Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneDAHOU Tarik, Gouverner la mer en Alg(…)

Lectures en ligne

DAHOU Tarik, Gouverner la mer en Algérie. Politique en Eaux troubles, Karthala, Collection Terrains du siècle, Paris, 2018

Jean-Baptiste Le Moulec

Texte intégral

1L’ouvrage de l’anthropologue Tarik Dahou (PALOC-IRD) paru à l’automne 2018 chez Karthala happe d’emblée l’attention du lecteur par l’originalité du sujet, le domaine maritime algérien au prisme d’une question d’anthropologie et de sociologie politique : gouverner.

2Si, le thème paraît à première vue éloigné des développements sociopolitiques brûlants vécu par les Algériens depuis le début 2019, d’aucuns pourraient dire qu’il s’avère au contraire de plus en plus prophétique au fil des pages. De fait, dès les premières lignes, l’ouvrage remet en cause les grilles de lectures conventionnelles de la scène politique algérienne, statocentrées et axées sur le paradigme rentier, et milite pour une entrée par la marge, à plusieurs échelles, du local au transnational, afin d’élucider la question du gouvernement en Algérie et décrire les hiérarchies sociales et politiques mouvantes dans un pays décrit jusque récemment comme inerte. Le registre conceptuel s’annonce très foucaldien – gouvernementalité, savoir et pouvoir, biopolitique – mais sans s’y enfermer puisque l’auteur mobilise largement la philosophie et l’anthropologie politique contemporaine, d’Agamben à Agrawal sans oublier Esposito, Negri et bien d’autres. Il s’agit de s’armer d’un arsenal théorique aussi complet que possible pour aborder un objet au croisement de la politique maritime et de la politique environnementale, produit de normes nationales, internationales, locales, éthiques, enchevêtrées au fil de la très longue histoire de l’Algérie, produit aussi de groupes sociaux rivaux sur un espace géographique et temporel relativement difficile à délimiter.

3En cohérence avec la vocation de la collection Terrains du siècle, le travail de Tarik Dahou s’appuie d’abord sur une étude empirique d’une grande qualité et d’une redoutable complexité, menée auprès des populations, acteurs économiques et gouvernementaux du Parc National d’El Kala (PNEK), aux confins orientaux de l’Algérie. Il s’agit là d’un parc naturel à la fois terrestre et maritime créé en 1983 et qui devait initialement faire partie d’une aire protégée transfrontalière avec la Tunisie – il n’en fut rien. Mentionnons que l’une des qualités de cette étude est la multiplicité des cartes qui permettent de saisir, au fil des chapitres, les différents enjeux normatifs, économiques et sociaux dont le PNEK est un condensé.

  • 1 Nous faisons référence ici aux travaux de la politiste Béatrice Hiboux (CERI, Sciences Po’) ou enco (...)

4L’ouvrage se divise en cinq chapitres qui nous plongent toujours plus avant dans l’analyse d’un objet d’apparence périphérique tout en offrant aussi des vues alternées sur les différentes facettes de la gouvernementalité environnementale en Algérie, révélant des modes de gouvernement qui relèvent tantôt de l’imposition autoritaire, tantôt de transactions entre groupes sociaux impliqués. A cet égard, l’ouvrage ne sera pas sans rappeler d’autres travaux menés sur la gouvernementalité dans les pays dits « du sud » à l’ère néo-libérale, de l’Afrique à la Turquie1.

5Le premier chapitre procède à un état de la littérature en anthropologie et en sociologie politique sur les espaces maritimes. Annonçant d’entrée la marginalité de l’anthropologie maritime et la prédominance du prisme environnemental dans ce micro-champ, l’auteur constate que la discipline s’est surtout enrichie des travaux de chercheurs anglosaxons avec un certain nombre de thématiques récurrentes – ressource halieutique, pêche et navigation, imaginaire maritime des sociétés, rapports de travail etc. – mais que la prise en compte de la dimension politique du maritime est tardive et plus réduite encore. De manière similaire, il déplore que la mer ait longtemps été un non-objet pour la science politique, constat que les politiques maritimes européennes ont heureusement contribué à périmer. A l’inverse, Tarik Dahou souligne l’importante considération accordée aux enjeux maritimes dans le courant de l’histoire globale animé par Fernand Braudel et ses successeurs.

6Le premier chapitre est aussi l’occasion pour l’auteur de faire œuvre de réflexivité sur son terrain et de mettre en évidence certains des principaux obstacles qu’il recelait. Tantôt perçu comme expert-complice de l’État, comme contrôleur des règles environnementales édictées par le gouvernement, comme policier en civil ou comme défenseur de la nature, le chercheur n’a pu dissiper les soupçons pesant sur lui de la part des pêcheurs, contrebandiers et autorités locales qu’au fil de temps. Tarik Dahou souligne en outre toute la difficulté de la construction de la position du chercheur par rapport à ses interrogés dans un monde social où la circulation entre le légal et l’illicite est structurante.

7Le second chapitre s’attache ensuite à retracer l’histoire de l’activité politique de conservation environnementale en Algérie. Explorant une période allant du Moyen-Âge à nos jours, s’attardant sur la période coloniale puis post-coloniale, l’auteur relève que ces politiques sont jusqu’à présent liées à la militarisation de l’Algérie et à l’exploitation industrielle de ses forêts. Il souligne que l’indépendance proroge plus qu’elle ne remet en question le rapport à la nature instaurée par la puissance coloniale. Corollaire des politiques de conservation, les lieux d’habitat, les activités économiques et leur développement permettent de prendre la mesure et d’envisager les formes de l’exploitation du domaine maritime algérien, pêches, aquaculture, récolte de corail.

8Dans son troisième chapitre, l’ouvrage étudie l’impact du droit, et notamment la définition de zones ou « zonage », sur les activités économiques. On comprend que cette opération a toujours consisté, pour les pouvoirs publics, à collecter des droits d’accès et d’usages de la part des acteurs économiques, plus qu’à protéger les ressources halieutiques et les fonds marins. Il apparaît également que du fait du zonage s’opèrent des formes variées d’appropriation de l’espace maritime en fonction du type de pêche pratiqué. Des territorialités définies avec précision – GPS aidant – s’établissent, donnant lieu à des conflits d’usage et, par suite, à la requête des acteurs de la pêche « légale » pour que l’État intervienne contre les contrebandiers du corail. Les pouvoirs publics ne sont plus alors seulement cette puissance extérieure imposant des interdits mais se trouvent impliqués dans des différends locaux aux ramifications économiques et sociales telles que le pouvoir politique doit y prêter la plus grande attention, au risque de perdre sa légitimité.

9Après avoir mis en évidence les modalités d’appropriation différenciées du territoire maritime à El-Kala et leur imbrication dans des politiques publiques, Tarik Dahou étudie plus spécifiquement les normes de conservation relatives au corail rouge, leurs modes d’application et les altérations que cela produit dans les hiérarchies sociales locales. Pêché de façon rudimentaire depuis le XVIe siècle, le corail algérien a fait l’objet de mesures de conservations de plus en plus draconiennes jusqu’à l’interdiction de sa récolte en 2001. Loin de mettre fin à cette activité, l’interdiction a alimenté un secteur économique occulte très lucratif dont le produit est destiné à l’export et dont les acteurs se sentent parfois plus légitimes que des pêcheurs légaux. Il offre en outre un débouché professionnel alternatif et un complément de revenu à une partie de la population littorale modeste. L’auteur utilise alors l’expression paradoxale de « concession illicite » pour désigner ce qui constitue une soupape de sécurité socio-économique incitant les autorités de contrôle de l’État au laisser-faire chronique, malgré la signature de diverses conventions internationales.

  • 2 Concept forgé par le politologue indo-américain Arun Agrawal (Duke University).

10Dans son ultime chapitre, l’ouvrage Gouverner la mer en Algérie montre les limites à l’établissement d’une gouvernementalité environnementale. Outre le fait que les synergies et coopérations entre institutions prévues par ce type de dispositif – l’implication des universités par exemple – n’ont pas été mises en place, le respect des cahiers des charges par les différents agents privés bénéficiaires de droit d’accès est manifestement déficient. Qui plus est, l’auteur relève qu’il existe des complicités entre contrevenants aux règles de conservation édictées et certaines des autorités publiques chargées de sanctionner ce type de délits. Ce constat amène l’auteur à repousser l’application du concept d’environnementalité2 au cas algérien, pour lui préférer celui de biopolitique, proposé antérieurement par Michel Foucault, car « sa portée heuristique » serait supérieure à celle de la notion de gouvernementalité.

11Nous passerons un peu outre les arguties théoriques conclusives pour recommander néanmoins la lecture de cette étude d’anthropologie politique rafraîchissante qui, de par son entrée par les confins, et non par le centre, par la mer qui plus est, et non par la terre, se montrait assez étonnamment visionnaire en laissant à entrevoir des rapports de force, tensions et accommodements du pouvoir, autant de bouillonnements peu décrits jusqu’alors et qui apparaissent au grand jour depuis quelques mois.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence ici aux travaux de la politiste Béatrice Hiboux (CERI, Sciences Po’) ou encore à ceux de l’ANR Transfaire (CETOBA, EHESS) sur les modes de gouvernement en Turquie.

2 Concept forgé par le politologue indo-américain Arun Agrawal (Duke University).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Moulec, « DAHOU Tarik, Gouverner la mer en Algérie. Politique en Eaux troubles, Karthala, Collection Terrains du siècle, Paris, 2018 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12985

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Moulec

Aix-Marseille Univ, Cnrs, IREMAM, Aix-en-Provence, France ; Université Catholique de l’Ouest

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search