Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneVISIER Claire (dir), La Turquie d’Er(…)

Lectures en ligne

VISIER Claire (dir), La Turquie d’Erdogan, avec ou sans l’Europe ? Presses universitaires de Rennes, 2017

Jana Jabbour
p. vol 149

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Claire Visier a pour principal mérite de combler un manque dans la littérature politique en offrant une étude approfondie des effets du processus d’intégration européenne sur la Turquie. Si les études consacrées aux différents volets de la relation Turquie-UE et aux aspects juridiques et politiques de la perspective d’adhésion sont abondantes, peu de littérature existe néanmoins sur les effets concrets de l’élargissement européen en Turquie. Par ailleurs, la littérature existante à ce sujet demeure européano-centrée en ce qu’elle examine les effets de l’élargissement principalement au travers de la notion d’européanisation : les effets de l’élargissement seraient ainsi limités à la diffusion et à l’incorporation des normes, des règles et des valeurs européennes dans les structures institutionnelles et les politiques publiques des États non-européens candidats à l’adhésion. L’européanisation est ainsi appréhendée comme un processus à dimension verticale (top-down) par lequel l’Europe impose, au travers de pressions directes ou indirectes, son modèle de gouvernance aux États candidats, et à l’issue duquel ceux-ci sont acceptés comme membres au sein de l’UE.

2En rupture avec l’état de l’art, cet ouvrage offre une lecture novatrice des effets de l’élargissement européen en adoptant une démarche inverse : en optant pour une approche sociologique et une analyse multidimensionnelle, les auteures appréhendent le processus d’adhésion au sens large, comme un cadre d’interaction entre la Turquie et l’UE. Elles se détachent de la finalité présumée du processus d’élargissement (l’adhésion) pour examiner les changements que ce processus induit dans l’action publique en Turquie au-delà des exigences requises par l’UE et de l’impératif d’alignement sur les standards européens. En ouvrant la « boite noire » de l’Etat turc, et en examinant les nouvelles interactions qui émergent entre acteurs européens et turcs, étatiques et non-étatiques, à différents nouveaux, l’ouvrage rompt avec une conception réductrice de l’européanisation comme une relation à sens unique, partant d’un émetteur (l’UE) et s’adressant à un récepteur – l’État turc, considéré comme une entité monolithique et homogène.

3L’ouvrage est construit autour de quatre cas d’études permettant d’aborder différentes facettes de l’enjeu de l’adhésion. Après une excellente topographie du paysage sociopolitique turc et une introduction de la problématique et de l’approche de l’ouvrage par Claire Visier (chapitre 1), Elen le Chêne se penche dans le chapitre 2 sur la construction des questions migratoires en domaine d’intervention publique, indépendamment des injonctions de l’UE. Ce chapitre montre que l’attention dévolue à l’enjeu migratoire est le résultat de l’expansion de la sphère administrative turque, plus qu’elle n’est liée aux impulsions politiques de l’UE. Elle est ainsi le résultat d’un processus « endogène » d’élargissement du champ des acteurs et des institutions qui s’engagent, dès les années 1980, dans des réformes des politiques migratoires en Turquie, plutôt que le reflet d’un processus « exogène » imposé par l’UE. Ce chapitre qui revient sur l’évolution historique et la trajectoire de la politique migratoire en Turquie, offre une analyse éclairante des conditions politiques et sociales qui ont contribué à produire le « problème » migratoire en Turquie, et des rapports de force en jeu dans la formulation d’une réponse étatique à ce « problème ». Par ailleurs, le chapitre examine les nouvelles interactions entre la Turquie et l’UE dans les années 2000 en se penchant sur le processus graduel d’appropriation, par la bureaucratie turque, des normes européennes en matière migratoire. En étudiant de près le cas de la rédaction de la loi sur les étrangers et la protection nationale (2013), Elen le Chêne montre avec brio comment « la politique migratoire est le fruit d’une alliance conjoncturelle entre des administrateurs (…) et des milieux d’experts nationaux, internationaux, et européens » […] qui ont « joué un rôle tant dans la réappropriation (…) de certaines normes que dans la mise à distance d’autres normes européennes ». Ce cas d’études lui permet de soutenir son argument d’une relative « autonomie » de la politique migratoire turque vis-à-vis du processus d’élargissement, les administrations turques ayant une certaine marge de manœuvre dans le choix des normes européennes à ériger comme prioritaires.

4À son tour, Elise Massicard s’emploie dans le chapitre 3 à relativiser le poids de la variable européenne dans les réformes entreprises en Turquie dans les années 2000, en prenant pour cas d’études les réformes territoriales. Ce chapitre brosse un tableau complet des acteurs nationaux participant aux politiques de réformes territoriales, en analysant leurs intérêts et agendas parfois contradictoires. L’auteure montre que les réformes territoriales engagées par l’AKP dès 2004 répondaient davantage à des agendas nationaux qu’à des demandes européennes. Plus intéressant encore, et contrairement à l’idée répandue, l’auteure montre que la labellisation d’une réforme comme européenne n’est pas toujours gage de légitimité. Elle souligne que même lorsqu’il existait une convergence entre les réformes territoriales adoptées et les attendus de l’UE, l’AKP faisait délibérément peu référence à la dimension européenne, car sur la question territoriale précisément, la référence à l’UE ne constitue pas un élément légitimant, mais plutôt un élément délégitimant. La mémoire de l’occupation de l’Empire par les alliés à la fin de la Première guerre mondiale étant toujours vive dans l’inconscient collectif des Turcs, toute référence à l’UE dans le secteur de la réforme territoriale risquait de réveiller chez la population le « syndrome de Sèvres » et retourner l’opinion publique contre ces réformes.

5Dans le chapitre 4, Annouck Corte-Real-Pinto s’intéresse aux privatisations de masse en Turquie et analyse les limites et l’ambivalence des effets de l’élargissement sur ce secteur. À travers une analyse socio-historique des privatisations en Turquie depuis le putsch de 1980, ce chapitre s’emploie à démontrer le rôle secondaire de la dimension européenne dans le processus de privatisation, par rapport aux facteurs nationaux (élite politique et bourgeoisie nationale) et internationaux (rôle du FMI et des États-Unis) ayant joué un rôle déterminant. Se focalisant sur un cas d’étude intéressant et peu traité dans la littérature - la privatisation du « champion national » du secteur sidérurgique turc Erdemir -, Corte-Real-Pinto montre comment une privatisation met en jeu des coalitions d’acteurs aux intérêts multiples, et réveille un réflexe « souverainiste-étatiste » contre un repreneur étranger/européen, l’UE jouant alors un rôle de catalyseur des résistances à l’encontre des privatisations ce qui finit par délégitimer le processus d’élargissement.

6Enfin, le chapitre 5 par Isil Erdinc et Claire Visier revient sur l’évolution des droits syndicaux en Turquie et l’introduction de la notion de « dialogue social », en montrant que celle-ci n’est pas le résultat d’une exigence imposée par l’UE, mais plutôt le fruit d’une interprétation et du transfert d’une réalité européenne en contexte national turc, sous l’impulsion d’une multitude d’acteurs turcs et européens, ainsi que sous l’effet de différents dispositifs de la politique d’élargissement. L’analyse développée apporte une nuance à la perspective dominante qui associe l’approfondissement des droits syndicaux et sociaux en Turquie au processus d’adhésion et aux exigences européennes. A travers l’étude de cas des droits syndicaux, les auteures offrent une analyse pertinente de la manière dont les normes et valeurs européennes sont appropriées par les acteurs turcs (gouvernement, entrepreneurs), et manipulées pour servir leurs propres intérêts et agendas de réforme.

7Au final, en se détachant de la perspective dominante qui consiste à voir en le processus d’élargissement européen un moyen de diffuser un « modèle » européen établi a priori à un pays candidat, ce livre apporte une belle contribution à la littérature en proposant une grille de lecture nouvelle des dynamiques générées par le processus d’élargissement. Le livre enrichit la réflexion sur les effets de l’élargissement en montrant qu’un pays candidat, en l’occurrence la Turquie, coproduit les dynamiques de réforme et opérationnalise les « normes européennes » tels qu’il le souhaite, ce qui résulte souvent en des effets « originaux » et inattendus dépassant le strict cadre d’adhésion. Enfin, il est à noter que l’analyse développée dans cet ouvrage est d’autant plus pertinente et percutante que les 5 auteures sont de fines connaisseuses de la Turquie, pays où elles ont eu une longue expérience de terrain.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Jana Jabbour, « VISIER Claire (dir), La Turquie d’Erdogan, avec ou sans l’Europe ? Presses universitaires de Rennes, 2017  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 147 | -1, vol 149.

Référence électronique

Jana Jabbour, « VISIER Claire (dir), La Turquie d’Erdogan, avec ou sans l’Europe ? Presses universitaires de Rennes, 2017  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 19 mars 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12341

Haut de page

Auteur

Jana Jabbour

Sciences Po Paris ; jana.jabbour@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search