Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneDe Bagdad à Damas, Études en mémoire(…)

Lectures en ligne

De Bagdad à Damas, Études en mémoire de Dominique Sourdel, Textes rassemblés par Jean-Michel Mouton et Clément Onimus, Hautes Études Orientales 55, Librairie Droz, Genève, 2018

Noëmie Lucas
p. vol 149

Texte intégral

1De Bagdad à Damas est un ouvrage collectif, dirigé par Jean-Michel Mouton et Clément Onimus, regroupant quinze contributions qui forment un hommage dédié au professeur Dominique Sourdel décédé en mars 2014. Ce volume d’« études en mémoire de Dominique Sourdel » paraît trente-deux ans après le numéro 54 de la Revue des Études Islamiques dirigé par Ludvik Kalus qui réunissait déjà des mélanges offerts à l’occasion des 65 ans du professeur Sourdel (Kalus, 1986). Certains des contributeurs de la revue figurent au nombre des auteurs de l’ouvrage récemment publié : son collègue Josef Van Ess, son ami Jean Richard et ses élèves Anne-Marie Eddé et François Déroche. Aussi le présent volume présente-t-il des contributions de proches, de collègues et d’élèves mais aussi d’élèves de ses élèves (c’est le cas de cinq des contributeurs), qui ont pu avoir l’occasion de le fréquenter, dans une perspective intergénérationnelle de la transmission.

2La diversité des disciplines représentées met à l’honneur le parcours et la formation de D. Sourdel, historien du monde musulman médiéval, et donc historien des textes, mais aussi épigraphiste (contribution de Houmam Saad « Le cimetière des Soufis à Damas à l’époque médiévale : treize stèles ayyoubides et mamloukes »), linguiste (contribution de Lionel Galand sur l’évolution du berbère dans le passé et celle de Georges Jehel consacrée aux vocables d’origine arabe usités dans les archives génoises médiévales) et papyrologue (avec les deux dernières contributions de François Déroche et Jean-Michel Mouton et Janine Sourdel-Thomine).

3En titrant « De Bagdad à Damas », les éditeurs ont cherché à rappeler l’itinéraire scientifique de D. Sourdel d’un point de vue géographique. D’une thèse principale qui portait sur le vizirat abbasside et le localisait plutôt en Iraq, il consacra une grande partie de sa carrière au Bilād al-Shām et notamment à Damas. Ainsi les articles consacrés au Bilād al-Shām sont-ils surreprésentés dans ce volume (9 sur les 15 : notamment la Syrie du Nord avec Alep dans l’article d’Anne-Marie Eddé, le Liban avec la contribution de Clément Moussé sur le sanctuaire de Karak Nūḥ, Jérusalem dans l’article d’Élodie Hibon). Les cinq derniers articles forment par ailleurs un sous-ensemble cohérent car ils portent tous sur la vie politique et sociale à Damas entre les Ve/XIe et IXe/XVe siècle.

4Seul, l’article de Josef Van Ess, consacré à un texte proto-muʿtazilite écrit par Ḍirār b. ʿAmr al-Ghaṭafānī, place la recherche en Iraq, le suivant en Jazīra (article de Motia Zouihal). Ces deux contributions ont par ailleurs ceci de commun qu’elles ont pour objet un manuscrit singulier dans chacun des cas. Le Kitāb al-Taḥrīsh de Ḍirār, composé dans la seconde moitié du IIe/VIIIe siècle, fait l’objet de la courte contribution de J. Van Ess : il y présente cet ouvrage qui consiste en une attaque contre les ahl al-ḥadīth et leur instrumentalisation des aḥādīth, par le moyen de la fiction puisque l’auteur met en scène différents groupes idéologiques en présence à son époque (au nombre desquels qadarites et kharijites). Motia Zouihal présente, quant à elle, le contenu du Bahjat al-shaykh ʿAqīl al-Manbijī, une vie d’un soufi de Jazīra de la première moitié du VIe/XIIe siècle, composé par Aḥmad b. Suwaydān, un de ses disciples. Après la présentation de cette vie, M. Zouihal montre son apport pour l’histoire de la vie religieuse, notamment du milieu mystique et de celui des fuqaḥāʾ, à Manbij au VIe/XIIe siècle.

5Enfin, trois articles forment un crochet par le Maghreb (ceux, déjà cités, de Lionel Galand et Georges Jehel, et celui de Faouzi Mahfoudh, qui est consacré à un bas-relief byzantin de la mosquée de Sfax). Quant à la contribution de Bernadette Martel-Thoumian, elle fait voyager au Caire en proposant d’étudier la vie du dernier calife abbasside, celui qui prit le nom d’al-Mutawakkil ʿalā llāh al-thālith. L’appréhension de sa vie est rendue difficile par le désintérêt dont il fait preuve dans les chroniques et dictionnaires biographiques et du fait des erreurs qui s’y trouvent. À partir des informations qu’elle est parvenue à glaner, l’auteur rend donc compte de sa vie et étudie en particulier ses relations avec les derniers sultans circassiens.

6À cette diversité géographique, il faut ajouter la variété des formats : des contributions courtes (entre 5 et 8 pages) et des articles plus conséquents, répartis de manière équilibrée dans le volume.

7Dominique et Janine Sourdel ont œuvré pour la connaissance des lieux saints, objets de pèlerinage en Syrie (Sourdel, 1953 ; Sourdel-Thomine, 1952-1954). Deux articles de ce volume reviennent ainsi sur ces lieux de ziyarāt en particulier aux époques ayyoubide et mamlouke. Anne-Marie Eddé consacre son article « La fabrique des lieux saints à Alep (IVe-VIIe / Xe-XIIIe siècle) » à onze sanctuaires d’Alep et de ses faubourgs qui sont devenus des lieux de pèlerinage. Elle s’intéresse en particulier aux conditions de l’« invention » de ces lieux saints. Les légendes de fondation de ces lieux, et leurs liens avec leurs fondateurs occupent un second temps de l’analyse. Dans un premier temps, il s’agit de retracer l’origine sainte du sanctuaire (en lien avec un prophète comme Abraham, la tradition alide ou un compagnon du prophète) et d’historiciser le pèlerinage qui y est attaché. Clément Moussé se concentre, quant à lui, sur un sanctuaire en particulier, celui de Karak Nūḥ, situé dans la plaine de la Bekaa au Liban, et qui abriterait la tombe du Noé biblique. Il ajoute à un travail d’analyse historique sur les sources, une étude archéologique du sanctuaire.

8L’ensemble consacré à Damas est précédé de deux contributions sur les croisades : un court article de Jean Richard, synthétique et assez factuel sur la fin des croisades et une contribution plus conséquente d’Élodie Hibon. Elle y propose un essai d’histoire sonore de la reconquête de Jérusalem par Saladin en 583/1187 à partir d’un corpus de sources plurielles – arabes et chrétiennes – en proposant une comparaison avec d’autres conquêtes musulmanes visant à singulariser la reconquête de Jérusalem. Cet article s’intéresse donc aux paroles et sons religieux dans l’espace sacré disputé par les musulmans et les Francs dont É. Hibon montre qu’il est précisément appréhendé par les sons et leur résonance qui délimitent les périmètres de la domination politique et religieuse. Malgré l’abstraction que ces sons constituent une fois mis par écrit, ils sont, dans les sources littéraires, les éléments descriptifs déterminants du rapport entre la religion et l’espace.

9Il faut souligner la diversité des sources convoquées, et donc des points de vue, pour écrire l’histoire politique et sociale de Damas dans les cinq dernières contributions proposées. L’épigraphie d’abord dans l’article de Houmam Saad qui présente, après une introduction sur le cimetière des soufis à Damas, treize stèles ayyoubides et mamloukes pour lesquelles il fournit une description, une édition et une traduction ainsi qu’un commentaire. Dans « Purification et conflit social : les rogations de 1397 à Damas », Clément Onimus s’appuie sur un corpus de chroniques arabes produites pendant la période mamlouke à Damas et au Caire, pour étudier ce qu’il appelle un « cas paradoxal d’“économie morale” ». En effet, à l’occasion de l’organisation de rituels de rogations, ultime solution pour lutter contre la terrible sécheresse que connaissait alors la région, la population damascène, dont la situation frumentaire était grave, protesta violemment contre les abus perpétrés par les émirs. La réaction de autorités mamloukes fut ambiguë. Successivement, Clément Onimus revient sur la crise agricole, les rogations, les protestations de la population et les réactions des autorités, rappelant la place prise par la population damascène dans les chroniques qui rapportèrent l’évènement. La relation de voyage de Bertrandon de La Broquière , et donc une source franque, est à l’honneur dans l’article de Jacques Paviot qui revient sur le témoignage que livre ce Franc de Damas dans le premier tiers du XVe siècle.

10Enfin, les deux dernières contributions du volume : celle de François Déroche « La “bibliothèque” de la mosquée des Omeyyades » et celle co-écrite par Jean-Michel Mouton et Janine Sourdel-Thomine « “Mariage et séparation à Damas” : compléments au corpus », chacune à leur manière, évoquent le fonds des « Papiers de Damas » dont le nom reste associé aux époux Sourdel. Découverte en 1963 lors d’un séjour à l’Institut français des études anatoliennes à Istanbul, la collection des « Papiers de Damas » désigne des milliers de manuscrits et documents qui étaient conservés en dépôt – car mis au rebut - dans une salle de la Grande mosquée des Omeyyades de Damas et qui furent découverts lors d’un incendie en 1893 puis transportés à Istanbul. Le fonds est actuellement conservé au musée des Arts turc et islamique (TIEM : Türk ve Islam Eserleri Müzesi) à Istanbul. Dès 1964, D. Sourdel et J. Sourdel-Thomine publiaient dans la Revue des Études Islamiques un premier inventaire de de cette collection (Sourdel, 1964 et 1965). Ils consacrèrent les années suivantes à des missions multiples pour répertorier, photographier et étudier ce fonds. Dès lors, ils mirent en valeur ces « Papiers » en publiant de nombreux articles, résultats de leur travail sur ces documents. La bibliographie de D. Sourdel – présentée dans ce volume de Mélanges – en témoigne. Il faut signaler notamment l’effort réalisé à la constitution et l’édition de corpus, celui des certificats de pèlerinage publié en 2006, celui des contrats de mariage et documents de séparation paru en 2013, puis celui des documents de Saladin en 2015.

11Dans « La “bibliothèque” de la mosquée des Omeyyades », F. Déroche revient donc sur le fonds des « Papiers de Damas », nom qui vient du turc « Şam evraki ». Il répertorie, dans un premier temps, à partir du travail d’enquête qu’il a mené dans les bibliothèques européennes celles (comme la BnF, la bibliothèque de l’université de Cambridge ou la Staatsbibliotek de Berlin) qui conservent certains manuscrits de Coran provenant de Damas, l’histoire de la collection – souvent liée à des collectionneurs et/ou fonctionnaires. L’étude de l’ensemble de ces documents indique qu’en 1898, le dépôt de la Mosquée des Omeyyades de Damas contenait toujours de nombreux manuscrits, ce qui conduit F. Déroche à préciser les conditions exactes du transfert des manuscrits vers Istanbul, qui eut lieu en 1917. Entrée au musée des Evqal (désormais Musée des arts turc et islamique) autour de 1920, la collection est riche de 200 000 feuillets. À côté des livres, elle contient nombre de lettres, certificats et actes ; ceux-là mêmes que D. et J. Sourdel repérèrent et publièrent. L’essentiel des livres est constitué de manuscrits anciens du Coran sur parchemin dont F. Déroche souligne l’intérêt scientifique, mais regrette l’absence de catalogue les concernant.

12Le dernier article, quant à lui, consiste en un complément au volume Mariage et séparation à Damas, qui contient la publication de 62 documents provenant du fonds des « Papiers de Damas ». L’édition, traduction et commentaire des deux documents publiés dans cet article placent donc au nombre de 64 les documents du corpus. Font ainsi l’objet de cette contribution de J-M. Mouton et de J. Sourdel-Thomine : un contrat de mariage fragmentaire et non daté (n° 14 bis) et un acte de séparation (n° 36b) placé au dos d’un contrat de mariage (n° 36a) qui avait été publié dans le précédent volume. En plus des clichés des documents édités et traduits, la contribution comprend un « tableau récapitulatif des données concernant les dots en usage à Damas et la qualité des époux concernés » qui est également à ajouter au corpus édité en 2013.

Haut de page

Bibliographie

KALUS, Ludvik, 1986, Mélanges offerts au Professeur Dominique Sourdel, Numéro spécial de la Revue des Études Islamiques 54.

MOUTON, Jean-Michel, SOURDEL, Dominique et SOURDEL-THOMINE, Janine, 2013, Mariage et séparation à Damas au Moyen Âge. Un corpus de 62 documents juridiques inédits entre 337/948 et 698/1299, Paris, AIB, (Documents relatifs à l’histoire des croisades, XXI).

MOUTON, Jean-Michel, SOURDEL, Dominique et SOURDEL-THOMINE, Janine, 2015, Gouvernance et libéralités de Saladin d’après les données inédites de six documents arabes, Paris, AIBL.

SOURDEL, Dominique, 1953, « Rūḥīn : lieu de pèlerinage musulman de Syrie du Nord au xiiie siècle », Syria 30, p. 89-107.

SOURDEL-THOMINE, Janine, 1952-1954, « Les anciens lieux de pèlerinage damascains d’après les sources arabes », Bulletin d’études orientales 14, p. 65-85.

SOURDEL, Dominique, 1964, « Nouveaux documents sur l’histoire religieuse et sociale de Damas au Moyen Âge » (en collaboration avec Janine Sourdel-Thomine), Revue des études islamiques 32, p. 1-25.

SOURDEL, Dominique, 1965, « À propos des documents de la Grande Mosquée de Damas conservés à Istanbul. Résultats de la seconde enquête », Revue des études islamiques 33, p. 73-85.

SOURDEL, Dominique et SOURDEL-THOMINE, Janine, 2006, Certificats de pèlerinage d’époque ayyoubide. Contribution à l’histoire de l’idéologie de l’Islam au temps des Croisades, Paris, AIBL, (Documents relatifs à l’histoire des croisades, XIX).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Noëmie Lucas, « De Bagdad à Damas, Études en mémoire de Dominique Sourdel, Textes rassemblés par Jean-Michel Mouton et Clément Onimus, Hautes Études Orientales 55, Librairie Droz, Genève, 2018 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 147 | -1, vol 149.

Référence électronique

Noëmie Lucas, « De Bagdad à Damas, Études en mémoire de Dominique Sourdel, Textes rassemblés par Jean-Michel Mouton et Clément Onimus, Hautes Études Orientales 55, Librairie Droz, Genève, 2018 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 19 mars 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12329

Haut de page

Auteur

Noëmie Lucas

Ifpo – Beyrouth/Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne/UMR 8167, équipe Islam médiéval

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search