Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneHAMILTON Alastair (éd.), Johann Mich(…)

Lectures en ligne

HAMILTON Alastair (éd.), Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant 1671-1674. An Annotated Edition of His Italian Report, Leiden/ Boston, Brill, 2018, 512 p.

Bernard Heyberger

Texte intégral

1Cet ouvrage très agréablement édité offre au lecteur le récit inédit en italien du voyage de Johann Michael Wansleben au Levant, conservé à la BNF. Jean Michel Vansleb (le nom sous lequel il apparaît en France) est bien connu des spécialistes et amateurs de l’Égypte : sa Nouvelle relation en forme de journal, d’un voyage en Égypte … (Paris, 1677), traduite en anglais dès l’année suivante, est une source incontournable pour l’histoire de ce pays et de la connaissance égyptologique avant l’expédition de Bonaparte. Mais le texte publié ici est beaucoup plus riche en observations personnelles et en témoignages de la vie quotidienne que la version publiée en français. De plus, il contient la partie du voyage avant l’arrivée en Égypte et après son départ, livrant des passages intéressants, avec des informations parfois inédites, sur Chypre, Damas et la Syrie, puis sur les Cyclades et Smyrne. Il est illustré par des dessins archéologiques, géographiques et techniques réalisés par l’Athénien Onorato Leonardo Iatrò, par un prêtre copte appartenant à la famille d’enlumineurs et de peintres d’icônes Abū’l-Mīnā‘, et par Wansleben lui-même. L’édition est dotée de notes de bas de page remarquables, d’un index nominatif et thématique fort utile, et d’une très riche bibliographie.

2Alastair Hamilton fait autorité pour ses travaux sur les Arabes dans l’érudition européenne de l’époque moderne. Dans une introduction de 60 pages, il nous livre une biographie exceptionnelle de J.M. Wansleben. Ce fils de pasteur luthérien d’Erfurt eut une vie pleine de rebondissements, dont la trajectoire a croisé une grande partie des réseaux érudits orientalistes européens, reconstitués avec virtuosité par A.H. Il débuta dans le réseau de l’érudition protestante, d’abord à Erfurt sous la protection du fameux éthiopisant Hiob Ludolf, puis à Londres. Il entreprit son premier voyage en Égypte missionné par le Duc de Saxe-Gotha, dans une perspective de combat anticatholique et d’alliance antiturque avec l’empereur d’Éthiopie, mais il ne dépassa pas l’Égypte, où il se forma en arabe et s’intéressa à l’histoire de l’Église égyptienne. Il en revint avec un premier récit de voyage. Mais à Livourne, où il débarqua, il se lia d’amitié avec des membres du cercle érudit « galiléen » de Toscane, sous la protection du Grand-Duc Ferdinand II, qui l’aidèrent à poursuivre son chemin en direction de Rome, où il se perfectionna un temps en arabe. Il entrait ainsi dans le réseau des orientalistes catholiques, protégés par le cardinal Francesco Barberini : il bénéficia en particulier de la recommandation du fameux jésuite Athanase Kircher (originaire de Thuringe comme lui), à l’œuvre duquel il se réfère dans son récit de voyage. Il finit par se convertir au catholicisme en mars 1667, et entrer dans l’ordre des dominicains. Cette conversion pouvait relever de mobiles carriéristes : l’entrée dans un ordre religieux offrait une forme de sécurité matérielle, le milieu orientaliste italien était bien plus attrayant que celui d’Allemagne, et l’accès aux sources bien plus aisé à Rome et à Florence qu’à Erfurt. A.H. avance néanmoins une autre hypothèse séduisante, d’un mobile plus désintéressé : Wansleben avait été missionné par Ludolf pour montrer la proximité entre l’Église éthiopienne et le luthéranisme. Mais en approfondissant son étude des sources éthiopiennes en Égypte, à Florence et à Rome, il se serait au contraire convaincu que les Éthiopiens étaient bien plus proches du catholicisme que du protestantisme, pour ce qui concerne l’autorité du pape, l’Eucharistie, la vénération de la Vierge et des saints, et la prière pour les morts. Sa conversion contribua en tout cas à son succès auprès des érudits catholiques, et conduisit à son transfert à Paris en 1670. Présenté à Colbert, il fut mandaté par ce dernier pour retourner en Orient avec un ordre de mission établi par le bibliothécaire du roi Pierre de Carcavy, extrêmement ambitieux en termes de collecte d’objets, de manuscrits et d’informations, mais en contradiction avec les visées du ministre, qui souhaitait le voir parvenir en Éthiopie.

3Dans ces conditions, ses lettres d’accréditation extrêmement vagues quant à ses destinataires et aux obligations auxquels ces derniers étaient tenus à son égard, ajoutées à la modestie des sommes allouées par Colbert, allaient le mettre en difficulté durant tout son voyage : la question financière et ses relations avec les consuls de France reviennent du moins comme une obsession dans le récit publié par A.H. Ayant envoyé un journal du début de son séjour à Paris, Wansleben apprit en 1675 que celui-ci fut fort mal reçu par Colbert, qui considérait qu’il n’avait pas convenablement rempli sa mission. Finalement il reçut l’ordre de rentrer en France, et fut de retour à Paris en avril 1676. Au début de son séjour parisien, il fut entouré et estimé par les érudits de la capitale, puis il perdit progressivement ces appuis, peut-être à cause du désaveu de Colbert, d’un scandale auquel il fut mêlé à Chios, ou de son mauvais caractère et de son comportement déréglé. Surtout, Hiob Ludolf, une personnalité respectée dans la République des Lettres au-delà de l’Allemagne protestante, le poursuivit de sa haine en forgeant sa mauvaise réputation. C’est Ludolf sans doute qui fut à l’origine d’un pamphlet antijésuite paru à Londres en 1679, et faussement attribué à Wansleben, mort à cette date. La République des Lettres ne savait pas forcément reconnaitre les vrais savants, et fonctionnait sur des réflexes sociaux et culturels qui ne devaient pas favoriser la carrière d’un luthérien allemand passé au catholicisme, n’ayant de surcroît pas su se ménager un puissant protecteur.

4On trouve des traits de caractère du narrateur dans le récit publié, son côté emporté et querelleur, son goût pour le vin, son obsession de la dépense, qui ne le rendent pas forcément sympathique, et ont vraisemblablement irrité ses destinataires officiels. A.H. se livre à une sorte de réhabilitation du personnage, qui savait excellemment l’arabe, avait du flair pour se procurer les manuscrits les plus intéressants, et fut le premier à visiter et décrire des lieux essentiels dans l’histoire de l’Égypte. Il souligne son peu d’intérêt pour l’islam et les musulmans, et montre sa préférence pour les historiens arabes chrétiens, complétés par quelques ouvrages occidentaux modernes. Son goût pour la magie, curieusement accompagné d’un sentiment de culpabilité et d’élans de raisonnement empirique, en fait un témoin singulier de la culture du XVIIe siècle. Wansleben a significativement contribué aux études éthiopiennes notamment en fournissant des copies de manuscrits. Il a également été le premier historien moderne de l’Église d’Alexandrie. Croisant les connaissances acquises dans ses lectures de manuscrits arabes et d’ouvrages érudits occidentaux avec ses observations de terrain et ses conversations sur place, il a produit une somme d’informations précieuse, tant pour l’histoire et l’archéologie des lieux visités que pour l’environnement naturel et l’anthropologie des peuples rencontrés, dont les ressources documentaires n’ont à ce jour pas toutes été exploitées.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Heyberger, « HAMILTON Alastair (éd.), Johann Michael Wansleben’s Travels in the Levant 1671-1674. An Annotated Edition of His Italian Report, Leiden/ Boston, Brill, 2018, 512 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13067

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search