Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

RILLY Claude et al., Histoire et civilisations du Soudan. De la Préhistoire à nos jours. Paris, Soleb (Etudes d’Egyptologie 15), 2017, 957 pages

Catherine Miller

Texte intégral

1Ce grand et beau livre de 957 pages, abondamment illustré, était disponible dans les librairies au moment des fêtes de fin d’année en 2017. Il s’apparente, par son format et son iconographie, à un livre d’art ou à un riche catalogue d’exposition de Musée que l’on a plaisir à offrir. Son objectif est de faire connaître à un public francophone les richesses de la civilisation soudanaise de l’antiquité à nos jours, donnant ainsi une autre image du Soudan que celle d’un pays perpétuellement ravagé par les conflits armés et les famines. Conçue et initiée par des « amis du Soudan », l’idée de cette courageuse entreprise est née lors d’une rencontre à Paris à l’occasion de l’exposition sur Méroé au Musée du Louvre en 2010 (qui a donné lieu également à un très beau catalogue) entre Odile Beaumé-Nicoloso, Olivier Carbon et Claude Rilly auquel s’est joint plus tard Bernard François, qui s’est chargé de la partie contemporaine. L’ouvrage est composé de trois grandes parties très inégales sur le plan du contenu : une partie archéo-historique allant de la préhistoire à la fin du royaume Funj (XVIIIe siècle), une partie d’histoire moderne et contemporaine allant du XIXe au XXIe siècle et une partie présentant différents aspects de la société nord-soudanaise contemporaine. Le tout est précédé d’une préface de l’écrivain Olivier Rolin, d’un subjectivisme assumé vis-à-vis du Soudan et du régime actuel. On laissera à cet auteur sa liberté d’écrivain et ses jugements un peu à l’emporte-pièce sur des personnalités pour le moins complexes comme celle de l’ancien leader des Frères Musulmans soudanais, Hassan El Tourabi. L’ensemble est donc assez composite mais représente une somme considérable de travail, un souci de promouvoir une image positive du pays, en particulier par le biais d’une illustration photographique qui en rend la lecture particulièrement attrayante.

2Claude Rilly, éminent spécialiste de la langue méroïtique, était à l’époque le directeur de la Section française du département d’archéologie soudanaise à Khartoum (SFDAS), section installée au Musée de Khartoum et reconnue comme partenaire privilégiée du service des antiquités soudanaises. L’investissement de C. Rilly dans la qualité scientifique de l’ouvrage est considérable. L’ouvrage constitue une opération réussie de communication et de valorisation non seulement pour la SFDAS mais également pour l’ensemble des recherches archéologiques dans la vallée du Nil soudanaise s’étendant de la frontière égyptienne au sud de Khartoum. D’une petite synthèse qui devait à l’origine faire 70 pages, Claude Rilly et ses collègues du SFDAS (Vincent Francigny et Marc Maillot) en ont fait une somme monumentale de 539 pages (dont 445 pour C. Rilly). Celle-ci retrace tout ce que les découvertes archéologiques entreprises depuis le XIXe siècle nous permettent de savoir sur les civilisations de la région sur une période allant de la préhistoire à la période médiévale et englobant les anciens royaumes de Kush et de Nubie. Cette première partie, savante et érudite, est extrêmement bien documentée, détaillée et illustrée par des photos et des croquis qui soulignent la beauté des principaux lieux et monuments et la richesse des productions artistiques et artisanales. Elle rend hommage et justice au rôle important que les civilisations de Kush, de Méroé et de la Nubie ont joué dans l’antiquité. Elle revisite en profondeur les relations entre l’Égypte pharaonique et ses voisins du sud. En effet, la Nubie a longtemps été considérée comme une marge culturellement et politiquement dominée par la civilisation pharaonique à l’exception de la période de la XXVe dynastie où de 721 à 663 av. JC des pharaons nubiens ont régné sur l’Égypte. Les recherches archéologiques de ces trente dernières années ont permis de mettre à jour les vestiges de très anciennes civilisations urbaines développées, autonomes et singulières qui ont entretenu des relations extrêmement complexes avec l’Égypte, alternant des périodes de conflit et des périodes de coopération. La Nubie apparaît ici comme un des hauts lieux de l’histoire de l’humanité, parmi les premières, si ce n’est la première, régions du monde où le bœuf a été domestiqué. Entre 3000 av. J.-C. et la chute du royaume de Méroé, la Nubie était connectée non seulement à l’Égypte et la Méditerranée, mais aussi à la Perse, à l’Assyrie, à l’Éthiopie et certainement à des civilisations de l’ouest soudanais encore très peu étudiées. Par contraste avec une vision où la civilisation pharaonique serait descendue du nord vers le sud, on voit ici une version beaucoup plus nuancée où l’influence serait plutôt du sud vers le nord dans la très haute antiquité. On ne peut que remercier C. Rilly et ses collègues de nous offrir ici un état des savoirs historiques et archéologiques sur cette région et ses civilisations passionnantes. Les sources archéologiques sont croisées avec des textes égyptiens, grecs, romains, guèzes, perses, assyriens dont certains extraits sont traduits.

3L’histoire antique présentée dans l’ouvrage est essentiellement événementielle, retraçant la succession des monarques et des pouvoirs, les guerres perpétuelles avec les voisins, les rituels funéraires, les divinités et les cultes religieux. On y apprend relativement peu de choses sur le fonctionnement de la société et la vie des individus ordinaires. En outre, le lecteur peu féru d’archéologie se perd parfois dans le détail des descriptions des stèles, des hypothèses sur les filiations et les noms des personnages royaux. Parmi les points intéressants soulignés par C. Rilly, on notera l’absence d’écriture en langues locales, à l’exception de la langue méroïtique qui reste encore peu compréhensible même si son origine nilo-saharienne est maintenant confirmée par les recherches de C. Rilly. L’égyptien a été durant la plupart des périodes la langue écrite de l’administration, utilisée principalement avec le voisin du nord, faisant suggérer à C. Rilly que les civilisations nubiennes comme les civilisations nilotiques au sud, étaient principalement des civilisations de l’oral. Cette première partie peut donc être considérée comme un masterpiece en archéologie soudanaise, dont la portée dépasse de beaucoup l’ouvrage de vulgarisation à destination d’amateurs éclairés en apportant des données réellement nouvelles dans cette discipline. Elle illustre avec éclat la place que tient le SFDAS dans le dispositif archéologique soudanais. On regrettera cependant que la période du XVIe au XVIIIe siècle ait été incluse dans cette première partie et que concernant les royaumes Fur et Funj, aucune référence ne soit faite dans la bibliographie à des auteurs majeurs et pionniers comme Rex S. O’Fahey et Jay L. Spaulding.

4La deuxième partie de l’ouvrage s’apparente davantage à un ouvrage de vulgarisation avec un fort penchant pour les récits de voyageurs européens. Curieusement, alors que les spécialistes du SFDAS ont été mobilisés pour la période antique et médiévale, aucun spécialiste d’histoire moderne et contemporaine, aucun anthropologue, sociologue ou politologue français ou soudanais n’a collaboré à cet ouvrage. Ceci alors même qu’une antenne du CEDEJ, spécialisée sur le domaine des sciences sociales pour le Soudan contemporain, existe à Khartoum depuis les années 1990 et entretient de nombreuses collaborations avec des collègues soudanais et étrangers. Le CEDEJ aurait certainement pu proposer des collaborations de collègues historiens avertis mais il n’a, semble-t-il, pas été tenu au courant de ce projet d’ouvrage, ce qui en dit long sur l’absence de légitimité et de reconnaissance des sciences sociales par les services diplomatiques et culturels de notre pays. Cette deuxième partie présente un panorama historique du XIXe et XXe siècle rédigé par Bernard François, chef de coopération à la délégation de l’Union européenne au Soudan de 2009 à 2012, « séduit par le charme du pays et l’accueil chaleureux de ses habitants ». Il apparaît également comme un grand lecteur et amateur des récits de voyageurs et témoins occidentaux. La synthèse de l’histoire moderne (XIXe, c’est-à-dire Turkiyya et Mahdiyya) est basée sur des récits d’explorateurs, de savants ou d’administrateurs occidentaux tels que Frédéric Cailliaud, Samuel Baker, Gaetano Casati, George Melly ou Charles Didier, avec de longs extraits de leurs descriptions du pays, que ce soit la colonie européenne de Khartoum, la question esclavagiste au Sud ou la révolte mahdiste. On retrouve ici une vision très classique et occidentale de l’histoire moderne du Soudan, ne prenant absolument pas en compte les avancées d’une historiographie soudanaise plus récente. Quand à la période coloniale, les pages 639-672 dressent un panorama succinct mais efficace du Condominium anglo-égyptien. On retrouve ensuite, sur près de 50 pages, le goût de l’auteur pour les récits de voyageurs. Cela donne des pages relativement amusantes sur le développement du tourisme au début du XXe siècle accompagnées de l’illustration coloniale afférente, mais cette représentation de l’histoire soudanaise à travers le prisme orientaliste laisse pour le moins rêveur. La présentation de l’histoire postcoloniale contemporaine est très succincte en-dehors de la période de conflit 2011-2013 entre le nord et le sud relatée de façon très événementielle. Dans le traitement du conflit nord-sud, on ne peut que s’étonner de la faible place donnée à John Garang, qui est bien cité comme le leader du SPLA/SPLM mais dont la mort juste après les accords de paix n’est même pas mentionnée. La bibliographie sélective est à l’image de cette partie historique. Elle comporte peu de références aux grands spécialistes anglo-saxons du Soudan, aucune aux historiens soudanais.

5La troisième partie inclut plusieurs chapitres sur la vie au Soudan aujourd’hui rédigés par Odile Beaumé-Nicoloso, documentaliste en poste à Khartoum de 2009 à 2013. Elle y propose une description succincte de la vie quotidienne (agriculture, mariages, etc.) et des sphères culturelle et artistique richement illustrée de belles photos et de magnifiques portraits, qui véhiculent une vision paisible et chaleureuse de la population du nord-Soudan. Le ton général rappelle un peu les introductions de certains guides de voyage. Toute personne ayant vécu au nord-Soudan retrouvera ici des images familières et bien réelles. Cette partie inclut plusieurs textes écrits par des Soudanais : un long texte de Noureddine Sati, diplomate francophone œuvrant pour une diplomatie culturelle avertie et prônant les valeurs de tolérance et de réconciliation, qui offre une réflexion sur l’islamisme et les questions identitaires au Soudan ; un beau chapitre sur l’art plastique soudanais contemporain rédigé par Mohamed Musa Ibrahim et magnifiquement illustré. Cette troisième partie nous livre une vision du Soudan perçu presque exclusivement à partir de la vallée du Nil et du centre nord. Les sociétés de l’ouest et du Sud y sont très peu présentes. On peut le comprendre au vu de la situation de ces régions, mais il aurait été bienvenu de le souligner de manière plus explicite.

6Dans un sens, et de façon certainement relativement inconsciente, cet ouvrage participe à la reproduction d’une vision du Soudan dont la civilisation et la culture seraient principalement celles de la vallée du Nil, héritière de son prestigieux passé historique, heureuse fusion des civilisations antiques et des migrations arabes. Nul doute que cet ouvrage ne doit pas déplaire au gouvernement soudanais et aux élites du centre nord. Il laisse au final une impression mitigée : respect et intérêt pour la qualité scientifique de la première partie, admiration pour le travail considérable d’iconographie, amusement pour certains témoignages de voyageurs occidentaux, mais déception de constater que l’histoire moderne et contemporaine ait été aussi partiellement présentée et que les connaissances en sciences sociales sur le Soudan n’ont pas été jugées dignes d’être mentionnées. La volonté de présenter une belle image du pays l’a emporté sur une approche plus fine et critique des grands enjeux contemporains.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « RILLY Claude et al., Histoire et civilisations du Soudan. De la Préhistoire à nos jours. Paris, Soleb (Etudes d’Egyptologie 15), 2017, 957 pages  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 27 mars 2019, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12466

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Aix Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page