Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en lignebrentjes Sonja, Teaching and Learnin(…)

Lectures en ligne

brentjes Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700), Turnhout, Brepols, 2018.

Nour Dahmani

Texte intégral

1Membre de l’institut de recherche Max Planck pour l’histoire des sciences à Berlin et spécialiste de l’histoire des mathématiques, Sonja Brentjes consacre son dernier ouvrage à l’étude de l’enseignement des sciences dans les sociétés islamiques médiévales et modernes.

  • 1 D. Gutas, Greek Thought, Arabic Culture, the Graeco-Arabic translation movement in Baghdad and earl (...)

2Comme le souligne l’auteure dès les premières lignes de l’introduction, l’historiographie des sciences en terre d’Islam est pléthorique, mais elle reste surtout concentrée sur l’histoire des idées et des représentations scientifiques. Quoique le thème, apparemment inépuisable, attire encore la curiosité de nombreux chercheurs, l’approche reste trop souvent décontextualisée. S. Brentjes a donc choisi de l’étudier à travers le prisme de la transmission du savoir, depuis l’introduction du corpus scientifique grec dans le monde arabe au ixe siècle jusqu’à la fixation d’un modèle d’enseignement théoriquement uniforme au xviiie siècle. S. Brentjes s’interroge plus particulièrement sur la circulation de la connaissance via l’enseignement et les relations maîtres disciples dans les sociétés orientales, en particulier dans les centres urbains tels Bagdad, Ispahan, Samarcande, le Caire, Tunis ou Istanbul. Généralement, la recherche dans ce domaine postule l’existence d’un âge d’or, situé entre les ixe et xie siècles, suivi d’une période de déclin et de raréfaction des activités scientifiques (p. 9). Contre cette tendance, l’auteure explore le champ des activités scientifiques en écartant ce schéma classique qui a quelque peu desservi le renouvellement dans l’histoire des sciences. En effet, dans les travaux existants, les dates de ce déclin présumé oscillent entre le xie et le xvie siècle ; cette amplitude chronologique indique les incohérences de la problématique grandeur-déclin. Remettant donc en question cette interprétation, S. Brentjes se place dans la lignée des travaux de D. Gutas1, qui réfutait dans son ouvrage l’hypothèse d’une incompatibilité consubstantielle entre sciences religieuses et sciences profanes, dont l’affrontement aurait abouti au triomphe de la théologie et à l’extinction des sciences arabes. S. Brentjes rappelle à plusieurs occasions la complémentarité de ces branches appartenant au même arbre de la connaissance dans la littérature théorique consacrée à l’enseignement. L’auteure appuie son étude sur un large corpus composé d’ouvrages scientifiques, de chroniques, de dictionnaires biographiques, d’images et d’objets, tous élaborés entre les ixe et xviiie siècles.

3L’ouvrage, divisé en huit chapitres, débute par un rappel du contexte politique et culturel dans lequel l’enseignement s’est développé. Il présente ensuite le contexte intellectuel du début du règne des Abbassides, lorsqu’une grande partie du corpus scientifique grec fut traduit en arabe et intégré à l’activité savante. Selon l’auteure, l’apport du soutien des Abbassides dans le mouvement de traductions aurait permis la formation d’une culture scientifique hybride durable en Islam, mêlant des traductions et des études d’ouvrages grecs, sanskrits, et moyen-persans (p.18). Ce corpus scientifique arabe devient une référence pour les siècles suivants, et constitue une première étape dans la transmission du savoir.

4À la suite de cette recontextualisation des bases du savoir arabe médiéval, le chapitre 2 étudie en détail les relations qui structuraient le couple maître-disciple, acteurs et protagonistes de l’enseignement avant l’émergence des madrasa-s. En exploitant les sources peu nombreuses pour la période des viiie-xiie siècles, l’auteure restitue le contenu de l’enseignement à partir des récits fictifs de la transmission du savoir d’Alexandrie à Bagdad. Elle retrace ici le contexte et les schémas qui dominent la relation des maîtres et de leurs disciples en puisant ses sources dans les biographies de quelques grands savants. L’enseignement s’épanouit alors dans les cours princières et dans les maisons particulières, et se fonde sur les pratiques de la lecture à haute voix et du commentaire. L’auteure complète ce panorama dans les chapitres 3 et 4, consacrés à l’évolution de ces premières formes d’enseignement dans les structures institutionnelles émergentes, les madrasa-s, les hôpitaux et les mosquées. Alors que cette période est parfois associée à un déclin de la production d’ouvrages originaux, l’auteure insiste plutôt sur l’enrichissement du corpus constitué les siècles précédents par de nouvelles traductions d’ouvrages persan, au xiiie siècle. Loin d’enfermer l’enseignement dans un modèle de transmission réduit à un curriculum fixe, S. Brentjes s’intéresse ici à l’historicité des textes enseignés. Selon elle, chaque corpus fut profondément modifié et transformé par un processus de sélection et de recomposition au gré d’influences locales ou lointaines, venant notamment d’Inde (p. 111).

5Le chapitre 5 se concentre sur les structures d’enseignement moins visibles. Au lendemain même de leur fondation, les hôpitaux remplissent un rôle essentiel dans la transmission de savoirs et savoir-faire médicaux. Les nombreuses biographies du médecin Ibn Abī ʻUsaybiʿa, œuvrant à l’hôpital de Damas (fondé en 1154) décrivent avec précision l’apprentissage théorique et pratique de la médecine au xiiie siècle. Cet enseignement reste relativement stable au fil des siècles et perdure jusqu’à l’époque moderne (p. 129). L’auteure s’intéresse également à l’enseignement au sein des familles, suivant le plus souvent une transmission de père en fils. Une plus longue sous-partie est consacrée à l’enracinement de la pratique du voyage qui devient, au fil des siècles, une source d’autorité intellectuelle étroitement liée à la tradition de l’enseignement. Favorisant l’enrichissement et la découverte des savoirs, le voyage forge également la réputation des maîtres et de leurs disciples. Pour S. Brentjes, cette itinérance reste une source importante de prestige dans l’apprentissage d’un individu depuis le règne des Abbassides jusqu’à la veille de l’époque contemporaine (p. 145). Puis, sous l’influence coloniale, l’apprentissage s’aligne sur le modèle des pays européens et les élites des grandes dynasties arabo-musulmanes envoient dorénavant leurs enfants dans les universités anglaises, françaises et allemandes, développant peut-être une autre forme d’itinérance.

6Les chapitres 6 à 8 sont consacrés à la littérature née de la réflexion des savants sur l’enseignement. Dans le chapitre 6, l’auteure s’intéresse aux textes méthodologiques qui apportent une structure théorique à l’enseignement. Quoique les méthodes divergent selon les préférences et le contexte politique et intellectuel local, les savants semblent guidés par des objectifs similaires. Ils aspirent en effet à créer un enseignement qui permette aux lettrés de participer à la production de connaissances. Ces textes méthodologiques apportent une définition du savoir authentique, dans le but de former un savant compétent et reconnu par ses pairs. Les écrits théoriques intègrent l’image de l’érudit, producteur et passeur de connaissances, aux différentes structures sociales dans lesquelles son enseignement intervient, de la place publique aux cours princières (p. 155). Le chapitre 7, consacré aux encyclopédies et aux ouvrages de classification des sciences, poursuit cette incursion dans la littérature théorique. D’après S. Brentjes, les encyclopédies furent élaborées dans le contexte même de l’enseignement et elles étaient destinées à le soutenir. Les ouvrages de synthèse, sans cesse remis en question par les savants, témoignent de la multiplicité des débats méthodologiques et de la pérennité de l’activité scientifique en cette période peu considérée dans l’historiographie. L’ouvrage s’achève sur une partie consacrée aux textes enseignés dans les madrasa-s, dans les hôpitaux et dans les autres lieux du savoir à partir du xiie siècle. L’auteure analyse ici les évolutions à l’échelle locale des corpus de référence sur lesquels l’enseignement des mathématiques s’est épanoui.

7À travers cet ouvrage dense, S. Brentjes renouvelle profondément l’histoire des sciences. Les périodes d’écriture de commentaires et d’ouvrages encyclopédiques, souvent délaissées car interprétées comme des moments de déclin des sciences, attestent selon l’auteure d’une activité scientifique tournée vers la recherche de textes, l’élaboration de synthèses et la transmission de connaissances. Les ouvrages de réflexion méthodologique participent aussi à la naissance d’une image idéale et normée des savants, maîtrisant les sciences profanes aussi bien que les savoirs religieux. Ceci rend caduques les interprétations insistant sur l’affrontement entre les disciplines religieuses et profanes. Le point de vue des érudits et des disciples, qu’elle analyse avec soin, apporte un regard nouveau sur la formation progressive d’un corpus de textes de référence et sur les écrits théoriques consacrés à la méthodologie de l’enseignement.

8L’absence de conclusion peut surprendre, mais illustre la grande variété des cas étudiés dans le monde de l’enseignement des sociétés islamiques. Le lecteur pourrait toutefois regretter l’absence d’une synthèse globale. Quelques comparaisons entre les différents cas particuliers étudiés auraient peut-être permis de mettre en évidence les phénomènes de rivalités entre les centres d’enseignement, entre les érudits et entre les méthodes. Cela aurait apporté quelques éléments d’explication sur les succès ou les échecs des acteurs et des structures de diffusion du savoir. L’étude appellerait éventuellement une analyse plus détaillée des relations entre maîtres et disciples. Il serait intéressant d’étudier le portrait du disciple qui émerge en parallèle de l’image du savant expérimenté. Les relations d’interdépendance entre les érudits et leurs fidèles mériteraient peut-être un développement sur le rôle des disciples dans la construction et la transmission de la mémoire du savant.

9S. Brentjes dresse toutefois avec succès un panorama riche de la transmission des sciences en Islam. La densité de l’ouvrage met particulièrement en évidence la variété des chemins empruntés par l’enseignement, remettant en question l’idée d’un modèle fixé à l’époque de l’Islam classique. L’auteure étudie avec précision les activités et théories des savants sur la transmission du savoir qui entretiennent la vivacité de l’activité scientifique. Elle signe en cela un ouvrage nécessaire aux lecteurs qui cherchent à saisir une vue d’ensemble de l’enseignement dans le monde arabo-musulman. S. Brentjes rétablit ainsi les correspondances entre la production de savoir et sa transmission, objets de réflexions intimement liées tout au long de l’évolution des sciences chez les savants du monde arabo-musulman.

Haut de page

Notes

1 D. Gutas, Greek Thought, Arabic Culture, the Graeco-Arabic translation movement in Baghdad and early ‘Abbassid society, 2nd-4th/8th-10th centuries, Londres, New-York, Routledge, 1998.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Nour Dahmani, « brentjes Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700), Turnhout, Brepols, 2018. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12964

Haut de page

Auteur

Nour Dahmani

Université Lyon 2, nour.dahmani(at)univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search