Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneSTADNICKI Roman (dir.), Villes arabe(…)

Lectures en ligne

STADNICKI Roman (dir.), Villes arabes, cités rebelles, Paris, Éditions du Cygne, 2015

Aude Signoles

Texte intégral

  • 1 Parmi les publications récentes, voir notamment : S. Belguidoum, R. Cattedra et A. Iraki, « Villes (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Roman Stadnicki, géographe français longtemps en poste à l’Observatoire urbain du Caire (Cédej, Egypte), est le fruit d’une réflexion portant sur les transformations urbanistiques et sociales des villes du monde arabe. En cela, il s’inscrit dans la continuité des nombreuses études réalisées sur l’urbanité dans le contexte des mobilisations populaires de 20111 et de la globalisation des territoires (K. Bennafla, 2015 ; S. Benguidoun, R. Cattedra, 2015 ; J. Chapuis, 2013). Cette effervescence éditoriale pour le sujet, couplée à l’organisation de nombreux colloques, provient du fait que les villes ont été largement les lieux d’ancrage des « révolutions arabes ». Comme les travaux précédemment publiés, Villes arabes, cités rebelles prend le parti de porter un regard pluridisciplinaire sur les évolutions en cours, en faisant appel à des chercheurs - jeunes ou plus aguerris -, qui proviennent d’horizons disciplinaires variés : géographes, historiens, politistes, anthropologues, sociologues et architectes-urbanistes. Les études présentées ont également pour point commun une certaine densité ethnographique. La proximité des auteurs avec leurs terrains respectifs (Syrie, Palestine, Egypte, Liban, Qatar, Mauritanie, Algérie, Tunisie, Maroc) est importante à souligner, dès lors que les lieux, objets d’études de cas, sont secoués par des dynamiques de violence politique multiformes. Au-delà des difficultés d’accès physique au terrain, l’enjeu est bien, dans ces cas-là, de pouvoir collecter des sources au plus près des acteurs et au plus proche du temps présent, dès lors que les données et archives de première main sont parfois détruites (délibérément ou non) – ou peuvent l’être, à terme (E. Sanbar, dans la postface). Les études de cas regroupées dans cet ouvrage ne prennent cependant pas toutes pour terrains d’étude des villes en guerre.

2Le postulat de départ qui irrigue l’ensemble des contributions est le suivant : les villes du monde arabe contemporain sont traversées par des dynamiques de transformations sociétales, morphologiques et/ou politiques, qui renvoient toutes à des mobilisations contestataires portées par des groupes d’acteurs et des discours remettant en cause l’ordre social et urbain jusque-là établi. La « rébellité » est donc l’entrée transversale de cet ouvrage, entendue comme « le non-respect, par les acteurs urbains de tous bords, des règles – qu’elles soient juridiques, sociales, environnementales, etc. -, [mais aussi comme] l’invention de nouvelles formes de solidarité, d’expérimentation et d’organisation collective, en marge de cadres institutionnels frappés, de surcroît, d’instabilité structurelle » (p. 13). Partant de là, trois thèmes jalonnent les travaux regroupés ici : d’une part, les villes en tant qu’espaces politiques, lieux de pratiques aux logiques d’intérêts parfois concurrentielles ; les villes en tant qu’espaces d’identification et d’expressions de solidarités multiformes ; et, enfin, les villes en tant que lieux d’expérimentation, génératrices de nouvelles morphologies et identifications urbaines.

3Plusieurs conclusions s’imposent à la lecture de l’ouvrage. Certaines contributions démontrent les bienfaits d’une approche de sociohistoire en montrant comment les mobilisations sociales et/ou politiques de 2011 s’ancrent dans des dynamiques urbaines plus anciennes– que ce soit en Syrie, pour les populations d’origine rurale, pour qui la ville joue comme un lieu de contrastes et d’éveil de la conscience politique (M. Rey), ou, au Liban, où la localité de Nabatiyeh apparaît comme une ville-ressource pour les dirigeants locaux du Hezbollah (J. Chapuis). D’autres attestent de la pertinence des entrées par l’anthropologie politique, en s’astreignant à des comparaisons qui informent sur ce que les mobilisations populaires produisent localement. Ainsi, l’étude comparée du comportement électoral des populations égyptiennes originaires de deux villes du Delta, Suez et Tanta, nuance le clivage fonctionnel islamisation/sécularisation mis en avant d’ordinaire pour expliquer l’échec électoral rapide des Frères Musulmans entre 2012 et 2014 (C. Steuer). De même, l’étude comparée des « notabilités tribales », menée à partir de deux villes du Sahel situées l’une, en Mauritanie, l’autre, en Tunisie, conclut, non à la disparition des structures de la parenté, mais à une perte de poids différencié de celles-ci selon les cas (V. Bisson). Certaines contributions déconstruisent, de leur côté, des idées reçues « culturalistes » sur les territoires de l’alcool à Tunis (N. Znaien), ou encore, sur les représentations des sexualités dans la littérature marocaine (J. Zaganiaris). Les travaux des géographes s’attaquent à la problématique – aujourd’hui classique – de la fragmentation urbaine, en débouchant sur des analyses contrastées : d’un côté, l’accentuation des phénomènes de dualité urbaine est soulignée – à partir, notamment, de l’étude comparée de deux gros projets urbains portés par des fonds qataris dans le centre-ville du Caire (M. Sinno) ; ou encore, de l’étude des effets socio-spatiaux du ‘pétro-urbanisme’ de l’Etat qatari à Doha (M. Lazar) et des politiques publiques d’aménagement urbain en Tunisie et en Egypte (D. Sims) ; et, enfin, de l’impact potentiel, dans l’hyper-centre de Beyrouth, de la modification, en 2014, de la loi sur les baux locatifs, jusque-là relativement protectrice pour les non-propriétaires. De l’autre, l’idée de ville duale est remise en cause ou, du moins, nuancée, par le biais d’une enquête approfondie dans des compounds fermés de la périphérie du Caire (E. Braud). Les travaux regroupés ici questionnent aussi la fabrique de la citadinité, soit dans des espaces urbains périphériques – comme dans le cas des « villes nouvelles » de Constantine, en Algérie (A. Lakehal), soit dans des espaces centraux de lieux-» capitales » - comme les bars branchés fréquentés par la jeunesse « globalisée » de Ramallah, en Palestine (M. Gasparotto) -, soit, enfin, à travers la réappropriation par le langage et le pouvoir des mots des noms de lieux qui font l’identification à la ville (J. Keilo pour la Syrie).

4Ainsi, l’intérêt des travaux rassemblés ici provient du fait qu’ils s’arrêtent sur des lieux de l’urbanité et des acteurs de la « rebellité » variés. Il n’en demeure pas moins vrai que les productions sont d’intérêt scientifique inégal. Surtout, l’absence de trames conclusives empêche le lecteur de sortir de la spécificité de chaque étude de cas. Ce faisant, l’ouvrage ne permet pas vraiment d’entamer une discussion scientifique avec des auteurs dont les travaux portent sur les liens entre mobilisations populaires et territoires glocalisés du politique sur d’autres terrains qu’arabes – en Amérique latine et Afrique notamment, où la « fabrique » des villes et de la citadinité est, pourtant, tout autant articulée aux dynamiques de contestation populaire.

Haut de page

Notes

1 Parmi les publications récentes, voir notamment : S. Belguidoum, R. Cattedra et A. Iraki, « Villes et urbanités au Maghreb », Année du Maghreb, n° 1, Paris, Ed. du CNRS, 2015 ; K. Bennafla (dir.), Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, Paris, Karthala, 2015 ; J. Chapuis (dir.), Villes en guerre au Moyen-Orient, Paris, L’Harmattan, 2013 ; P. Signoles (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala, 2014.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Signoles, « STADNICKI Roman (dir.), Villes arabes, cités rebelles, Paris, Éditions du Cygne, 2015 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12289

Haut de page

Auteur

Aude Signoles

Maître de conférences en science politique, IEP Aix-en-Provence/CHERPA et IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search