Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneMEKKI Ali, De la vallée de la Soumma(…)

Lectures en ligne

MEKKI Ali, De la vallée de la Soummam à la vallée de la Durance. Un siècle d’émigration et d’immigration kabyles 1915-2015, (préface de Monique de Saint Martin), Presse Universitaires de Provence (PUP), 2017

Kamel Chachoua

Texte intégral

1Dans ce livre admirable, Ali Mekki nous livre dix ans d’une recherche complète sur un siècle d’histoire sociale de l’émigration-immigration d’un même groupe généalogique, depuis le village de Chemini dans la vallée de la Soummam en petite Kabylie (Bejaïa) vers Saint-Auban, une commune rurale située dans la vallée de la Durance (Alpes de Haute-Provence). Ce travail s’appuie sur une double enquête de terrain, plusieurs fonds d’archives privés et publics et une abondante documentation bibliographique. Mais, tout ce matériau resterait froid et pâle si Ali Mekki ne lui avait rendu le contexte, et à vrai dire la vie, en restituant, les bruits, les odeurs, les voix et même les silences de ces existences ordinaires, grâce à son expérience et à sa connaissance intime et physique de l’émigration et du monde ouvrier, en particulier de l’usine chimique de Saint-Auban. Fils d’un émigré de Ain Sefra (parti en 1948), il a vécu au rythme des déménagements successifs de sa famille qui suivait son père qui, lui-même, suivait Péchiney, le géant français de l’industrie chimique, d’une vallée à une autre, de la plaine à la montagne, de la neige au soleil, jusqu’à leur dernier « exil » à Saint-Auban. Mais ce qui nous donne de véritables frissons sont ces témoignages de scènes tragiques, comme ce jour où Ahmed, un émigré kabyle assomme son chef d’un coup de pelle sur la tête pour lui avoir fait perdre l’indemnité de « panier » (du repas), ou le cas de Mohand qui, à quelques jours de son retour définitif en Algérie, lance le « Sambron », cette brouette motorisée pleine de béton, dans un fossé pour se venger des humiliations qu’il avait accumulées des années durant. C’est là, parmi ces ouvriers qu’Ali Mekki, qui ne comprenait pas le kabyle et qui parlait un arabe incertain, avait entendu, nous dit-il, pour la première fois, le mot « hogra » (mépris), avant de le lire quarante ans plus tard sur les banderoles des jeunes manifestants en Algérie.

2L’originalité et la particularité de cette recherche tient finalement au fait qu’il s’agit d’une émigration-immigration collective plutôt qu’individuelle, et qui se déroule non pas d’un monde rural vers la ville ou sa banlieue, mais d’un monde rural vers un autre. Deux singularités qui contrastent avec les approches habituelles et dominantes du discours savant et/ou populaire sur l’émigration-immigration qui n’arrive pas encore à penser l’émigré-immigré autrement que comme un homme (un paysan) isolé de son groupe, arraché à sa terre, jeté dans un monde et un mode de vie urbain et industriel radicalement hostile à ses valeurs morales et à son champ mental. On connait bien les conséquences de cette double vision stéréotypée qui a érigée l’émigré-immigré, ici et là-bas, en un véritable souffre-douleur, et transformé le mot même « immigrés » en une injure, « z’magra-s ». En effet, l’émigré-immigré est tour à tour, un jayah (gredin) qui « quitte sa famille pour la nourrir » en allant vivre et travailler « chez le colonisateur d’hier », et en immigration, un nouveau et mauvais citoyen « étranger » qui creuse les déficits sociaux et attente aux valeurs de la civilisation occidentale et à l’ordre politique national. Pour sortir et démentir ces idées générales, mono-causales et simplistes, Ali Mekki remonte pas à pas l’histoire génétique de l’émigration-immigration de Chemini à Saint-Auban, non pas pour légitimer leur présence et leur existence actuelle (par la colonisation, le besoin de main-d’œuvre et la guerre mondiale), mais pour retrouver l’arbitraire et l’incertitude qui caractérise les débuts de cette émigration. Car rien, absolument rien, ne prédestine tant d’hommes du même lignage et du même village de Chemini (Kabylie) à émigrer à Saint-Auban, alors qu’il existait des possibilités d’émigrer dans plusieurs autres villes de France, et même de ne pas émigrer du tout, comme la majorité des hommes de Chemini. On sait maintenant qu’au départ, aucun de tous ces hommes qui sont partis (plus de 2500) de Chemini pour travailler à l’usine à Saint-Auban ne souhaitait rester plus d’une année ou deux, et encore moins s’établir en famille. Pourtant, la communauté kabyle de Saint-Auban (tous de Chemini) compte aujourd’hui plus de 300 personnes ; c’est même, l’une des rares communautés parmi les 36 autres venues des trois continents, d’Europe, d’Asie et d’Afrique (Russes, Grecs, Italiens, Arméniens, Égyptiens, Chinois, Djiboutiens..) à se maintenir encore aujourd’hui dans cette petite commune rurale du Sud de la France. Parmi une foule d’événements divers et la masse des hommes qui ont marqué la mémoire et l’histoire de l’usine chimique de Saint-Auban, deux faits peu connus et un homme (Arezki) tout à fait ordinaire mais tout de même exceptionnel, disent mieux et résument bien l’histoire de cette émigration-immigration de Chemini à Saint-Auban.

3La grève des ouvriers kabyles en 1916

4Il y a un peu plus d’un siècle, le 13 novembre 1916 très exactement, en plein hiver qui fut cette année-là particulièrement pluvieux et venteux dans cette vallée déserte de la Durance, quatre-vingt-quatorze kabyles engagés du premier régiment des Zouaves, employés aux travaux de terrassement de la future usine chimique de Saint-Auban, logés dans des granges à 3 km du chantier « refusent d’aller travailler », pour protester contre « l’éloignement, le froid et la nourriture ». Leurs revendications semblent avoir été parfaitement entendues par la hiérarchie civile et militaire qui les fait précipitamment installer tout près de l’usine dans les baraquements occupés par des prisonniers de guerre allemands. Il faut tout de suite rappeler que c’est ce même régiment qui, dix-huit mois auparavant, le 22 avril 1915, avait perdu près de la moitié de ses soldats dans la bataille de la ville d’Ypres en Belgique, tombés asphyxiés par le gaz chlorique lâché par l’armée allemande. C’est à l’issue de cette bataille et de l’usage de ce gaz chimique que fut décidée la création de l’usine de guerre de Saint-Auban, décision ratifiée le 29 septembre 1915 par le colonel Papon, alors chef de l’établissement central du matériel chimique de guerre. Le site offre toutes les ressources naturelles (l’eau de la Durance, le sel de la Camargue), minéralogiques (bauxite, soude) et stratégiques puisque Saint-Auban était alors relié par une ligne ferroviaire à Marseille où se trouvait le centre de tri et de distribution de la main d’œuvre coloniale libre ou sous commandement militaire. Quelques mois à peine après cette grève de novembre 1916, un autre décret vient signifier l’égalité du traitement et des droits entre tous les ouvriers ainsi qu’une prise en charge entière des ouvriers de l’usine. Ceci explique peut-être pourquoi, en 1917, le nombre de kabyles à l’usine va presque doubler pour atteindre « 175 kabyles gagnant 5 francs par jour pour 10h de travail ».

5L’accident chimique de 1926

6Dix ans plus tard, à un mois près de l’anniversaire de la grève de l’hiver 1916, le 13 décembre 1926 exactement, au environ de midi, deux cuves pleines de 20 tonnes de chlore explosent et laissent échapper un nuage verdâtre qui file vers les ateliers ; les plus avisés ont uriné dans leurs mouchoirs qu’ils ont plaqué contre leurs nez, mais, 22 personnes de plusieurs nationalités vont y laisser leur vie. Parmi eux, six kabyles : Mouloud, Sghir, Mohand, Amar, Arezki et Smail, tous de Sidi-Aïch, la trentaine à peine, célibataires ou pères d’un premier enfant, tous reposent aujourd’hui au cimetière Saint-Pierre dans un caveau musulman, à côté d’un caveau où sont enterrés leurs camarades chrétiens de l’usine. Cet accident causera la fuite de plusieurs ouvriers de diverses nationalités (des Russes, dont une partie est venue suite à la révolution bolchévique, des Arméniens, des Syriens, des Égyptiens, des Grecs, des Djiboutiens, des Chinois) qui vont définitivement quitter l’usine et disparaître, y compris de la mémoire locale de Saint-Auban. Mais les Kabyles de Chemini qui ont pourtant perdu autant d’hommes que le village même de Saint Auban, davantage que les Russes, plus que les Italiens et les autres nationalités, vont entrer en masse à l’usine, et leur nombre atteindra 266 ouvriers en 1927. Depuis, la courbe des effectifs de l’usine, monte, chute, stagne, augmente pour tel groupe ou telle nationalité au gré des événements d’ordre local, familial ou national (guerre, accident) mais le nombre des Kabyles de Chemini, lui, reste toujours élevé. Seule, et de peu, la communauté espagnole de Carbonéras devance les Kabyles en nombre. On ne comprendrait pas cet attachement et cette confiance des Kabyles à (re)venir à Saint-Auban sans l’évocation du parcours de l’un des hommes de Chemini : Arezki Belamiri.

7Arezki, légionnaire, cantinier et recruteur pour l’usine

8Né, selon l’état civil en 1881, Arezki est en vérité plus jeune de 17 ans que son âge officiel car il serait né en 1898 mais aurait vécu sous l’identité et l’état civil de l’un de ses frères aîné, décédé 17 ans auparavant. Il est le troisième enfant d’un premier lit et il aurait eu trois autres demi-frères et une demi-sœur. Après une courte scolarité buissonnière à l’école française qui venait juste d’ouvrir dans la tribu d’ath waghliss, il part à Skikda (ex-Philippeville) où il pratique quelques métiers à la sauvette (cireur…), puis au moment du déclenchement de la grande guerre, le 30 mars 1914, il s’engage à Akbou (prés de Bougie) dans le 3ème régiment des tirailleurs algériens. Quand sa mère apprend la nouvelle, elle met tout son bas de laine en son sein et prend la route à pied vers Akbou afin de dissuader son fils d’aller à la guerre. Quant Arezki vient la trouver devant la porte de la caserne, sa mère lui tend toutes ses économies et le supplie de renoncer à son engagement ; « c’est trop tard, je suis en tenue », « tura lsigh a yemma dayen », dit Arezki à sa mère qu’il ne reverra plus jamais. Très bien noté par sa hiérarchie militaire, « bon mitrailleur », « bon chargeur », il sera blessé le 26 septembre 1915 dans une bataille meurtrière en Champagne, puis conduit en convalescence dans un centre à Aix-en-Provence. On le trouve embauché comme ouvrier à l’usine de Saint-Auban entre janvier et mai 1921, puis comme teinturier à Villeurbanne dans le Rhône de 1922 à 1924. La même année, il part travailler en Belgique dans une entreprise de charbonnage où il se marie et a une fille. En 1929, il rentre à Sidi-Aïch où il exerce comme marchand d’huile jusqu’à 1935, puis se fait de nouveau embaucher à l’usine de Saint-Auban le 6 juillet 1938. Il y reste jusqu’à sa retraite en 1963, puis rentre dans son village à Takriet où il meurt en 1974.

9C’est à lui que l’usine a confié la mission de recrutement de nouveaux travailleurs. Pour y parvenir, Arezki, ne s’encombre de précautions et de procédures « inutiles » ; il ne s’adresse pas à des familles, à des parents ou aux assemblées de villages, non, il se rend dans sa tribu natale d’Ath Waghliss, sans aucune autre compétence que son « nez » et son intuition. Aujourd’hui, quand on regarde de près les listes d’hommes qu’Arezki avait rédigées de sa propre main, on constate que tous les hommes qu’il avait choisis, solitairement et discrètement, ont tous « accompli » le destin d’immigrés qu’il leur avait « prescrit ». Tous les hommes qu’il avait choisis avaient le même profil sociologique que lui : des hommes dociles, à peine majeurs, souvent orphelins, toujours pauvres. Ce recrutement intime, collectif, interne et limité à sa tribu natale (qui fut aussi le choix le plus aisé et le moins risqué pour lui), avait permis aux ouvriers de Chemini de former, sur place à Saint-Auban, un groupe compact et bien intégré. L’usine leur avait permis d’occuper à eux seuls des baraquements à l’intérieur de l’usine et au bord de la Durance et la permission de se doter d’une cantine à part (la popote algérienne), gérée par Arezki. Cela créa bien sûr une « chaleur » et une sécurité dans le groupe des ouvriers kabyles mais raviva aussi les litiges intimes, les jalousies et les petites frictions entre amis, proches parents, cousins et voisins d’ici et/ou de là-bas.

10Si des rapports administratifs ne cessent de tirer l’alarme sur les conditions de logement dans les baraquements où les Kabyles s’entassent à plus de deux personnes par chambre (et même davantage, quand un membre de leur tribu s’agrège le temps de « trouver » quelque chose), sans aucune intimité, sans aucune hygiène, au risque même de leurs santé, la gratuité fait préférer ces anciens camps de prisonniers allemands aux nouveaux foyers d’émigrés situés aux abords du centre-ville. Ce n’est qu’au sortir de la seconde guerre mondiale, quand les émigrés sont un peu plus âgés, plus rassurés, plus nantis peut être, plus fatigués forcément, qu’ils commencent à quitter les anciens baraquements des prisonniers allemands pour monter en haut, « sur le plateau », dans les foyers avec des chambres individuelles laissées par les espagnols et les italiens qui ont fait venir leurs familles. Et la place vacante des baraquements sera prise par les travailleurs Chaouias (Aurés) du village d’Ain Fakroun à l’ouest de la wilaya d’Oum El Bouahgi qu’ils occupent jusqu’à présent.

11Le massacre de Djenane le 21-22 mai 1956

12C’est un épisode de la guerre d’Algérie qui va profondément transformer la vie dans l’usine et à Saint-Auban en général. En effet, la guerre avait amplifié, discipliné et resserré les liens, non seulement entre les hommes de Chemini mais aussi entre tous les immigrés algériens présents à Saint-Auban (578 en tout). Les cotisations financières au combat de libération constituent l’élément principal par lequel la guerre s’est introduite dans ce milieu isolé et fermé de Saint-Auban. Mais, la guerre « réelle » les atteindra véritablement au printemps 1956. En effet, dans la nuit du 21 au 22 mai 1956, suite à l’incendie de l’école du village d’El-Flaye, situé entre Sidi-Aïch et Chemini, perpétré par des hommes de l’ALN avec la complicité de deux instituteurs français acquis à la cause du FLN, l’armée française encercle le village de Chemini et exécute froidement une liste de 79 hommes dans le petit hameau de Djenane, situé à deux pas de là.

13La dimension ethnique, politique et religieuse : une belle absence

14Il faut toutefois noter que cette recherche vivante et attachante semble minorer sinon contourner la question et l’importance de l’appartenance ethnique (kabyle), politique et religieuse. En effet, si la période allant de 1915 à 1946 est plus ou moins contextualisée politiquement, celle qui suit, et notamment celle qui concerne la période allant du début de la guerre d’Algérie (1954) à aujourd’hui nous semble trop rapidement évoquée et plus faiblement pensée. La guerre d’Algérie à Chemini et Saint Auban tient en deux pages (128-130), entièrement consacrées au massacre de Djenane évoqué plus haut (1956), tandis que le mouvement berbère de 1980 qui a profondément marqué et transformé la société kabyle et ses immigrés en France n’est même pas évoqué. Or, cette condition ethnique et politique minoritaire explique, en partie à tout le moins, la réussite sociale et politique de cette émigration-immigration particulière. Selon nous, elle expliquerait aussi les racines sociologiques et anthropologiques de cet Islam kabyle « tranquille » et discret, évoquée en une seule page (210), à travers les 40 tombes kabyles des trois cimetières de Château-Arnoux, Saint-Auban et Monfort, qu’Ali Mekki considère comme un indice « d’ancrage territorial définitif ».

15Cela étant dit, cette recherche minutieuse qui dépasse largement les limites de l’objet initial d’Ali Mekki – celui de l’émigration-immigration stricto sensu – est finalement, une véritable anthropologie sociale et culturelle de la société kabyle. Qu’elle soit l’œuvre d’un sociologue qui n’est ni kabyle ni émigré ne fait que prouver et démontrer l’indépendance de la sociologie.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, « MEKKI Ali, De la vallée de la Soummam à la vallée de la Durance. Un siècle d’émigration et d’immigration kabyles 1915-2015, (préface de Monique de Saint Martin), Presse Universitaires de Provence (PUP), 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12480

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search