Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147SECONDE PARTIELectures en ligneCHESNEAU Jean, Voyage de Paris en Co(…)

Lectures en ligne

CHESNEAU Jean, Voyage de Paris en Constantinople, Édition critique par Lisa Pochmalicki, Genève, Droz, 2019, LXVIII + 127 p.

Brigitte Marino

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, les récits de voyage publiés à partir de 1970 à l’Institut français d’archéologi (...)

1Depuis quelques décennies, de nombreux récits de voyage ont été réimprimés ou réédités, parfois dans le cadre de collections dédiées1. Le récit de Jean Chesneau (1547-1555) fait ici l’objet d’une édition critique entreprise par Lisa Pochmalicki qui prépare actuellement une thèse de doctorat en littérature française sous la direction de Frank Lestringant (université Paris-Sorbonne). Le livre comprend une introduction (p. XV-XLV), une note d’établissement du texte (p. XLVII-LV), une bibliographie (p. LVII-LXVIII), l’édition du texte (p. 1-105), un glossaire (p. 107-112), une table des chapitres selon la répartition proposée par cinq manuscrits (p. 113-118), un index géographique (p. 119-122) et un index onomastique (p. 123-126).

2Au temps de François Ier puis d’Henri II, dans le contexte de l’alliance franco-ottomane parfois fragile contre Charles Quint, Jean Chesneau (m. après 1587) est, pendant huit ans (1547-1554), au service des ambassadeurs Gabriel d’Aramon (1546-1553), puis Jean de Codignac (1554-1556) auprès du sultan Soliman le Magnifique (1520-1566). Plusieurs voyageurs aux profils différents, qui ont eu l’occasion de côtoyer d’Aramon à divers moments de son séjour en Orient (Pierre Belon, Jacques Gassot, Pierre Gilles, Nicolas de Nicolay, Guillaume Postel, André Thevet), ont rédigé des récits qui, à la différence de celui de Chesneau, ont été publiésdès le xvie siècle. En s’inspirant largement du récit de Gassot, qui se termine au mois de décembre 1548, Chesneau a vraisemblablement rédigé le sien à la fin des années 1560, après son retour en France ; il figure dans plusieurs manuscrits tardifs qui ont donné lieu à des éditions dans des ouvrages publiés en 1759, 1838, 1850 (bibliographie, p. LVII). C’est en 1887 que Charles Schefer publie à Paris une version de ce récit qui est réimprimée en 1970 à Genève.

  • 2 Ces raisons sont déjà évoquées par F. Lestringant (1984, p. 12-13) qui est très critique envers Sch (...)

3L. P. ne justifie pas d’emblée la réédition de ce récit dont la brève partie égyptienne (p. 79-87) a déjà été rééditée en 1984 par F. Lestringant. C’est dans la « Note d’établissement du texte » que sont suggérées les raisons de cette réédition : y sont en effet évoquées « les nombreuses négligences », les « conventions d’écriture quelque peu contestables », les « omissions répétées » et les « inversions de termes » de Schefer (p. LV)2. Comme le note déjà F. Lestringant, qui déplore le fait que l’édition de Schefer repose sur la version la plus fautive du manuscrit, L. P. considère que « ces approximations dans l’établissement du texte sont d’autant plus regrettables que cette édition s’accompagne d’une solide préface et d’un apparat critique relativement riche » (p. LI) et que « si le travail de transcription de Schefer manque parfois de rigueur, ses annotations sont particulièrement riches et, en général, justes » (p. LV).

  • 3 Ces cinq manuscrits sont déjà connus de Schefer qui édite celui de la Bibliothèque de l’Arsenal san (...)
  • 4 Les trois manuscrits découverts depuis 1984 sont aussi conservés à la Bibliothèque nationale.

4En 1984, F. Lestringant signale que cinq manuscrits de ce récit de voyage sont conservés en France : quatre d’entre eux à la Bibliothèque nationale et le dernier à la Bibliothèque de l’Arsenal3. Depuis cette époque, la liste des manuscrits connus de ce récit s’est allongée : L. P. mentionne ici dix manuscrits (huit en France4, un en Allemagne et un en Pologne). Elle présente chacun d’eux en reprenant les descriptions de F. Lestringant et en justifiant, comme ce dernier, le choix d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale, celui qui « propose l’état le plus développé de la relation de Chesneau » et qui « respecte le plus le travail de réécriture du Discours de Gassot » (p. XLVIII).

  • 5 En guise de sommaire, la table des chapitres proposée par cinq manuscrits a toutefois été indiquée (...)

5L. P. expose par ailleurs les principes sur lesquels repose l’édition de ce manuscrit (p. LIII-LIV). Comme dans plusieurs éditions modernes d’autres récits de voyage du xvie siècle qui sont cités dans ce livre, notamment celui de Nicolas de Nicolay, édité par M.-C. Gomez-Géraud et S. Yerasimos (1989) ou celui de Pierre Belon, édité par A. Merle (2001), de nombreuses modifications ont été introduites par L. P. dans le texte de Chesneau « afin de faciliter la lecture et la compréhension » : ainsi, quelques rares fautes grammaticales ont été corrigées ; les lettres [u] et [v], [i] et [j], [i] et [y], confondues dans la graphie ancienne, ont été rétablies conformément à l’orthographe actuelle ; certains accents ont été ajoutés ; d’autres signes orthographiques comme la cédille ou l’apostrophe ont été introduits ; l’usage actuel pour l’emploi des majuscules et des minuscules a été, dans certains cas, respecté ; les abréviations ont été développées ; quelques points et virgules ont été insérés. L. P. note que seules les variantes les plus significatives d’un manuscrit à l’autre ont été signalées afin de ne pas surcharger et alourdir l’appareil de notes : ainsi les différences orthographiques et la modernisation de certains mots ne sont pas mentionnées ; un grand nombre d’ajouts ou de substitutions, vraisemblablement employés pour moderniser la langue du texte original, ne sont pas toujours relevés. Enfin, la répartition en chapitres présente dans certains manuscrits n’est pas reproduite car elle ne figure pas dans le texte édité ici ; des paragraphes ont, en revanche, été introduits, et une table des chapitres proposés dans certains manuscrits est reproduite en annexe5.

6Dans l’introduction, L. P. évoque les quatre ambassadeurs qui ont précédé d’Aramon auprès du sultan Soliman à partir de 1535, date de la création d’une ambassade française permanente à Constantinople. Né vers 1520 à Poitiers, Jean Chesneau, dont la filiation est ici actualisée par des recherches effectuées dans les années 1990, est au service de Gabriel d’Aramon (1546-1553), puis de son successeur, Jean de Codignac (1554-1556). Engagé à 26 ans par d’Aramon, Chesneau « est issu d’un milieu où se côtoient officiers de justice liés à la noblesse et humanistes ». L’ambassade dont il est membre part de Lyon le 19 janvier 1547 et arrive à Constantinople le 13 mai de la même année après avoir traversé la Suisse, l’Italie, les Balkans et la Grèce.

7Après avoir retracé les grandes lignes du parcours de Chesneau, secrétaire et voyageur, L. P. replace son récit dans le contexte de la littérature de voyage, entre diplomatie et pèlerinage. Elle analyse sa « structure dictée par la topographie et la chronologie » et signale qu’il s’agit d’un « récit dépourvu d’autorité(s) ». Sont ensuite exposées quelques considérations sur le Levant à travers l’admiration de Chesneau pour l’ordre de la société ottomane, ses positions face au pouvoir ottoman et la visite des Lieux saints. L’introduction se termine par « la curiosité du voyageur pour les merveilles d’Orient ».

  • 6 Sur les titres des différents manuscrits, beaucoup plus détaillés, voir p. 3, n. 1 et 2.
  • 7 « voyage » selon les modifications annoncées par l’auteur (p. LIII) ?
  • 8 Sur cette campagne navale, telle que l’on peut la reconstituer non seulement à partir de sources ot (...)

8Contrairement à ce que suggère le titre de ce livre, nécessairement abrégé par rapport aux titres des manuscrits6, Constantinople ne constitue pas le terminus de ce voyage. L’année suivant l’arrivée de l’ambassade dans la capitale ottomane, sur ordre du roi de France Henri II, Aramon et sa suite, environ quatre-vingt personnes, se mettent en route pour suivre le sultan Soliman dans la campagne qu’il souhaite entreprendre contre les Safavides ; ils quittent Constantinople le 2 mai 1548, traversent l’Anatolie et rejoignent le camp du « Grand Seigneur » à proximité d’Esdron (Erzurum) pour se diriger vers Tabriz. Sur le chemin du retour, le sultan Soliman fait la conquête de la forteresse de Van grâce aux conseils avisés de l’ambassadeur de France. Après sept mois passés à Alep (décembre 1548-juin 1549), le sultan et son armée retournent en Perse alors que d’Aramon et sa suite choisissent de se rendre au Caire en passant notamment par Alep, Damas, Jérusalem et Alexandrie. Ils sont de retour à Constantinople le 28 janvier 1550 après un périple de vingt et un mois ; ce retour constitue une grande consolation pour Chesneau « tant pour estre delivrez de ung si ennuieulx et long voiage7, que pour y trouver les commoditez et rafrechissementz qui nous estoient necessaires » (p. 93). Chesneau ne participe pas, aux côtés d’Aramon et de Sinân Pacha, à la prise de Tripoli de Libye en 1551 ni à la campagne navale franco-turque de 1552 mais il évoque toutefois ces événements dans son récit (p. 94-95)8.

  • 9 Comme cela est par exemple le cas, en 2010, pour le récit de Bertrandon de la Broquère (1432-1433), (...)

9Il n’est pas rare que des récits de voyage fassent l’objet de plusieurs rééditions successives, chacune ayant ses propres justifications et ses propres objectifs. Comme cela apparaît dans la bibliographie de ce livre, le récit de Pierre Belon a, par exemple, été édité quatre fois (1553, 1970, 2001, 2004) ; celui de Jean Palerne, trois fois (1606, 1971, 1991) ; celui de Nicolas de Nicolay, deux fois (1568, 1989), de même que celui d’André Thevet (1554, 1985). Cette édition du récit de Chesneau, fondée sur un autre manuscrit que celui choisi par Schefer, complète la liste des manuscrits connus jusqu’à présent, tout en apportant des éléments nouveaux sur la biographie de son auteur. Le travail réalisé, qui se distingue d’une transcription scrupuleusement fidèle au manuscrit, sans toutefois le réécrire en français moderne9, fera sans doute connaître l’ambassade d’Aramon à un public plus large, intéressé par la langue française du xvie siècle et/ou l’Empire ottoman.

  • 10 À ces études pourrait s’ajouter une thèse récente qui prend en considération le récit de Chesneau d (...)

10Objet de plusieurs études littéraires mentionnées dans la bibliographie du livre10, le récit de Chesneau suscite aussi l’intérêt des historiens, qui se sont fondés, jusqu’à présent, sur l’édition de Schefer. Sur l’expédition vers Tabriz, la conquête de la forteresse de Van, les difficultés rencontrées ensuite par les Ottomans face aux Safavides et les problèmes d’approvisionnement, les informations données par Chesneau peuvent ainsi être comparées à celles fournies par Malvezzi, secrétaire du représentant des Habsbourg (Tracy, 2015). Dans un autre registre, celui du fameux éléphant qui meurt de mélancolie à Alep, le récit de Chesneau peut, quand il est rapproché de diverses sources, s’intégrer dans une étude des relations diplomatiques où le pachyderme tient une place d’honneur (Posch, 2015).

11Malgré les travaux qui lui ont déjà été consacrés, le récit qui est ici mis à notre disposition présente encore de nombreux aspects inexploités qui pourront faire l’objet de futures études encouragées par cette nouvelle édition. Certains chercheurs ne renonceront sans doute pas à consulter le travail de Schefer qui comprend une longue introduction et d’abondantes notes ; toutefois, grâce à la présente réédition, ils seront désormais plus vigilants sur le contenu du manuscrit édité à la fin du xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Bertrandon de la Broquère, Le Voyage d’Orient. Espion en Turquie, texte mis en français moderne par Hélène Basso, introduction et notes de Jacques Paviot, Toulouse, Anacharsis, 2010.

Chesneau Jean, Le voyage de Monsieur d’Aramon, Ambassadeur pour le Roy en Levant, publié et annoté par M. Ch. Schefer, Paris, Ernest Leroux, 1887 ; Genève, Slatkine Reprints, 1970.

Chesneau Jean - Thevet André, Voyages en Egypte, 1549-1552, présentation et notes de Frank Lestringant, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1984.

Galland Antoine, Voyage à Constantinople (1672-1673), préface de Frédéric Bauden, édition originale présentée et annotée par Charles Schefer, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

Mahjoub Rami, De Constantinople à Istanbul : la représentation nuancée des Ottomans par des voyageurs européens aux xve et xvie siècles, Thèse de doctorat en littérature générale et comparée, Université Côte d’Azur, 2017.

Posch Walter, « On a Pachyderm’s Voyage from Tabriz to Aleppo: A Light Moment in Persianate ‘Elephant Diplomacy’ », Journal of Persianate Studies, 2015, 8, p. 223-253.

Tracy James, « Foreign Correspondence: European Accounts of Sultan Süleyman I’s Persian Campaigns, 1548 and 1554 », Turkish Historical Review, 2015, 6, p. 194-219.

Veinstein Gilles, « Les préparatifs de la campagne navale franco-turque en 1552 à travers les ordres du divan ottoman », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 1985, 39, p. 35-67.

Yerasimos Stéphane, Les voyageurs dans l’Empire ottoman (xive-xvie siècles). Bibliographie, itinéraires et inventaire des lieux habités, Ankara, Société turque d’histoire, 1991.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, les récits de voyage publiés à partir de 1970 à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire à l’initiative de Serge Sauneron (1927-1976), directeur de cet institut (1969-1976).

2 Ces raisons sont déjà évoquées par F. Lestringant (1984, p. 12-13) qui est très critique envers Schefer face à ce « texte établi en dépit du bon sens ». Notons toutefois que le travail d’édition de Schefer est parfois apprécié : dans la préface du journal d’Antoine Galland édité en 1881 par Schefer et publié à nouveau en 2002 dans son édition originale, F. Bauden qualifie cette édition d’excellente (Galland 2002, p. VIII).

3 Ces cinq manuscrits sont déjà connus de Schefer qui édite celui de la Bibliothèque de l’Arsenal sans préciser les raisons de son choix ; Chesneau, 1887, 1970, p. LIX.

4 Les trois manuscrits découverts depuis 1984 sont aussi conservés à la Bibliothèque nationale.

5 En guise de sommaire, la table des chapitres proposée par cinq manuscrits a toutefois été indiquée à la fin du livre. Pour l’itinéraire détaillé de ce voyage, voir Yerasimos, 1991, p. 211-213.

6 Sur les titres des différents manuscrits, beaucoup plus détaillés, voir p. 3, n. 1 et 2.

7 « voyage » selon les modifications annoncées par l’auteur (p. LIII) ?

8 Sur cette campagne navale, telle que l’on peut la reconstituer non seulement à partir de sources ottomanes mais aussi à partir des dépêches envoyées par d’Aramon à Henri II, voir Veinstein, 1985.

9 Comme cela est par exemple le cas, en 2010, pour le récit de Bertrandon de la Broquère (1432-1433), plus connu sous le nom de Bertrandon de la Broquière ; notons que ce récit a aussi été édité par Schefer (1892).

10 À ces études pourrait s’ajouter une thèse récente qui prend en considération le récit de Chesneau dans son corpus (Mahjoub, 2017).

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « CHESNEAU Jean, Voyage de Paris en Constantinople, Édition critique par Lisa Pochmalicki, Genève, Droz, 2019, LXVIII + 127 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 147 | octobre 2020, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13886

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Aix Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France ; Marino[at]mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search