Navigation – Plan du site
III Reterritorialiser la mort – Cimetières musulmans en terre d'émigration

Transformations des lieux d’inhumation des musulmans dans le Grand Londres.

The changing landscape of Muslim cemeteries in the Greater London area.
Nada Afiouni

Résumés

Cet article, qui s’appuie sur un travail de terrain effectué à Londres en 2017, analyse les choix funéraires proposés par les maisons de pompes funèbres musulmanes aux populations britanniques musulmanes dans la région du Grand Londres. L’immigré, désormais citoyen, trouve sa place non seulement dans la vie de la cité, mais également dans ses cimetières. L’espace ouvert par la gestion multiculturelle des particularismes, conjuguée à la reconnaissance des autorités publiques de la légitimité des porte-paroles religieux, ont permis un développement particularisé des pratiques funéraires des diverses communautés musulmanes présentes sur le sol britannique, auquel sera consacré la première partie de cet article. Nous établirons que la pluralité des acteurs et des solutions offertes aux musulmans explique, en grande partie, l’inversion des taux entre rapatriement et inhumation sur place constatée en Grande-Bretagne au cours des quinze dernières années. Néanmoins, si les musulmans londoniens choisissent Londres comme dernière demeure, cette transformation du paysage funéraire ne va pas dans le sens d’un « mourir ensemble ». La discussion de ce point fera l’objet de la deuxième partie de cet article. En effet, ces transformations récentes du paysage funéraire portent les marques d’une rigidification autour de certaines préconisations funéraires musulmanes approfondissant ainsi les frontières entre musulmans et non-musulmans, mais également entre les musulmans eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

1L’islam en Europe et plus particulièrement en Grande-Bretagne « oblige à redécouvrir la pluralité religieuse là où l’on ne percevait qu’une fausse homogénéité confessionnelle » (Fregosi, 2007 : 178), et ceci est particulièrement vrai au niveau du paysage funéraire.

  • 1 Les musulmans britanniques sont de confessions très diverses : sunnites, chiites imamites, ismaélie (...)

2Aujourd’hui, la présence des musulmans1 en Grande-Bretagne est principalement la conséquence des flux migratoires issus des anciennes colonies. On ne saurait analyser les revendications musulmanes liées au funéraire sans prendre en compte la spécificité du contexte national : le rapport entretenu entre l’État et le religieux, les droits liés aux statuts de citoyens et/ou immigrés, la reconnaissance ou non du particularisme culturel, ainsi que les droits individuels et/ou des groupes (Mitchell, 2006). Tous ces éléments influencent et contraignent les revendications et les pratiques des musulmans. La législation britannique impose un dialogue particulier aux représentants des cultes musulmans à l’intérieur duquel aussi bien les musulmans que les institutions doivent composer afin de négocier des demandes particulières par rapport aux rites funéraires.

3Cet article propose une analyse des offres funéraires ouvertes aux populations britanniques musulmanes dans la région du Grand Londres. Il se penche plus particulièrement sur les différents acteurs qui, au niveau local, participent de l’orientation des choix offerts aux fidèles. En effet, les modalités d’interactions entre les municipalités, les porte-paroles religieux et les professionnels du funéraire orientent les choix funéraires des usagers. Ainsi l’implantation institutionnelle de l’approche multiculturelle au niveau municipal va consacrer une attention aux particularismes culturels et va s’accompagner d’une construction d’une catégorie de porte-paroles religieux. Les entreprises de pompe funèbre musulmanes s’inscrivent au cœur de cette relation entre autorité municipale et porte-parole religieux et leurs offres sont nécessairement tributaires de ce cadre.

4Nous analyserons dans une première partie l’interaction triangulaire de ces acteurs qui conduit à un développement particulier des pratiques funéraires des diverses communautés musulmanes présentes sur le sol britannique.

5Nous analyserons ensuite l’offre funéraire dans la région du Grand Londres, son évolution depuis les années 1990, ainsi que le rôle des professionnels funéraires dans l’inversion des pratiques d’inhumation à l’étranger et d’inhumation locale. À cette fin, nous examinerons le discours des directeurs d’entreprises de pompes funèbres musulmanes qui accompagne cette offre, dans sa double dimension religieuse et commerciale.

  • 2 La notion de « bonne mort » se réfère à ce qui, dans la représentation collective, devrait être pro (...)

6Dans une troisième partie, nous nous pencherons sur le cas particulier du cimetière Garden of Peace, un cimetière privé exclusivement sunnite. Nous montrerons comment les propriétaires de ce cimetière ont contribué à définir un nouveau modèle esthétique et religieux pour la « bonne mort »2 musulmane dans le Grand Londres.

Méthodologie de la recherche

7L’analyse qui suit s’appuie sur une enquête de terrain menée en 2017. Elle s’est construite à partir de trois types de données. Nous avons interviewé des responsables de cimetières publics et privés. Nous avons mené des entretiens semi-directifs avec les directeurs/responsables des principales maisons de pompes funèbres musulmanes opérant dans le Grand Londres. Nous avons complété ces deux séries d’entretiens par des observations de la configuration des cimetières privés musulmans et des carrés musulmans dans les cimetières publics et privés de la région du Grand Londres.

8Afin de rendre compte de la pluralité de l’islam et des musulmans présents à Londres, le choix des pompes funèbres étudiées s’est fait par rapport à la densité numérique de la présence d’habitants qui se sont déclarés musulmans dans les différentes municipalités du Grand Londres. Cette sélection a été rendue possible grâce aux résultats du recensement national de 2011 qui comprenait une question sur les croyances religieuses. Ainsi, ces sociétés de pompes funèbres musulmanes, théoriquement généralistes, servent majoritairement des populations d’origines nationales homogènes : Bangladeshis, Pakistanais, Turcs chypriotes, Arabes du Proche et du Moyen-Orient. Les directeurs/responsables des entreprises rencontrés ont souhaité garder l’anonymat.

9Les citations entre guillemets qui apparaissent dans le texte de cet article sont des extraits des entretiens effectués avec les directeurs des entreprises de pompes funèbres musulmanes dans le Grand Londres.

10Il n’existe pas de liste officielle des carrés confessionnels disponibles dans les cimetières municipaux du Grand Londres. Néanmoins, nous avons pu évaluer leurs nombres et répertorier leur existence à partir des entretiens que nous avons effectués à Londres avec les directeurs/responsables des entreprises de pompes funèbres musulmanes. Nous avons contrasté et affiné notre premier décompte en utilisant un dossier interne commandé par un des cimetières privés sur la disponibilité des cimetières londoniens, dossier destiné à demander l’agrandissement du cimetière. Ces deux sources d’informations nous ont permis d’évaluer le nombre de carrés confessionnels dans les cimetières municipaux du Grand Londres en 2017. Notre échantillon de cimetières comprend notamment le seul cimetière privé exclusivement dédié aux musulmans sunnites, Garden of Peace (créé en 2002) ; le cimetière historique londonien Brookwood Cemetery (créé en 1854), comprenant plusieurs terrains consacrés aux différentes obédiences musulmanes ; et un cimetière en gestion mixte publique et privée comprenant deux parcelles consacrées aux musulmans sunnite Eternal Garden (la deuxième créée en 2013).

Éléments de contextualisation

Gestion multiculturelle et légitimité des porte-paroles religieux

11L’installation en Grande-Bretagne de populations musulmanes issues des anciennes colonies s’est faite progressivement à partir des années 1950. Essentiellement masculine et ouvrière, cette population était perçue et percevait d’abord son séjour en Grande-Bretagne comme temporaire.

  • 3 L’élection en 2016 à la mairie de Londres, de Sadiq Khan, fils d’immigrés pakistanais musulmans arr (...)
  • 4 Le Royaume-Uni connaît deux églises établies, l’Église d’Angleterre et l’Église d’Écosse. Il n’y a (...)

12Le British Nationality Act de 1948, octroie aux ressortissants du Commonwealth les mêmes droits d’entrée et de séjour sur le territoire du Royaume-Uni et les mêmes droits civiques que ceux rattachés à la condition de sujet (Crowley, 1995 : 61). Cela leur facilite, dès l’installation, la participation à la vie politique. Depuis le milieu du xxe siècle, le droit de vote aux élections nationales, mais surtout locales, a permis aux minorités religieuses de mieux faire entendre des demandes spécifiques. Ainsi, bon nombre de Britanniques musulmans d’origine pakistanaise ou bengalie se sont investis dans la vie de leur commune et ont été élus3 aux conseils municipaux (Purdam, 2000). La participation citoyenne dans la vie municipale revêt une pertinence clé dans l’enracinement non seulement des vivants mais également des morts. En effet, c’est au niveau de l’échelon local que s’élaborent les solutions aux demandes religieuses spécifiques. Les autorités communales/municipales sont les premières sollicitées afin d’apporter des réponses concrètes pour la construction de mosquées, de cantines scolaires, etc.4. C’est dans la même logique que les demandes d’aménagements funéraires ont été formulées à partir des années 1980. Dès lors, la présence de conseillers municipaux musulmans a joué un rôle important dans la mise en place de dispositions funéraires particulières pour les musulmans (Afiouni 2012, 2014 ; Peace 2015).

13Il faut garder à l’esprit que, dès 1965, année de la première loi de lutte contre les discriminations (Race Relation Act, 1965), la gestion de la pluralité a été appréhendée en termes de lutte contre la discrimination raciale, mettant l’accent sur l’égalité d’accès aux droits et services. Cette approche a été consolidée par les lois successives de 1968, 1970 et 2000 (Afiouni et Latour, 2012).

  • 5 La publication du roman Les versets sataniques (The Satanic Verses), de Salman Rushdie a suscité de (...)
  • 6 C’est sans doute l’une des raisons de l’augmentation du nombre de musulmans entre 2001 et 2011.
  • 7 Ces chiffres s’appliquent à l’Angleterre et au pays de Galle. Le prochain recensement aura lieu en (...)

14L’affaire Rushdie5, à la fin des années 1980, et la focalisation sur l’islam et les musulmans dans les années 2000, ont généré une volonté des pouvoirs publics de mieux appréhender le fait religieux et l’islam en particulier. Dans ce contexte, l’outil statistique, à travers le recensement national, s’est avéré un instrument privilégié d’élaboration des politiques publiques. En 2001, le recensement national introduit une question facultative, réitérée en 2011, portant sur l’appartenance religieuse, ce qui permet de positionner statistiquement les musulmans comme première minorité religieuse en Grande-Bretagne. Les musulmans, conscients de l’intérêt d’ethniciser la religion pour gagner en visibilité, ont répondu massivement à cette question6, asseyant par-là des revendications jusque-là réservées aux groupes ethniques. Selon les chiffres du dernier recensement national de 2011, la religion musulmane constitue la deuxième religion après le christianisme : 2,7 millions se sont déclarés musulmans, soit 4,8 % de la population (ONS, 2011)7. Les populations musulmanes se concentrent dans les grandes conurbations post-industrielles avec une grande densité dans la région du Grand Londres où ils représentent 12 % de la population (7 % dans le West Midlands, 6 % dans le Yorkshire, 5 % dans le North West). Les Pakistanais et les Bangladeshis constituent la majorité des musulmans vivant outre-Manche.

15La loi sur l’égalité de 2010 (Equality Act) a consolidé la légitimité des demandes musulmanes en étendant la lutte contre les discriminations aux croyances religieuses et/ou philosophiques. Ainsi, les modalités de gestion de la pluralité culturelle se sont transformées en outils de gestion de la pluralité religieuse. Dès lors, le discours multiculturel est articulé à un discours sur la nécessité d’un dialogue multiconfessionnel (interfaith dialogue) d’une part, et sur la nécessité d’une unité nationale (Community Cohesion) de l’autre (Garbaye et Latour, 2016).

Les politiques publiques de l’inhumation

16À partir des années 2000, les autorités publiques se sont saisies de la question funéraire afin de trouver des solutions au vieillissement des structures et de pallier le manque d’espace dans les cimetières de Grande-Bretagne, et plus particulièrement à Londres. Trois études à l’échelle nationale ont été commandées et publiées en 2004, 2007 et 2017 (Wilson et Robson, 2004 ; Ministry of Justice, 2007 ; Fairbairn, 2017) pour rationaliser le paysage funéraire. L’un des objectifs majeurs de ces trois études était d’aboutir à une vue d’ensemble des spécificités et des capacités d’accueil des différents cimetières, afin de planifier leur entretien de sorte qu’il soit le moins onéreux possible et de gérer au mieux la pénurie annoncée d’emplacements. Dans ces études globales, les spécificités culturelles des minorités ethniques sont évoquées. Il y est établi que la pénurie d’emplacements affectera plus durement certaines communautés qui n’ont pas recours à la crémation par conviction religieuse. L’exhumation, proposée dans ces études comme solution palliative au manque de place, est écartée dans le cas d’exhumation des ossements de morts juifs et musulmans à cause des interdits religieux qui y sont liés (Wilson et Robson, 2004 : p 7).

17En parallèle à cette réflexion juridique sur les cimetières, un groupe consultatif a été mis en place sur les cimetières en lien avec les questions d’inhumation et d’exhumation : le Burial and Cemeteries Advisory Group, afin de fournir aux autorités compétentes, les municipalités et le gouvernement, un état des lieux de la gestion du funéraire. Ce groupe est composé de vingt représentants de différents organismes publics et privés tels que les municipalités, les entreprises de pompes funèbres et des crématoriums ainsi que la Commonwealth War Graves Commission. Trois religions sont représentées : le christianisme (par le Council for the Care of Churches), le judaïsme (par le Board of Deputies of British Jews), et l’islam (par le Muslim Council of Great Britain)8.

18Malgré ces études, l’attention portée au particularisme du funéraire musulman est demeurée très limitée, tant sur le plan administratif que de la recherche universitaire ; l’intérêt porté par les politiques publiques aux musulmans vivant en Grande-Bretagne ne s’est pas étendu à leur mort.

Évolution de l’offre funéraire musulmane dans le Grand Londres 

  • 9 Les directeurs des entreprises de pompes funèbres que nous avons interrogés sont d’origines nationa (...)

19Les travaux scientifiques sur la mort en migration (Jonker, 1996) et le choix du lieu de sépulture (Werbner, 1996) ont tous souligné, à des degrés divers, l’importance accordée au rapatriement du cadavre, ce que Chaîb (2000, 57) appelle « l’éternel retour à l’origine ». Cependant, les données obtenues sur le terrain auprès des professionnels du service funéraire musulmans nous permettent d’infléchir cette affirmation9. En effet si l’on a pu écrire que « tous les migrants partent pour revenir un jour » (Lestages, 2001 : 9) (c’était vrai pour la majorité des immigrés en Grande Bretagne jusqu’au milieu des années 1990) il s’avère que les citoyens musulmans britanniques choisissent de plus en plus de rester. Plusieurs éléments jouent un rôle dans le changement des pratiques funéraires chez les musulmans londoniens. Nous avons choisi de nous pencher sur le rôle que jouent les professionnels du funéraire, soit les entreprises de pompes funèbres musulmanes et les gestionnaires de cimetières privés, dans l’orientation du choix vers l’inhumation locale. Ainsi, deux aspects ont été analysés. Le premier concerne les conditions matérielles dont disposent les professionnels du secteur funéraire, à savoir une large palette de choix de lieux d’inhumation. Le second concerne le rôle que jouent ces opérateurs. En effet, ces professionnels du funéraire se posent aussi comme les dépositaires de la norme ; en articulant le discours commercial autour de valeurs religieuses et identitaires nationales, ils s’octroient un rôle de garants de la « bonne mort » et s’abrogent ainsi un rôle moral qui dépasse leur fonction commerciale.

La ruée vers l’inhumation locale

20Nous ne disposons pas de chiffres nationaux officiels concernant le taux de rapatriement des corps de Grande-Bretagne vers les pays d’origine des défunts musulmans. Les estimations indiquent que, jusqu’au début des années 1990, le nombre de rapatriements de corps vers les pays d’origine oscillait entre 70 % et 80 % (Ansari, 2007 : 557). Néanmoins, l’analyse du terrain nous a permis de constater, à partir du début des années 2000, une inversion progressive et visible des pratiques vers l’inhumation locale au détriment du rapatriement. Cette inversion est confirmée par les entrepreneurs de pompes funèbres musulmanes et vérifiable dans les cimetières accueillant les musulmans du Grand Londres. En effet, les professionnels interrogés sont unanimes pour affirmer que l’inhumation locale constitue aujourd’hui la plus grande part de leur activité. Ce secteur a d’ailleurs connu, au cours des dix dernières années, la création de nouvelles entreprises qui n’ont pas eu de mal à se faire une place sur ce marché en expansion. Quant aux anciens opérateurs qui s’occupaient essentiellement de rapatriements, ils se sont adaptés à cette nouvelle tendance

« Aujourd’hui nous avons plus d’enterrements sur place. Avant c’était l’inverse. Dans les vingt dernières années, le taux de rapatriement a diminué. Avant, on envoyait sept à dix dépouilles par semaine au Bangladesh, trois dépouilles sur chaque vol. Aujourd’hui on n’a plus recours qu’à un seul vol par semaine ».

« Nous pouvons dire que nous procédons à 20 % de départ à l’étranger et 80 % d’inhumation locale ».

« En un mois, on peut avoir quinze à seize inhumations locales pour deux à trois rapatriements. Les rapatriements sont de plus en plus rares ».

« Je dirais que durant les cinq dernières années nous avons 90 % à 95 % d’inhumations ici ».

21Cette tendance s’est accompagnée de la création d’une multitude de lieux d’inhumation dans le Grand Londres, offrant ainsi un large choix aux musulmans vivant dans la région. En Grande-Bretagne, à la différence de la France, le lieu d’inhumation n’est pas légalement conditionné par la résidence. La loi britannique laisse l’administré libre de choisir son cimetière. Ce choix est d’autant plus large qu’il existe, toujours en vertu de la loi, plusieurs types de cimetières, privés, publics ou en partenariat public-privé (Afiouni, 2014).

22Notre étude de terrain a permis de recenser, sur les trente-trois municipalités du Grand Londres, vingt-quatre possédants des parcelles réservées aux musulmans. L’ouverture de ces sections s’est faite progressivement à partir des années 1970 avec une accélération progressive à partir des années 1990. Sur ces vingt-quatre cimetières municipaux, dix-huit autorisent l’inhumation, sans cercueil, avec linceul et en contact direct avec le sol. Les tarifs des concessions varient considérablement selon la municipalité.

23Aux côtés des cimetières municipaux existent six cimetières privés généralistes avec des terrains réservés aux musulmans. Nous centrerons notre analyse sur trois de ces cimetières privés : Brookwood Cemetry, Garden of Peace et Eternal Garden.

24Inauguré en 1854 et aujourd’hui étendu sur 200 hectares, Brookwood Cemetery est le plus ancien et le plus grand cimetière privé du Royaume-Uni, situé au sud-ouest de Londres. Depuis 1889, il comprend dix carrés confessionnels musulmans regroupés autour des différentes obédiences et origines ethniques : sunnites, chiites (ismaéliens, duodécimains) et ahmadiyas. Ce cimetière offre une variété de monuments funéraires musulmans s’inspirant de différents styles et architectures islamiques. Il est le premier lieu public britannique à avoir inscrit dans son paysage les particularismes religieux permettant aux défunts de se réapproprier une identité collective par le biais du regroupement des tombes et des inscriptions sur les pierres tombales (Ansari, 2007 : 561).

25Garden of Peace, inauguré en 2002, est un cimetière privé musulman sunnite situé au nord-est de Londres à Redbridges, Ilford. Il était d’abord prévu pour contenir 10 000 emplacements afin de faire face à la demande des musulmans pendant cinquante ans. Cependant, en moins de dix ans, l’espace disponible a été saturé ; dès 2012, les responsables de ce cimetière ont envisagé un agrandissement et l’achat de nouveau terrain à Oak Farm Cemetery, Maylands Fields. Cet agrandissement est acté depuis 2017 et devrait permettre d’accueillir 34 000 emplacements supplémentaires. Il s’est accompagné de la création d’une entreprise de pompes funèbres intégrée au cimetière.

26Enfin, Eternal Garden, créé en 2013, est entièrement modelé sur l’exemple de Garden of Peace. Ce n’est pas à proprement parler un nouveau cimetière, mais plutôt une nouvelle section, au sein du cimetière privé généraliste de Kemnal Park, au sud-est de Londres, spécialement dédiée aux musulmans sunnites. Précisons que le cimetière de Kemnal Park contenait déjà une section musulmane, mais non exclusive à une obédience particulière.

Modelage de l’offre commerciale funéraire autour du discours religieux et identitaire

27Dans le contexte de la reconnaissance du multiculturalisme dans la mise en place des politiques publiques, les responsables des entreprises de pompes funèbres sont devenus les porte-paroles, et en quelque sorte les garants, des traditions musulmanes. Leurs sociétés se posent comme autorités sur les requis d’un enterrement musulman. Dans la majorité des cas, leur implantation à proximité d’une mosquée vient consolider cette autorité religieuse. Bien que ces entreprises soient administrativement et financièrement indépendantes des mosquées, elles font appel aux imâms de ces dernières pour conduire la prière funéraire (ṣalât al-janâza), sauf avis contraire de la famille.

28Tous les responsables de pompes funèbres interrogés ont mis en avant des éléments religieux venant plaider en faveur d’une inhumation locale. Les prescriptions du rituel funéraire musulman, telles que relayées par ces professionnels, sont les suivantes : enterrement rapide, lavage rituel du corps, interdiction de l’autopsie ou des soins de conservation du corps, enterrement dans un linceul à même le sol, prière à la mosquée ou dans un lieu attenant au cimetière.

29L’impératif d’un enterrement rapide est bien connu et fréquemment revendiqué. Afin de réduire les délais d’inhumation, les entrepreneurs funéraires musulmans s’appuient sur les représentants des communautés musulmanes mais également juives, car sur les questions liées au délai et à l’intégrité de la dépouille, les deux communautés ont beaucoup de points communs :

« Les juifs sont comme nous, il faut que l’enterrement se fasse vite ».

« Quand j’ai commencé, j’ai découvert que les juifs faisaient comme nous ».

30Dans certains secteurs londoniens, grâce à leurs efforts conjoints, musulmans et juifs bénéficient de procédures accélérées, emmergency death certificate, afin de raccourcir les délais administratifs, ainsi que de créneaux horaires plus étendus. De même, musulmans et juifs essayent ensemble de faire adopter des méthodes moins intrusives que l’autopsie lors des investigations pour établir la cause du décès.

31Deux arguments religieux sont déployés par les entreprises en faveur de l’inhumation sur place. D’une part, les soins de conservation du cadavre, dans le cadre du rapatriement, sont considérés « non conformes à la religion musulmane car contenant de l’alcool ». Comme la Grande-Bretagne n’est pas signataire des conventions internationales pour le transport des corps (la convention de Berlin du 10 février 1937 et l’accord de Strasbourg du 26 octobre 1973), les soins de conservation préalables au transport aérien contiennent en effet de forts taux d’alcool. La visite des morts (ziyârat al-qabr), les bénédictions et la rétribution (ajr) qui en découlent sont également mises en avant pour encourager l’inhumation sur place :

« Vous comprenez mon point de vue ? Il est plus facile de faire une ziyâra ici que de sauter dans l’avion et d’aller au Bangladesh ! ».

32C’est également au nom de la religion que les entreprises de pompes funèbres musulmanes encouragent la participation des membres de la famille au lavage rituel du corps à titre de bonne œuvre (ṣawâb).

33Par ailleurs, comme il ressort clairement de nos entretiens, ces entreprises, bien qu’à l’écoute des désirs des familles, font montre de préférences pour certains cimetières au détriment d’autres, tous n’étant pas, selon leurs critères, en conformité avec l’islam. Nos interlocuteurs évoquent les arguments suivants pour écarter l’utilisation de tel ou tel cimetière :

  • « Quelques parcelles n’ont pas la bonne orientation des tombes vers la Mecque ».

  • « Ils ne travaillent pas de façon propre ».

  • « Ils ne nous offrent pas des horaires assez larges pour des enterrements tard le soir ou le week-end ».

  • « Ils n’ont pas d’emplacement spécifique pour les ablutions ».

  • « Ce n’est pas un terrain vierge [il y a déjà eu par le passé des inhumations sur ce terrain] ».

34Le recours au vocabulaire religieux – ṣawâb, amâna, ajr, etc. – contribue à valoriser la vocation religieuse au détriment de la dimension commerciale de ces entreprises.

35Outre cette dimension religieuse omniprésente dans leur propos, les directeurs de ces entreprises emploient aussi des arguments liés à l’intégration et au sentiment d’appartenance nationale afin de plaider en faveur de l’inhumation locale. Bien que le mot, repatriation, existe en anglais, la majorité de ces interlocuteurs ont utilisé spontanément le terme « sending abroad », littéralement « envoyer à l’étranger », « l’étranger » désignant le pays d’origine des parents ou des grands-parents. L’usage récurrent de cette expression montre que pour ces entrepreneurs de deuxième, voire de troisième génération, l’ancrage est désormais clairement britannique et londonien : comme le rappelle l’un d’eux, « home is here », (« chez moi c’est ici »). Ce sentiment paraît beaucoup plus marqué dans les entreprises traitant majoritairement avec des Bangladais et des Pakistanais que dans celles s’occupant d’immigrés du Moyen-Orient ou de Turcs chypriotes. Outre l’ancienneté de l’installation sur le sol britannique des Pakistanais et des Bengalais, il est possible que l’appartenance du Pakistan et du Bengladesh au Commonwealth, respectivement en 1947 et 1972, contribue au sentiment d’inclusion et d’appartenance à une entité commune avec la Grande-Bretagne.

36Leur discours témoigne aussi d’une nette distinction entre les anciennes générations, celle des parents et des grands-parents, et les jeunes :

« Il y avait une génération, vous comprenez, les vieux, la première génération de migrants, qui voulaient se faire enterrer là-bas chez eux, près de leur proche famille. Ils avaient de la famille ici et là-bas. Mais maintenant tout a changé, presque tous ceux qu’ils connaissent vivent ici, même si certains vieux veulent encore être enterrés là-bas, les jeunes veulent enterrer leur vieux ici pour pouvoir rendre visite à leur tombe ».

37Un autre entrepreneur nous a donné l’exemple de son père :

« Mon père m’a dit qu’il voulait être enterré au pays, je lui ai dit que je ne le ferai pas, et je doute fort que ma mère et mes sœurs le fassent. On est tous ici, je n’ai personne là-bas ».

38La diversité d’options quant au lieu d’inhumation, ainsi que l’arrivée sur le marché du funéraire d’un grand cimetière privé musulman, constituent des facteurs importants, non seulement dans la transformation de la nature de l’offre, mais également dans l’inscription des musulmans morts dans le paysage funéraire londonien. Ces éléments (multiplication des offres, arguments économiques et religieux) ont certainement contribué à l’inversion observée des taux de rapatriement et d’inhumation sur place au cours des quinze dernières années.

De la diversité funéraire à la standardisation d’une offre commerciale

39Il se dégage à la fois, dans les entretiens réalisés, un fort sentiment d’appartenance d’une population issue de l’immigration postcoloniale à une communauté nationale, et une revendication tout aussi forte de l’islam. Cette double identité est cristallisée dans l’expression « nous, les musulmans britanniques » qui revient régulièrement dans les entretiens. De même, l’ancrage londonien des interlocuteurs est explicite dans leurs réponses. Il vient illustrer la capacité d’intégration multiculturelle de la société britannique et particulièrement du creuset londonien. Néanmoins, dans ce contexte migratoire, la coexistence de groupes musulmans issus de cultures très différentes induit des dialogues internes à l’islam : la diversité d’origine nationale, de confession, de classe sociale, ainsi que la provenance urbaine ou rurale de la famille, ont un impact sur les traditions et les rites funéraires, même si ceux-ci, dans leur diversité, sont également contraints par le même cadre législatif britannique. Les entrepreneurs funéraires, conscients de cette diversité, soulignent la difficulté de traiter avec des populations aussi diverses exprimant des attentes si différentes :

« Les rendre heureux et les maintenir heureux, en accord avec leurs croyances, c’est parfois compliqué. Les attentes des gens sont différentes, comme vous le savez dans la communauté musulmane nous venons de pays différents, de continents différents, et nos pratiques sont également différentes ».

40Soucieux de maintenir leur clientèle, les entrepreneurs font de leur mieux pour s’adapter à ce public hétérogène. Par exemple, le directeur d’une entreprise m’a déclaré veiller à ce que « parmi ses employés, plusieurs langues soient représentées : le bengali, l’urdu, l’arabe et le turc ». Néanmoins, rares sont les pompes funèbres qui peuvent se permettre de répondre à une si grande diversification de leur offre. C’est à ce titre que l’uniformisation constatée des pratiques constitue une solution à moindre coût, à la fois pour les petites et les grandes entreprises.

41Dans les cimetières, cette pluralité se traduit par une diversité architecturale et linguistique visible. Tel est le cas dans les carrés confessionnels des cimetières municipaux, mais également dans le vieux cimetière privé historique de Brookwood, toujours en activité. Quant aux deux nouveaux cimetières privés (Garden of Peace et Eternal Garden), ils présentent un paysage totalement différent, standardisé et homogène. Précisons que ces deux cimetières sont devenus, en moins de dix ans, les lieux de destination finale les plus prisés par les musulmans londoniens et les entreprises de pompes funèbres :

« Nous effectuons 95 à 96 % de nos enterrements à GP ».

« Tout le monde veut être enterré là-bas ».

« C’est le bouche-à-oreille, ma voisine est enterrée là-bas ».

42Leur attractivité grandissante n’est pas uniquement due à la nouveauté. Garden of Peace, est devenu le théâtre de changement et de redéfinition des codes et des normes entourant la « bonne mort » en contexte musulman londonien. Le modèle déployé dans ce cimetière est « directement emprunté aux cimetières de La Mecque et de Médine » selon l’un des cinq membres fondateurs du cimetière et également membre du conseil d’administration. Le règlement du cimetière impose ainsi des normes strictes qui structurent le paysage de façon uniforme : une succession de monticules de terre sur lesquels sont apposées des plaques minimalistes et partout identiques, portant seulement les noms et les dates de naissance et de décès. Le même règlement interdit le regroupement de conjoints ou de familles, les morts étant enterrés dans l’ordre d’arrivée. Tout contribue à effacer les liens familiaux et les appartenances nationales de la personne décédée. Une seule affiliation définit l’individu inhumé dans ces lieux : son appartenance à l’islam sunnite. Cette organisation funéraire vient non seulement redéfinir la notion de « bonne mort » mais elle vient également rompre avec les traditions d’organisation de la mort des musulmans londoniens. En effet la comparaison avec des carrés musulmans dans d’autres cimetières (abritant majoritairement des sépultures antérieures à 2005) révèle un changement et un contraste esthétique radical. Le cimetière de Brookwood contient des enclos funéraires familiaux où sont regroupées les tombes d’une même famille ou d’une même région d’origine. D’autres cimetières prévoient, au sein du carré confessionnel, la réservation d’emplacements limitrophes pour le conjoint ou les proches.

43Il apparaît que les fondateurs de ce premier cimetière privé musulman outrepassent volontiers leur rôle d’opérateurs funéraires (pourvoyeurs de lieux d’inhumation) pour se poser auprès des musulmans comme garants de la norme religieuse funéraire, autorités en matière de « bonne mort ». Pour cela, ils multiplient les actions de communication, animant des ateliers de gestion du deuil spécifiques aux femmes qui ont perdu, un enfant, un mari…, et organisant des journées portes ouvertes avec des visites guidées afin « d’éduquer les concitoyens à la spécificité du deuil en islam ». Des accueils sont également prévus pour des publics scolaires des municipalités environnantes.

  • 10 Les conclusions du rapport de 2004 du Ministère de l’Intérieur (Wilson et Robson, 2004 : 36) déplor (...)

44Les responsables de Garden of Peace ont également réussi, profitant de la demande par les autorités publiques d’interlocuteurs représentant les musulmans10, à se positionner et à jouer un rôle actif dans les instances funéraires nationales comme leur participation au conseil de direction de l’Institut des directeurs de crématorium et de cimetières, Institute of Crematory and Cemetery Manages (ICCM). Cela leur permet d’opérer comme source de conseils auprès des municipalités désireuses de mettre en place des carrés confessionnels musulmans considérés « conformes » aux volontés des usagers. C’est ainsi que s’établit une synergie triangulaire (entre municipalités, opérateurs funéraires et usagers) qui contribue en premier lieu à la standardisation de l’offre.

« Les municipalités se tournent vers nous car elles sont submergées de demandes diverses émanant des populations musulmanes de la commune, afin de clarifier quelles demandes relèvent de la religion musulmane et quelles demandes sont purement culturelles. Les pauvres, ils ne savent pas s’y retrouver. Quelle est la part culturelle et quelle est la part religieuse ? C’est pour cela qu’ils se tournent vers nous pour les conseiller et les aider à faire la part des choses (…) Je me permets d’insister, nous jouons un rôle très important ».

  • 11 Les administrés de Tower Hamlet bénéficient de tarifs préférentiels par rapport aux autres usagers  (...)

45Il n’est pas possible d’établir si la municipalité de Tower Hamlet a eu effectivement recours à l’expertise de Garden of Peace afin d’aménager le nouveau secteur musulman, Eternal Garden, au sein du cimetière privé Kemnal Park évoqué plus haut11. Néanmoins, il est évident que le nouveau secteur musulman est une copie de ce qui se pratique à Garden of Peace. Au-delà de la similitude évidente des noms, les sépultures sont uniformes et identiques, sans pierre tombale, avec des monticules de terre et une plaque minimaliste nominative.

46Comme il a été évoqué précédemment, ce cimetière possédait déjà un secteur musulman. Or depuis 2013 (date de la création du nouvel espace musulman), cet ancien secteur musulman n’est plus désigné comme « secteur musulman » mais comme « secteur turc ». Il ne comprend cependant pas uniquement des sépultures turques, et tous les inhumés y sont musulmans. Ce changement s’explique par le fait que les sépultures de cet ancien carré sont diverses, certaines ornées de grandes pierres tombales en marbre de couleurs et de formes différentes, d’autres sont entourées de fleurs et d’objets divers. Il ne s’agit pas ici d’évaluer lequel des deux agencements est le plus conforme à la religion musulmane, mais de souligner la radicalité du changement des représentations et des attentes de ce que devrait être un secteur musulman dans un cimetière à Londres.

47Ainsi, force est de constater que progressivement, dans l’espace de quinze années, les normes adoptées par Garden of Peace, acteur dominant sur le marché, se propagent et imposent à la foi une nouvelle esthétique et éthique funéraire dans la région du Grand Londres.

En guise de conclusion

48La création et l’essor fulgurant du premier cimetière privé musulman au Royaume-Uni est avant tout l’histoire d’une réussite commerciale. Les opérateurs funéraires dominants, ancrés dans un islam sunnite traditionnel, diffusent efficacement des représentations et des normes de la « bonne mort » musulmane dans le Grand Londres. On peut penser « que ces expressions ritualisées contribuent, dans les faits, à renforcer la conscience d’appartenir à un même groupe de parenté, tout en augmentant sa visibilité au sein de la collectivité » (Albert, 1999 : 7). Or cette appartenance au groupe musulman sunnite se fait au détriment de toutes autres appartenances qu’elles soient nationales (en lien avec le pays d’origine) ou familiales. En effet, les corps ainsi regroupés sont des objets d’intentions affirmant exclusivement une allégeance religieuse, semblant vouloir incarner la version mortuaire de l’idéal de la Umma, une communauté universelle, sans distinction de race et de classe, des croyants morts.

49Quoi qu’il en soit, cette standardisation du paysage funéraire musulman dans le Grand Londres vient non seulement renforcer les frontières existantes entre les minorités musulmanes et la majorité, mais créer une nouvelle frontière entre les musulmans optant pour la « bonne mort » et les autres. Sur le plan matériel la standardisation des sépultures ainsi que la multiplication des lieux d’inhumation ont contribué au développement de l’inhumation locale au détriment du rapatriement. En effet la large gamme d’offres à la fois commerciales et municipales, ainsi que le développement du secteur des pompes funèbres musulmanes offrent aux fidèles désireux d’être inhumés selon les rites musulmans une réelle alternative au rapatriement.

Haut de page

Bibliographie

ALBERT Jean-Pierre, 1999, « Les rites funéraires. Approches anthropologiques ». Les cahiers de la faculté de théologie, p. 141-152.

AFIOUNI Nada, 2014, “The Death of Muslim Immigrant in Britain and France”, Romain Garbaye et Pauline Schnapper (dir.) The Politics of Ethnic Diversity in the British Isles, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, p. 74-89.

AFIOUNI Nada, 2012, « Les carrés musulmans à Southampton et au Havre : témoignages des politiques Française et britannique de la gestion de la pluralité », Observatoire de la société britannique, 13, p. 83-100.

AFIOUNI Nada et LATOUR Vincent, 2012, « Discriminations, mesure des discriminations et discrimination positive à l’égard des populations d’origine immigrée en Europe : perspective franco-britanniques », Stephan Marteens et Jean Paul Revauger (dir.), Vers un modèle social européen Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 249-267.

ANSARI Humayun, 2007, “Burying the dead: making Muslim space in Britain”, Historical Research, Volume 80, Issue 210, p. 545-566.

ASAD Talal, 1990, “Multiculturalism and British Identity in the Wake of the Rushdie Affair”, Politics & Society, vol. 18, p. 455-480.

CAMPICHE Roland, 2007, « Gestion publique des minorités religieuse » Jean Pierre-BASTIAN et Francis MESSNER (dir.) Minorités religieuses dans l’espace européen, Approches sociologiques et juridiques, Paris, PUF, p. 161-177.

CHAIB Yassine, 2000, L’émigré et la mort, Aix en Provence, CIDIM-Edisud.

CROWLEY John, 1995, « État, identité nationale et ethnicité au Royaume-Uni », Anthropologie et Sociétés, 19(3), p. 53-69.

FAIRBAIRN Catherine, 2017, Reuse of graves, Briefing Paper, number 04060, 6 juin 2017, House of Commons Library. www.parliament.uk/commons-library | intranet.parliament.uk/commons-library | papers@parliament.uk | @commonslibrary ,consulté le 20/07/2018

FREGOSI Franck, 2007, « les horizons européens de l’islam » Jean Pierre-BASTIAN et Francis MESSNER (dir.) Minorités religieuses dans l’espace européen, Approches sociologiques et juridiques, Paris, PUF, p. 177-208.

GARBAYE Romain et LATOUR Vincent, 2016, « Community and Citizenship in the Age of Security: British Policy Discourse on Diversity and Counter-terrorism since 9/11 » Revue de Civilisation Britannique, XXI-1, http://journals.openedition.org/rfcb/867. Consulté le 13/03/2019.

JONKER Gerdien, 1996, « The Knife’s Edge: Muslim Burial in the Diaspora », Mortality, p. 27-43.

LESTAGE Françoise, 2001, « Editorial : la mort en migration » Revue Européenne des migrations internationales, Vol 28, 3, p. 7-12.

MINISTRY OF JUSTICE, 2007, Burial Grounds: The Results of a Survey of Burial Grounds in England and Wales, London. https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/217908/burial_grounds_web_whole_plus_bookmarks.pdf. Consulté le 2/02/2017.

MITCHELL Claire, 2006, “The Religious Content of Ethnic Identities”, Sociology, vol. 40, n° 6, p. 1135-1152.

ONS, 2011, Office for National Statistics, national census. https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/culturalidentity/religion/articles/religioninenglandandwales2011/2012-12-11. Consulté le 10/08/2017.

PAREKH Bhikhu, 1990, “The Rushdie Affair: Research Agenda for Political Philosophy”, Political Studies, XXXVIII, p. 695-709.

PEACE Timothy (dir.), 2015, Muslim and Political Participation in Britain, London, Routledge.

PURDAM Kingsley, 2000, “The Political Identities of Muslim Local Councillors in Britain”, Local Government Studies, vol. 26, p. 47-64.

RUGG Julie and PLEACE Nicholas, 2011, An Audit of London Burial Provision A Report for the Greater London Authority by, Cemetery Research Group, University of York. https://www.york.ac.uk/media/spsw/images/crg/Audit%20of%20London%20Burial%20Provisionv.pdf. Consulté le 12/01/2017.

WERBNER Pnina, 1996, “Stamping the earth with the name of Allah: Zikr and the sacralising of space among British Muslims” Cultural Anthropology, XI p 309-338

WILSON Brenda & ROBSON Jill, 2004, Cemeteries and their Management, Building a Safe, Just and Tolerant Country, London, Home Office, 1/04/2004. Ce document n’est plus consultable en ligne.

Haut de page

Notes

1 Les musulmans britanniques sont de confessions très diverses : sunnites, chiites imamites, ismaéliens, etc.

2 La notion de « bonne mort » se réfère à ce qui, dans la représentation collective, devrait être prodigué comme soin aux défunts en termes de sépultures et rituels funéraires.

3 L’élection en 2016 à la mairie de Londres, de Sadiq Khan, fils d’immigrés pakistanais musulmans arrivés en Grande-Bretagne dans les années 1950, est une conséquence de cet ancrage politique et citoyen.

4 Le Royaume-Uni connaît deux églises établies, l’Église d’Angleterre et l’Église d’Écosse. Il n’y a pas de loi de séparation entre l’État et ces deux églises. Les autres religions sont donc reconnues en tant que minorités religieuses.

5 La publication du roman Les versets sataniques (The Satanic Verses), de Salman Rushdie a suscité de grosses controverses au Royaume-Uni et a marqué le début de nouveaux rapports entre l’État et les communautés musulmanes. Les remous suscités au Royaume-Uni par l’affaire Rushdie ont donné lieu à de nombreuses publications depuis (Asad, 1990) (Parekh, 1990).

6 C’est sans doute l’une des raisons de l’augmentation du nombre de musulmans entre 2001 et 2011.

7 Ces chiffres s’appliquent à l’Angleterre et au pays de Galle. Le prochain recensement aura lieu en 2021.

8 Les résultats de ce groupe de travail ont été publiés en juin 2007. Url : http://www.justice.gov.uk/publications/docs/burial_grounds_web_pg1-14.pdf. L’absence de représentant pour les hindous et les sikhs (faisant partie des six groupes religieux identifiés dans les recensements depuis 2001) s’explique par le fait que, contrairement aux musulmans et aux juifs, les hindous et les sikhs ne sont pas directement concernés par les cimetières car ils pratiquent la crémation. Ils demandent néanmoins des aménagements spécifiques en termes de capacité d’accueil dans les crématoriums et d’accès au corps lors de la crémation.

9 Les directeurs des entreprises de pompes funèbres que nous avons interrogés sont d’origines nationales diverses : Pakistanais, Bengalais, Irakiens, etc. Ils se présentent tous comme musulmans.

10 Les conclusions du rapport de 2004 du Ministère de l’Intérieur (Wilson et Robson, 2004 : 36) déplorent l’absence de vue d’ensemble sur les lieux de sépultures musulmanes et attribuent ce manque de visibilité à l’absence d’instance unique représentative des musulmans.

11 Les administrés de Tower Hamlet bénéficient de tarifs préférentiels par rapport aux autres usagers : 690 £ pour les habitants de Tower Hamlet et entre 1750 £ et 2700 £ pour les autres individus désireux de se faire enterrer dans ces lieux.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Nada Afiouni, « Transformations des lieux d’inhumation des musulmans dans le Grand Londres. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 146(2-2019) | avril 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.13769

Haut de page

Auteur

Nada Afiouni

Université du Havre, Normandie, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page