Skip to navigation – Site map

HomeIssues148Seconde partieLectures en ligneTHAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Moham(…)

Lectures en ligne

THAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Mohammed Zakaria, CALINON Anne-Sophie, MAHIEDDINE Azzedine et PLOOG Katja (dir), Mobilités dans l’espace migratoire : Algérie France Canada

Presses Universitaire de Provence, Aix-en-Provence, 2019
Salma Hargal
Bibliographical reference

THAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Mohammed Zakaria, CALINON Anne-Sophie, MAHIEDDINE Azzedine et PLOOG Katja (dir), Mobilités dans l’espace migratoire : Algérie France Canada, Presses Universitaire de Provence, Aix-en-Provence, 2019, 160 pages.

Full text

1Le livre sous recension est le fruit d’un projet de recherche interdisciplinaire portant sur les mobilités académiques, intitulé : « Dynamiques spatiales, langagières, identitaires, de la circulation migratoire étudiante ». Le projet a été initié en 2013 et financé par l’Université de Franche-Comté et le réseau mixte langue française et expressions francophones (LaFEF). Son but est d’étudier la mobilité académique des étudiant(e)s maghrébin(ne)s dans les espaces francophones (France, Québec), en interrogeant leurs parcours migratoires, leurs pratiques langagières ainsi que le processus de spatialisation dans leur activité discursive. Quant à l’ouvrage, il se focalise davantage sur les étudiant(e)s algérien(ne)s. Malgré l’intention des éditeurs, énoncée dans l’introduction, d’élargir le champ d’enquête au Québec, force est aussi de constater que les cas étudiés se restreignent le plus souvent à des expériences migratoires en France.

2Avant de passer en revue les différents chapitres de l’ouvrage, rappelons que les premiers flux d’immigration algérienne vers la France ont lieu dès la fin du XIXème siècle dans un contexte de domination coloniale. Ils s’opèrent principalement dans le cadre du recrutement d’une main-d’œuvre dans le milieu des colonisés en faveur du marché économique de la Métropole. Au lendemain de l’indépendance en 1962 et jusqu’aux années 1970, ces flux restent dominés par les besoins d’une main-d’œuvre ouvrière même si on note une diversification progressive des profils migrants qui inclut désormais de plus en plus de cadres intellectuels (Sayyad, 1977, Simon, 2002). La fin des trente glorieuses et le processus de désindustrialisation de l’Europe de l’Ouest sont ensuite à l’origine d’une profonde transformation du système migratoire des Algériens vers la France. D’un côté, à partir des années 1980, la politique migratoire française devient de plus en plus restrictive. De l’autre, de nombreux Algérien(e)s aspirent à l’émigration à cause de la crise sociale engendrée par l’échec du modèle économique adopté par le FLN au lendemain de l’indépendance, mais aussi en réaction au manque de libertés politiques. Aussi, depuis la fin des années 1990, l’apparition d’un marché mondial de la formation ainsi que la mise en place d’une politique d’immigration choisie favorise l’accueil des étudiants étrangers au sein de l’hexagone, comme le rappelle de manière judicieuse Sylvie Mazzella dans la conclusion de l’ouvrage (p.147-156). Autrement dit, nous assistons à la fois à un recul des migrations de travail et à un essor des mobilités étudiantes engendrant un nouveau type de migration, étant donné que nombreux sont ceux à élire résidence dans le pays où ils ont reçu leur formation.

3L’ouvrage commence par un détour historique. Mustapha Ali-Bencherif propose, dans sa contribution, une brève réflexion sur le rapport entre savoir et mobilité en Islam, évoquant l’idéal de la quête du savoir en pays étranger dans la tradition musulmane (riḥla li ṭalab al-ʿilm) (p. 25-46). Ensuite, le livre se décline en six chapitres qui se groupent autour de deux axes disciplinaires. Le premier relève de l’étude de la sociologie et de l’anthropologie de la migration. Les auteurs y mettent l’accent sur les stratégies des familles qui envoient leurs enfants poursuivre leurs études à l’étranger et sur le fonctionnement du réseau familial et relationnel en dépit de la distance géographique. Ils insistent sur l’émergence d’un champ social transnational dans lequel les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) et transports de masse ne permettent plus d’envisager la migration comme une rupture avec le pays d’origine. Le second axe de l’ouvrage réunit des travaux de recherche en linguistique et sociolinguistique s’appuyant sur un corpus d’une cinquantaine de récits qui ont été recueillis auprès des étudiant(e)s maghrébin(ne)s au cours des différentes étapes de leur expérience migratoire. A travers l’analyse empirique de ces matériaux, les auteurs s’attèlent à développer des propositions théoriques et méthodologiques pour l’étude des élaborations langagières des sujets en mobilité.

4Le volet sociologique et anthropologique de l’ouvrage comporte deux contributions. L’article de François Corbier (p.47-64), issu d’une thèse de doctorat en anthropologie, porte sur les écoles privées francophones à Tizi Ouzou en Grande Kabylie. Il souligne d’abord que l’apparition de ces institutions durant la décennie noire en Algérie (1992-1999) s’inscrit dans la transmission d’un idéal d’éducation par des générations scolarisées en français à l’époque coloniale et/ou post-coloniale. L’avantage du prisme d’observation qui se focalise sur quelques exemples de parcours d’étudiant(e)s suivis sur le long terme, est de rendre compte de l’ensemble de l’expérience migratoire qui inclut aussi leur vécu dans leur pays d’origine. Il en ressort que l’inscription dans les écoles francophones fait souvent partie d’une stratégie migratoire élaborée par les parents d’élèves.

5Constance de Gourcy, à son tour, étudie sur la base d’une enquête qualitative auprès d’étudiant(e)s algérien(ne)s du Sud de la France les retours en Algérie effectués au cours du séjour en France (p.65-76). Elle s’intéresse à la manière avec laquelle ces jeunes algérien(ne)s investissent un espace transnational forgé en partie par les sociabilités familiales et relationnelles. Dès lors, elle démontre que la migration est non pas un passage d’une sédentarité vers une autre, mais une mobilité permanente qui aboutit à une double appartenance à l’espace d’origine et d’accueil. De Gourcy souligne ainsi un aspect majeur de la mobilité académique contemporaine qui ne se présente plus forcément comme un exit (défection) mais souvent comme une contrainte imposée par le marché du travail dans le pays d’origine.

6L’axe linguistique et sociolinguistique de l’ouvrage s’ouvre avec la contribution d’Anne-Sophie Calinon et de Nathalie Thamin (p.77-96) qui se tourne davantage vers la réflexion théorique. En partant de la notion de circulation migratoire (CM) et de l’approche systémique de l’espace qui prime aujourd’hui dans l’étude des migrations contemporaines en sciences sociales, les auteures développent une analyse dynamique des changements linguistiques observables chez les locuteurs. L’élaboration discursive des locuteurs est appréhendée non seulement en fonction du point de vue de leurs interactions, mais aussi en fonction des étapes de leur mobilité. Les phénomènes de changement de langue et dans la langue, de code-switching, de diglossie… sont donc interprétés comme des indices de la mobilité des locuteurs.

7L’enjeu des trois derniers chapitres de l’ouvrage s’inscrivant également dans cet axe linguistique est de mettre à l’épreuve empiriquement les propositions de Calinon et Thamin. La contribution de Mohammed Zakaria Ali-Bencherif et d’Azzeddine Mahieddine (p.97-111) aborde la mobilité des jeunes Algérien(e)s à l’étranger à travers le prisme de la représentation du pays d’accueil. Les deux chercheurs examinent des segments des récits d’étudiants et analysent les voisinages lexicaux à partir des termes pivot » ici » et « là-bas », qui désignent de manière respective l’Algérie et la France. En mobilisant le concept d’imaginaire migratoire, leur étude met en exergue la subjectivité qui nourrit le projet migratoire des étudiant(e)s, permettant ainsi de dépasser les démarches explicatives qui conçoivent ces derniers uniquement comme des acteurs rationnels.

8Quant à Katja Ploog, elle fournit une analyse syntaxique du discours oral des locuteurs en prenant pour focale les récits produits par deux jeunes étudiantes maghrébines durant les différentes étapes de leur mobilité depuis leur pays origine (p.113-132). Les deux locutrices ont eu un parcours universitaire en France. L’une cependant rejoint plus tard le Québec. L’auteure étudie les formulations accomplies avec comme en adoptant les méthodes de « l’analyse conversationnelle, de la grammaire des constructions et de la sociolinguistique » (p.113). Elle constate que l’utilisation de la ressource linguistique comme est beaucoup plus fréquente au Québec qu’en France ou encore au Maghreb. Cette occurrence est certes due en partie à la spécificité du français québécois. Mais l’auteure poursuit son enquête en étudiant les différents contextes de l’emploi de comme, tels que les disfluences, les reformulations…, tout en s’intéressant à la manière avec laquelle les locutrices se représentent leur propre mobilité langagière. Il ressort alors de l’analyse que cette ressource linguistique permet de formuler plus efficacement la narration de soi. Il s’avère aussi que comme est un outil précieux pour la gestion des difficultés d’expression que les locuteur(trice)s rencontrent en situation migratoire.

9Enfin, le chapitre de Wajih Guehria étudie la question de diglossie à travers des récits d’entretiens recueillis auprès d’étudiant(e)s algérien(ne)s dans leur pays d’origine et durant leur séjour en France (p.133-146). L’auteur se penche aussi sur les représentations que les locuteurs se font de leurs pratiques langagières et de l’intérêt de chacune des langues et/ou variantes utilisées (arabe vernaculaire, arabe classique, français, tamazight). L’intérêt de la contribution est de mettre en avant le paradoxe entre une idéologie linguistique qui consacre le primat de l’arabe classique comme langue nationale, et une langue française qui non seulement continue d’ouvrir des perspectives à l’international mais qui constitue aussi un levier d’ascension sociale décisif au sein même de l’Algérie.

10Cet ouvrage collectif enrichit certainement nos connaissances et ouvre des pistes éclairantes tant sur la circulation migratoire que sur les pratiques langagières des étudiant(e)s maghrébin(ne)s dans les espaces francophones. Nous regrettons cependant que, faute d’une approche comparatiste, un certain nombre de contributions peinent à dépasser les spécificités de leurs terrains. Une mise en perspective avec des phénomènes similaires en Asie et en Amérique du Sud aurait renforcé les propos des auteur(e)s dans la mesure où elle aurait permis de mieux inscrire la mobilité académique algérienne dans son contexte mondial.

Top of page
<

References

Electronic reference

Salma Hargal, « THAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Mohammed Zakaria, CALINON Anne-Sophie, MAHIEDDINE Azzedine et PLOOG Katja (dir), Mobilités dans l’espace migratoire : Algérie France Canada », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 148 | December 2020, Online since 10 September 2020, connection on 04 August 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/13986

Top of page

About the author

Salma Hargal

Doctorante, Université Lumière Lyon II ; salmahargal[at]gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search