Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

BONTE, Pierre, Récits d'origine : contribution à la connaissance du passé ouest-saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara occidental, Algérie et Mali). Paris, Karthala, 2016.

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1Après de très nombreux articles, une monumentale thèse (2 352 p ; dont 270 p. d’annexes) et plusieurs ouvrages, le regretté Pierre Bonte avait encore tant de choses à nous apprendre sur cette région de l’ouest saharien devenue la sienne. Il n’aura pas eu le plaisir de voir l’édition des deux ouvrages qui clôturent le programme qu’il s’était fixé pour son éméritat. Récits d’origine, contributions à la connaissance du passé ouest saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara Occidental, Algérie, Mali) et Identités et changement socioculturel dans l'ouest saharien, les deux ouvrages parus après la disparition de Pierre Bonte en novembre 2013, n’auraient sans doute pas été les derniers. Ils marquent désormais la fin d’une vie de recherche (plus de quatre décennies) vouée à la Mauritanie et à l’ouest saharien.

2Récits d’origine est un ouvrage dont le titre, à lui seul, résume la problématique et l’épistémè dans laquelle s’inscrit son auteur. Son premier objectif, comme le précise son sous-titre, est de documenter une histoire saharienne qui l’a passionné, une vie durant. La somme des connaissances accumulées sur la région impressionne les plus érudits ; alors que l’infatigable chercheur considérait ce savoir encore et toujours lacunaire.

3Le second apport de ce précieux travail est d’ordre théorique. Il remobilise à nouveau frais l’entrée par le mythe et l’approche structuraliste pour mieux comprendre les « régimes d’historicité ». Pour ce faire, il met l’éclairage sur un matériau (les récits de fondation) très souvent sous-estimé par les chercheurs et qu’il considère comme un document que l’anthropologue est en mesure de mieux appréhender

4Enfin, le dernier apport et non des moindres, consiste en une leçon de méthode en anthropologie. La rigueur de l’approche, le comparatisme proche et lointain, théorique et factuel ; conjugués à la réflexivité sont ici présents de bout en bout de l’ouvrage. La clarté du propos et la modestie quasi proverbiale de Pierre Bonte, dans sa vie et dans ses œuvres, transparaissent à chaque ligne. Chaque mot est pesé, aucun n’est fortuit dans ce pavé de 780 pages.

L’ouvrage en quelques mots

5Une introduction conséquente d’une soixantaine de pages pose le principe et le sens de la démarche, expliquant les raisons, les tenants et les aboutissants. Puis, cinq parties équilibrées, traitant chacune d’une entrée, composent l’ouvrage. La première est consacrée à la figure de l’imam al-Ḥaḍramī. La seconde traite des fondations des établissements humains sahariens appelés qsūr. La troisième met en relief les figures de la sainteté. La quatrième s’intéresse aux deux ethnies en présence : les Arabes et les Berbères. La cinquième et dernière est consacrée à la formation des Baydhan. Elle décrit et analyse la formation de ce groupe, terrain privilégié des observations illustrant l’objet étudié. Enfin, une conclusion d’une dizaine de pages clôture l’ouvrage avec un point sur chacune des composantes de cette société : les Znaga, l’hégémonie soudanaise, les Baydhan. Les textes à l’appui et la longue bibliographie permettent de mesurer l’ampleur du travail qu’a nécessité une telle synthèse.

6Pour traiter de ces thématiques, qui sont autant de catégories fondatrices et structurantes de ces populations sahariennes, Pierre Bonte s’est appuyé sur ce qu’il a appelé des cycles de récits, notamment ceux relatifs à deux figures centrales : al-imām al-Ḥaḍramī d’une part et celle du sharīf Bū Bazzūl (le saint homme au sein) d’autre part. Ce sont les principales pièces de l’ossature de l’œuvre. A ces récits récurrents, qualifiés de cycles, s’ajoutent les fragments de récits qui viennent souligner les transformations que connaissent ces sociétés berbères en train de s’arabiser par la voie de l’islamisation.

7Suivons l‘auteur dans sa démarche. Après avoir rassemblé d’innombrables documents écrits et oraux, après avoir arpenté le territoire dans ses moindres recoins à la recherche du moindre indice, après avoir écouté des dizaines de récits déclinés en plusieurs variantes et après avoir observé les faits, les gestes et les pratiques de ce pays dont il est devenu l’enfant chéri et la référence incontournable, Pierre Bonte attire notre attention sur des récits assez singuliers qui circulent et se transmettent dans les populations sahariennes. Évoqués déjà dans sa thèse, ces récits d’origines seront étoffés dans un substantiel corpus à la suite d’enquêtes orales et documentaires. Des récits souvent recueillis par lui-même dans différentes versions, mais aussi repris (et discutés) de travaux de prédécesseurs (Paul Marty, Albert Leriche, Harry Norris, etc.). Avec un pareil travail, notre auteur parvient à légitimer l’approche avancée dans les années 1980 ; celle qui donne aux archives orales toute leur place dans les l’écriture de l’histoire.

Une posture épistémologique

8Pierre Bonte commence d’abord par reconsidérer ces récits, longtemps rangés dans la case des fables et des mythes d’un imaginaire collectif. A ses yeux, leur statut est tout autre. Ces « récits d’origine » ne sont pas des récits des « origines » nous prévient-il. Présents dans toutes les cultures, ces récits, nous dit-il, renvoient à des textes de composition orale ou écrite dont le contenu relève à la fois de la cosmogonie, de la magie, du religieux et de l’histoire. C’est cette dernière dimension qui intéresse l’anthropologue.

9Constamment reconstruits, mêlant le factuel et le fictionnel, le réel et l’imaginaire, le passé et le présent, ces récits servent à dire le contexte qui a présidé à leur fabrication ; et le présent dans lequel ils s’actualisent. Si l’auteur préfère les appeler « récits », c’est parce que, nous dit-il, ce mot est neutre. Il ne s’agit ni de mythes, ni de contes ; même s’ils participent d’une certaine manière du même univers. Ils ne racontent pas l’histoire des origines, mais participent à la fabrication de l’Histoire. En fait, ces récits racontent des histoires à travers lesquelles, se décrypte l’Histoire des tribus, de leurs établissements géographiques et de leur organisation politique. Régulièrement reconstruits en fonction des temporalités et des réalités à partir desquelles ils s’expriment, ils fondent les identités en distinguant les groupes qui les portent et les transmettent, légitimant les traits et les ordonnancements qui les caractérisent.

Une approche anthropo-historique

10Pour comprendre ces récits, l’auteur leur applique une analyse structurale en choisissant de centrer son propos autour de ce qu’il appelle « des cycles narratifs », notamment celui relatif à la figure de l’imam al-Ḥaḍramī, qui lui donne l’occasion de mettre en scène les Bafūr , face à l’épopée almoravide (xie-xiie siècle). Un second cycle concerne le sharīf Bū Bazzūl (l’homme au sein) et met en scène les systèmes de filiation et les conflits généalogiques. La guerre de Sharr-Bubba (xviie s.) sera l‘occasion de mettre en scène les oppositions et les conflits de hiérarchie entre le groupe Hassan et celui des Zawāya.

11En se focalisant sur les marges oubliées d’une histoire dont les traces écrites lui paraissent marquées par le point de vue des vainqueurs, les Almoravides, l’ambition première de P. Bonte est de restituer la part occultée de l’histoire des populations sahariennes, une histoire préexistante à l’islamisation de la région. Son œil scrutateur examine les fragments et récits oraux recueillis le long d’une vie, reconstituant ainsi, patiemment et savamment, l’histoire de la région à partir de l’intérieur. A la manière de Jacques Berque écrivant « l’intérieur du Maghreb », il revisite l’histoire de l’Ouest saharien à partir des matériaux locaux, et selon les schèmes endogènes rendant ainsi toute leur dignité aux récits locaux ; et partant à toute une culture.

12Au moment de leur énonciation ces « récits d’origine » sont des constructions, après coup, puisant dans le passé pour en fait dire le présent. Pour le dire avec les mots de l’auteur, ces récits « sont régulièrement reconstruits pour rendre compte des nouvelles conjonctures où ils s’expriment » p. 16.

13Relevant de l’« auralité » (cette « écriture sensorielle ») et privilégiant la dimension du sacré et du merveilleux, ces récits semblent avoir pour finalité première la fondation de la légitimité de l’islamisation des régions sahariennes ; mais, dans le même temps, ils laissent apparaître ou transparaître, dans les manières de leurs codifications, les conditions (pratiques sociales, religieuses) qui ont présidé au moment de leur élaboration ; et ce, à chaque fois, selon les contextes de leurs reconstructions. En filigrane, ce sont les thèmes du jihad et du martyre, celui de l’allogène et de l’autochtonie (Berbères / Arabes) qui transparaissent ; mais aussi la filiation et la généalogie (ansāb). Autant de traits valorisés par ces récits, comme arguments fondateurs du lien communautaire ou politique.

14De ces tissus de récits finissent par émerger des « motifs » incarnés par des figures, des évènements ou des lieux qui révèlent les nœuds et les croisements des fils : la sainteté, la religion, la filiation (patrilinéaire/matrilinéaire), la tribu, la zawiya, le sharifisme etc. Sous le fatras de ces petites histoires, se dessine peu à peu la trame de la Grande Histoire. À partir d’un corpus de plus de 70 textes, l’anthropologue arrive à déterrer les traces, ensevelies sous les décombres des mémoires orales éparpillées. Ainsi parvient-il à jeter une lumière sur cette période du xiiie au xviie siècle que les spécialistes du Maghreb ont pu qualifier de « siècles obscurs », tant les indices sont imperceptibles et les repères rares et indiscernables. Grâce à ce travail titanesque, nous disposons désormais d’un précieux éclairage pour de nouvelles lectures

Une approche théorique et une leçon de méthode

15Par sa méthode d’approche, se réclamant du structuralisme de Cl. Levi Strauss et s’’autorisant des travaux d’histoire sur les mythes de la royauté sacrée, Pierre Bonte cherche à percer les « régimes d’historicité » de ces récits. Sans faire explicitement référence à F. Hartog, il utilise cette catégorie dans le même esprit que l’auteur de Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps (Le Seuil, 2003) ; en insistant d’une part sur la manière dont le passé est traité et, d’autre part, en tant que modalité de conscience de soi. Ce n’est donc pas la périodisation de l’histoire saharienne qui l’intéresse en premier lieu, mais plutôt le rapport qu’établissent les populations sahariennes à tel ou tel moment de leur passé.

16Se réclamant d’une tradition à la fois historienne et anthropologique, Pierre Bonte considère tous les éléments présents et constitutifs de ces récits comme égaux, jouissant d’un même statut. Pour qu’ils prennent sens, il leur fait dépasser leur localisme et les met à la fois dans une perspective plus globale et en rapport avec tous les autres récits. Méthodique, notre auteur interroge ces récits selon quatre entrées : a) le contexte politique, b) la place du fait généalogique, c) la dimension du sacré et, enfin, d) l’influence de l‘écrit sur leur établissement. Comme le préconisait le père du structuralisme dans ses analyses des mythes, Pierre Bonte s’appliquera d’abord à dégager les éléments constitutifs et signifiants avant d’en décrypter les logiques qui les articulent selon les contextes. Tout en s’attachant à une analyse structurale de ces récits, il évite de céder à la tentation historique « qui postule une relation causale, chronologique en particulier, entre les épisodes exposés dans ces textes » (p.88).

17Pour éclairer le sens sous-jacent, il étudie ces textes dans leur complémentarité, opposition, addition, inversion. Figures et éléments du récit sont appréhendés dans une même cohérence structurelle. Certains récits paraissent présenter un caractère récurrent et de ce fait relève de ce qu’il appelle un cycle ; ils s’adressent à une large communauté et ont une finalité plus générale.

Les cycle de l’imam al- Ḥaḍramī

18Le cycle de traditions centré sur le personnage d’al-Ḥaḍramī permet d’avancer des réinterprétations de l’histoire de l’Ouest saharien et d’ouvrir de nouvelles perspectives. Les récits autour de cette figure illustrent le changement de « régime historique. ». Ce n’est plus une force politique et militaire qui est à l’origine des choses ; mais une catégorie religieuse : la sainteté.

19Cet originaire du Hadramaout (Yémen), comme l’indique son nom, al imām al Ḥaḍramī, est au centre de ces récits traditionnels alors qu’il est pratiquement absent des recensions maghrébines. Figure légendaire, cet imam est également un personnage historique dont la tombe fut redécouverte au xviie siècle.

20En analysant le cycle des récits qui lui sont consacrés, Pierre Bonte fera remarquer qu’ils laissent transparaître l’absence de séparation entre l’autorité religieuse et l’autorité politique. Il en est autrement dans les textes maghrébins qui distinguent autorité religieuse et autorité politique en subordonnant la seconde à la première.

21C’est le cycle de l’imam al-Ḥaḍramī qui évoque les populations Bafūr en les associant aux chiens, en leur attribuant comme capitale, madinat al-kilāb, la cité almoravide où meurt historiquement l’imam al-Ḥaḍramī. Cet indice pousse Pierre Bonte à ouvrir le dossier et à le documenter avec épaisseur. Il nous apprend que les Bafūr , sont considérés, dans l’Adrar mauritanien, comme « non musulmans », parfois juifs et d’autres fois « sans religion ». Ils sont associés au cycle de l’imâm al Ḥaḍramī, alors qu’ils sont absents des textes des auteurs arabes anciens. Pourtant, les voyageurs Européens les signalent dès le xve siècle. Pierre Bonte tente d’en éclaircir la signification à partir des récits qui circulent. Les sites Bafūr sont associés aux sources (swagui) et palmeraies sauvages (amendir ou nakhla Bafūr ), conférant à la vie des Bafūr une réputation en partie agricole. Ils sont également considérés comme des chasseurs montagnards ; et ils sont aussi caractérisés comme des sédentaires. En disséquant tous les récits, Pierre Bonte dresse une liste des caractéristiques et des attributs des Bafūr. Sédentaires, agriculteurs, chasseurs, non musulmans, juifs, sans religion, ils sont la plupart du temps identifiés comme une population blanche ; mais ils auraient compté également des Noirs.

22En pointant les stigmatisations et les assignations identitaires, Pierre Bonte brosse le tableau d’une « culture Bafūr » se caractérisant par un certain degré de sédentarité, l’élevage du petit bétail, une agriculture ponctuelle, chasse et cueillette, la construction des qsūr greniers. Situés hors de l’islam et inclus parfois dans les « gens du livre », les Bafūr sont l’occasion d’égrener l’histoire complexe et foisonnante de l’islamisation de l’Ouest saharien, où l‘on retrouve les luttes entre les populations berbères et arabes, mais aussi entre les Noirs et les Blancs, les sunnites et les chiites ; des luttes et affrontements ayant précédé le triomphe de l’islam sunnite malikite.

23Tout un chapitre est consacré à l’hypothèse kharijite des Bafūr pour aboutir à l’hypothèse d’une guerre symbolique entre sunnites malikites (rigoristes) et Ibadites dont la cynophagie demeurait encore un trait caractéristique (dans les milieux kharijites). Après une instruction (quasi judiciaire) fine et exhaustive du dossier Bafūr, Pierre Bonte le clôt, sans trancher : « Rien ne permet d’identifier une origine commune » écrit-il à propos de ces populations. Populations résiduelles d’un peuplement ancien dans l’Adrar, ils apparaissent plutôt comme une catégorie « tribalo-ethnique dans la Guebla, mélange de Noirs et de Berbères, de sédentaires et de nomades. ». Pierre Bonte préfère la prudence : « Il est donc possible – c’est le sens dont seraient porteurs les récits analysés ci-dessus - que l’appellation Bafūr ait pu, à une certaines périodes et dans certaines circonstances, signifier l’appartenance d’un groupe social à la nébuleuse kharijite ». Il prévient cependant qu’en aucun cas, il ne faut lier le kharijisme à la cynophagie : « les Berbères kharijites pratiquent la cynophagie non parce qu’ils sont kharijites, mais parce qu’ils sont berbères » (p. 157.).

Les récits de fondations

24Poursuivant son exploration des récits d’origine, Pierre Bonte nous montre l’importance de l’ancrage qṣūrien dans les constructions généalogiques, notamment par la revendication de la tombe d’un saint homme comme ancêtre fondateur d’un « établissement humain ». Il nous montre comment la légitimation religieuse des origines apparait comme le plus évident et le plus récurrent des traits. Ce faisant, nous assistons à une réécriture de l’histoire des villes mauritaniennes comme Walata, Wadan et d’autres cités. La lecture, à travers le religieux, est ici remise en cause pour montrer l’ancestralité de ces cités et leur importance avant l’avènement de l’islam dans la région.

25Tout en reconnaissant l’influence de la langue arabe et de la culture islamique dans le développement de ces cités, Pierre Bonte nous montre l’ancestralité de leur fondation et la pérennisation des dynamiques qui les portaient. Le jeu des solidarités claniques (`aabiyāt) et autres concurrences ethniques sont exposés et discutés. Un chapitre entier est consacré aux figures de la sainteté, une catégorie mobilisée dans les concurrences de légitimation et dans les prétentions politiques. Il met en relief le processus d’articulation de cette catégorie au fait et à l’ordre tribal ; par le biais et à travers les organisations confrériques.

Le cycle du sharīf Bū-Bazzūl

26Le sharīf Bū Bazzūl est un descendant du Prophète, dit sharīf « au sein ». Les différentes variantes de ce récit mettent en scène un homme étranger, à la fois sharīf (descendant du prophète) et saint, ayant épousé plusieurs femmes de tribus locales différentes quelquefois noires (Hawsas Peuls ou Wolofs) et plus souvent Berbères. Ce sont les descendants de ces tribus qui à travers ces récits se réclament de son ascendance. Ils le font en relatant des faits miraculeux découlant de ces unions

27Saint guérisseur, le sharīf soigne une femme atteinte de folie et fuit avec l’enfant né de cette union, pour échapper à la menace de ses hôtes et parents de la femme. Contraint, il le nourrit miraculeusement en l’allaitant du bout de son sein ou de son doigt. L’enfant, Chams Eddine, est considéré comme l’ancêtre des Smasīd avec pour mère une femme des Idaw`Ali de Shingiti. Ce récit souligne le processus de rattachement de ce groupe social à la filiation chérifienne, et affirme la revendication d’une supériorité de l’ordre patrilinéaire arabo-musulman sur l’ordre matrilinéaire des populations locales Znaga. En d’autres termes, ce récit atteste du parachèvement de la transformation de la société berbère Znaga, acquise désormais au paradigme arabo-musulman.

28Le récit sur le sharīf Bū Bazzūl, dont la tombe se situe près de la capitale Nouakchott, s’inscrit dans le même cadre chronologique que celui sur les Bafūr , concomitant à l’installation des tribus Hassan dans la région. Ce qui renvoie à la référence arabe et chérifienne, motif central de ces récits. Bū Bazzūl est l’étranger à l’ascendance prestigieuse qui symbolise la supériorité de l’ordre agnatique sur celui cognatique, l’arabe sur le berbère, le Hassan sur le Znaga. Ainsi, au-delà ou au travers du récit se lisent les concurrences des organisations tribales, des ordres matrimoniaux, des obédiences (sunnite/chiite), des filiations généalogiques etc.,

29Fondé sur une érudition phénoménale et une connaissance intime du terrain, le travail de Pierre Bonte remet de l’ordre dans la somme des connaissances accumulées en les éclairant par la multiplicité des occurrences et des réagencements, pour finalement ouvrir sur une nouvelle mise e perspective de l’histoire régionale.

30Au fil de la lecture et de l’analyse de ces récits, Pierre Bonte démêle patiemment et minutieusement les fils intriqués de l’écheveau des ordres tribaux dont il est indéniablement, aux yeux mêmes des natifs, l’un des meilleurs connaisseurs. Ainsi finit-il par écrire en page 482 « La société berbère Znaga aurait connu un processus d’arabisation, accompagnant l’islamisation très tôt engagée, et se prolongeant par une nouvelle lecture holiste de ses composants arabes et berbères, favorisant la constitution de nouvelles hiérarchies statutaires et politiques qui se concrétiseront et s’institutionnaliseront avec la formation des émirats dans une partie de cette vaste aire ouest saharienne ».

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « BONTE, Pierre, Récits d'origine : contribution à la connaissance du passé ouest-saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara occidental, Algérie et Mali). Paris, Karthala, 2016. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 146(2-2019) | avril 2020, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12284

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page