Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

SAGHIEH Hazem, Ceci n’est pas une autobiographie, Paris, L’Harmattan, 2019, 170 p., Hâdhihi laysat sîratan, Beyrouth, Dar al-Saqi, 2007, traduit de l’arabe, annoté et présenté par Samy Dorlian.

Elizabeth Picard

Texte intégral

1Pas vraiment une autobiographie, en effet. Ne serait-ce que parce que le récit s’arrête vers la fin des années 1980 et ne couvre donc que trente années de la vie de Hazem Saghieh.

2Saghieh, comme beaucoup d’écrivains au Liban et dans la région, est un auteur éclectique : à la fois romancier, essayiste, chroniqueur et éditorialiste (au Safîr à Beyrouth, de sa création en 1974 jusqu’en 1988, puis au Hayât à Londres – en particulier dans son supplément hebdomadaire Tayyâra). Il est devenu un intellectuel influent au Moyen-Orient, représentatif du glissement en un demi-siècle, des scènes publiques libanaise et arabes de la gauche séculariste militante au libéralisme soft et sceptique, épris d’apaisement et de satisfactions individuelles.

3Le public francophone ne connaît pas Hazem Saghieh, ou à peine, à travers quelques extraits de son œuvre abondante, cités dans des ouvrages collectifs. Ce prolifique essayiste de langue arabe, déjà traduit en anglais et en italien, est ici servi ici par une traduction, savoureuse par ses libanismes intentionnels, de Samy Dorlian, maître de conférences en Études arabes à la Sorbonne. Dorlian, natif de Tripoli, est presque un « pays » de l’auteur. Il est visiblement séduit par sa trajectoire sociale et politique vagabonde. Bien qu’appartenant à une autre génération, celle qui a grandi après la guerre civile libanaise, il semble qu’il se reconnaisse dans le texte qu’il traduit. Il fait écho, dans une introduction consistante et dans ses notes de bas de page, à la curiosité et à l’humour distancié de Saghieh. Et il ajoute à ce texte parfois imprécis, souvent subjectif, un appareil critique (historique surtout, mais également islamologique et anthropologique) indispensable au lecteur qui s’embarque dans la lecture charmante et instructive du livre.

4Ce n’est pas vraiment une biographie, car Saghieh raconte son parcours sinueux moins pour parler de lui-même que pour évoquer et transmettre la mémoire des individus et des événements qu’il a croisés, de son village familial dans le Akkar jusqu’à Beyrouth Ouest où il fut militant du Mouvement National durant la guerre civile, en passant par ses années de formation au « Lycée des Cèdres » d’Aley dans le Liban central et par son séjour au sein d’un quartier pittoresque d’Achrafiyeh à Beyrouth à l’époque de la montée en puissance du Parti Phalangiste. Son récit est donc celui de la traversée des vicissitudes existentielles et des revirements idéologiques du Proche-Orient arabe des années 1950 aux années 1980, telle que se la remémore au XXIe siècle un intellectuel libanais.

5Spectateur plutôt qu’acteur, qui « en fin de compte regarde et ne joue pas (p. 101) », Saghieh est armé de références littéraires profuses et éclectiques, allant de la poésie classique et de la chanson arabes à Marx, Weber, Reich et Canetti. Il exerce son œil et sa plume durant des années trépidantes en tant que journaliste – ce qui offre au lecteur des éclairages subtils sur des sujets variés pris sur le vif, comme la vie de village dans le Akkar, la diffusion du communisme au Yémen du Sud, etc., et également des commentaires poignants sur le naufrage des intellectuels de Beyrouth Ouest durant la seconde moitié des années 1980 (p. 113-118). C’est donc surtout par son regard décalé et libre que son témoignage est intéressant.

6Saghieh évoque en effet les courants principaux de la pensée politique au Liban et dans l’Orient arabe entre 1950 et 1990, ainsi que les partis politiques auxquels il a appartenu et dans lesquels il a milité, même brièvement comme le Parti Populaire Syrien. Mais loin de se cantonner dans une plate présentation idéologique et sociologique, il fait passer cette évocation par sa subjectivité propre ou par celle de ses proches, comme par exemple sa grand-mère grecque-orthodoxe dont l’arabisme mystique est nourri de culture musulmane (chapitre 1). Il ressent la querelle et la rupture entre Bacthisme et Nassérisme, les deux grandes références de sa jeunesse, comme le fruit de rivalités et d’incompatibilités personnelles et régionalistes (chapitres 2 et 3). Il répudie le parti fascisant des Nationalistes Syriens d’Antoun Sacadeh (le PPS) sans indulgence pour le suivisme naïf de l’adolescent qu’il fut (chapitre 4) tandis que ses rencontres avec la misère et l’injustice, coloniale en particulier, nourrissent son expérience communiste et sa fréquentation des mouvements palestiniens (chapitres 1, 5 et 6). Et c’est enfin une savoureuse histoire pastèque qui le retient de succomber à la séduction khomeyniste (chapitre 7).

7Il y a donc beaucoup plus qu’une concession à la mode de l’autobiographie ou la tentation de l’autodérision dans ce livre amusant et triste de Saghieh : un éclairage complémentaire et nécessaire de l’histoire contemporaine du Liban et de ses désillusions.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « SAGHIEH Hazem, Ceci n’est pas une autobiographie, Paris, L’Harmattan, 2019, 170 p., Hâdhihi laysat sîratan, Beyrouth, Dar al-Saqi, 2007, traduit de l’arabe, annoté et présenté par Samy Dorlian. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13055

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page