Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

CANTINI Daniele, Youth and Education in the Middle East. Shaping Identity and Politics in Jordan, I.B. Tauris, Londres, New-York, 2016

Vincent Romani

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une université publique ? Comment fonctionne-t-elle dans un environnement politique contraignant ? Que fait-elle à ses acteurs et que dit l’Université de son espace social et politique constitué pour 55 % de jeunes de moins de 24 ans ? L’ambition du livre de Daniele Cantini est de répondre à ces questions en cinq chapitres, d’une manière à la fois complexe et efficace. Basé sur un travail doctoral et une enquête de terrain étalée entre 2003 et 2012, il permet une analyse longitudinale des dynamiques observées.

2Soulignons la soigneuse construction sociologique de sa recherche par D. Cantini, dans l’introduction. Il rappelle l’intérêt de cet « objet institutionnel global » exemplaire, maintes fois transféré, adapté et approprié. Il caractérise ensuite l’objet « Université » d’un point de vue fonctionnaliste (que fait l’Université ?) : la distribution de rôles sociaux à travers celle de formations intellectuelles et professionnelles ; la distribution de places sociales stratifiées à partir de hiérarchies universitaires ; la validation de savoirs officiels ; la connexion de nombreux secteurs ou champs sociaux. Le défi énoncé plusieurs fois est de rendre raison du paradoxe constituant l’université jordanienne à la fois comme gardienne du pouvoir et de l’ordre social, et comme lieu fragile générateur de critique.

3Les deux premiers chapitres sont consacrés à une analyse institutionnelle de l’enseignement supérieur en Jordanie et de l’université de Jordanie, université publique la plus ancienne (1962) et importante du pays (35 000 étudiantes et étudiants), à laquelle l’auteur consacre son enquête. Le chapitre deux brosse rapidement les limites du performateur international « crise-réforme universitaire » telle qu’appliqué au cas jordanien. C’est dans le premier chapitre que l’équilibre analytique est le plus heureux : D. Cantini y propose une approche multiscalaire articulant histoire politique et ethnographie de l’enseignement en classe pour comprendre la place sociale de l’Université. Le défi est pluriel : interroger les logiques institutionnelles sans réifier l’institution mais sans lui nier son inertie, sinon son autonomie propres ; interroger la société à travers ce qu’en dit cette institution, tout en expliquant ce que l’institution fait à ses acteurs et à la société jordanienne, sans oublier ce que le politique fait à l’Université.

4Les spécialistes et simples praticiens de l’Université y trouveront des logiques familières : l’investissement public identitaire et nationaliste initial des gouvernants dans l’idée d’Université ainsi que sa mise en pratique comme symbole de progrès, indexés à la formation de l’État. Puis, à partir des années 1980, une complication du modèle gouvernemental : massification, privatisation, internationalisation, rhétorique « crise-réforme ». L’analyse faite des voies d’accès à l’Université permet d’en comprendre certaines dynamiques internes. D. Cantini montre la trahison du principe d’équité éducative : la fortune – de naissance et financière – constitue le levier d’accès massif à l’Université, grâce au système officiel des places réservées au bon vouloir du roi (privilège des amis de la couronne) et à travers le système non moins officiel et plus récent des accès parallèles, autorisant ceux et celles qui paient (jusqu’à quatre fois le prix normal) à s’inscrire dans les filières de leur choix. Selon les disciplines, entre 50 % et 80 %, soit la majorité du public étudiant, contourne ainsi la filière méritocratique officielle.

5Ces conditions d’accès, interfaces entre l’extérieur et l’intérieur, permettent de mieux penser le fonctionnement interne en reliant la hiérarchie des disciplines à la hiérarchie des classes sociales. C’est en s’intéressant aux pratiques pédagogiques d’une part et en comparant les pratiques pédagogiques entre deux départements situés sur les pôles opposés de la réputation d’autre part, que l’analyse de D. Cantini est la plus stimulante. Il permet de penser comment la critique est à la fois produite, encouragée et canalisée dans un espace universitaire que le sens commun énonce comme autoritaire, à l’image du régime politique. Il montre ainsi que la critique est mieux permise dans les espaces sociaux et disciplinaires les plus privilégiés. Inversement, c’est dans l’espace disciplinaire le moins privilégié que la critique est la plus autocontrôlée et policée. L’intuition de recherche permet ici de compliquer le modèle explicatif d’université gouvernementale surcontrôlée, et d’expliquer comment stratifications sociales et disciplinaires s’articulent pour produire à la fois des espaces émancipés et du contrôle social, en incorporant la critique, l’encadrant et la réservant aux seul-e-s privilégié-e-s. C’est-à-dire aux plus proches et dépendants du pouvoir : à ceux pour qui « fortune oblige ».

6Les deux chapitres suivants, plus ethnographiques, s’intéressent aux modes de vivre en Université – en tant qu’étudiant-e – et aux mobilisations politiques sur les campus. Ils constituent les parties les plus vivantes du livre, même si l’analyse logiquement intégrée fait place à une tonalité impressive moins maitrisée. Le chapitre « Vivre l’université » décrit les biographies de six étudiantes et trois étudiants, les pratiques corporelles et le quotidien parascolaire des personnes rencontrées. Ce sont les parties finales sur les subjectivités, la production et la reproduction universitaire des segmentations sociales, qui sont les plus analytiques. L’auteur montre comment se nouent d’une manière souple et changeante les variables de religion, de classe, de genre, de disciplines et départements universitaires, pour construire et perpétuer les différences et les hiérarchies sociales. L’Université est analysée à la fois comme une étape, un espace-temps d’attente et d’immobilisation, permettant l’élaboration d’une critique domestiquée.

7Ce dernier point est l’objet spécifique du chapitre analysant « L’activisme politique sur le campus ». Il montre la portée et l’instrumentalisation de la question palestinienne pour produire à la fois de la critique politique, de l’identité politique et de la répression politique en Jordanie. L’enjeu subséquent des conflits sur les campus devient d’une manière croissante celui de la tribalisation des conflits. Ici encore, Daniele Cantini montre les signes et succès de la performance nationale-étatique qui canalise les contestations à des niveaux infra-politiques pour ensuite mieux se présenter en État modernisateur dont la mission est de vaincre les archaïsmes sociaux et les conflictualités anciennes. Les catastrophes voisines irakiennes, palestiniennes, syriennes, deviennent ici des ressorts coercitifs capitalisés par les gouvernants jordaniens au nom de la stabilité nationale. L’enquête complémentaire menée en 2012 permet une vue des effets sur les campus jordaniens des contestations dans d’autres sociétés arabes. Les mobilisations étudiantes jordaniennes y sont montrées relativement domptées, dans le cadre dépolitisé d’un marché universitaire dont seuls les modes de consommation deviennent discutables.

8Dans le dernier chapitre, D. Cantini entend relier l’approche institutionnelle de la première partie du livre avec l’approche biographique plus vivante de la deuxième partie. Il le fait à travers l’analyseur du marché du travail, comme étape conclusive des carrières étudiantes analysées. Les thèmes récurrents du chômage des diplômé-e-s, de la structuration et restructuration de l’économie ainsi que de la société jordanienne, sont discutés. La variable familiale est convoquée en tant qu’institution composant attentes et contraintes des diplômé-e-s. Quatre biographies individuelles sont convoquées dans un tableau plutôt sombre de ce qu’a représenté l’expérience universitaire pour les personnes choisies, huit années après leur rencontre initiale avec l’auteur.

9Quelques regrets sont formulés ici en termes d’absences. Tout d’abord une discussion manque sur la conditionnalité politique de cette recherche, permettant à un jeune européen d’aller étudier, à fins d’enquête, dans une université du sud afin d’en extraire un savoir du/pour le nord. Il s’agit ici autant d’éthique que d’approfondissement du sens scientifique de la démarche qu’une telle discussion aurait stimulé. Le développement actuel des critiques décoloniales permettra de moins en moins de se justifier par l’habitus disciplinaire du droit de regard. Deuxièmement et malgré la culture scientifique irréprochable de l’auteur, le titre principal de l’ouvrage « Jeunesse et éducation au Moyen-Orient » paraît très ambitieux par rapport à une enquête ethnographique portant sur une université jordanienne. D’autant que ce thème de la jeunesse parait sous-investi : comment est produite la jeunesse ? Qui trace la ligne entre jeunesse, enfance, « vieillesse » et âge adulte ? Un site universitaire n’est pas seulement une concentration de « jeunes » de passage, il accueille aussi des milliers d’employé-e-s, cadres et enseignant-e-s, qui fournissent un travail visible et invisible, et qui surtout participent activement à la construction des classes d’âges, de genre et aussi des classes sociales sur un campus. L’étude de ces niveaux d’interactions aurait largement enrichi l’analyse.

10Il s’agit d’une enquête originale qui ne prend pas l’Université aux seuls mots de ses acteurs officiels, et qui l’interroge anthropologiquement, avec acuité : une qualité de ce travail est de convoquer suffisamment de matière biographique pour donner de la chair à sa problématisation. Sa plus grande force réside dans les intuitions de recherche reliant hiérarchies disciplinaires et segmentation sociale dans une analyse multiscalaire très fine qui rend raison ici et là-bas des devenirs universitaires en contextes hybrides mondialisés articulant néo-capitalisme, représentation politique et illibéralisme.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Romani, « CANTINI Daniele, Youth and Education in the Middle East. Shaping Identity and Politics in Jordan, I.B. Tauris, Londres, New-York, 2016 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12485

Haut de page

Auteur

Vincent Romani

Professeur, département de science politique, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page