Navigation – Plan du site

L’alcool dans les mondes musulmans : Histoire, lieux, pratiques et politiques (XVe-XXIe siècles) proposé par Nessim ZNAIEN et Philippe BOURMAUD

Alcohol in the Muslim World: History, Geography, Practices and Policies (15th-21st centuries). Nessim ZNAIEN et Philippe BOURMAUD

L’alcool dans les mondes musulmans : Histoire, lieux, pratiques et politiques (XVe-XXIe siècles). Proposé par Nessim ZNAIEN et Philippe BOURMAUD

Souvent perçu dans cette région, pour reprendre le mot de Fernand Braudel, comme un « voyageur clandestin infatigable », l’alcool fait régulièrement l’actualité dans les sociétés du nord de l’Afrique et du Moyen-Orient, sous la forme de vagues de prohibition, ou d’affaires d’empoisonnement au méthanol. Pour autant, la littérature scientifique sur le monde arabe et musulman s’est relativement peu penchée sur cet objet, comme si le préjugé faisant des musulmans des individus nécessairement abstinents avait freiné le processus de recherche sur la question. Un décalage flagrant existe entre la recherche sur les débuts et la période classique de l’islam, bien étudiés de ce point de vue, et les périodes plus récentes, depuis l’avènement des Ottomans et des Safavides en particulier. La recherche s’est attachée en particulier à la construction subjective, ressentie de l’alcool, présente aussi bien en littérature (et dans ce cas souvent comme un éloge du boire) que dans les disciplines juridiques où la norme réprouvant la consommation de boissons alcoolisées est l’objet d’un processus constitutif très progressif et jamais pleinement consensuel.

Dans la lignée de certains travaux récents (comme ceux d’Omar Foda ou encore François Georgeon), et dans le cadre d’une historiographie des drinking studies en pleine essor (avec les récentes synthèses d’histoire mondiale de l’alcool de Hames Gina d’une part, et Kim Anderson et Vicente Pinilla d’autre part) , il s’agit ici d’étudier les boissons alcoolisées au prisme des normativités multiples qui s’y sont attachées à mesure que les processus modernes et contemporains de mondialisation se sont faits sentir dans les mondes musulmans. L’originalité de ce projet consiste à tenter de confronter dans un même ensemble l’origine et la fonction de ces normes liées à l’alcool à plusieurs époques, depuis l’époque classique jusqu’à l’époque contemporaine. Nous faisons ainsi commencer notre réflexion à partir du XVe siècle, où la constitution de l’Empire ottoman peut produire des nouvelles formes d’administration, et la constitution de nouvelles élites. Nous adopterons la conception la plus large possible des « mondes musulmans », permettant d’interroger différentes branches de l’Islam (sunnisme, chiisme), différents cadres géographiques (Méditerranée, Moyen-Orient, Extrême Asie, Péninsule arabique) et différents contextes (islam majoritaire, islam de diaspora), afin d’enrichir l’analyse.

Les normativités dont il s’agit sont d’abord celle du religieux, relativement incontournable pour l’analyse des consommations d’alcool dans le monde arabe et musulman. Il ne s’agit pas de considérer les effets d’une prohibition exclusivement inhérente à l’islam, mais d’examiner comment les normes islamiques s’articulent et se confrontent à des pratiques normatives plus ou moins strictes et des manières de concevoir les politiques publiques également perméables à d’autres enjeux comme la géopolitique ou les circulations commerciales.

L’alcool est un outil qui produit et perpétue des formes changeantes de domination et de dépendance, en même temps qu’il est la clé de régulations sociales multiples. Par normativités ou normes, nous entendons le triple sens d’instrument de coercition, de l’état de l’habitude, et enfin de phénomène de standardisation des produits (normes alimentaires). Il s’agira d’étudier la construction de normes alimentaires autour de l’alcool, dans la perspective d’une co-construction entre différents groupes et non simplement comme le résultat d’une décision « vue d’en haut ». Plusieurs thématiques nous permettront de tenter d’articuler une réflexion interdisciplinaire autour de l'alcool.

L’histoire des normes

Nous proposons d’interroger la recomposition des normes liées à la consommation d'alcool, sous l’effet des processus migratoires, du phénomène de mondialisation marchande à partir du Moyen-Âge, et de contacts appuyés entre des sociétés musulmanes, chrétiennes et juives. Les problématiques de consommation d’alcool permettent de mettre en lumière cette diversité de situation, notamment juridique entre les différentes confessions et communautés, de ces sociétés. Tour à tour pourchassées par le pouvoir, ou laissées à une certaine permissivité selon les périodes, les boissons alcoolisées semblent être le marqueur de mouvements religieux, des contextes politiques ou des enjeux sociaux.

Il vaut la peine de s’interroger sur la fonction et les pratiques des entrepreneurs de morale, les buveurs, et d’une manière générale les catégories d’acteurs impliqués dans la mise en œuvre des normes. La consommation des boissons alcoolisées peut servir d’argument pour construire ou déconstruire des réputations de notables dans les sociétés médiévales et modernes. Nous proposons également d’interroger les périodisations des mutations des systèmes normatifs consacrées par l’historiographie, telles que le règne du sultan ottoman Mahmoud II (1808-1839), dont le successeur vida la cave dans le Bosphore, ou les colonisations successives à partir de 1830. Ainsi que l’a montré François Georgeon, boire devient une marque de la modernité pour certaines élites de la Turquie ottomane. Cependant, tous les notables et tous les fonctionnaires ne deviennent pas buveurs, et la boisson n’est pas nécessairement liée à une perception globale des réformes et du rapport à l’Europe. Régulièrement vitrine de l’entreprise coloniale (Algérie, Tunisie, Liban) aux XIXe et XXe siècles, la promotion de boissons « locales » comme certains vins, ou alcools forts, est quant à elle mise au service de l’économie et du roman national de certains États indépendants souhaitant afficher leur ouverture culturelle et leur capacité à accepter toutes les pratiques de consommation (Tunisie, Egypte). Pour autant, de nombreux chefs d’État indépendants ont souhaité mettre en avant leur sobriété, comme pour mieux rompre avec l’élément européen (Khadafi). Ni la colonisation, ni la modernisation, ni la décolonisation ne constituent des ruptures absolues. Nous encourageons les propositions dont le cadre chronologique porte interrogation sur ces périodisations admises.

Les dimensions de la mémoire et du patrimoine seront, elles aussi, à prendre en compte. De quelle manière sont prises en compte les périodes de permissivité ou au contraire de prohibition, liées aux périodes anté-islamiques ou islamiques, dans les mémoires et les imaginaires des sociétés contemporaines ? Ainsi les questions de la « modernité » ou de l’attachement à des « traditions » renvoient toujours à des passés fantasmés mais facteurs de légitimités pour des discours contemporains Mais la question du patrimoine ne renvoie pas seulement à l’art de la question. Elle fait également échos aux savoirs concernant les techniques de fabrication de l’alcool, la transmission de ceux-ci et leurs appropriations par les différents acteurs selon les époques.

Les lieux du boire

Les lieux du boire renvoient à la dichotomie entre espace public et espace privé. En étudiant la place de l’alcool dans l’espace public, on mettra en lumière sa dimension marginale, ou clandestine, ou au contraire ostentatoire dans les lieux les plus permissifs. Il s’agit également d’interroger par cette problématique l’accès des individus à l’espace public, notamment concernant les femmes. Si l’accès à l’espace privé est régulièrement plus difficile, pour des raisons de source, il sera pertinent d’interroger a minima les représentations autour des consommations dans cette sphère et la construction d’une dichotomie public/privé au sein des sociétés musulmanes.

Cette question de la distribution des normes selon les espaces cristallise les différentes souverainetés administratives à l’œuvre, entre échelon local, régional, étatique ou international, dans la gestion quotidienne des pratiques de consommation. À une échelle plus globale, les lieux du boire renvoient aussi aux représentations et aux espaces vécus associés à des États jugés plus permissifs ou au contraire plus prescripteurs, et aux liens que ces États entretiennent entre eux sur cette question. Ces lieux peuvent être mouvants, et c’est au sein de cette réflexion que nous pourrons interroger les influences des processus migratoires sur les géographies de consommations, notamment par l’empreinte que les diasporas peuvent provoquer sur les pratiques de consommation d’alcool.

Les pratiques du boire

Les pratiques du boire interrogent quant à elles la sociabilité et le développement des liens entre les individus, selon les valeurs attribuées à la boisson, le genre, les classes sociales ainsi que les moments de cette consommation (consommation nocturne/diurne par exemple). Une attention particulière sera portée à l’intégration des pratiques de consommation d'alcool au sein de rituels religieux, notamment de communautés soufies ou au sein de certaines sectes de l’islam. Ces pratiques du boire interrogent plus généralement une histoire du goût et des sensibilités, qui va au-delà de l’utilisation utilitariste et d’une boisson pour une pratique cultuelle

Enfin, il s’agira de déterminer dans quelle mesure la consommation, la vente ou la production d'alcool s’avèrent être au centre de certaines politiques publiques spécifiques, associées à des enjeux religieux (en lien, par exemple, avec la Nahda (réveil) ou le réformisme islamique d’un Afghani et d’un Rida), sanitaires (lutte contre les intoxications liées aux alcools frelatés, lutte contre l'alcoolisme ou certaines maladies cardio-vasculaires), économiques (politiques de taxation ou au contraire de libéralisation de certaines activités de production ou de commerce d’alcool) ou politiques (prohibition ou permissivité liées à des enjeux de contrôle public, ou de sécurité routière).

Nous invitons en particulier les contributions examinant les effets de la « scientisation » des discours publics et de « l’expertisation » des politiques publiques en la matière. Dans le cas où l’alcool ne serait pas au centre de ces politiques, il s’agira de se demander si le tabou associé à l’alcool impose d'autres modes d’action publique plus détournés ou indirects, qu’il s’agirait de préciser.

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant le 1er septembre 2020 à Nessim ZNAIEN nessimznaien@yahoo.fr

Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45000 signes, doivent être soumis au plus tard le 1er Avril 2021. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

Alcohol in the Muslim World: History, Geography, Practices and Policies (15th-21st centuries). Nessim ZNAIEN et Philippe BOURMAUD

Often perceived in this region as a “tireless stowaway”, to use Fernand Braudel's words, alcohol is regularly in the news among societies of northern Africa and the Middle East as tides of prohibition or cases of methanol poisoning. The scientific literature on the Arab and Muslim world, however, has paid relatively little attention to this object, as if the prejudiced view of Muslims as necessarily abstinent precluded research on the subject. There is a glaring discrepancy between research on the beginnings and the classical period of Islam, well studied from this point of view, and more recent periods, since the advent of the Ottomans and the Safavids in particular. Research, for the most part, has focused on the subjective construction and experience of alcohol, present both in literature (most often in praise of drinking) and in the legal disciplines where the norm reproving the consumption of alcoholic beverages is the subject of a markedly progressive constitutive process and never fully consensual.

In line with some recent work (such as that of Omar Foda or François Georgeon), and as part of a growing historiography of drinking studies (with recent syntheses of world history of alcohol by Hames Gina on the one hand, and Kim Anderson and Vicente Pinilla on the other), it is a question here of studying alcoholic beverages through the prism of multiple associated normativities arising as modern and contemporary processes of globalization are felt in the Muslim worlds. The originality of this project consists in confronting, in one collective study, the origin and function of these standards as they relate to alcohol across historical periods, from the classical to the contemporary. We thus begin our reflection in the 15th century, when the constitution of the Ottoman Empire produced new forms of administration, and the creation of new elites. Authors are encouraged to adopt the widest possible conception of “Muslim worlds”, to question different branches of Islam (Sunnism, Shiism), different geographic frameworks (Mediterranean, Middle East, Far Asia, Arabian Peninsula) and different contexts ( majority Islam, diaspora Islam), in order to enrich the analysis.

The normativities in question are first religious, central to the analysis of alcohol consumption in the Arab and Muslim world. It is not simply a matter of considering a prohibition inherent to Islam, but of examining how Islamic norms are articulated and confronted with more or less strict normative practices and ways of designing public policies permeable to other issues such as geopolitics or commercial traffic.

Alcohol is a means for producing and perpetuating changing forms of domination and dependency while it is central to multiple social regulations. In our context, normativity or norm has the triple meaning of instrument of coercion, state of habit, and product standardization phenomenon (as in food norms). Contributions may consider the construction of alcohol consumption norms based on a co-construction of usage and consumption norms by different groups, not simply as a fiat decision "from above". Several themes will allow us to try to articulate an interdisciplinary reflection around alcohol.

The history of standards

We propose to explore the evolution of alcohol consumption standards, as a result of migratory processes, under the influence of market globalization from the Middle Ages as well as the result of sustained contacts between Muslim, Christian and Jewish societies. The problems associated with alcohol consumption make it possible to highlight a diverse context, particularly with respect to legal issues that characterize the various denominations and communities within these societies. By turns persecuted by the authorities or to some extent tolerated, depending on the period, alcoholic beverages appear as markers of religious movements, political contexts or social issues.

It is worth considering the function and practices of morals entrepreneurs, drinkers, and more generally, the social category of actors implementing standards. The consumption of alcoholic beverages can be used as an argument to build or unbuild the reputation of notables in medieval and modern societies. We also propose to examine the periodization of mutations of normative systems defined by historians, such as the reign of the Ottoman sultan Mahmoud II (1808-1839), whose successor emptied the cellars into the Bosphorus, or the successive colonizations beginning in 1830. As François Georgeon has shown, drinking became a mark of modernity for certain Ottoman elites. However, not all notables and civil servants become drinkers, and drinking is not necessarily linked to a global perception of reforms or relations with Europe. The promotion of “local” drinks, both wines and distilled alcohols in Algeria, Tunisia and Lebanon showcased the European colonial enterprise of the 19th and 20th centuries, and were used for the benefit of the economy and as a means for independent states to signal cultural openness and a willingness to accept all consumption practices (particularly in Tunisia and Egypt). Many independent heads of state however, preferred to practice sobriety, as if to better differentiate local customs from an encroaching European element (Gaddafi). Not colonization, nor modernization, nor even decolonization would constitute absolute cultural breaks. We encourage proposals whose chronological framework may question these accepted timeframes.

The dimensions of memory and heritage will also have to be considered: how are periods of permissiveness or prohibition, linked to pre-Islamic or Islamic periods, accounted for in the memories and imaginations of contemporary societies? Thus, questions of "modernity" or of attachment to "traditions" always refer to fantasized pasts that are nonetheless factors of legitimation in contemporary discourse. The issue of heritage, however, not only refers to the art of the question, but echoes local knowledge of distillation processes and techniques as well as appropriations and transmission of these by the various actors according to the times.

Drinking places

“Drinking places” suggest a dichotomy between public and private spaces. By studying the position of alcohol in public spaces, we will highlight its marginal or clandestine dimension, or we may find there is a degree of ostentation where the consumption of alcoholic beverages is permitted. We will also address the issue of access by certain individuals to such public spaces, particularly women. If access to private spaces is frequently more difficult, it will be relevant to consider at a minimum, the shared representations surrounding consumption in this sphere and the construction of a dichotomy of public/private spaces within Muslim society.

The question of a geographical distribution of normative standards crystallizes the idea that different administrative sovereignties—local, regional, national and even transnational—may be at issue in the daily management of consumption practices. On a more global scale, consumption premises may also refer to representations and inhabited spaces associated with states deemed to be permissive or on the contrary, more prescriptive, and to the links that these states maintain with each other on this question. The location of such places may be variable, and it is within the purview of this reflection that we should question the influences of migratory processes that determine the observed geographies of consumption, in particular with regard to the effect of migrant diasporas on alcohol consumption practices.

Drinking practices

“Drinking practicessuggest an examination of sociability and development of relationships between individuals, depending on the value attributed to alcohol consumption, gender profile, social class and occasions for drinking (whether by day or by night, for example). Particular attention will be paid to the integration of alcohol consumption practices within religious rituals, particularly among Sufi communities or within certain sects of Islam. Such drinking practices more generally imply a history of taste and sensibility beyond the utilitarian use and a drink consumed as a matter of ritual practice.

Finally, it will be of interest to better understand how the consumption, sale or production of alcohol are essential to certain specific public policies associated with religious issues (for example, in relation to the Nahda (awakening), or Islamic reformism of Afghani or Rida), with health issues (in the fight against poisoning linked to adulterated alcohol, the fight against alcohol addiction and certain cardiovascular diseases), with economic issues (taxation policies or on the contrary liberalization of certain alcohol production or trade activities) or with public policies (prohibition or tolerance related to issues of public control, or road safety).

We particularly invite contributions which examine the effects of the "scientization" of public discourse and the "expertization" of public policies in this area. If alcohol is not at the center of these policies, it will be a question of whether the taboo associated with alcohol imposes other, more indirect modes of public action, which would have to be specified.

Submission schedule

Article proposals (4000 characters maximum, spaces included), together with a short biographical note, should be sent before 01 Sept 2020 to Nessim ZNAIEN nessimznaien@yahoo.fr.

Authors will then be contacted within a month. Articles may be written in French or English, and must be no longer than 45,000 characters, spaces included. They must be submitted by 01 April 2021. For more information concerning the style guide and the editorial process, click here.

Bibliographie

AL MANI, T., « Alcohol and substance use in the Arabian gulf region. A review », in Thematic Journal of psychology, 44(3), 2009, p. 212-233.

ABU MADINI, M.S., SHEIKH I.A, RAHM, M.A. , AL-ZAHRANI, A., AL-JAHI, « Two decades of treatment seeking for substance uses in Saudi-Arabia: trends and Pattern in a Rehabilitation Facility in Damman », in Drug and Alcohol Dépendance, 97, 2008, p. 231-236.

Bessaoud, O., « La viticulture oranaise, au cœur de l'économie coloniale » in BOUCHENE A, PEYROULOU, JP, SIARI T, and THENAULT S (dir.) Histoire de l'Algérie coloniale. Paris, La Découverte, 2013, p. 426.

BONTE, M., « “Eat, drink and be merry for romorrow we die”. Alcohol practices in MarMikhail Beirut » in THURNELL-READ, T., (dir.), Drinking Dilemmas. Space, culture and identifty, New York, Routledge, 2016.

BOHAS, G., « Le vin dans le Roman de Baïbars », in François, C., Les vins d'Orient : 4000 ans d'ivresse, Ed. du Temps, 2008, p. 139-169.

BOUJARRA, H., « L'alcoolisme et son évolution dans la régence de Tunis », in Les Cahiers de Tunisie, n° 41-42, 1990 [en arabe].

BOURMAUD, P., « Exporting obligations: evolutionism, normalization, and mandatory anti-alcoholim from Africa to the Middle East (1918-1939) », in ARSAN, Andrew, SCHAYEGH, Cyrus, The Routledge Handbook of the History of the East Mandate, 2015, p. 76-87.

CHAUDAT, P., « Monstration, perception et transgression(s) : l’exemple de l’alcool à Meknès », in CHAUDAT, P., LACHEB, M., Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, IRMC-KARTHALA, 2018, p. 92-103.

CHEBEL, M., Anthologie du vin et de l’ivresse en Islam, Paris, Seuil, 2004.

CHRIST, G., « Contrebande, vin et révolte : lecture critique d’un conflit inter-culturel à l’ombre des rapports officieux entre Venise et Alexandrie à l’époque médiévale », in DECOBERT, C., EMPEREUR, J.-Y., PICARD, C., (dir.), Alexandrie médiévale 4, Alexandrie, 2011, p. 185-193

ELIAS, N., « La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie », in Archives de Sciences Sociales des Religions, n° 174, p. 241-254.

FODA, O., « The Pyramid and the Crown: The Egyptian Beer Industry from 1897 to 1963 », International Journal of Middle East Studies, vol. 46, 1, 2014.

FODA, O., Egypt’s Beer : Stella, Identity, and the Modern State, Austin, University of Texas Press, 2019.

FUHRMANN, M., « Beer, the Drink of a Changing World: Beer Consumption and Production on the Shores on the Aegean in the 19th Century », in Turcica, 45, 2014, p. 79-123.

GANGLOFF, S., Boire en Turquie. Pratiques et représentations de l’alcool, Paris, 2015.

GEORGEON, F., « Ottomans and Drinkers: The Consumption of Alcohol in Istanbul in the Nineteenth Century », in ROGAN, E.(dir.), Outside In: On the Margins of the Mordern Middle East, Londres et New York, 2002.

HOUBAIDA, M., « Le vin au Maroc précolonial. De la discrétion à l'exhibition », in Manger au Maghreb, Horizons Maghrébins, n° 55, 2006.

KUENY, K., « The rhetoric of Sobriety: wine in early Islam”, Alban, State, 2001.

LEMU, B.A, Islam and alcohol, Alexandria, Saafow, Publicitize, 1992.

MATTHEE, Rudolph, « The Ambiguities of Alcohol in Iranian History: Between Excess and Abstention », in FRAGNER, B., KAUZ, R., SCHWARZ, F., Wine culture in Iran and Beyond, Vienna, Austrian Academy of Sciences Press, 2014, p. 137-164.

MELONIA, G., SWINNEN, J., « the rise and fall of the world's largest wine exporter », in journal of wine economics, 2014, p. 3-33.

MICHALAK, L., TROCK, K., « Alcohol and Islam: on overview », in Contemporary Drug Problem, 33, (4), p. 523-563.

MIRZAEE, V., RIAHI, Z., SHARIFZADEH, Z., PARIZI, M., POUR, A., « Survey of Methanol Poisoning Epidemic in Rafsanjan City in Year 2013 », in Internal Medicine and Medical Investigation Journal, vol. 2, 3, 2017.

NADEAU-CAROLYN, A., » Moscatel morisco : The Role of Wine in the Formation of Morisco Identity », in Bulletin of Hispanic Studies, vol. 90, 2, 2013, p. 153-165.

SEMERDJIAN, E., Off the Straight Path: Illicit Sex, Law, and Community in Ottoman Aleppo, Syracuse 2008.

ZNAIEN, N., Les raisins de la domination. Histoire sociale de l’alcool en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956), Thèse de l’Université Paris I, 2017.

Haut de page