Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Seconde partieLectures en ligneBACONI Tareq, Hamas contained : the (…)

Lectures en ligne

BACONI Tareq, Hamas contained : the rise and pacification of Palestinian resistance

Stanford University Press, 2018
Sarah Daoud
Référence(s) :

BACONI Tareq, Hamas contained : the rise and pacification of Palestinian resistance, Stanford : Stanford University Press, 2018

Texte intégral

  • 1 À la mi-novembre 2019, Israël exécute un des leaders du Jihad islamique à Gaza, Baha Abu Al-Ata, as (...)

1 L’élection en 2017 de Yahya al-Sinwar à la tête du Hamas à Gaza laissait présager un durcissement de la position du mouvement sous la direction de ce leader issu de la branche armée du parti, les brigades Al-Qassam, et qualifié de « hardliner ». Il n’en fut rien pour autant. Au contraire même, le parti islamiste se montre depuis quelques années particulièrement conciliant, notamment dans le cadre des négociations de cessez-le-feu entre la bande de Gaza et Israël sous médiation égyptienne. À ce propos, et comme en témoigne la dernière escalade dans la bande de Gaza en novembre 20191, le Jihad islamique fut ces derniers temps davantage la cible des offensives israéliennes.

2 Il semblerait que ce soit là le résultat du processus de « pacification » du Hamas décrit par Tareq Baconi. Hamas contained retrace rigoureusement l’évolution du mouvement, de sa création à la fin des années 1980 jusqu’en 2017. À rebours des approches ayant tendance à stigmatiser le mouvement, l’auteur nous livre un contre-récit de l’intérieur et relativement impartial. Écartant d’emblée le label terroriste accolé par Israël à l’organisation dans un soucis de dépolitisation du nationalisme palestinien, Baconi, comme d’autres avant lui, envisage le Hamas comme étant avant tout une entité politique. À l’aide des publications du mouvement depuis son émergence, ainsi que d’interviews de ses dirigeants, l’auteur effectue un travail de re-contextualisation du Hamas au sein du mouvement national palestinien.

3 Après une première partie introductive dans laquelle les conditions d’émergence du Hamas ainsi que son progressif gain d’influence sur la scène politique palestinienne, notamment à l’issue de la première Intifada, sont exposés, l’auteur se penche sur l’appropriation par le mouvement de la notion de résistance. Le Hamas capitalise sur le renoncement de l’OLP à la lutte armée, ainsi que sur l’échec des négociations de paix avec Israël, et se présente dès lors comme dernier garant de la résistance palestinienne. C’est en partie grâce à cela, comme le souligne Baconi, que le parti islamiste remporte en 2006 les élections législatives palestiniennes. En outre, ce dernier perçoit le retrait israélien de la bande de Gaza en 2005 comme une opportunité pour y consolider son autorité et en faire le bastion principal de la résistance.

4 Les élections législatives palestiniennes de 2006 marquent un tournant à plusieurs égards. C’est d’une part la première fois que le Hamas prend part à un scrutin ; par ailleurs la victoire de ce dernier exacerbe les fortes tensions inter-partisanes déjà à l’œuvre dans la bande de Gaza surtout depuis la disparition de Yasser Arafat en novembre 2004 (Legrain, 2007). Internationalement, la victoire électorale du Hamas n’est pas reconnue et le mouvement se retrouve rapidement en état de siège, de containment (endiguement), lequel perdure jusqu’à maintenant. Cette période de grande instabilité débouche en juin 2007 sur l’épisode du « coup » ou de la « division », le Hamas prenant alors le contrôle total de la bande de Gaza.

5 S’en suivent des cycles ponctuels de négociations entre les deux factions rivales, Hamas et Fatah, engagées dans un « jeu à somme nulle » (p.170) puisque ces négociations ont débouché sur des accords qui n’ont jusqu’à présent jamais été mis en œuvre. La mise en perspective de ces dernières effectuée par Baconi, sans toutefois entrer dans le détail des points de divergences, s’avère par conséquent salutaire. D’autant que le prisme de la division inter-palestinienne et des négociations en cours permet d’entrevoir l’évolution du rôle politique du Hamas. En effet, depuis 2006 un gouvernement parallèle à l’Autorité palestinienne s’est développé à Gaza ; le Hamas y a consolidé son pouvoir et c’est pourquoi, une cessation totale de l’autorité de cette dernière à Gaza au profit de l’AP, comme celle-ci l’exige, paraît désormais irréaliste.

6 Baconi parle ainsi d’une institutionnalisation des divisions internes (cf. partie 5) laquelle résulte en grande partie selon l’auteur de la politique de containment du Hamas et des offensives israéliennes à répétition dans la bande de Gaza (en 2009, 2012, 2014). Un autre facteur évoqué par l’auteur et qui aurait peut-être mérité plus d’attention, renvoie au rôle d’acteurs tiers dans ces négociations de réconciliation, et notamment celui du « médiateur » égyptien. La partialité de ce dernier, origine, à titre d’exemple, du refus du Hamas de conclure un accord avec le Fatah en 2008, influence de façon significative le processus de réconciliation.

7 D’une manière plus générale, le Hamas est tributaire de la politique du voisin égyptien, et ce de façon encore plus évidente depuis l’arrivée du maréchal al-Sissi au pouvoir en 2013. Rappelons que ce dernier participe à la politique de containment en restreignant la mobilité des palestiniens via le point de passage de Rafah ; en outre, entre 2013 et 2017 l’Égypte s’est montrée particulièrement répressive envers le mouvement islamiste. Ce dernier a par exemple sévèrement pâti de la destruction de l’essentiel des tunnels reliant la bande de Gaza au territoire égyptien, laquelle a entraîné une aggravation de la situation humanitaire dans l’enclave palestinienne. On comprend dès lors ce qui pousse le Hamas à faire preuve de plus de coopération avec le régime égyptien, et ce surtout dans le cadre de la coordination sécuritaire dans le Sinaï. Ce n’est ainsi pas seulement par inadéquation idéologique, comme le souligne l’auteur en conclusion de l’ouvrage, que le Hamas contient voire réprime les mouvements salafistes dans la bande de Gaza, mais aussi pour gagner la confiance ou tout au moins obtenir davantage de soutien du Caire.

8 L’exemple du Hamas est emblématique de cette dépendance des Palestiniens au contexte régionale volatile les obligeant à sans cesse s’adapter et réviser leur position (Dot-Pouillard, 2016). L’auteur consacre la dernière partie de l’ouvrage à ce phénomène, en mettant en exergue les répercussions des Printemps arabes sur le Hamas. Le bureau politique de l’organisation quitte en effet Damas en 2012, profite de l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir en Égypte (Seurat, 2013) pour finalement se retrouver en position de faiblesse une fois Morsi destitué.

9 Ainsi, c’est essentiellement sous la contrainte que se déroule la progressive pacification du parti islamiste palestinien, dont l’une des caractéristiques est le changement de la position de ce dernier vis-à-vis de la résistance. Il en va de la légitimité du Hamas en tant que mouvement politique, laquelle passe par son intégration aux niveaux international et domestique. Si la victoire législative du mouvement constitue en effet un moment charnière, le potentiel pragmatique de ce dernier peut cependant être décelé avant ; en 2003 par exemple, lorsque le Hamas pour la première fois accepte une trêve (hudna) avec Israël laquelle durera environ trois semaines. Une analyse, même rapide, de l’ancrage idéologique (Gunning, 2007 ; Hroub, 2000) de l’organisation aurait permis d’expliquer davantage l’adaptation processuelle de sa pensée stratégique.

  • 2 À titre d’illustration, la décision de reprendre les négociations à Doha en 2012 fut l’objet de con (...)

10 Pour conclure, il convient de rappeler que ces changements internes ne font pas consensus au sein du parti, aspect sciemment occulté par ses dirigeants lorsqu’ils sont interrogés sur la question et par conséquent difficile à établir avec précision. L’auteur annonce d’emblée que l’ouvrage n’a pas pour ambition d’ouvrir véritablement la boîte du mouvement et de se pencher sur les rapports de force en son sein ; ces derniers sont pourtant déterminants notamment pour comprendre la position du Hamas dans le cadre des négociations de réconciliation2.

11 En outre, la distance prise vis-à-vis de la résistance s’est avérée couteuse pour le mouvement dont le gouvernement à Gaza est aujourd’hui largement critiqué. Le Hamas y a consolidé son autorité économique et politique (c.f Labadi, 2018 ; Roy, 2016) ; ainsi, il s’est à la fois engagé sur la pente de la pacification, surtout à l’international, et a pris un tournant autoritaire à Gaza. La contestation politique n’y est pas autorisée, en témoigne la forte répression des mobilisations civiles telles que bednā kahrabā’ (« nous voulons de l’électricité ») ou plus récemment bednā na ‘īch (« nous voulons vivre »). Le Hamas, qui a considérablement perdu en légitimité, fait ainsi les frais de plus d’une décennie de blocus. Le leitmotiv de la résistance est à présent davantage de l’ordre de la rhétorique. Dès que l’occasion se présente, le Hamas, en s’appropriant des initiatives telle que la « marche du retour », manifestation hebdomadaire des gazaouis à la frontière avec Israël débutée en mars 2018, tente de réactiver son image de gardien de la résistance palestinienne.

Haut de page

Bibliographie

DOT-POUILLARD Nicolas, 2016, La mosaïque éclatée : une histoire du mouvement national palestinien (1993-2016), Liban, Institut des études palestiniennes ; Paris, Sindbad ; Arles, Actes Sud.

DOT-POUILLARD Nicolas, 2013, « Le mouvement national palestinien et la crise syrienne : une division contenue », IN BURGAT François, PAOLI Bruno, Pas de printemps pour la Syrie, Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte.

GUNNING Jeroen, 2007, Hamas in politics : democracy, religion, violence, Londres, Hurst & Company.

HROUB Khaled, 2000, Hamas : political thought and practice, Washington, Institute for Palestine studies.

LABADI Taher, 03/2018, « L’expérience économique du gouvernement Hamas sous blocus dans la bande de Gaza », Critique internationale, n.80, pp. 23-43.

LEGRAIN Jean-François, 03/2007, « La dynamique de la « guerre civile » en Palestine, Critique internationale, n.36, pp. 147-165

ROY Sara, 2016, The Gaza strip : the political economy of de-development, Washington, Institute for Palestine studies.

SALEH Mohsen Mohammad, 2015, The Palestinian strategic report 2012-2013, Beirut, Al-Zaytouna Centre for studies and consultations

SEURAT Leila, 2015, Le Hamas et le monde : 2006-2015 : la politique étrangère du mouvement islamiste palestinien, Paris, CNRS Éditions.

SEURAT Leila, 03/2013, « Le Hamas et Mohamed Morsi : un rapprochement trop risqué ? », Confluences Méditerranée, n.86, pp. 131-144

Haut de page

Notes

1 À la mi-novembre 2019, Israël exécute un des leaders du Jihad islamique à Gaza, Baha Abu Al-Ata, assassinat ciblé auquel le Jihad riposte par des tirs de rockets contre Israël. Les tensions perdurent plusieurs jours et finissent par aboutir, par l’intermédiaire des négociateurs égyptiens, à un cessez-le-feu. Notons que le Hamas ne s’est pas exprimé lors de cet énième escalade.

2 À titre d’illustration, la décision de reprendre les négociations à Doha en 2012 fut l’objet de controverses au sein du mouvement ; c.f Saleh M.M, 2015, The Palestinian strategic report 2012-2013, Beirut, Al-Zaytouna Centre for studies and consultations.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Daoud, « BACONI Tareq, Hamas contained : the rise and pacification of Palestinian resistance », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 148 | décembre 2020, mis en ligne le 10 septembre 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14016

Haut de page

Auteur

Sarah Daoud

Sciences Po (CERI), Paris, France. sarah.daoud[at]sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search