Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en lignePLANET CONTRERAS Ana I. (ed.), Obser(…)

Lectures en ligne

PLANET CONTRERAS Ana I. (ed.), Observing Islam in Spain: Contemporary Politics and Social Dynamics, Brill, Leiden, 2018

Irene González González

Texte intégral

1Les études sur l’Islam en Espagne ont été au cœur de l’historiographie espagnole, même si l’intérêt porté aux différentes périodes historiques n’a pas été le même. C’est sur le Moyen-Âge que la plupart des regards ont convergé, traçant ainsi une frontière invisible qui semblait donner l’exclusivité à l’islam médiéval, tout en éclipsant les autres périodes. L’ouvrage dirigé par Ana I. Planet, professeur à l’Université Autonome de Madrid, directrice de l’Atelier des Études Internationales Méditerranéennes (UAM) et membre de la Commission Consultative sur la Liberté Religieuse du ministère espagnol de la Justice, met en évidence les changements qui se produisent au niveau historiographique dans les études de l’islam espagnol, de plus en plus axées sur la période contemporaine. A.Planet est pionnière dans les études portant sur les communautés musulmanes en Espagne : d’une part elle a développé une ligne de recherche dans le cadre de laquelle s’inscrit Observing Islam in Spain et elle a également joué un rôle clef dans le transfert de ces connaissances à la société, à travers sa collaboration comme conseillère de l’État en matière religieuse et en relation avec l’islam. Elle est ainsi devenue une référence essentielle sur cette question.

2Observing Islam in Spain est un ouvrage collectif dirigé de façon magistrale. Au fil de ses pages, le lecteur découvre un islam pluriel qui n’est pas seulement lié à l’immigration et qui dispose d’un cadre légal régulé par l’État, tout comme les autres confessions religieuses, catholique, évangéliste ou juive. C’est un islam qui est également impliqué dans la société dans laquelle il évolue, mobilisant un tissu associatif jeune et dynamique, dans lequel les femmes jouent un rôle politique significatif, ce qui forge une image très éloignée de celle que transmettent habituellement les médias. Cet ouvrage présente ainsi un islam diversifié, se démarquant des étiquettes et des préjugés, et dont les multiples nuances rendent impossible toute généralisation simpliste. Ce travail est destiné au milieu universitaire et a été publié par Brill dans le cadre de sa série Muslim Minorities. Il s’insère parfaitement dans un projet éditorial qui met l’accent sur l’analyse des communautés musulmanes dans les pays européens – ou dans les pays qui ont été traditionnellement liés à l’Europe – où elles se trouvent minoritaires.

3L’ouvrage comprend sept chapitres bien agencés et parfaitement cohérents entre eux. Les auteurs, tout au long du livre et en suivant un fil conducteur chronologique et thématique, abordent les différents aspects qui configurent l’islam contemporain en Espagne. Chaque chapitre peut être lu indépendamment des autres, mais chacun permet aussi d’étayer la compréhension du chapitre suivant. Ceci est le résultat de la diversité disciplinaire des différents auteurs – sociologie, droit, anthropologie ou histoire – ainsi que du travail de conceptualisation réalisé par la coordinatrice de l’ouvrage. À partir de son domaine d’étude respectif, chaque auteur analyse les processus sociaux dont l’Espagne contemporaine a été le témoin concernant l’islam tout en apportant une perspective originale en rupture avec l’image traditionnelle des études sur l’islam en Espagne. L’ouvrage inclut aussi une chronologie qui aide à comprendre l’évolution de l’islam contemporain et ses différentes phases d’implantation au niveau local et étatique.

4Le premier chapitre du livre, écrit par Ana I. Planet s’intitule Islam in Spain: From Historical Question to Social Debate. C’est un texte introductif qui relie et contextualise les questions qui sont traitées par la suite dans les différents chapitres du livre. Elle y retrace la représentation de l’islam au cours de l’histoire de l’Espagne et la façon dont il a été étudié et présenté par l’historiographie. Al-Andalus a été au centre de la recherche, cependant, le fait que l’Espagne soit devenu un pays récepteur d’immigration durant la décennie 1990 a donné une nouvelle dimension à l’approche suivie dans ces études, et ce à partir de deux questions. D’une part l’islam est devenu plus proche, en étant lié au nouveau phénomène migratoire et plus étroitement associé au Maroc. D’autre part une nouvelle ligne de recherche est apparue dirigée par le professeur Bernabé López García reliant l’islam, la migration marocaine et l’orientalisme espagnol avec des disciplines comme la sociologie, la politologie, l’anthropologie ou l’histoire qui ont révolutionné les études de l’islam en Espagne. L’auteure, elle-même issue de cette tradition de recherche, a construit cet ouvrage sur cet héritage.

5Le professeur titulaire d’une chaire de droit, José María Contreras Mazarío, est l’auteur de Muslims in Spain: The Legal Framework and Status. Dans ce chapitre, l’auteur parcourt minutieusement le processus de création du cadre légal de l’islam dans l’Espagne démocratique à deux niveaux : institutionnel et juridique – les espaces du culte, l’enseignement de l’islam dans les centres publics, la hiérarchie religieuse, le domaine professionnel ou le mariage religieux. La reconnaissance en 1989 de la confession islamique comme notoirement établie a jeté les bases nécessaires à la signature de l’Accord de Coopération de 1992. Cet accord a introduit la régulation juridique et institutionnelle de l’islam en Espagne et a permis l’organisation d’un système d’interlocution avec les pouvoirs publics. Ce modèle reprenait dans une certaine mesure le cadre juridique et institutionnel de l’Église catholique en Espagne. Les communautés juive et évangélique en ont aussi bénéficié en 1992. L’analyse menée par Contreras aide à comprendre les piliers sur lesquels reposent les processus analysés dans les chapitres suivants.

6L’immigration a mis en évidence l’augmentation exponentielle d’une communauté entretenant une relation spéciale avec les villes espagnoles nord-africaines de Ceuta et Melilla. Le cas particulier de Melilla, ville frontalière avec le Maroc, est l’objet du chapitre d’Oscar Salguero Montaño, A Diachronic View of the Spaces of Islam in Melilla. À l’époque contemporaine, Melilla a joué un rôle clef pour les intérêts coloniaux espagnols au Maroc. C’est durant la période coloniale au cours des années 1920 que furent créées les premières mosquées dans la ville. L’ouverture d’un cimetière musulman en son sein fut même débattue. Ce débat s’est par la suite intensifié durant les années de la Guerre Civile (1936-1939) avec la participation des troupes musulmanes. Les premiers essais d’institutionnalisation de l’Islam ont été développés à Ceuta et Melilla et dans l’Espagne péninsulaire, même si leur évolution et leur pérennisation dans le temps ont pu différer. Alors que dans la Péninsule, avec la fin de la guerre, les cimetières musulmans cessèrent d’être opérationnels et les hôpitaux fermèrent, à Melilla les mosquées se sont maintenues avec une spécificité qui n’existe pas sur le territoire péninsulaire. Si dans la Péninsule l’islam était absent de la société durant le franquisme, à Melilla il conservait sa présence à travers une population qui vivait et travaillait entre Melilla et le Maroc. L’entrée de l’Espagne dans l’Union Européenne en 1986 a introduit la nécessité de promulguer une loi sur les étrangers qui a particulièrement touché la population musulmane fluctuante de Melilla. Son entrée en vigueur favorisa l’émergence d’un mouvement associatif qui a rendu visible la communauté musulmane au sein de la société espagnole et dont le développement est essentiel pour la compréhension du tissu associatif musulman du début du XXIe siècle.

7Le quatrième chapitre, Invisible Rituals: Islamic Religious Acts in Catalan Public Space emmène le lecteur en Catalogne et l’introduit à l’utilisation de l’espace public par la communauté musulmane pour des festivités comme la fête islamique de l’Aïd el Kebir ou la Ashura et les problèmes que cette visibilité de l’islam a pu entraîner dans l’espace public. Le texte a été écrit par une équipe de chercheurs formée de Marta Alonso Cabré, Khalid Ghali, Alberto López Bargados, Jordi Moreras et Ariadna Solé Arraràs qui ont tous un long parcours de travail au sein des communautés musulmanes de Catalogne.

  • 1 Madonia viens de publier Musulmanes, jóvenes y ciudadanos: un estudio etnográfico en la Comunidad d (...)

8Virtudes Téllez Delgado et Salvatore Madonia1 sont les auteurs de Visibilizing ‘Invisibilized’ Spanish Muslim Youth. Les attentats du 11 mars 2004 à Madrid ont profondément choqué la société espagnole. Ce contexte marque le point de départ de l’analyse des deux auteurs qui analysent, dans une perspective anthropologique et sociologique, le processus de création des associations des jeunes musulmans comme une manifestation de rejet des attentats. Des jeunes qui, malgré la mise en œuvre des accords de Coopération de 1992, étaient restés largement invisibles dans la société, et qui rendaient dès lors visible l’existence d’un islam non radicalisé.

9Le sixième chapitre Rethinking Re-Islamization: On Muslims and Gender in Spain a été écrit par Ángeles Ramírez et Laura Mijares. Comme dans le chapitre précédent, l’analyse est centrée sur la ville de Madrid, mais dans une perspective différente en abordant dans le tissu associatif de la jeunesse musulmane la relation existante entre l’islam et le genre. À cet effet, elles utilisent une méthodologie de travail novatrice qui repose sur l’analyse de discours en groupes de débat. Tout au long du texte, en introduisant dans leur étude des variables comme le niveau éducatif et le type de profession, Ramírez et Mijares analysent la façon dont chaque individu vit l’islam – la nourriture halal ou la relation avec les lieux de culte – et comment se produit cette identification au modèle suivi dictant la manière d’être musulman.

10L’auteure du dernier chapitre Political Muslim Women: Citizenship and Feminism in Democratic Spain est Aitana Guía. Ses pages nous entraînent dans le monde de la participation citoyenne des femmes musulmanes dans le tissu associatif et politique. Son texte est donc un prolongement des chapitres cinq et six. L’auteure déconstruit l’idée d’une invisibilité de la femme musulmane en montrant le dynamisme de la participation des femmes dans le domaine associatif et les postes de responsabilité qu’elles occupent au sein de ces espaces.

  • 2 Voir à ce sujet Julio de la Cueva Merino, Miguel H. Larramendi et Ana I. Planet (eds.), Encrucijada (...)

11Sur le plan chronologique, l’œuvre de Planet concentre l’analyse sur la période comprise entre 1989 et 2018, même si des connections sont aussi établies avec le passé le plus récent. Cette approche, centrée sur les deux dernières décennies, ne laisse guère de place aux premières tentatives de normalisation de l’islam en Espagne durant les années de la Guerre Civile qui sont brièvement évoquées dans certains chapitres. Il est vrai que ces questions apparaissent aussi dans d’autres monographies qui ont aussi été coéditées par Ana I. Planet2. Il aurait été intéressant d’inclure par exemple une recherche sur l’influence que l’expérience coloniale espagnole au Maroc a pu avoir sur la gestion de l’islam actuel, les villes de Ceuta et Melilla constituant des cas d’études privilégiés qui n’ont pas encore fait l’objet d’une analyse durant la période coloniale et postcoloniale.

12Observing Islam in Spain est un ouvrage pionnier et courageux qui analyse l’islam contemporain en Espagne en se détournant des stéréotypes. L’islamophobie et la radicalisation sont abordées dans cet ouvrage sous l’angle des mouvements d’opposition qui ont surgi au sein de la communauté musulmane pour y faire face. Une communauté qui ne s’identifie pas aux idées préconçues et qui a recours aux systèmes de représentation et d’organisation de l’Espagne démocratique comme peut le fait n’importe quel citoyen espagnol pour lutter contre un islam avec lequel elle ne se sent pas identifiée et avec lequel certains secteurs de la société, étrangers à cette réalité, s’obstinent à l’associer.

Haut de page

Notes

1 Madonia viens de publier Musulmanes, jóvenes y ciudadanos: un estudio etnográfico en la Comunidad de Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, 2018.

2 Voir à ce sujet Julio de la Cueva Merino, Miguel H. Larramendi et Ana I. Planet (eds.), Encrucijadas del cambio religioso en España. Secularización, cristianismo e islam, Comares, Grenade, 2018.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Irene González González, « PLANET CONTRERAS Ana I. (ed.), Observing Islam in Spain: Contemporary Politics and Social Dynamics, Brill, Leiden, 2018 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12992

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search