Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneGUIRGUIS Laure, Copts and the Securi(…)

Lectures en ligne

GUIRGUIS Laure, Copts and the Security State. Violence, coercion, and sectarianism in contemporary Egypt, Standford (Californie, Etats-Unis), Standford University Press, 2016

Version 1.0
Maaï Youssef
p. vol 149

Texte intégral

1Le 14 mai 1980, le président égyptien Anouar al-Sadate déclare dans un discours officiel : « Je suis le président musulman d’un Etat islamique. » L’ouvrage de Laure Guirguis, Copts And The Security State. Violence, Coercion, And Sectarianism In Contemporary Egypt, s’ouvre sur l’évocation de ce moment, symbolique du processus contemporain de mise en minorité des Coptes que l’auteure entend analyser. Dans ce discours, Sadate fait en effet allusion au pacte de dhimma, s’appliquant aux peuples protégés (ahl al-dhimma), notamment aux Chrétiens qui vivaient sous la souveraineté d’une autorité politique musulmane. Pour les Coptes, cette déclaration remet en cause l’égalité acquise en matière de droits civiques avec la majorité (93 %) musulmane du pays, en tant que citoyens égyptiens d’une même nation.

2Pour Laure Guirguis, l’autoritarisme égyptien peut être qualifié de confessionnel, en ce qu’il viserait à contrôler une société où les discriminations se multiplieraient sur la base du communautarisme confessionnel. L’auteure entend en effet montrer que les mutations des dispositifs de domination à l’encontre des Coptes, ainsi que de leur relation à la nation égyptienne, n’ont cessé de se succéder et d’évoluer au gré des régimes, tout en restant pourtant imperceptibles. Selon Laure Guirguis, cette invisibilité s’explique par le caractère « unique » du communautarisme confessionnel de la société égyptienne qui, contrairement à celui du Liban, d’Irak ou de Syrie, est très faiblement institutionnalisé et ne repose pas sur un partage du pouvoir politique ou du territoire sur une base confessionnelle. Se proposant de mettre en perspective l’articulation des logiques identitaires aux logiques autoritaires à partir du cas de la mise en minorité des Coptes, l’auteure fixe deux objectifs à son travail. Tout d’abord, peindre une image dynamique de cette société et de ses évolutions, articulée à une réflexion sur l’Etat moderne égyptien et sa façon de reproduire et transformer en même temps ses fondements confessionnels. A cet égard, logiques identitaires et autoritaires participent de l’instauration d’une dynamique commune de la peur, dans le cadre de laquelle la sécurité devient selon l’auteure un concept normatif prédominant. Le second objectif est d’apporter des éléments de compréhension des forces politiques coptes (pape, clergé, organisations militantes, etc.) et individus (croyants engagés dans des démarches de conversion ou de mariages intercommunautaires, activistes, etc.) qui ont tenté de rompre avec le repli communautaire associé aux processus de transformation observés. L’auteure fonde son étude sur une approche sociohistorique et s’intéresse plus précisément à la dernière décennie de la présidence d’Hosni Moubarak. Les revendications en matière de libertés individuelles et de respect des droits personnels, politiques et civils permettent à la « question copte » de s’intégrer au débat alors en cours sur la citoyenneté en contexte autoritaire. Les mutations des dispositifs de domination à l’encontre des Coptes depuis l’époque nassérienne, entre instrumentalisation et contrôle de la question copte dans le débat public et jeux d’alliance avec les autorités religieuses, sont alors publicisées. Interroger dissidence et contestation, en mettant à l’honneur l’agency des acteurs, amène l’auteure à croiser l’approche foucaldienne de la gouvernementalité et les recherches phares de Michel Camau sur l’hybridité des régimes autoritaires. Ces choix théoriques s’accompagnent d’une démarche méthodologique stimulante, visant à la fois à varier les échelles d’analyse (micro, meso, macro) et saisir différents régimes d’historicité. Actions et représentations sont analysées ensemble afin de rendre compte de la complexité du phénomène confessionnel et communautaire.

3L’ouvrage s’ouvre sur l’analyse du dispositif discursif et légal de marginalisation des Coptes (chapitre 1). En revenant sur des attaques et agressions menées depuis les années 1970 contre la minorité copte et ses lieux de culte, l’auteure souligne que les discriminations et violences dont les Coptes sont victimes ne rencontrent que très rarement un traitement légal. Elle révèle comment les décisions politiques gouvernementales jouent avec les frontières de la légalité, passant d’un registre normatif à un autre (droit islamique, droit international, droit constitutionnel). Parmi les concepts normatifs dominants, Laure Guirguis se concentre (chapitre 2) sur celui de « pureté ». Face aux remises en cause portées par leurs adversaires (autorités politiques égyptiennes, partis islamistes etc.), les Coptes se présentent comme les Egyptiens « purs » par essence, car vrais descendants des pharaons. La rhétorique de la pureté est déployée autour de la figure de la jeune femme copte kidnappée, convertie, mariée de force et donc condamnée à l’impureté, autour de la question du don d’organe entre musulmans et Coptes, ou encore des maladies supposées transmissibles, liées au fait de manger du porc. Laure Guirguis considère à cet égard que la place prise dans les débats et représentations par le thème de la pureté témoigne de l’ « hystéricisation » de la variable confessionnelle, cristallisant les tensions entre communautés et les rapports de force institutionnalisés entre autorités religieuses coptes et pouvoir central égyptien.

4Laure Guirguis montre ensuite (chapitre 3) toute la complexité des systèmes d’allégeance et des jeux d’alliance politiques portés par les autorités religieuses coptes : l’Eglise copte assume une double fonction de résistance et d’allié de l’Etat. On apprend ainsi comment le pape Shenuda III utilise la retraite dans le désert comme moyen de pression sur l’exécutif, comment sa position évolue de sorte à ce qu’il devienne l’intermédiaire principal entre les Coptes et l’Etat, au mépris d’un clergé de plus en plus marginalisé par les décisions autoritaires du pape. Par le contrôle qu’il opère du clergé et de la communauté copte, Shenuda III a la main sur la production de sens et de valeurs autour de l’orthodoxie copte. En transnationalisant son action, notamment via les réseaux diasporiques en Amérique du Nord, il soutient la constitution de groupes pratiquant l’advocacy pour dénoncer ségrégation et mise en minorité des Coptes en Egypte. Mais face aux pratiques autoritaires de Shenuda III se développent des dynamiques de résistance et de subversion (chapitre 4). Parmi les Coptes, des voix s’élèvent contre cette orthodoxie sociale, politique et religieuse promue par le pape. Se développe une ferveur copte, exprimée et vécue en dehors des lieux de culte officiels et à la marge de son orthodoxie.

5Laure Guirguis explore ensuite les stratégies politiques des Frères musulmans, depuis l’angle de leur positionnement vis-à-vis des Coptes (chapitre 5). Le prisme copte est un moyen d’agir sur la question de la cohésion au sein de la nation égyptienne. Les soutenir comme les stigmatiser peut servir de levier aux stratégies électorales, d’alliances politiques, ou de dénonciation de la politique répressive du régime. Au cours de la période ouverte par la révolution de 2011, l’intégration des Coptes revient au cœur des stratégies des acteurs politiques qui, à l’instar des Frères musulmans, ont intérêt à performer leur rhétorique démocratique et à témoigner de leur capacité à incarner l’unité nationale. Après avoir évoqué la présidence de M. Morsi (2012-2013), l’auteure poursuit l’analyse en se concentrant sur la place des Coptes dans la rhétorique contre-révolutionnaire sous Abdel Fattah al-Sissi et analyse le renouveau du contrôle de l’activisme politique depuis sa prise de pouvoir (chapitre 6).

6 L’ouvrage de Laure Guirguis est un livre passionnant. La narration est construite autour d’une multitude de cas riches et particulièrement fouillés. Questionner les ressorts sécuritaires d’un Etat autoritaire est un défi complexe, Laure Guirguis se montre astucieuse et construit une analyse resserrée autour de son objectif. En croisant les échelles, les études de cas, tirées d’une analyse des médias ou d’enquêtes de terrain, elle parvient à éviter l’écueil de la réification d’un Etat-Léviathan, souvent objet de curiosités scientifiques, et nous emmène avec elle dans une exploration multi-facettes du cas choisi. Pour le lecteur spécialiste de l’Egypte, il est intéressant de découvrir que les analyses proposées se révèlent pertinentes pour d’autres groupes sociaux que les Coptes, tels que les Nubiens ou les groupes de migrants. Ils peuvent en effet être caractérisés par la « double tendance » décrite par Laure Guirguis à vouloir trouver une légitimité dans le cadre national, tout en pratiquant un repli à caractère communautaire, visant à stabiliser de l’institutionnalisé, du symbolique et du revendicatif. Ils sont aussi l’objet de processus d’identification de l’Etat égyptien, où propagande dans les médias, accusations de bénéficier de financements venus de l’étranger, contournement du système judiciaire par les acteurs institutionnels eux-mêmes sont des motifs récurrents.

7En ce sens, on regrette une forme de confusion normative à la racine du propos de Laure Guirguis, passant très vite de logiques « identitaires » à la qualification de la société égyptienne comme confessionnelle. Ceci réduit la portée d’un ouvrage proposant pourtant en filigrane une réflexion plus large sur ce que la fragmentation de la société égyptienne donne à voir des pouvoirs en place. Laure Guirguis met en effet en scène la difficulté ante et post-2011 à créer du « vivre ensemble » (living together dans le texte). Elle questionne ainsi la redéfinition perpétuelle de la collectivité, ou de la société, telle que pensée par le philosophe George Herbert Mead (1963), c’est-à-dire comme nécessairement liée aux actions collectives, dont les significations prennent sens par les interactions entre les acteurs, et non de façon immanente aux groupes qui constituent la société. Davantage de dissection du phénomène « identitaire », tel que proposé par Martina Avanza et Gilles Laferté (2005), aurait pu ouvrir une réflexion programmatique, montrant l’intérêt de croiser les recherches, sur des groupes sociaux et politiques spécifiques en Egypte, afin de ne pas particulariser outre mesure des dispositifs de domination aux fortes similitudes, ainsi que les réponses des acteurs à ces derniers.

Haut de page

Bibliographie

AVANZA Martina, LAFERTÉ Gilles, 2005, « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses 61, p. 134-152.

MEAD George Herbert, 1963, L’esprit, le soi, et la société, Paris P.U.F. Traduction française de l’ouvrage Mind, Self, and Society, paru en 1934 mais publié à nouveau en décembre 2015 par les Presses de l’Université de Chicago.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Maaï Youssef, « GUIRGUIS Laure, Copts and the Security State. Violence, coercion, and sectarianism in contemporary Egypt, Standford (Californie, Etats-Unis), Standford University Press, 2016  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 147 | -1, vol 149.

Référence électronique

Maaï Youssef, « GUIRGUIS Laure, Copts and the Security State. Violence, coercion, and sectarianism in contemporary Egypt, Standford (Californie, Etats-Unis), Standford University Press, 2016  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 19 mars 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12317

Haut de page

Auteur

Maaï Youssef

Doctorante en Science Politique, Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CESSP), associée au CEDEJ (Le Caire – Egypte) ; Analyste, Noria Research

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search