Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneBEAUGRAND Claire, Stateless in the G(…)

Lectures en ligne

BEAUGRAND Claire, Stateless in the Gulf. Migration, Nationality and Society in Kuwait, London, I. B. Tauris, 2018, 307 pages.

Laurence Louër

Texte intégral

1L’ouvrage de Claire Beaugrand est issu d’une thèse soutenue en 2011 à la London School of Economics, révisée et étoffée par l’ajout de données de terrain récoltées après 2011, alors que le Koweït était touché par la vague du printemps arabe et que les « bidoun », les apatrides qui constituent l’objet de son travail, se mobilisaient pour la première fois pour dénoncer leurs conditions de vie. En 2015, le Koweït en recensait officiellement près de 106 000, près de 8% de la population nationale. Ils étaient 220 000 avant l’invasion irakienne de 1990. Les « sans nationalité » (bidun jinsiyya) constituent une catégorie sociale présente dans toutes les monarchies du Golfe dont la situation est un parfait analyseur du rapport particulier de ces pays à la nationalité. Pourtant, très peu d’études universitaires leur ont été consacrées. La sensibilité particulière du sujet l’explique sans aucun doute. Claire Beaugrand le sait, dont le terrain a été long et semé d’embuches dans un pays, le Koweït, qui est pourtant le plus ouvert à la recherche universitaire parmi les six pays du Golfe. C’est dans ce pays que la question des bidoun était la mieux connue des observateurs. On savait par exemple que l’appareil de sécurité koweïtien incluait historiquement de nombreux bidoun, situation qui soulevait de nombreuses incompréhensions chez les observateurs extérieurs : comment un État souverain pouvait-il confier sa sécurité à des personnes qu’il refusait de reconnaître comme ses citoyens ?

2Car si, comme l’explique Claire Beaugrand, la catégorie de bidoun est très hétérogène et ne se trouve unifiée que par le biais de la labellisation administrative, ce qui caractérise les bidoun par opposition aux travailleurs expatriés (dont la part dans la population s’élève à 70% selon les chiffres officiels de 2018), c’est qu’ils se revendiquent koweïtiens. Ils ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre à des Koweïtiens de classe moyenne. Ils parlent le même dialecte de l’arabe, socialisent au sein des mêmes réseaux et ont souvent un frère, une sœur ou un oncle qui détient la précieuse carte d’identité koweïtienne. Le problème est que l’État les considère comme des « migrants illégaux ». Cela a un impact sur le type d’emploi qu’ils occupent : alors que l’écrasante majorité des Koweïtiens travaillent dans le secteur public, les bidoun sont concentrés dans le secteur privé. Ils vivent dans des habitats précaires des quartiers périphériques. Ils n’ont pas accès aux multiples services de l’État providence, l’éducation et la santé notamment. La question des bidoun interroge donc les mécanismes d’une discrimination d’État qui s’exerce « au sein du même groupe ethnique » (p. 75), contrairement à la discrimination, quant à elle bien documentée, contre les travailleurs migrants.

3Pour comprendre ces mécanismes, Claire Beaugrand analyse dans un premier temps les conditions dans lesquelles l’État koweïtien moderne a progressivement émergé au tournant du XXe siècle. Son approche met en lumière un aspect du processus de formation de l’État négligé par la littérature qui, reprenant la vision véhiculée par les élites urbaines du pays, tend trop souvent à expliquer qu’il résulte d’un mythique pacte de partage du pouvoir entre les familles fondatrices de la cité-État portuaire au XVIIIe siècle. Or cette vision « occulte le rôle de l’arrière-pays » (p. 43) désertique, là où, précisément, s’est cristallisée la distinction entre citoyens et étrangers. Dans le désert circulaient des populations bédouines dont l’allégeance était déterminante pour la dynastie Al Sabah. Son pouvoir dépendait en effet de sa capacité à mobiliser les nomades et semi-nomades, notamment en temps de crise, qu’il s’agisse des conflits avec les émirs voisins qui maniaient les appartenances tribales de la même manière ou avec les élites marchandes du port. Les Bédouins formaient le gros des troupes des émirs ainsi qu’une bonne partie des forces de maintien de l’ordre, donc du pouvoir de coercition directe des souverains.

4Lorsque les frontières ont été peu à peu délimitées et les codes de la nationalité établis, les fondements économiques et politiques de la « haute politique » (p. 53) des tribus se sont rapidement effondrés mais la vision du monde et le système de valeurs qui l’accompagnaient ont perduré. Au Koweït, beaucoup de Bédouins qui vivaient dans les marges désertiques ne jugèrent pas bon de se signaler auprès des comités qui, entre 1959 et 1965, furent chargés d’identifier les nationaux, soit qu’ils n’aient pas compris l’utilité de le faire, soit qu’ils aient refusé le principe même d’une nationalité limitant leur liberté de circulation et affirmant une conception de l’égalité entre citoyens contredisant les hiérarchies sociales pré-nationales du monde tribal. La « basse politique » de la cité prenant le pas sur la haute politique du désert à la faveur de l’industrialisation pétrolière, c’est le rapport de force entre les élites urbaines et les Al Sabah qui a défini les contours de l’identité nationale koweïtienne. À la fois craignant et méprisant les gardes bédouines des émirs, qu’elles voyaient comme des mercenaires loyaux à la famille royale plus qu’à la nation koweïtienne, les élites urbaines se sont appliquées à limiter leur influence en poussant pour une définition restrictive et hiérarchisée de la nationalité. La Loi sur la nationalité de 1959 a défini deux catégories de Koweïtiens. Les Koweïtiens de « première catégorie » (mada ula) sont ceux qui purent prouver leur présence dans l’émirat depuis au moins 1920, date de la bataille de Jahra gagnée contre les Saoudiens. Les autres furent considérés comme des Koweïtiens de seconde catégorie, des « naturalisés » (mutajannisin) qui ne pouvaient bénéficier du droit de voter pour l’élection du parlement établi par la constitution de 1962 qu’après une période de probation de 30 ans.

5L’antagonisme entre les élites urbaines et les Bédouins a ensuite été constamment renforcé par les stratégies de la famille royale, qui a utilisé les réseaux tribaux transnationaux pour contrecarrer le poids politique des urbains. Ainsi dans les années 1960 et 1970, des dizaines de milliers de Bédouins furent naturalisés de manière extra-légale afin de renforcer la base électorale des Al Sabah : en contradiction avec la loi sur la naturalisation, le droits de vote leur fut octroyé d’emblée. Pourquoi le sort des bidoun n’a-t-il pas été réglé à cette occasion ? Claire Beaugrand formule une hypothèse sur la base du constat que les bidoun se rattachent tous ou presque aux tribus du Nord dont le territoire se situe dans ce qui est maintenant l’Irak, la Syrie et la Jordanie. Or les naturalisations extra-légales n’ont concerné que des tribus du Sud, celles dont le territoire se situe en Arabie saoudite. Cela serait lié au changement de la nature de la menace au pouvoir des Al Sabah. Si, longtemps, ces derniers ont craint les Al Saoud et rivalisé avec eux, au moment de l’indépendance en 1961 ce sont les revendications irrédentistes du voisin irakien qui sont devenues la principale source d’inquiétude, générant une grande méfiance à l’égard des tribus du Nord dont un certain nombre de clans avaient été intégrés à l’État nation irakien. Dès lors, même si beaucoup d’entre eux demeurèrent dans les rangs de l’armée et de la police jusqu’à l’invasion irakienne, les Bédouins du Nord ne furent jamais jugés assez fiables pour être naturalisés. Au moment de l’invasion, précisément, ils furent chargés du poids de la défaite et l’idée que les bidoun étaient en fait des Irakiens se répandit largement dans la société koweïtienne.

6De fait, ajoutant à l’hétérogénéité de la catégorie, au cours des années 1980 de nombreux Irakiens fuyant le long conflit avec l’Iran (1980-1988) se sont infiltrés au Koweït et se sont agrégés aux bidoun dans l’espoir de pouvoir bénéficier d’une naturalisation, ce qui aurait pu doubler leur nombre. Le contexte des années 1980 a été particulièrement anxiogène pour les autorités. Ayant choisi de soutenir l’effort de guerre irakien, l’émirat dut aussi gérer la mobilisation de sa minorité chiite (autour de 25% de la population nationale) sous la houlette de leaders directement connectés aux islamistes chiites irakiens, libanais et iraniens qui ont été à l’origine d’une vague d’attentats visant notamment la personne de l’émir. Le Koweït dut aussi affronter une crise économique résultant du crack de sa bourse en 1982 et de la chute des prix du pétrole. La position vis-à-vis des bidoun s’est radicalisée dans ce contexte. En 1986, le gouvernement a promulgué un décret secret qui a redéfini leur statut : de presque Koweïtiens ils sont devenus des « migrants illégaux », sommés de se conformer strictement à la législation qui exige de tout étranger qu’il détienne un permis de résidence et de travail et, bien sûr, soit en mesure de produire un passeport. Des milliers de bidoun ont perdu leur emploi public ainsi que l’accès aux droits sociaux. Le gouvernement refuse désormais de leur délivrer des certificats de naissance, de décès ou de mariage. L’objectif de cette violence administrative est de les obliger à révéler leur « vraie » nationalité.

7Aujourd’hui, alors que confrontés à cette situation beaucoup d’États auraient in fine choisi la voie de la naturalisation, cette option est inenvisageable dans le contexte koweïtien. Claire Beaugrand souligne bien les dynamiques de clôture liées à une conception essentiellement économique et sociale de la citoyenneté dans laquelle la nationalité permet avant tout d’avoir accès aux allocations d’un État providence parmi les plus généreux au monde. Alors que le gouvernement s’efforce avec un succès mitigé d’expliquer aux Koweïtiens que, en raison de la chute des prix du pétrole et de l’accroissement démographique, l’État doit réduire ses dépenses, il est politiquement impossible de leur expliquer parallèlement que leur part du gâteau risque d’être mécaniquement réduite par l’inclusion de nouveaux ayants-droit, une situation qui n’est pas sans rappeler les débats autour de l’immigration en Europe et ailleurs. Dans cette situation de blocage, le Koweït, sous la pression internationale, a recours à des tours de passe-passe juridiques pour se mettre formellement en conformité avec le droit international, ayant passé des accords plus ou moins officiels avec des pays africains, notamment les Comores, prêts à vendre leur nationalité pour quelques milliers de dollars. Devenus citoyens comoriens, les bidoun seraient autorisés à demeurer sur le territoire koweïtien en tant que résidents étrangers, au même titre que les autres expatriés. En aucun cas, pourtant, cela ne modifierait l’entre-deux social dans lequel vivent les bidoun.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Louër, « BEAUGRAND Claire, Stateless in the Gulf. Migration, Nationality and Society in Kuwait, London, I. B. Tauris, 2018, 307 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12958

Haut de page

Auteur

Laurence Louër

Professeure associée à Sciences Po-CERI, Paris (laurence.louer@sciencespo.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search