Skip to navigation – Site map

HomeIssues148Seconde partieLectures en ligneLONG, Baudouin, L’Egypte de Moubarak(…)

Lectures en ligne

LONG, Baudouin, L’Egypte de Moubarak à Sissi. Luttes de pouvoir et recomposition politiques

Karthala Cedej, 2018
Sixtine Deroure
Bibliographical reference

LONG, Baudouin, L’Egypte de Moubarak à Sissi. Luttes de pouvoir et recomposition politiques, Karthala Cedej, 2018, 374 p

Full text

1Mère de tous les maux dont souffre le pays, la révolution du 25 janvier 2011 est aujourd’hui pointée par le régime d’Abdel Fattah al-Sissi comme l’évènement ayant plongé l’Égypte dans des heures sombres : un chaos toujours menaçant duquel il faudrait perpétuellement se protéger. C’est ce « chaos » que Baudouin Long nous propose de redécouvrir à travers un récit rigoureux et détaillé de ces années complexes, marquées par une effusion politique sans précédent.

  • 1 Notamment L’Egypte en révolutions, dirigé par Bernard Rougier et Stéphane Lacroix, qui présente les (...)

2Cet ouvrage, qui s’apparente à un manuel, vient compléter certaines publications notables en français sur le sujet1. Retraçant l’enchainement des évènements depuis la veille de la révolution jusqu’en 2018, ce livre offre un large aperçu des enjeux auxquels l’Égypte est confrontée. L’essentiel de cette étude se concentre sur ce que l’auteur appelle la « transition », allant des lendemains de la déposition de Moubarak par l’armée en février 2011 au coup d’État du 3 juillet 2013. Cette transition met un terme à une période inédite d’expressions ouvertes et variées de polarisations politiques.

3Baudouin Long se propose d’observer les acteurs de cette transition - leurs stratégies, alliances, motivations, discours et interactions - afin d’appréhender les rapports de force nés de la révolution (p.18). L’auteur porte un intérêt particulier aux différentes formes de légitimité revendiquées par ces acteurs, qui se concurrencent et s’affrontent.

4La structure originale du récit alterne entre une description chronologique précise des étapes du processus transitionnel – élections, négociations entre les acteurs, mouvements de rue, pression de la part d’acteurs institutionnels –, une observation de l’évolution des acteurs au sein de ce processus, et un aperçu des enjeux de politiques intérieure et extérieure qui parcourent l’Égypte.

5L’ouvrage s’ouvre sur une introduction à la révolution : la « fin du règne » de Moubarak. Restituant les contours principaux de son régime policier et de sa politique économique néo-libérale ainsi que leurs conséquences sociales, l’auteur dresse un état des lieux prérévolutionnaire sans pour autant chercher à pointer des « causes » ou des « déterminants » (Dobry, 1987) qui expliqueraient la crise politique à venir. Il s’attèle ensuite à décrire précisément les 18 jours qui ont mené à la chute de Moubarak.

6Dans la seconde partie, les « échanges de coups » (Dobry, 1987) entre les acteurs sont illustrés dans une chronologie précise qui retrace les alliances qui se font et se défont, les enjeux institutionnels marqués notamment par les nombreux rendez-vous électoraux qui rythment la période transitionnelle, ainsi que les retours réguliers dans la rue des forces dites libérales et parfois des « fréristes » (c’est-à-dire identifiés comme proches des Frères musulmans).

7Cette fluctuation politique a des conséquences sur les tâtonnements stratégiques de l’ensemble des acteurs et transforme les relations entre différentes factions. Cette description fine des évènements, loin de donner lieu à une explication déterministe, replace le lecteur face aux doutes et hésitations des acteurs. Chaque évènement est présenté comme le fruit d’une variable, parfois minime, et souligne les incertitudes propres au champ politique de cette époque tout comme la dynamique d’action-réaction qui domine les manœuvres des différents protagonistes.

8Comme l’écrit l’auteur « l’attitude des Frères musulmans ne peut être jaugée qu’à l’aune de celle des autres acteurs » (p.118), notamment celle du pouvoir judiciaire dont les décisions ont été essentiellement en défaveur de l’organisation. Cette partie s’achève avec la destitution du président élu (Frère musulman) Mohamed Morsi et l’instauration du régime autoritaire du maréchal al-Sissi, qui sonne le glas d’une période de polarisations ouvertes et de subversion inédite.

9La troisième partie revient plus en détail sur les acteurs « à l’épreuve de la transition » (p.127) : les Frères musulmans, les salafistes, les « révolutionnaires », les différentes institutions de « l’État profond » mais aussi les coptes.

10Ce récit s’ouvre sur un rapide retour sur l’histoire des Frères musulmans, jusqu’à leur expérience du pouvoir. Il se penche ensuite sur l’entrée des salafistes dans le jeu démocratique et partisan. L’enchainement de ces deux sous-parties est riche en informations pour qui se questionne sur les liens entre les différentes factions islamistes, leurs relations au jeu politique et électoral et les enjeux internes qui les traversent.

11L’auteur se tourne ensuite vers les acteurs hétéroclites que sont les « révolutionnaires » et les « libéraux ». Décrivant leurs différentes tendances, formes d’organisation, idéologies et divisions. Il relate également les évolutions de leurs manœuvres et de leurs positionnements tout au long de la transition.

  • 2 Pour une analyse plus détaillée de ce concept voir O NEIL’, Patrick H., « The deep state : an emerg (...)

12Baudouin Long se lance alors dans une description de « l’État profond »2, fortement vilipendé par l’ensemble des acteurs non-institutionnels comme étant la cause de « l’échec » de la transition. L’auteur souligne notamment les incertitudes voire les appréhensions qui traversent l’armée au moment de la transition, et plus particulièrement le CSFA (Conseil Suprême des Forces Armées) qui se maintient au pouvoir après avoir déposé Moubarak. Déchiré entre un désir profond de retour à l’ordre et la crainte de jouer un rôle politique de premier plan, le CSFA voit sa stratégie évoluer au cours des évènements. Obsédée par le retour à la stabilité, l’armée se rapproche des Frères musulmans avec qui elle pense pouvoir « négocier la fin du moment révolutionnaire » (p.220). Mais cette alliance de circonstances, remplie de méfiance mutuelle, ne survivra pas à la déclaration constitutionnelle du président Morsi en novembre 2012, par laquelle il octroie une immunité juridique aux décisions de l’exécutif. Les militaires, après avoir expérimenté le pouvoir de février 2011 à août 2012, entendent désormais maintenir un « droit de regard sur les affaires politiques et (…) continuer à jouer le rôle d’arbitre après la transition » (p.237). Rôle qui se traduira finalement par l’imposition d’« un régime militaire masqué » (p.340) avec le coup d’État du 3 juillet 2013.

13Cette partie sur l’État profond se prolonge avec l’analyse d’autres institutions telles que la magistrature - qui a joué un rôle important durant la transition en rendant des décisions très politisées - ainsi que la police, en crise après la destitution de Moubarak mais dont les structures n’ont jamais été véritablement réformées.

14Le chapitre se clôt par une esquisse du rôle de la communauté copte dans la révolution puis la transition, minorité sommée de prêter allégeance à « l’unité nationale » tout en étant victime de discriminations profondes.

15Dans la quatrième et dernière partie, plus classique, Baudouin Long revient d’abord sur les problématiques de politique intérieure auxquels les acteurs de la transition doivent faire face. Les réponses politiques des différents gouvernements aux enjeux économiques, sociaux et sécuritaire – notamment la question du Sinaï – sont ainsi présentées.

16L’auteur conclut par une présentation des enjeux de politique étrangère auxquels sont confrontés les détenteurs du pouvoir qui se succèdent, à savoir l’armée et les Frères musulmans. Au gré des fluctuations, ils tentent de maîtriser ces problématiques à leur avantage, transformant les jeux d’alliance à la recherche d’une légitimité régionale et internationale.

17Fort de cette densité, cet ouvrage constitue une ressource pour tout lecteur – spécialiste ou non de l’Égypte – désireux de saisir cette période historique dont l’interprétation demeure source de questionnements et de profondes divisions politiques. Ce livre offre des repères précis par sa chronologie détaillée et sa description fine des différents acteurs. Néanmoins, une réflexion théorique plus poussée aurait été appréciable, au regard de la richesse des éléments présentés.

18Toutefois, des pistes sont ouvertes et appellent à la réflexion. L’auteur fait ainsi l’hypothèse que « les forces armées ne seront fidèles au président al-Sissi que dans la mesure où il se montrera capable d’assurer la stabilité et de maintenir le positionnement de l’armée au sein de l’État » (p.239). L’évolution des relations entre le président et l’armée, qui l’a porté au pouvoir, constitue une question saillante en Égypte, ravivée au lendemain de protestations inédites en septembre 2019. La lecture de cet ouvrage donnera certainement des clés au lecteur afin de mieux saisir la complexité de ces rapports, centraux dans la politique égyptienne contemporaine.

Top of page

Bibliography

DOBRY, Michel,1987, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 320 p.

GUIRGUIS, Laure, 2014, Egypte, révolution et contre-révolution, Presse Universitaire de Laval, 181 p.

O NEIL’, Patrick H., 2017, « The deep state : an emerging concept in comparative politics », en ligne : http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2313375

ROUGIER, Bernard, LACROIX Stéphane (dir.),2015, L’Egypte en révolutions, Paris, Presses Universitaires de France, 322 p.

Top of page

Notes

1 Notamment L’Egypte en révolutions, dirigé par Bernard Rougier et Stéphane Lacroix, qui présente les contributions de différents auteurs à travers une approche thématique des acteurs et des institutions ou encore le livre de Laure Guirguis, Egypte, révolution et contre-révolution, qui retrace une chronologie de la révolution et de la transition à travers une approche révolutionnaire / contre-révolutionnaire.

2 Pour une analyse plus détaillée de ce concept voir O NEIL’, Patrick H., « The deep state : an emerging concept in comparative politics », 20 novembre 2017, en ligne : http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2313375

Top of page
<

References

Electronic reference

Sixtine Deroure, « LONG, Baudouin, L’Egypte de Moubarak à Sissi. Luttes de pouvoir et recomposition politiques  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 148 | December 2020, Online since 10 September 2020, connection on 30 July 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14023

Top of page

About the author

Sixtine Deroure

Paris 1 Panthéon Sorbonne UMR 201 Développement et Sociétés

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search