Navigation – Plan du site
Etudes libres en ligne

Entre idéologie politique et identité étatique : un gouvernorat de la province umayyade d’Irak, le cas de Ziyād b. Abīh

Between political ideology and state identity : a governorate of the Umayyad province of Iraq, the case of Ziyād b. Abīh
Massaoud Kouri
p. vol 146, seconde partie, études libres

Résumés

L’État arabo-islamique se fonde sur la répartition du pouvoir par alliance entre familles, administrant des provinces ou participant au pouvoir central. Certaines familles transmettent et conservent leurs savoir-faire d’une génération à l’autre. C’est le cas des Ziyādites. Ziyād b. Abīh, homme d’État et grand innovateur sous le règne des Umayyades, « roi de l’Est » selon certains historiens, adopte une politique contribuant à l’enracinement d’une culture de l’État en réduisant d’une façon remarquable les structures tribales. Ziyād a pu transmettre à ses fils une culture étatique, administrative et politique qui leur garantit le contrôle de l’Est de l’empire. Après une éclipse consécutive à la chute des Umayyades, les Ziyādites sont rappelés au pouvoir par les Abbassides qui avaient pourtant été leurs ennemis : les nouveaux maîtres de l’État requièrent leurs compétences techniques et leur poids politique. Le cadre familial a été ainsi une structure fondamentale du pouvoir à l’échelle du centre de l’empire et à celle des provinces. La transmission des savoir-faire pour le maintien au pouvoir, l’histoire des familles et celle des États interagissent, voire se superposent*.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en œuvre de l’institution étatique aux débuts de l’Islam, tributaire d’une logique guerrière, notamment avec l’élargissement du territoire à l’échelle d’un empire, ne peut se comprendre simplement comme l’action d’un pouvoir central à Médine, à Damas puis à Bagdad à partir du milieu du deuxième siècle de l’Hégire. Certes, le pouvoir central est au cœur de l’acte politique, dictant de l’organisation politique et sociale à une grande échelle, les stratégies et les manières de faire, le logos impérial. Mais il est incapable d’opérer un suivi fonctionnel permettant le contrôle direct des confins de l’empire. Dans les provinces, le pouvoir a été délégué à des familles alliées, « familles du pouvoir » : c’était une nécessité qui connu des aménagements, en fonction des moyens techniques. On peut retenir la notion du polycentrisme, proposée par certains chercheurs, qui identifie le centre politique de l’empire comme une expression qui assure une coordination administrative sans imposer concrètement ses vues sur les provinces et les différentes régions de l’empire (Nef & Tillier, 2011 : 2). De ce fait, les familles alliées du pouvoir sont au cœur de la question politique impériale dans les débuts de l’Islam. Le concept de famille s’exprime dans les sources arabes sous plusieurs termes : bayt, āl, ahl. Un autre mot figure dans la plupart des sources, avec un usage peu fréquent mais régulier : usra (pluriel usar), avec le sens de la « famille étroite » (pour plus de détails sur la terminologie de la famille arabe, voir Kouri, 2016 : 27-73 ; Bianquis, 2005 ; Guichard, 1979). Cependant, les deux premiers siècles de l’Islam sont restés peu étudiés : l’institution et la juridiction familiale, la vie des familles, le rôle des familles dans la diffusion d’une culture étatique et dans la transmission du savoir restent pour une grande part à connaître.

2Sous les Umayyades et les Abbassides, les familles alliées du pouvoir eurent une importance politique considérable. Les Umayyades utilisèrent ces familles pour l’administration des provinces, notamment à l’Est de l’empire (où furent employés les Ziyādites, à côté des Muhallabites, des Ḥaǧǧāǧ et d’autres familles, tandis que des Umayyades étaient nommés au Ḥiǧāz et dans le Šām). À partir de Sulaymān b. ʿAbd al-Malik (96-99/715-717) cependant, les familles alliées subirent les effets de chaque changement califal. L’État arabo-islamique se fonde sur la répartition du pouvoir entre les familles dirigeantes et les familles alliées, que ces dernières assurent l’administration des provinces – » familles provinciales », comme les Banū Ziyād (descendants du gouverneur umayyade sufyanide d’Irak), Ziyād b. Abīh, les Muhallabites (descendants du grand chef militaire al-Muhallab b. Abī Ṣufra) et les Ḥaǧǧāǧ (descendants et parents du gouverneur umayyade marwanide d’Irak al-Ḥaǧǧāǧ b. Yūsuf al-Thaqafī) – ou qu’elles participent au pouvoir central – « familles administratives », comme les Barmécides à l’époque abbasside). Certaines de ces familles parviennent à transmettre leurs savoir-faire d’une génération à l’autre, et à conserver leur statut.

  • 1 * Je tiens à remercier Mme Sylvie Denoix pour ses relectures et ses précieux conseils.

3Le cas de Ziyād b. Abīh, Ibn ʿUbayd, ou Ibn Sumayya, originaire de la tribu de Thaqīf, comme l’indique les sources, permet d’apporter un éclairage nouveau sur le rapport entre le centre politique à Damas (au sens de pôle, et non comme contrepoint à la périphérie (Nef & Tillier, 2011 : 2)) et la province d’Irak. Le fait que les descendants de Ziyād aient assuré des fonctions comparables aux siennes, des gouverneurs dans l’Est de l’empire (territoire ayant été sous la domination de Ziyād), sans véritable solution de continuité, témoigne de la force des choix adoptés pour l’administration de l’Irak, et plus généralement des provinces de l’empire islamique (Shaban, 1971 : 78 et suiv.).1

  • 2 Avec les Marwanides et jusqu’au règne d’al-Walīd b. ʿAbd al-Malik, ils furent des proches du pouvoi (...)

4L’histoire de Ziyād b. Abīh, est liée particulièrement à l’Irak, depuis sa conquête en 14-15/635-636, avec l’installation des Arabes et la construction de villes-camps (amṣār), Kūfa et Baṣra, jusqu’à la prise du pouvoir par les Umayyades et la fondation de leur État (40/661). Ziyād servit les trois califes rāshidūn, ʿUmar, ʿUthmān et ʿAlī, avant de devenir l’agent de Muʿāwiya qui le distingua parmi ses gouverneurs et le reconnut comme frère en le déclarant « fils d’Abū Sufyān ». Abū Sufyān, l’ancien chef de Quraysh, ennemi d’hier et gendre du Prophète, permit à Ziyād de passer de Thaqīf à Quraysh, et donc de quitter les marges pour le centre. Il s’agit d’une intégration familiale complète, à travers des mariages avec les Sufyanides (Balādhurī, Ansāb, V : 231 ; Al-Zubayrī, Nasab quraysh : 128 ; Ibn Ḥazm, Ǧamharat: 113). Le lien umayyade ne se fragilisa pas après la mort de Ziyād ni après la mort de Muʿāwiya2. L’intégration ziyādite réapparaîtra plus tard au niveau de l’onomastique : les fils de Ziyād portèrent des noms et des surnoms (kunā) sufyanides et continuèrent à contracter des liens matrimoniaux avec les Sufyanides (Balādhurī, Ansāb, V : 398-399 ; Kouri, 2016 : 403-410). Ils se fondaient dans un nasab umayyade porteur de prestige et garant d’avenir politique.

  • 3 Clive Foss parle d’un vice-roi de tout l’ancien territoire perse (“viceroy effectively of all the o (...)

5Ziyād, chef de guerre et homme politique, fut l’une des grandes figures de l’histoire de l’Islam. Malgré l’absence de généalogie noble qui le pénalise, compte tenu de l’importance des ansāb chez les Arabes, il a pu développer un génie politique exceptionnel, comparable à celui de Muʿāwiya, et un savoir-faire administratif remarquable. Son origine obscure lui a permis d’échapper à la perception teintée de religiosité qui caractérise les Qurayš. On lui prête plusieurs titres : « vice-roi de l’Irak », selon l’expression de Lammens (1930 : 27-161), reprise par Hawting (1986 : 41), Kennedy (1986 : 85) et Foss (2010 : 77) qui parlent de « vice-roi de l’Est »3 ou bien « gouverneur des deux Irak ou des deux villes camps » (al-ʿirāqayn ou al-miṣrayn) de Baṣra et Kūfa, comme dans les sources arabes. Toutefois, plus encore que son action militaire qui lui a permis de s’assurer le contrôle de nouveaux territoires, c’est sa créativité politique et son indépendance au sein du pouvoir califal central qui doivent retenir l’attention. Les stratégies qu’il a suivies et les méthodes qu’il a appliquées en font un personnage exceptionnel dans l’histoire de l’Islam. Ziyād s’est intéressé aux questions urbaines, contribuant à la naissance de nouveaux modèles. Il a fait détruire des constructions qui faisaient obstacle au développement de places, cherchant ainsi à fixer la conception d’un espace public, géré exclusivement par l’État. Il a contribué à une nouvelle organisation des échanges, en intervenant sur la question des ventes. Faut-il comprendre son action d’homme d’État en Irak comme l’expression d’un choix idéologique et partisan ou bien comme le moyen d’affirmer les règles de l’État dans le cadre d’un vaste empire umayyade ? La délégation du pouvoir, qui s'exprime de manières différente selon les provinces, mais qu’on trouve dans chacune d'entre elles, alors que toutes les provinces n’ont pas la même relation avec le pouvoir central ni la même politique de gouvernement, contredit-elle la politique califale centrale ?

6Nous étudierons ici trois aspects de la politique de Ziyād b. Abīh : son action réformatrice dans l’administration de la province d’Irak, les réalisations urbaines qu’il y fit et les mesures économiques qu’il prit.

Les réformes administratives 

7À l’image de Muʿāwiya, Ziyād a été un fondateur inventif en Irak. Il a été précurseur dans plusieurs domaines notamment en matière administrative. Ibn ʿAsākir, dans l’un de ses récits, rapporte que Ziyād a été le premier à adopter le faste des rois non Arabes (aʿāǧim), Perses et Byzantins, en reprenant en partie leurs modes de gouvernement :

Le premier à gouverner les gens de la façon dont les non-Arabes (aʿāǧim) exercaient le pouvoir fut Ziyād (Ibn ʿAsākir, Tārīkh: XIX, 196).

أول من أخذ الناس بملك الأعاجم زياد.

8Cette formule d’Ibn ʿAsākir exprime bien l’une des raisons pour laquelle Ziyād a été choisi comme gouverneur d’Irak, comme elle témoigne de sa créativité et son initiative comme homme d’État. Le fait qu’il emprunte aux peuples vaincus, non Arabes (aʿāǧim) leurs traditions étatiques afin de mettre à jour son administration et son pouvoir étatique, est un signe de sa capacité innovatrice et de son initiative politique. L’adoption des traditions étatiques des anciens empires montre que les notions de mulk al-aʿāǧim fut une nécessité pour faire fonctionner la nouvelle machine du pouvoir islamique en cours d’installation, afin qu’il devienne un mulk, un pouvoir monarchique, capable de répondre aux nécessités politico-administratives incontournables pour le contrôle des territoires conquis, comme ce fut le cas en Irak, ancien territoire persan. Le terme « awwalu » (le premier), utilisé par Ibn ʿAsākir, se retrouve dans presque tous les récits qui traitent des innovations de Ziyād, soulignant qu’il fut fondateur et un précurseur et non un simple exécutant.

9Concernant les registres administratifs (al-dawāwīn), Balāḏurī indique que Ziyād aurait été le premier à inventer le dīwān « khātam » et le dīwān « zimām », comme il aurait également été le premier à désigner les délégués (ʿurafā’) et les chefs des délégués (manākib) (Balādhurī, Ansāb, 1996, V : 212). Dans ses Futūḥ, Balāḏurī précise que Ziyād aurait pris ces types de dīwān sur le modèle des Perses car ces derniers avaient un sceau (khātam) pour les secrétaires (al-sirr), un pour les lettres (rasā’il), un pour la conservation (al-takhlīd) avec lequel on signe les archives (siǧillāt) et les concessions foncières (iqṭāʿāt), et un dernier pour l’impôt foncier (kharāǧ) (Balādhurī, Futūḥ : 446).

  • 4 Yaʿqūbī, bien qu’il soit de tendance pro-shiʿite, signale les qualités de Ziyād : « Ziyād resta dou (...)
  • 5 Une comparaison avec la thèse de Sobhi Bouderbala sur la naissance du dīwān al-ǧund, dans la provin (...)
  • 6 “Administrative continuity was encouraged by the tendency for the same families to remain in State (...)
  • 7 Foss mentionne que la bureaucratie byzantine en Syrie avait gardé son statut avec l’arrivée des Ara (...)
  • 8 Petra Sijesteijn, à travers le cas de l’Égypte, a démontré comment l’élite administative et politiq (...)

10Dans le domaine administratif, certains récits comme celui d’Ibn ʿAsākir (Tārikh : XIX, 196), signalent que Ziyād aurait été le premier à faire des copies des lettres (kutub) qu’il envoyait au calife ou aux gouverneurs, cela à la suite d’une faute commise dans une lettre qu’il avait envoyée à Muʿāwiya. Yaʿqūbī (Tārīkh : II, 145)4, pour sa part, signale cet aspect fondateur de Ziyād en Irak, concernant les copies des lettres et les dawāwīn. Il s’agissait, en effet, d’un système d’archivage des documents administratifs5. Yaʿqūbī (ibid.) ajoute que Ziyād aurait ordonné de choisir les responsables des impôts (kharāǧ) parmi les non-Arabes (aʿāǧim) qui maîtrisaient bien les questions fiscales. Le choix de Ziyād de s’appuyer sur les anciens fonctionnaires persans avait plus d’une raison. Pour Morony (1984 : 51-54 ; voir également Foss, 2010 : 78)6, cette continuité administrative s’expliquerait par la tendance des familles de scribes à servir l'État pendant plusieurs générations. Cette aristocratie n’entendait pas perdre brutalement son statut et ses privilèges. On retrouve cette alliance durable des familles de fonctionnaires avec l’État dans les systèmes impériaux (Foss, 2010 : 83)7. Les Umayyades s’inscrivent donc dans une continuité, les mêmes familles continuant à jouer le même rôle que ceux qu’elles exerçaient avant l’arrivée des Arabes8.

  • 9 Yaʿqūbī rapporte d’autres détails importants concernant les réformes appliquées par Ziyād en Irak a (...)
  • 10 « Le prix du sang se réglait [habituellement] sous la forme de chameaux jusqu’à ce que Ziyād arrivâ (...)

11D’autres réformes furent opérées par Ziyād. Yaʿqūbī le présente comme ayant été le premier à instituer des traitements fixes (arzāq) pour se rétribuer ses gouverneurs. Il les aurait fixés à hauteur de 100 000 dirhams pour ses gouverneurs et de 25 millions de dirhams pour lui-même (Yaʿqūbī, Ṭārīkh : II, 145)9. En se fondant sur cette source, Morony (1984 : 52-53) considère que la formation d’une vraie bureaucratie à Basra doit être attribuée à Ziyād. Elle suppose une séparation des fonctions et l’assurance de revenus réguliers garantissant le maintien d’un groupe attaché au service du pouvoir. Cette forte institutionnalisation marqua la plupart des domaines en Irak. Dans le cadre de cette organisation institutionnelle, le règlement du prix du sang (diyya), droit d’État, remplace sous la forme d’une somme d’argent (soit un montant de 12 millions de dirhams) un prix du sang auparavant payé en chameaux (Balādhurī, Ansāb : V, 243)10. Balādhurī ajoute que Ziyād aurait inventé l’argent (wariq) dans le prix du sang :

حدثني روح بن عبد المؤمن حدثنا أبو عوانة عن مغيرة عن إبراهيم قال : كان زياد بن سمية أول من جعل الورق في الدية، وكان الورق بالبصرة وزن سبعة فجعلها عشرة آلاف درهم، وكان الورق بالكوفة وزن ستة فجعلها اثني عشر ألفا، قوم الجذعة وابنة مخاض وما بينهما عشرين ومائة وزن ستة.

Rawh b. ʿAbd al-Mu’min, d’après Abū ʿUwāna, d’après Ibrāhīm dit: « Ziyād b. Sumayya fut le premier à instituer l’argent (wariq, wirq ou warq) dans le prix du sang. A Baṣra l’argent équivalait à 7 000 dirhams, il éleva sa valeur à 10 000 dirhams. A Kūfa al-wariq équivalait à 6 000 dirhams, il éleva sa valeur à 12 000 dirhams. A cent vingt chamelles, allant de la chamelle qui a atteint quatre ans bien avancée (ǧaḏʿa), jusqu’à la chamelle qui porte un chamelon de dix mois en gestation (ibnat makhāḍ) et avec toutes celles qui sont entre les deux, il donna la valeur d’un wariq de 6 000 dirhams. (Balādhurī, Ansāb: V, 243).

12Les décisions de Ziyād en matière juridique ne furent pas consécutives à une intervention de l’institution califale. Il semble qu’il jouissait d’une grande part de liberté pour formuler les lois et règles juridiques qui lui permirent de maintenir la paix et de faire pression sur les tribus.

13La ville de Baṣra, contrairement à Kūfa, était organisée selon des akhmās (« cinquièmes », comme on parle en français de « quartiers »). Balādhurī parle du rôle fondateur de Ziyād dans la redéfinition du plan de la ville en mentionnant que Ziyād avait nommé un homme à la tête de chaque khumus (Balādhurī, Ansāb : V, 228). Les responsables de ces ahkmās furent généralement des nobles (ashrāf) alliés au pouvoir.

14Hichem Djaït considère que le choix de Ziyād de structurer Baṣra en quatre quartiers (arbāʿ) tient à la nature de l’installation tribale dans cette ville :

  • 11 « Massignon nous dit que les arbāʿ crées par Ziyād, à la différence des asbāʿ qui les ont précédés, (...)

À Baṣra, le problème est simplifié du fait de l’identification plus que probable entre la khiṭṭa, la tribu (ahl al-ʿĀliya, Bakr, Tamīm, Azd, ʿAbd al-Qays) et le khumus, institution de mobilisation militaire et de distribution de ‘atā’ imposée et contrôlée par le pouvoir.11 (Djaït, 1986: 223-224, voir aussi Massignon, 1935: 345).

15Par ailleurs, d’autres motifs semblent être particuliers à la ville de Kūfa. Ṭabarī, après avoir abordé la question du déplacement des musulmans de la ville d’al-Madā’in à Kūfa et l’organisation urbaine et militaro-administrative mise en place à l’époque de ʿUmar, rapporte que Ziyād avait transformé cette dernière :

[…] Asad, Ghaṭafān, Muḥārib, al-Namir, Dhubayʿa et Taghlib constituèrent un septième (subuʿ) [de la ville]. Iyād, ʿAk,ʿAbd al-Qays, Ahl Haǧar et al-Ḥamrā’ constituèrent un [autre] septième (subuʿan). Elles [ces tribus] demeurèrent telles quelles sous le règne de ʿUmar, de ʿUṯmān et de ʿAlī et pendant une grande partie du règne de Muʿāwiya jusqu’à ce que Ziyād les eut redistribuées en quatre quartiers (rabbaʿahum). (Ṭabarī, Tārīkh: IV, 48).

16Pour Hichem Djaït (1986 : 225), cette transformation par Ziyād des hkiṭaṭ de Kūfa n’a pas modifié le visage de la ville : « Ni les asbāʿ, ces avatars des aʿshār, ni les arbāʿ de Ziyād ne changeront, pour l’essentiel, la localisation des tribus et donc l’organisation de l’espace à Kūfa. ». D’autre part, Djaït précise l’importance des arbāʿ fondés par Ziyād sur le plan politique :

Avec Ziyād, le rubuʿ, institué pour des raisons politiques et autres, opérait des simplifications plus fortes encore de la carte tribale et juxtaposait non seulement des ensembles tribaux antagonistes (Tamīm et Hamadān par exemple, Kinda et Asad aussi) eu égard à leur passé péninsulaire, mais des éléments qui pouvaient, à Kūfa même, être indifféremment voisins ou éloignés l’un de l’autre. (Djaït, 1986: 226).

  • 12 “In place of the seven districts dominated by tribal elders, he created four new quarters, each und (...)
  • 13 En Égypte, les bannières des tribus eurent un rôle administratif, distinguant les tribus lors de la (...)

17Pour Shaban (1971 : 87-88 ; voir également Shaban, 1970 : 31-32), cette nouvelle organisation de Ziyād, à Baṣra et à Kūfa, servait le pouvoir central et la paix dans les deux villes alors que le système installé par ʿUmar avait perdu de son sens sous la pression des flux migratoires incontrôlés des tribus. Foss (2010 : 78)12, de son côté, pense que le choix opéré par Ziyād vise à limiter et neutraliser le pouvoir des tribus, car les quatre nouveau quartiers, au lieu des sept dominés par les chefs des tribus, furent dirigé par des fonctionnaires désignés par le pouvoir, avec une population mixte. Balāḏurī (Ansāb : V, 228)13, mentionne d’autre part l’apport de Ziyād concernant l’organisation tribale à Baṣra : il aurait été le premier à doter les tribus de bannières (rāyāt) lors de leurs sorties en ville ou pour la guerre dans le cadre d’une organisation militaire et politique plutôt que sociale.

  • 14 La notion des arbāʿ au Khurāsān ne correspond pas une organisation urbaine mais plutôt à un découpa (...)

18L’œuvre de structuration administrative de Ziyād ne se serait pas opérée seulement à Kūfa et Baṣra. Elle est aussi attestée au Khurāsān, où n’y avait eu aucune action de ce type précédemment. Ṭabarī parle de la structuration par Ziyād de la région de Khurāsān en l’année 45/665, sous forme d’arbāʿ14. Khurāsān suit le modèle de Baṣra et de Kūfa. C’est sans doute un moyen d’appliquer la même politique partout dans le territoire soumis sous sa domination. Ziyād, maître de l’Irak et ses environs, avait la liberté de nommer les administrateurs locaux dans sa province, à l’image du calife qui nomme ses gouverneurs. La gestion de la province, ainsi que le contrôle de son territoire, dépendaient essentiellement de lui. Un passage rapporté par Ṭabarī et Miskawayh le confirme :

19ʿUmar, d’après ʿAli, dit : “Ziyād structura la région de Khurāsān sous forme d’arbāʿ. Il nomma comme gouverneurs à Marw : Amīr b. Aḥmar al-Yashkurī, à Abrashahr : Khulayd b. ʿAdb Allah al Ḥanafī, à Marw al-Rūdh, à al-Fāryāb et al-Ṭāliqān : Qays b. al-Haytham, à Hurāt, Bādhaghīs, Qādis et Būshanǧ : Nāfiʿ b. Khālid al-Ṭāḥī.”. (Ṭabarī, Ṭārīkh : V, 224 ; Miskawayh, Taǧārib  : II, 14)

  • 15 Les agents du gouverneur al-Ḥakam b. ʿAmr al-Ghifārī sont : Aslam b. Zurʿa, Khulayd b. ʿAdb Allah a (...)

20Le Khurāsān dépendait à cette époque administrativement de Baṣra et non plus du pouvoir central de Damas. C’est Ziyād qui se chargeait de désigner ses agents. À lui seul revenaient les choix politiques et administratifs. Ṭabarī rapporte que Ziyād avait nommé en l’année 45/665 comme gouverneur du Khurāsān le compagnon du Prophète al-Ḥakam b. ʿAmr al-Ghifārī. Il aurait nommé avec lui ses agents sur les circonscriptions (kuwar) et leur aurait ordonné d’obéir à ses ordres, comme responsables de la rentrée des impôts (kharāǧ). Selon Ṭabarī, Ziyād aurait été nommé gouverneur de Baṣra en 45/665. Ce serait au cours de cette même année qu’il aurait commencé son action fondatrice en Irak et dans le Khurāsān (Ṭabarī, Ṭārīḫ : V, 225-226)15.

  • 16 Ṭabarī précise l’installation des familles déplacées au Khurāsān : « Il [Ziyād] désigna Khulayd et (...)
  • 17 Shaban considère que Ziyād adopta, tout comme son prédécesseur Ibn ʿĀmir, une politique expansionni (...)
  • 18 “For the moment this emigration solved some of the problems of Iraq but it was the descendants of t (...)

21Selon Balādhurī et Ṭabarī, Ziyād aurait ordonné en 51/670 le déplacement vers le Khurāsān de 50 000 familles, 25 000 venant de Baṣra et 25 000 autres de Kūfa, le tout sous le commandement de son gouverneur al-Rabīʿ b. Ziyād al-Ḥārithī (Balādhurī, Futūḥ : 396 ; Ṭabarī, Ṭārīkh : V, 226 )16. Wellhausen (1968 : 120) considère que cette politique de Ziyād visait à alléger les tensions politiques en Irak, ce qui semble logique, vu l’installation de plusieurs tribus, surtout après l’interruption des razzias d’expansion lors de la première fitna. Shaban partage cette analyse mais suppose que cette politique de Ziyād visait aussi à régler un problème de surpopulation après l’immigration incontrôlée des tribus arabes en Irak. Ce qui fait que de nombreux Arabes ne furent pas enregistrés dans les dīwān-s de Baṣra et de Kūfa. Cette politique aurait permis de consolider les conquêtes réalisées dans le Khurāsān, les populations déplacées pouvant fournir des forces nécessaires pour de nouvelles expansions (Shaban, 1971 : 88 ; voir sur la même question, Shaban, 1970 : 32)17. Sharon (1983 : 66) voit en revanche dans cette politique de Ziyād une façon de fonder une colonie arabe permanente dans le Khurāsān. On retrouve la même idée chez Lammens (1930 : 132) pour qui le départ sans esprit de retour de ces familles « signale le début de la colonisation arabe en ce pays ». Kennedy (1986 : 86)18, pour sa part, pense que cette décision de Ziyād engendra de très importantes conséquences sur l’histoire de l’Islam. Car, si ce déplacement de population a permis de résoudre de nombreux problèmes en Irak, les descendants de ces familles installées au Khurāsān furent à terme ceux qui détruisirent le califat umayyade.

22Cette nouvelle structuration de la région de Khurāsān selon un nouvel plan urbain et social sur le modèle de Kūfa et Baṣra, pouvait permettre de la gérer suivant le même système politico-social. On a là une forme d’unification des mécanismes de la gestion urbaine. Le pouvoir de Ziyād ne se limitait pas à Baṣra ou à l’Irak. Il jouissait d’une marge de liberté du fait de la confiance que Muʿāwiya plaçait en lui pour garantir la domination umayyade en Irak sans rébellion et trouver les solutions nécessaires pour le pouvoir umayyade en cours d’installation.

  • 19 Il s’agit probablement d’une indication de la ville ou de l’atelier de la frappe monétaire.

23Par ailleurs, les innovations administratives opérées par Ziyād furent appuyées par une frappe monétaire illustrant l’importance de son pouvoir et son bon fonctionnement. Cette monnaie reprend le style sassanide. Elle comportait le nom de Ziyād sous la formule : « Ziyād b. Abī Sufyān », ce qui officialisait son appartenance généalogique umayyade. La frappe monétaire datée en l’année 55/674 était bilingue en persan et en arabe, avec le texte bilingue suivant : sur l’avers : « ZIYAT I-ABU SUFAN ; AFZUTU GDH ; bismillah rabbī » (Ziyād b. Abī Sufyān ; Au nom de Dieu mon Seigneur) et sur le revers » BJRA19 ; PNJPNJA » (Année 55H), (Morony, 1984 : 48. Voir aussi pour plus de détails, Walker, 1967, I : 40-42 ; Foss, 2010 : 81-82 et 85-87). La frappe monétaire exprime l’indépendance de l’État et la terminologie religieuse présente sur les pièces affirme un pouvoir politique fondé sur la volonté divine (Donner, 1986 : 290-291). La politique de Ziyād visant à instituer les règles du pouvoir et à affirmer les marques de l’État central en Irak avait d’autres facettes. Le côté urbain fut également l’un des domaines qui porta sa marque. L’apport législatif de Ziyād est en lien avec ses fondations urbaines et architecturales.

Les aménagements urbains

  • 20 Hichem Djaït met l’accent sur cette fondation (Djaït, 1986 : 211-212). Il signale l’importance de c (...)

24Du point de vue urbain, l’œuvre de Ziyād semble être très importante. Il est à l’origine de constructions publiques à Baṣra et à Kūfa. Balādhurī, dans les Futūḥ, parle d’une reconstruction remarquable dans la mosquée de Baṣra réalisée par Ziyād. Il l’avait construite en briques cuites et en stuc, avec un plafond couvert de bois précieux (Balādhurī, Futūḥ : 338 ; Voir aussi Lammens, 1930 : 121-123 et Fāriq, 1966 : 110-111)20. Balādhurī rapporte aussi que Ziyād aurait été aussi le premier à y construire une maqsūra : il aurait déplacé le palais du gouverneur (dār al-imāra) au sud (qiblat) de la mosquée afin de faciliter le passage de l’imām dans la salle de prière. Ziyād aurait fait reconstruire la mosquée de Kūfa ainsi que le palais du gouverneur (Balādhurī, Futūḥ :338 -339 ; Balādhurī, Ansāb : V, 228). Selon Balādhurī (Futūḥ : 271), le gouverneur aurait affirmé avoir dépensé cent-d dix-huit dirhams pour chacune des colonnes de la nouvelle mosquée. À ce propos, Ṭabarī précise une des procédures de Ziyād :

ولما أراد زياد بنيانه دعا ببنائين من بنائي الجاهلية، فوصف لهم موضع المسجد وقدره وما يشتهي من طوله في السماء....

Quand Ziyād voulut la construire [mosquée de Kūfa], il fit appel aux maçons de la Ǧāhiliyya, il leur décrivit le lieu de la mosquée, sa dimension et la hauteur qu’il voulait […] (Ṭabarī,Tārīkh : IV, 46-47).

25« Ǧāhiliyya » fait ici référence à l’époque préislamique persane. Il s’agit en effet de maçons persans. Dans la suite de ce récit, Ṭabarī parle d’un conseil qu’un maçon de Kisrā, roi des Perses, aurait donné à Ziyād. Djaït croit en l’originalité de cette œuvre de Ziyād à Kūfa :

Tout laisse donc à penser qu’aussi bien la mosquée que le palais de Kūfa sont l’œuvre de Ziyād sous leur aspect monumental, achevé, tels que les ont vus les hommes du IIe siècle (Sayf par exemple) et tels qu’ils sont restés jusqu’à une époque tardive, sauf pour le qaṣr remanié à l’époque abbasside. (Djaït, 1986: 212).

26Pour lui, la fondation de Ziyād allait demeurer jusqu’à la fin de l’époque umayyade : « d’un autre côté aucune information digne de foi ne parle d’une reconstruction du palais ou de la mosquée de Kūfa après Ziyād et ce, jusqu’à la fin de l’époque umayyade. » (ibid.). Décrivant la fondation du qaṣr, lieu de gouvernance et symbole du pouvoir de l’État umayyade, Djaït y voit un signe marquant dans l’histoire de l’architecture arabo-islamique :

 En dépit de notre ignorance des apports au qaṣr par les divers gouverneurs umayyades et dont nous percevons quelques pâles échos dans les sources écrites, on peut affirmer que l’œuvre de Ziyād à Kūfa représente un tournant majeur dans la morphologie de la ville comme dans l’architecture islamique. (Djaït, 1986: 215).

27Bien qu’il signale que les informations concernant l’action de Ziyād sur la topographie de la ville soient rares, ce même historien présume que c’est à partir de Mughīra b. Shuʿba et Ziyād que Kūfa se mit à devenir un vrai centre urbain. (Djaït). Ziyād n’aurait donc pas été un simple acteur appliquant les consignes politiques qu’il recevait du centre de l’empire, ou cherchant simplement à dominer son territoire. Il aurait été un créateur en matière d’architecture et d’urbanisme. Pour Donner (1986 : 290), ces constructions ummayades s’inscrivent dans la tradition des rois justes et légitimes de l’époque préislamique dont elles affirment l’héritage ; elles adoptent les mêmes symboles.

28Balādhurī, dans les Ansāb (IV : 228) précise que les opérations de reconstruction urbaine auraient également touché le marché (sūq) qu’il fut le premier à avoir couvert :

من سقف حوانيت السوق وأول

29Ibn al-Faqīh, pour sa part, parle de la construction par Ziyād de plusieurs mosquées bien identifiées à Baṣra :

[…] Ziyād avait construit sept mosquées dont la forme n’a pas été modifiée. Ces mosquées sont: le masǧid d’al-Asāwira, le masǧid des Banū ʿUday, le masğid des Banū Muǧāshiʿ et le masǧid d’al-Ḥaddān. Et toute mosquée à Baṣra dont la cour est ronde relève de la construction de Ziyād […] (Ibn al-Faqīh, Al-buldān: 234).

30En revanche, la construction des mosquées n’avait pas exclusivement un objectif urbain ou religieux, l’incarnation d’une identité architecturale et culturelle. Pour Ziyād, elle eut également un aspect idéologique : elles servaient d’une part à renforcer la présence étatique, en vue d’encadrer la vie politique et sociale, d’autre part à faire face aux ʿAlides, qui présentaient une idéologie concurrente. Les Umayyades devaient avoir un répertoire idéologique pour lutter contre les shiʿites : il ne suffisait pas de maudire ʿAlī du haut des minbars de Kūfa et de Baṣra. Ziyād ordonna de fonder des mosquées tenues par les partisans des Umayyades :

Ils dirent: « Ziyād fonda des mosquées (masāǧid) pour les partisans (shīʿa) des Umayyades et ceux qui détestaient (yabghadh) ʿAlī. Parmi ces mosquées on trouve le masǧid des Banū ʿAdī, le masǧid des Banū Maǧāshiʿ, le masǧid al-Asāwira et le masǧid al-Ḥuddān. Ziyād ne laissait personne fonder un masǧid près de la grande mosquée (masǧid al-ǧamāʿa). Le masǧid qui en était le plus proche était celui des Banū ʿAdī.(Balādhurī, Ansāb, V: 239)

  • 21 […] Il [Ziyād] demanda : « Que penses-tu de ʿUthmān ? » Il [Awfā b. Ḥiṣn al-Ṭā’ī] répondit : « C’es (...)

31Ainsi, les édifices religieux contribuaient à diffuser l’idéologie de l’État. Bien qu’il n’eût pas été obligé d’informer Muʿāwiya de la mise en œuvre d’une telle politique idéologique, Ziyād agit dans le cadre de la politique impériale prescrite par le centre de Damas. Profitant de cette délégation, il chercha à renforcer les fondements de l’idéologie umayyade, prouvant son dévouement envers les Umayyades et qu’il reconnaissait la représentativité politique et symbolique de leur État. Cependant, il revenait au gouverneur, délégué du pouvoir, de choisir les mécanismes et les procédures correspondant aux spécificités sociales et économiques de sa province. De toute façon, il n’y avait pas plus important que la mosquée comme institution politico-religieuse pour lancer propagande ou des anti-propagandes. L’idéologie politique pouvait se transformer en une conscience religieuse. La politique de Ziyād, fondé sur l’idéologie umayyade, apparaît aussi dans sa manière de juger ses opposants et de les interroger. Ṭabarī rapporte que Ziyād commence par interroger les accusés en leur demandant leur avis, en particulier à propos du calife ʿUthmān b. ʿAffān, référence pour la cause umayyade. C’est ce qu’il fait avec un khāriǧite, Awfā b. Ḥiṣn al-Ṭā’ī (Ṭabarī, Ṭārīkh, V : 235-236)21, comme avec la plupart des khāriǧites ou des shiʿites qui seront exécutés sous son gouvernement le cas le plus connu, rapporté par des sources arabes, est celui de Ḥuǧr b. ʿUday al-Kindī (Yaʿqūbī, Ṭārīkh, II : 140 ; Ṭabarī, Ṭārīkh, V : 236-276 ; Al-Iṣfahānī, Al-aghānī, XVII : 148 ; Balādhurī, Ansāb, V : 212 ; Ibn Qays al-Kūfī, Kitāb : 166).

32Ibn al-Faqīh (Al-buldān : 234), mentionne également que Ziyād avait tracé une voie où il aurait installé l’armée qu’il avait ramenée du Khurāsān, précisément de Bukhārā : c’est là qu’auraient résidé 4 000 des Bukhāriyya. Cette voie était connue sous le nom de voie (sikka) des Bukhāriyya. Ibn Manẓūr dans son Lisān définit le nom Bukhāriyya comme étant celui d’une voie (sikka) de Baṣra. Et il ajoute que Ziyād y fit installer 1 000 esclaves venant de Bukhārā’ (Ibn Manẓūr, Lisān : entrée « al-Bakhr »).

33Balādhurī nous donne des détails précieux sur l’intervention de Ziyād dans les zones urbaines. Il rapporte que Ziyād obligea les gens à nettoyer les rues après chaque pluie :

  • 22 Ibn al-Faqih signale les premiers hammām-s qui furent autorisés à Baṣra : « Le premier des bains/ha (...)

34Al-Madā’inī dit : “Ziyād contraignit, après chaque pluie, chaque propriétaire de maison (dār) à nettoyer la boue devant sa maison et autour d’elle. Il ordonna qu’on jette la boue dans la cour des maisons de ceux qui ne le faisaient pas. Ziyād les obligea à nettoyer les ordures et les balayures des voies. Puis il acheta des esclaves qui les nettoyaient”. (Balādhurī, Ansāb, V : 244)22 .

35Le nettoyage de la ville, bien qu’il relève de la responsabilité du pouvoir en place, restait l’affaire des habitants qui devaient participer à la propreté de leur ville, leur espace urbain commun. La volonté de Ziyād semble être de forcer les gens à s’organiser dans cet espace afin de l’approprier et de le défendre. Cette politique de Ziyād n’est pas un simple acte d’homme de pouvoir qui cherche à imposer ses ordres et prouver sa supériorité. Elle témoigne d’une forte vision politique d’unification sociale. L’union de la société passe par la conscience d’une appartenance commune à un même espace : partager l’espace urbain, c’est en effet créer une conscience de la valeur du commun. Balādhurī se fait l’interprète de cette conception en écrivant que Ziyād avait pris soin à ce que les places publiques gardent leur forme en dépit de l’évolution urbaine :

  • 23 Le mirbad a pour sens premier à Baṣra le marché aux chameaux et au bétail, la place publique où les (...)

36D’après ʿUmar b. Shabba, d’après Abū ʿĀṣim al-Nabīl dit : “Ziyād envoya souvent qui prend les mesures de la rue (sikka) d’al-Mirbad23. S’il [Ziyād] trouve que les dimensions sont changées à cause des constructions qui ont été rajoutés, il ordonna de les détruire”. (Balādhurī, Ansāb, V : 231).

37La destruction des constructions qui s’étendaient aux dépens des places publiques témoigne d’une volonté politique d’organisation, l’État se réservant le droit exclusif de gérer cet espace. C’est le signe de la genèse d’une nouvelle conception de l’intérêt public, avec la constitution d’un espace commun dont le partage par tous est garanti par l’État. C’est aussi la naissance du sens du public au sein de la cité. Selon Balādhurī (Ansāb, V : 231), à qui l’on doit les notations les plus précises concernant la politique de Ziyād en Irak, la construction des édifices publics, comme les bains (ḥammāmāt), n’était autorisée que dans des lieux spécifiques où ils ne pouvaient être cause de nuisances pour les habitants de la ville (Balādhurī, Ansāb, V : 231) :

وكان زياد يمنع الحمامات إلا في المواضع التي لا تضر بأحد

38Djaït comprend l’action de Ziyād en Irak comme celle d’un urbaniste :

Toutes ces transformations dans le sens d’une urbanisation plus authentique: recherche de la solidité, de l’esthétique, aspiration vers l’architectural par quoi l’habitation s’arrache au sol, structuration de l’espace intérieur, n’ont pu se mettre en branle qu’avec l’étape inaugurée par Ziyād. Parce que Ziyād a affirmé une ambition architecturale qui n’était pas seulement guidée par le souci politique mais par une volonté de grandeur, par une recherche esthétique très personnelle, et un dessein civilisateur, son exemple a dû être contagieux et il a pu lui-même sciemment inspirer des initiatives en ce sens. (Djaït, 1986: 219).

39Ainsi, l’organisation de l’espace urbain, à l’origine militaro-administrative, fait partie d’une vision globale de l’État et de la société. L’aménagement était nécessaire dans le cadre d’une politique incarnant la suprématie de l’État et enracinant sa culture ainsi que celle de la cité et du commun social. Ce qui suppose l’organisation d’autres domaines de la vie sociale et la réglementation de la vie économique. Djaït voit dans cette œuvre de Ziyād une démarche politique umayyade : « Le grand œuvre de Ziyād restera donc attaché fondamentalement à l’érection de la mosquée et du palais, à l’accentuation du mouvement d’urbanisation de Kūfa en son ensemble au profit des ashrāf en particulier, par quoi il reprend, d’une autre manière, la politique de ʿUthmān. » (ibid : 222). Reprendre la politique de ʿUthmān, la vision et les choix socio-économiques de celui qui a été le fondateur effectif de l’État umayyade, signifie clairement que l’idéologie umayyade du pouvoir n’était pas simplement propagandiste en vue d’une légitimation, mais qu’elle avait aussi un contenu politique, social et économique, caractérisant une période historique.

40Cette politique umayyade permet de fonder un projet politique, celui de l’État-empire. Cependant, on peut dire que l’action de Ziyād ne s’explique pas seulement par cette affiliation umayyade. Elle relève d’une vraie compétence « umayyadisée », « de sorte qu’il faut souligner l’aspect définitif et grandiose de l’œuvre de Ziyād, phénomène d’autant plus remarquable qu’il se situe à une haute époque de l’Islam. » (Djaït, 1986 : 212).

Les mesures économiques

41Le statut de Ziyād en Irak lui permit de prendre des décisions assez importantes et fondatrices dans le domaine économique. Il équilibra ainsi les prix de vente et d’achat sur le marché. Balādhurī, l’historien qui donne le plus de détails sur ces réformes, nous rapporte qu’il avait fourni des prêts aux marchands de façon à ce qu’ils puissent acheter de la nourriture :

المدائني قال : غلا الطعام على عهد زياد فدفع إلى التجار مالا فابتاعوا به طعاما، وقال : زيدوا ربعا ربعا، فلما رخص الطعام وشغر برجله ارتجع ماله.

Al-Madā’inī dit: “Le prix de la nourriture avait augmenté à l’époque de Ziyād. Ce dernier avança aux commerçants de l’argent afin qu’ils [puissent] acheter de la nourriture. Ziyād dit: « Augmentez les prix d’un quart [Modérez votre marge] ”. Quand le prix de la nourriture baissa et qu’elle ne fut plus objet de préoccupation, il reprit son argent. (Balādhurī, Ansāb, V: 245).

42L’État joue ainsi un rôle de bailleur de fonds et garantit la population contre des commerçants risquant d’imposer des marges de profit excessives. C’est peut-être pour cette raison que, selon Balādhurī, Ziyād aurait lancé des piques contre les commerçants :

قالوا : وكان زياد يقول : لأن يجاور أحدكم أسدا في أجمة خير له من أن يجاور تاجرا إذا شاء أن يسلفه أسلفه وكتب عليه صكا.

Ils dirent que Ziyād avait pour coutume de dire: “C’est mieux pour vous d’être le voisin d’un lion dans son fourré que d’être le voisin d’un commerçant. Si ce dernier veut prêter [de l’argent] à l’un d’entre vous, il le prête, et lui écrit un billet à ordre [ṣakk]”. (Balādhurī, Ansāb, V: 213).

43Balādhurī, dans un autre récit, rappelle que Ziyād se souciait de garantir l’abondance de la nourriture dans le marché en évitant son accaparement par les commerçants et même par des proches de Muʿāwiya :

المدائني قال : سأل مولى لفاختة بنت قرظة أن يكتب له معاوية كتابا منشورا بأن يخلى له سوق الطعام بالبصرة، فلا يبيع فيها أحد غيره حتى يخرج ما في يده منه، فكتب له بذلك وقال له : ويحك إني أحذرك زيادا، فلما منع الناس من بيع الطعام غلا السعر، فركب زياد وهو شارب دواء، فوجده على سطح وهو يناول الدنانير والرقاع بالقصب، فأمر به فأنزل، فقال : إن معي كتاب أمير المؤمنين، فقال : اقطعوا يده، فقطعت يده، ثم قال : ادفعوا إليه منشوره ويده، فرجع إلى معاوية فقال له : قد نهيتك وحذرتك فأبيت.

Al-Madā’inī dit: “Un mawlā de Fākhita bintu Quraẓa demanda à Muʿāwiya de lui écrire une lettre officielle lui permettant de lui réserver le marché (sūq) de la nourriture à Baṣra: personne n’aurait le droit d’y faire aucune vente jusqu’à ce qu’il ait écoulé tout son stock. Muʿāwiya répondit favorablement à sa demande et lui dit: “Je te suggère de prendre garde à Ziyād”. [Le mawlā] ayant interdit aux gens de vendre leurs produits alimentaires, les prix augmentèrent. Ziyād vint à cheval alors même qu’il venait de prendre un traitement [de boire un médicament], et il le trouva sur une estrade prenant les dinars et les papiers (riqāʿ) avec un bâton (bī al-qasab). Ziyād ordonna de le faire descendre, et il fut descendu. Le mawlā s’adressa à Ziyād en lui disant: « J’ai avec moi une lettre d’Amīr al-Mu’minīn ». Ziyād répliqua: « Coupez-lui la main », et sa main fut coupée. Ziyād ajouta: « Donnez-lui [comme salaire] sa main et sa lettre ». Le mawlā revint voir Muʿāwiya et ce dernier lui dit: « Je t’avais dit les limites et je t’ai mis en garde mais tu n’as rien voulu savoir. (Balādhurī, Ansāb, V: 246).

44Ce récit, si l’on en croit Balādhurī, démontrerait la marge de liberté dont jouissait Ziyād, véritable « vice-roi de l’Est », dont le pouvoir n’était pas moins important que celui du calife Muʿāwiya (ce qui reste problématique et quelque peu ambigu). Mais on peut s’interroger sur l’intérêt que pouvaient trouver les chroniqueurs à relater un tel récit témoignant de la supériorité du gouverneur par rapport à son maître ? Quel étaient les rapports entre le calife et son gouverneur ? Quelle était la marge de liberté de ce dernier ? Était-il en position de choisir une politique correspondant aux vœux de la population de sa province ? Ou, faut-il considérer que Balādhurī, dans le contexte du troisième siècle de l’Hégire, a cherché à déconsidérer Muʿāwiya en le montrant soumis à l’autorité de son gouverneur et à manifester ainsi indirectement la supériorité des Abbassides sur les Umayyades ? Cette dernière hypothèse ne semble pas devoir être suivie. En effet, il ne manifeste aucune sympathie pour Ziyâd, présenté comme un bâtard, violent et ennemi des membres de la famille du prophète et des shiites. D’une façon générale, on peut dire que les chroniqueurs de l’époque abbasside, y compris ceux qui sont favorables aux shiites, reconnaissent en Muʿāwiya un véritable maître de la politique (siyāsa). Quoi qu’il en soit, il semble que le rapport entre Ziyād et Muʿāwiya, ait été fondé sur une confiance partagée nourrie par les liens de parenté. Les résultats de la politique de Ziyād en Irak étant jugés comme incontestablement satisfaisants, il pouvait tirer de cette réussite une certaine marge de liberté.

45Selon Balādhurī, Ziyād serait personnellement intervenu auprès des vendeurs pour garantir l’approvisionnement du marché et contrôler les prix et les modalités des transactions :

المدائني : إن زيادا أمر أن لا يباع القت إلا وزنا، فسأل غلاما له عن قت اشتراه فقال : أخذته كذا وكذا حبلا بدرهم، فتنكر وركب إلى أصحاب القت فقال لرجل منهم : كيف تبيع القت؟ قال : كذا وكذا حبلا بدرهم، قال : أو لم يأمر الأمير ببيع القت وزنا؟ فقال : أو كل ما يأمر الأمير به أطعناه فيه؟ ! فقطع يده، فلم يبع إلا وزنا.

Al-Madā’inī dit: Ziyād ordonna de ne vendre le foin (qatt) qu’au poids. Il demanda à son esclave (ghulām) comment il avait acheté son foin. Il lui répondit qu’il l’avait acheté sous la forme de bottes au prix d’un dirham. Ziyād se déguisa et partit voir les vendeurs de foin. Il s’adressa à l’un d’eux et lui demanda: “Comment vends-tu le foin?” Le vendeur répondit: “Je le vends en bottes au prix d’un dirham”. Ziyād répliqua: “L’émir n’avait-il pas ordonné de vendre le foin au poids?” Le vendeur répondit: “Et va-t-on suivre tout ce que l’émir a ordonné?” Ziyād lui trancha la main et le foin ne se vendit plus qu’au poids. (Balādhurī, Ansāb, V: 233).

  • 24 Hugh Kennedy fait la différence entre la qaṭīʿa militaire ou de garnison et la qaṭīʿa agricole. Cet (...)

46Imposer des normes de vente avec fermeté sur le marché permet à Ziyād de bien contrôler ses ressources ainsi que l’approvisionnement de sa province. C’est une façon de garder l’équilibre des prix et, indirectement, l’équilibre social. Il faut éviter le risque d’une famine qui serait la cause des troubles sociaux. Le pouvoir de l’État se présente ainsi comme le garant de l’ordre public, des valeurs sociales et commerciales (Donner, 1986 : 291). Cette manière d’imposer les règles étatiques se manifeste également à propos de l’octroi des terres. Balādhurī rapporte que Ziyād attendait deux ans après avoir confié une concession (qaṭīʿa) à quelqu’un : si l’allocataire l’avait bien aménagée et développée, il la lui attribuait définitivement. Sinon, il la lui confisquait (Balādhurī, Futūḥ : 352). Ce contrôle par le pouvoir garantissait une bonne exploitation des terres et favorisait le développement de l’économie impériale. Le pouvoir étatique monopolisait l’octroi des terrains et leur confiscation24.

  • 25 On pourrait considérer que Balādhurī, pour satisfaire les Abbassides, accuse les traits d’un calife (...)

47L’histoire du mawlā de Muʿāwiya, qui nous a été transmise par Balādhurī, donne une idée des rapports qu’entretenaient Ziyād et Muʿāwiya. Le premier fait couper la main de l’un des proches du second et cela sans donner de valeur absolue à la lettre remise par le calife25. Ce dernier reconnaît l’acte de son gouverneur, sans le contester. Le pouvoir de l’État représenté par le gouverneur et ses agents est considéré comme un arbitre ou un juge neutre dans l’application de la loi (Donner, 1986 : 291). Sur ce territoire, le pouvoir de Ziyād est à l’image de celui du calife. Mais on ne peut cependant se représenter le gouverneur comme un pouvoir autonome. Balādhurī (Ansāb, V : 223), lui-même mentionne que Ziyād aurait demandé conseil à Muʿāwiya, en lui envoyant une lettre lui demandant son avis sur la politique à mener en Irak vis-à-vis de la population et de sa diversité sociale. Cela n’empêche cependant pas que certains récits évoquent la volonté de Ziyād de succéder à Muʿāwiya, son « frère » (pour plus de détails sur le rapport Ziyād Muʿāwiya, voir : Kouri, 2016 : p. 466 et suiv.).

48Plusieurs sources indiquent d’autres domaines dans lesquels Ziyād est intervenu. C’est d’abord celui de la langue. Il aurait été le premier à organiser les règles de la grammaire après avoir ordonné à Abū al-Aswad al-Du’alī de le faire. Ce dernier aurait en effet ajouté des points aux consonnes (naqqaṭa) pour le texte coranique et formalisé la grammaire arabe (naḥw) sur l’ordre de Ziyād (Al-Iṣfahānī, Al-aġānī, XII : 347-348). L’apport de Ziyād dans le cadre de l’État umayyade était clair. Son action était loin de se limiter à une répression politique permettant d’imposer les désirs du calife, elle exprimait une vision politique propre, fondatrice. Ziyād se distingue des autres gouverneurs umayyades, nommés pour leur allégeance ou celle de leur famille. Il a ainsi figure d’important fondateur de l’islam historique.

  • 26 Ibn Khaldūn traite du sujet des familles du pouvoir dans sa Muqaddima dans le chapitre XIII : « La (...)

49La politique de Ziyād a contribué à l’enracinement d’une culture de l’État en réduisant d’une façon remarquable les structures tribales. Son expérience politique de près de quarante ans, entre 14/635 et sa mort en 53/672, explique qu’il ait pu, pendant les neuf années où il a exercé son action comme gouverneur de l’État umayyade, accomplir des réformes et fonder des pratiques politiques qui lui étaient propres. Il a aussi été capable de patrimonialiser son savoir administratif et ses compétences politiques. La famille de Ziyād est ainsi devenue l’une des familles du pouvoir (muṣṭanaʿīn, pour reprendre le terme d’Ibn Khaldūn)26 qui ont noué des liens avec le pouvoir califal de Damas de façon à conserver son statut. Les fils de Ziyād continuèrent à contrôler l’Est de l’empire. Après la chute des Umayyades, suite à l’appel des Abbassides pour chasser les ʿAlides et les Hāshimites du Yémen, les Ziyādites s’y installèrent vers 203/818, fondant un État et une capitale (Zabīd) portant leur nom. Le cas de la famille de Ziyād n’est pas exceptionnel : plusieurs familles de généraux ou de vizirs sont restées pendant plusieurs générations au service des califes du fait de leurs compétences. On peut citer les Muhallabites, qui retrouvèrent leur statut sous les Abbassides. Ou bien la famille de Ṭāhir b. al-Ḥusayn, commandant d’al-Ma’mūn, fondatrice de l’État ṭāhiride. Ou enfin la famille des Buwayhides. Le processus que l’on peut analyser à travers le cas de Ziyād témoigne ainsi d’une tendance plus générale à une forte intrication entre l’histoire des familles et celle des États.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques :

Sources :

IBN ʿASĀKIR Abū al-Kāsim ʿAlī, ʿAmr Ibn Gharāma al-ʿAmrawī (éd.), 1995, Tārīkh madīnat dimashq, Beyrouth, Dār al-Fikr.

BLĀDHURĪ Ğābir b. Yahyā, Suhayl Zakkār et Riāḍ al-Ziriklī (éd.), 1996, Ansāb al-ashrāf, Beyrouth, Dār al-Fikr.

‒–, [éd. s.n.], 1988, Futūḥ al-buldān, Beyrouth, Dār et Maktabat al-Hilāl.

IBN Al-FAQĪH Abū ʿAbd Allah Aḥmad, Yūsuf al-Hādī (éd.), 1996, Al buldān, Beyrouth, ʿĀlam al-Kutub.

Al-IṢFAHĀNĪ Abū al-Faraǧ, ʿAbd A. ʿAlī Mhannā et Samīr Ǧābir, 2ème édition, s.d, Al aġānī, Beyrouth, Dār al-Fikr.

IBN ḤAZM Abū Muḥammad ʿAlī, [éd. s.n.], 1983, Ğamharat ansāb al-ʿArab, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya.

IBN KHALDŪN ʿAbd al-Raḥmān, Abdesselam Cheddadi, 2002, Le livre des exemples, autobiographie muqaddima, Paris, Gallimard.

IBN MANẒŪR Ǧamāl al-Dīn, [éd. s.n.], 1995, Lisān al-ʿArab, Beyrouth, Dār Ṣādir.

IBN QAYS Al-KŪFĪ Sulaym, [éd. s.n.], 2014, Kitāb Sulaym b. Qays, Beyrouth, Dār al-Irshād al-Islāmī.

ṬABARĪ Muḥammad b. Ğarīr, Muḥammad Abū l-Faḍl Ibrāhīm (éd.), 1961, Tārīkh al-rusul wa al-mulūk, Le Caire, Dār al-Maʿārif.

YAʿQŪBĪ Aḥmad b. Isḥāq, [éd. s.n.], 1993, Tārīkh al- Yaʿqūbī, Beyrouth, Muʾassasat al-Aʿlamī lī al-Maṭbūʿāt.

ḤAMAWĪ Šihāb al-Dīn ʿAbd Allah Yāqūt, [éd. s.n.], 1995, Muʿǧam al-buldān, Dār Ṣādir, Beyrouth.

Al ZUBAYRĪ Abū ʿAbd Allah, E. Levi-Provençal (éd.), [s.d], Nasab qurayš, Beyrouth, Dār al- Maʿārif,

Instruments de travail

EI2 = Encycoldépia of Islam, 2nd Edition, Leyde, Brill, 1954-2004, 12 volumes.

Études

BIANQUIS Thierry, 2005, La famille arabe médiévale, Bruxelles, Complexe.

BLIGH-ABRAMSKI Irit, 1988, “Evolution Versus Revolution : Umayyad Elements in the ʿAbbāsid Regime 133/750-320/932”, Der Islam, 65, p. 226-243.

BOUDERBALA Sobhi, 2008, Ğund miṣr : Étude de l’administration militaire dans l’Égypte des débuts de l’Islam 21/642-218/833, université Paris1- Panthéon Sorbonne.

DJAÏT Hichem, 1986, al-Kūfa ; Naissance de la ville islamique, Paris, Maisonneuve et Larose.

DONNER Fred McGraw, 1986, “The Formation of The Islamic State”, Journal of the American Oriental Society, vol. 106, n° 2, p. 283-296.

FĀRIQ Khvurshīd Aḥmad, 1966, Ziyād b. Abīh, London, Asia Publishing House.

FOSS Clive, 2010, Money, Power and Politics in Early Islamic Syria, John Haldon (dir.), “Muʿāwiya’s State”, Ashgate, p. 353-365.

GUICHARD Pierre, 1979, « De l’Antiquité au Moyen Age : famille large et famille étroite », Cahiers d’histoire, t. 24, p. 45-60.

HAWTING Gerald, 1986, The first Dynasty of Islam : The Umayyad Caliphate A D 661-750, Croom Helm.

KENNEDY Hugh, 1986, The Prophet and the Age of the Caliphates. The Islamic Near East from the Sixth to the Eleventh Century, New York, Logman.

―, 2001, The Armies of the Caliphs, military and society in the Early Islamic State, London and New York, Routledge.

KOURI Massaoud, 2016, Familles, pouvoir et État aux deux premiers siècles de l’Islam : les Banū Umayya et les Banū Ziyād », sous la dir. de Françoise Micheau et de Brahim Jadla, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

LAMMENS Henri, 1930, Étude sur le Siècle des Omeyyades, Beyrouth, Imprimerie Catholique.

MASSIGNON Louis, 1935, « Explication du plan de Kufa », I.F.A.O., Le Caire, p. 345.

MORONY Michael, 1984, Iraq After the Muslim Conquest, Princeton.

NEF Annliese & TILLIER Mathieu, 2011, « Les voies de l’innovation dans un empire islamique polycentrique », Annales Islamologiques, 45, p. 1-20.

SHABAN Muhammed Abdelhay, 1971, Islamic History : A New interpretation, Cambridge.

‒‒, 1970, The ʿAbbāsīd Revolution, London, Cambridge University Press.

SHARON Moshe, 1983, Blacks Banners From The East ; The Establishment of the ʿAbbāsid State Incubation of a Revolt, The Magnes press et E.J. Brill, Jerusalem et Leiden.

SIJESTEIJN Petra, 2007, « New Rule over Old Structures : Egypt after the Muslim Conquest », Proceedings of the British Academy, 136, p. 183-200.

WALKER John, 1967, A Catalogue of the Arab-Sassanian Coins (Umayyad Governors in the East, Arab-Ephthalites, ʿAbbāsid Governors in Ṭabaristān and Bukhārā), The Trustees of the British Museum.

WELLHAUSEN Julius, 1968, Mohammed Abdelhadi Abou Rida (trad.), al-Dawla al- ʿArabiyya, Le Caire, p. 120.

Haut de page

Notes

1 * Je tiens à remercier Mme Sylvie Denoix pour ses relectures et ses précieux conseils.

Shaban pense qu’après la faillite du régime de Médine, Muʿāwiya doit instaurer un nouveau régime pour l’empire et qu’il se fonde par conséquent sur des Qurayshites qu’il a installés aux postes clés du pouvoir. (Shaban, 1971 : 78 et suiv.).

2 Avec les Marwanides et jusqu’au règne d’al-Walīd b. ʿAbd al-Malik, ils furent des proches du pouvoir califal, voire ses conseillers, comme ce fut le cas de ʿAbbād b. Ziyād avec al-Walīd b. ʿAbd al-Malik.

3 Clive Foss parle d’un vice-roi de tout l’ancien territoire perse (“viceroy effectively of all the old Persian lands”) (Foss, 2010 : 77). Irit Bligh-Abramski accorde le titre de “viceroy of Irak” à Ḥaǧǧāǧ b. Yūsuf al-Thaqafī, gouverneur umayyade d’Irak (Abramski, 1988 : 277).

4 Yaʿqūbī, bien qu’il soit de tendance pro-shiʿite, signale les qualités de Ziyād : « Ziyād resta douze ans gouverneur de l’Irak, il était connu pour son habileté, sa bravoure et son courage. Il fut le premier à mettre en place les dawāwīn et les copies des lettres. Il avait choisi les scribes des lettres parmi les Arabes et les mawālī les plus brillants ».

5 Une comparaison avec la thèse de Sobhi Bouderbala sur la naissance du dīwān al-ǧund, dans la province d’Egypte aux deux premiers siècles de l’Islam, serait utile pour comprendre la formation de l’administration dans les débuts de l’État islamique. (Bouderbala, 2008 : 173 et suiv.)

6 “Administrative continuity was encouraged by the tendency for the same families to remain in State service over several generations, by the fact that an Arabic epistolary style for official purposes had already been worked out in the Sasanian chancellery, by the survival and the employment of Sasanian scribes, and of local Arabs, by the existence of handbooks for administration in the Islamic period that described the procedures that had been followed under the Sassanians, and by the way native Arabs and Persian mawālī and landlords who were involved in Islamic administration expected continuity”. (Morony, 1984 : 51).

Pour attester cette continuité, Morony prend l’exemple de la famille de Zāḏānfarrūḫ b. Bayzī connue en Irak pour avoir donné de nombreux fonctionnaires : “the family of Zādhānfrrūkh is survived for a least three generations and more, in government service in Irak and Khuzistan down to the end of Marwānī rule”. (Morony, 1984 : 54).

7 Foss mentionne que la bureaucratie byzantine en Syrie avait gardé son statut avec l’arrivée des Arabes. Il se fonde sur l’exemple de la famille de Sarǧūn al-Rūmī : “At the same time, there was much continuity with Byzantine practices, as shown by the career of Sergius b. Manṣūr, whose family had long been prominent in the administration of Damascus”. Il signale également que cette famille, avait servi les Sassanides qui occupaient la Syrie avant de passer au service des Arabes : “His father, Manṣūr son of Sergius, had already been in charge of the taxes of Damascus under the Byzantines, then during the Sassanian occupation of 613–30, then again under the restored administration of Heraclius. Because of his bad treatment by the emperor, he had been instrumental in surrendering the city to the Arabs”. (Foss, 2010 : 83).

8 Petra Sijesteijn, à travers le cas de l’Égypte, a démontré comment l’élite administative et politique byzantine avait gardé son statut avec les Arabes : “Lower byzantine administrative personnel remained in posts ; only at the highest reaches of the administration was a new echelon of Arabs inserted, operating from the newly founded capital Fustat, modern day Cairo. The indigenous elite retained their estates and the positions in the financial and political administration that their economic and social status conferred”. (Sijesteijn, 2007 : 183).

9 Yaʿqūbī rapporte d’autres détails importants concernant les réformes appliquées par Ziyād en Irak au sujet de la discipline du gouverneur et sur la façon dont il doit agir dans son poste : Ziyād dit : « Il faut que le gouverneur connaisse sa population mieux qu’elle ne se connaît elle-même. » Un homme se leva et lui dit : « Amīr, que Dieu t’aie en sa garde, est-ce que tu me connais ? » Ziyād répondit : « Je te connais d’une connaissance parfaite et générale : par ton nom et celui de ton père, par ton surnom et ton nom de responsable de clan (‘arīf), par le nom de ton clan et celui de ton sous-clan. Je vous connais si bien que si je vois l’un de vous j’arrive à le reconnaitre, qu’il porte un manteau ou qu’il n’en porte pas ». (Yaʿqūbī, Ṭārīkh : II, 146).

10 « Le prix du sang se réglait [habituellement] sous la forme de chameaux jusqu’à ce que Ziyād arrivât et l’estimât à 12 000 dirhams, soit l’équivalent de 120 chameaux ». (Balādhurī, Ansāb : V, 243)

11 « Massignon nous dit que les arbāʿ crées par Ziyād, à la différence des asbāʿ qui les ont précédés, se sont inscrits dans l’espace de la ville et, à ce sujet, il parle d’une « condensation des circonscriptions militaires en quartiers (qui), réalisés très tôt à Basra, s’effectua à Kufa » en 50H. C’est tout à fait discutable, mais cela pose le problème des relations ou corrélations entre, d’une part, les khiṭaṭ, notion topographique et cadre de la vie humaine, et, d’autre part, ces institutions militaro-fiscales qui se sont, à Kūfa, appelées successivement aʿshār, asbāʿ, arba’ et à Baṣra continûment akhmās. A Baṣra, le problème est simplifié du fait de l’identification plus que probable entre la khiṭṭa, la tribu (ahl al-ʿĀliya, Bakr, Tamīm, Azd, ʿAbd al-Qays) et le khumus, institution de mobilisation militaire et de distribution de ‘atā’ imposée et contrôlée par le pouvoir ». (Djaït, 1986 : 223-224). 

12 “In place of the seven districts dominated by tribal elders, he created four new quarters, each under an appointed official, with a mixed population that no one tribe dominated”. (Foss, 2010 : 78)

13 En Égypte, les bannières des tribus eurent un rôle administratif, distinguant les tribus lors de la distribution des soldes (ʿaṭā’). (Voir Bouderbala, 2008 : 184-186).

14 La notion des arbāʿ au Khurāsān ne correspond pas une organisation urbaine mais plutôt à un découpage du Khurāsān en quatre régions.

15 Les agents du gouverneur al-Ḥakam b. ʿAmr al-Ghifārī sont : Aslam b. Zurʿa, Khulayd b. ʿAdb Allah al-Ḥanafī, Nāfiʿ b. Khālid al-Ṭāḥī, Rabīʿa b. ʿAsal al-Yarbūʿī, Amīr b. Aḥmar al-Yashkurī et Ḥātim b. al-Nuʿmān al-Bāhilī. Ṭabarī signale que Ziyād avait destitué certains de ses agents dans le Khurāsān, soit Nāfiʿ b. Khālid al-Ṭāḥī, Khulayd b. ʿAdb Allah al-Ḥanafī et Amīr b. Aḥmar al-Yashkurī. Il signale que Nāfiʿ b. Khālid al-Ṭāḥī fut blâmé par Ziyād qui l’emprisonna pour avoir détourné 100 000 ou 800 000 dirham. Les nobles des Azd intervinrent et rappelèrent à Ziyād son ǧiwār chez Ṣabra b. Shaymān, chez les Azd, du temps où il était gouverneur de Baṣra sous le règne de ʿAlī b. Abī Ṭālib. Ziyād, en souvenir de cette action, le fit libérer sans l’obliger à rembourser la somme due (Ṭabarī, Ṭārīkh : V, 224-225).

16 Ṭabarī précise l’installation des familles déplacées au Khurāsān : « Il [Ziyād] désigna Khulayd et passé un mois, il le destitua. Il nomma al-Rabīʿ b. Ziyād al-Ḥārithī au début de l’année 51H. Les gens se déplacèrent avec leurs familles (ʿiyālatuhum) dans le Khurāsān. Ils y fixèrent leur domicile (waṭṭanū bihā). Puis il destitua al-Rabīʿ » (Ṭārīkh, V : 286). Balādhurī précise le nombre : « Il déplaça avec lui [al-Rabīʿ b. Ziyād] des gens des deux villes [Baṣra et Kūfa] qui étaient à peu près au nombre de 50 000 avec leurs familles » (Balādhurī, Futūḥ : p. 396).

17 Shaban considère que Ziyād adopta, tout comme son prédécesseur Ibn ʿĀmir, une politique expansionniste, avec une zone de front différente : le Khurāsān remplaça Saǧistān. (Shaban, 1971 : 86 ; Voir aussi Shaban, 1970 : 32). Shaban suppose ainsi que les gouverneurs pouvaient choisir d’être expansionnistes ou non, ce qui est contestable car la politique impériale est en effet imposée par le système califal, et elle ne peut donc que l’être. La structure de l’économie impose la politique califale et les gouverneurs ne sont que des agents qui doivent l’appliquer.

18 “For the moment this emigration solved some of the problems of Iraq but it was the descendants of these settlers who were, in the end, to destroy the Umayyad caliphate itself”. (Kennedy, 1986 : 86)

19 Il s’agit probablement d’une indication de la ville ou de l’atelier de la frappe monétaire.

20 Hichem Djaït met l’accent sur cette fondation (Djaït, 1986 : 211-212). Il signale l’importance de cette évolution de construction en dur à l’époque de Ziyād : « Elle veut dire aussi qu’à partir de Ziyād, la brique cuite s’est introduite dans les constructions privées – et sans doute tout d’abord dans les résidences de l’aristocratie, les constructions en dur – mais seulement pour ce qui est des linteaux des portes » (Djaït, 1986 : 218).

21 […] Il [Ziyād] demanda : « Que penses-tu de ʿUthmān ? » Il [Awfā b. Ḥiṣn al-Ṭā’ī] répondit : « C’est le gendre du prophète pour [avoir épousé] ses deux filles, je ne le nie pas, et j’ai un avis comme tout le monde ». Ziyād demanda : « Que penses-tu de Muʿāwiya ? » Awfā répondit : « Il est généreux et indulgent ». Ziyād poursuivit : « Que dis-tu de moi ? » Awfā répondit : « J’ai entendu que tu as dit à Baṣra : “Par Dieu, je me saisirai du bien-portant à la place du malade, de celui qui arrive à la place de celui qui est parti” ». Ziyād répondit : « Oui, j’ai dit cela ». Awfā répliqua : « Tu as totalement tort ». Ziyād dit : « Le péteux n’est pas le pire du groupe », et il le tua. (Ṭabarī, Ṭārīkh, V : 235-236).

22 Ibn al-Faqih signale les premiers hammām-s qui furent autorisés à Baṣra : « Le premier des bains/hammams fondés à Baṣra fut celui de ʿAbd Allah b. ʿUthmān b. Abī al-ʿĀṣ, dans le jardin de Sufyān b. Muʿāwiya qui est dans la Khurayba. Le deuxième celui de Fīl, le mawlā de Ziyād, et le troisième celui de Muslim b. Abī Bakra [neveu de Ziyād] et celui de Minǧāb, attribué au Minǧāb b. Rāshid al-Dhabbī ». (Ibn al-Faqīh, Al-buldān : 232).

23 Le mirbad a pour sens premier à Baṣra le marché aux chameaux et au bétail, la place publique où les poètes et les orateurs se livraient à leurs joutes et récitaient leurs panégyriques. C’était à la fois un souk et une agora (Al-Ḥamawī, Muʿǧam, V : 97-98 ; Ibn Manẓūr, Lisān : entrée « rabada »).

24 Hugh Kennedy fait la différence entre la qaṭīʿa militaire ou de garnison et la qaṭīʿa agricole. Cette dernière représenta une source importante de revenus pour celui qui la détenait. Elle fut généralement octroyée à des membres de la famille exerçant le pouvoir ou à des figures de l’élite califale. (Kennedy, 2001 : 84-85).

25 On pourrait considérer que Balādhurī, pour satisfaire les Abbassides, accuse les traits d’un calife ummayyade qui serait sans autorité. Mais il faut se rappeler que Ziyâd est le gouverneur de la moitié de l’empire, le « vice-roi de l’Est ». En revanche, Balādhurī lui-même rapporte plusieurs récits qui montrent la supériorité de Muʿāwiya sur Ziyād et la soumission de ce dernier aux ordres de son maître.

26 Ibn Khaldūn traite du sujet des familles du pouvoir dans sa Muqaddima dans le chapitre XIII : « La « Maison » et la noblesse des clients et des protégés sont celles de leurs maîtres et ne dépendent en rien de leurs propres lignages ». (Ibn Khaldūn, Le livre des exemples, chapitre XIII, p. 390)

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence papier

Massaoud Kouri, « Entre idéologie politique et identité étatique : un gouvernorat de la province umayyade d’Irak, le cas de Ziyād b. Abīh », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 146(2-2019) | -1, vol 146, seconde partie, études libres.

Référence électronique

Massaoud Kouri, « Entre idéologie politique et identité étatique : un gouvernorat de la province umayyade d’Irak, le cas de Ziyād b. Abīh », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 146(2-2019) | avril 2020, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.13365

Haut de page

Auteur

Massaoud Kouri

UMR 8167 Orient et Méditerranée ; Ivry-sur-Seine, France ; kouri.massaoud@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page