Navigation – Plan du site
SECONDE PARTIE

Pour Danielle Rouvier (1950-2018) : Secrétaire de rédaction de la Remmm de 2004 à 2015

Témoignage de ses collègues et amis
Sylvie Denoix et François Siino
p. 271-274

Texte intégral

Image 10000000000000E50000011613D142CF.jpg

1Danielle Rouvier s’est glissée pour la première fois dans l’ours du numéro 105-106 de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée paru en janvier 2005. Elle y a figuré sans interruption jusqu’au numéro 137, publié au printemps 2015. C’est en réalité un peu plus de dix ans qu’elle aura travaillé pour la revue puisque c’est au printemps 2004 qu’elle était arrivée à l’Iremam d’Aix-en-Provence avec la mission de créer le poste de secrétaire de rédaction de la revue et d’assumer cette fonction, jusque là inexistante.

2Tous ceux qui ont travaillé avec elle pendant cette période savent que la REMMM lui doit bien plus que la parution régulière des 23 volumes publiés pendant cette période, même s’il s’agit déjà là d’une sorte d’exploit en soi, pour qui connaît les aléas et les incertitudes de l’édition scientifique. Avec le recul, il n’est pas exagéré de dire que la revue lui doit pour une grande part sa survie, à un tournant décisif de sa déjà longue histoire. À tout le moins a-t-elle joué un rôle décisif dans son adaptation aux profondes transformations qu’a connue l’édition scientifique dans les années 2000, notamment en sciences sociales et humaines.

3En intégrant en juin 2004 la petite équipe en cours de restructuration de la REMMM, Danielle Rouvier amenait avec elle un parcours et des expériences qui faisaient d’elle, sans le savoir, une candidate idéale pour un poste encore à inventer, mais dont elle a rapidement compris la dimension stratégique.

4D’un parcours initial en sociologie à la fin des années 1970, elle avait conservé un intérêt pour l’approche des sciences sociales et une familiarité avec la présentation argumentée des données qui fonde l’écriture scientifique. Durant ses longues années de gestionnaire administrative, comptable et scientifique d’un laboratoire de recherche (le Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne, de 1982 à 2002), elle avait développé un sens de la méthode, une rigueur et une magnifique aptitude aux relations humaines, le tout allié à une fine connaissance des arcanes du fonctionnement du CNRS et de l’Université.

5En juin 2002, elle acceptait une mobilité géographique peu banale pour une administratrice puisqu’elle partait pour l’Ouzbékistan, affectée en tant qu’attachée de direction à l’Institut français d’études sur l’Asie centrale de Tachkent. Elle devait y passer deux ans, entamant une reconversion professionnelle vers l’édition scientifique en collaborant notamment aux Cahiers d’Asie centrale. Plus largement, c’était l’occasion d’une immersion dans un univers culturel différent, l’ouverture à des terrains et des pratiques de recherche pas si éloignés de ceux qu’elle allait découvrir en arrivant à l’Iremam en juin 2004.

6Son arrivée – ou plutôt son retour – à Aix-en-Provence coïncidait avec des évolutions décisives pour la Remmm, revue déjà quadragénaire et entretenant de longue date d’étroites relations avec les centres de recherche aixois successifs qui, depuis la fin des années 1950, avaient couvert les aires culturelles du Sud et de l’Est de la Méditerranée. En tant que secrétaire de rédaction, elle allait accompagner et rendre possibles ces mutations, parfois même les impulser.

7La première de ces évolutions était la transformation – devenue impérative dans les années 2000 – de la Remmm en revue à Comité de lecture, c’est-à-dire pratiquant systématiquement l’évaluation par les pairs des textes publiés. En 2004, le département Sciences Humaines et Sociales du CNRS publiait un premier classement des revues, bientôt suivi par celui de l’AERES (devenue HCERES). À la mission première de produire et de transmettre du savoir s’en ajoutait une nouvelle : les revues devenaient des instances d’évaluation centrales de la production des chercheurs. Quoi que l’on en pense et quelques critiques que l’on ait pu adresser alors (et depuis) à l’application au champ de la recherche d’une « fièvre de l’évaluation » devenue omniprésente dans nos sociétés, il s’agissait là d’une évolution en profondeur dont les implications pour le fonctionnement des revues étaient considérables. La mise en place d’un système d’examen par les pairs entraînait de fait la création d’instances actives et investies (Comité de rédaction, Comité de lecture, Comité scientifique), de règles de « gouvernement » et de tout un ensemble de procédures régulant l’ensemble des échanges internes et externes de la revue. Tout au long de ce processus de construction progressive, Danielle Rouvier était à la fois force de proposition, d’animation des nouvelles instances, pédagogue et gardienne des règles collectives.

8Le deuxième tournant décisif était celui de la numérisation et de l’édition électronique. La Remmm était une revue pionnière du web, notamment grâce à Jean-Christophe Peyssard qui, dès 2000, l’avait arrimée à la plateforme revues.org, toute nouvellement créée. À partir de 2007, la décision de rétronumériser la totalité de la collection de la revue depuis l’origine et de publier les numéros à venir en version électronique – en parallèle à la publication papier – ouvrait une ère nouvelle. Danielle Rouvier mettait en place les partenariats avec Persée et Revues.org et s’attelait à une tâche aussi gigantesque qu’imprévue : obtenir les autorisations écrites des auteurs ayant un jour publié dans la Remmm, soit un fichier de plus de 900 noms ! Une fois validés les résultats de la mise en ligne, moins de deux ans après le début de l’opération, 40 ans de recherches sur le monde arabe et musulman (1966-2006) devenaient librement accessibles sur internet – soit plus de 1700 articles – et des numéros depuis longtemps épuisées au format imprimé redevenaient disponibles. Formée aux outils d’édition électronique, Danielle Rouvier ajoutait logiquement à sa casquette de secrétaire de rédaction celle de webmaster, non seulement responsable de la structure du site web, mais aussi éditrice de la version électronique de la revue à partir de 2007.

9Dans le fonctionnement quotidien de la revue, pour n’être pas placée sur le devant de la scène, Danielle n’en jouait pas moins un véritable rôle de chef d’orchestre. Un orchestre dont la géométrie variait sans cesse, mais qui associait pour chaque numéro plusieurs dizaines d’« exécutants » : auteurs d’articles, évaluateurs, membres du comité de rédaction et du comité scientifique, rédacteurs de comptes rendus, équipe éditoriale… Et ce n’était pas une, mais plusieurs partitions qu’elle suivait en même temps, puisqu’au moins quatre numéros étaient en permanence en cours, à divers stades d’avancement. On mesure la complexité de la tâche qui nécessitait de jongler avec de multiples calendriers et tableaux de bord. Quant aux instances de la revue, il fallait les maintenir actives, organiser et préparer les réunions régulières, les animer, bref faire vivre un collectif toujours guetté par la dissolution dans les activités individuelles de ses membres. Chaque numéro était ainsi un défi, toujours nouveau, une épreuve parfois, mais assurément conclu par une heureuse délivrance (c’est elle-même qui suggérait cette métaphore maternelle en parlant de ses « bébés »).

10Dans ces activités très diverses, elle engageait des qualités tout aussi variées : curiosité intellectuelle, ouverture d’esprit, irréprochables compétences de relectrice, rigueur d’organisation. Mais la dimension humaine de son travail était au moins autant – sinon plus – décisive. D’un côté, la fermeté nécessaire de la « maîtresse des horloges », celle qui permettait que les numéros sortent en temps et heure, tout en sachant dès le départ que c’était sur elle, maillon stratégique, que finirait fatalement par retomber le stress d’un retard inévitablement accumulé tout au long de la chaîne éditoriale. De l’autre, une souplesse et un tact tout aussi indispensables pour ménager les susceptibilités de chercheurs/auteurs parfois agacés par les relectures de leurs collègues, épisodiquement irrités par les corrections formelles de la relectrice et globalement imperméables aux échéances contraignantes d’une revue. Et souvent, son humour désarmant pouvait faire plus pour accélérer le rendu d’un texte en retard que des récriminations excédées. Autant de qualités, pour beaucoup non inscrites dans les « fiches de postes » car « non techniques » et difficiles à faire reconnaître par la hiérarchie institutionnelle qui n’a que tardivement (et tout relativement) récompensé cet engagement professionnel et personnel.

11Lorsque s’est précisé le moment de son départ à la retraite, nous lui avions proposé de faire avec elle une série d’entretiens enregistrés, ce qu’elle avait volontiers accepté. Nous souhaitions qu’elle retrace elle-même cette tranche de vie professionnelle riche, variée, faite tout autant de routines maîtrisées que d’inattendus, d’épisodes irritants ou comiques, de situations tour à tour stressantes et gratifiantes (la réception d’un carton de nouveaux numéros tout neufs !). La maladie a accaparé toute son énergie à l’instant même où elle prenait sa retraite et l’occasion ne s’est plus présentée. Elle aurait raconté tout cela de façon certainement plus précise, plus fouillée, beaucoup plus drôle aussi…

12Ce qu’elle n’aurait sans doute pas dit, mais dont nous pouvons témoigner, c’est l’immense plaisir de travailler avec elle au jour le jour, de bénéficier de sa gaieté, de son énergie, de sa capacité à relativiser les hauts et les bas, de sa joie de vivre communicative. Ou simplement du plaisir quotidien de discuter un moment dans son bureau, un bureau abondamment fleuri où l’on sentait la technique appliquée de la jardinière, mais surtout une amitié attentive et bienveillante. C’est cette amitié qui manquera le plus à tous ceux qui ont eu le bonheur de la connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix et François Siino, « Pour Danielle Rouvier (1950-2018) : Secrétaire de rédaction de la Remmm de 2004 à 2015 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 144 | novembre 2018, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12277

Haut de page

Auteurs

Sylvie Denoix

Orient et Méditerranée, Cnrs Umr 8167, France

Articles du même auteur

François Siino

Aix Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence,France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page