Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

Ismail Salwa, The Rule of Violence. Subjectivity, Memory and Government in Syria, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, 228 p.

Elizabeth Picard

Texte intégral

1Professeure de science politique à la SOAS à Londres, Salwa Ismail adopte dans ses travaux de recherche une approche ethnographique afin de saisir au plus près les mécanismes et les pratiques de gouvernement par la violence dans les sociétés du Proche-Orient. Après un travail remarqué sur les nouveaux quartiers du Caire, elle a enquêté en Syrie entre 2002 et 2011 (notamment en 2005 et en 2010-11) sur les interactions entre la société et le pouvoir. The Rule of Violence scrute les facettes multiples de la domination du régime des Assad sur une société décrite comme enfoncée dans l’abjection (dhul) et l’horreur.

2À la base, il y a un travail de terrain à la fois vaste et minutieux : durant les mois qu’elle a passés à Damas, Ismail a fréquenté assidument les milieux intellectuels, artistiques et militants, et profité de la mise au jour de pratiques de domination enfouies depuis trois décennies dans le silence et le déni. Le « printemps de Damas » de l’été 2000 et, à nouveau, le sursaut contestataire de 2005 auquel elle a assisté, ont causé quelques craquelures dans la censure gouvernementale et dans l’autocensure sociétale. Des sujets comme celui des prisons politiques du régime ou les massacres de 1978-1982, restés tabous pour les chercheurs travaillant dans la décennie 1990, ont commencé à être discutés dans les réunions de l’opposition et évoqués en entretien. Particulièrement, ils ont fait l’objet d’œuvres littéraires et cinématographiques marquantes comme le roman La Coquille (al-Qawqacah), le film Retour à la mémoire (Rihla ila l-dhâkira) ou des mémoires comme celles de Manhal al-Sarraj. Bien sûr, Ismail ne cherche pas dans ces œuvres artistiques une rigueur ou même une vérité qu’on attend d’un rapport d’Amnesty ou de Human Rights Watch – elle se réfère par ailleurs à de nombreux documents officiels et rapports d’enquête, ainsi qu’à la presse officielle syrienne. Ce qu’elle cherche à débusquer, ce sont les formes de subjectivation des populations atteintes et les modalités de leur assujettissement par le régime.

3Ismail a mené plus de 150 entretiens approfondis, axés sur les transformations urbaines par le régime de Hafez el Assad et sur des souvenirs individuels des trente années de son règne. Ce terrain privilégié est complété par des incursions dans des quartiers divers de Damas et par des échanges non-directifs avec des Syriens ordinaires, notamment des discussions dans le cadre familial, professionnel ou amical. Pour observer la violence « de routine », Ismail sait laisser du temps et de l’espace à ses interlocuteurs afin de faire surgir des réponses longtemps tues. Ainsi, lorsqu’elle s’interroge à voix haute sur l’amnésie collective à propos du massacre de Hama en 1982, elle obtient cette réponse catégorique « jamais nous n’oublierons Hama ! » (p. viii). École, organisations de jeunesse, vie de famille, vie de quartier – un riche matériel ethnographique nourrit de denses développements sur le « règne de la violence » dans la Syrie des Assad.

4Il faut dire que ce travail est structuré par une réflexion théorique comparative (avec des cas irlandais et latino-américains) et complexe. Le lecteur voit passer dans le chapitre introductif de nombreuses et rapides références à la littérature scientifique consacrée aux violences politiques des régimes dictatoriaux aux XXe et XXIe siècles. Ismail s’appuie notamment sur la lecture de Freud par Kristeva qui explore les notions d’inquiétante étrangeté (uncanny) et d’abjection ; sur Foucault, bien sûr, notamment à propos des relations ambiguës entre biopolitique et pouvoir de mort – un thème repris par Agamben dans Homo Sacer ; ou encore sur la lecture d’Achille Mbembé qui montre comment les régimes de subjectivité imposés par la violence soumettent les imaginaires individuels et collectifs. C’est un chapitre dense et difficile, mais indispensable. Car, dans le corps de l’ouvrage, Ismail travaille ses matériaux ethnographiques avec ces noirs outils conceptuels, parfois avec une insistance pesante, elle-même étant prise dans cette horreur qu’elle a perçue de si près.

5Les cinq chapitres et le chapitre de conclusion consacré à l’éclatement du soulèvement populaire « contre l’abjection » et aux premiers moments de la guerre civile syrienne, portent chacun sur un thème circonscrit en même temps qu’ils se complètent et se répondent dans un cadre commun d’analyse. Ils sont parfois touffus, d’autant que les principaux thèmes de la démonstration et les principaux sites d’observation se retrouvent dans chaque chapitre.

6Le premier chapitre, Violence as a modality of government, donne le ton en plaçant d’emblée l’état d’exception, la sacralisation du pouvoir, la prison et le massacre, au cœur d’un régime politique qualifié de « régime de guerre civile ». Citant de hauts responsables et rappelant des événements attestés, Ismail souligne comment les pratiques du régime visent à désorienter et à défaire les individus et les groupes sociaux afin de les assujettir ; comment la violence est utilisée comme une discipline pour soumettre les corps et les esprits ; comment elle s’enfle jusqu’à produire des massacres de masse, présageant la guerre à venir.

7Le deuxième chapitre, Authoritarian government, the shadow State and political subjectivities, est particulièrement original en ce qu’il esquisse une économie politique de la domination en soulignant le rôle du parti dominant et de ses organisations satellites ainsi que des appareils sécuritaires et de leurs agents (zalamât al-amn) dans la transformation du « citoyen » en sujet et en client. Pour construire sa démonstration, Ismail s’appuie sur sa comparaison de 2013 de l’urbanisation et de la civilité dans les quartiers de Mezzé 86, Qaboun et Barzeh ainsi que d’autres localités de la Ghouta orientale (p.86-94). C’est un peu rapide mais extrêmement convainquant puisque la violence prédatrice et contrebandière divise les groupes sociaux pour asseoir la loi du tyran hobbesien.

8Le chapitre 3, Memories of life under dictatorship : the everyday of Bacthist Syria, riche d’entretiens originaux, exhume et explore des souvenirs quotidiens du règne de Hafez el-Assad, réévaluant le rôle social du Bacth au-delà de sa fonction de sélection et de redistribution : l’école, son discours arasant et ses méthodes disciplinaires ; les organisations de jeunesse comme les talâ’ic et la shabiba ; la famille, dont la précarité matérielle et sécuritaire renforce la hiérarchie patriarcale. Dans ce chapitre, Ismail évoque ceux qu’elle appelle « la génération du Bacth » (p.99-106) qu’elle situe entre les pionniers du tournant étatiste et socialiste des années 1960, portés par l’enthousiasme de la théorie développementaliste (p.97), et la jeunesse révoltée de la décennie 2010. Elle montre pourquoi la « génération du Bacth » est une génération laminée par la dérive dictatoriale des dirigeants, réduite au silence par la pénurie, la précarité et l’humiliation.

9Le massacre de Hama en 1982 revient dans le chapitre 4, cette fois pour travailler les Memories of violence. Ismail propose une distinction, tant parmi les membres du régime que parmi les opposants et les victimes, entre ceux qui s’efforcent à un travail historiographique pour établir ou rétablir les faits, et ceux qui « vivent dans le passé », selon la formule de James MacDougall à propos de la guerre d’Algérie. La violence a été (et est toujours) un instrument privilégié pour marquer durablement les esprits d’autant que le régime veillait à maintenir les blessures ouvertes (p.154). Elle a aussi entretenu des mémoires concurrentes de la victimisation, et contribué à approfondir les clivages confessionnels.

10Le dernier chapitre, The performativity of violence and ‘emotionalities of rule’ in the Syrian uprising, offre une plongée rapide dans les violences de la guerre civile des années 2010, dans lesquelles victimes et assassins deviennent interchangeables et la responsabilité des crimes partagée. Ensuite, dans une « conclusion » d’une dizaine de pages, Ismail dénonce le caractère fasciste de la gouvernance de Bachar al-Assad à la veille du soulèvement et dans la guerre civile. Elle aborde les questions de la stratégie de confessionnalisation des affrontements, et de la segmentation de l’espace national syrien. Elle évoque l’imprégnation générale de la société par la violence, laquelle filtre les interprétations individuelles et collectives des événements et impose son tragique horizon d’attente. En ce sens, ce chapitre confirme l’effectivité à long terme des pratiques d’endoctrinement et de formatage des subjectivités par le régime.

11Il est tentant et, j’espère, stimulant de comparer l’ouvrage d’Ismail avec Ambiguities of domination de Lisa Wedeen, livre paru vingt ans plutôt et qui avait non seulement suscité l’admiration par sa finesse intuitive et la force de sa thèse, mais trouvé écho auprès des Syriens qui ont pu y avoir accès. J’ai mentionné plus haut la différence des contextes de la rédaction des deux livres : transformations socio-politiques radicales en Syrie, accélérées par l’arrivée au pouvoir de Bachar en 2000 ; transformation du cadre international et irruption de soulèvements populaires dans la région depuis le Printemps de Téhéran en 2009 ; sans oublier les effets de la révolution numérique sur les communications au sein des sociétés et entre elles. Wedeen et ses interlocuteurs n’avaient pas licence, et sans doute pas les moyens, de creuser plus profond que cette dichotomie fascinante entre la participation forcée aux mises en scène du régime et la dissimulation terrorisée dans les fors intérieurs et les cauchemars nocturne. As if était alors le mot clef qui verrouillait la parole et même l’analyse. En travaillant frontalement sur la violence comme principe de gouvernance et sur ses effets sur les mémoires et les subjectivités de la société syrienne, Ismail participe magistralement d’un renouvellement de la recherche d’autant plus nécessaire que la guerre civile est loin d’être achevée.

Haut de page

Bibliographie

Confluences Méditerranée n° 44, Hiver 2002-2003, « Un printemps syrien ».

ISMAIL Salwa, “Urban subalterns in the Arab revolutions: Cairo and Damascus in comparative perspective”, Comparative Studies in Society and History 55 (4), 2013, p. 865-894.

KHALIFAH Mustafa, Al-Qawqacah, Beyrouth, Dâr al-Adâb, 2008.

KRISTEVA Julia, Pouvoir de l’horreur. Essai sur l’abjection. Paris, Tel Quel, 2000.

MBEMBE Achille, De la Postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000.

MCDOUGALL James, “Social memories ‘in the flesh’: war and exile in Algerian self-writing”, Alif: Journal of Comparative Politics 30, 2010, p. 34-56.

MOHAMMAD Hala, Rihla ila l-dhâkira, 2006, https://www.youtube.com/watch ?v =oKeZyoCy1yk

SARRAJ Manhal al, Kama yanbaghi li-nahr, Alger, Arab Scientific, 2007.

WEDEEN Lisa, Ambiguities of Domination: Politics, rethoric, and symbols in contemporary Syria, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Ismail Salwa, The Rule of Violence. Subjectivity, Memory and Government in Syria, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, 228 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13061

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Aix-Marseille Univ., Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page