Navigation – Plan du site

AccueilActualités et ressourcesComprendre l'actualitéSolidarité avec Fariba Adelkhah

Solidarité avec Fariba Adelkhah

François Siino et Sylvie Denoix

Fariba Adelkhah, chercheuse au centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) et membre du Comité scientifique de la REMMM depuis 2004 a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019. Détenue à Téhéran à la prison d'Evin par les Gardiens de la Révolution elle a été jugée pour « propagande contre le système politique de la République islamique » et « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale ». Du 24 décembre 2019 à mi-février 2020, elle a mené une grève de la faim. Elle a été admise le 23 février 2020 à l'hôpital de la prison, souffrant d’une grave détérioration de son état de santé, puis replacée en détention début mars. Lors de son procès l’universitaire franco-iranienne a été condamnée à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale. Fariba Adelkhah, a fait appel, mais la justice de la République islamique a confirmé sa peine, cinq ans de prison, le mardi 30 juin. Depuis septembre 2020, elle est sortie de prison, en résidence surveillée avec un bracelet électronique. Son passeport français lui a été confisqué.

Chercheuse expérimentée et habituée des terrains moyen-orientaux, elle mène des recherches en anthropologie sociale et anthropologie politique de l’Iran post-révolutionnaire et de l’Afghanistan contemporain. Elle explore depuis de nombreuses années divers champs de recherche : la famille, la jeunesse et les femmes, les études, les milieux d’affaires, la contrebande, les migrations, l’exil…

Ses travaux portent aussi sur les pratiques et les institutions religieuses et montrent comment l’islam représente aujourd’hui une force et un potentiel de changement social. A lire ou relire, le dossier de la REMMM qu’elle a coordonné en 2009 avec Aberrahmane Moussaoui :

Les mosquées. Espaces, institutions et pratiques (Remmm n°125)

Elle a aussi exploré les implications sociales et économiques de la gestion du foncier. Dans le dossier Guerre et terre en Afghanistan (Remmm n°133) qu’elle a dirigé en 2013, elle a établi que la question agraire dans ce pays était tout sauf « traditionnelle ». Elle est le fruit de transformations politiques et de changements sociaux accélérés dont la guerre a été le véhicule et qui se traduisent par l’appropriation de la terre, jadis indivise, et par son exploitation immobilière dans le cadre de grands projets d’aménagement urbain. Elle signale le processus de centralisation de l’État, sous le couvert des conflits qui l’ont ensanglanté, et la naissance d’une classe dominante que ceux-ci ont portée au pouvoir en marginalisant la domination des notables locaux. 

Le dossier Guerre et terre en Afghanistan (n°133, 2013) a été traduit et publié en persan : Iran Nameh, n° 3-4, automne-hiver 2014-2015.

L’équipe de la REMMM se joint à la communauté scientifique pour demander la libération immédiate de notre collègue emprisonnée.


Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search