Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneMAYEUR-JAOUEN Catherine, Voyage en H(…)

Lectures en ligne

MAYEUR-JAOUEN Catherine, Voyage en Haute-Égypte. Prêtres, coptes et catholiques, Paris, CNRS Éditions, 2019, 412 p

Annalaura Turiano

Texte intégral

  • 1 Aurélien Girard et Bernard Heyberger (dir.), Les chrétiens au Proche-Orient, dossier thématique des (...)

1Le dernier ouvrage de Catherine Mayeur-Jaouen s’inscrit dans la lignée des travaux qui visent à désenclaver l’étude des minorités chrétiennes au Proche-Orient. En rendant compte des interactions, des mobilités et des mutations, ces recherches dépassent le paradigme de la fixité qui a longtemps prévalu dans l’approche du fait minoritaire1. C’est une perspective similaire que l’auteure adopte en s’intéressant à l’histoire et au présent des coptes-catholiques dans l’Égypte contemporaine. Elle choisit comme angle d’observation les vies de quelques curés dont elle a suivi les itinéraires entre la Haute-Égypte (berceau historique de la communauté et région où les coptes, bien que minoritaires, sont plus nombreux que dans le reste du pays) et l’Europe (Rome, notamment) dans les trente dernières années.

  • 2 Maurice Martin « Les coptes-catholiques, 1880-1920 », Proche-Orient chrétien, 1990, p. 33-55.

2L’ouvrage comble une véritable lacune. La dernière étude consacrée aux coptes-catholiques, conduite par un Jésuite, remonte à 19902. Ce peu d’attention s’explique d’abord par la faiblesse numérique de la communauté s’élevant à près de 400 000 individus (sur 99 millions d’habitants recensés en 2019). Il est plus généralement lié à la faible part qu’occupe la Haute-Égypte dans les recherches historiques et anthropologiques sur l’Égypte, dominées par un fort cairo-centrisme.

3Préfacé par Robert Solé, l’ouvrage se compose de six chapitres précédés par un préambule (où l’auteure introduit le lecteur à la géographie d’une région méconnue-la Haute-Égypte- et à son objet d’étude) et suivis par un épilogue (où elle brosse le devenir récent des curés, dont certains sont devenus évêques). C. Mayeur-Jaouen ne dissimule pas l’amitié qui la lie à ces prêtres dont certains furent, à la fin des années 1980, ses élèves au séminaire copte-catholique de Maadi, au Caire. Mais cette empathie, que les appellatifs « mes amis » et « mes anciens élèves » viennent rappeler tout au long du texte, ne compromet en rien la rigueur scientifique de l’ouvrage.

  • 3 Voir à ce sujet, Tymothy Mitchell, “The Invention and Reinvention of the Egyptian Peasant”, IJMES, (...)

4À la croisée entre enquête historique et anthropologique, l’auteure retrace non seulement l’histoire d’« une minorité de la minorité » (p. 43), mais aussi une histoire sociale et une anthropologie religieuse des villes et des villages de la Haute-Égypte. Le voyage dans le temps et dans la géographie du Sa‘îd qu’elle propose est d’autant plus passionnant qu’il s’écarte des stéréotypes associés à la région et du regard orientaliste qui a nourri pendant longtemps les écrits sur les paysans égyptiens3. Quelques cartes et une vingtaine de photos, issues des enquêtes de terrain conduites à partir de 2003, viennent illustrer la vie dans les villages et le quotidien des curés.

5Les deux premiers chapitres retracent l’essor, l’institutionnalisation et les mutations de la communauté copte-catholique aux XIXe et XXe siècles. À rebours d’une histoire cléricale, centrée sur le rôle des missions latines (franciscains et jésuites) dans l’essor et le développement de la dernière Église uniate à partir du XVIIe siècle, l’auteure restitue une histoire sociale des villages, faite entre autres d’alliances familiales et de liens divers unissant les élites locales au pouvoir central. Par un subtil jeu d’échelles, C. Mayeur-Jaouen passe de l’analyse de la réalité sociale de la Haute-Égypte à l’élaboration à Rome d’une politique copte, tout en évoquant les mutations politiques et démographiques qui accompagnent la construction de l’État égyptien moderne et favorisent l’essor de la communauté copte-catholique.

6Le deuxième chapitre traite du XXe siècle sous le double angle des continuités et des mutations par rapport au siècle précédent. À travers l’histoire de l’Église copte-catholique c’est l’évolution du catholicisme en Égypte que l’auteure donne à voir. Alors que celui-ci est très diversifié et majoritairement francophone jusqu’au milieu du XXe siècle, l’Église copte-catholique est devenue la principale Église catholique égyptienne dans les années 1960. À partir des années nassériennes, l’action sociale devient une préoccupation majeure et trouve sa traduction dans plusieurs initiatives dont la fondation de l’Association de la Haute-Égypte (aujourd’hui une importante ONG). Se démarquant de l’approche isolationniste qui a caractérisé pendant longtemps l’étude des minorités, C. Mayeur-Jaouen analyse les interactions de l’Église copte-catholique avec son Église sœur copte-orthodoxe d’une part et avec l’islam majoritaire d’autre part. Sans nier l’existence d’une compartimentation confessionnelle, l’auteure revient à plusieurs reprises sur ce que les coptes-catholiques partagent avec leurs coreligionnaires d’autres confessions.

7Le chapitre III est consacré aux itinéraires de quelques prêtres catholiques partis se former au séminaire du Caire puis, pour certains d’entre eux, à Rome (au PISAI), avant de revenir en Haute-Égypte. Ces parcours, qui en font « de petits notables locaux » (p. 212) polyglottes, constituent, avec le célibat, des traits distinctifs des prêtres coptes-catholiques. En décrivant les temps forts de leur formation, C. Mayeur-Jaouen révèle au lecteur un univers majoritairement masculin, où les femmes sont quasiment invisibles (p.184). Poursuivant l’analyse dans une perspective de genre, elle étudie les sociabilités qui caractérisent cet entre soi masculin qu’est la prêtrise. L’ancrage des prêtres dans la Haute-Égypte ne saurait effacer leur sentiment d’appartenance à une Église universelle. L’expérience de formation que certains effectuent à Rome les conforte dans ce sentiment, malgré les difficultés liées à la distance et l’apprentissage d’une langue étrangère qu’ils ignorent en arrivant.

8Dans le chapitre IV, l’auteure analyse le quotidien des curés et l’autorité qu’ils exercent auprès de leurs paroissiens. Le lecteur découvre aussi, au fil des pages, la vie de certaines communautés villageoises de la Haute-Égypte. Le portrait que C. Mayeur-Jaouen dresse est celui d’une confessionnalisation de tous les aspects de la vie sociale (« tout passe par l’Église », p. 229). L’attestent les réseaux de sociabilité qui se développent autour de la paroisse et la centralité de l’Église dans la vie des femmes notamment. Suit une analyse de la messe, des dévotions et du culte des saints, communs pour la plupart aux coptes-orthodoxes, mais dont certains révèlent l’influence du catholicisme romain. Le chapitre se termine sur l’importance que représente le bâti pour la communauté. Les opportunités de construction inédites que l’entracte révolutionnaire a ouvertes n’ont pas effacé, rappelle l’auteure, les difficultés (lenteurs de l’administration et tensions interconfessionnelles notamment) liées à l’édification des Églises.

9Le chapitre V a pour thème l’action pastorale. Contrairement à l’image d’une région immobile qui a longtemps collé à la Haute-Égypte, C. Mayeur-Jaouen décrit une réalité en mouvement et mesure la part que jouent les prêtres dans la mutation des croyances et des mentalités. La pastorale familiale, et notamment l’attention portée aux femmes et à la jeunesse, constitue le cœur de leur action. Elle prend plusieurs formes : fondation de jardins d’enfants et d’écoles, cours d’alphabétisation et de catéchisme, qui s’adressent avant tout à un public féminin. Épaulés par des religieuses et des laïques, les curés confèrent une dimension développementaliste à leur action : ils affirment travailler pour la promotion de la femme et se battent pour une plus grande mixité dans une société patriarcale où la ségrégation de genre reste importante. Si l’auteur évoque bien les liens des prêtres avec l’Association de la Haute-Égypte pour l’éducation et le développement (AUEED), l’analyse de leur action aurait gagnée à être mise en perspective avec celle d’autres agents locaux de développement.

10Dans le dernier chapitre, C. Mayeur-Jaouen évalue le rôle des prêtres au prisme des relations interconfessionnelles et de leur positionnement face à l’État. La Haute-Égypte est tristement connue pour les tensions entre chrétiens et musulmans qui se sont accrues après l’éviction des Frères musulmans du pouvoir (2013). La question confessionnelle ne constitue pas pour autant le seul problème. Comme le reste du pays, la région doit faire face à l’absence de l’État de droit, à l’arbitraire et à la violence policière, causes premières, affirme C. Mayeur-Jaouen, des tensions. Dans ce contexte, les prêtres jouent bel et bien un rôle politique qui consiste entre autres à savoir négocier avec de nombreux interlocuteurs. Le chapitre se termine sur les défis auxquels l’Église copte-catholique est confrontée (petitesse numérique, exode rural, diaspora). À même d’ébranler son identité, ils nourrissent en outre les arguments des partisans de sa fusion avec l’Église copte-orthodoxe.

11En en peu plus de 400 pages, C. Mayeur-Jaouen réussit pleinement son pari : « écrire un livre qui parle de l’Égypte et des Égyptiens » et qui soit « aussi […] un livre d’histoire religieuse (p. 42). On regrettera simplement l’absence d’un index des noms ainsi que quelques courtes notices biographiques des curés en annexe. Pour le reste, nous ne pouvons que recommander la lecture de ce bel ouvrage qui constitue une précieuse contribution aux études sur l’histoire sociale et les dynamiques religieuses dans l’Égypte contemporaine. Il ouvre également d’importantes perspectives de recherche pour une histoire, encore en chantier, du développement et de l’action sociale.

Haut de page

Notes

1 Aurélien Girard et Bernard Heyberger (dir.), Les chrétiens au Proche-Orient, dossier thématique des Archives de sciences sociales des religions, n° 171, juillet-septembre 2015.

2 Maurice Martin « Les coptes-catholiques, 1880-1920 », Proche-Orient chrétien, 1990, p. 33-55.

3 Voir à ce sujet, Tymothy Mitchell, “The Invention and Reinvention of the Egyptian Peasant”, IJMES, 22 (1990), p. 129-150, et Samah Selim, The Novel and the Rural Imaginary in Egypt, 1880-1985, London and New York, Routledge Curzon, 2004.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Annalaura Turiano, « MAYEUR-JAOUEN Catherine, Voyage en Haute-Égypte. Prêtres, coptes et catholiques, Paris, CNRS Éditions, 2019, 412 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 24 février 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13381

Haut de page

Auteur

Annalaura Turiano

École française de Rome, chercheuse associée à l’IREMAM, Annalauraturiano[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search