Navigation – Plan du site
IV Croyances, pouvoir et mémoire en tension (2) – Des cimetères du monde chiite

« Le Paradis de Zahra » : le grand cimetière de Téhéran entre pratiques populaires et rationalité étatique

"Zahra's Paradise": Tehran's great cemetery between popular practices and state rationality.
Sepideh Parsapajouh

Résumés

Situé au sud de Téhéran, le cimetière de Behesht Zahra (Paradis de Zahra), étendu sur 700 hectares, est le plus grand cimetière d’Iran. Avec deux cents enterrements par jour en moyenne, sa gestion implique une véritable administration funéraire. Depuis la Révolution islamique de 1979 et la guerre contre l’Irak (1980-1988), ce cimetière est devenu emblématique de l’histoire contemporaine du pays où se joue la construction d’une identité religieuse et politique à la fois traditionnelle et révolutionnaire. Basé sur des données ethnographiques recueillies sur le terrain au cours des dernières années, cet article propose une réflexion sur l’articulation complexe entre la rationalité d’un État moderne, fût-il d’inspiration religieuse, les normes rituelles définies par les savants religieux et scrupuleusement respectées par une administration funéraire centralisée, et les pratiques, souvent empreintes de plus de passion que de raison, des simples croyants attachés au culte des morts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les idées eschatologiques liées à la mort dans l’islam, voir l’article de Mathieu Terrier dans (...)

1Un vendredi matin du mois de novembre 2016, je prends la ligne 1 du métro de Téhéran à Darvâzeh-Dolat, au centre-ville, en direction de sud, Haram-e Mottahar, pour aller au « Paradis de Zahra », après14 stations. Il n’y a pas beaucoup de monde comparé aux jours ouvrés de la semaine. Cependant, en se rapprochant de la destination, les wagons commencent à se remplir entièrement. Comme d’habitude, des vendeurs ambulants passent, crient et proposent toutes sortes de choses : chewing-gum, rouges à lèvres, mascaras, lames de rasoir, foulards, soutien-gorge, chaussettes, prenant parfois leur temps pour s’asseoir et papoter avec les passagers. Le vendredi, il y a aussi des vendeurs de fleurs, les récitants de prières et de sourates coraniques pour les morts (Fâtiha, Ar-Rahmân, Yâ-Sin), s’arrêtant quelques instants devant chacun pour recevoir un sou puis repartant en disant : « que Dieu lui donne sa miséricorde ». Quand nous arrivons à destination, les wagons débordent de monde. Je sors, emportée par la vague humaine. Sous le soleil, d’innombrables vendeurs de fleurs et chauffeurs de taxi qui guettaient cet instant interpellent les arrivants. À droite se trouve le sanctuaire de l’ayatollah Khomeiny, accessible à pied ; à gauche, à près d’un kilomètre, commence le cimetière, d’abord par les divisions des martyrs. Je monte dans un taxi collectif à destination de Urujiyân, la morgue. Le boulevard principal est embouteillé. Parfois des piétons s’approchent des voitures pour proposer gâteaux, fruits ou boissons ; des dons votifs pour leurs morts, que l’on prend en échange d’une salawât (formule pieuse de salutation sur le prophète et sa famille). Le vendredi matin et le jeudi après-midi, les Téhéranais ont rendez-vous avec leurs morts. Alors la métropole se verse dans la nécropole, dirait-on. Le cimetière de Behesht Zahra, « le Paradis de Zahra » (du surnom de la fille du Prophète), se révèle être un lieu à la fois mondain (cf. Pétonnet, 1982), miroir de la ville dans ses aspects distinctifs, et quasi métaphysiques, foyer de croyances dans les entités célestes exprimées dans d’innombrables actes et paroles1. Dans cet espace à l’immensité d’une ville, les frontières entre le monde d’ici-bas et celui de l’au-delà paraissent constamment poreuses.

2Ce cimetière étendu aujourd’hui sur 800 hectares est non seulement le seul cimetière actif de toute la capitale, mais aussi un lieu hautement politisé devenu emblématique de l’histoire contemporaine du pays. Il s’agit, plutôt que d’une nécropole à visiter, d’une « nécrothèque » à consulter (Urbain, 1989 : p. 12) pour comprendre l’histoire récente du pays et celle de sa capitale des points de vue politique, religieux, culturel, social et économique. Cet article, basé sur des données ethnographiques recueillies sur le terrain depuis 2011, propose une brève réflexion sur l’articulation complexe entre la rationalité d’un État moderne se réclamant d’une inspiration religieuse, les normes rituelles définies par droit religieux et scrupuleusement respectées par une administration funéraire centralisée, et les pratiques, naturellement plus passionnelles que rationnelles, des citadins attachés au culte des morts. 

De la genèse à la popularité tardive

3Téhéran, situé au nord de l’Iran et au pied du mont Alborz, est étendu sur 730 km2 (près de sept fois la superficie de Paris) autour d’un axe nord-sud de près de 30 km et d’un axe est-ouest de près de 50 km. De ce fait, un contraste géographique très significatif existe entre le nord de la ville, sur la pente de la montagne (jusqu’à 1800 m), et le sud, se déversant dans le désert (jusqu’à 900 m) avec une différence notable de climat : montagnard au nord, désertique au sud. Le cimetière de Behesht Zahra est situé à une dizaine kilomètre du sud de la ville actuelle, aux portes du désert, au bord d’une route reliant la capitale à la ville de Qom.

4Les douze millions d’habitants de Téhéran sont répartis dans des quartiers très diversifiés du point de vue socio-économique, constituant vingt-deux arrondissements. Cette répartition, épousant la condition climatique de la ville depuis sa fondation, s’est accentuée à partir des années 1960 avec l’industrialisation rapide du pays mise en œuvre par Mohammad-Reza Chah Pahlavi (1919-1980). Les quartiers populaires défavorisés occupent les zones industrielles du sud et de l’est de la ville où la densité de population est très importante ; les quartiers habités par les classes moyennes et supérieures, modernes et beaucoup moins denses, se trouvent généralement au nord et à l’ouest (Hourcade, 1997 ; Amir-Ebrahimi, 1992 ; Parsapajouh, 2019a).

  • 2 En général, les croyants préfèrent se faire inhumer près de la tombe d’un saint, comme dans le souf (...)

5Téhéran possède quatre-vingts anciens cimetières dont trente-neuf établis autour des mausolées des descendants des imams chiites tenus pour des saints mineurs (emâm-zâdeh)2. Depuis 1990, ces cimetières ont été fermés aux nouveaux enterrements en raison des préoccupations hygiénistes de la municipalité. Behesht Zahra devient alors le seul cimetière en activité de la capitale, ayant vocation à recevoir tous les morts du grand Téhéran. Il s’agit d’un nouveau cimetière moderne, établi aujourd’hui sur 800 ha (près de 18 fois la superficie du Père-Lachaise). Il reçoit actuellement près de deux cent morts par jour et centralise toutes les affaires mortuaires de la ville : récupération des corps de divers hôpitaux, foyers, etc., de la ville, enregistrement du décès au bureau de l’état civil, préparation des corps, exécution des rites religieux, enfin enterrement ou expédition du corps vers d’autres destinations. Avant de décrire son fonctionnement actuel, un bref historique de ce lieu est nécessaire.

6Le cimetière fut conçu dans années 1960 par le régime de Mohammad-Reza Chah Pahlavi, dans le cadre d’un programme moderne et hygiéniste visant à séparer « la ville des morts » de « la ville des vivants » ; l’intention était sans doute aussi de centraliser toutes les sépultures de la capitale en un seul lieu circonscrit et surveillé, administré uniquement par l’État, soumis à une même norme. Il a été inauguré en 1970 avec l’enterrement d’un simple citoyen, Mohammad Taqî Khiyâl, dans la première tombe de la première division. À l’époque, ce cimetière ne reçoit aucune attention particulière, peut-être parce que la normalisation laïque des affaires mortuaires paraît une entreprise obscène dans une société majoritairement croyante. Dénué de tout mausolée et présence sainte, ce cimetière public, avec sa vaste étendue et son aménagement parfait, se révèle froid et peu attirant : excentré, jouxté par le désert, uniformisé (qu’il s’agisse des pierres tombales, toutes également sobres, ou des services funéraires, tous quasi gratuits), il est inaccessible par les transports en commun. En conséquence, seuls les plus démunis ou les moins croyants s’y font enterrer.

  • 3 E. Morin parle à propos du martyre du « risque de mort que contrebalance la certitude de l’immortal (...)

7Le statut de ce cimetière connaît un bouleversement avec les violences politiques préliminaires de la Révolution de 1979 ; c’est alors qu’il prend une importance aussi symbolique que réelle pour la société. D’abord, les premières victimes de la Révolution y sont inhumées, avant le dénouement de cette dernière, par les autorités (dans les divisions 15, 17, 22, 23, 33 et 39). Ensuite, c’est là que l’ayatollah Khomeiny se rend en premier lieu à son retour triomphal de France le 1er février 1979, après le départ du Chah, pour se recueillir auprès des victimes, qu’il désigne comme « les éternels vivants » (zendegân-e jâvid)3, et « les témoins de l’histoire » (shâhedân-e târikh) ; c’est là qu’il prononce son premier discours. Le lieu de ce discours fait d’ailleurs aujourd’hui l’objet d’un mémorial baptisé Julûs (« siège ») (fig.1).

Agrandir

Fig. 1 : Le mémorial du lieu du premier discours de l'ayatollah Khomeiny à l'entrée des divisions des martyrs.

© Sepideh Parsapajouh 2017

  • 4 Sur l’histoire de ces divisions, voir Parsapajouh (2019b).

8Deux facteurs ont joué un rôle décisif dans l’adoption massive de ce cimetière dans les années 1980, entre la Révolution et la fermeture des cimetières anciens de Téhéran. Le premier facteur est celui des violences politiques et géopolitiques traversées par l’Iran. D’une part, les oppositions internes armées à la République islamique, d’autre part, la guerre contre l’Irak (appelée « défense sacrée » : defâ‘-e moqaddas), ont vu leurs cortèges de victimes inhumées dans ce cimetière, lui donnant une importance sans pareille. Tandis que l’État investissait particulièrement les divisions des martyrs, les citadins : familles, amis et partisans, s’appropriaient également l’espace. Le cimetière gagna sa valeur symbolique par une sacralisation croissante des « martyrs », eux-mêmes d’origines et de fonctions très diverses : jeunes soldats recrues de l’armée, basiji ou mobilisés volontaires, tombés sur le front de guerre ; membres des forces de l’ordre, figures politiques éminentes, tués dans les attentats dirigés contre le régime ; auxquels s’ajoutaient les civils tués dans les bombardements, explosions, etc. Une sacralisation sans cesse réactivée durant les années de guerre (1980-1988) par l’arrivée quotidienne de corps, leurs préparations rituelles, les adieux des proches, leurs enterrements, puis les visites des femmes, mères et enfants éplorés sur les tombes des époux, fils et pères, les cérémonies politiques occasionnelles, etc. Les divisions des martyrs du cimetière de Behesht Zahra constituaient alors réellement le cœur palpitant de la République islamique, des lamentations des familles de martyrs, de l’allégeance constamment renouvelée de jeunes hommes au guide de la Révolution et aux idéaux pour lesquelles les martyrs avaient perdu leur vie4.

9Le deuxième facteur est la forte croissance urbaine durant la même décennie, entraînée d’un côté par l’immigration rurale, conséquence des politiques d’industrialisation lancées par l’ancien régime, de l’autre par le déplacement des réfugiés des villes du front de guerre vers Téhéran (entre autres villes). Ces nouveaux immigrés de l’intérieur, généralement défavorisés, adoptèrent volontiers le cimetière de Behesht Zahra tandis que les riches Téhéranais des quartiers du Nord continuaient à enterrer leurs morts dans des petits sanctuaires intra-muros, dans des chapelles familiales ou à côté d’autres membres de la famille.

10Nous l’avons dit, c’est après la fin de la guerre, parallèlement aux politiques de reconstruction du pays et dans la perspective d’un réaménagement de la ville, que la municipalité de Téhéran décide de fermer tous les anciens cimetières aux nouveaux morts et de centraliser toutes les affaires mortuaires (enregistrement du décès, préparation du corps, inhumation) au sein du cimetière de Behesht Zahra, déjà investi physiquement et chargé d’une valeur symbolique. Le projet « avant-gardiste » du régime pahlavi prend réalité dans la République islamique. Dans une capitale de douze millions d’habitants, le cimetière accueille en moyenne deux cent morts par jour ; il se remplit dès lors à une vitesse fulgurante. En 1988, sa superficie (initialement de 314 ha) s’élève déjà à 424 ha. ; en 2008 à 584 ha ; et en 2010 à 800 ha qui est sa superficie actuelle (Arâmestân-hâ, 2015). Actuellement, il comprend 1 400 000 morts, répartis presque rationnellement selon différents critères – statut idéologique (morts ordinaires, glorifiés ou déniés par l’État), niveau économique, âge – dans ses 164 divisions, nous y reviendrons.

11Hormis les divisions de tombes, la nécropole comprend d’autres lieux aussi diversifiés que des restaurants, un parc d’attractions, des boutiques de fleurs, d’objets rituels et religieux, des librairies, des épiceries, des mosquées ; un complexe touristique incluant un hôtel, un hammam, un centre commercial, un camping, un musée et un parc d’exposition ; et même une université, tous officiellement rattachés au sanctuaire de l’ayatollah Khomeiny qui jouxte les divisions. Le cimetière dispose également d’un centre de recherche et d’une bibliothèque, consacrés aux études sur divers aspects théoriques et pratiques de la mort, ainsi qu’une imprimerie publiant certains manuels et livres, aussi bien sur des thèmes métaphysiques concernant la vie posthume que sur les préceptes religieux relatifs aux rites funéraires.

12La gestion de ce cimetière est assurée par une organisation nommée Sazmân-e Behesht Zahra (Organisation du Paradis de Zahra), sous l’égide de la municipalité de Téhéran. Toutefois, son administration est secondée par d’autres institutions comme la Fondation des martyrs, pour les divisions les martyrs ; l’institution cléricale, pour les préparations des corps ; la Maison de l’ayatollah Khomeiny, pour les affaires du sanctuaire de celui-ci. Les objectifs officiels de cette organisation sont purement techniques et administratifs, comme la programmation et la définition des stratégies relatives aux affaires mortuaires, l’administration et l’exécution de celles-ci, dont les rituels religieux, pour tout le grand Téhéran, ainsi que l’organisation de toutes les cérémonies officielles (dans les divisions des martyrs et le sanctuaire de l’ayatollah Khomeiny, principalement). Un programme distinct de l’organisation touche à la valorisation des divisions des martyrs et de la culture du martyre selon les objectifs de la République islamique (Arâmestân-hâ, 2015 : 27-28). Cette rationalisation du funéraire n’empêche pas une autre forme de valorisation, une sublimation pieuse de la mort, tant dans la gestion et la dénomination des lieux, dans l’inscription de formules religieuses en d’innombrables lieux, que dans les rapports interpersonnels entre ces fonctionnaires et les usagers du cimetière. Il s’agit, en somme, d’une administration à la croisée de l’urbain et du religieux, mais aussi du rationnel et du passionnel, le tout sous l’égide du politique. C’est ce que nous allons voir dans ce qui suit.

Une nécropole hiérarchisée : les divisions et leurs valeurs distinctives

13Comme nous l’avons mentionné plus haut, Behesht Zahra comprend aujourd’hui cent soixante-quatre divisions dont cent vingt vouées aux morts ordinaires de la ville. Ces divisions sont hiérarchisées, aussi bien objectivement que subjectivement. Les « hauts lieux » de la nécropole, à l’instar de ceux de la métropole, sont les divisions les plus anciennes, considérées comme « plus belles » et les plus « chics » car « spacieuses », « vertes », « ombragées », « calmes », « moins peuplées », « loin des bruits des nouvelles divisions », « plus proches du métro », selon les expressions des gens. Or, seuls les plus riches peuvent se payer aujourd’hui une tombe dans ces divisions.

Agrandir

Fig. 2 : Une des anciennes divisions.

© S. Parsapajouh, 2014

14Les « bas lieux » sont les divisions les plus récentes, les moins chères ou quasi gratuites. Elles sont toutefois aussi hiérarchisées entre elles, chaque nouvelle division devenant rapidement un peu ancienne sous l’effet du remplissage. Selon ces facteurs d’ancienneté et d’accessibilité, la différence de prix entre les tombes atteint parfois un rapport de soixante-dix pour un. Les nouvelles divisions (qata’ât-e jadid), les plus peuplées et les moins valorisées, sont situées dans un lotissement de 120 ha, de l’autre côté de l’ancienne route de Qom, accessible en voiture par une voie souterraine ; c’est aussi là que se trouve l’administration du cimetière avec la « mairie » de Behesht Zahra. Cet espace en friche offre un paysage apocalyptique : chaque jour, des centaines de tombes, uniformes et ordonnées en damier, sont creusées à la chaîne, solidifiées avec des briques et du ciment, par des ouvriers salariés ; et chaque jour, se remplissent au même rythme. Les corps arrivent à la file sur des brancards, portés par des dizaines de bras, accompagnés par les groupes de parents et d’amis, dans un concert de chants, formules pieuses, cris et sanglots. Ils se répartissent dans les tombes, les uns à côté des autres, chacun entouré de ses proches, le tout formant une masse compacte et mouvante. Chaque mort traverse, étape par étape, les étapes du rituel religieux d’inhumation, tandis qu’un chantre ou une voix enregistrée assure la tâche de faire pleurer les accompagnateurs. Heure après heure, les nouvelles divisions à peine creusées se remplissent ainsi de dizaines de corps. Les proches des premiers inhumés se recueillent déjà calmement sur les terres aplaties, fraichement battues et arrosées d’eau de rose, chaque groupe réuni autour d’une petite plaque noire plantée dans la terre – la plaque d’immatriculation du défunt ; certains pleurent, d’autres décorent l’emplacement de fleurs et de bougies, quelques-uns récitent le Coran ou des invocations à voix basse. Les enfants, insouciants, jouent et courent à l’entour, se mêlant à d’autres groupes. Dans le même temps, un peu plus loin, de nouveaux corps sont accueillis par les tombes encore disponibles et les mêmes scènes se répètent. Dans les divisions voisines, remplies la veille ou les jours précédents, les proches sont de retour, installés par groupes sur de petits tapis ou des tabourets, autour d’une nappe semée de fleurs, de gâteaux et de fruits, parfois devant un grand portrait du défunt, sur l’étendue du terrain. De temps à l’autre, un enfant ou un jeune passe, un plateau de dattes, de gâteaux ou de verres de sirop à la main, qu’il propose à la cantonade ; on « ne refuse pas sa main » et on lui donne en échange une formule pieuse pour l’âme du défunt. Vers la fin de l’après-midi, ces divisions commencent à se vider. Entre les fleurs fanées, écrasées et dispersées par la force des passages, il ne reste que les petites plaques d’immatriculation, plantées les unes à côté des autres, en lignes horizontales, avec à peine un mètres d’écart entre-deux : chacune indique la présence d’un corps fraichement enseveli. Quarante jours plus tard, ce champ sera entièrement recouvert de pierres.

Agrandir

Fig. 3 : Les ouvriers en train de construire des nouvelles tombes

© S. Parsapajouh, 2016

Agrandir

Fig. 4 : Scène d'enterrements matinaux.

© S. Parsapajouh, 2017

Agrandir

Fig. 5 : un enterrement devant des tombes déjà remplies repérables par les plaques noires

© S. Parsapajouh, 2017

Agrandir

Fig. 6 : un après-midi après les enterrements du jour

© S. Parsapajouh, 2017

Agrandir

Fig.7 : une des nouvelles divisions déjà recouverte de pierres

© S. Parsapajouh, 2016

15Assistant à ces scènes qui saturent tous les sens, en particulier la vue, l’odorat (corps en décomposition, corps vivants et eau de rose) et l’ouïe (psalmodies, lamentations, chants, etc.), on peut certes comprendre la réticence de nombreux Téhéranais à enterrer leurs proches dans ces nouvelles divisions, considérées comme les « bas lieux » du cimetière ; mais les pauvres, comme toujours et partout, n’ont pas le choix et sont les plus nombreux. Pourtant, chacun s’efforce avec beaucoup de soin de personnaliser, de distinguer et de glorifier son défunt, quelle que soit sa division.

16Parmi ces cent vingt divisions accordées au commun des mortels, indépendamment de l’aspect prestigieux ou repoussant des différents quartiers, les tombes présentent des apparences très diversifiées en fonction de la pierre, de sa forme, des images et inscriptions, des plantations à l’entour. Le seul point commun, imposé à tous par la règle officielle, est la platitude et l’horizontalité des tombes. Parfois, une pierre est dressée verticalement à la tête de la tombe. Chaque tombe peut contenir un à trois corps, tous de la même famille (ou de lien licite selon l’islam), placés dans des étages étanches, en commençant par le plus profond. Plus récemment, dans les divisions anciennes, on s’est résolu à faire cohabiter deux corps dans la même couche : l’un nouveau, l’autre réduit après trente ans ; car telle durée correspondant à la décomposition totale du corps, exigée par le fiqh chiite pour toute exhumation. Sur les pierres tombales, on peut lire, comme partout ailleurs, de textes très divers : poèmes et formules pieuses, accompagnés de certains motifs : oiseaux, fleurs, bougies, papillons, livres, ou plus récemment le portrait du défunt reproduit sur la pierre.

  • 5 Cf. Mazaheri (2017) ; Parsapajouh (2019b).
  • 6 Mahmoud Taleghani, théologien du haut degré et connu pour ses idées modérées, fut l’un des plus imp (...)
  • 7 Mostafa Chamrân, homme politique et commandant iranien dans la guerre Iran-Irak où il a été tué. Il (...)
  • 8 Soldat de 13 ans, devenu un héro national par sa bravoure lors de la guerre contre l’Irak, notammen (...)
  • 9 On peut citer, entre autres, les noms de Mohammad Beheshti (1928-1981), secrétaire général du parti (...)

17À côté de ces cent vingt divisions habitées par des gens ordinaires et caractérisées par la banalité, quarante-quatre autres divisions, plus ou moins dispersées au sein du cimetière, sont consacrées à des morts particuliers. Le lotissement le plus étendu (12 ha), constitué de dix-huit divisions, est consacré aux trente-cinq mille martyrs de la Révolution et des guerres (Iran-Irak, Syrie plus récemment) et des parents de certains d’entre eux. Ces martyrs sont aussi catégorisés : les anonymes, les ordinaires, les glorifiés ; ceux-ci sont notamment des martyrs de la révolution, ceux de l’attentat de haft-e tir 1360 (28 juin 1981), ceux du massacre de 1987 à La Mecque, les victimes de l’attaque américaine de 1988 contre le vol 655 d’Iran Air, des martyrs du journalisme, de la police, des pompiers, ainsi que les nouveaux martyrs de la Syrie. Tous sont rangés selon un ordre chronologique. Certains deviennent objet de dévotions particulières par leurs interventions miraculeuses dans la vie des autres, à travers des rêves ou des intuitions5. D’autres concentrent une vénération et un respect liés à leur personne, comme l’ayatollah Mahmoud Taleghani (1911-1979)6, Mostafâ Chamrân (1932-1981)7, Mohammad Hossein Fahmideh (1967-1980)8, etc.. Dans ce quartier, on trouve divers bâtiments comme une mosquée, une salle d’exposition, un centre d’informatique, un musée des martyrs, une salle de projection et d’exposition, et des mémoriaux. Le plus remarquable d’entre eux, mémorial et sanctuaire tout à la fois, est un monument nommé Haftâd-o-do tan (« soixante-douze corps », nombre supposé des martyrs de Karbala), sorte de « panthéon » consacré aux quatre-vingts hommes politiques tués lors de divers attentats depuis le début de la République islamique9. L’intérieur du lieu ressemble un peu à celui d’une mosquée, avec une vaste espace au plafond soutenu par des dizaines de colonnes, les tombes y sont toutes identiques, plates, à même le sol couvert de tapis rouges, habillant les espaces vides entre elles.

Agrandir

Fig. 8 : Un jeudi après-midi un groupe de chorale chante devant le monument Haftâd-o-do tan.

© S. Parsapajouh 2017

Agrandir

Fig. 9 : la tombe fictive de Ebrâhim Hâdî

© S. Parsapajouh 2017

18Les divisions des martyrs constituent un monde à part entière. L’ambiance y est pleine de sacralité et de militantisme politique, ponctuée de festivités se renouvelant tous les jeudis après-midi et pour les anniversaires de différents événements politiques nationaux. Là, les tombes possèdent des signes spécifiques : des petites boîtes de métal placées en haut des tombes, notamment celles des martyrs de la guerre Iran-Irak, appelées hejleh (« chambre nuptiale ») ou ja’beh âyneh (« boîte miroir »), contenant divers objets personnels, manuscrits et images, représentant l’univers intime du martyr (cf. S. Parspapajouh 2019).

Agrandir

Fig.10 : Les tombes des martyrs de la guerre Iran-Irak, avec leurs « boîtes-miroir ».

© S. Parsapajouh 2016

  • 10 Sur ces tombes, voir Talebi (2012).

19Tout près de ces divisions, de l’autre côté du boulevard constituant leur frontière orientale, se trouve un carré dévasté, dépourvu de toute pierre, fleur ou plantation, presque un terrain vague, à peine fréquenté, où l’on peut tout de même constater des morceaux de pierres cassés portant des noms encore lisibles : Javâd, Hasan, Farzaneh ; des dates de naissance : 1966, 1968, 1965 ; des dates de mort : 1981, 1983, 1984. Parfois, une vieille branche de glaïeul ou de rose par terre. Il s’agit des tombes d’opposants exécutés au début de la République islamique, reposant dans un anonymat et une invisibilité quasi-absolus. De temps à l’autre, on peut apercevoir quelques personnes venir discrètement s’asseoir à côté d’une tombe indiscernable, l’arroser, murmurer et repartir aussitôt. Personne ne semble surveiller ce carré ni dissuader ses visiteurs. Un vieil homme venu à vélo m’explique que deux de ses frères reposent, l’un, mort à dix-sept ans, dans ce carré, l’autre, mort à dix-neuf ans, de l’autre côté, dans une division de martyrs. Il continue : « chaque semaine, des familles viennent ici remettre des pierres sur des tombes, mais on les casse à nouveau. J’ai dit à une mère la semaine dernière : « Tu vois ! Ton fils est plus vivant que les autres puisqu’il fait peur encore, c’est pour ça qu’on casse sa tombe ! ». Mais qui les casse ? Personne ne le sait10 ! »

20Les dates de naissance et de mort des martyrs de la Révolution et de la guerre Iran Irak d’un côté, des exécutés de ce carré de l’autre, sont en effet souvent semblables. Issus de la même génération et tombés dans la fleur de leur jeunesse (nés dans les années 1960 – morts dans les années 1980), sacrifiés pour des idéaux parfois proches, ils sont voisins à Behesht Zahra mais connaissent un sort funéraire radicalement différent.

21D’autres divisions sont encore plus particulières, comme les divisions des artistes (qat’e-ye honarmandân). Près de deux cent trente metteurs en scène, réalisateurs, comédiens, acteurs, compositeurs, chanteurs, peintres, sculpteurs, poètes et écrivains, sont enterrés dans ce lotissement. Les tombes de certains des plus populaires font l’objet de cultes particuliers, comme celle de Mohammad-Ali Fardin (1930-2000), acteur de l’époque du Chah. À côté de la sa tombe, il y a toujours un vendeur à la sauvette pour proposer son portrait, ses films, des t-shirts et des mugs portant son visage imprimé. La tombe de Morteza Pashaie (1984-2014), chanteur de pop et idole de la jeunesse iranienne, reçoit quotidiennement des groupes de filles et de garçons venant la décorer avec des fleurs et des bougies, diffusant ou chantant ses chansons en boucle. Là aussi, les vendeurs ambulants trouvent toujours un marché en proposant photos, disques, agendas, badges et porte-clés à l’effigie de la star, et même des copies de son chapeau noir. Les divisions des artistes sont ainsi un lieu de rencontre, d’échanges et de passe-temps de jeunes téhéranais se voulant cultivés et laïcs. L’ambiance y est bien moins marquée par le politico-religieux qu’ailleurs. Pour être enterré ici, le défunt doit être reconnu comme artiste (honarmand) par l’instance officielle supérieure, le ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. Depuis 2013, ces divisions sont saturées ; les nouveaux enterrements s’effectuent dans les étages supérieurs de certaines tombes déjà remplies.

  • 11 Par exemple, le critère est ici d’avoir au moins vingt-cinq ouvrages ayant un numéro ISBN ou ISSN, (...)

22Un autre lotissement, presque semblable à celui-ci mais distant spatialement, est celui des scientifiques renommées, appelé nâm-âvarân (fig.11). On y trouve trois catégories de défunts glorifiés. La première est constituée d’hommes de lettres et de science : des professeurs et des chercheurs, aux tombes assez serrées entre elles, portant souvent une photographie reproduite sur une pierre dressée à leur tête, ainsi qu’un bref résumé de leur œuvre. Ces tombes ont peu de visiteurs, peut-être parce que nombre de défunts n’ont plus de famille en Iran. Ils demeurent entre eux, comme poursuivant leurs réunions et colloques : une académie des savants disparus, dirait-on. La deuxième catégorie, moins importante, est constituée des athlètes ayant apporté de la gloire au pays dans diverses compétitions mondiales. La dernière et la plus visitée est celle des nombreux donneurs d’organes après leur mort cérébrale, surtout des jeunes, mêmes de très jeunes, dont les familles visitent quotidiennement les tombes, qu’elles magnifient selon des goûts divers. Ici aussi, tout enterrement passe par une autorisation officielle du ministère concerné : de la science11, du sport et de la santé.

Agrandir

Fig. 11 : La division des savants du pays (nâm-âvarân)

© S. Parsapajouh 2017

23Enfin, mentionnons les deux divisions accordées aux jeunes enfants de moins de deux ans. Ces divisions ont aussi leurs allures singulières : des décorations exubérantes faites de ballons et de guirlandes en papier de toutes les couleurs, accrochées aux arbres et traversant les allées, forment une sorte de toit ; les pierres tombales de grande taille sont ornées de visages des nouveaux nés gravés, tous plus ou moins semblables, entourés de poèmes et de surnoms d’amour ; chaque tombe, noire ou blanche, est protégée par une moustiquaire ou une bâche en plastique, comme un berceau ou une poussette. On constate là une personnalisation appuyée des tombes contrastant avec la brièveté de l’existence des défunts, certains n’ayant même pas vécu en dehors du ventre de leurs mères.

Agrandir

Fig. 12 : Les divisions des enfants décorées de ballons et de guirlandes en papier

© S. Parsapajouh 2016

24Dans toutes ces divisions particulières, tous les frais d’inhumation sont assurés par l’État. Celles-ci se trouvent dans les parties anciennes du cimetière, loin de l’ambiance déplaisante des nouvelles divisions décrites plus haut. Se faire enterrer ici offre un statut honorifique au défunt ; certains pourtant, qui pourraient y prétendre, préfèrent une place ailleurs : dans une chapelle familiale, dans un cimetière ou un sanctuaire d’une autre ville, souvent la ville d’origine ou un lieu sacré.

Les lieux sacralisés

25En 1989, toutes les agitations autour des divisions des martyrs de Behesht Zahra au cours des années de guerre (1980-1988) connurent à la fois leur paroxysme et leur apaisement avec l’enterrement phénoménal de l’ayatollah Khomeiny en juin 1989.

  • 12 À ce propos voir Rizvi (2003).

26Le sanctuaire monumental de celui-ci, avec son dôme doré, se trouve à l’extrémité ouest du cimetière, dans un lieu désertique au moment de son enterrement et est depuis investi, sacralisé et politisé12. Ce sanctuaire, comprenant un vaste espace couvert de 15 000 m2, avec quatre minarets indépendants, se tient au centre d’un complexe contenant d’autres espaces et constructions : cours, salles d’expositions, marchés couverts, hôtels, parking et camping, le tout de près 60 000 m2. Depuis, d’autres personnalités politiques ont été enterrées à ses côtés : son fils Ahmad (1946-1995), l’ancien président Ali Akbar Hashemi Rafsanjani (1934-2017), et quelques autres membres de sa famille : son épouse, Khadijeh Saqafi (1916-2009), et son gendre, Mahmud Borujerdi (1934-2011).

27Ce lieu se veut sacré, d’abord par son nom : Haram-e Mottahar (« le sanctuaire purifié »), puis par son architecture, sur le modèle – en plus grand – des mausolées des saints chiites, avec une châsse (zarih) – grillage métallique ouvragé selon l’art traditionnel – posée sur sa tombe, au milieu d’une vaste pièce sous une haute coupole, entourée de quatre iwans, le sol couvert de marbre et de tapis précieux de couleurs claires, circonscrit par les murs également couverts de marbre, mais sans ornement particulier. Ce choix architectural, fait après la mort du guide de la Révolution par ses adeptes et successeurs, « rapproche [l’ayatollah Khomeiny] des premiers guides du début de l’islam, et prétend à l’immortalité pour sa parole » comme l’écrit K. Rizvi (2003). Lui-même n’a exprimé aucune volonté d’avoir un mausolée, mais seulement celle d’être enterré dans le cimetière de Behesht Zahra, à côté des hommes qui s’étaient sacrifiés pour la République islamique.

  • 13 Formule pieuse adressée aux morts, et constituée des sourates 1 : Fâtiha (une fois) et 112 : Ikhlâs (...)

28Pourtant, ni le nombre de visiteurs, ni leurs pratiques n’équivalent à ce que l’on peut observer dans les mausolées des saints imams. Les quatre entrées donnant sur le zarih situé au centre dirigent presque automatiquement le visiteur vers la tombe, mais ici l’espace n’est pas séparé entre les femmes et les hommes, et les femmes ne sont pas contraintes de porter un tchador pour entrer. Des gens y font leur prière, comme dans une mosquée, saluant le défunt et récitant la fâtiha13 pour lui comme pour tous les morts, en s’arrêtant quelques minutes devant sa tombe. D’autres se tiennent en groupes pour parler, manger ou se reposer dans les iwans ; ceux qui viennent de loin, d’autres villes, dressent une tente dans le camping qui jouxte le parking pour y rester quelques jours et profiter de l’espace, du bâzâr, de l’ambiance festive à certaines occasions politiques ou religieuses, et de diverses sortes de dons votifs.

29La sacralité récente de ce lieu est liée à celle des divisions des martyrs, à proche distance du sanctuaire, auxquels on attribue de plus en plus des pouvoirs surnaturels, comme il a été brièvement évoqué plus haut.

  • 14 Notons que le terme bâb est de connotation fortement sacrée. Signifiant littéralement la porte ou l (...)

30La sacralité de certains lieux de Behesht Zahra est aussi reflétée dans la toponymie. Initialement, les lieux étaient nommés de manière totalement profane, par des noms d’arbres et de fleurs : Tulipe, Jasmin, Rose, Acacia, Cyprès, Sapin, etc. Aujourd’hui, ils sont nommés d’après des termes mystiques très rarement utilisés dans le langage courant et puisés dans des textes théologiques. Un comité de chercheurs, sous la direction du « maire du Paradis » (shahrdâr-e behesht), aurait entrepris de renommer les lieux suivant l’ordre spatial depuis les quatre entrées du cimetière jusqu'à la morgue, choisissant ces nouvelles appellations afin de mettre en valeur les affaires mortuaires et leurs praticiens en revivifiant le sens transcendant de la mort. La morgue, lieu emblématique de l’administration funéraire, porte elle-même aujourd’hui une nouvelle appellation : Markaz-e Urujiyân (litt. « centre de ceux qui font l’ascension ») au lieu du précédent et prosaïque Ghassâl-khâneh (« la maison des laveurs [des morts] »). Les avenues et les rues actuelles s’appellent Sâjidîn (« ceux qui se prosternent »), Sâlihîn (« les vertueux »), Sâdiqîn (« les véridiques »), Âbidîn (« les adorateurs ») ; les entrées principales Bâb-e Shuhadâ (« la porte des martyrs »), Bâb-e Nudbeh (« la porte de la lamentation »), Bâb al-Rahma (« la porte de la miséricorde »), Bâb-e Maghfira (« la porte de l’absolution »)14 ; on emploie encore uruji (« celui qui fait ascension au ciel ») pour dire jasad (cadavre) et mubâshir (« majordome ») pour nommer les employés de service.

Le centre des Urujiyan. Un « non-lieu » de l’osmose entre les morts et des vivants

31La morgue de Behesht Zahra est l’unique institution chargée de récupérer les corps des défunts de tous les hôpitaux et domiciles du grand Téhéran. Les corps sont transportés la veille de l’enterrement par les chauffeurs du cimetière dans des ambulances standardisées sur lesquelles apparaît le logo du cimetière. Le jour de l’enterrement, la famille doit se présenter à la première heure du matin, car la préparation des corps de tous les défunts s’effectue entre huit heures et midi. Toutes les affaires administratives et pratiques relatives à près de deux cent décès par jour sont centralisées, ce qui nécessite une gestion rationnelle très minutieuse pour que soit assuré le droit de chacun selon la loi civile, le fiqh musulman et les rites coutumiers. Ce lieu, situé au cœur du cimetière, est un vaste espace bien aménagé, rempli des foules des endeuillés tous les matins. Il comprend des cours et divers départements spécifiques consacrés à différentes étapes funèbres que nous allons passer en revue.

32Chaque famille, dès son arrivée à la réception, est confiée à un « majordome » personnalisé, chargé de l’accompagner étape par étape du début à la fin. Ces hommes sont tous en uniforme : chemise jaune, veste, pantalon et chaussures noirs. Après l’enregistrement de l’état civil, un numéro est attribué au défunt et la famille est invitée à patienter dans l’une des deux salles d’attente. Il s’agit de très vastes salles, des « non-lieux » rappelant les salles des aéroports, équipées de rangés de bancs métalliques uniformes et de cafétérias. Chaque matin, tous les bancs sont occupés par des femmes et des hommes de tous âges, pâles et habillés en noir, qui patientent en fixant un grand panneau sur lequel chacun peut repérer le stade auquel se trouve le corps de son défunt. Le tableau ci-dessous peut représenter un passage de ce panneau :

Numéro

Prénom

Nom

Nom du père

Situation

123

Hasan

Keshvari

Rajab

En attente de lavement

95

Maryam

Hoseini

Ali

Mise en linceul

101

Behnam

Gudarzi

Morad

En cours de lavement

89

Zahra

Ebrati

Shaban

Terminé

33De temps à autre, un haut-parleur annonce un numéro. On peut voir alors une vague humaine se lever en criant, courir pour sortir de la salle et se mêler dehors à une foule noire palpitante afin de récupérer le corps de son défunt. Nous les suivons en nous faufilant entre les gens : dans un espace vaste juxtaposé, ouvert mais sous abri, deux points focaux distancés de quelques mètres concentrent l’agitation de la foule : deux bouches étroites surveillées par deux agents, desquelles sortent sur un tapis roulant les corps entièrement emmaillotés de linceuls blancs, marqués de numéros. La sortie de gauche est pour les femmes, celle de droite pour les hommes. Un employé crie le numéro et place le corps sur un brancard. Les gens se précipitent pour s’approcher du corps, avec une plaque noire clouée au bout d’un bâton sur lequel sont indiqués le numéro et le nom, tandis que le haut-parleur appelle de nouveaux numéros. L’employé rend le corps quand un proche lui montre le papier, ouvre le linceul et reconnaît le visage, dans un vacarme de cris, de pleurs, de chants et de récitations pieuses, certaines femmes s’évanouissant, d’autres les grondant ou les consolant. Puis, le brancard à bout de bras, le groupe traverse la foule et s’éloigne de quelques pas à peine, quand un autre groupe vient chercher un nouveau corps de la chaîne.

  • 15 Ce qui est également le cas dans de nombreuses autres religions, comme le synthétise Godelier (2015 (...)

34Jusqu’en 2015, les salles de lavement étaient ouvertes au public et la préparation des corps s’effectuait derrière des baies vitrées, pour que l’observance des rites religieux soit garantie et surveillée de tous, même si la plupart des gens préféraient de ne pas entrer. Sept stands fonctionnaient en même temps dans chaque salle : sept pierres, autour de chacune quatre employés, surveillés par un responsable religieux, effectuaient étape par étape le rituel des ablutions, de l’embaumement et de la mise en linceul du corps. Chaque salle était aussi supervisée par une autorité religieuse supérieure. Aujourd’hui, les mêmes fonctions s’exercent à huis clos. Nous n’entrerons pas ici dans le détail de ce rituel très codifié selon le droit canonique commun à tous les musulmans. Soulignons seulement son importance, selon la croyance musulmane, pour le passage de l’ici-bas à l’au-delà15. Tous les matériaux ici, sont fournis par l’État : le linceul, le camphre, le jujubier. Si la famille souhaite, elle peut apporter ses propres affaires : un bloc de la terre sainte de Karbala, une petite pierre d’agate, une bague ou un chapelet portant gravées des prières particulières, ou encore un linceul béni venant de La Mecque, Karbala ou Najaf.

35En Iran, traditionnellement, la famille et les proches assuraient autrefois la préparation du corps du défunt, comme cela peut se pratiquer encore dans de petites villes et de nombreux villages. Cela constituait aussi une étape dans le rite de séparation : rendre ce service à un proche octroyait un statut honorifique à celui qui l’assurait et prouvait son intimité avec le défunt ; lui-même traversait souvent ainsi une étape importante de sa vie, une initiation aussi bien physique, matérielle, que psychologique et spirituelle. C’est peut-être pour cette raison que les récits saints mentionnent souvent le nom de celui qui a lavé le corps de tel saint, lui conférant un statut spirituel élevé auprès des adeptes du saint. Que l’accomplissement de ce rite soit devenu un métier en soi, exercé avec une telle intensité (quatorze lavements par jour en moyenne, par personne), est le résultat d’une rationalisation récente, légitimée par les exigences de la gestion moderne d’une métropole comme Téhéran. En contrepartie, on constate que la séparation avec le défunt est à la fois plus douloureuse pour les vivants, et devient presque banale une fois qu’ils se trouvent parmi tant d’autres endeuillés dans la chaîne funéraire.

36Le corps une fois récupéré, les gens se dirigent vers une des deux salles de prière. Chaque salle comporte quatorze stands de prière collective, chacun occupé par une pierre élevée de cinquante cm sur laquelle on pose le corps et devant laquelle les proches se placent en rangs. Entre eux et le corps s’installe un clerc, employé du cimetière, pour diriger la prière du mort (namâz-e meyyet), autre étape obligatoire du rituel funéraire musulman. Les formules à réciter sont écrites sur un tableau accroché au-dessus de chaque pierre. La foule bruyante et agitée se calme en bredouillant une prière qui ne dure que quelques minutes. Ensuite, sans autre discours ni parole, les endeuillés reprennent plus ou moins silencieusement le corps et se dirigent vers le garage du cimetière. Là, ils confient le corps à un véhicule pour le retrouver un peu plus tard, quelques kilomètres plus loin, où les employés chargés d’inhumer le corps attendent, avec des brouettes remplies de terre, au bord d’un damier de dizaines de tombes.

37Si toute distinction socio-économique est abolie dans le processus de la préparation du corps, si aucun signe particulier ni individuel ne se fait remarquer dans la masse des endeuillés à la morgue – tous les morts, qu’ils soient sacralisés, glorifiés, déniés ou simplement ordinaires, riches ou pauvres, célèbres ou inconnus, devant passer par la même chaîne de rites funéraires exigée par la religion et administrée par l’État –, il en va autrement au moment de l’enterrement, quand les règles obligatoires étatiques composent avec les goûts et les capacités économiques des familles. Alors les groupes se différencient les uns des autres : par leurs allures vestimentaires, par leur choix du chantre et du chant, par leurs équipements de réception, leurs nourritures à partager, et par l’emplacement de la tombe (comme nous l’avons vu plus haut). Cette distinction culturelle et socio-économique se fait encore plus remarquer avec le temps. Selon la tradition, on procède au moins à trois visites canoniques à la tombe après l’enterrement et avant le premier anniversaire : au troisième, au septième et au quarantième jour suivant l’inhumation. Chacun des quatre retours sur la tombe constitue un moment focal faisant l’objet d’une cérémonie particulière, comprenant une réception (avec de la nourriture), des discours et des chants religieux. C’est aussi à travers ces installations que l’on constate les différences importantes de milieux sociaux, notamment par des signes ostentatoires de richesse autour de certaines tombes.

Et pour finir …

38Depuis plus de dix ans, le cimetière de Behesht Zahra se trouve dans un état de saturation très problématique, l’espace venant à manquer pour les nouveaux morts de la ville. Cette situation est due, entre autres, à deux raisons : d’abord, la concession étant à vie, les tombes sont les propriétés privées des familles ; ensuite, l’exhumation et la réduction du corps sont interdites avant la durée de la décomposition totale du corps équivalent à trente ans, selon les préceptes religieux que l’État est censé respecter. Par ailleurs, on le sait, l’incinération est également exclue par la droite canonique musulmane. Des discussions ont été menées entre experts urbanistes, références religieuses et autorités politiques, afin de remédier à la saturation du cimetière ou trouver un autre emplacement pour les morts nouveaux de la ville. Les options les plus sérieusement proposées ont été : 1) Renoncer au principe, issu du modernisme, de la séparation « de la ville des morts » et de « la ville des vivants », et rouvrir les anciens cimetières de la capitale. À cette idée s’opposent des arguments hygiénistes mais aussi économiques, au nom du risque d’abaissement de la valeur foncière des terrains urbains entourant les cimetières. 2) Trouver un autre terrain à l’extérieur de la métropole pour un nouveau cimetière. Mais les urbanistes et géologues ne parviennent pas à trouver un emplacement convenable, toute la partie nord de la ville étant rocheuse, à flanc de montagne, et la ville étant déjà trop étendue sur l’axe ouest-est, ce qui poserait à nouveau le problème de l’accessibilité. Car au-delà des contraintes politico-économiques contradictoires, le cimetière doit répondre aux besoins du culte des morts dont les croyances et les pratiques sont elles-mêmes partagées, voire tiraillées, entre la religion populaire et la religion institutionnelle.

  • 16 Comme écrivaient H. Chambet-Loire et C. Guillot, « parce qu’ils ont pu se jouer les obstacles et ré (...)

39Quoi qu’il en soit du sort de ce cimetière et de l’évolution des affaires funéraires de la capitale, l’importance de ce lieu demeure, pour l’analyste, en ce qu’il condense les dimensions les plus hétéroclites de la République islamique : modernes et désuètes, rationnelles et passionnelles, réelles et utopiques, banales et insolites, rhétoriques et muettes, pléthoriques et solitaires. Un lieu « hétérotopique », tel un miroir, qui reflète les points fixes du kaléidoscope sociopolitique des quatre dernières décennies et dans lequel on peut lire un nouveau récit d’une société révolutionnaire qui cherche à la fois une brutale rupture historique avec le passé, et tend à réécrire une nouvelle histoire en engendrant un nouveau passé et de nouveaux ancêtres16.

Haut de page

Bibliographie

AMIR-EBRAHIMI Masserat., 1992, « Géographie sociale de Téhéran en 1986 », in Téhéran, capitale bicentenaire, Charyar Adle et Bernard Hourcade (dir.), Téhéran, IFRI [version traduite en persan : 1997 : p. 307-321].

AMRI Nelly., 2008, Les saints en islam, les messagers de l’espérance. Sainteté et eschatologie au Maghreb aux xive et xve siècles, Paris, Éditions du Cerf, coll. Patrimoines.

CHAMBERT-LOIR Henri et Claude GUILLOT, 1996. Le Culte des saints dans le monde musulman, Paris, École française d’Extrême-Orient.

FAKOUHI Nasser, 2008, « Manger avec les Morts : le pique-nique en Iran », in : F. Barthes-Deloizy (dir.) Le Pique- Nique ou l’éloge d’un bonheur ordinaire, Paris, Bréal.

FALLAH-PASSAND Ali., 2009, « Morûri bar gurestân az manzar-e shahr-shenasi va eqtesâd-e siyasi » [Une réflexion sur le cimetière du point de vue urbanistique et économie politique], Andisheh-ye iran-shahr, vol. 4, n° 13.

FARHADI-POUR Ahmad., « Râh-bord-ha-ye makan-yâbi-ye gurestân-ha dar shahr-ha-ye keshvar » [Les stratégie de localisions de cimetière dans les villes du pays], Andisheh-ye iran-shahr, vol. 4, n° 13, p. 95-106.

GAUDOLIER Maurice, 2015, La mort et ses au-delà, Paris, CNRS édition.

HESSAM MAZAHERI Mohsen, 2017, « Zendegi bâ arvâh » [Vivre avec les esprits], in : Khatar-e soqût-e bahman, Mohsen Hessam Mazaheri, Téhéran, Armâ : 57-75

HOURCADE, Bernard, 1997, « L’émergence des banlieues de Téhéran », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], consulté le 28 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cemoti/1472

LAUWERS Michel, 2005, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier.

MORIN Edgar, 2002, L’homme et la mort, Paris, Seuil.

ORGANISATION DE BEHESHT ZAHRA, 2015, Arâmestân-ha, Téhéran, Sâzmân-e Behesht Zahra (publication interne).

PARSAPAJOUH Sepideh, 2019a, "Sous le regard des martyrs à Téhéran. Une approche anthropologique de l'iconographie urbaine", L'Homme, 229: 7-48.

PARSAPAJOUH Sepideh, 2019b, « À qui sont ces martyrs ? Discussions autour des tombes des martyrs au cimetière de Behesht Zahrâ à Téhéran », in : Remmm, 145, 2019-1, p. 29-58 consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/12636; DOI : 10.4000/remmm.12636

PARSAPAJOUH Sepideh, 2009, « Ensân-shenasi-ye â’inhâ va shiveh-ha-ye zendegi va marg », Andisheh-ye iran-shahr, vol. 4, n° 13.

PETONNET Colette., 1982, « L'Observation flottante. L'exemple d'un cimetière parisien », L’Homme, 22-4 :.37-47.

RIZVI Kishvar, 2003, « Religious Icon and National symbols, The Tomb of Ayatollah Khomeiny in Iran », Moqarnas, The Annual of the Visual Culturel of the Islamic World. vol. 20, Leiden, Brill : 209-224.

TALEBI Shahla., 2012, « From the Light of the Eyes to the Eyes of the Power, State and Dissident Martyrs in Post-revolutionary Iran », in Visual Anthropology, n° 25 issue 1/2 : 120-147

TERRIER Mathieu 2019, « Entre les vivants et les morts : points de vue croisés sur la tombe du soufisme et du shī‘isme classiques », Remmm ; 146, 2019-2 : 29-46.

URBAIN Jean-Didier, 1989, L’archipel des morts, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Sur les idées eschatologiques liées à la mort dans l’islam, voir l’article de Mathieu Terrier dans ce dossier.

2 En général, les croyants préfèrent se faire inhumer près de la tombe d’un saint, comme dans le soufisme (N. Amri, 2008) et le christianisme médiéval (M. Lauwers 2005).

3 E. Morin parle à propos du martyre du « risque de mort que contrebalance la certitude de l’immortalité » (Morin, 1970, p. 91).

4 Sur l’histoire de ces divisions, voir Parsapajouh (2019b).

5 Cf. Mazaheri (2017) ; Parsapajouh (2019b).

6 Mahmoud Taleghani, théologien du haut degré et connu pour ses idées modérées, fut l’un des plus importants leaders politiques de la Révolution de 1979.

7 Mostafa Chamrân, homme politique et commandant iranien dans la guerre Iran-Irak où il a été tué. Il fut également l’un des membres influent du mouvement Amal au Liban

8 Soldat de 13 ans, devenu un héro national par sa bravoure lors de la guerre contre l’Irak, notamment dans un discours élogieux de l’ayatollah Khomeiny à son égard, en 1981.

9 On peut citer, entre autres, les noms de Mohammad Beheshti (1928-1981), secrétaire général du parti et chef du système judiciaire ; Mohammad-Ali Rajâ’i (1933-1981), deuxième président de la République islamique ; Mohammad Jawâd Bâhonar (1933-1981), deuxième premier ministre. Les années suivantes, les corps d’autres hommes politiques tués lors d’autres attentats, ont également été enterrés là (cf. Parsapajouh, 2019b).

10 Sur ces tombes, voir Talebi (2012).

11 Par exemple, le critère est ici d’avoir au moins vingt-cinq ouvrages ayant un numéro ISBN ou ISSN, enregistrés par le ministère de la Culture et de l’Orientation islamique.

12 À ce propos voir Rizvi (2003).

13 Formule pieuse adressée aux morts, et constituée des sourates 1 : Fâtiha (une fois) et 112 : Ikhlâs (trois fois)

14 Notons que le terme bâb est de connotation fortement sacrée. Signifiant littéralement la porte ou le point, il tend à désigner une émanation directe de la divinité, par laquelle on a accès au Transcendant. Utilisé dans le monde chiite pour les portes d’entrée dans les sanctuaires des saints, il désigne aussi, dans certains courants ésotériques, le maître spirituel.

15 Ce qui est également le cas dans de nombreuses autres religions, comme le synthétise Godelier (2015 : p. 41).

16 Comme écrivaient H. Chambet-Loire et C. Guillot, « parce qu’ils ont pu se jouer les obstacles et réussi à atteindre l’autre rive, présentent toutes les qualités pour remplir la fonction tenue par les ancêtres » (1996 : p. 6-7)

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Sepideh Parsapajouh, « « Le Paradis de Zahra » : le grand cimetière de Téhéran entre pratiques populaires et rationalité étatique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 146(2-2019) | avril 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.13814

Haut de page

Auteur

Sepideh Parsapajouh

CNRS, CéSor, Aubervilliers, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page