Navigation – Plan du site

AccueilActualités et ressourcesAppels à contributionLa presse arabophone hors du monde a(…)

La presse arabophone hors du monde arabe : effets de contexte sur une presse allophone

The Arabic press published outside the Arab world: Context effects on an allophone press. Franck MERMIER, Asmaa AZIZI et Diana COOPER-RICHET

La presse arabophone hors du monde arabe : effets de contexte sur une presse allophone. Proposé par Franck MERMIER, Asmaa AZIZI et Diana COOPER-RICHET

Cet appel à contributions porte sur la presse arabophone publiée hors du monde arabe. Cette presse regroupe l’ensemble des publications (quotidiens et périodiques) éditées et publiées en langue arabe au sein de pays où cette langue n’est pas une langue dominante.

Si, pour les besoins de cet appel, l’usage de l’expression « la presse arabophone » est au singulier, cette dernière ne constitue pas pour autant une entité homogène. En effet, cette presse est bien plurielle au vu de l’hétérogénéité des temporalités et des contextes de sa naissance, de ses contenus, des trajectoires de ses instigateurs, Arabes ou arabisants, et leurs motivations mais aussi compte-tenu du statut évolutif de la langue arabe. Cette diversité est liée aussi aux différentes localisations de cette presse et aux rapports que ces contextes entretiennent avec l’espace arabe et avec les communautés arabes diasporiques. Les conséquences des interactions que cette presse allophone entretient avec les configurations sociales, politiques et culturelles dans lesquelles elle se déploie seront au centre de notre réflexion.

Cette presse constitue le parent pauvre de la littérature scientifique en France et ailleurs1. Elle n’a fait l’objet que d’un nombre limité de travaux de recherche qui, quand ils existent, s’apparentent davantage à des études de cas prenant pour objet un titre précis. Si de tels travaux ont le mérite d’étudier en profondeur la forme et le contenu d’un titre de presse, ils ne l’inscrivent pas pour autant dans la cartographie plus générale de ce type de publications. L’étude de cette presse dans l’aire « non arabophone » est pourtant cruciale pour la compréhension à la fois de l’histoire nationale et de l’histoire de la presse des pays où elle est née. Partant du rôle que joue l’imprimé dans la construction des imaginaires nationaux (Anderson, 1996), son étude permettrait d’interroger les processus de (ré)écriture des identifications et des cultures nationales de ces pays et/ou ceux d’origine de ses instigateurs. Par ailleurs, son analyse permettrait de saisir les enjeux diplomatiques et politiques que ces productions éditoriales donnent à voir.

Cette presse recèle des logiques temporelles et géographiques multiples : elle relève à la fois d’un phénomène ancien et d’actualité et est intimement liée aux cadres sociaux et historiques de sa parution. Ainsi, le présent appel à contributions couvre un champ temporel large traversé par des contextes politiques variés dans le monde arabe (Empire ottoman, colonisations, indépendances et constructions des Etats-Nations modernes) et dans les pays où ces titres de presse sont nés. Il porte sur les publications ayant vu le jour aux 19ème et 20ème siècles mais aussi sur celles qui sont plus récentes, celles ayant cessé de paraître ou continuant d’exister.

De même, cet appel ne se limite pas à l’Europe ou aux Etats-Unis. Historiquement, la France et le Royaume-Uni ont constitué deux zones clés d’épanouissement d’une presse arabe en quête de liberté et d’un climat d’édition favorable (Elias, 1993, p. 44). A Paris, de nombreux titres ont vu le jour comme, entre autres, « Al Urwa Al Wuthqa » né, en 1884, d’une collaboration entre Jamal Eddine Al-Afghani et Mohamed Abduh ou encore le titre satirique « Abou Naddara Zarqa » que Yaqub Sannu a continué à publier après son exil d’Egypte en 1878 et dans lequel il plaidait pour le nationalisme égyptien auprès des Européens (Fahmy, 2008). Faut-il rappeler toutefois l’ambiguïté du rôle de Paris dans l’existence de cette presse arabe ? Alors que la ville offrait un espace de libre expression aux journalistes et autres intellectuels qui y ont trouvé refuge, les autorités politiques françaises publiaient des titres en langue arabe à des fins de propagande en y réaffirmant les positions de la France vis-à-vis de l’Empire ottoman et en exposant ses désirs colonialistes. L’exemple phare de ce type de presse est le journal « Al Mustaqbal » ( L’Avenir) paru à Paris en 1916.

Outre-Manche, et dès la deuxième moitié du 19ème siècle, plusieurs titres hostiles à l’Empire ottoman ont vu le jour tels que « An-Nahla » ( L’abeille). Initialement parue à Beyrouth, cette publication a commencé à être publiée depuis Londres, à partir de 1876, après l’exil de son fondateur Louis Sabounji (Zolondek, 1978) (Visser, 2014). De même, des titres de propagande ont été édités et publiés par l’administration ottomane, depuis Londres, pour contrebalancer les idées qui lui étaient hostiles. Cette mission a été remplie entre autres par la publication « Al Ghayra » (Elias, 1993, p. 45).

Par ailleurs, les flux d’immigration syro-libanaise vers le Nouveau Monde ont permis la mise en place de plusieurs journaux arabes. Ces derniers ont mené une pluralité de rôles au sein de ces communautés dont un rôle éducatif et d’apprentissage et un autre d’intégration et de savoir-vivre. En 1910, il y avait plus d’une quinzaine de journaux arabes aux Etats-Unis (Cadinot, 2013). « Kawkab Amrika » ( Planète Amérique) paru en 1888 à New York en est un exemple (Abu Laban, 1981). Il est aussi important de souligner que cette presse, particulièrement en Amérique du Sud, fut un vecteur important d’idées nationalistes telles que le nationalisme pansyrien et le nationalisme libanais, et a joué un rôle important dans « les mobilisations politiques transnationales » (Logrono Narbona, 2014).

Au milieu des années 1970, et en raison de la guerre qui sévissait au Liban, de nombreux journalistes et titres de presse ont émigré à Paris et à Londres. C’est finalement cette dernière capitale qui devenait le centre de gravité de la presse arabe en Europe. Plusieurs journaux panarabes vont ainsi être créés grâce à des capitaux saoudiens (El Oifi, 2005). Les deux titres « Ach-charq Al Awsat » et « Al Hayat » fondés respectivement en 1978 et en 1989 en sont deux exemples phares. Plus récemment, le quotidien « Al Araby Al Jadeed » était publié à Londres, Doha et Istanbul, étendant dans la presse écrite la politique d’influence du Qatar dans le secteur télévisuel avec la chaîne satellitaire Al-Jazeera. Après 2011, les révolutions arabes vont susciter de profondes transformations dans les champs médiatiques arabes avec la floraison de titres de presse dans les pays mêmes (Tunisie) ou dans les espaces diasporiques créés par les déplacements forcés des populations résultant de la répression et/ou de la guerre (Syrie, Yémen, Egypte, Libye, Irak).

Ce numéro de la REMMM souhaite interroger les conditions de production de cette presse arabophone dans les divers contextes sociétaux, politiques et historiques dans lesquels elle s’est développée, à travers l’identification de ses acteurs et figures journalistiques, la détermination de son lectorat, de son aire de diffusion, de son contenu et de ses inflexions idéologiques. Il s’agira ainsi de questionner le rôle de cette presse dans la formation des identifications nationalistes et communautaires, dans les relations entre les territoires d’origine et les diasporas, dans les mobilisations politiques, dans la formulation et la diffusion des débats intellectuels, ainsi que dans la formation et la propagation de nouvelles formes d’expression linguistiques et culturelles.

Les propositions d’articles à soumettre pourront aborder, à titre d’exemple et de manière non exclusive, une ou plusieurs des problématiques suivantes :

Axe 1. Production et organisation

Les auteurs-éditeurs à l’initiative de ces expériences éditoriales présentent des profils variés qui ne peuvent être dissociés des contextes locaux dans lesquels ils ont déployé leurs activités et leurs entreprises de presse. Quels statuts ont-ils ? S’agit-il de productions éditoriales d’immigrés, de réfugiés, de militants politiques, de groupe d’intellectuels, d’une élite mondialisée, d’autorités politiques, de professionnels du journalisme ?

De même, nous pouvons nous intéresser plus spécifiquement aux types de ces productions éditoriales, à leurs identités matérielles (journal, brochure, bulletin, etc.), à leurs supports (papier, numérique), à leurs périodicités et à leurs modèles économiques. S’agit-il d’initiatives privées ou financées par les autorités des pays d’origine ou de parution de ces titres ? Les dispositifs législatifs en vigueur dans les pays de parution de ces titres favorisent-ils ou, au contraire, contraignent-ils la parution de ce type de presse ?

Axe 2. Contenus et enjeux

Il s’agira ici de s’intéresser aux thématiques exposées dans ces titres et à leurs lignes éditoriales. Que disent-elles des instigateurs de cette presse et des époques de leurs publications ? Qu’en est-il de la diversité linguistique de cette presse ? De quelles variantes de la langue arabe s’agit-il ? Quelle symbolique accompagne le choix de la langue ? La langue arabe est-elle la seule langue mobilisée au sein de ces titres ou se retrouve-t-on devant des productions éditoriales multilingues ? Est-elle d’ailleurs un thème à part entière faisant l’objet de débats ? On s’interrogera particulièrement sur la dimension nationaliste et communautaire des contenus pour déterminer les identifications que la presse promeut ainsi que les référents culturels et politiques qu’elle mobilise selon les différents titres et à différentes époques.

Les enjeux de cette presse sont multiples et varient en fonction des contextes et de l’état des relations entre les diasporas et leurs pays d’origine. On s’interrogera donc sur les évolutions de cette presse au cours de périodes données, et ce en relation avec des mobilisations identitaires, sociales, culturelles et politiques et de l’ancrage différencié de cette presse dans les pays d’accueil ou dans l’espace arabe.

Axe 3. Circulation et réception

La connaissance des modes de circulations de ces titres de presse est tributaire de plusieurs types d’interrogations. Cette circulation est-elle limitée uniquement aux territoires nationaux de leur parution ou les transcende-t-elle pour couvrir des zones davantage transnationales ? Qu’en est-il des circuits de diffusion et des modes de distribution de cette presse (vente au numéro, abonnements) ? Quid des acteurs qui participent à cette circulation (libraires, intellectuels, associations ou groupes politiques, etc.) ?

La question du lectorat, bien que souvent difficile à étudier, est une voie d’entrée privilégiée pour établir des relations entre le projet culturel/politique du titre de presse, son contenu et sa réception. Quels sont les lecteurs de ces titres de presse ? Quelle hétérogénéité se donne à voir au sein de ces publics ? Qu’en est-il des pratiques de lecture de cette presse ?

Les propositions d’articles voulant interroger les terminologies utilisées pour désigner ce type de presse sont aussi les bienvenues. Entre les pratiques d’auto-désignation et d’assignation identitaire, comment désigner cette presse ? Ces auteurs-éditeurs qualifient-ils leurs presses d’« arabe » ? Peut-on parler d’une presse communautaire ou d’une presse de « minorité » ? Comment la positionner dans le spectre plus large de la presse nationale des pays au sein desquels elle voit le jour ?

Cet appel est ouvert à plusieurs disciplines en Sciences Humaines et Sociales (Anthropologie, Sociologie, Sciences de l’information et de la communication, Sciences politiques, Histoire, etc.). Les chercheurs mobilisant des approches pluridisciplinaires sont fortement encouragés à soumettre des propositions d’articles. Les méthodologies aussi bien qualitatives que quantitatives sont les bienvenues. Ainsi, les travaux interrogeant les difficultés méthodologiques de repérage de ces titres de presse, de même que ceux proposant une lecture transversale de ces titres en fonction de leurs ancrages géographiques et historiques, s’inscrivent dans le sillage de cet appel.

Calendrier

1er décembre 2020 : Date limite de réception des propositions d’articles d’un maximum de 4000 signes avec le(s) nom(s) de l’auteur/ des auteurs, rattachement(s) institutionnel(s) et adresse(s) électronique(s) aux adresses suivantes : asmaa.azizi@univ-paris13.fr, franckmermier@yahoo.fr, diana.cooper-richet@uvsq.fr.

1er janvier 2021 : Notification de la décision du comité scientifique.

1er septembre 2021 : Date limite de réception des articles et mise en évaluation des textes.

Automne/Hiver 2022 : Publication du numéro spécial de la revue REMMM, vol 2022-2.

Plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici.

The Arabic press published outside the Arab world: Context effects on an allophone press. Franck MERMIER, Asmaa AZIZI et Diana COOPER-RICHET

This call for papers concerns the Arabic press published outside the Arab world. It includes all periodical publications (daily newspapers and reviews) published in Arabic in countries where this language is not one of the dominant languages.

For the needs of this call for papers, we will use the expression « the Arabic press ». However, this press is not a homogeneous entity. It is, in fact, heterogenous and displays multiple contents arising in multiple temporalities and contexts, but also the result of the various paths followed by its instigators (Arabs or Arabists), their motivations, as well as the evolving status of the Arabic language. This diversity is also linked to the different locations of this press and the relationships that these contexts maintain with both the Arab area and the Arab diasporic communities. Thus, the central elements of our thinking reflect the interactions that this Allophone press maintains with the social, political and cultural configurations in which it operates.

Very little research has been devoted to this press in France and elsewhere. In general, the works that examine this research object are case studies that focus on one or another specific publication. Most of the in-depth work concerns the content of specific titles and fails to take into consideration the general mapping of this type of publication.

Yet the study of this press is crucial for understanding both the national history and the history of the press of the countries where it was or is still published. Just like the role that print plays in the construction of national imaginaries (Anderson, 1996), this work would probably lead to a new approach concerning national identifications and cultures, (re) writing process in the countries where these titles were or are published, as well as to a better grasp of the diplomatic and political issues that these editorial productions raise.

This press conceals numerous temporal and geographical logics. It is both an old and a topical phenomenon, closely linked to the social and historical context of its publication. This call for papers therefore covers a large period of time (the publications that emerged in the 19th and 20th centuries but also those more recent, that have ceased to exist or continue to exist), various political contexts in the Arab world (Ottoman Empire, colonisations, independence followed by the building of the modern Nation-State) and in the countries where these press titles were born.

This call is not limited either to Europe or the United States. Historically, France and the United Kingdom have been the two key areas for an Arabic press seeking freedom and a favourable environment (Elias, 1993, p. 44). A large number of titles were published in Paris, including "Al Urwa Al Wuthqa", launched in 1884 by Jamal Eddine Al-Afghani and Mohamed Abduh, and the satirical title "Abu Naddara Zarqa", which Yaqub Sannu continued to publish after his exile from Egypt in 1878 and in which he pleaded for Egyptian nationalism among Europeans (Fahmy, 2008). However, the ambiguity of Paris' role in the existence of this Arabic press needs to be emphasized. While it offered a space for freedom of speech for journalists and other intellectuals who found refuge there, the French political authorities published titles in Arabic languages for propaganda purposes, thus reaffirming France's positions vis-à-vis the Ottoman Empire and exposing its colonial ambitions. The main example of this type of press is "Al Mustaqbal" (The Future) published in Paris in 1916.

On the other side of the Channel, as early as the second half of the 19th century, several titles hostile to the Ottoman Empire were published, such as "An-Nahla" (The Bee). Originally published in Beirut, it moved to London in 1876, following the exile of its founder, Louis Sabounji (Zolondek, 1978) (Visser, 2014). In the same way, propaganda titles were published by the Ottoman administration in London to counter hostile ideas circulated in the British capital. This task was fulfilled among other titles by « Al Ghayra » (Elias, 1993, p. 45).

To further complicate matters, Syrian and Lebanese communities in the New World established their own multifunctional (educational, learning, integration and savoir-vivre) press in Arabic. In 1910, there were more than fifteen Arabic newspapers published in the United States (Cadinot, 2013). « Kawkab Amrika » (Planet America) founded in 1888 in New York is a good example of this type of periodical (Abu Laban, 1981). It should also be noted that this press, particularly in South America, was an important vehicle for nationalist ideas, such as Pan Syrian and Lebanese nationalism and played an important role in « transnational political mobilisations » (Logrono Narbona, 2014).

In the mid-1970s, as a result of the war in Lebanon, many journalists and periodicals emigrated to Paris and to London. London became the centre for the Arabic press in Europe. Several pan-Arab newspapers were launched thanks to Saudi capital (El Oifi, 2005), such as "Ach-charq Al Awsat" (1978-) and "Al Hayat" (1989-). More recently, the daily "Al Araby Al Jadeed" was published in London, Doha and Istanbul, thus extending, to the written press, Qatar's policy of influence in the television sector, thanks to its satellite channel Al-Jazeera. After 2011, the Arab Spring brought about deep transformations in the Arab mediascape and the proliferation of press titles in both Arabic speaking countries (Tunisia) and the diasporic spaces created by forced displacements resulting from repression and/or war (Syria, Yemen, Egypt, Libya, Iraq).

This issue of REMMM aims to examine the conditions in which this Arabic press is produced as well as the social and historical contexts in which it developed. We will identify its editors and journalists, examine its readers, and geographical extent of circulation, examine its contents and explore ideological influences. This issue’s goal is to analyse the role of this press in the promotion and formation of nationalist and community identifications, in relations between host cultures and the countries from which immigrant communities arise, considering all aspects, from political mobilisations and the formulation and dissemination of intellectual debates to the articulation and dissemination of new forms of linguistic and cultural expression.

Article proposals may examine, for example, one or more of the following issues:

Area 1. Production and organisation

The authors and publishers behind these editorial experiences have varied profiles that cannot be dissociated from the local contexts in which they carried out their activities and their press enterprises. What is / was their status? Are they immigrants, refugees, political activists, intellectual groups, a globalized elite, political authorities, or professional journalists?

Research could also focus, more specifically, on the genera of these editorial productions, their material identities (newspaper, newsletter, leaflet, etc.), their media (paper, digital), their frequency and their business models. Are they private initiatives or were they financed by homeland and / or host authorities? Did / does the legislative framework in the countries where these titles are published facilitate or, on the contrary, hinder the publication of this type of press?

Area 2. Contents and stakes, notably the question of the language

Research could also focus on topics and editorial lines set out in these titles. What can be said about the instigators of this press and the periods during which it was published? What about the linguistic diversity of this press? What variant of the Arabic language is used in these titles? Which Arabic form(s) was / were used? The literary, vernacular or modern ones? What symbolic referents accompanied the choice of language? Is Arabic the only language used in these periodicals or are they multilingual editorial productions? Is the Arabic language an object of study in these titles? Particular attention will be paid to the nationalist and community dimensions of the content in order to identify those elements characteristic of the different periodicals at different times, as well as the cultural and political references they mobilize.

The stakes for such a press are multiple and vary according to the contexts and relations between diaspora communities and their countries of origin. We will therefore examine the evolution of this press during particular periods, in relation to identity, social, cultural and political mobilization and the differentiated anchoring of this press in host countries or in the larger Arabic space.

Area 3. Circulation and reception

The modes of circulation of this press are multiple and depend on whether its circulation is limited to the national territory in which it is published or if it covers transnational zones? What are the distribution channels and methods of distribution employed by this press (sale by issue, subscriptions)? What channel intermediaries are employed in this distribution model: booksellers, intellectuals, associations or political groups …?

The question of readership, although often difficult to ascertain is a privileged point of entry for understanding relations between the cultural/political project of this press, its content and readership. Who are its readers? Are they heterogeneous?

Proposals that question the terminology used to characterize this type of press are also welcome. Between self-attribution and identity assignment, how should this press be designated? Can it be considered a “community press” or as a "minority" press? How can it be positioned in the wider spectrum of the national press in the countries in which it was born?

This call is open to researchers in the Human and Social Sciences including Anthropology, Sociology, Information and Communication Sciences, Political Sciences, History … Researchers using multidisciplinary approaches are strongly encouraged to submit proposals. Qualitative and quantitative methodologies are welcome. Thus, articles proposing reviews tracking methodological difficulties concerning these periodicals are consistent with this call, as well as those proposing a transversal study of these titles according to their geographical and historical contexts.

Submission schedule

1 December 2020: Deadline for submission of proposals - not exceeding 4000 characters - with author(s) name(s), institutional affiliations(s) and e-mail address(es). Proposals should be sent to: asmaa.azizi@univ-paris13.fr, franckmermier@yahoo.fr and diana.cooper-richet@uvsq.fr.

1 January 2021: The scientific committee will notify authors as to the acceptance of their proposal.

1 September 2021: Final copy is due.

Autumn/Winter 2022: Publication of the special issue of the REMMM journal, vol 2022-2.

For more information concerning the style guide and the editorial process, click here.

Bibliographie

ABU LABAN Baha, La présence arabe au Canada, Le cercle du Livre de France et Division du multiculturalisme, Secrétariat d’Etat du Canada, collection Générations, histoire des peuples du Canada, Ottawa, 1981.

AKHOUN-SCHWARB Dominique, La presse arabe et la France : Inventaire des périodiques arabes imprimés, publiés entre 1875 et 1920, disponibles dans les bibliothèques de Paris, Lyon et Aix-en-Provence, Rapport de recherche bibliographique, DESS Réseaux d’information et document électronique, ENSSIB, 2003.

ABDULKARIM Amir, « La presse libanaise exilée à Paris », Hommes et Migrations, n° 1162-1163, Février-mars 1993, pp. 80-85.

ANDERSON Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. Paris. Ed. La découverte, 1996.

ASAL Houda, Se dire arabe au Canada. Un siècle d’histoire migratoire, Ed. Presses Universitaires de Montréal, 2016, 282 p.

AZIZI Asmaa, « Presse des immigrés marocains : entre construction identitaire et mobilisation politique », Communication & Langages, n° 187, mars 2016.

CADINOT, Dominique, « The reconfiguration of gender relations in Syrian Americain feminist discourse in the diasporic conditions of the late nineteenth century », CLIO. Women, gender, history, n° 37, 2013. Consultable en ligne https://journals.openedition.org/cliowgh/413

CHELBI Mohamed-Fehri, Les journaux arabes de Paris (1859-1919) : étude sociohistorique et sociologique, thèse de doctorat, Université Paris II, 1986, 588p.

ELIAS Hanna Elias, La presse arabe, Paris : Editions Maisonneuve & Larose, 1993, 140 p.

EL OIFI Mohammed, « L’opinion publique arabe entre logiques étatiques et solidarités transnationales », Raisons politiques, 2005/3 (n° 19), p. 45-62. Consultable en ligne https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2005-3-page-45.htm

ETTMULLER Eliane Ursula, The construct of Egypt’s national-self in James Sanua’s early satire and caricature, Berlin: Klaus Schwarz Verlag, 2012, 328 p.

FAHMY, Ziad, « Francophone Egyptian Nationalists, Anti-British Discourse, and European public opinion, 1885-1910: The case of Mustafa Kamil and Ya’qub Sannu’« , in Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, 2008, 28(1): 170-183.

Génériques, Presse et mémoire : France des étrangers, France des libertés, Paris : Mémoire-Génériques, Ed : Ed. ouvrières, 1990, 201 p.

LOGRONO NARBONA, Maria del Mar, « A Transnational Intellectual Sphere: Brazil and Its Middle eastern Populations », in Paul Amar (ed.), The Middle East and Brazil. Perspectives on the New Global South, Bloomington, Indiana University Press, 2014, pp. 199-214.

VISSER, Rogier, Identities in Early Arabic Journalism. The case of Louis Sabounji, University of Amsterdam, 2014.

ZOLONDEK, Léo, « Sabounji in England », Middle East Studies, n° 14, 1978, pp. 102-115

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search