Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneREY Matthieu, Histoire de La Syrie. (…)

Lectures en ligne

REY Matthieu, Histoire de La Syrie. XIXe - XXIe siècle, Paris, Fayard, 2018

Elizabeth Picard

Texte intégral

1Matthieu Rey réalise le lourd projet de présenter en quelques trois cents pages la relation de plus de deux cents ans (1780-2013) d’histoire syrienne à un public non spécialiste, curieux et éclairé. Sans compter 50 pages de références et bibliographie, en langues anglaise (principalement), arabe et française ainsi qu’un rapide glossaire, une brève chronologie et un index des principaux noms cités. Cet appareil critique est bienvenu, d’autant que produire une histoire générale implique de faire largement appel aux travaux d’autres chercheurs.

2L’ouvrage est composé de dix chapitres enchaînant les épisodes successifs de l’histoire politique des territoires qui forment aujourd’hui la République Arabe syrienne. Ce parti-pris rétrospectif répond, semble-t-il, à l’intention de l’auteur de montrer comment s’est formée la Syrie que nous connaissions à la veille de 2011. Il a l’avantage de simplifier des processus et des événements complexes et permet de mettre l’accent sur l’axe méridien du pouvoir politique et économique du pays, la macmûra habitée, construite et cultivée, et en particulier sur les villes d’Alep et de Damas.

3Dès le chapitre introductif qui dresse un tableau des conditions climatiques et des modes de vie dans les différents espaces syriens (cités, grandes et moyennes, campagnes cultivées et steppes parcourues par les bédouins) à la fin du XVIIIe siècle ottoman, les événements se précipitent : luttes de factions, fragmentations régionales et dominations éphémères de grands serviteurs de l’Empire ou de conquérants extérieurs. La lutte d’influence entre Istanbul et le Caire sur fond de réformes constitutionnelles majeures est traitée dans le chapitre II qui évoque judicieusement les répercutions au sein des sociétés proches-orientales de l’ébranlement de l’ordre et des statuts traditionnels. Le chapitre III rend compte à grands traits de l’articulation complexe entre domination des notables locaux, interventions européennes et modernisation juridique et administrative de l’État ottoman au tournant du XXe siècle. Le chapitre IV couvre la Première guerre mondiale. La Syrie devient un champ de guerre et un enjeu international. La période du Mandat français est narrée au chapitre V avec la maîtrise que procure l’accès aux sources diplomatiques occidentales. Même fermeté dans le traitement de la première période de l’indépendance (1946-1963), objet de la thèse de l’auteur, au chapitre VI. Ensuite, les chapitres VII, VIII et IX consacrés aux premières années du Bacth au pouvoir et au règne de Hafez al-Assad offrent de belles synthèses appuyées sur la lecture de nombreux ouvrages d’analyse et de mémoires d’acteurs de la période. Plus près de nous, le chapitre X s’ouvre aux témoignages critiques des jeunes générations à l’orée de la guerre civile.

4L’ouvrage est ample et détaillé, même si, forcément, certains événements et certaines questions restent sous-traités dans ce texte comprimé par son espace éditorial et pressé par le temps de sa rédaction. Regrettons au passage les nombreuses erreurs factuelles et rédactionnelles (lexicales et syntaxiques) qui sont autant de cailloux dans la lecture d’un texte souvent inspiré. Ce livre peut heureusement susciter le désir d’appréhender l’épaisseur sociologique qui relie un récit d’histoire politique à des portraits d’acteurs, des gros-plans sur des épisodes-clefs, et des anecdotes. Pour ce faire, la riche bibliographie de Matthieu Rey est bienvenue, en particulier la référence au texte de Michel Seurat, « Les populations, l’État et la société », source inégalée d’analyse et de compréhension de la trajectoire syrienne depuis deux siècles.

5Déjà, le livre soulève d’importantes questions conceptuelles et méthodologiques portant sur le cadre d’analyse et les outils pertinents pour appréhender et rendre compte de l’histoire de la Syrie moderne. Retenons-en trois principales qui pourraient donner lieu à des recherches et des débats approfondis.

6Matthieu Rey prend ses distances avec les analyses qui tiennent la variable confessionnelle/communautaire (selon qu’on se place dans une approche doctrinale/sociologique) pour la clef d’analyse de l’histoire politique du pays. Il emploie ces termes, ainsi que celui de minorité (s’agissant des Kurdes ou des Tcherkesses) avec parcimonie et à bon escient, par exemple dans son traitement des massacres des années 1860. Il les combine avec d’autres marqueurs relevant de l’anthropologie (les structures familiales et claniques) et de l’écologie (les types d’habitat, de production, de consommation et de circulation). M. Rey privilégie plutôt la variable statutaire en insistant sur le rôle et la fonction des « notables » (acyân) à la période de l’Empire et sous le Mandat. Et il s’efforce de montrer que la confessionnalisation de la société syrienne a été une stratégie systématique des Assad au pouvoir depuis 1970. Les concepts de notabilité et de confessionnalisme appartiennent en fait à deux périodes distinctes de l’histoire syrienne. Comme l’avaient souligné les participants à la conférence à la mémoire du père de l’historiographie de la Syrie contemporaine, Albert Hourani, qui s’est tenue à Princeton en 2012, deux siècles de changements démographiques et macro-économiques ont rendu obsolète le statut de notable (Hanssen & Weiss 2018) tandis que la modernisation de la relation État-société passait par la politisation des identités confessionnelles ou ethniques (Makdisi 2000) afin de délégitimer les nouveaux enjeux intellectuels et de nier les classes sociales en formation. Aujourd’hui, au lendemain des ravages de la guerre civile, le statut et la catégorie identitaire font peut-être place aux réseaux, porteurs de liens sociaux, vecteurs de circulations marchandes et idéelles, et distributeurs de pouvoirs.

7Un autre thème qui parcourt la deuxième partie du livre est celui de l’échange entre (politique) extérieur(e) et (politique) intérieur(e). Cette stratégie, qui date des interventions égyptienne et européennes en Syrie au début du XIXe siècle a été mise en lumière par Ghassan Salamé (1987). Tandis que les dirigeants externalisent le gouvernement du pays en appelant à des interventions militaires et en réclamant un soutien économique ou une aide humanitaire, ils internalisent les tensions et les crises internationales. Celles-ci leur offrent prétexte à renforcer le contrôle sécuritaire de la société. Elles sont l’occasion de faire le tri entre leurs clients loyaux, et leurs critiques et rivaux. M.Rey le montre au long des conflits de pouvoir qui ponctuent l’histoire syrienne. Peut-on faire de cette porosité des frontières un paradigme endémique à la Syrie ? Dans quelle mesure et dans quels contextes s’accentue-t-elle au cours de ces deux siècles ? Que révèle-t-elle de la fragilité de la souveraineté nationale ? Et en quoi participe-t-elle de la construction d’un État issu, comme bien d’autres, de la décolonisation ?

8C’est ici qu’affleure le problème qui sous-tend le traitement par M.Rey de l’histoire de l’État syrien : celui de la formation de l’espace national. Dans les territoires qui constituent la Syrie actuelle, l’État a adopté successivement des formules constitutionnelles et des modes de gouvernement variés depuis l’époque ottomane jusqu’à la révolution de 2011. Mais il ne s’agit là que de transformations du régime et de la gouvernance : des conflits idéologiques, notamment entre étatistes et libéraux de diverses sortes, des rivalités de personne, des ruptures politiques, des coups armés, des campagnes militaires.

9Or, en profondeur et dans la durée, un État se forme et se transforme dans la société suivant la démonstration de Joel Migdal, c’est à dire dans une symbiose et des interactions indémêlables. Si bien qu’au-delà des agissements du groupe dirigeant (le régime), l’analyse doit prendre en compte l’ensemble des agents, civils et militaires, de cet État, les partis, appareils, associations et hiérarchies religieuses qui forment la « société civile » (aussi fragile soit-elle) mais plus encore, l’ensemble de la société dans sa diversité et dans ses territoires.

10Il se trouve que, depuis un siècle, l’histoire de la Syrie est celle d’un pays (État et société, État dans la société) progressivement amputé de ses territoires et de ses populations, dont l’identité nationale a été niée par un pouvoir impérial, bafouée dans le « grand jeu » colonial, engloutie dans le projet unitaire arabe, délégitimée au nom de la foi en une autorité transcendante, instrumentalisée par un parti fascisant, mise au service d’un pouvoir sultanien (policier mais pas totalitaire), cloisonnée par des rivalités de terroirs. Il s’agit là d’un processus continu que les ruptures dramatiques et les accidents innombrables ne peuvent pas masquer mais qu’ils doivent au contraire donner à comprendre : le partage du Bilâd al-Shâm au sortir de la Grande guerre a tari les circulations qui irriguaient les régions complémentaires de la montagne côtière, des terres cultivées de la macmura et des steppes parcourues par les éleveurs. Ensuite, sous le Mandat français, un carcan législatif et administratif a matérialisé les divisions territoriales et souligné les différences régionales. Tant les marchandages entre puissances que la guerre en Palestine ont poursuivi, dans la décennie 1940 et au-delà, le démantèlement de cet » État du toujours moins ». Pour dominer, les régimes politiques de la Syrie ont divisé et écrasé la société bien avant la guerre civile de 2011 comme le montre Matthieu Rey, si bien qu’il est difficile de rendre compte de sa formation en profondeur et de faire apparaître les continuités de son histoire.

Haut de page

Bibliographie

HAJJ Omar A., 2016, « Geographies of Absence: Radicalization and the Shaping of the New Syrian Territoriality », New England Journal of Public Policy 29(1), 2017, http://scholarworks.umb.edu/nejpp/vol29/iss1/10 HANSSEN, Jens & Max WEISS (eds.), Arabic Thought Beyond the Liberal Age: Towards an Intellectual History of the Nahda, Cambridge, Cambridge University Press.

HANSSEN Jens & WEISS Max (eds.), 2018, Arabic Thought against the Authoritarian Age: Towards an Intellectual History of the Present, Cambridge, Cambridge University Press.

MAKDISI Ussama, 2000, The Culture of Sectarianism. Community, History and Violence in Nineteenth-Century Ottoman Lebanon, Oakland, University of California Press.

MIGDAL Joel, 2001, State in Society. Studying how states and societies transform and constitute one another, Cambridge, Cambridge University Press.

SALAMÉ Ghassan, 1987, Al-Mujtamac wal-Dawla fîl-Mashriq al-cArabî, Beyrouth, Markaz dirâsât al-wahda l-carabiyya.

SEURAT Michel, 1980, « Les populations, l’État, la société », in La Syrie d’aujourd’hui, sous la dir. de André Raymond, Paris, Éditions du CNRS, p. 87-141, https://books.openedition.org/iremam/731

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « REY Matthieu, Histoire de La Syrie. XIXe - XXIe siècle, Paris, Fayard, 2018 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12297

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Iremam, Aix-en-provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search