Navigation – Plan du site
Lectures en ligne

LENZE Nele, SCHRIWER Charlotte, JALIL Zubaidah Abdul (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan, 2017

Enrique Klaus

Texte intégral

1Sur fond de vulgates techno-déterministes, les mouvements révolutionnaires de 2011 ont créé un certain « engouement » académique pour les médias au Moyen-Orient. Ce subit intérêt pour la question s’est traduit dans les faits par une (sur)production de publications de facture et de qualité diverses. L’ouvrage ici recensé s’inscrit dans cette tendance dont il reproduit certaines apories, tout en parvenant à éviter certains écueils (cf. infra).

2Avant de s’engager dans la lecture critique de l’ouvrage, il convient de bien s’entendre sur les termes composant son titre tant ceux-ci portent en eux les germes de traditions académiques différentes de la littérature académique francophone consacrée aux médias de la région. « Middle-East » s’entend ici dans son acception anglo-saxonne et recouvre une large zone géographique partant de l’Est méditerranéen et s’étendant jusqu’aux confins du Pakistan. Rien d’étonnant dès lors à ce que le point de gravité géographique de l’ouvrage se situe dans le Golfe arabo-persique, avec au moins cinq des dix contributions consacrées aux pays riverains du Golfe.

3« Media », terme polysémique s’il en est, prête également à confusion. Il pourra en effet sembler surprenant, voire déroutant, pour un lecteur francophone de trouver dans cet ouvrage des contributions relevant de la sociologie politique des médias (sur le soft power turc des séries télévisées, la géopolitique des « media cities », ou le cyberactivisme après 2011) au côté d’autres chapitres s’inscrivant dans des traditions de recherche plus ancrées dans la critique littéraire et/ou linguistique (sur la poésie contestataire bahreïnie ou sur les innovations sociolinguistiques de la langue égyptienne suite au moment révolutionnaire de 2011).

4De cet « exotisme » académique, héritage du succès des Cultural Studies dans le champ des Media Studies anglo-saxonnes, découle un éclectisme dans le choix des terrains de recherche et des pays étudiés. Ceci renforce l’impression (qui se confirme à la lecture) d’un catalogue de contributions juxtaposées sous la bannière d’une thématique vague et sous des articulations trop larges pour tenir un propos cohérent. Les justifications introductives des éditrices de l’ouvrage sur les vertus supposées du dépassement des frontières disciplinaires et géographiques ne suffisent pas à dissiper cette impression de l’aporie d’une inter-, ou plutôt, d’une pluridisciplinarité convoquée dans l’analyse d’objets médiatiques trop variés et saisis dans des « aires culturelles » au découpage trop incertain. Au demeurant, cette critique (que l’on peut légitimement adresser à nombre d’ouvrages collectifs, toute tradition académique confondue) ne saurait jeter l’opprobre sur un ouvrage contenant plusieurs contributions de qualité (cf. infra).

5Dans ce vaste champ de recherche qu’annoncent les « Media Studies » dans le « Middle-East », le sous-titre assigne aux contributeurs de l’ouvrage un programme de recherche ambitieux portant tout à la fois sur le militantisme (activism), la politique (politics) et la culture. Ces pôles analytiques reflètent ou imposent la structuration de l’ouvrage en trois parties, nommément : 1) « l’activisme par les médias et l’engagement politique » ; 2) « les organisations médiatiques gouvernementales et non-gouvernementales » ; et 3) « Média, culture et langage au ‘Middle-East’ ».

6En introduction de l’ouvrage, les directrices tentent de se situer en porte-en-faux des analyses produites depuis 2011 en arguant de l’œuvre du temps pour une nouvelle mise en perspective sur ce moment important de l’histoire contemporaine des sociétés concernées et sur les mutations engendrées par l’usage largement répandu des réseaux socio-numériques. Elles mettent notamment en garde contre l’angélisme qui a caractérisé les premières analyses proposées desdites « révolutions Facebook » et autres « révolutions 2.0 ». Or, aussi noble que soit cette intention, force est de constater que l’ouvrage n’est pas entièrement parvenu à éviter un tel écueil.

7En témoigne le statut qu’y tient le cyberactivisme qui est prioritairement traité en première partie. Le sujet y est même introduit dès l’avant-propos sous la plume ou le clavier de la blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenni. Celle-ci livre un témoignage s’inscrivant dans la droite ligne de ce qu’elle a pu déclarer ailleurs, et avant tout sur son blog de l’époque, mais il est présenté comme « une perspective endogène (insider) unique sur les évènements tunisiens tels qu’ils se sont déroulés sur le terrain » (Lenze et al., 2017 : xxvi). On y voit l’indice d’une tonalité révérencieuse pour ce type d’acteurs dont la parole jouit d’un statut à part de tous les autres acteurs que l’on croise dans ce livre. L’indice aussi d’une irrémédiable exigence à fonder toute réflexion sur les médias dans la région sur cette activité qui constitue une petite « lorgnette » au regard de la diversité des usages médiatiques des mêmes outils au quotidien. Et ce parti pris a une incidence sur la structuration même de l’ouvrage et la distribution des chapitres des deux premières parties.

8La partie consacrée au cyberactivisme réunit trois contributions. Elle est inaugurée par une réflexion critique sur les limites et les potentialités du cyberactivisme. On ne peut qu’aller dans le sens de certaines des critiques formulées, notamment celles sur l’omission de la fracture numérique dans nombre d’analyses, sur les effets inattendus du militantisme de clavier, ou encore sur l’impuissance des réseaux sociaux à engager un changement de fond en l’absence de société civile vigoureuse. Cependant, la démonstration se fonde sur une problématique normative et téléologiquement biaisée par laquelle l’auteure ambitionne de « revisiter le rôle et le mécanisme du ‘cyberactivisme’ à contribuer au changement politique et à préparer la route de la transformation socioéconomique et de la démocratisation » (Khamis, 2017 : 3). Les deux autres chapitres sont d’une toute autre tonalité. Ils ancrent tous deux leurs analyses dans le quotidien et la « normalité » de l’usage des réseaux socio-numériques. Et l’élément « cyberactivité » y intervient sous l’incarnation d’une mobilisation relativement circonscrite et endogène : la création d’un espace public alternatif dans les pratiques médiatiques de la classe moyenne urbaine de Téhéran, pour le premier, et les mobilisations en ligne en faveur du droit des femmes dans plusieurs pays arabes, pour le second.

9Une définition moins normative du cyberactivisme aurait permis d’inclure dans cette première partie un chapitre relégué à la deuxième, sur la production culturelle du terrorisme. L’auteure Suzi Mirgani (2017) s’intéresse aux stratégies communicationnelles des groupes terroristes, désormais affranchis des contraintes imposées par les gate-keepers de l’information grâce aux réseaux socio-numériques. De manière particulièrement intéressante, elle analyse la congruence des discours terroristes avec une culture populaire globalisée, que ce soit à travers des emprunts directs à celle-ci (films, jeux vidéos, symboles) ou avec la résonnance que leurs actes ont dans des médias internationaux de plus en plus dominés par des logiques concurrentielles de spectacle et d’entertainment. Ce chapitre remarquable paraît à la fin de la deuxième partie consacrée aux « organisations médiatiques gouvernementales et non-gouvernementales », aux côtés de deux autres contributions consacrées à deux formes d’action de l’État en direction du secteur médiatique : l’une est le recours aux « Media Cities » (Égypte, Jordanie et ÉAU) pour les productions télévisuelles, et l’autre la stratégie d’endiguement d’Internet mise en place par le régime de Bachar al-Assad. Cependant, en tant qu’acteurs non-étatiques, les groupes armés islamistes ont plus de points communs avec les révolutionnaires de 2011 de la première partie qu’avec les structures étatiques de la deuxième. Les uns et les autres se saisissent des mêmes instruments médiatiques (dissémination par les réseaux socio-numériques) à la poursuite d’un même objectif (changer la nature et les structures de l’État), pour lequel ils prônent – certes – des solutions radicalement différentes (« démocratie » ou « califat »).

10Ce désajustement se répercute in fine sur la troisième partie. Un chapitre très intéressant consacré aux séries télévisées turques et au soft power qu’en retirent les autorités (Jabbour, 2017) assure la transition entre les Parties II et III. Seulement voilà, comme le montre brillamment l’auteure, le fait que l’action extérieure de l’État turc puisse s’appuyer sur ce soft power grâce aux initiatives marchandes de boîtes de production privées questionne les classifications d’acteurs (étatiques et non-étatiques) du secteur médiatique, censément traitées dans la Partie II. De ce point de vue, il aurait pu être au cœur des réflexions sur les stratégies collaboratives ou coercitives entre acteurs étatiques et non-étatiques, si celles-ci avaient véritablement été engagées. D’autant qu’il dénote avec les trois autres contributions réunies sous cette partie. Moins avec celle consacrée à la production cinématographique émiratie, qu’avec les deux dernières qui nous ramène au cyberactivisme et à ses productions culturelles ou linguistiques : sur la poésie de protestation bahreïnie produite collaborativement en ligne, ou sur les mutations linguistiques engendrées par le recours aux médias sociaux pendant le « printemps » égyptien.

11Au total, le regret exprimé ici sur les choix éditoriaux des directrices d’ouvrage est proportionnel à la qualité de certaines contributions que l’on aurait précisément souhaité voir dialoguer entre elles.

Haut de page

Bibliographie

Jabbour Jana (2017) « Winning Hearts through Soft Power: the Case of Turkish Soap Operas in the Middle East » in N. Lenze, Ch. Schriwer, Z. Abdul Jalil (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan.

Khamis Sahar (2017), « Revisiting Cyberactivism Six Years after the Arab Spring: Potentials, Limitations and Future Prospects » in N. Lenze, Ch. Schriwer, Z. Abdul Jalil (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan.

Lenze Nele et al. (2017), « Introduction: Politics and Media in the Middle East : Crossing Disciplines and Geographies » in N. Lenze, Ch. Schriwer, Z. Abdul Jalil (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan.

Mirgani Suzi (2017), « Spectacles of Terror: Media and the Cultural Production of Terrorism » in N. Lenze, Ch. Schriwer, Z. Abdul Jalil (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrique Klaus, « LENZE Nele, SCHRIWER Charlotte, JALIL Zubaidah Abdul (eds.) Media in the Middle-East. Activism, Politics and Culture, Palgrave MacMillan, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 (1-2020) | juin 2020, mis en ligne le 14 novembre 2019, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13109

Haut de page

Auteur

Enrique Klaus

Université Galatasaray (Istanbul)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page