Navigation – Plan du site

AccueilNuméros148Seconde partieLectures en ligneDEJUGNAT Yann, DES BOSCS-PLATEAUX Fr(…)

Lectures en ligne

DEJUGNAT Yann, DES BOSCS-PLATEAUX Françoise et HAUSHALTER Arthur (éd.) Le détroit de Gibraltar (Antiquité - Moyen Age) I. - Représentations, perceptions, imaginaires

Madrid : Casa de Velázquez, 2019
Sabine Panzram
Référence(s) :

DEJUGNAT Yann, DES BOSCS-PLATEAUX Françoise et HAUSHALTER Arthur (éd.) Le détroit de Gibraltar (Antiquité - Moyen Age) I. - Représentations, perceptions, imaginaires, Madrid : Casa de Velázquez, 2019, (Collection de la Casa de Velázquez ISSN 1132-7340 ; 174), ISBN 978-84-9096-161-2

Texte intégral

1À l’endroit le plus étroit, la « route de Gibraltar » a une largeur d’environ 13 km et relie sur une soixantaine de kilomètres la Méditerranée à l’est à l’Atlantique à l’ouest. Sa position inter-plaque, intercontinentale et intramontagnarde ainsi que sa configuration géologique et géomorphologique la rendent unique. Le fait que le niveau de la Méditerranée soit d’à peu près 1,4 m inférieur à celui de l’Atlantique crée à la surface de l’eau un courant d’est continu, alors que prédominent en même temps les vents d’ouest, faisant depuis toujours du passage du détroit un défi pour le trafic maritime ; en outre, il existe en profondeur un contre-courant par lequel l’eau plus salée de la Méditerranée coule dans l’Atlantique. Le fretum Gaditanum ou l’Africanum étaient indissociablement liés aux « colonnes d’Hercule », et ce quelle que soit l’interprétation que l’on fasse de celles-ci : comme akrai créées par le héros lors de la traversée du détroit, les deux rochers, Gibraltar (Jabal Ṭāriq) et Abila (Jabal Mūsā) ; ou comme les colonnes ou tablettes de métal fabriquées par l’homme dans le temple d’Hercule, à Gades. Dans l’imaginaire de l’Antiquité gréco-romaine, elles étaient considérées comme les confins du « monde habité » (finis terrae), là où l’eau « bouillait » et dont la mention était systématique dans les itinéraires maritimes. Quoi qu’il en soit, le caractère unique de ce détroit, les difficultés techniques que supposaient sa traversée et son franchissement, mais surtout la perception et l’utilisation de cet espace depuis l’époque de la Deuxième Guerre Punique jusqu’au xve siècle de notre ère, ont constitué pour un groupe de scientifiques français, espagnols et marocains une raison suffisante pour s’interroger sur l’occupation militaire sur les deux rives, le développement d’une infrastructure et d’une pratique administrative, les flux économiques et la migration, les réseaux religieux et les liens culturels ainsi que, d’une manière générale, les dimensions sociales de toute forme d’échange au-delà d’un détroit qui de nos jours sépare deux continents et au moins deux religions et deux formes de vie.

2Pendant quatre ans (2011-2014), ces chercheurs se sont consacrés dans le cadre du projet Détroit. Le détroit de Gibraltar, à la croisée des mers et des continents (époques ancienne et médiévale), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et piloté par la Casa de Velázquez. Écoles des hautes études hispaniques et ibériques à Madrid (EHEHI), à l’étude de différentes caractéristiques de cet espace particulier. Les résultats en seront présentés dans un ensemble de quatre volumes, dont le premier vient d’être publié sous le titre Représentations, perceptions, imaginaires et fait l’objet du présent compte rendu. Les volumes suivants seront : Espaces et figures de pouvoir (vol. 2, Gwladys Bernard et Aurélien Monteil éd.), Circulations, mobilités et réseaux d’échanges (vol. 3, Laurent Callegarin et Dominique Valerian éd.), et Le détroit de Gibraltar de l’Antiquité à la conquête castillane [iiie a. C. - xive p. C.]. La construction d’un espace de circulations et d’échanges (vol. 4, Sabine Lefebvre, Christophe Picard, Laurent Callegarin et Dominique Valerian éd.).

3Le volume dont il s’agit ici se divise en quatre parties, à savoir : 1) Mots et images autour d’un lieu mythique, 2) Les milieux savants : physiciens, géographes et cartographes, 3) Acteurs du Détroit : marins, marchands et voyageurs, 4) Le Détroit dans l’œil des pouvoirs : perceptions et symboliques, celles-ci couvrant respectivement l’ensemble de l’époque étudiée. Il englobe 24 contributions précédées d’une introduction rédigée par l’éditrice et les éditeurs Yann Dejugnat, Françoise des Boscs et Arthur Haushalter (p. 1-8), et suivies d’une synthèse de Patrick Gautier Dalché (p. 381-396).

4En raison du grand nombre d’études réunies dans ce volume, nous allons dans ce qui suit nous attarder uniquement sur quelques-unes de ces contributions. Ainsi Gwladys Bernard et Jean-Baptiste Guillaumin (« L’Extrême-Occident et les colonnes d’Hercule à travers l‘Ora marítima d’Aviénus », p. 71-90) entreprennent-ils de reprendre à propos du détroit de Gibraltar la question passionnante de savoir s’il faut considérer sa description dans l’Ora maritima uniquement et simplement comme la traduction d’un texte grec. Dans ce cas, il faudrait comprendre ce document comme s’il datait du vie siècle avant J.-C. et non du ive après J.-C. Leur réponse est sans ambiguïté : cette hypothèse n’est pas recevable. Il s’agit en fait d’un hapax, une collection de faits linguistiques et religieux assortis de caractéristiques culturelles et historiques, correspondant ainsi au goût poétique et à la prédilection pour les choses de l’Antiquité que l’on manifestait au cours de la seconde moitié du ive siècle. La vision depuis le versant arabo-musulman qu’esquisse Mostapha Taher (« Conceptions arabes du détroit de Gibraltar au Moyen Âge. Dénominations et histoire », p. 105-118) ne se concentre ni sur Gades ni sur les célèbres colonnes, mais propose une analyse de la terminologie : magaz signifie « passage », « traversée » ou « parcours », al-zuqāq désignant « le chemin », « la voie étroite » ou « le détroit », dont la traversée par vents favorables était possible en une demi-journée ou en seulement quelques heures. Mais désormais, on choisissait d’autres routes qu’à l’époque romaine : les cités de Gades (Cádiz), Baelo Claudia (Bologne) et Tingis (Tanger) avaient perdu leur importance économique, stratégique et militaire, les liaisons entre Ceuta et Algésiras, Ksar Sghir et Tarifa ayant la préférence. Nonobstant, et comme le fait remarquer Emmanuelle Tixier du Mesnil (« Le détroit de Gibraltar vu par les géographes arabes du Moyen Âge. Une question d’échelle », p. 149-158), Cadix continue à être mentionnée dans les traités de géographie ou les chroniques historiques, ainsi par exemple dans les ouvrages d’al-Rāzī (888-955) et d’al-Ḥimyarī qui, quatre cents ans plus tard, allait également rédiger une description détaillée de son sanctuaire et de sa colossale statue d’Hercule. Et effectivement, cette cité reste plus importante que Gibraltar et Hercule plus important que le rocher de Ṭāriq. Dans cette mesure, et grâce à son caractère compilatoire, la géographie arabe gardera encore pendant des siècles une vision grecque du monde. À partir du xiie siècle, c’est selon Nathalie Bouloux (« Le détroit de Gibraltar dans les représentations de l’espace du monde latin [Antiquité tardive – xve siècle] », p. 171-186) la conception du détroit considéré comme un espace entre la Méditerranée et l’Atlantique qui gagne en importance. Les cartes établies en Occident indiquent un « détroit du Maroc », un « détroit de Séville » ou encore un « détroit de Gibraltar ». Mais une meilleure connaissance de la région par les marchands, les marins ou les voyageurs n’a cependant pas contribué à faire de cet espace une région autonome pour les contemporains : sa principale caractéristique reste sa fonction séparatrice entre l’Europe et l’Afrique.

5Pour cette raison, il est pour ainsi dire logique que les récits de voyages médiévaux ne lui accordent pas une importance particulière. Selon Christine Gadrat-Ouerfelli (« Le détroit de Gibraltar chez les voyageurs latins au Moyen Âge », p. 235-245), ceci est vrai pour des récits élaborés dans le contexte de la Troisième Croisade ainsi que pour ceux rédigés à l’occasion d’un pèlerinage à Jérusalem ou à Saint-Jacques de Compostelle. Un constat auquel ne peut que souscrire Yann Dejugnat du point de vue des textes arabes appartenant à ce même genre littéraire (« Le nouvel Orient du monde ? Gibraltar dans la riḥla d’Ibn Baṭṭūṭa », p. 247-261) : pour Ibn Baṭṭūṭa, qui quitte Tanger pour se rendre à la Mecque au cours de la première moitié du xive siècle, Gibraltar est certes la « montagne des deux conquêtes », mais reste cependant seulement une montagne au milieu de la mer, en marge du monde. La perception du côté de Rome est décrite par Françoise des Boscs (« Entre imperatores et empereurs. Les regards de Rome sur le détroit de Gibraltar », p. 293-316) comme étant en fin de compte « économiquement intéressée ». Alors qu’au temps de la République, on était fortement engagé sur le plan politique dans cette région importante en termes géostratégiques, les choses ont changé avec Auguste : une fois pacifiée, cette région n’offrait plus aucun intérêt à cet égard. Mehdi Ghouirgate (« Entre fermeture et ouverture. La dimension symbolique du détroit dans les sources arabes [xie-xve siècle] », p. 329-341) montre qu’il existait encore un intérêt économique au Moyen Âge tardif, l’auteur se concentrant en particulier sur Tanger et Ceuta.

6D’une manière générale, les auteurs ont relevé avec succès les défis lancés habituellement par tout ouvrage collectif adoptant une approche pluridisciplinaire et diachronique. Il convient en particulier de souligner la présence de nombreuses cartes et illustrations spécialement réalisées pour les articles, même si l’on peut regretter qu’elles ne soient malheureusement qu’en noir et blanc. En termes de conception du volume, il manque seulement un index.

7Le premier des quatre tomes offre, sur la base d’une étude rigoureuse des sources de textes antiques et arabes datant de l’époque de la République tardive jusqu’au xve siècle, un vaste recueil des imaginaires, des perceptions et des représentations de cette réalité géographique que l’on appelle communément « route de Gibraltar ». Dans le cadre de cette démarche, l’enseignement le plus important que l’on peut retenir est peut-être que les perspectives et les narratifs de la perception antique ont fait preuve d’une étonnante continuité, ne faisant jamais du détroit une région autonome sinon seulement un simple « passage ». Il semblerait qu’ici la question, si souvent débattue au cours de l’époque moderne, consiste à savoir si la géographie détermine la politique ou si, à l’inverse, elle n’a joué aucun rôle. On attend avec impatience les volumes suivants.

Haut de page
<

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Panzram, « DEJUGNAT Yann, DES BOSCS-PLATEAUX Françoise et HAUSHALTER Arthur (éd.) Le détroit de Gibraltar (Antiquité - Moyen Age) I. - Représentations, perceptions, imaginaires  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 148 | décembre 2020, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14036

Haut de page

Auteur

Sabine Panzram

Universität Hamburg, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search