Skip to navigation – Site map

HomeIssues148Seconde partieLectures en ligneBAYARD-ÇAN Hélène, 2017, Voisinage e(…)

Lectures en ligne

BAYARD-ÇAN Hélène, 2017, Voisinage et réseaux. Ethnologie du voisinage en Turquie urbaine

Paris : Karthala, 2017
Cléa Pineau
Bibliographical reference

BAYARD- ÇAN Hélène, 2017, Voisinage et réseaux. Ethnologie du voisinage en Turquie urbaine. Paris : Karthala, 2017

Full text

  • 1 Pour Şerif Mardin « la pression de quartier » est un mode d’organisation producteur de normes, nor (...)

1L’urbanisation marque-t-elle la fin des relations de voisinage ? L’ouvrage d’Hélène Bayard-Çan, issu d’une thèse de doctorat, s’attaque à cette question à partir d’une analyse de ces relations qui, désormais moins visibles dans l’espace public, sont toujours présentes dans l’espace privé et les espaces intermédiaires mais sous des formes nouvelles. Cet ouvrage se situe dans le prolongement, pour la période contemporaine, des travaux sur les sociabilités dans l’Empire ottoman (Georgeon, Dumont 1997). Plus récemment, il s’inscrit dans un renouvellement des études sur le voisinage et le quartier en Turquie (Koyuncu 2009 ; Gündüz Yıldız 2008) et nourrit le débat sur la « pression de quartier » (mahalle baskısı)1. Hélène Bayard-Çan, en plus d’une analyse de réseaux, offre une lecture du « modus operandi par lesquels les acteurs ajustent leurs prédispositions aux règles et aux rôles objectivés » (Fretel 2010, p. 196) au sein de l’institution du voisinage en contexte urbain.

  • 2 Signifie littéralement « ceux qui marchent », groupe ethnique d’origine turque nomade ou sédentaris (...)
  • 3 Terme utilisé en turc pour désigner les populations venues en Turquie à la suite de déplacement for (...)

2Véritable trousseau de clés, le livre permet aux lecteur·trices de rentrer chez l’habitant·e et de participer aux moments de sociabilité entre voisin·es. Le terrain de recherche a lieu à Adana, cinquième ville de Turquie caractérisée par une population mixte arabe, yörük2, kurde, turque et muhacir3. Avec son climat méditerranéen limitant les dépenses en chauffage, et ses opportunités d’emploi non qualifié dans le secteur agricole notamment, Adana constitue en outre une destination privilégiée pour les populations issues de l’exode rural dès 1950 ou fuyant la guerre entre le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et l’armée turque dans les années 1990. Turcophone et ethnologue, l’auteure bénéficie d’un accès privilégié au terrain où elle se place en qualité de voisine de septembre 1998 à juin 2003. L’enquête est menée auprès des individus particulièrement bien insérés dans les réseaux de voisinage plutôt que de celles et ceux qui en sont exclu·es ou qui refusent d’y participer. C’est pourquoi le propos s’éloigne de la définition du voisinage comme obligation sociale selon laquelle voisiner « n’est pas un choix » (Doğan 2004 cité par Gündüz Yıldız 2008 : 131). L’auteure précise ne pas avoir eu accès aux personnes refusant de voisiner, ce qui aurait mérité une critique réflexive et un questionnement sur les « effets d’enquête » (Bajard 2013). Les données proviennent d’observations et d’entretiens auprès de cent un enquêté·es habitant dans quatre blocs d’immeubles, ainsi que de la réalisation de matrices à partir de programmes d’analyse de réseaux et de représentations graphiques.

3La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux pratiques sociales qui mettent en relation un groupe d’individus, les voisin.es. La description des modalités de voisinage permet à l’auteure de dégager une typologie des relations (p.41) qui est au cœur de l’analyse du réseau réalisée dans la seconde partie. Cette typologie des relations de voisinage, distinguant les liens forts et les liens faibles (Granovetter 1973), renouvelle la typologie réalisée par Sencer Ayata et Ayşe Güneş-Ayata (1996) qui identifiait trois types de voisinage correspondant à trois types de résidence. Le chapitre trois s’intéresse aux espaces intermédiaires tels que les cours, les couloirs, les seuils, les balcons, les escaliers et ascenseurs. Plus que de proposer un état des lieux des espaces dédiés au voisinage, l’auteure analyse les formes de sociabilité qui permettent aux habitant·es de s’approprier ces espaces, et ce grâce à trois modes d’appropriation spécifiques : le passage, le bruit et le regard à travers, par exemple, l’utilisation ou non des rideaux comme modalité de suspicion et de surveillance des comportements perçus comme déviants (p.114). L’intérêt porté aux mobilités féminines appuie la thèse de Benoît Fliche (2004) selon laquelle ces mobilités, le plus souvent collectives, permettent aux femmes de s’approprier les espaces extérieurs au foyer. Dans le chapitre suivant, les moments clés de la sociabilité de voisinage sont identifiés. Le rôle et les devoirs des voisins sont décrits selon les heures, les saisons, les fêtes qui ponctuent l’année et la vie des individus (fêtes religieuses, naissances, circoncisions, mariages, services militaires, pèlerinages, funérailles).

4Dans la seconde partie, l’auteure dresse un « prototype » (p.241) basé sur un inventaire inédit des relations de sociabilité en Turquie, enrichi par une approche réticulaire, et ce, en prenant comme objet d’étude le voisinage. Dans cette démarche quantitative, Hélène Bayard-Çan défend la contribution d’une analyse à partir d’un réseau complet – c’est-à-dire à partir de l’ensemble des enquêtés – plutôt qu’une analyse du réseau individuel. Cette approche permet de dresser une liste plus exhaustive des différents facteurs qui favorisent le voisinage (temporalité et statut d’occupation du logement, situation matrimoniale, statut professionnel, gestion du temps personnel, inclination personnelle au voisinage, âge, genre, origine géographique). Une telle approche donne à voir les différences de pratiques du voisinage selon le genre (chapitre 6) mais également souligne la place centrale des femmes au sein de l’institution puisque « ce sont les femmes qui permettent de connecter les hommes au réseau » (p.204). Les enfants ne sont pas intégrés dans l’étude de réseaux, bien que ces « intermédiaires » (p.179) soient au cœur des discours et des pratiques. L’auteur aborde l’apprentissage des relations de voisinage autour d’un moment entre une mère et sa fille qui jouent au voisinage (komşuluk oynamak), passage qui résume « toutes les composantes des relations quotidiennes de voisinage » (p.180).

5On peut regretter que l’auteure considère le voisinage comme une « institution » sans ancrer l’argumentation dans le champ de la sociologie des institutions. Son utilisation aurait pu valoriser un matériau empirique généreux et permettre un dialogue interdisciplinaire. Par ailleurs, si l’auteure questionne le voisinage comme un système d’interdépendance et d’entraide entre voisin·es, Hélène Bayard-Çan laisse dans l’ombre ce que les sociabilités de voisinage peuvent aussi comporter de relations concurrentielles et conflictuelles entre communautés (Bougarel 2008). Peut-être aurait-il fallu dépasser une analyse des rapports interindividuels pour s’intéresser aux rapports intercommunautaires. Alors que l’origine géographique - information recueillie au cours des entretiens - est considérée comme un facteur définissant les formes et l’intensité des rapports (p.45), on se demande si, comme cela a déjà été brièvement évoqué dans la ville voisine de Mersin (Doğan, Yılmaz 2011), ce facteur peut entrainer des lynchages, refus d’emménagement ou des déménagements. Dans le contexte turc, les origines géographiques renvoient à des phénomènes « d’assignation identitaire forcée » (Pérouse 2010). Ces perceptions ont des effets déterminants sur les sociabilités. Ces effets sont connus de l’auteure qui précise dès le début que l’origine géographique peut faire l’objet d’une stratégie de dissimulation par les enquêté·es (p.41, p. 45), mais ils ne sont pas analysés.

6En conclusion, il s’agit d’un ouvrage qui donne aux sociabilités de voisinage en Turquie l’importance qu’elles méritent. La richesse du matériau empirique partagé par l’auteure à partir du foisonnement des entretiens et des observations ainsi que leurs analyses apportent une connaissance dense et inédite des rapports entre individus à l’échelle d’un quartier de classe moyenne en ville.

Top of page

Bibliography

AYATA Sencer, GÜNEŞ-Ayata Ayşe, 1996, Konut, Komşuluk ve Kent Kültürü [Logement, voisinage et culture urbaine], Ankara, TC Başbakanlık Toplu Konut İdaresi Başbakanlığı.

BAJARD Flora, 2013, « Enquêter en milieu familier. Comment jouer du rapport de filiation avec le terrain ? », Genèses, 90 :1, p. 7-24.

BOUGAREL Xavier, 2008, « Voisinage et crime intime », Confluences Méditerranée, 64 :1, p. 83-98.

DOĞAN Ali Ekber, YILMAZ Bediz, 2011, « Ethnicity, social tensions and production of space in forced migration neighbourhoods of Mersin : comparing the case of the Demirtaş neighbourhood with newly established ones » Journal of Balkan and Near Eastern Studies, 13 : 4, p. 475-494

FLICHE Benoit, 2004, « “La modernité est en bas” : ruralité et urbanité chez les habitants d’un gecekondu d’Ankara », European Journal of Turkish Studies, 1

FRETEL Julien, 2010, « Habiter l’institution. Habitus, apprentissages et langages dans les institutions partisanes » in Lagroye Jacques, Offerlé Michel (dir.) Sociologie de l’institution, Paris : Belin.

GEORGON François, DUMONT Paul, 1997, Vivre dans l’Empire ottoman. Sociabilités et relations intercommunautaires (XVIIIe -XXe siècles), Paris, Montréal, l’Harmattan.

GRANOVETTER Mark S., 1973, « The Strength of Weak ties », American Journal of Sociology, p. 1360-1380

GÜNDÜZ Mustafa, YILDIZ Cengiz, 2008, « Türk Yazılı Kültüründe Komşuluk [Neighborhood in Turkish Written Culture] », Elektronik Sosyal Bilimler Dergisi, 7 :25, p. 123-138

KOYUNCU, Ahmet, 2009, “Küresel Kentte Komşuluk” [Neighborhood in global urban], S.Ü. Edebiyat Fakültesi Dergisi, Konya, 22, p. 23-42 

MASSICARD Élise, 2019, Gouverner par la proximité. Une sociologie politique des maires de quartier en Turquie, Paris : Karthala.

PÉROUSE Jean-François, 2010, « Les migrations kurdes à Istanbul. Un objet de recherche à reconstruire », Études rurales, n° 186, p. 169-180

Top of page

Notes

1 Pour Şerif Mardin « la pression de quartier » est un mode d’organisation producteur de normes, normes qui peuvent être alternatives à celles développées par le pouvoir politique. Élise Massicard revient sur le débat en conclusion de son dernier ouvrage (Massicard, 2019 : 351-353).

2 Signifie littéralement « ceux qui marchent », groupe ethnique d’origine turque nomade ou sédentarisé.

3 Terme utilisé en turc pour désigner les populations venues en Turquie à la suite de déplacement forcés.

Top of page
<

References

Electronic reference

Cléa Pineau, « BAYARD-ÇAN Hélène, 2017, Voisinage et réseaux. Ethnologie du voisinage en Turquie urbaine  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 148 | December 2020, Online since 23 September 2020, connection on 25 July 2021. URL : http://journals.openedition.org/remmm/14043

Top of page

About the author

Cléa Pineau

Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP ; pineau.clea[at]gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search