Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneRUIZ de ELVIRA Laura, Vers la fin du(…)

Lectures en ligne

RUIZ de ELVIRA Laura, Vers la fin du contrat social en Syrie. Associations de bienfaisance et redéploiement de l’État (2000-2011). Paris, IISMM/Karthala, 2019

Elizabeth Picard

Texte intégral

1Disons d’emblée, car l’intitulé du livre n’est peut-être pas de nature à susciter une curiosité passionnée, que cette étude sur la Syrie de Bachar al-Assad, fruit de l’édition rigoureuse d’une thèse de sociologie politique soutenue à l’EHESS en janvier 2013 sous la codirection de

2Bernabé Lopez Garcia (Université autonome de Madrid) et Hamit Bozarslan (EHESS), est d’une qualité rare et d’une portée durable.

3À rebours des bilans prématurés et imprudents du soulèvement, de la répression et des guerres qui ravagent la Syrie depuis 2011, Laura Ruiz de Elvira propose un retour analytique sur la décennie 2000-2010 - une décennie de promesses et d’attentes après que Bachar al-Assad a succédé à son père Hafez à la présidence de l’État. Elle s’attache à l’étude des transformations de l’action publique à travers la substitution de « l’économie sociale de marché » au « vieux contrat social » qui liait les dirigeants bathistes et la société syrienne. Et elle étudie principalement ces transformations auprès d’acteurs et d’institutions appelés à être parties prenantes à un « nouveau contrat ». Plus précisément, elle observe des associations caritatives (jam’iyât khayriyya) dont le nombre croît et le rôle s’accroit au long de la décennie, principalement dans la ville de Damas mais aussi à Alep et, à l’occasion, dans tout le pays.

4Ce faisant, elle documente et éclaire des processus socio-politiques ayant mené de façon aussi inéluctable qu’imprévisible à l’explosion de 2011. Ni révélations ni révisionnisme conceptuel mais une véritable enquête de terrain, un travail analytique exempt de préjugés et de biais téléologiques, et une écriture sobre. L’apport de ce livre aux débats sur la politique dans le monde arabe, sur l’autoritarisme, la dimension religieuse des processus sociaux, et sur la société civile, entre autres, est précieux d’autant qu’il suscite des interrogations.

5La démonstration se déploie en trois étapes adoptant des perspectives disciplinaires complémentaires. Une première partie, historique, met en place le cadrage de la scène sociale et politique sur laquelle se déploie le mouvement associatif dans la Syrie de Bachar al-Assad. En quoi le processus observé est-il nouveau et à quel point ? Et le passage du règne de Hafez à celui de Bachar constitue-t-il un tournant décisif ? La deuxième partie offre une présentation détaillée et parfois ethnographique des associations caritatives observées par l’auteure à Damas et Alep. Sans prétendre qu’elles sont représentatives de l’ensemble du monde associatif dans la période, elle s’appuie sur la description de leur mission, de leur fonctionnement et de leur rapport au pouvoir d’État pour travailler la thématique complexe de la société civile. C’est du côté de l’État, et même du sommet de l’État, que se tourne la troisième partie pour interroger sans préjugés les questions de l’autoritarisme « amélioré » et du désengagement ou de la décharge de l’État, afin de nourrir l’hypothèse de la transformation du « contrat social » entre l’État et la société sous le règne de Bachar al-Assad.

6L’effervescence du monde associatif en Syrie au tout début du XXIe siècle, est explorée en contraste avec sa mise sous le boisseau depuis un demi-siècle. LRdeE rappelle l’enracinement historique des associations caritatives et leur efflorescence à la période mandataire (1920-1946) puis dans la jeune République syrienne (1946-1949 et 1954-1958) gouvernée par des élites libérales mais peu démocratiques. Après les coups militaires de 1949, l’autoritarisme est institutionnalisé sous la République arabe unie : dans ce cadre, la Loi 93 de 1958 restreint la liberté d’association. Ce régime autoritaire est installé dans la durée par les gouvernements bathistes successifs après 1963. Des appareils étatiques de redistribution et d’encadrement de la société sont substitués aux associations traditionnelles, désormais marginalisées voire interdites, dans le cadre d’un « pacte social » – mais s’agissait-il d’un pacte s’il était imposé à une société muselée ?

7Au regard de ce double héritage, celui du libéralisme puis celui de l’autoritarisme, l’ouverture de l’espace public aux institutions et acteurs associatifs par le régime de Bachar est présentée comme une transformation importante, un changement de paradigme dans la conduite de l’État : l’abandon du pacte autoritaire et redistributif au bénéfice d’une ouverture à la fois à la démocratie et au marché sans négliger le social. Je reviendrai plus bas sur cette importante question du pacte. Mais notons pour l’instant que le projet de faire évoluer les institutions était apparu dès la prise de pouvoir par Hafez al-Assad en 1970. Ce qui fut baptisé alors « mouvement rectificatif » (harakat al-tashihiyya) prétendait ouvrir l’économie aux entrepreneurs privés considérés comme des partenaires du Bath y compris dans le gouvernement de l’État, notamment au sein du parlement. La seconde ouverture (infitâh) de Hafez al-Assad a été amorcée à la fin des années 1980 en réaction à la crise financière domestique et à la désintégration de l’urss. Cette fois encore, la libéralisation économique, emblématisée par la Loi 10 de 1991, s’est accompagnée de l’entrée au parlement d’ « indépendants » (Perthes) et plusieurs chercheurs y voient une revivification de la société civile dès 1997-1998 (Sottimano, p. 23).

8Pour sa part, le changement initié par Bachar à partir de 2000 est resté à la fois partiel et réversible. L’ouvrage de LRdeE rend compte de la croissance quantitative et de la montée en visibilité du secteur associatif au cours de la décennie (p. 111 et 174) ainsi que de la diffusion du thème de la « participation » de la société (p. 201) au développement. Le chapitre 2 (« Le retour de la société civile et l’essor des associations de bienfaisance sous la présidence de Bachar al-Assad ») documente l’importance qualitative du secteur associatif dans la participation aux nouvelles politique sociales syriennes. Mais il montre aussi, avec finesse et précision, l’alternance des phases de « desserrement » et de répression au long de cette décennie, au gré des vicissitudes internationales que connait le régime. Il montre en particulier combien la corde s’est resserrée au cou des acteurs associatifs à partir de 2008 derrière une apparente réconciliation entre le régime syrien et les puissances occidentales.

9Peut-être une analyse critique nous aurait-elle permis alors de lire dans la dépendance des acteurs sociaux à l’égard d’une régime inconstant et arbitraire, un indice du soulèvement à venir ? Au risque de la rétrospective, l’accession au pouvoir de Bachar constituerait peut-être moins un tournant qu’une étape dans le processus historique d’adaptation de l’autoritarisme syrien.

10La partie consacrée aux associations de bienfaisance est particulièrement remarquable. D’emblée, LRdeE a adopté un « usage pratique » du terme de société civile. Suivant la réflexion approfondie de Michel Camau (p. 214-216), elle s’est attachée aux manières de faire et à la « réélaboration nationale » de la notion, et non à sa charge normative.

11Elle a mené ses observations auprès d’une trentaine d’associations durant plus de quatre ans (tableaux récapitulatifs p. 315-320 et 328-330) au cours de longs séjours en Syrie et à travers une participation à leurs activités, sans compter les dizaines d’entretiens avec des officiels et fonctionnaires. Lorsqu’on sait la difficulté à mener une enquête ethnographique dans ce pays tant en raison de sa fermeture sécuritaire que de la méfiance de la société, on apprécie la ténacité et l’intelligence de son travail, et on se réjouit de la richesse des éléments de compréhension qu’il apporte. D’autant que LRdeE tient, autant qu’elle le peut, à étudier ces associations syriennes comme des sociologues espagnols, français ou autres étudient des objets sociaux et des fonctionnements sociétaux dans leurs sociétés : typologie, rapport à la législation, financement ; puis analyse de l’inspiration, des modalités et des formes de l’engagement individuel en milieu associatif. Elle montre que le capital social a été souvent transmis entre générations de notables, d’oulémas ou d’entrepreneurs privés, passées au travers du tamis bathiste. Si bien que les généreux patrons d’association entretiennent ainsi leur prestige et leurs réseaux de sociabilité, et les étendent même parfois en direction de donateurs expatriés ou internationaux. Pour leur part, les employés de ces associations naviguent entre salaires insuffisants et acquisition de compétences. Quant aux bénéficiaires, ils sont tenus à distance, voire traités en objets par l’appareil associatif – plusieurs études ont montré des processus similaires en Jordanie et en Égypte (Clark, Haenni).

12Bien sûr, le secteur caritatif étudié en profondeur par LRdeE ne constitue qu’une petite part d’un champ associatif vaste et fragmenté (p. 104-105) qui inclut de nouvelles associations culturelles, de développement et de plaidoyer ainsi que l’éventail des ONG gouvernementales du Syria Trust fondé et piloté par l’épouse du Président (p. 275-285). Il a été observé dans la capitale et accessoirement à Alep tandis que maintes particularités régionales et communautaires (les associations en milieu alaouite, ismaélien, kurde, druze…) ont été sagement laissées hors d’étude. S’ajoute que dans cette phase, il restait difficile, voire impossible, de faire la part de la logique entrepreneuriale et de la logique caritative au sein d’un secteur privé en expansion. Il faut admettre qu’il ne pouvait en être autrement, s’agissant de la « société civile réelle ».

13En s’appuyant sur des cas précis tissés d’entretiens et abondamment documentés comme par exemple s’agissant du fonctionnement clientéliste du ministère des Affaires sociales (p. 255-258), LRdeE propose de distinguer entre les stratégies de voice, d’exit ou de loyalty des responsables associatifs lorsqu’ils sont confrontés aux diktats des appareils du pouvoir. Elle montre ainsi la variété des contextes, des positionnements et des trajectoires – même si son recours aux catégories proposées par Hirschman pour étudier les comportements des usagers du service public déconcerte quelque peu. Approfondissant cet emprunt, elle propose une intéressante distinction entre les associations ahlî, appuyées sur des liens sociaux forts (familiaux, confessionnels, ethniques, localistes…) et les associations madanî appuyées sur des liens choisis, volontaires, mais plus faibles. Les premières seraient disposées à se soumettre au pouvoir autoritaire, en tout cas à négocier avec lui (loyalty). Les secondes deviendraient synonymes de « contestation », voice (p. 155-163 et 205-208). Voilà en tout cas une hypothèse stimulante car elle porte bien au-delà de la construction des catégories.

14Renversant la perspective, la troisième partie s’attache à l’acteur étatique et à ses « ingénieries politiques ». On est ici au cœur des questions qui taraudent les politistes travaillant sur l’Orient arabe : celle du mode de gestion de la société par un régime autoritaire ; celle de ses interactions avec la société civile (tant ahlî, qui englobe les associations sous son contrôle, que madanî, qui recèle les contestataires voire des adversaires) ; et, partant, celle de l’articulation entre reviviscence de la société civile et démocratisation.

15LRdeE observe donc l’action publique (y compris le discours du pouvoir, dont elle souligne la valeur performative) par la porte d’entrée du traitement du secteur des associations caritatives par les autorités au long de la décennie 2000. Faut-il faire crédit à l’ambition modernisatrice de réforme « par le haut » affichée par le couple présidentiel ? Faut-il plutôt y voir la stratégie, essentiellement discursive, de survie d’un régime impuissant à satisfaire besoins populaires et injonctions internationales ? Peut-on y déceler des procrastinations et des détours tactiques tendant in fine à désamorcer le champ politique (Tozy) ?

16L’analyse progresse avec précaution. LRdeE lit avec raison la politique du régime comme une politique de redéploiement plutôt que de désengagement, une stratégie d’ailleurs adoptée dès les années 1990 (p. 201) dans les domaines social, sanitaire et éducatif. Elle montre qu’il s’agit bien de décharge en s’appuyant sur les discours du couple présidentiel et sur les projets affichés par le régime tout au long de la décennie 2000, de réformer et de « mettre en ordre » l’appareil public civil. La priorité au « développement et à la modernisation » affichée dans le 10e plan quinquennal (2005) consiste à substituer au système de protection social ba’thiste un « nouveau contrat social » baptisé « économie sociale de marché », où des acteurs privés et certains secteurs soumis de la société civile seraient les partenaires privilégiés de l’État, en charge de parer à sa défaillance. Le bilan, même partiel que LRdeE présente de cette politique de décharge à la fin de son chapitre 6 (p. 230-234) est éloquent. Pour leur part, les nombreux acteurs de la coopération internationale (ceux de l’UE et les missions de coopération française en particulier) se sont usés en vain dans cette période, à mettre en actes les discours et projets du régime (p. 236) tandis que le PNUD a été mis à lourde contribution pour mener des enquêtes coûteuses et faire des recommandations restées lettre morte. L’État « concepteur, législateur, gestionnaire », présenté en détails dans le chapitre 7, est surtout un État mystificateur qui renforce parallèlement son encadrement idéologique et sécuritaire de la société ; un État disciplinaire et même répressif (Foucault est cité avec justesse) qui trace une nouvelle et profonde distinction entre une minorité profiteuse de la libéralisation économique et la majorité de la société.

17La ligne est en effet fine, qui distingue, d’une part, une stratégie de décharge adoptée pour corriger un déficit budgétaire inquiétant et soutenir la libéralisation économique, et, d’autre part, une volonté de contrôler et discipliner le champ associatif. En s’inspirant de Michel Camau, LRdeE montre que le processus de décharge s’accélère : enregistrements en forte hausse, encouragements aux associations ahlî, et inflation des GO-NGO. Les acteurs privés et certains segments de la société civile y gagnent une petite marge de manœuvre si bien qu’on pourrait déceler l’ébauche d’une prise de conscience pré-politique au sein de la société. Pourtant, les outils de démocratisation prônés par l’UE sont utilisés par le régime pour sélectionner les participants à l’arène politique : ceux qui sont prêts à faire de compromis en renonçant à s’opposer au pouvoir, et même à le contester. La « société civile réelle » dans la Syrie de Bachar al-Assad, est une société civile qui « détourne [les citoyens] de la révolution », comme l’écrit Camau citant Tocqueville (note 50 p. 228). Elle est surtout une ressource pour le régime. 

18Mais dans quelles limites ? Quelles leçons le régime et les opposants vont-ils tirer de l’échec désastreux de la mise en place de ce « nouveau contrat social » ? Le livre sobre et solide de LRdeE, qui s’achève à l’aube du soulèvement en Syrie, touche au cœur des dynamiques État-société encore à l’œuvre dans la destruction et la reconstruction du pays.

Haut de page

Bibliographie

CLARK Janine, 2004, « Social movement theory and patron-clientelism: Islamic social institutions and the Middle East class in Egypt, Jordan and Yemen, Comparative Political Studies 37 (8), p. 941-968.

CAMAU Michel, 2002, « Sociétés civiles ‘réelles’«  et téléologie de la démocratisation », Revue Internationale de Politique Comparée 9 (2), p. 213-232.
GRANOVETTER Mark, 1973, « The Strength of weak ties », American Journal of Sociology 78 (6), p. 1360-1380.

HAENNI PATRICK, 2005, L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, Paris, Karthala.

HEYDEMANN Steven, 2013, « Syria and the future of authoritarianism », Journal of Democracy 24 (4), p. 59-73.

HIRSCHMAN Albert, 1970, Exit, voice, and loyalty. Responses to decline in firms, organizations, and states, Cambridge, Harvard University Press.

PERTHES Volker, 1992, « Syrie : les élections de 1990. Mise en place d’une chambre corporatiste », Maghreb-Machrek 137, p. 3-14.

SOTTIMANO Aurora, 2008, « Ideology and discourse in the era of Bacthist reforms: Towards an analysis of authoritarian governmentality, in Selvik K., Sottimano A. (dir.), Changing regime discourse and reform in Syria, St Andrews Papers on Modern Syrian Studies n° 1, p. 5-32.

TOZY Mohamed, 1989, « Représentation/Intercession. Les enjeux de pouvoir dans les ‘champs politiques désamorcés’« , Annuaire de l’Afrique du Nord XXVIII, p. 153-168.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « RUIZ de ELVIRA Laura, Vers la fin du contrat social en Syrie. Associations de bienfaisance et redéploiement de l’État (2000-2011). Paris, IISMM/Karthala, 2019 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13881

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Elizabethpicard[at]yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search