Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

VAGNON E, Cartographie et représentations de l’Orient méditerranéen en Occident (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle), Turnhout, Brepols, 2013

Mathieu Eychenne

Texte intégral

1La cartographie n’est pas qu’un support iconographique et décoratif de l’écrit, elle est en elle-même un discours. Cartographier l’Orient méditerranéen, c’est penser l’Autre autant que se penser soi-même. Dans le riche introduction de son ouvrage – tiré de sa thèse de doctorat –, E. Vagnon rappelle que « les représentations cartographiques de l’Orient médiéval n’ont pas pour seul objectif de rendre compte de la topographie et de la toponymie d’une région, elles situent celles-ci par rapport au reste du monde et en font un espace dynamique où s’expriment divers points de vue cosmographiques et religieux, géopolitiques et stratégiques, ou encore commerciaux » (p. 9). De la deuxième moitié du xiiie à la fin du xve siècle, Orient et Occident entretiennent des relations riches et complexes, qui, en même temps qu’une extension géographique du monde connu par les Occidentaux voient l’apparition de nouveaux types de documents cartographiques. Différents types de cartes médiévales sont alors utilisées successivement ou simultanément (mappemondes, cartes régionales, cartes marines, cartes ptoléméennes), offrant chacune une représentation des phénomènes humaines dans un espace schématisé qui leur est propre. Après un retour sur l’historiographie des cartes médiévales du Proche-Orient (p. 13-20), E. Vagnon expose sa démarche (p. 20-22). Elle s’inscrit résolument dans une perspective d’histoire culturelle des représentations cartographiques, et entend « poser la question des intérêts occidentaux manifestés tels qu’ils se manifestent dans chaque type de cartes » produit au cours de la période étudiée, en prenant soin de mettre en évidence leurs différents contextes de production et d’utilisation. Une telle approche exclut – faute des compétences notamment linguistiques nécessaires en la matière, selon les propres termes de l’auteure – de facto la comparaison avec la cartographie islamique de la même période. Les cartes ne sont pas ici prise en tant que témoignage de la réalité du Proche-Orient au Moyen Âge mais plutôt comme trace de ce que l’Occident savait et se représentait de cet espace proche-oriental entre le xiiie et le xve siècle. Chacun des quatre chapitres replace des documents spécifiques du corpus étudié dans leur contexte historique et dans le genre cartographique auquel ils appartiennent, et mettent en évidence les évolutions dans le temps des représentations du Proche-Orient, des objets représentés, des techniques de représentations et des discours voire des objectifs qui les sous-tendent.

2Les différents types de mappemondes médiévales – mode de représentation graphique de la Terre et de ses régions le plus courant à l’époque – sont au cœur du premier chapitre intitulé, « L’Orient au centre du monde (mappemondes et cartes en Terre sainte, xiiie-début xive siècle) » (p. 25-93). Après un tour d’horizon détaillé, utile pour les non spécialistes, de la typologie de ces mappemondes médiévales (« œcuméniques », schématisées ou détaillées ; mondiales ou hémisphériques ; mixtes ou intermédiaires), ponctué par une critique de la classification chronologique proposée par Woodward (p. 29), E. Vagnon entre plus concrètement dans le vif du sujet. Dans un premier temps, elle aborde la place occupée par l’Orient sur les représentations de la sphère terrestre. Il s’agit pour elle de revenir notamment sur le lieu commun, s’appuyant sur la tradition biblique, plaçant Jérusalem au centre du monde et de ses représentations cartographiques. L’époque des croisades, au cours de laquelle la ville acquiert pour les chrétiens une grande importance historique et eschatologique (en tant que lieu de vie, de mort et de résurrection du Christ), vient alimenter et revivifier cette tradition. Il s’agit bien pour E. Vagnon de l’expression d’un savoir géographique des cartographes de l’époque autant qu’une interprétation symbolique des citations bibliques. Cette centralité de Jérusalem sur les mappemondes œcuméniques  – c’est-à-dire celles qui représentent l’espace habité – ne devient toutefois courante qu’à cette époque, et seulement sur certains types de cartes (notamment les mappemondes en T-O, les mappemondes détaillées comme celle de Hereford par exemple), inerdisant de fait toute généralisation de cette représentation (p. 51). Dans la troisième partie de ce premier chapitre, l’auteure porte notamment son attention sur la mappemonde de Hereford, sorte de synthèse géographique et historique fondée sur une description du monde à partir de la lecture d’auteurs reconnus par la tradition. Cette mappemonde de Hereford s’offre comme l’équivalent d’une riche encyclopédie, notamment grâce à la richesse de sa toponymie, réunissant un important savoir sur la topographie de l’Asie. Pour E. Vagnon, cette mappemonde se réfère à une double tradition. D’une part, celle de la géographie antique consistant à diviser le monde en régions et provinces, qu’elle reproduit tout en accordant une place proportionnellement très importante au Proche-Orient sur l’ensemble de l’œcumène (la bordure orientale de la Méditerranée, de Constantinople à l’Egypte et du rivage syrien jusqu’à la Mésopotamie, occupant près d’un quart de celui-ci). La place du Nil, – véritable lien entre le Proche-Orient connu des pèlerins et l’Orient du paradis terrestre et de la Bible –, et plus globalement de l’Égypte, – espace visité par les marchands et les pèlerins lors de leur voyage au Levant et objectif de nombreux traités de reconquête du Proche-Orient par les chrétiens d’Occident – y est étudiée dans le détail (p. 80-82). D’autre part, cette mappemonde de Hereford s’appuie sur les descriptions de la Terre sainte et les guides de pèlerinages connus en Occident depuis le haut Moyen Âge ; elle reproduit ainsi une topographie essentiellement biblique, qui doit notamment beaucoup à un ouvrage très répandu de Saint-Jérôme. Ainsi, les grandes cités bibliques (Ninive, Babylone, Jérusalem, Babel) font partie des principaux repères de cette représentation au même titre que les grandes cités historiques (Alexandrie et Constantinople). Quant à la topographie de la Terre sainte, elle s’appuie sur les classiques des guides des Lieux saints et des pèlerinages et mentionne les villes de Sodome et Gomorrhe, Cana, Nazareth, le mont Tabor, Emmaüs, Bethléem etc. D’autres lieux moins liés à l’histoire biblique sont aussi parfois représentés, mais les noms utilisés alors sont toujours ceux de la géographie antique : aucune référence à la géographie contemporaine ne s’y retrouve mentionnées (pas plus les citadelles croisées, que les limites des États latins d’Orient, ou des références au monde islamique). Les cartes et mappemondes étudiées dans ce premier chapitre jouent le rôle de conservatoire d’une culture héritée du passée mais qui reste néanmoins encore omniprésente. Il ne s’agit en aucun cas de la restitution en image de la géographie contemporaine (p. 87). Dans ces mappemondes œcuméniques, les représentations du monde habité, la Terre sainte occupent une place importante, comparée aux autres régions du monde. Ceci s’explique principalement du fait de la densité des évènements marquants qui s’y sont déroulés dans l’histoire du Christianisme, mais aussi en raison du rôle politique, commercial et stratégique que le Proche-Orient acquiert pour les Occidentaux, à la fin du xiiie siècle. Pour E. Vagnon, il faut voir dans ces mappemondes bien plus la compilation et la préservation d’un savoir issu de l’Antiquité que l’image d’un savoir géographique qui rendrait compte de l’évolution des connaissances sur l’Orient. L’exemple des cartes et itinéraires élaborés par Matthieu Paris, dans la deuxième moitié du xiiie siècle, qui réunissent à la fois des références à l’Orient présentes dans les mappemondes œcuméniques et des connaissances topographiques de l’Orient issues de l’expérience des croisades, montre toutefois qu’une production cartographique plus proches de la réalité géographie contemporaine co-existait au même moment (p. 88-92).

3Le deuxième chapitre de l’ouvrage (p. 95-198) se concentre donc sur les cartes accompagnant les projets de croisade et de pèlerinages au xive siècle et permet à l’auteure de définir le passage de la représentation d’un Orient, sinon « fantasmé » du moins mythique, fondé sur la tradition biblique et antique, à un Orient plus conforme aux réalités géographiques du temps. Cet Orient perdu par les Occidentaux à la fin du xiiie siècle devient dès lors « un espace à reconquérir ». La disparition progressive puis définitive des dernières places fortes latines en Syrie-Palestine sous les coups de l’armée du sultan mamelouke d’Égypte (la ville d’Acre tombe en 1291) initia un vaste mouvement de réflexion en Occident, qui se traduisit, à la demande du Pape ou du roi de France, par exemple, par la rédaction de plusieurs projets de reconquête de la Terre sainte. Les débats du concile de Lyon de 1274, mais aussi les missions de Marco Polo auprès du grand Khan Qubilai qui étendent le champ des connaissances occidentales sur l’Asie lointaine, ou encore la réception en Occident d’une ambassade mongole du khan Abaqa offrant son alliance aux chrétiens contre les musulmans, sont autant d’évènements qui replacent le Proche-Orient dans une vision géopolitique plus large (p. 95). Ce contexte historique eut des conséquences importantes sur la façon dont l’Orient fut dès lors représenté en Occident. En partie occupé par les Latins, puis perdu, le Proche-Orient, n’était plus uniquement perçu comme une terre biblique mais comme une possession désormais menacée qu’il fallait défendre et reprendre aux musulmans, selon E. Vagnon. En termes de savoir géographique, les deux siècles de présence latine dans la région fournissaient, au début du xiiie siècle, des informations de première main, bien plus détaillées qu’auparavant, que ce soit sur la géographie et la topographie de la Terre sainte ou, de manière plus générale, sur le Proche-Orient. Les connaissances géographiques acquises dans le cadre des grandes croisades et de la colonisation latine du Proche-Orient contribuèrent ainsi à l’élaboration de nouveaux projets de croisades et apportèrent notamment les moyens d’une représentation plus fine de la topographie locale et la prise en compte de la situation géopolitique contemporaine de la région. E. Vagnon montre ainsi que l’on assiste, en conséquence à cela, à la généralisation de la production et de l’usage des cartes régionales – cartes marines et cartes topographiques –, en complément des mappemondes savantes. Le projet de croisade du vénitien Marino Sanudo, Liber secretorum fidelium crucis, rédigé entre 1310 et 1330, « le plus remarquable de ces projets de croisades », « le plus diffusé de son époque » (Sanudo envoya des, souverains et évêques d’Occident) et « le mieux connu des historiens », est au cœur de ce deuxième chapitre. L’auteur revient dans un premier temps sur les sources de Marino Sanudo en exposant certains projets antérieurs (Burchard de Mont-Sion, Fidence de Padoue, Galvano di Levanto) dont il s’était inspiré. L’importance du traité de Marino Sanudo repose notamment sur la précision, jusque-là inégalée, de sa description de l’Orient et sur son explication des enjeux géopolitiques de la région. Son riche dossier cartographique, réalisé par Pietro Vesconte, fait en grande partie l’originalité du traité ; il regroupe des cartes combinant différentes approches et échelles (une mappemonde, des cartes de la mer Méditerranée et du littoral syro-palestinien, ainsi que des plans de ville), qui occupent, selon E. Vagnon, une place fondamentale dans l’histoire de la cartographie et représentent à la fois une innovation au regard des productions antérieures et un modèle irriguant la réalisation des cartes jusqu’à la Renaissance. La deuxième partie de ce chapitre est plus particulièrement consacrée aux cartes de Pietro Vesconte, à leur place et leur rôle dans le traité de croisade de Sanudo. Pour E. Vagnon, ce dossier cartographique, loin d’être une simple illustration, vient appuyer la description textuelle du traité – « éléments essentiels dans la structure » de ces textes – en ajustant la connaissance de la géographie orientale, produisant ainsi une représentation plus cohérente de sa réalité au service de l’organisation de l’expédition militaire et des objectifs de reconquête (p. 131-132). L’Égypte – dont les Latins d’Orient et d’Occident considèrent peu ou prou, depuis le milieu du xiie siècle, qu’elle est la clef de la survie du royaume de Jérusalem – occupe une place centrale dans le traité de Marino Sanudo : pour le vénitien, l’affaiblissement et la neutralisation du sultanat mamelouk par la mise en place d’un blocus économique maritime doit d’ouvrir aux Occidentaux la voie à la reconquête de la Terre sainte. L’on trouve ainsi chez Sanudo des cartes de l’Égypte et de la Syrie, accompagnées de la description d’un double itinéraire, terrestre et maritime, permettant de mener l’expédition militaire de Gaza à Alexandrie (p. 140-141). Les cartes marines du traité de Sanudo apparaissent comme l’apport le plus remarquable pour l’auteure (p. 144). La large diffusion du traité Sanudo, et donc des cartes de Vesconte, semble avoir suscité un regain d’intérêt pour la représentation de l’espace. Ainsi, E. Vagnon, dans une dernière partie, revient notamment sur la postérité de la carte quadrillée de la Terre sainte et de la mappemonde, les réalisations les plus originales de l’ensemble cartographique proposé par Vesconte (p. 170-197). Ainsi, les cartes de Pietro Vesconte, réalisées pour le projet de Sanudo (et celui de Paulin de Venise), toutes au service de la « stratégie et de l’histoire » (p. 149), apparaîssent comme le témoignage de nombreuses innovations et intègrent des connaissances originales et récentes de l’Orient (comme par exemple les sources du Nil et la représentation de la mer Caspienne). Son œuvre cartographique, qui propose des représentations de nature et d’échelle différentes, combine ainsi l’approche des cartes marines et des cartes terrestres, soulignant le lien entre la mer et la terre, qui apparaît comme essentiel dans le projet de Sanudo.

4Les cartes marines, dont E. Vagnon considère qu’elles sont l’apport le plus remarquable de Sanudo, se généralisent en Occident à partir du xiiie siècle et rendent compte, pour la première fois de certaines réalités géographiques jusque là ignorées dans les représentations (formes des bassins maritimes, contours des côtes de l’espace méditerranée, de la mer Noire, parfois aussi de la mer Rouge et du golfe Persique). Le troisième chapitre de cet ouvrage, « L’Orient des cartes marines (le Proche-Orient, carrefour entre l’Asie et la Méditerranée, xive-xve siècle) » (p. 199-269) est donc consacré à l’analyse de ce genre cartographique, dont l’auteur rappelle qu’il est incorrect de l’assimiler aux portulans ou aux cartes portulanes produites entre le xive et le xve siècle. E. Vagnon propose d’étudier leur influence sur les représentations du Proche-Orient méditerranéen, avec l’idée sous-jacente que ces représentations sont étroitement liées à la façon dont ces cartes étaient composées et utilisées ainsi qu’au public auquel elles étaient destinées. Dans une première partie, sont décrites les évolutions que ces cartes contiennent et la nouvelle représentation de l’Orient méditerranéen qu’elles proposent. ces cartes marines se démarquent sur plusieurs points des mappemondes de l’époque : par un usage presque systématique de la toponymie contemporaine, latinisée ou en langue vernaculaire, là où les mappemondes recourraient aux noms de lieux antiques ; par la manière plus fréquente qu’elles ont de s’appuyer sur des sources d’informations contemporaines (récits de voyage en Afrique ou en Asie, par exemple). Dans la deuxième partie du chapitre, l’auteure s’intéresse à l’évolution qui se fait jour dans l’usage de ces cartes marines : initialement prévues pour les « gens de mer » (Initialement destinée aux « gens de mer » (marins, marchands, armateurs etc.), ces cartes deviennent des objets relativement courants au xive siècle. Les lettrés, érudits et collectionneurs fortunés les recherchent en tant qu’instrument du savoir géographique, complément des livres ou en tant qu’œuvres d’art. De plus en plus présentes dans les inventaires de bibliothèques aux côtés des livres précieux, les cartes marines se départissent du seul usage technique auquel elles étaient en premier lieu destinées, elles témoignent d’une nouvelle fonction pédagogique, littéraire et artistique (grâce aux légendes explicatives et aux vignettes qu’elles contiennent) (p. 243-244). Pour E. Vagnon, les cartes marines apparaissent donc comme le symbole d’une culture urbaine liée aux activités maritimes qui s’élabore dans les villes commerçantes de Méditerranée. Elles apportent un complément et une actualisation au savoir géographique classique issu de l’enseignement universitaire et proposent deux registres à la représentation du Proche-Orient : d’une part, des informations factuelles sur les contours de côtes, les accidents de la navigation, les routes maritimes et terrestres ; d’autre part, des informations sur l’histoire politique et économique et l’ethnographie des différentes régions du monde. dans le troisième partie de ce chapitre, E. Vagnon étudie plus concrètement la place du Proche-Orient au sein de cette production de cartes marines. La région y apparaît d’abord au cœur d’un réseau d’échanges, de routes commerciales terrestres et maritimes (p. 244) dans lequel les ports et les villes côtières, mais aussi les éléments naturels qui structurent le paysage sont représentés. Ces cartes offrent également une vision des rivalités politiques et des dominations réelles ou espérées sur le Proche-Orient méditerranéen, qui graphiquement se traduit notamment par l’ajout de bannières héraldiques aux couleurs des différentes « nations » et d’images de souverains.

5Le quatrième et dernier chapitre, intitulé « La nostalgie de l’Orient perdu (humanisme, croisades et pèlerinages dans cartographie du Proche-Orient au xve siècle », pose la question des conséquences sur la cartographie du Proche-Orient de l’essor d’une géographie humaniste dans un nouveau contexte de croisade, lié à l’avancée des Ottomans en Europe Orientale. À la fin du xive et au xve siècle s’opère en effet un tournant dans les représentations cartographiques de l’Orient méditerranéen, directement lié à l’évolution du contexte politique. « Cette menace pour la foi chrétienne mais aussi pour la culture occidentale », comme les auteurs de l’époque la présente, fait naître un intérêt nouveau pour la représentation de l’empire byzantin et de l’Europe orientale qui s’ajoute à la cartographie du Proche-Orient liée aux projets de croisades (p. 271). E. Vagnon note ainsi le déplacement progressif de l’idée de croisade du front oriental traditionnel (Levant et Égypte)– point de départ traditionnel des expéditions de reconquête de la Terre sainte – vers l’Europe orientale, où la croisade se mue alors en défense de la chrétienté européenne. La peur de voir un monde s’écrouler face à l’avancée des Turcs se traduit alors par un renouveau de l’intérêt pour les textes antiques, rappelant aux érudits occidentaux de cette époque les racines grecques de la culture européenne. (p. 272). Les penseurs humanistes contribuèrent ainsi au développement de la culture géographique et à l’apparition de nouvelle méthode de cartographie en Occident, notamment marqués par la diffusion, dans la seconde moitié du xve siècle, de la Géographie de Ptolémée. Les cartes du Proche-Orient qui sont présentées dans ce chapitre témoignent de cet intérêt renouvelé pour le monde antique, mais aussi de la persistance de la tradition des pèlerinages en Terre sainte et de la vivacité toujours grande de l’idée de croisade en réponse aux conquêtes ottomanes. La cartographie produite à la Renaissance bénéficie également d’une plus grande diffusion notamment grâce au développement de l’imprimerie. Après l’étude du Liber insularum Archipleagi de Cristoforo Buondelmonti, E. Vagnon consacre la deuxième partie de ce chapitre, d’une part, à l’analyse de la documentation géographique et cartographique que les ducs de Bourgogne possédaient sur l’Orient, – tirée notamment des rapports de leurs agents au Proche-Orient, Bertrandon de la Brocquière et Ghillebert de Lannoy –, et, d’autre part, à l’étude de deux représentations cartographiques en lien direct avec la défense des Balkans et de Constantinople dans la première moitié du xve siècle : une carte de l’Europe orientale et des détroits de la mer Noire mettant en évidence la progression d’une armée occidentale vers Constantinople et une miniature représentant avec précision les opérations militaires ayant entraîné la prise de Constantinople par le sultan ottoman Mehmet II en 1453. Cette documentation rassemblée par les ducs de Bourgogne est, pour l’auteure, le témoignage d’une riche cartographie qui devait circuler à l’époque dans les cours européennes. Une documentation dans laquelle l’idée de croisade apparaît toujours vivante, au xve siècle, mais qui a changé de nature, bien plus tournée vers la défense de la Chrétienté – comme les cartes des Balkans et les plans de ville d’Europe orientale le montrent – que vers la reconquête de la Terre sainte. La troisième partie consacrée à la Tabula moderna Terrae Sanctae, permet à E. Vagnon de mesurer l’importance de la place de la Géographie de Ptoléme dans l’histoire de la cartographie occidentale. La traduction latine au xve siècle de ce monument du savoir géographique antique le rendit, en effet, enfin accessible, suscitant un grand intérêt auprès des savants et érudits humaniste de la Renaissance. Cette traduction latine fut très rapidement accompagnée de cartes réalisées en Italie à partir des informations contenues dans l’ouvrage. Par leur contenu et leur forme, ces cartes témoignaient d’une nouvelle manière de concevoir et de représenter l’espace : pour l’adapter aux attentes des lecteurs, elle fut notamment enrichie de plans de villes du Proche-Orient vues à vol d’oiseau. Enfin, dans une dernière partie, E. Vagnon revient sur plusieurs cartes de la Terre sainte associées à des récits de pèlerinages de la fin du xve siècle qui s’inspirèrent directement d’un modèle remontant à Burchard de Mont-Sion ou à la carte de Marino Sanudo. La carte dite de Bologne, par exemple, représente le Proche-Orient de Damas à Alexandrie et l’espace proche-oriental de la Méditerranée à la mer Rouge, sans toutefois respecter une échelle rigoureuse ; elle situe avec des vignettes les lieux notables de l’ancien et du nouveau Testament et donne aussi quelques indications sur l’état contemporain de la région visitée par les pélerins. Dans ces cartes de la fin toute fin du Moyen Âge, quelques éléments pittoresques sont représentés par le dessinateur : par exemple, un dôme et un minaret pour évoquer la mosquée des Omeyyades de Damas (p. 365). Ces cartes illustrant des récits de pèlerinages se font plus fréquentes et diversifiées à partir de la fin du xve siècle ; tout en suivant le même modèle, elles s’inspirent de techniques artistiques nouvelles et sont enrichies de vues de villes et de paysage effectuées sur place par des dessinateurs. L’avènement de l’imprimerie, fin xve-début xvie siècle, permet alors une diffusion plus large des différents types de représentation de la Terre sainte et du Proche-Orient.

6L’ouvrage s’accompagne d’une série d’annexes (six au total) : un catalogue des cartes de Terre sainte du xiie au xve siècle qui recense uniquement les cartes manuscrites régionales de la Terre sainte (Palestine et Égypte) visitées par les pèlerins au Moyen Âge ; l’édition de la description en latin d’une carte de Terre sainte d’après un manuscrit conservé au Vatican ; un tableau récapitulatif et comparatif des toponymes contenus dans plusieurs cartes marines, etc. À cela s’ajoutent dix-sept planches en couleur qui reproduisent plusieurs des cartes étudiées dans l’ouvrage.

7Au final, par son approche pluridisciplinaire, E. Vagnon propose un ouvrage pointu et documenté, parfois ardu pour un non spécialiste de la cartographie médiévale, mais qui offre à coup sûr une très intéressante plongée dans l’histoire culturelle de l’Occident au cours des derniers siècles du Moyen Âge. On ne peut que souhaiter qu’un travail similaire soit un jour entrepris dans le champ de la cartographie islamique, entreprise qui permettrait de nourrir un comparatisme salutaire.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Eychenne, « VAGNON E, Cartographie et représentations de l’Orient méditerranéen en Occident (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle), Turnhout, Brepols, 2013 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13085

Haut de page

Auteur

Mathieu Eychenne

chercheur associé, UMR 8167 Orient & Méditerranée/Islam médiéval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page