Skip to navigation – Site map

HomeIssues148Seconde partieLectures en ligneHAWKER Nancy, The Politics of Palest(…)

Lectures en ligne

HAWKER Nancy, The Politics of Palestinian Multilingualism. Speaking for Citizenship

London & New York, Routledge, 2019
Catherine Miller
Bibliographical reference

HAWKER Nancy, The Politics of Palestinian Multilingualism. Speaking for Citizenship, London & New York, Routledge, 2019, 191 p.

Full text

  • 1 Pour plus de références, voir entre autres le compte rendu de l’ouvrage de C.SULEIMAN (The Politics (...)

1Ces dernières années, plusieurs ouvrages1 ont analysé le statut de la langue arabe en Israël et ont documenté les pratiques de minorisation et d’invisibilisation de cette langue dans l’espace public reflétant l’inégal accès à la citoyenneté israélienne. Ils ont pointé la diffusion d’une idéologie linguistique dominante œuvrant à la construction d’identités ethno-linguistiques séparées, voire antagonistes, opposant l’hébreu – langue des juifs israéliens et langue de la nation – à l’arabe – langue de la minorité arabophone palestinienne non juive destinée à rester une langue de communication interne au groupe minoritaire (même si théoriquement elle était la deuxième langue officielle du pays jusqu’en juillet 2018). Cette idéologie dominante repose sur une conception monolingue (une nation ou une communauté = une langue) mettant en exergue la dimension identitaire du langage.

2Partant de ce constat de domination et d’inégalité entre hébreu/Juifs et arabe/Palestiniens engendrées par ce qu’elle définit comme une situation coloniale (a settler-colonial takeover), Nancy Hawker veut aller au-delà de cette dichotomie en analysant les corrélations et tensions qui s’opèrent entre idéologies monolingues, pratiques bilingues et aspirations au plurilinguisme au sein de la classe moyenne palestinienne. Elle concentre son analyse sur des discours de parlementaires et de militants/politiciens palestiniens dans des espaces mixtes ou communautaires, au sein de la Knesset ou lors de la campagne électorale des élections législatives de 2015. Partant des concepts de citoyenneté et de linguistic authority, les questions qui l’animent sont les suivantes : que nous disent ces pratiques langagières du rapport à la citoyenneté dans ce contexte de domination ? De quelles manières ces pratiques langagières intériorisent, actualisent, contournent ou contestent l’idéologie dominante ? Par quels moyens discursifs ces personnalités et militants politiques assurent leur légitimité auprès de leurs interlocuteurs ou audience ? Dans quelle mesure leurs choix linguistiques sont le produit de leur appartenance de classe dans une société dominée par un contexte socio-économique globalisé de néo-libéralisme et de late-capitalism ?

3Nancy Hawker connait très bien la société israélienne qu’elle fréquente et étudie depuis plus de vingt ans. C’est une femme de conviction qui ne cache pas ses positions politiques et sa proximité avec les cercles palestiniens et juifs considérés comme « d’extrême gauche ». L’ouvrage est construit autour d’une longue introduction théorique, de quatre chapitres qui présentent des analyses de discours et d’interactions dans des contextes différents, d’une conclusion et d’un épilogue. L’ensemble est d’une écriture dense et concise et révèle un sens aigu de l’observation non dénoué d’humour (et parfois d’autodérision) mêlé à une grande rigueur théorique et critique. L’épilogue retrace l’itinéraire personnel et universitaire de Nancy Hawker qui contextualise son intérêt pour la construction des idéologies linguistiques et son rapport avec la société israélienne.

4Sur le plan théorique, le travail de N. Hawker mobilise les principales références des travaux d’anthropologie linguistique anglo-saxonne portant sur les pratiques et idéologies linguistiques notamment dans les sociétés plurilingues dites post modernes (S. Ball, M. Bakhtin, Z. Bauman, J. Butler, D. Cameroun, M. Heller, S. Gal, M. Silverstein, K. Woolard, etc.). On retrouve le postulat que dans un contexte socio-économique globalisé de néo-libéralisme et de late-capitalism, le rapport aux langues est tout autant dicté par des préoccupations pragmatiques, économiques et communicatives que par des affiliations identitaires. Le langage est une commodité marchande, un moyen de production et le plurilinguisme un signe de distinction sociale. Mais à l’inverse de beaucoup de travaux qui ont parfois une vision un peu irénique de l’agentivité des individus, N. Hawker convoque les travaux de P. Bourdieu et une sociologie critique pour réintroduire les concepts d’habitus et de classe sociale.

5La recherche se base sur une enquête de terrain d’un peu plus d’un mois en 2015 où N. Hawker a suivi plusieurs candidats palestiniens. Elle a également enregistré des émissions et événements politiques en ligne et a consulté les archives des séances de la Knesset sur plusieurs années. Au total elle a enregistré, transcrit et analysé 57 heures de discours et d’interaction. L’apport principal de l’ouvrage repose sur l’analyse très fine des interactions entre les différents locuteurs pointant le poids de l’intériorisation de l’idéologie dominante, mais également les jeux de rôles et les relations qui s’établissent entre les différents parlementaires/militants arabophones et leurs interlocuteurs juifs ou palestiniens en fonction de leur appartenance politique et de leur origine religieuse.

6Le premier chapitre est consacré aux choix langagiers dans les scènes politiques institutionnelles comme la Knesset ou les médias. Il retrace la suppression progressive de l’arabe à la Knesset à partir de la fin des années 1950-début des années 1960 (ce que N. Hawker désigne comme the Arabic silence on Zionist stages). Puis il décrit quelques tentatives récentes de la part de parlementaires (Hanin Zoabi à la Knesset) et de personnalités palestiniennes (Lucy Hresh lors de la cérémonie du jour de l’Indépendance d’Israël) de résister à cet effacement institutionnel en choisissant de s’exprimer en arabe ou de prononcer quelques phrases en arabe au sein d’un discours en hébreu. N. Hawker montre que ces tentatives, exceptionnelles et hautement symboliques, peuvent obéir à des objectifs politiques et des conceptions de la citoyenneté assez différentes, conception plus idéaliste et inclusive chez Lucy Hresh (« Nous les Israéliens ») et plus revendicative et contestataire chez Hanin Zoabi.

7Le 2ème chapitre décrit des cas concrets de discours et pratiques langagières pendant la campagne électorale de 2015 qui mettent en scène côte à côte Palestiniens et Juifs. Ce que montrent tous ces exemples, c’est que dans un contexte de mixité entre Juifs et Arabes, l’arabe n’est utilisé que vers ceux qui sont perçus et acceptent d’être perçus comme des Arabes palestiniens, y compris dans des cas où l’identification de l’interlocuteur reste incertaine et peut amener à des méprises (cf. l’excellent exemple de la campagne de la candidate Aida Touma-Suleiman qui, lors d’une tournée, a du mal à distinguer l’interlocuteur juif de l’interlocuteur palestinien et hésite plusieurs fois entre l’arabe et l’hébreu). Il y a donc une intériorisation implicite de l’idéologie dominante qui façonne l’habitus palestinien. Même si certains militants juifs qui participent aux meetings et débats dans les quartiers ou villages arabes connaissent bien l’arabe, on leur adresse la parole en hébreu et ils s’adressent au public en hébreu. L’usage de l’arabe pendant ces meetings se fait uniquement entre militants/candidats et public arabe soulignant ainsi le partage d’une origine et culture commune où le militant juif israélien est reçu comme un « visiteur » que les « hôtes » arabes accueillent dans leur domaine, manière subtile de subvertir ironiquement le rapport de domination.

8Les 3ème et 4ème chapitres abordent les interactions entre Palestiniens (in-group situations) et s’intéressent plus particulièrement aux fonctions discursives de l’alternance codique arabe-hébreu au sein de ce groupe bilingue. Plusieurs études ont pointé l’importance croissantes des emprunts hébreux dans l’arabe palestinien et certains auteurs et militants y voit là un mouvement inexorable vers une perte définitive de la langue arabe (et donc de l’identité) chez les Palestiniens d’Israël. Nancy Hawker s’inscrit en contre point de ces visions pessimistes et souligne les fonctions communicatives du code-switching. Comme beaucoup de travaux sur le code-switching l’ont montré dans d’autres régions du monde, cette pratique permet en particulier l’expression de registres humoristiques et satyriques. N. Hawker s’intéresse plus particulièrement à la façon dont ces registres stylistiques sont mobilisés dans les discours politiques pour affirmer la légitimité et l’autorité du locuteur. De manière humoristique, elle parodie le jargon des manuels et méthodes de compétences communicationnelles pour identifier différentes stratégies discursives : cf. Règle 1, « Comment créer votre audience », Règle 2 « Montrer votre expertise », etc. Elle estime que le code-switching hébreu-arabe est un registre stylistique qui permet aux Palestiniens, et plus particulièrement aux membres de la classe moyenne palestinienne, d’affirmer leur compétence communicationnelle dans un monde néo-libéral où le plurilinguisme est perçu comme un signe de distinction sociale et où se développe ce que d’aucuns appellent un cosmopolitan vernacular. Ces pratiques multilingues ne peuvent pas être analysées uniquement au prisme du conflit (politique ou ethnique entre Juifs et Palestiniens) mais s’inscrivent dans une nouvelle idéologie hégémonique, celle du consumérisme individualiste lié à l’économie néo-libérale du late capitalism qui co-opte le plurilinguisme, affaiblit l’engagement citoyen et fait de la langue un « moyen de production ». L’influence de cette idéologie néolibérale est particulièrement forte chez les membres de la classe moyenne palestinienne qui aspirent à la mobilité sociale et économique, d’où l’importance de réintroduire le concept de « classe » dans l’analyse sociolinguistique.

9L’ouvrage porte une ambition théorique importante : celle d’articuler l’approche sociolinguistique avec les analyses de modèles politiques et économiques autour du triangle formé par les couples : -bilingue/ethno-républicain - monolingue/ethno-national - multilingue/libéral. C’est au sein de ce triangle que l’agentivité discursive des individus se déploie, agentivité limitée et contrainte par ces différentes formes d’idéologies dominantes. Si N. Hawker souligne l’aspiration au plurilinguisme et au cosmopolitisme d’une partie de cette classe moyenne, incluant les réalisateurs de cinéma et les intellectuels, elle considère que les concepts de transnationalisme et translanguaging mis en avant par les tenants d’une linguistique de la mobilité et de la superdiversité post coloniale ne s’applique pas au contexte israélo-palestinien qui reste celui d’un rapport diglossique dominant dans une société marquée par la ségrégation des identités, y compris dans l’état civil.

10En sortant d’une approche globalisante qui ferait des Palestiniens d’Israël un groupe homogène et en analysant finement les pratiques langagières des membres de la classe moyenne palestinienne impliqués dans l’action politique en Israël et placés plutôt à gauche de l’échiquier politique, N. Hawker met en exergue la complexité et la subtilité des rapports de domination dans un contexte à la fois colonial et néo-libéral, tout en soulignant le poids des inégalités institutionnelles et les limites des stratégies individuelles. L’ouvrage s’inscrit donc dans une longue tradition académique portant sur le statut de l’arabe en Israël, mais privilégie une approche d’anthropologie et de sociologie critique où les enjeux linguistiques ne se réduisent pas à des enjeux identitaires.

Top of page

Notes

1 Pour plus de références, voir entre autres le compte rendu de l’ouvrage de C.SULEIMAN (The Politics of Arabic in Israel) dans la REMMM n°147 : https://journals.openedition.org/remmm/12940

Top of page
<

References

Electronic reference

Catherine Miller, « HAWKER Nancy, The Politics of Palestinian Multilingualism. Speaking for Citizenship », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 148 | December 2020, Online since 10 September 2020, connection on 29 July 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14001

Top of page

About the author

Catherine Miller

Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search