Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneEL SAKKA Abaher, Ghazza : al-târîkh (…)

Lectures en ligne

EL SAKKA Abaher, Ghazza : al-târîkh al-ijtimâ‘i tahta al-isti‘mâr al-baritânî (Gaza : Une histoire sociale sous le mandat britannique), Beyrouth, Institut d’Etudes Palestiniennes, 2018. 325 p

Jihane Sfeir
p. vol 149

Texte intégral

1La publication de cet ouvrage est le fruit d’une longue réflexion menée par le sociologue Abaher el Sakka afin de combler une lacune dans l’histoire de Palestine, celle de Gaza - dont il est originaire. D’après l’auteur, l’histoire de cette ville a longtemps été marginalisée au profit d’autres localités (Jérusalem, Haïfa ou Naplouse), à cause en partie du manque d’accessibilité au terrain et aux archives locales. Cet ouvrage,7ème volume de la collection des éditions de l’Institut d’Etudes Palestiniennes consacrée à l’histoire des villes (Silsila al-mudun al-filastiniyya), vient donc utilement compléter nos connaissances de l’histoire urbaine palestinienne.

  • 1 Fondations religieuses.
  • 2 Tribunal religieux ottoman.

2La recherche prend comme point de départ 1893, avec la naissance du premier conseil municipal de la ville de Gaza sous l’empire ottoman, et se termine en 1948 avec la fin du mandat britannique et la Nakba (la catastrophe ou l’exode des Palestiniens). L’objectif que se donne l’auteur est d’établir une histoire sociale, économique et politique de la ville à travers l’analyse d’archives palestiniennes inédites (celles des familles, de la municipalité de Gaza, des awqâfs1 ou de la mahkama char‘iyya2) et l’exploitation des archives diplomatiques de Nantes et celles du Foreign Office de Londres, complétées par une série d’entretiens et par le recours à une littérature scientifique en arabe, en français et en anglais relative à Gaza durant cette période. Au-delà d’une simple monographie de Gaza, cet ouvrage s’inscrit dans les études récentes portant sur la notabilité palestinienne - on pense notamment à l’ouvrage de Sherene Seikaly (Seikaly, 2015, [272]) ou à la thèse d’Alice Bonamy (Bonamy, 2017, [359]).

3Le livre est divisé en cinq parties. La première partie - la plus importante (p.11-111) - présente une lecture socio-historique de la ville de Gaza sur l’ensemble de la période étudiée. Dans cette partie, l’auteur explique d’abord son positionnement scientifique « postcolonial », rejoignant les Subaltern Studies, par sa volonté d’écrire une histoire par le bas qui permette de décoloniser l’histoire palestinienne. Son ambition est à la fois de mettre en lumière l’histoire des grandes familles de Gaza (Husseini, ‘Alami, Chawwa, Bsseisso…) dans leur relation avec la société gazaouie, le pouvoir ottoman et les autorités britanniques, et d’étudier l’impact de la « colonisation » (terme utilisé par l’auteur pour désigner le mandat britannique) sur la société, l’économie, la culture et la construction du politique à Gaza. D’ailleurs l’utilisation du terme « colonisation » (isti‘mâr) est entièrement assumée par l’auteur qui, tout en mettant en garde contre une histoire idéologique et personnelle, la justifie au travers d’une comparaison entre l’histoire coloniale française de l’Algérie et celle de la Palestine (p.19). La colonisation de peuplement de la Palestine serait selon l’auteur, entre autres arguments, semblable à celle de l’Algérie, où l’installation d’une population exogène (l’immigration juive) aurait été facilitée par les autorités britanniques durant les trente années de mandat.

4L’histoire de la fin de l’époque ottomane (p. 36-57) marquée par la Première Guerre mondiale, la famine et l’invasion des criquets, la conscription, la destruction des bâtiments et les arrestations de nationalistes arabes, est relatée dans l’ouvrage à travers les chroniques du Cheikh ‘Othmân al-Tabbah, dont l’auteur utilise un extrait long de quatre pages, tiré de son ouvrage monumental (al-Tabbah, 1999 [1806]), pour illustrer ce climat d’insécurité et de chaos. Ce moment de fin de règne a longtemps été occulté par l’historiographie palestinienne. Dernièrement - et peut-être à cause des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale -, plusieurs ouvrages établissent le récit de cette période au Proche-Orient en général et en Palestine en particulier ; on pense notamment à l’ouvrage de Salim Tamari, Year of the Locust, A Soldier's Diary and the Erasure of Palestine's Ottoman Past (Tamari, 2015) - dont la référence est étrangement absente dans ce travail -, qui relate la fin de l’empire ottoman à travers le journal d’un soldat ottoman, Ihsan Salih Turjman. L’histoire du début du mandat est plus élaborée ; centrée autour du rôle de la municipalité et de l’élite structurée en classe sociale, la narration historique reprend brièvement les débuts et l’évolution de la lutte nationale palestinienne et s’attarde plus longuement sur les relations de la notabilité de Gaza avec le pouvoir britannique. L’auteur consacre d’ailleurs un chapitre entier à cette classe sociale, une notabilité qui a construit un réseau économique et politique avec le reste des grandes familles de Palestine (Nashashibi, Husseini, ‘Alami…) et qui entretient des relations complexes avec les autorités britanniques, surtout pendant la Grève de 1936 et la Grande Révolte.

5La deuxième partie de l’ouvrage (p. 119-175) est consacrée à la politique urbaine de Gaza, entre administration coloniale et gestion locale. Dans cette partie l’auteur relate l’histoire des fouilles archéologiques françaises et britanniques du XIXème siècle à travers le prisme « orientaliste » visant à fabriquer un imaginaire de la Palestine biblique. Il aborde ensuite l’administration urbaine britannique de la ville dont l’objectif principal aurait été de civiliser les indigènes, à travers la construction de nouveaux bâtiments et la mise en place des moyens de communication et de transport. La gestion municipale de Gaza est mise en valeur par une politique locale d’assainissement des quartiers et des routes. La ville, qui possédait un port datant du début du XIXème siècle et un aéroport construit en 1927 (p.158-159), était reliée à l’Europe, la Turquie, la Syrie, l’Irak ou le Liban. Elle possédait également une gare qui servait pour le transport militaire et civil mais aussi des marchandises. L’activité principale de Gaza étant le commerce maritime et terrestre, elle joue le rôle de ville-relais dans le transport des produits locaux et régionaux.

6La troisième partie, la plus courte de l’ouvrage (p.179-191), aborde l’éducation et la culture à Gaza. L’auteur énumère le nombre d’écoles primaires et secondaires en insistant sur le rôle de la société civile et de la municipalité dans le financement et le développement des écoles à Gaza. Il décrit ensuite l’histoire des journaux à Gaza, qui débute en 1927 avec la publication de la revue « Sawt al-Haqq » (« La voix de la Vérité ») appartenant au chef de la municipalité de l’époque, l’avocat Fahmi al-Husseini. Une analyse des liens entre politique, médias et monde intellectuel aurait renforcé la problématique de départ sur le poids des grandes familles dans la gestion de la ville. Cette partie se termine par une brève description des lieux de loisirs (cinémas et théâtre) et les clubs sportifs où l’on apprend que la pièce « Hamlet » de Shakespeare était très appréciée par les Gazaouis parce qu’elle évoque le désir de liberté et d’indépendance .

7La quatrième partie (p.193-242) porte sur la vie quotidienne à Gaza. L’auteur s’y attarde sur l’analyse des coutumes, des fêtes, des relations sociales et familiales, et des rapports entre les différentes communautés. Tout au long des chapitres, on apprend qu’à Gaza (comme partout ailleurs en Palestine), musulmans et chrétiens vivaient en harmonie. Les fêtes religieuses étaient souvent célébrées par les deux communautés et on s’invitait mutuellement aux mariages et célébrations. Certaines fêtes profanes (comme le Mawsim al-Mintâr) rassemblaient tous les habitants de Gaza autour du Mzâr al-Mintâr qui, selon la légende, aurait été érigé sur le tombeau d’Abou al-‘Azm, ou Samson. Dans cette partie il est également question de l’existence ancienne de la communauté juive composée de plusieurs centaines de personnes et parfaitement intégrée au tissu social de la ville. Contrairement aux autres villes arabes (mais à l’instar de Beyrouth, si l’on suit certains spécialistes de cette ville), il n’y aurait pas eu à Gaza de quartier « ghetto » pour les Juifs (Hayy al-Yahûd) ou pour les chrétiens (Hayy al-nasâra) (p.228).

8La dernière partie porte sur les mobilisations sociales et politiques à Gaza sous le mandat britannique (p.245-258). On y apprend que les manifestations contre l’immigration juive et l’occupation britannique étaient menées d’abord par les représentants religieux chrétiens et musulmans, ensuite par des associations issues de la société civile, les partis politiques et les grandes familles. Le livre se termine par la grève de 1936 et le déclenchement de la Grande Révolte. Quelques pages renvoient au conflit entre le chef de municipalité Fahmi al-Husseini et les frères Adel et Rushdi al-Chawwa autour de l’engagement de la mairie de Gaza dans la grève qui va durer 176 jours. On apprend également que des brigades armées ont participé au sabotage des voies et lignes de communication des Britanniques. Le livre se termine sur l’évocation de la Nakba et l’afflux de centaines de milliers de réfugiés, une tragédie qui va avoir des conséquences profondes sur la ville et la société de Gaza.

9Abaher el Sakka, en rendant hommage à sa ville natale à travers cette recherche socio-historique, nous offre une étude inédite des élites et de leurs relations avec les pouvoirs ottoman et britannique. Une étude qui affirme le rôle des grandes familles (au détriment parfois d'autres acteurs subalternes de cette histoire par le bas) et qui rappelle la centralité de Gaza dans l’histoire palestinienne. La diversité des sources mobilisées et la démarche sociologique rendent le récit historique vivant et coloré, et appellent à de nouvelles études sur l’histoire de cette ville.

Haut de page

Bibliographie

Bonamy Alice, 2017, En quête d’une citoyenneté palestinienne. Etude des élites arabes palestiniennes à Jaffa et Haïfa dans la première moitié du XXème siècle, Thèse en Histoire, Université de Nantes.

el Tabbâh Othmân, 1999, Ithâf al-‘A‘izza fî târîkh Ghazza 1882-1950, (L’enchantement des amis par l’histoire de Gaza 1882-1950), Gaza, Librairie al Yâzijî.

SEIKALY Sherene, 2015, Men of Capital. Scarcity and Economy in Mandate Palestine, Stanford, Stanford University Press.

Tamari Salim, 2015, Year of the Locust, A Soldier's Diary and the Erasure of Palestine's Ottoman Past, Oakland, University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Fondations religieuses.

2 Tribunal religieux ottoman.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Jihane Sfeir, « EL SAKKA Abaher, Ghazza : al-târîkh al-ijtimâ‘i tahta al-isti‘mâr al-baritânî (Gaza : Une histoire sociale sous le mandat britannique), Beyrouth, Institut d’Etudes Palestiniennes, 2018. 325 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 147 | -1, vol 149.

Référence électronique

Jihane Sfeir, « EL SAKKA Abaher, Ghazza : al-târîkh al-ijtimâ‘i tahta al-isti‘mâr al-baritânî (Gaza : Une histoire sociale sous le mandat britannique), Beyrouth, Institut d’Etudes Palestiniennes, 2018. 325 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 19 mars 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12310

Haut de page

Auteur

Jihane Sfeir

Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans/Maison des Sciences Humaines/Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search