ces organisations en France, Allemagne et Italie en 2014, ainsi que la présence en ligne de différentes organisations de diasporas, confirment l’existence de quatre types d’organisations dans le paysage institutionnel des diasporas tunisiennes en Europe :

Les associations politiques et religieuses

24Les organisations politiques de Tunisiens vivant à l’étranger ont une longue tradition en Europe. La répression croissante du régime tunisien durant les années 1960 et 1970 entraîne une vague de migration politique vers l’Europe et la politisation de la communauté des travailleurs migrants à l’étranger. Malgré leur contrôle rigoureux, à travers un réseau d’organisations partisanes dépendant du régime tunisien, une partie de ces associations résiste à la répression et à l’intimidation, à l’image de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) et de l’Association des Tunisiens en France (ATF). Ces associations jouent encore aujourd’hui un rôle significatif dans la vie de la société civile tunisienne en Europe.

  • 10 Entretien avec Mohamed Bhar, op. cit.

25Après la chute du régime de Ben Ali, la plupart des organisations proches de son parti, qui avaient été créées comme organisations de surveillance, ont cessé leurs activités civiques – pour autant qu’elles aient existé auparavant – et ont changé de bord. En même temps, des associations traditionnellement indépendantes et/ou récemment créées connaissent un nouvel attrait au sein de la communauté tunisienne en Europe. Il en va de même pour les ramifications européennes des partis politiques tunisiens qui avaient débuté leurs activités en France, en Allemagne et en Italie en octobre 2011, à l’occasion des campagnes pour l’élection de l’Assemblée nationale constituante. La plupart des organisations politiques de diasporas issues du Printemps arabe ont une double mission : d’une part, soutenir les revendications des manifestants dans leur pays d’origine, tels que la transition démocratique, la lutte contre la corruption et le développement économique ; d’autre part, mieux faire connaître le processus de transformation tunisien dans les pays d’accueil européens10.

26Depuis 2011, un sous-groupe des diasporas tunisiennes en Europe a gagné du terrain : le mouvement politique islamiste. Son influence s’est accrue après le succès électoral d’Ennahda en 2011. De plus, il s’appuie sur un vaste réseau d’organisations et de groupes religieux souvent liés aux communautés religieuses et lieux de culte.

Les associations sociales et humanitaires

27Il existe d’importants recoupements entre les organisations politiques et les personnes engagées dans des projets sociaux et humanitaires. Toutefois, de nombreuses organisations se préoccupent exclusivement de questions sociales et humanitaires et ne font preuve d’aucune affiliation politique. Elles ont pour principale mission de défendre les droits des immigrants dans leurs pays d’accueil, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé, des services sociaux, ou bien leur apportent un soutien administratif. En outre, les organisations de la diaspora mènent ou soutiennent des projets humanitaires en Tunisie qui ciblent des personnes dans le besoin.

Associations universitaires et professionnelles

28Les associations tunisiennes d’étudiants, d’entreprises et de professionnels sont loin d’être récentes en Europe. Lors des premières phases migratoires, de nombreux travailleurs tunisiens peu qualifiés arrivèrent dans les pays européens dans le cadre de contrats gouvernementaux bilatéraux. Un grand nombre d’organisations contemporaines trouve son origine dans les associations qu’ils créèrent à l’époque, à l’image de la Fédération française des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives, qui succéda à l’Union des travailleurs immigrés tunisiens fondée en 1974.

29Au cours des années 1990, les migrations de la Tunisie vers l’Europe avaient souvent un motif universitaire, scientifique ou d’affaires. Dès lors, les associations des diasporas s’efforcèrent de favoriser les échanges universitaires et technologiques entre l’Europe et la Tunisie, ainsi qu’à encourager les investissements et les transferts de connaissances. C’est en France que se trouvent les réseaux professionnels et d’affaires les plus puissants. L’ATUGE, le réseau des anciens élèves des établissements d’enseignement d’élite français, fondé en 1990, en est l’exemple le plus remarquable. Parmi ses 4 000 membres, nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, occupent des postes clés en France et en Tunisie. Plusieurs membres du réseau ont été nommés ministres au sein du gouvernement de transition tunisien en 2011.

Associations culturelles

30Cette catégorie recouvre un large éventail d’associations amicales, d’organisations familiales ou régionales, ainsi que des associations artistiques ou culturelles au sens large du terme.

31Créées pour la plupart par des travailleurs immigrés et leurs familles, ces organisations visent à renforcer les liens entre les Tunisiens du pays d’accueil et à préserver leur patrimoine culturel. Au lendemain de la révolution, un grand nombre de ces organisations ont élargi leurs activités à l’information politique, en organisant des débats publics, des expositions ou des projections de films sur le processus de transition tunisien.

Nouveaux modes de présence des Tunisiens de l’étranger

  • 11 Entretien semi-directif avec Sayida Ounissi, Fondation Jasmine, 9 mai 2014.
  • 12 Entretien de fond avec Johanne Kübler, op. cit., ainsi qu’avec Bettine Josties et Ines Schwerdtner, (...)

32Dès les années 1990, l’écrasante majorité des Tunisiens d’Europe fait preuve de réserve à propos de la politique de son pays d’origine. Les discussions sur la situation tunisienne sont néanmoins constantes dans les pays d’accueil, alors que vers la fin de la décennie, avec l’émergence des nouveaux médias, des « espaces de résistance en ligne » contre le régime s’établissent peu à peu (Lecomte, 2009). Malgré la liberté d’expression et d’opinion dont bénéficient les Tunisiens en Europe, comme tous les citoyens d’Europe, nombre d’entre eux se sentent observés par les services secrets et les représentants tunisiens officiels, notamment dans les consulats. Il en résulte un climat de suspicion11. La cohésion du groupe en souffre et les questions politiques sont par la suite traitées avec prudence, notamment pour ne pas compromettre les retours au pays. Avec les événements du 14 janvier 2011, la situation a changé du tout au tout. Les transformations dans le pays d’origine ont en effet incité les membres des diasporas tunisiennes à s’exprimer et à agir en conséquence. Depuis 2011, ces diasporas montrent dans les trois pays analysés des signes d’« éveil », ce qui se traduit par un puissant processus de mobilisation et de politisation12.

L’insurrection et la libération des mots : une communication tous azimuts

  • 13 Entretien semi-directif avec Faouzi M’Rabet, directeur du Centre culturel tunisien de Rome, Rome, 2 (...)
  • 14 Entretien semi-directif avec Mohsen Zemni, président de l’Association des Tunisiens de France (ATDF (...)

33Lorsque débute le processus de transition, les membres des diasporas recourent pour l’essentiel à des formats personnels et virtuels : ils participent à des forums en ligne, manifestent ou échangent dans le cadre de conversations privées. Ce besoin de communication se traduit de façon immédiate par la recherche quotidienne d’informations sur les événements en Tunisie. En quête d’un fil d’information permettant une certaine présence malgré la distance géographique, les Tunisiens d’Europe utilisent des moyens de communication traditionnels, tels que les reportages télévisés (El-Oifi, 2011) ou les appels téléphoniques à des amis ou à la famille restés au pays, ainsi que très largement les réseaux sociaux. Dans ce contexte, Facebook joue un rôle crucial, bien plus important que Twitter, aux mains d’un petit nombre d’activistes (Poell, 2012 : 26). Garantissant la transmission des appels et de l’information, il permet une « communication à 360 degrés »13 au sein de la communauté : « On fait passer nos idées, on est des relais d’information, on partage sur les réseaux, on les laisse pas tranquilles »14.

34En réponse au besoin d’information et de débats sur les événements en Tunisie, les Tunisiens d’Europe organisent des rencontres avec d’autres représentants de la diaspora tunisienne au niveau local ou international. Les contacts avec des présents partageant des préoccupations similaires devaient alors compenser le sentiment d’absence en Tunisie. Les propos recueillis dans les trois pays analysés suggèrent un modèle de communication à plusieurs niveaux : dans la plupart des cas, les nouveaux médias sont perçus comme un complément plutôt que comme un substitut à des formes d’expression traditionnelles, telles que les réunions et les manifestations. Cette communication tous azimuts contribue en interne à créer un sentiment d’appartenance collectif, qui à son tour favorise l’engagement pour le futur développement du pays. Dans une situation de bouleversement à l’issue incertaine, une identification de ce genre est primordiale. Cependant, ce type de communication sert avant tout à externaliser et propager la contestation.

La révolution exportée : attirer l’attention des Européens

  • 15 Ibid.

35Dans la mesure où les conséquences de la révolution ont dépassé les frontières tunisiennes et affecté également les pays d’accueil des diasporas tunisiennes, il était essentiel pour leurs représentants en Allemagne, France et Italie de gagner l’attention du public européen. Depuis que les enjeux liés à la situation tunisienne se sont déplacés vers l’arène politique européenne, ils considèrent comme indispensable de faire connaître leurs objectifs dans les pays d’accueil, de « prévenir […] aussi les non-Tunisiens de ce qui se passe en Tunisie »15. Les canaux de communication publique sont par conséquent devenus inévitables, utilisés parallèlement aux canaux informels, tels que les discussions de fond. Les partisans de la résistance ont adressé ces signaux à la fois au régime tunisien pour accroître la pression sur Ben Ali et son entourage, et aux responsables politiques de leur pays d’accueil pour obtenir le soutien à leur cause. Comme en témoigne le choix stratégique de la langue utilisée dans les médias sociaux, c’est en partie à eux qu’étaient adressés les tweets de la révolution : selon le message véhiculé, et donc leur destinataire, les tweets de #sidibouzid alternaient entre l’arabe, le français et l’anglais (Poell, 2012 : 21-23).

  • 16 Pour les associations ancrées dans la gauche française, il s’agit des partis de gauche français, de (...)
  • 17 Entretien semi-directif avec Ouejdane Mejri, présidente de l’association PONTES de Milan, échange t (...)
  • 18 Entretien semi-directif avec Youness Rhouma, op. cit.

36Cela étant, ces canaux de communication ne remplacent pas les discussions de fond traditionnellement menées par les associations dans leurs réseaux spécifiques, qu’il s’agisse de la presse ou de la politique.16 Restées stables au fil du temps, celles-ci sont utilisées dès 2011 pour promouvoir le programme des associations en question et le faire connaître dans les sociétés d’accueil. En s’appuyant sur un mode de communication ouvert, les associations des diasporas tunisiennes en Europe espèrent toucher un public plus large, sensibiliser les populations aux défis auxquels leur pays est confronté et attirer l’attention sur leurs revendications. Qu’il s’agisse de réunions publiques comme le « Village du Jasmin » à Paris, fréquenté par cent mille visiteurs en mai 2011, de journées d’information dans les écoles, d’expositions de photos ou d’apparitions dans les médias de personnalités connues, l’essentiel est de lever le voile du secret et de convaincre les citoyens avec les moyens d’une société ouverte. Le traitement de la question des réfugiés illustre bien la pertinence de la communication publique. Les personnes interrogées en Italie ont déclaré que leur intention spécifique était de « sensibiliser »17 les Italiens et d’« attirer l’attention de la population sur la nature inhumaine de la loi »18. Pour ce faire, elles ont eu recours à des manifestations culturelles, des campagnes vidéo et des pétitions. En même temps, elles ont utilisé le canal classique de la prise de décision politique, en adressant leurs revendications aux politiciens italiens et tunisiens.

Ensemble et à part : efforts de convergence

  • 19 Ibid.

37Dans une certaine mesure, cette focalisation généralisée sur la communication a rapproché les différents groupes des diasporas tunisiennes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des pays d’accueil. Leurs membres ont en effet pris conscience qu’ils étaient unis par des préoccupations communes, comme le sort des « jeunes qui arrivent par la mer »19 ou d’autres questions liées aux Tunisiens de l’étranger. Cependant, ils se sont rapidement retirés dans leurs sphères nationales respectives pour poursuivre leurs actions publiques.

  • 20 Entretien semi-directif avec Faouzi M’Rabet, op.cit.

38Dans les premiers mois qui suivirent l’effondrement du régime, les efforts se concentrent sur l’hébergement provisoire des réfugiés qui ont quitté la Tunisie à la hâte, avec peu ou pas de préparation. Outre un travail régulier de contact et d’information, de nombreuses associations soutiennent les réfugiés durant cette période, en organisant des logements dans des centres d’accueil, en prodiguant des conseils sur des questions quotidiennes ou en communiquant avec l’administration. L’ensemble de nos entretiens laisse apparaître une « solidarité des anciens immigrés envers les nouveaux venus »20, qui a débouché sur une coopération accrue entre les représentants des diasporas.

  • 21 Assises de l’immigration tunisienne et des Tunisien(ne)s à l’étranger. Cahier de doléances, <www.re (...)

39Par la suite, lorsque des mesures d’urgence sont prises et que l’accent est mis sur la législation en matière d’asile et d’immigration, notamment en termes de mobilité et de migration de la main-d’œuvre, les associations s’efforcent d’unir leurs forces et d’établir des contacts avec les représentants des diasporas dans leur pays d’accueil ainsi que dans d’autres États européens. L’initiative des Assises de l’immigration tunisienne, avec son approche transfrontalière, symbolise bien cette coopération. Des associations issues de différents pays, avec une forte représentation française, rassemblent les demandes des Tunisiens à l’étranger dans un « cahier de doléance » et les présentent au gouvernement tunisien à l’été 201121. La ratification de la Convention des Nations Unies sur la protection des droits des travailleurs migrants, la renégociation des accords bilatéraux entre la Tunisie et les États membres de l’Union européenne (UE) sur le travail, et le rejet de l’accord sur la mobilité proposé par l’UE sont quelques-unes de ces revendications.

Retour en Tunisie : rassembler les parties d’un tout

  • 22 Entretien semi-directif avec Ouejdane Mejri, op. cit.

40Bien que les revendications concernant les Tunisiens de l’étranger aient surtout lieu au sein des sphères publiques nationales, les frontières s’estompent dès qu’il est question de la politique tunisienne. Se réveille alors un sentiment d’appartenance collective déjà renforcé par le changement de régime, et les réseaux transfrontaliers sont réactivés « pour avoir une vision globale pour la transition »22 La mobilisation des diasporas avant les élections indique qu’il n’y a pas de séparation stricte entre les affaires intérieures tunisiennes et les intérêts des diasporas tunisiennes en Europe. Les associations semblent concevoir leur activisme politique de manière stratégique. Selon le sujet, le message et le public cible, elles sont actives au niveau national ou bien recourent à la coopération transfrontalière, soit entre les Tunisiens et leur pays d’accueil, soit entre les États européens. Comme nous l’avons vu à propos de la première phase de la transition au début de l’année 2011, la réactivation des contacts transfrontaliers intervient généralement en amont d’événements politiques hautement symboliques, telles que la rédaction d’une nouvelle constitution ou l’organisation d’élections. Ainsi, l’élection de l’Assemblée constituante en octobre 2011 permet d’établir des contacts réguliers avec des associations de diasporas tunisiennes bien au-delà des frontières de l’Europe.

  • 23 Entretien de fond avec Bettine Josties et Ines Schwedtner, op. cit.

41Pour de nombreux dissidents, la transition et l’organisation d’élections libres sont un appel à retourner dans le pays natal et à s’y engager en politique. S’appuyant sur leur longue expérience du travail d’opposition à l’étranger, certains fondent leur propre parti. C’est le cas d’Ahmed Ben Salah, qui a longtemps dirigé le Mouvement de l’unité populaire en exil et fonde en mars 2011 le Parti de l’unité populaire en Tunisie. De nombreux jeunes blogueurs de la diaspora rentrent également en Tunisie la même année et se présentent aux élections pour représenter les Tunisiens de l’étranger23.

42Soucieuses des conditions démocratiques et du caractère impartial des élections – et de la campagne électorale – certaines associations, comme PONTES, encouragent les Tunisiens de l’étranger à voter. D’autres veillent à ce que le vote en Allemagne, France et Italie se déroule dans les règles. A cette fin, l’association Uni*T – Union pour la Tunisie, créée début 2011 pour accompagner l’émergence d’un État démocratique en Tunisie, dépêche des « coordinateurs » dans les bureaux de vote du nord de la France. Trois ans plus tard, les dispositions électorales sont toujours un sujet majeur pour le travail – et la coopération – des associations de diasporas. De manière générale, la reconnaissance des Tunisiens de l’étranger et leur participation équitable aux élections sont parmi les principales revendications de la diaspora organisée depuis 2011.

Conclusion

43S’il nous fallait résumer les résultats de notre enquête sur les répercussions du Printemps arabe à une seule formule, nous opterions pour « un printemps à l’étranger». L’« effervescence associative » (Geisser, 2012) observée en France après le 14 janvier 2014 s’est aussi manifestée en Italie et en Allemagne. La chute de Ben Ali et la période de transition qui suivit se sont accompagnées d’un regain de sentiment d’appartenance chez les Tunisiens de l’intérieur et au sein des communautés tunisiennes à l’étranger. Le sentiment de fierté suscité par la « Seconde révolution tunisienne » a catalysé un impressionnant processus de mise en relation des organisations des diasporas et d’unification des populations concernées. Dans son étude sur la transnationalisation, Ludger Pries établit un lien dialectique entre la (ré)affiliation nationale des émigrants avec leur pays d’origine et la création d’espaces sociaux transnationaux (Pries, 2008). Ce sentiment d’appartenance renouvelé, cependant, ne suffit pas à faire des diasporas tunisiennes un groupe homogène. Comme en Tunisie, la politisation des activités associatives a au contraire accentué les clivages idéologiques, d’autant plus que l’islam politique fait désormais partie d’un espace social et politique auquel il n’avait pas accès autrefois.

44Nos résultats montrent que les diasporas tunisiennes n’ont commencé à s’épanouir qu’avec le « Printemps à l’étranger » et ainsi à prendre les traits d’une diaspora, telle que la définit Vertovec (2005) :

L’appartenance à une diaspora implique une conscience ou un attachement émotionnel aux origines et aux attributs culturels qui lui sont communément associés. Ces origines et attributs peuvent mettre l’accent sur des caractéristiques ethnolinguistiques, régionales, religieuses, nationales ou autres. » (Vertovec, 2005 : 3).

45Dans le cas des diasporas tunisiennes, cet attachement repose pour l’essentiel sur des éléments de nature politique. Des recherches empiriques plus approfondies seraient nécessaires pour le confirmer, mais nous supposons que la fierté de la révolution a contribué à générer le type d’ego politique nécessaire à toute culture civique, en tant que fondement d’une démocratisation durable, à savoir l’émergence d’un sujet politique conscient de sa capacité à faire évoluer les choses. Les activités des diasporas tunisiennes donnent raison à Vertovec, lorsqu’il affirme que « les préoccupations pour l’évolution du pays d’origine et le sort des membres de la co-diaspora dans d’autres parties du monde découlent de cette conscience et de cet attachement émotionnel. » (ibid.). Au cours de notre enquête, nous avons en effet constaté un engagement humanitaire croissant dans la société civile immigrée tunisienne. En France et en Italie, en particulier, la solidarité vis-à-vis de la minorité migrante la plus vulnérable de la diaspora européenne, à savoir les réfugiés, a été remarquable.

46Pour finir, nous aimerions suggérer des recherches plus poussées sur les effets à moyen et long terme du Printemps arabe sur la culture politique tunisienne et au sein des diasporas tunisiennes. Comme nous l’avons souligné dans cet article, les migrants tunisiens en Europe sont loin d’être absents de la politique de leur pays d’origine. Bien au contraire, ils devraient être considérés comme des acteurs transnationaux (Che Suh-Nwij, 2013 ; Bauböck 2007) qui veulent avoir leur mot à dire dans leur pays d’origine comme dans leur pays d’accueil. Dans quelle mesure les membres des diasporas s’impliqueront-ils à terme dans la vie politique tunisienne ? Apporteront-ils une contribution spécifique à la démocratisation de la Tunisie ? Le cas échéant, en quoi celle-ci sera-t-elle différente de celle de leurs compatriotes tunisiens ?

47Enfin, les chercheurs – comme d’ailleurs les décideurs politiques – devraient accorder une attention accrue au potentiel de la diaspora en matière de transferts sociaux et politiques. Les organisations non gouvernementales (ONG) et intergouvernementales (OIG) ont découvert les diasporas comme de nouveaux espoirs et vecteurs de démocratisation, du moins sur le plan rhétorique (voir par exemple Eldine et alii., 2012). Cependant, pour être réalistes, il faut garder à l’esprit que :

Les migrants partis vers l’Ouest peuvent transmettre des valeurs de sécularisation à leurs pays d’origine. Cependant, pour que les transferts opèrent dans la direction attendue, les migrants doivent être bien intégrés dans la société de leur pays de destination. Une intégration manquée peut avoir l’effet contraire et provoquer le rejet des valeurs et modèles de la majorité de la société d’accueil. (Fargues and Fandrich, 2012 : 2).

Haut de page

Bibliographie

AP 2011, « Tunisians in France Mobilize for Landmark Ballot », ahramonline, 20th October, 2011, accessed 7th January 2018, http://english.ahram.org.eg/NewsAFCON/2017/24640.aspx.

Assises de l’immigration tunisienne et des Tunisien(ne)s à l’étranger, 2011, Cahier des doléances, accessed 25th November 2013, www.reseau-ipam.org/IMG/pdf/Cahier_de_Doleances_MPV3_Mabrouki_Tunis.pdf.

BARTHE Benjamin, 2001, « Les Tunisiens de France ont voté dans l’euphorie », Le Monde, 23 Octobre, 2001.

BEN HENDA Zouheir, 2012, « Appel aux consulats tunisiens en Italie, 2012, « Les immigrés tunisiens en Italie et le manque d’encadrement diplomatique et consulaire », Kapitalis, http://www.kapitalis.com/majdi/afkar-2/68-tribune/10289-les-immigres-tunisiens-en-italie-et-le-manque-dencadrement-diplomatique-et-consulaire.html, 7th January 2018.

BOUBAKRI Hassen, 2009, « La Tunisie et ses migrations », Accueillir 249-250, Paris, Service social d’aide aux émigrants, p. 43-47.

—, 2011, Migration et développement: réflexion et analyse à partir du cas de la Tunisie, CARIM Notes d’analyse et de synthèse 2011/55, RSCAS/EUI, Florence.

, 2013, Revolution and International Migration in Tunisia, Migration Policy Centre – European University Institute, accessed 7th January 2018, http://www.migrationpolicycentre.eu/docs/MPC-RR-2013-04.pdf.

BOYER Corinne, 2011, « A Marseille, la communauté tunisienne veut tourner la page Ben Ali », La Croix, 27th January, 2011.

BRAND Laurie A., 2006, Citizens abroad. Emigration and the State in the Middle East and North Africa, Cambridge: Cambridge University Press.

, 2014, “Arab uprisings and the changing frontiers of transnational citizenship: Voting from abroad in political transitions”, Political Geography, 41, p. 54-63.

BAUBÖCK Rainer, 2007, “Stakeholder citizenship and transnational political participation: a normative evolution of external voting”, Fordham Law Review, 75(5), p. 2393–2447.

CASSARINO Jean-Pierre, 2011, “Confidence-building in Tunisia after the Popular Uprising: Strategies and Dilemmas”, IAI Working Papers 11/04, February 2011, Rome.

CHE SUH-NWJI Albert, 2013, “Role of diaspora in post-Arab Spring reconstruction”, Pambazuka News, Issue 639, 17th July, 2013.

COLL Steve, 2011, “Letter from Tunis. The Casbah Coalition. Tunesia’s Second Revolution”, The New Yorker, 4th April, 2011, accessed 7th January, 2018, http://www.newyorker.com/magazine/2011/04/04/the-casbah-coalition.

DE BEL-AIR Françoise, 2016, Migration Profile: Tunisia. MPC Research Report 2016/08, European University Institute, Florence.

DE HAAS Hein, 2009, “Migration and Regional Development in Morocco: A Review”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 35 (10), p. 1571-1593.

DI BARTOLOMEO Anna et al., 2010, Tunisia, CARIM Migration profile, RSCAS/EUI, Florence.

ELDINE Samina Mohey et al., (LAS) and Herry COOK et al. (IOM), 2013, A Study on the Dynamics of Arab expatriate Communities: Promoting Positive Contributions to Supporting Democratization and Political Transition in their Homelands, League of Arab States and International Organization of Migration (IOM), Cairo.

EL OIFI, Mohamed, 2011, « Al-Jazira, scène politique de substitution », Le Monde diplomatique, n° 686.

FARGUES, Philippe, 2008, Emerging Demographic Patterns across the Mediterranean Region and their Implications for Migration through 2030, Migration Policy Institute, November 2008, http://www.stranieriinitalia.it/briguglio/immigrazione-e-asilo/2011/maggio/fargues-migr-mediterr.pdf.

, “Voice after Exit: Revolution and Migration in the Arab World”, Migration Information Source, Migration Policy Centre, May 11, Florence.

FARGUES Philippe and Christine FANDRICH, 2012, Migration after the Arab Spring, MPC Research Report 2012/09, European University Institute, Florence.

FOURATI Habib, 2009, Tunisie: la dimension démographique et économique des migrations. Consortium for applied Research on International Migration (CARIM). Mediterranean Migration report 2008 – 2009.

FRANÇOIS Jean-Baptiste, 2011, « Les révoltes au Maghreb ont-elles un écho dans les banlieues françaises ? », Le Figaro, 10 janvier 2011, p. 5.

GEISSER Vincent, 2012, « Quelle révolution pour les binationaux? Le rôle des Franco-Tunisiens dans la chute de la dictature et dans la transition politique », Migrations société, 24 (143), p. 155-178.

German-Tunisian Chamber of Industry and Commerce (AHK Tunesien), 2010, Tunisia’s Diaspora Policies — Supporting Integration in Host Countries and Mobilizing Resources for Home Country Development, Tunis.

GRAZIANO Teresa, 2012, “The Tunisian diaspora: Between “digital riots” and Web activism”, Social Science Information 51, p. 534-550.

ICMPD-IOM., 2010, MTM: A Dialogue in Action. Linking Emigrant Communities for more Development. Inventory of Institutional Capacities and Practicies, ICMPD, IOM, Vienna.

International Organisation of Migration, League of Arab States, 2012, A Study on the Dynamics of Arab Expatriate Communities: Promoting Positive Contributions to Socioeconomic Development and Political Transitions in the Homelands, consulté en décembre 2017, https://publications.iom.int/fr/books/study-dynamics-arab-expatriate-communities-promoting-positive-contributions-socioeconomic

JAULIN Thibaut, 2013, “The Tunisian State and the Tunisians Abroad“, in Eldine Samina Mohey et al. (LAS) and Herry Cook et al. (IOM) (dir.), “A Study on the Dynamics of Arab Expatriate Communities: Promoting Positive Contributions to Supporting Democratization and Political Transition in their Homelands”, League of Arab States and International Organization of Migration (IOM), Cairo, p. 91-99.

—, 2014, « Géographie du vote à distance : l’élection tunisienne de 2011 à l’étranger », L'Espace Politique, 23, 2014-22, consulté en décembre 2017, http://espacepolitique.revues.org/3099.

, 2016, “Geographies of external voting: the Tunisian elections abroad since the 2011 Uprising“, Comparative Migration Studies, 4 (14), Springer open access, doi:10.1186/s40878-016-0034-y.

KATTERBACH Katharina, 2010, Tunesia’s Diaspora Policies – Supporting Integration in Host Countries and Mobilizing Resources for Home County Development, Report commissoned by the Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ), n-German Chamber of Commerce, March 2010.

LE TOUZET Jean-Louis, 2011, « Arabes de France. La révolution en face », Libération, 15 février 2011, p. 38-39.

LECOMTE Romain, 2009, « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic & société, 3(1-2), p. 200-229.

LEVITT Peggy, 1998, “Social Remittances: Migration Driven Local-Level Forms of Cultural Diffusion“, International Migration Review, 32 (4), p. 926–48.

MPC-Team (Migration Policy Centre), 2013 Tunisia. Migration Profile, Report based on the South CARIM data base. 2013, RSCAS/EUI (European University Institute), Florence, June 2013, accessed May 2017, http://www.migrationpolicycentre.eu/docs/migration_profiles/Tunisia.pdf.

NEWLAND Kathleen, 2010, Voice after Exit. Diaspora Advocacy, Diaspora and Development Project, USAID and Migration Policy Institute, Washington, http://www.migrationpolicy.org/pubs/diasporas-advocacy.pdf.

OIM (Organisation internationale des migrations), Regional Office for the Middle East and North Africa, 2013, Supporting countries in Transition, IOM Information Series 2013.

POELL Thomas and Kaouthar DARMONI, 2012, “Twitter as a multilingual space: The articulation of the Tunisian revolution through #sidibouzid”, NECSUS – European Journal of Media Studies, vol. 1/1, p. 14-31.

POUESSEL Stéphanie, 2017, “Tunisia and its Diaspora: Between Protection and Control“, in Agnieszka Weinar (ed.): Emigration and Diaspora Politics in the Age of Mobility, Global Migration Issues, Springer, p. 205-220.

PRIER Pierre, 2011, « Avec Paris, les Tunisiens tournent la page », Le Figaro, 4 Février, 2011, 8.

PRIES Ludger, 2008, Die Transnationalisierung der sozialen Welt, Frankfurt/Main: Suhrkamp.

RAGAB Nora, Elaine MCGREGOR and Melissa SIEGEL, 2013, Diaspora Engagement in Development: An Analysis of the Engagement of the Tunisian Diaspora in Germany and the Potentials for Cooperation. Report commissoned by the Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), Maastricht Graduate School of Governance, Maastricht University.

SAYAD Abdelmalek, 1999, La Double Absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil.

SCHMELZ Andrea Frieda, 2010, The Tunesian diaspora in Germany. Potentials for economic development. Report commissoned by the Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ), Berlin, September 2010.

SEVERO Marta, n.d., La blogosphère tunisienne au centre du monde, consulté le 12 mai 2017, https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2011-2-page-190.htm.

SLIMAN Lotfi and KHLIF Wafa, 2010, « Les compétences tunisiennes à l’étranger : peut-on parler d’une diaspora scientifique ? », L’Année du Maghreb, V, p. 421-436.

STATISTISCHES BUNDESAMT, 2013, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit, Wiesbaden http://destatis.de.

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division, 2013, International Migration Report 2013, New York, United Nations.

VAUDANO Maxime, 2013, « En France, la diaspora tunisienne croit prudemment à la "transition" » Le Monde, 4 juillet, 2013, consulté le 6 janvier, 2018, http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/07/04/en-france-la-diaspora-tunisienne-croit-prudemment-a-la-transition_3442778_1466522.html.

VERTOVEC Steven, 2005, The Political Importance of Diasporas, Centre on Migration, Politics and Society Working Paper n° 13, University of Oxford.

VINCENT Elise et NOUGARÈDE Natalie, 2011, « Les Tunisiens de France goûtent cette vie politique dont ils ont été privés toute leur vie », Le Monde, 18 Janvier 2011, p. 8.

VINCENT Elise, 2011, « La discrète communauté tunisienne de France est tentée, elle aussi, de rompre avec la « culture du silence » », Le Monde, 14 janvier, 2011, p. 6.

—, 2011, « L’islamisme tranquille des Tunisiens de France », Le Monde, 23 décembre, 2011, p. 2.

Haut de page

Notes

Article traduit de l’anglais par Aline Wieders-Lohéac.

1 Entretien semi-directif avec Mohamed Bhar, président de la Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives, Paris, 28 avril 2014.

2 Entretien semi-directif avec Youness Rhouma, coordinateur du Comitato Immigrati Tunisini in Italia, Milan, 25 mars 2014.

3 La migration du et vers le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord n’est pas un phénomène moderne.

4 Voir la loi n° 63-6 de 1956, article 30 du Code de la nationalité tunisienne.

5 La catégorie « Tunisien vivant à l’étranger » est définie de la façon suivante : tout Tunisien ayant vécu à l’étranger pendant au moins deux ans et n’ayant pas passé plus de 180 jours par an en Tunisie.

6 Le taux de chômage des travailleurs hautement qualifiés est passé de 8,6 % en 1999 à 22,9 % en 2010. Durant cette période, le taux de chômage moyen est resté stable à 13,3 %.

7 Selon les données de l’OCDE, les envois de fonds s’élevaient en 2008 à 5 % du PIB tunisien. Étant donné la faiblesse de la part investie et productive, la contribution au développement du pays est modeste (Schmelz, 2010 : 17-20).

8 Entretien de fond avec Johanne Kübler, chercheur au Migration Policy Center de l’Institut universitaire européen (IUE), Florence, 24 avril 2014.

9 Entretien semi-directif avec Hamza Chourabi, président du Verein zur Förderung der Demokratie in Tunesien e.V. (Association pour la promotion de la démocratie en Tunisie) et directeur du projet « Contre l’oubli », lieu de mémoire Hohenschönhausen, Berlin, 27 mai 2014.

10 Entretien avec Mohamed Bhar, op. cit.

11 Entretien semi-directif avec Sayida Ounissi, Fondation Jasmine, 9 mai 2014.

12 Entretien de fond avec Johanne Kübler, op. cit., ainsi qu’avec Bettine Josties et Ines Schwerdtner, respectievement de la Humboldt Universität Berlin et de la Freie Universität Berlin, Berlin, 24 avril 2014.

13 Entretien semi-directif avec Faouzi M’Rabet, directeur du Centre culturel tunisien de Rome, Rome, 27 mars 2014.

14 Entretien semi-directif avec Mohsen Zemni, président de l’Association des Tunisiens de France (ATDF), Paris, 28 avril 2014.

15 Ibid.

16 Pour les associations ancrées dans la gauche française, il s’agit des partis de gauche français, des verts aux socialistes. Dans le même temps, les islamistes utilisent leurs propres canaux pour contribuer régulièrement, par exemple, aux débats sur l’islam en France. Entretien semi-directif avec Sayida Ounissi, op. cit.

17 Entretien semi-directif avec Ouejdane Mejri, présidente de l’association PONTES de Milan, échange téléphonique le 24 juin 2014.

18 Entretien semi-directif avec Youness Rhouma, op. cit.

19 Ibid.

20 Entretien semi-directif avec Faouzi M’Rabet, op.cit.

21 Assises de l’immigration tunisienne et des Tunisien(ne)s à l’étranger. Cahier de doléances, <www.reseau-ipam.org/IMG/pdf/Cahier_de_Doleances_MPV3_Mabrouki_Tunis.pdf>.

22 Entretien semi-directif avec Ouejdane Mejri, op. cit.

23 Entretien de fond avec Bettine Josties et Ines Schwedtner, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold, « Retour de l’absent », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12169

Haut de page

Auteurs

Claire Demesmay

Institut allemand de politique étrangère (DGAP), Berlin, Allemagne

Sabine Russ-Sattar

Université de Kassel, Kassel, Allemagne

Katrin Sold

Université de Marburg, Centre de recherche sur le Proche et Moyen Orient (CNMS), Marburg, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page