Navigation – Plan du site

Chiismes politiques. Actualités

Sélection d’articles et de comptes rendus parus dans la Remmm
Sylvie Denoix

Résumé

À l’occasion de la sortie du numéro 145 (1/2019) Chiismes politiques. Pouvoirs, engagements, imaginaires politiques chiites au XXIe siècle, nous voudrions rappeler les études que la Remmm a publiées sur cette obédience de l’islam. On sait que le schisme entre les sunnites et les chiites a commencé dès la succession du Prophète, suite à un désaccord quant à la direction de la communauté des musulmans. Les chiites sont ceux qui étaient du parti de ʿAlī (shīʿat ʿAlī) dont le fils, Hussayn, a été assassiné à Kerbela (Irak) et dont les chiites commémorent la mort dans les rituels de ʿĀshūrā. Au fil du temps et des configurations spatiales et politiques, de multiples façons de se réclamer (ou pas) du chiisme, d’en décliner doctrines et pratiques et de les traduire en systèmes de pouvoir se sont fait jour. Aujourd’hui, il revient aux sciences sociales de déconstruire la vision monolithique d’une opposition frontale chiisme/sunnisme qui relève plus de constructions politiques et médiatiques que des réalités complexes du terrain. C’est ce à quoi contribue le dossier « Chiismes politiques ».

Haut de page

Articles

L’analyse d’une série télé réalisée par le Hezbollah relatant les premières années de la résistance islamique (1982-1985) contre l’occupant israélien au Liban : Erminia Chiara Calabrese (2013), « Al-Ghâlibûn Le Hezbollah et la mise en récit de la “société de la résistance” au Liban » [ https://journals.openedition.org/remmm/8339]

La pertinence de l’usage des catégorisations religieuses au Yémen : Laurent Bonnefoy (2008), « Les identités religieuses contemporaines au Yémen : convergence, résistances et instrumentalisations » [ https://journals.openedition.org/remmm/4963]

Les rituels de ʿĀshūrā, célébrés aussi dans les milieux chiites du Liban Sud et de Syrie : Sabrina Mervin (2006), « Les larmes et le sang des chiites : corps et pratiques rituelles lors des célébrations de ʿĀshūrā (Liban, Syrie) » [ https://journals.openedition.org/remmm/2973].

Le rapport au corps, qui est au centre de la religiosité populaire chiite, car il joue un rôle majeur dans la construction du lien avec le divin : Anne-Sophie Vivier (2006), « Le corps dans le chiisme populaire iranien : entre savâb et impureté » [ https://journals.openedition.org/remmm/2971

Les productions intellectuelles réformistes des chiites du Liban Sud, qui se sont exprimées dans la revue al-‘Irfān : Sabrina Mervin (2002), « Le Liban-Sud entre deux générations de réformistes » https://journals.openedition.org/remmm/235].

Le développement des mouvements réformistes dans les écoles chiites, lié à l'affaiblissement des centres traditionnels du chiisme duodécimain en Irak après l'établissement du mandat : Yann Richard (2002), « Intellectuels iraniens de l'entre-deux guerres » [ https://journals.openedition.org/remmm/242]

La doctrine eschatologique de Jābir ibn Ḥayyān : Pierre Lory (2000), « Eschatologie alchimique chez jâbir ibn Hayyân » https://journals.openedition.org/remmm/249

Dossier thématique

À l’époque médiévale, plusieurs dynasties furent d’obédience chiite. Les Fatimides, descendants de Fatima, la fille du Prophète, et de ʿAlī, lancèrent une prédication au Maghreb où eurent lieu les premières décennies de leur dynastie. Un dossier sur Les Fatimides et la Méditerranée centrale Xe-XIIe siècles rend compte de la construction de ce nouvel État et de l’émergence du nouveau monde social qui émergea alors. https://journals.openedition.org/remmm/8987

Un concept musulman de gouvernement, le mahdisme, prend en charge la question de la direction légitime de la communauté, et donc du pouvoir politique, dans un cadre messianique et millénariste. Le mahdî est un chef religieux que l’on peut trouver dans le chiisme comme dans le sunnisme. Le dossier intitulé Mahdisme et millénarisme en Islam propose une approche de ces mouvements apocalyptiques islamiques. https://journals.openedition.org/remmm/1329